Archives par mot-clé : atlas

Atlas : la diversité unie des langues régionales

Mon mémoire ayant pour sujet l’enseignement des langues régionales en contexte FLE, je m’intéresse de près aux statuts des différentes langues régionales de France. Il y a de nombreuses langues régionales parlées au sein de différents peuples qui ne se ressemblent pas mais qui sont tous unis par le besoin de protéger leur identité. Malgré leurs différences, les langues régionales forment un ensemble, un tout hétérogène possédant des points communs et poursuivant toutes un même but : leur combat pour la sauvegarde et la reconnaissance  de leur langue face à la langue nationale.
« Petites personnes,
Des Antilles, de la Guyane, de Nouvelle-Calédonie, de la Réunion, de l’île Maurice, de Rodrigues et autres Mascareignes, de Corse, de Bretagne, de Normandie, d’Alsace, du Pays basque, de Provence, d’Afrique, des quatre coins de l’Orient, de toutes terreurs nationales, de tous confins étatiques, de toutes périphéries d’empires ou de fédérations qui avez dû affronter une école coloniale, oui vous qui aujourd’hui en d’autres manières l’affrontez encore, et vous qui demain l’affronterez autrement, cette parole de rire amer contre l’Unique et le Même, riche de son propre centre et contestant tout centre, hors de toutes métropoles, et tranquillement diverselle contre l’universel, est dite en votre nom. »

Source : Patrick CHAMOISEAU, Chemin d’école, Gallimard, Paris, 188 p., 1994

Mathilde Guérin

Étudiante à Paris III

More Posts

Le mémoire ? Un « atlas », c’est-à-dire « un montage d’hétérogénéités » (Georges Didi-Huberman)

 

Tout ce qui suit part du livre passionnant de Georges Didi-Huberman : Atlas ou la gai savoir inquiet, L’œil de l’histoire, 3, Paris, Minuit, 2011 (voir le billet suivant: http://arlap.hypotheses.org/66). Les références de pages vont donc à cet ouvrage. On peut lire une note de lecture synthétique et très éclairante sur le site Nonfiction à cette page : http://www.nonfiction.fr/article-5174-la_forme_atlas_selon_georges_didi_huberman.htm

Il faudrait commencer cette réflexion par une citation de Michel Foucault qui signalait que grâce à « un petit geste qui consiste à déplacer le regard, il (le philosophe en tant que « diagnosticien du temps ») rend visible ce qui est visible, fait apparaître ce qui est si proche, si immédiat, si intimement lié à nous qu’à cause de cela nous ne le voyons pas[1] ».

Ce « petit geste » qui ouvre le regard (la recherche) s’effectuerait en construisant un atlas… Qu’est-ce à dire ?

Un tel atlas est proposé par Didi-Huberman dans sa réflexion à partir du Bilderatlas Mnémosyne (1927-1929) réalisé par Aby Warburg et visible au Warburg Institute Archive (http://warburg.library.cornell.edu ). Qu’est-ce que l’atlas pour Warburg selon Didi-Huberman ? Mnémosyne « n’est ni un résumé doctrinal, ni un manuel, ni un dictionnaire systématique ni une archive, ni une synthèse récapitulative ni une analyse, ni une chronique ni une explication unilatérale. Mais un essai, au sens trivial du mot – essayons de voir si cela marche ou si cela rate, si cela fait apparaître ou obnubile notre regard, et recommençons la tentative quoi qu’il en soit » (p. 279). Cette définition négative (ni… ni…) est l’ouverture du champ de l’essai (mot souligné par Didi-Huberman) comme expérience de la recherche dans et par l’écriture – pour Warburg dans et par le montage d’images sur des panneaux à partir d’un fond d’archives dans lequel il effectue des coupes passant des boites aux tables (panneaux). Ce passage des archives qui ne peuvent se penser qu’en visant la totalité, aux tables de montage, et donc à l’atlas, qui résultent de coupes, constitue l’opération décisive pour Didi-Huberman : ces juxtapositions, coordination (plutôt que subordination) permettent de construire un parcours en « zigzag plutôt qu’une ligne rectiligne », « oscillation plutôt que position » (p. 280). Tout semble alors concentrer la force de la proposition dans les transitions, les interstices plus que dans une quelconque méthode déductive ou inductive. D’où certainement un art du montage qui est un art d’écrire les essais de montage, la recherche d’un continu (que j’aimerais appeler vocal) entre des morceaux qui vont former une constellation dans le ciel des archives, de la documentation, du réel…

Dans Mnémosyne, « l’inépuisable ne désigne rien d’autre que la capacité à monter constamment, à démonter et à remonter, des corpus d’images hétérogènes afin de créer des configurations inédites et d’y saisir certaines affinités inaperçues ou certains conflits à l’œuvre » (p. 281). Il y aurait donc à développer une recherche qui ne tient pas tellement à ses procédés mais à une procédure qui ouvre de nouveaux espaces de pensée en exposant les différences (p. 289) sur une table (de montage) en vue d’une dramatisation du savoir (p. 290) – Latour parle de « controverses ». Il s’agira donc d’un atlas comme « montage dynamique d’hétérogénéités : une ‘forme qui fait procéder des extrêmes éloignés, des excès apparents de l’évolution, configuration (…) où de telles oppositions peuvent coexister d’une manière qui fasse sens[2]’ » (p. 163). Ce qu’est exactement un mémoire ou une thèse puisque ce travail de recherche doit associer, y compris dans leurs tensions voire oppositions conflictuelles, des expériences (entretiens et comptes rendus), des références (lectures et travaux disciplinaires), et des images (comparaisons et tonalités énonciatives) dans une voix de l’écriture. Aussi, Didi-Huberman propose-t-il, avec l’atlas de Warburg, de développer des expériences pour que la recherche permette d’ « exercer un regard embrassant des différences et de leurs étrangetés. C’est ainsi que l’atlas, immanquablement, transforme le gai savoir  en gai savoir inquiet » (p. 290). Cette inquiétude résulterait de l’insondable de toute recherche ou ce que Meschonnic appelait son inaccompli : dans le cas contraire, effectivement la recherche se limitant à un accompli se dissoudrait dans une maîtrise perdant toute force chercheuse.

Gerhard Richter, Atlas, 1962–2013

Pour conclure au plus près du travail d’écriture du mémoire, il me semble que l’attention doit être portée non vers l’exigence d’une homogénéisation des matériaux rassemblés mais vers leur organisation dynamique qui préserve le disparate propre au réel et à la recherche elle-même : une telle « coupe dans le chaos » constitue précisément « l’espace de la pensée » (p. 183), d’une pensée au travail qui ne fait pas disparaître par la recherche de « plans de consistance » (p. 177) offerts par les coupes de l’atlas, l’épaisseur et le goût du réel, des expériences, des paroles, des personnes.

L’anthologie-atlas :

Petite activité d’écriture pour prolonger ces réflexions suggérées par Didi-Huberman :

L’intégration des lectures dans le travail de recherche et donc dans l’écriture du mémoire est souvent soumis au dilemme terrible d’une reprise paraphrastique voire citative interminable (comment couper et donc décontextualiser ce qui tient du’n continu discursif ?) ou, au contraire, par une citation qui est entièrement mise au service d’un discours autre, celui de son insertion, et qui donc défait le propos de son énonciation. La notion d’atlas permettrait de reconstruire un nouveau discours qui serait obligé de concevoir l’hétérogénéité énonciative comme un problème et donc d’inventer un dispositif nouveau. Voici donc ce qu’on pourrait écrire en n’oubliant pas de bien référencer les morceaux choisis :

à partir d’un ouvrage (ou un article), choisir cinq ou six passages hétérogènes qui constituent toutefois pour le lecteur des reformulations de sa recherche dans leur dynamique même, puis les monter dans une page en observant dans une description leur rapprochement fait autant de disparités que de congruences.

L’activité peut être poursuivi en associant à cette première table de montage, d’autres tables qui permettraient de multiplier les montages de montages et de développer ainsi l’atlas : deux, trois textes au lieu d’un ; des citations textuelles et d’autres matériaux (images, entretiens…) ; etc.

Pour continuer sur et autour de cette notion d’atlas, l’oeuvre de François Place est passionnante, voir ce billet : http://littecol.hypotheses.org/596

On peut également signaler des podcasts d’enregistrements disponibles où Didi-Huberman fait part de ses recherches. C’est à cette adresse: https://www.franceculture.fr/personne-georges-didi-huberman-0

Autour de la notion d’image dialectique que je n’ai pu évoquer dans cette réflexion mais qui est étroitement articulée à celle d’atlas dans le livre de Didi-Huberman, voir ce billet: http://arlap.hypotheses.org/1255

Une note de lecture sur un de ses derniers ouvrages sur le site de fabula: http://www.fabula.org/revue/document9016.php


[1] Michel Foucault, « La scène de la philosophie », Dits et écrits 1954-1988, III. 1976-1979, éd. D. Defert, F. Ewald et J. Lagrange, Paris, 1994, p. 571-595. La citation est à la page 594 et est reprise par Didi-Huberman, Atlas…, op. cit., p. 276.

[2] Didi-Huberman cite ici Walter Benjamin, Sens unique (1928), trad. Jean Lacoste, Maurice Nadeau, 1978, p. 45

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Histoire de fantômes (Didi-Huberman), une exposition au Fresnoy (Tourcoing)

                                           Compte-rendu de l’exposition Histoire de Fantômes pour les grandes personnes de Georges DIDI-HUBERMAN et Arno GISINGER

L’exposition conçue par G. Didi-Huberman pour le Frenoy-studio de Tourcoing est une adaptation pour des questions de budget et de place, de son exposition d’origine, Atlas-Comment porter le monde sur son dos ?. Cette exposition d’origine était un hommage à la planche 42 d’Aby Warburg qui a pour thème la lamentation des morts et la « survivance ».

Aby Warburg s’était persuadé qu’il était en partie responsable des massacres de la seconde guerre mondiale car son père, banquier, s’était enrichi pendant la guerre. Cette idée l’a travaillé jusqu’à ce qu’il en devienne fou et c’est de cette phase de folie que sont nées ses fameuses planches.
Warburg cherchait les « survivances », c’est à dire les points communs, les similitudes que l’on peut retrouver dans le vaste champ des Arts visuels, de l’antiquité jusqu’à l’époque contemporaine. Par ce travail, il a fait émerger une nouvelle façon de penser l’histoire des Arts faisant abstraction de la chronologie et se basant sur les ressemblances et les associations possibles, créant ainsi des constellations d’images, des Atlas. La planche 42 apparaît presque comme un moyen de thérapie que Warburg se serait construit pour se débarrasser de ses tourments, et l’ensemble de son travail semble avoir été élaboré afin de clarifier et de contrôler ses pensées.

Pour l’exposition du Frenoy, G. Didi-Huberman reconstruit sa propre constellation, son Atlas autour du thème de la lamentation des morts. Son travail comprend un agencement de photographies et de films accompagnés d’une bande sonore, projetés au sol de la grande nef du Frenoy. L’exposition se regarde depuis la coursive ce qui donne l’impression de se pencher sur une mer d’images en mouvance. Le thème est le même que pour la planche 42 de Aby Warburg mais les références vont de l’art classique aux cinémas moderne et contemporain en passant par des images d’actualité politique.

 

 

G. Didi-Huberman pour l’exposition du Frenoy a également fait appel au photographe Arno Gisinger. Celui-ci est venu photographier l’exposition d’origine montée à Hamburg en 2011. En s’attardant sur certains détails, certains moments particuliers de la prise de vue ou du montage de l’exposition Gisinger a finalement fait émerger un nouveau regard, une nouvelle constellation d’images. Au Frenoy ce nouvel Atlas de l’Atlas se manifeste par un enchainement de photographies courant sur les 115 mètres des murs des coursives.

L’exposition présentée au Frenoy permet donc à G.Didi-Huberman de prolonger son travail sur la planche 42 de Warburg mais l’intervention d’Arno Gisinger apporte un nouveau regard, un nouvel axe de réflexion qui dynamise l’exposition d’origine tout en étant dans la continuité des travaux de Warburg et de D.D.Huberman par la création d’une nouvelle constellation.

 

Le dossier de presse de l’exposition: http://www.lefresnoy.net/__content/__PDF/__XPO/2011-2012/pedagogie/histoires-de-fantomes-pour-grandes-personnes/liens-page-ouverture/03-annexes/dossier-Histoires-de-fantomes.pdf#zoom=100

L’Atlas de Marcel Broodthaers

  Marcel Broodthaers (1924-1976) était un réalisateur, photo-reporter, libraire, artiste plasticien conceptuel belge, qui trouvait son style entre le dadaïsme et le surréalisme. Avant cela, il avait abandonné ses études de chimie et s’était essayé à la poésie en sortant un recueil de poèmes à la fin des années 1950. Il prit finalement goût à la création plastique qu’il expérimenta de manière singulière, usant de coquilles d’œufs, de briques ou de moules pour ses productions.

En 1970, il publie son atlas miniature sur papier au format 41/50, aux dimensions 50,5 x 69,5 centimètres, dit « le plus petit atlas du monde » tiré à part de l’édition de son livre La Conquête de l’Espace/Atlas à l’usage des artistes et des militaires. Cet atlas reproduit les cartes de trente-deux pays à des tailles identiques mais donc à des échelles différentes, proposant ainsi un tour du monde déroutant en quelques coups d’œil. Les images des cartes, semblables à des tâches d’encre, présentent un catalogue mystérieux ou évoquent un « alphabet crypté dans une spatialisation chère à l’artiste et poète qu’était Broodthaers, grand admirateur de Mallarmé et de Magritte. » (FRAC Poitou-Charentes).

Atlas
1970
impression sur papier 41/50
50,5 x 69,5 cm
acquisition 1984 | à Bernard Lamarche Vadel, Paris
n° inv. 984.29.1
Collection FRAC Poitou-Charentes
photo : Richard Porteau
©Paris, ADAGP, 2011

René Magritte et Stéphane Mallarmé ayant inspiré Marcel Broodthaers, il est nécessaire d’étudier les liens des travaux de ces trois auteurs qui partagent de nombreuses similitudes. Sans conteste, l’atlas présenté ici prend source dans les recherches de ses pairs mais également dans l’univers de Broodthaers où l’intégration de ses travaux dans l’espace fut soignée durant sa carrière.

  Magritte (1898-1967) peintre surréaliste belge, se questionna durant quarante années sur le paradoxe des mots avec leurs images.

Consulter : http://www.comviz.com.ulaval.ca/module1/1.4_reflexions.php

 

Mallarmé (1842-1898) poète français, « commençait certains de ses poèmes en jetant çà et là des mots sur le papier » selon Roland Barthes.

Consulter : http://films7.com/7/litterature/mallarme-poemes-mots-papier

 

(citations sur Marcel Broodthaers sur – http://www.frac-poitou-charentes.org/pages/collection_artistes-broodthaers_FRAC.html

http://www.evene.fr/celebre/biographie/marcel-broodthaers-43733.php)

 

 

« Atlas » de Gerardt Richter

Zeitungs- & Albumfotos
Images de presse et photos d’album
1962
51.7 cm x 66.7 cm
Planche d’Atlas: 5

Atlas de Gerardt Richter, Janvier 2007, Thames & Hudson Gb

Gerardt Richter est un artiste plasticien né à Dresde en 1932. Il travaille la peinture, le dessin et également la photographie, mêlant fréquemment ces techniques.
Dans son œuvre Atlas, il a collecté des centaines de photographies en noir et blanc et en couleurs, photographies prises par lui même ou non, ainsi que des croquis, des dessins, des esquisses pour de futurs travaux ou encore des photographies d’oeuvres achevées.
L’Atlas a été présenté pour la première fois en 1972, sous le titre : Atlas von de Foto’s en schetsen, au musée d’ Utrecht. A ce moment, son atlas comportait 315 planches composées chacune d’un ou de plusieurs éléments organisés différemment selon les planches.
Les sujets peuvent être des portraits d’anonymes ou d’icônes, des paysages aussi différents que de grandes villes vues du ciel ou très abstraits comme des photographies de nuages ou de paysages marins. Au fur et à mesure des années, cette compilation s’est enrichie de nombreuses planches présentant aux spectateurs que nous sommes une vision du monde qui est celle de l’artiste, avec des images de son quotidien, de son environnement,de son travail, mais aussi le monde dans lequel nous évoluons.
L’intérêt de ce travail réside dans le fait que que cette représentation du monde est infinie et par là même que l’exhaustivité ne serait qu’une illusion.

Gerhardt Richter, Atlas der Fotos, Collagen und Skizzen, Lenbachhaus, München, Oktagon Verlag, Köln 1997.

Katalog zur Ausstellung in der Städtischen Galerie im Lenbachhaus, München vom 8. April bis 21. Juni 1998.
Leineneinband mit farbig illustr. OSchutzumschlag. 387 (3) Seiten mit zahlreichen, meist farbigen Abbildungen. Format 23,5 x 33,5 cm. Schutzumschlag etwas berieben und mit leichten Gebrauchsspuren, Buch in gutem Zustand!

Marie Berger

(compléments iconographiques réalisés par S. Martin)

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

« Le Petit Musée » d’Alain Le Saux et Grégoire Solotareff : un atlas ?

Format carré, 16×15 cm. 600 grammes. 310 pages. 149 mots classés par ordre alphabétique et associés à 149 tableaux allant de Velàsquez à Magritte en passant par Courbet. Autant de données sont nécessaires pour cerner le concept de ce livre édité en 1992[1] et qui a reçu plusieurs prix [2] : distraire le jeune public au moyen d’une banque d’images tout en l’instruisant, le cultivant à travers une visite de l’Histoire picturale qu’il apprivoisera au fur et à mesure de sa lecture.

Mais peut-on réellement « lire » ce livre ? Plus simplement et de façon pléonastique, commence-t-on par le début et finit-on par la fin ?

Il est clair que, si l’enfant démarrait dès la première page avec le mot « aigle » et poursuivait consciencieusement, page après page, il ne pourrait atteindre le mot « zèbre » à tel point ce livre lui semblerait long, ennuyeux et répétitif. Voilà pourquoi j’ai employé le mot « visite » pour décrire l’approche qui est faite de ce « petit musée ». En effet, lorqu’on visite le Louvre, on erre au grès des salles, au grès des tableaux, des statues, on s’attache à l’observation des uns, on en passe d’autres, on revient sur certains qui nous marquent davantage. C’est un parcours qui nous guide sans nous enfermer et nous permet des détours. Ainsi, lorsque le petit enfant tient ce livre entre les mains il va le parcourir en s’attardant peut-être plus sur les poissons tels que Braque les peignit et sur les viandes de Goya que sur la vague mise en avant par le tableau de Courbet ou les bananes de De Chirico.

Si nous tentions alors de caractériser littérairement cette œuvre, nous serions interpelés par la définition que fait de l’atlas Georges Didi-Huberman dans son Atlas ou le gai savoir inquiet[3] : « nous l’ouvrons d’abord pour y chercher une information précise mais, l’information une fois obtenue, nous ne quittons pas forcément l’atlas, ne cessant d’en arpenter les bifurcations en tous sens ; moyennant quoi nous ne refermerons le recueil de planches qu’après avoir cheminé un certain temps, erratiquement, sans intention précise, à travers sa forêt, son dédale, son trésor. » (p. 11). Cette citation ‘colle’ parfaitement avec ce que j’ai dit plus haut. Le Petit Musée est donc un atlas. Mais encore ?

Pour aller plus loin et toujours selon Didi-Huberman, « [l’]’atlas, lui, n’est guidé que par des principes mouvants et provisoires » (p. 14) et « ne possède presque jamais une forme que l’on pourrait dire définitive. » (p. 11). Notre Petit Musée, lui, comporte pourtant bien un début, une fin, et une structure ferme et inchangeable : celle de l’ordre alphabétique. Il ne s’agit donc pas d’un atlas au sens convenu par Didi-Huberman. Si ce n’est pas un atlas, qu’est-ce donc ? La réponse à cette question pourrait être également donnée par notre auteur à la quatorzième page, lorsqu’il écrit : « [u]n dictionnaire se rêvera comme [le] catalogue ordonné [des mots] selon un principe immuable et définitif (le principe alphabétique, en l’occurrence). ».

Le Petit Musée est donc un dictionnaire. Mais quid des images qui illustrent ses mots ? Ce livre n’a ni la forme instable et flottante de l’atlas, ni l’absence d’images du dictionnaire. Il n’est donc ni un atlas ni un dictionnaire.

Toutefois, lorsque nous le ‘visitons’, nous le feuilletons à la manière du premier et c’est l’ordre alphabétique qui le régit comme le second. Le Petit Musée est donc à la fois un atlas et un dictionnaire, une sorte de catalogue d’images, qui cherche à enrichir l’enfant d’un lexique en l’associant à des illustrations, ici à des tableaux, lui procurant à la fois plaisir visuel et culture. Sans qu’il n’en ait conscience, le jeune public se dote de munitions, il nomme le monde dans lequel il vit en se créant des réserves, des ressources culturelles qui resteront imprimées en lui longtemps. S’agirait-il donc d’un imagier ?

 


[1] Petit Musée, images choisies par Alain Le Saux et Grégoire Solotareff, L’école des Loisirs, 1992, 310 pages.

[2] le « Cercle d’or » (Cercle de la Librairie et Livres Hebdo)1992, le « Prix du Livre d’art pour enfants » (Ville de Marseille)1993, le Prix « Sorcières » 1993, le « Prix des Critiques de livres pour enfants » de Belgique en 1993.

[3] Atlas ou le Gai savoir inquiet, Georges Didi-Huberman, L’œil de l’Histoire 3, 2011, 384 pages.

« De la rivière Rouge au pays des Zizotls » de François Place : un Atlas selon Didi Huberman ?

Du pays de la Rivière rouge au pays des Zizotls, Casterman/Gallimard, 1996.

Cet album de François Place est le 3ème et dernier volume de « l’Atlas des Géographes d’Orbae ». Cette trilogie décrit les 26 pays de l’abécédaire à travers 26 explorations imaginaires allant du pays des Amazones au pays des Zizotls. Dans le dernier volume, l’auteur nous entraîne à la découverte de neuf contrées imaginaires qui nous plongent aux frontières du conte et du fantastique en recréant un monde sur toutes ses dimensions : géographiques, historiques, culturelles et anthropologiques. Nous pouvons mettre en relation ce dernier tome avec la définition d’atlas proposée par G.Didi-Huberman dans : Atlas ou le gai savoir inquiet (Minuit, 2011).

 

Cet album de François Place se rapproche de la conception de l’atlas pour Didi-huberman dans la mesure où neuf contrées font l’objet de neuf récits différents tous aussi riches les uns que les autres en matière de « zones de savoir à explorer » étant donné que le lecteur est amené à voyager d’un univers à un autre pour en découvrir les mœurs et coutumes de ces habitants. De la sorte, l’album répond au critère selon lequel l’atlas ne possède pas de forme dite « définitive ». En ouvrant cet album de jeunesse, le lecteur est plongé au cœur de l’imaginaire de l’auteur puisqu’une planche de neuf cartes des îles à explorer nous sont présentées et symbolisées par une lettre de l’alphabet : « R pour Rivière Rouge, U pour désert d’Ultima, etc… ». Cette organisation de l’album nous pousse à établir un lien avec le dictionnaire ou catalogue, ce que Didi-Huberman rejette dans sa définition d’Atlas : « Un dictionnaire se rêvera comme leur catalogue ordonné selon un principe immuable et définitif (le principe alphabétique en l’occurrence). L’atlas, lui, n’est guidé que par des principes mouvants et provisoires […] ». La notion « d’imaginaire », évoquée précédemment, est abordée par Didi-Huberman dans Atlas ou la gai savoir inquiet comme un principe visant « la connaissance par l’imagination ». En effet, pour notre album, chaque contrée fait l’objet d’un récit imaginaire alliant une diversité de connaissances culturelles, anthropologiques, (etc.), que rend également possible la coexistence d’images avec le texte. Dès lors, tout comme l’atlas, cet album « introduit le multiple, le divers, l’hybridité de tout montage ».

Le réalisme avec lequel l’auteur nous dépeint ces contrées imaginaires (à la fois dans ses illustrations et ses planches) est déroutant pour le lecteur qui perd sensiblement ses repères : chaque contrée parcourue peut lui faire penser à un espace géographique réel et connu de notre monde. Le lecteur est ainsi amené vers un principe de « connaissance traversière » qui vise à établir d’autres liens non définis. De même, le réalisme des cartographies légendées avec lesquelles s’ouvre chaque récit de la contrée arpentée nous plonge entre réel et imaginaire pour installer chez nous le doute. En outre, ce principe d’imaginaire est la source de l’inépuisable accès « aux possibles non encore données », ce qui nous pousse à rapprocher cet album de l’atlas selon l’approche de G.Didi-Huberman. Outre cet aspect, François Place introduit à la fin de chaque récit une double planche « documentaire » qui décrit les rites, objets magiques, animaux, plantes fantastiques, costumes ou encore physionomies des habitants de ces contrées, dans le but de servir les connaissances du lecteur. Comme le dit Didi Huberman : « un atlas est fait de planches que nous venons consulter dans un but précis, ou bien que nous feuilletons à loisir, laissant divaguer notre « volonté de savoir »». De toutes ces façons, l’album de Place répond bien à la définition d’atlas qu’en fait Didi Huberman.

Néanmoins, cet album de jeunesse peut être classé dans la catégorie du genre du « conte » puisque le lecteur est convié à voyager dans des espaces inconnus vers de nouvelles découvertes en quête de savoir.

Marteau Fanny

Pourquoi et comment l’atlas pour un travail de recherche ?

L’atlas fait donc, d’emblée, exploser les cadres. Il brise les certitudes de la science sûre de ses vérités comme de l’art sûr de ses critères. Il invente, entre tout cela, des zones interstitielles d’exploration, des intervalles heuristiques. Il ignore délibérément les axiomes définitifs. C’est qu’il relève d’une théorie de la connaissance vouée au risque du sensible et d’une esthétique vouée au risque de la disparité. Il déconstruit, par son exubérance même , les idéaux d’unicité, de spécificité, de pureté, de connaissance intégrale. Il est un outil, non pas de l’épuisement logique des possibilités données, mais de l’inépuisable ouverture aux possibles non encore donnés. Son principe, son moteur, n’est autre que l’imagination.

Georges Didi-Huberman, Atlas ou le gai savoir inquiet, Paris, Minuit, 2011, p. 13.

Il est intéressant d’examiner précisément cette proposition intempestive de Didi-Huberman quand on est impliqué dans un travail de recherche et plus particulièrement d’écriture d’un mémoire professionnel. Tout d’abord, rappelons, en nous contentant de la première partie de l’ouvrage de Didi-Huberman (« Disparates »), qu’un atlas, à la différence d’autres « outils » qui ont « la forme standard de toute connaissance rationnelle, de toute science » (p. 12), « bouleverse tous ces cadres d’intelligibilité. Il introduit une impureté fondamentale – mais aussi une exubérance, une remarquable fécondité – que ces modèles avaient été conçus pour conjurer » (p. 13).

J’en tire simplement la réflexion suivante: quelle recherche mérite avant tout autre un tel « outil » ou plutôt « opérateur », d’autant plus qu’une telle recherche veut augmenter son implication professionnelle, appliquée à observer et accompagner les pratiques effectives des élèves et des enseignants dans des situations les plus variées qui soient et ne permettant en aucun cas d’oublier que leur enjeu premier est l’apprentissage/enseignement dans et par la vie et la relation. Ce qui exige – sous peine de bien des travers – de ne jamais éliminer l’ impureté fondamentale que l’atlas introduit… Qu’est-ce à dire? Qu’entre le technicisme d’une didactique ignorant le concret dans sa complexité et le pragmatisme oubliant de penser une telle complexité concrète, l’imagination de l’atlas ouvrirait une perspective de travail (de travaux, faudrait-il dire) qui à la fois n’oublierait jamais le complexe et donnerait cas par cas des solutions concrètes permettant aux sujets de l’apprentissage/enseignement de ne jamais être réduits à des objets même de recherche…

Défaisant la science comme l’art, l’atlas propose une expérience de recherche concrète. Il consiste à ajointer, monter, faire varier, nourrir des constellations, lesquelles ne cessent de « bouger » au cas par cas, au sujet par sujet.  Ce sont donc plus que des axiomes, des fables qu’il faudrait proposer où les paroles et expériences ne font qu’un, les situations et comptes rendus se superposent pour un instant : celui d’une recherche toujours en cours. Car on ne peut épuiser les solutions mais on doit trouver une solution à tel cas, à condition que ce cas (cette situation, cette configuration, cette constellation) ait trouvé son moteur : l’imagination. Laquelle est un mode de connaissance qui « n’a rien à voir avec une fantaisie personnelle o gratuite. C’est, au contraire, d’une connaissance traversière qu’elle nous fait don, par sa puissance intrinsèque de montage qui consiste à découvrir – là même où elle refuse les liens suscités par les ressemblances obvies – des liens que l’observation directe est incapable de discerner » (p. 13). Didi-Huberman prend ensuite appui sur la définition donnée par Baudelaire à laquelle il confère outre la valeur relationnelle que je dirais fondamentale (percevoir « les rapports intimes et secrets des choses »), les deux valeurs du multiple et de l’inépuisable.

En conclusion, pour ce qui concerne la recherche en Master pour l’enseignement à l’école, je dirais qu’il s’agit non de trouver une cause ou d’associer un effet à tel phénomène (chose) dans une démarche déductive aboutissant à un tableau (« exhausion logique de toutes les possibilités définitivement organisées en abscisses et ordonnées », p. 13) ou à un récit (début=>fin) mais de construire une table d’images (de cas, de fables) qui permet d’essayer des constellations comme autant de solutions concrètes nourries des liens les plus forts entre des hétérogènes et parfois même des incompatibles…

Par exemple, quand une étudiante relie une bouilloire rouge avec bec verseur, la musique concrète d’un Pierre Schaeffer et l’apprentissage de l’écoute en moyenne section autour d’une expression enfantine recueillie lors d’une enquête (voir un extrait du mémoire ci-dessous), elle propose un atlas pour l’apprentissage/enseignement à l’école maternelle, pas seulement musicale, et peut-être au-delà…

Nous sommes en classe de maternelle de Petite et Moyenne Section. Les élèves sont assis autour de moi au coin « regroupement ». En situation d’écoute , je leur fais découvrir les percussions en métal. Je diffuse divers extraits musicaux associés au métal, comme des cloches, un métallophone, des clés, des cymbales, un gong, un triangle, qu’ils peuvent identifier à l’aide d’images accrochées au tableau. Dans la classe, je dispose de quelques instruments que je peux reprendre devant les élèves permettant de capter ainsi leur attention. Par exemple, après l’écoute de la cymbale enregistrée, je présente l’instrument et en rejoue devant eux en les amenant à prêter attention au son qui résonne. En frappant très fort sur la cymbale, j’interroge les élèves sur leurs sensations. En se bouchant les oreilles, Brady, qui a trois ans, me dit « C’est du bruit ! ». Cette remarque spontanée m’a interrogée sur la définition musicale des élèves mais également sur la définition de la musique en général. Qu’est-ce que du bruit ? Du bruit peut-il être de la musique ? Ces questions récurrentes ont vu leurs réponses évoluer au cours de l’histoire musicale modifiant ainsi la définition de la musique mais également le point de vue des personnes musiciennes ou non. Ainsi, les nouvelles perceptions de la musique amènent à redéfinir également le musicien. Quelles sont les qualités d’une personne musicienne ? Pourquoi peut-on dire qu’une personne est musicienne ?

Constance Bodiou, C’est du bruit! Vers les premiers gestes musicaux, mémoire de master MEEF, spécialité « enseignement primaire », soutenu en juin 2010.

Il faudra revenir sur les paradoxes proposés par Didi-Huberman sans oublier l’heuristique ainsi dessinée.

Serge Martin

 

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

L’atlas des géographes d’Orbae de François Place : du nom à la définition selon Georges Didi-Huberman

http://enfants.bnf.fr/fiches/images/cas_001_0.jpg

– Atlas ou le gai savoir inquiet, G. Didi-Huberman, Minuit, 2011.
– Du pays des Amazones aux îles Indigos, « Atlas des géographes d’Orbae » Tome 1, François Place, Casterman, Gallimard, 1996.
– Définitions du site « Trésor de la langue française informatisé ».
– Vidéo 1 livre 1 jour, présentée par Olivier Barrot, sur la chaîne télévisuelle France 3, recueillie par « ina.fr »          https://www.dailymotion.com/video/xfap30_francois-place-du-pays-des-amazones_new

 

Selon TLFi, un atlas (substantif masculin) est un recueil de cartes géographiques. Il peut être linguistique et recueille dans ce cas des cartes géographiques qui indiquent les zones où sont employés certains phonèmes, certains vocables, etc. De manière générale, l’atlas est concerné dans tout recueil de planches, de tableaux, de dessins joints à un ouvrage.

Dans la première partie de l’ouvrage de G. Didi-Huberman l’Atlas ou le gai savoir inquiet, nommée « Disparate », l’auteur pose un certain nombre d’indices définitionnels de l’atlas. Autant d’indices qui aideront à caractériser l’ouvrage de François Place, Du pays des Amazones aux îles Indigo, tome 1 d’une série d’ouvrages classés par ordre alphabétique, d’atlas ou non.

Georges Didi-Huberman débute la partie «L’inépuisable, ou la connaissance par l’imagination » de son livre par : « J’imagine qu’ouvrant ce livre, mon lecteur sait pratiquement déjà fort bien en quoi consiste un atlas. » Le savoir en question est celui d’une définition « traditionnelle » et usuelle de l’atlas telle que celle présentée ci-dessus et tirée du site TLFi. L’atlas proposé à la jeunesse par François Place réunit en son sein les caractéristiques formelles de cette définition : les îles sont présentées au début du livre, sous forme de cartes successives, chacune ayant la forme de la première lettre de son nom ; A pour Amazone jusqu’au I pour Indigo. Le titre du livre déjà évoque cette exploration par ordre alphabétique comme pourrait l’organiser un dictionnaire classique des noms propres. Seulement, G. Didi-Huberman parle d’une constitution moins organisée : « Contre toute pureté esthétique, [l’atlas] introduit le multiple, le divers, l’hybridité de tout montage. »

Les îles, aux noms évocateurs d’un tropicalisme propice à l’évasion, sont des zones d’exploration comme l’atlas « invente […] des zones interstitielles d’exploration, des intervalles heuristiques. » Du pays des Amazones aux îles Indigo voit sa zone d’exploration délimitée à neuf îles mais dont diverses composantes sont observées. En effet, les illustrations et le texte ouvrent le sujet à tout ce qui compose ces îles : saisons, paysages, animaux, instruments de musique, autant d’éléments fondateurs d’une culture.

Le texte, écrit au passé simple et à l’imparfait rapproche cet ouvrage des livres de contes, recueils de légendes. En ce sens, la frontière entre mythe et réalité est ténue et malgré la pluralité des éléments décrits, les frontières des recherches anthropologiques de ces îles sont nettement délimitées par l’auteur. De fait, les récits de François Place sont le fruit de voyages imaginaires au pays d’Orbae. Selon l’Atlas ou le gai savoir inquiet, l’atlas se rapproche du travail de l’imagination par ses connexions infinies avec d’autres liens, et tient compte de la dimension esthétique grâce aux images.  Ces images ne sont pas celles de l’esprit dans l’ouvrage de François Place mais des illustrations du vocabulaire employé, riche et à propos. Les dessins abordent autant d’aspects que décrits par les mots : la danse, les personnages des tribus, des animaux fabuleux. Puisque le récit et ses illustrations, réalisés par F. Place, sont issus de son imagination, les liaisons sont établies grâce à ses propres connaissances. En effet, comme l’explicite Olivier Barrot dans la vidéo, « le pays des Amazones est de tonalité italienne, […], la montagne d’Esméralda est tibétaine. […] Des images rappelant la Chine, la Hollande, le Japon apparaissent alternant avec […] des crapauds rieurs et des loutres à trompe. » Les terres imaginaires sont analogues à des régions connues des occidentaux, dans ce qu’elles ont de plus esthétique, de plus sensible pour évoquer des contrées merveilleuses. L’atlas alors, selon G. Didi-Huberman, « est un outil, non pas de l’épuisement logique des possibilités données, mais de l’inépuisable ouverture aux possibles non encore donnés. »

Cet « atlas » destiné à la jeunesse donne des informations chimériques sur certaines îles tropicales pouvant pousser à la recherche d’autres pistes, conduisant vers d’autres directions encore, tendant vers l’infini si l’on veut. Bien qu’employant un vocabulaire géographique et anthropologique induit par le sujet de l’ouvrage, il réunit finalement les caractéristiques de l’atlas énoncées par G. Didi-Huberman dans son travail d’écriture et de composition du livre. Pour autant, du point de vue de la réception, l’ouvrage se classerait plus aisément dans la catégorie du livre de conte plutôt que de l’atlas qui demande tout de même un certain nombre d’apports théoriques. Nous pourrions plutôt avancer l’idée que cette série d’atlas géographiques destinés à la jeunesse propose des catalogues d’objets et endroits du monde sensible pour tenter l’expérience de l’évasion par l’imaginaire ; un rendez-vous en terres inconnues.

Marie-Cécile Anne

Première séance du cercle d’étude « Constellation » (octobre 2012)

Cercle « Constellation : art et histoire de l’art »

Ouvrage et revue à l’étude :

Georges Didi-Huberman, Atlas ou le gai savoir inquiet, Paris, Minuit, 2011.

Repères n° 43 (« Parler et écrire les œuvres : une approche interdidactique des enseignements artistiques et culturels »), 2011.

Parrainage :

Laurence Corbel (Arts, pratiques et poétiques – EA 3208, Université de Rennes 2 ; « De l’expérimentation au récit : le voyage dans l’art américain des années 60-70 », Festival de l’histoire de l’art, 2012 )

Animateurs :

Serge Martin et Marie-Laure Guégan

Première séance : mercredi 17 octobre 2012 de 14h. à 17h.

Dix étudiants M1 et M2 présents.

La séance inaugurale du cercle d’étude se déroule en deux moments principaux afin d’entamer la lecture de la première partie (« I Disparates / « Lire ce qui n’a jamais été écrit » », p. 9-79) :

1.      p. 11-16

a.      on tente de cerner les définitions approchées voire négatives de la notion d’atlas;

b.     montrer, avec Didi-Huberman, l’intérêt des lectures des ouvrages suivants :  Les Cartes de ma vie, L’Atlas des géographes d’Orbae, Petit Musée, Dubuffet, le jardin d’hiver, Que vois-tu ?

2.      p. 59-79

a.      on aperçoit l’opposition « tableau »/« table » dans une petite histoire de l’art (citation p. 62-63) ; on constate que deux artistes sont cités par Didi-Huberman pour leurs « atlas » : Marcel Broodthaers et Gerhard Richter (p. 59). on fera une enquête sur ces deux artistes.

Marcel Broodthaers, Atlas, 1975
bibliothequedebabel.blogspot.com

b.     le dernier paragraphe (p. 78-79) permettrait de choisir une œuvre d’art que ce passage commenterait et de dire pourquoi ; de même, on pourrait choisir une activité enfantine correspondant à ce passage en explicitant ce choix.

On lira avant la prochaine séance l’introduction du numéro de la revue Repères.

 

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

« Que vois-tu? » de Tana Hoban : imagier ou/et atlas?

Classée dans la catégorie album de jeunesse, l’oeuvre de Tana Hoban peut être   » lue  » dès l’école maternelle. Ce livre se présente sous la forme d’une succession d’images – le texte en est  absent – et  il s’articule en deux phases. En effet, lorsqu’on ouvre le livre, nous nous trouvons en présence d’un cadre (pouvant faire référence au cadre du tableau) qui dévoile un détail de  l’image qui suit. Ce cadre va laisser place à l’imagination de l’enfant. Lorsque l’enfant tourne la page du  » tableau « , il se trouve face à une photo de l’objet en question (animal, fleur, objet….) puis s’il tourne encore la page, il a un nouveau plan de ce même sujet.

Si l’on s’appuie sur la théorie de Georges Didi-Huberman, dans Atlas ou le gai savoir, nous pouvons commencer à répondre à la question suivante : le livre de Tana Hoban est-il un imagier ou un atlas? En effet, pour lui un atlas se définit comme quelque chose qui n’est pas formel (dans le sens qu’il est amené à se compléter) :  » un atlas ne possède presque jamais une forme que l’on pourrait dire définitive  » (p.11).  De plus, il insiste sure la nature même de l’atlas et du sentiment qu’il peut procurer chez un enfant (en l’occurence un plaisir sans fin) :  » De plus, un atlas est à peine fait de  » pages  » au sens habituel du terme : plutôt de tables, de planches où sont disposées des images, planches que nous venons consulter dans un but précis ou bien que nous feuilletons à loisir, laissant divaguer notre  » volonté de savoir  » d’image en image et de planche en planche « . Rappelons que l’ouvrage de Tana Hoban est une succession de photographies donc d’images et que l’enfant va prendre plaisir à tourner les pages afin de confronter d’abord ses intuitions (qu’est-ce que c’est ?) puis par pur plaisir du regard.

Pour éclairer sa pensée, Didi-Huberman s’est appuyé sur trois autres philosophes : Platon, Leon Battista Alberti et Walter Benjamin. Parmi ceux-ci, le livre de Tana Hoban suit bien les idées d’Alberti et de Benjamin. En effet, lorsque l’on parcourt le livre, chaque session part du détail pour arriver, par une étape intermédiaire, au général. Par exemple, l’on partira de l’écaille de poisson pour passer à la tête du poisson et arriver au poisson dans son bocal. Didi – Huberman rappelle qu’Alberti précise dans son De Pictura que  » […] la notion de tableau à l’unité formulaire d’une  » période  » rhétorique, une  » phrase correcte  » où chaque élément supérieur se déduirait logiquement – idéalement – des éléments de rang inférieur : les surfaces engendrent les membres qui engendrent les corps représentés, […]  » (p.12). Autrement dit, Alberti pense que l’atlas est nécessairement un support qui part du détail pour déboucher au global. L’autre idée diffusée dans l’écrit de Didi-Huberman est celle de Walter Benjamin. Pour Benjamin, l’atlas est un objet de lecture à part entière. L’auteur dit que  » l’atlas d’images est une machine de lecture  » (p. 15) et celui-ci (l’atlas) devient alors objet de plaisir car il associe à la fois la connaissance et la joie en lisant ( » un objet de savoir et de contemplation pour les enfants  » p. 16).

L’album de Tana Hoban regroupe les deux dimensions de l’atlas que Didi – Huberman donne avec l’appui de la théorie de Benjamin, à savoir que c’est à la fois un  » appareil de la lecture avant tout  » (qui renvoie au savoir et à la sensibilité de l’enfant) et une  » lecture après tout  » tournée vers une culture humaniste (p. 16). Donc à la vue de tous ces éléments, nous pouvons classer l’album de Tana Hoban dans la catégorie des atlas.

 Stéphanie Nicolas

Pour aller plus loin:

http://www.editions-kaleidoscope.com/AUTEURS-ET-LES-ILLUSTRATEURS/Hommages/tana-hoban.htm

« Les cartes de ma vie » de Sara Fanelli : un atlas selon Didi-Huberman ?


Sara Fanelli, Les Cartes de ma vie, Seuil Jeunesse, Paris, 1995.

Georges Didi-Huberman, Atlas ou le gai savoir inquiet, l’oeil de l’histoire, 3, Minuit, Paris, 2011.

Dans cet album de la littérature jeunesse publié en 1995, le lecteur est plongé dans la vie de son auteur à travers des « cartes » : carte de ma famille, carte de ma rue, carte de mon ventre… Il s’agit de découvrir l’univers d’une petite fille. Didi-Huberman définit l’atlas comme un outil double : « Nous venons consulter dans un but précis ou bien nous feuilletons à loisir, laissant divaguer notre « volonté de savoir » d’image en image et de planche en planche.» (p11) Une fois plongé dans une des cartes de l’album, le lecteur tourne les pages par curiosité dans le but de prendre du plaisir à découvrir.

Didi-Huberman explique clairement que l’acte de lire dans un atlas est différent de celui d’une fiction par exemple. « On ne lit pas un atlas comme on lit un roman, un livre d’histoire ou un argument philosophique, de la première à la dernière page.» (p. 11) Dans cet album, il n’y a pas de récit, mais des images légendées. On n’est pas obligé de lire les cartes chronologiquement, il n’y a pas de sens de lecture sauf « la carte de ma journée » qui impose une certaine chronologie.

Sara Fanelli combine l’expression artistique au savoir. Didi-Huberman utilise les expressions « forme visuelle du savoir » et « forme savante du voir » (p. 12). Dans chaque carte, les images, qui sont des dessins, apportent des informations à visée savante dans le sens où le lecteur apprend en découvrant. Prenons l’exemple de « la carte de ma rue » : l’auteur exprime, par l’image légendée, l’interdiction de traverser une route lorsque le feu tricolore est rouge et la possibilité de le faire lorsqu’il est vert.

Sara Fanelli intitule toutes ses doubles pages des cartes. Le lecteur parcourt l’album à travers des images sur des cartes et non sur des pages. Pour Didi-Huberman, l’atlas n’est pas fait de pages : « un atlas est à peine fait de « pages » au sens habituel du terme : plutôt de tables, de planches où sont disposées des images. »(p. 11)

Cet album serait-il le même si l’auteur l’écrivait aujourd’hui ? Il est évident que le fond et la forme seraient différents. En ce sens, cet album est vivant. Le contenu évolue avec le temps. Didi-Huberman évoque l’atlas comme un outil vivant : « l’atlas, lui, n’est guidé que par des principes mouvants et provisoires. »(p. 14)

Le concept d’atlas défini par Didi-Huberman met en avant des aspects auxquels correspond l’album Les cartes de ma vie.

 

Marie Allirol

 

Le jardin d’hiver de Dubuffet dans « l’art en jeu » : « un atlas » (Didi Huberman)?

 

Dans cet album de l’Art en jeu consacré à  l’œuvre de Jean Dubuffet : le Jardin d’hiver, les auteurs emmènent le lecteur vers la sculpture réelle par une découverte morcelée de l’oeuvre. Celle-ci est exposée au centre George Pompidou depuis de nombreuses années. Deux personnages d’un des tableaux de Dubuffet sont perdus dans un labyrinthe de pensées et invitent le lecteur à entrer dans une grotte avec l’aide d’un petit personnage accroché par un fil noir au livre (lien vers le site du centre George Pompidou avec la porte réelle).

Commence alors l’entrée dans la pensée, dans l’imagination grâce aux bulles narratives qui guident le lecteur dans sa quête. En effet, il s’agit d’une quête personnelle, découvrir l’univers de cette grotte. Didi Huberman définit l’atlas comme étant double : on le consulte « dans un but précis ou bien nous feuilletons à loisir, laissant divaguer notre volonté de savoir d’image en image et de planche en planche » (p. 11). Une fois plongé dans cette grotte, on se laisse emporter par notre imagination et on tourne les pages avec avidité.  Un autre aspect important de la définition de l’atlas selon Didi Huberman est : «  l’atlas introduit dans le savoir la dimension sensible, le divers, le caractère lacunaire de chaque image » (p. 11). Au fil des pages et de l’avancée dans l’album, le lecteur se trouve confronté à des dessins, des œuvres sur les parois de la grotte. Le narrateur, sous forme de bulles, se pose et pose des questions sur l’identité de ces personnages. Cependant, il s’avère que même sans « parole », c’est-à-dire sans indication narrative,  le lecteur qui deviendrait alors spectateur/voyeur peut comprendre cet album. Il n’y a pas de compréhension unique, chaque spectateur est libre de comprendre, de savoir et de voir ce qu’il veut. On tend alors vers une citation de Walter Benjamin (p. 16) « lire ce qui n’a jamais été écrit ». Plus précisément, le spectateur met en place toutes les relations nécessaires entre les images ou les différentes planches de l’atlas afin de construire sa propre lecture.

Puis, le lecteur finit sa visite de la grotte, ouvre une porte et croise un monstre. L’explication de l’album se trouve dans les dernières pages : Le Jardin d’Hiver est une sculpture exposée au centre George Pompidou et les œuvres présentées sur les parois ou bien le monstre derrière la porte sont, en fait, des œuvres de Jean Dubuffet.

Après avoir vu les traits qui relèvent de la définition d’un atlas selon Didi Huberman, voyons maintenant ce qui relève donc du non-atlas. Cette suite d’œuvres de Dubuffet au sein de cet album pourrait se caractériser comme un « catalogue » d’images. Or un catalogue n’est pas un atlas. La chronologie de l’album est également une différence par rapport à ce qu’entend Didi Huberman : il y a une chronologie narrative mise en place par la porte d’entrée et de sortie. Or, cette chronologie est bouleversée puisqu’en fait il est possible d’entrer dans la grotte par la porte de sortie. Le concept d’atlas défini par Didi Huberman peut donc se nuancer. Par certains aspects, cet album correspond à sa définition, et par d’autres, il s’en éloigne.

 

  •  Catherine Prats-Okuyama, Kimihito Okuyama (Musée National d’Art Moderne), Jean Dubuffet, Le Jardin d’hiver,  Paris, Éd. du Centre Pompidou, « L’Art en jeu », 1989.
  • Georges Didi-Huberman, Atlas ou le gai savoir inquiet,  L’Oeil de l’histoire, 3,  Paris, Minuit,  2011

 

 Fanny Simon

 

L’exposition « Atlas » à Madrid et Karlrühe avec entretien de G. Didi-Huberman

G. Didi-Huberman présente l’exposition Atlas ¿Cómo llevar el mundo a cuestas ? – Atlas. How to Carry the World on One’s Back ? que Georges Didi-Huberman a organisée entre novembre 2010 et février 2011 au Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía (Madrid), exposition reprise au ZKM-Zentrum für Kunst und Medientechnologie de Karsrühe puis à la Sammlung Falckenberg de Hambourg, entre mai et novembre 2011.
(c’est en anglais prononcé par un français… avec sous-titres en espagnol…)
En esta entrevista, Georges Didi-Huberman, comisario de la exposición « ATLAS. ¿Cómo llevar el mundo a cuestas? », plantea el modelo del atlas como un dispositivo para reconfigurar la ordenación sensible del mundo, así como las relaciones establecidas en la formación del conocimiento. A partir del trabajo de Aby Warburg, se plantea la producción artística como un trabajo de montaje en el que reconfigurar las cosas, los lugares y el tiempo.

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus