Archives par mot-clé : carnets de chercheur

Carnets de recherche

Ma recherche explore, sous l’angle de la linguistique générale et de la didactique du FLE, la question d’appropriation de certaines structures grammaticales du point de vue théorique et les possibilités de didactisation de ces acquis théoriques. En m’inspirant des idées du sociologue B. Latour (Latour, 2006 : 194-197), je voudrais organiser mon travail de recherche et de rédaction de mémoire autour de différents “carnets”. Le choix de la thématique de ces carnets est déterminé par les trois facteurs ci-dessous : Continuer la lecture de Carnets de recherche

Ovodenko Mikhail

Etudiant en M2 "Didactique des langues" à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Thèmes de recherche : didactique de la grammaire, approche sémantique de la grammaire, contextualisation du discours grammatical, linguistique générale, anthropologie linguistique.

More Posts

Recette du jour : écrire un mémoire

Premier jour du séminaire sur méthodologie du mémoire avec S. Martin, les étudiants en Master 2 Recherche Didactique du Français Langue Etrangère et Seconde et Langues du Monde attendent tous une recette, une formule magique afin d’écrire leurs mémoires. Pas de chance, comme tous les séminaires à l’Université Sorbonne Nouvelle, on ne vous donne pas la recette pour enseigner les langues, on vous apprend à réfléchir à comment faire un cours, à l’enseignement, à l’apprentissage, et c’est pareil pour la recherche. Après les questions concernant le fonctionnement du séminaire les jeunes chercheurs angoissés découvrent que pour faire de la recherche, il faudra écrire et il faudra écrire tout de suite, pas en janvier, pas en avril, et il faudra écrire tout le temps.

Et que faut-il écrire ? Selon Latour[1], il ne faudrait pas seulement écrire des comptes rendus, mais aussi se munir de quatre carnets afin de noter tous ce qui est important lors d’une recherche. Ce que l’on ne savait pas, c’est que « désormais tout fait partie des données[2] » : les premières idées, les suggestions, les conversations, les commentaires, etc. En fait, à partir du moment où l’on commence à réfléchir à rechercher, on fait déjà de la recherche, et pour que l’on puisse enregistrer ce moment, il faut que l’on écrive. Pour cela, Latour nous propose l’utilisation de quelques carnets, une action qui fait déjà partie de nos vies (au moins en France).

Le premier carnet est le carnet de bord de la recherche, comme dans un bateau, on y note le suivi quotidien. Ensuite, le second, le carnet de données sert à la collecte d’informations, que cela soit une enquête ou une observation de cours. Puis, le troisième, le carnet d’écriture ou carnet d’idées, qui doit être conservé près de soi, car on ne sait jamais lorsqu’une bonne idée va surgir, et à ce moment il faut écrire de suite avant qu’il ne soit trop tard. Et enfin, le dernier mais pas le moindre, le cahier de commentaires, pour noter les opinions données, surtout les critiques, sur les comptes rendus, sur le chemin parcouru de la recherche.

A l’ère numérique, un carnet peut être un blog, comme celui de Yigong Guo, ou un fichier sur l’ordinateur. En revanche, on ne peut pas oublier l’avantage de ces technologies qui restent toujours actuelles et qui n’ont pas besoin d’électricité pour le fonctionnement : le carnet et le stylo. Enfin, peu importe le support du cahier, si l’on veut faire de la recherche et écrire son mémoire, il faut que l’on écrive !

Et si vous voulez toujours une « recette » pour faire de la recherche, en voici le secret : prenez quatre cahiers et un stylo.

[1] LATOUR, B., Changer la société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 2006.

[2] Ibid., p. 194.

Monica RIBEIRO CUNHA

Diplômée en Langues Française et Portugaise à la Pontificia Universidade Catolica de Sao Paulo (Brésil), actuellement en Master 2 Recherche Didactique du Français Langue Etrangère/Seconde et Langues du Monde à l'Université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedIn

La méthode peut-elle s’apprendre avec méthode ?

presentation cahier

 

Lorsque, lors de mon premier entretien, mon interlocuteur, un aimable retraité bénévole et non pas un professeur auréolé, a repris mais propos en marquant oralement l’italique sur une de mes formulations qui l’avait amusé avant de répondre à la question que je venais de lui poser, je me suis laissée entendre qu’il était temps de plonger mon nez dans quelques méthodes … La bibliothèque universitaire en regorge : L’observation pour les nuls, L’entretien des débutants* …

En effet bien que certains articles ou ouvrages écrits par de grands sociologues, anthropologues etc puissent être utiles, il me semble que quand on est plongé dans l’aventure de la recherche pour la première fois, il est plus efficace de feuilleter des ouvrages qui vous prennent par la main et vous expliquent le b.a.-ba de l’entretien, du questionnaire ou encore de l’observation.

Mais à trop vouloir prendre les apprentis chercheurs par la main, ces ouvrages ont tendance à les infantiliser et à leur donner des conseils très (trop ?) spécifiques qui vont jusqu’à décrire l’unique choix possible en matière de carnet de notes pour l’observation :

“l’observateur rédigera ses notes à l’aide d’un carnet à spirales à lignes quadrillées d’un format poche ou sur des feuilles. En écrivant seulement recto, il pourra plus tard en découper les extraits pour les coller ailleurs. Par précaution, il laissera une large marge, voire divisera chaque page en deux pour ajouter des commentaires, des corrections et il numérotera les pages pour éviter des disparitions (…)”

 

Comme dans l’extrait que nous avions étudié au début de l’année: la description des quatre carnets du chercheur par Bruno Latour (voir l’article de S. Martin : http://arlap.hypotheses.org/2102 ), il est nécessaire de prendre du recul vis à vis des conseils méthodologiques qui nous sont donnés et de les considérer d’avantage comme des pistes de réflexions que comme des lois dogmatiques. Il est évidemment plus facile de se laisser dicter une méthodologie que de penser une méthodologie qui nous est propre et qui nous convient. Sur le long terme cependant, des ajustements seront toujours nécessaires afin de mener à bien notre travail de recherche et choisir la facilité au départ ne nous conduirait donc finalement pas beaucoup plus loin.

*titres d’ouvrages purement fictifs

Les quatre carnets de recherche

Je nommerai les quatre carnets de la façon suivante :
Carnet 1 : Le carnet de notes et de souvenir
Il va contenir toutes les notes prises sur les terrains d’enquêtes et lors de mes lectures. Tout sera noté avec précision : date, lieu, situation d’enquête, les références, bref, tout ce qui me facilitera à présenter la chronologie des notes prises et à m’y situer dans les jours à venir.
Carnet 2 : La bibliothèque
Ici, je ferai la collecte de mes notes en les classant par domaines de recherche tels que : aspect théorique, aspect didactique, aspect linguistique, aspect sociolinguistique, aspect anthropologique, aspect sociologique, aspect politique linguistique etc. Chaque aspect sera suivi des citations, des passages tirés du carnet 1. Je mettrai aussi des indications, après chaque aspect, renvoyant à la collecte des notes.
Carnet 3 : Le carnet d’essai de rédaction
Ce carnet représente la première rédaction de mon travail. J’essayerai de rédiger en s’appuyant sur mes notes et la bibliothèque. Pendant cet essai, le carnet 2 va m’orienter dans le plan de la mise en œuvre de mon mémoire. Par exemple si je veux rédiger le chapitre consacré à l’aspect théorique, il sera facile pour moi de repérer la partie dans mes collectes grâce à ma bibliothèque.
Carnet 4 : Le carnet de la rédaction
Ce carnet représente la dernière phase du travail. Il consiste à faire des critiques, des corrections sur le carnet précédent afin de le mettre au propre en le relisant, en le faisant lire par des intellectuels pour corriger les lapsus, et les erreurs de langue.

Salif Sy

Je me nomme Salif Sy. Je suis né au Mali, cercle de Kayes. Après avoir obtenu le diplôme de la maitrise en anglais-arabe en 2009 à l'université de Bamako, je suis venu en France pour poursuivre mes études dans le système LMD. En France j'ai obtenu un master 2 en études britanniques, nord-américaines et post-coloniales et un master 1 en FLE. Actuellement je prépare le M2 DFLE, Spécialité 1, parcours recherche à Paris 3.

More Posts