Alphabetville : l’abécédaire comme « tradition pédagogique » (Benjamin) ?

Stephen Johnson, Alphabetville, Circonflexe, 1996

Prenons  la définition du terme abécédaire telle qu’elle est proposée par le dictionnaire Larousse: un abécédaire est  un « livre d’apprentissage de l’alphabet, qui illustre, en suivant l’ordre alphabétique, chaque lettre par un ou plusieurs mots dont cette lettre est l’initiale. »  La vertu pédagogique, telle que déjà présente dans l’analyse de Walter Benjamin est donc bel et bien présente dans la pensée commune de chacun et la « tradition pédagogique » (p.110)  dont nous il nous parle se retrouve aujourd’hui encore dans ce type d’ouvrages.

 L’abécédaire de Stephen Johnson, contrairement à ce que nous propose cette définition, ne comporte aucun mot. Ici, la lettre s’articule au sein même d’une image, peinte par Stephen Johnson. Le lecteur est bien confronté aux vingt-six lettres de l’alphabet  mais c’est à lui de ‘‘lire’’ l’image afin d’y découvrir la lettre. Les vingt-six images proposées sont d’autant plus intéressantes qu’elles sont prises dans un élément naturel qui se trouve être la ville. Ainsi, un feu de signalisation forme la lettre E, un parterre de fleurs forme la lettre D et la courbure d’un lampadaire propose la lettre G. Pour l’enfant, il s’agit davantage d’un travail de recherche et de lecture d’images que d’un apprentissage pur de l’alphabet, ordinairement coutumier de ce type de livre. Pourtant le jeune lecteur apprend sans même s’en rendre compte : le fait de rechercher la lettre dans l’image le pousse réellement à observer le dessin,  il ne peut être passif face à l’image qui lui est proposée. L’enfant part donc à la recherche de la lettre et la devine, il  s’implique dans le livre, s’y investit. Stephen Johnson réussit l’exploit de plonger le jeune lecteur dans son abécédaire, lecteur qui, sans s’en apercevoir, va assimiler les symboles linguistiques que représente l’alphabet. L’adulte quant à lui  est confronté aux mêmes images que l’enfant et ne peut s’empêcher d’être captivé par les images de Johnson. Hésitation face aux images présentées (s’agit-il de peinture ou de photographie ?), surprise et étonnement guident le lecteur adulte au fil des pages. Et s’il ne s’agit plus dans le cas de l’adulte d’une découverte de l’alphabet, Alphabetville demeure pourtant un livre qu’on découvre et qu’on feuillette avec plaisir : tant l’adulte que l’enfant va découvrir, ou plutôt redécouvrir, la ville sous un jour nouveau.

Et quand Benjamin nous dit que « les abécédaires des XVe et XVIIe siècles cherchaient à s’ajuster de près aux enfants » (p. 109), il nous semble au contraire que dans le cas d’Alphabetville, l’enfant s’ajuste à l’abécédaire avec un plaisir réel : celui de la recherche et de l’implication. Ne lui reste plus qu’à jouer avec la ville et à chercher dans l’environnement qui l’entoure les lettres de l’alphabet et ainsi confirmer le caractère à la fois ludique et pédagogique de cet abécédaire.

Camille Landais

 

Abécédaires

(GREENAWAY,KATE)illus. KATE GREENAWAY’S ALPHABET. Lond: Routledge no date [1885].
Bibliographie :

Un article en ligne (pdf) avec une bibliographie très intéressante sur le sujet : « L’O de l’A littéraire ou rêveries à partir des lettres de quelques abécédaires » par Nelly CHABROL GAGNE, chercheuse au CRLMC, Université Blaise-Pascal (Clermont-Ferrand, France).

http://eprints.aidenligne-francais-universite.auf.org/371/1/Reveries_a_partir_des_lettres_de_quelques_abecedaires.pdf

 

Une belle exposition (« Deux siècles d’abécédaires ») à la bibliothèque de Romorantin en 2011 avec la collection de Jean-Hugues Malineau (excellente bibliographie) :

http://www.mediatheque.romorantin.com/wp-content/uploads/2011/11/Abecedaires.pdf

 

Un site de vente dans le domaine anglais : on peut seulement regarder et prendre les références bibliographiques… :

http://www.alephbet.com/

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

« Ne pas tricher en se bornant à deviner au lieu de lire » (Benjamin) dans l’Alphabet (Damase-Delaunay)

Farb. Lithographien. 1969. Im Druckvermerk von der Künstlerin und vom Autor Jacques Damase signiert sowie numeriert. In O.Büttenumschlag mit farb. Titellithographie. Je 35 : 35 (einfache Blattgröße). Lithografie1969 .
cm ( in)Auf handgeschöpftem Büttenkarton Cartiera Ventura de Cernobbio (lose Doppelbogen). Exemplar 146/150. Mit Titelblatt und Druckvermerk. Farbenprächtige Illustrationen des Alphabets mit den Texten von Jacques Damase. Erschienen in der Edition Emme Edizioni de Milan. – Umschlag wenig angeschmutzt, oben mit schwachen Wasserfleckchen. Bogen « S » mit winzigem Knick in der oberen Ecke, die übrigen Bll. tadellos. Vollständiges Exemplar. – Provenienz: Collection Pergel, Düsseldorf.

L’abécédaire Alphabet de Sonia Delaunay est construit sur un modèle bien connu : sur quasiment chaque double page, la page de droite est consacrée à un ou plusieurs dessins d’une lettre de l’alphabet (illustration) et la page de gauche est destinée au texte. Ici chaque texte est une comptine écrite par Jacques Damase. Les comptines sont systématiquement en lien avec une lettre de l’alphabet c’est-à-dire qu’elles mettent en scène cette lettre au travers de différents mots. J’ai choisi l’exemple de la lettre « f » pour illustrer mon propos :

FEU FOLLET

FEU DE JOIE

GENTIL FEU DE BOIS

 

FEU DE FÉERIE

COMME L’ANGE QUI SOURIT

FLEUR DE LA FUSÉE

ELLE CHERCHE DU FEU

 

POUR MIEUX EXPLOSER

Je me suis également référée à cette lettre car il y a un autre aspect qui m’a intéressé : la lettre « f » représentée sur la page de droite n’est pas vraiment bien dessinée, il manque la petite barre du « f ». Ceci est intéressant dans la mesure où les professeurs des écoles pourront faire chercher toutes les fois où cette lettre apparaît à leurs élèves. Les enfants doivent donc auparavant connaître cette lettre pour l’identifier car ils ne pourront pas la deviner grâce à l’illustration, c’est ce que nous explique Walter Benjamin dans Enfance : « Ils se seront dit que ce genre de choses avait son utilité, que les enfants, ainsi, ne pourraient pas tricher en se bornant à deviner au lieu de lire1 ». Les élèves ne pourront pas deviner la lettre, ils seront amenés à la reconnaître en lisant la comptine et en la prononçant correctement. Un travail sur les phonèmes sera donc fait préalablement et l’abécédaire de Sonia Delaunay permettra de renforcer les connaissances des élèves.

Lucie Bechet

1. Benjamin Walter, Enfance, Rivages, 2011, p. 110.

« Des pays entiers densément peuplés faits de lettres » (Benjamin) dans l’Alphabet de Sonia Delaunay et Jacques Damase

Les abécédaires permettent aux enfants d’apprendre les lettres et constituent parfois un premier pas vers l’apprentissage de la lecture de manière artistique comme c’est le cas de Alphabet dans lequel l’artiste Sonia Delaunay illustre les comptines de Jacques Damase. Chaque double page de l’abécédaire est consacré à une lettre de l’alphabet. Le rapport à l’espace de la page ainsi que la présence de multiples couleurs nous permettent de mettre en relation la double page du T de l’abécédaire avec la citation de Walter Benjamin extrait de Enfance à la page 111 :  » Ces feuilles présentent des pays entiers densément peuplés faits de lettres ».

Les couleurs des différents T et la particularité se dégageant de l’occupation de l’espace attirent le regard de l’enfant. Les lettres semblent tourbillonner autour de la toupie dessinée au milieu de la page afin d’envahir tout l’espace de la page de droite. L’enfant ne peut-il pas alors prendre conscience que la lettre n’est pas quelque chose de figé entre deux lignes d’un cahier d’écriture mais qu’elle doit être pensée comme la partie d’un tout en mouvement dans les mots, dans les vers, et dans les pages ? La comptine présente sur la page de gauche nous donne la même impression : les vers sont inclinés sur la page de telle manière qu’ils semblent danser dans l’espace de la page blanche. Tous ces éléments peuvent montrer à l’enfant que la lecture peut être apparentée à un jeu dans lequel ils doivent retrouver quelles autres lettres dansent avec le T. Les mots constituant les écrits ne sont pas tous forcément disposés de manière linéaire et continue. Les T de la comptine sont en mouvement pour former divers mots et peuvent être associés à différentes lettres en vue de former des syllabes  » TONNERRE », « TORTICOLIS », »TAPIS ».  Les enfants constatent que des mots formés avec une même lettre peuvent ouvrir un champ sémantique riche et varié. L’idée d’un monde de l’écrit perçue comme un gigantesque tourbillon fait de lettres qui peuvent s’assembler de différentes manières serait sous-jacente à la double page du T.

Ayant conscience de l’effort qu’aura à fournir l’élève pour apprendre à lire, n’est-il pas intéressant de proposer aux enfants une porte d’entrée vers la lecture faite de couleurs lui permettant déjà de comprendre que l’écrit doit être pensé comme quelque chose de « densément » peuplé et puissamment dynamique !

Lise Leroux

 

« L’activation intégrale de l’instinct de jeu par l’étroite liaison entre écriture et dessin » (Benjamin) avec Agnès Rosenstiehl

L’abécédaire d’Agnès Rosenstiehl : L’alphabet fou ou le livre des syllabes sibyllines met en lien les notions de graphème et de phonème. En effet, pour les 26 lettres de l’alphabet, elle marie des sonorités et des syllabes basées sur une lettre particulière.

Son livre est organisé de la façon suivante : une double page est consacrée à une lettre de l’alphabet. Sur une page il y a une illustration avec la lettre entre-mêlée dans le dessin. Bien souvent ce sont des enfants représentés, ils discutent entre eux (ce sont toujours des mots en rapport avec la lettre de la page). Sur l’autre page, se trouve une phrase où la lettre étudiée revient le plus souvent possible. Pour chaque lettre, l’auteur fait des jeux de mots comme par exemple pour le M : « MA MAMAN MENT MAIS MÉMÉ M’AIME ».

En lisant « CHICHLEUCHLAUCHRA » dans Enfance de Walter Benjamin, une relation peut se faire avec l’abécédaire d’Agnès Rosentiehl. En effet, lorsqu’à la page 110, Walter Benjamin écrit que « l’idée d’aérer les abécédaires sur un mode ludique est ancienne », nous pouvons retrouver l’aspect agréable et divertissent de l’abécédaire dans L’alphabet fou ou le livre des syllabes sibyllines. De même dans « PREMIER RUDIMENTS VERDOYANTS » du même ouvrage, Walter Benjamin indique, à la page 119, qu’« il apparaît de nouveau que les deux motifs conducteurs de la méthode ont fait brillamment leurs preuves : activation intégrale de l’instinct de jeu par l’étroite liaison entre écriture et dessin… ». L’abécédaire doit avoir un aspect ludique pour amener l’enfant qui le lit à faire le lien entre graphèmes et phonèmes par le moyen de l’illustration. Aussi, le dessin est-il important pour entrer dans le monde de l’écriture : c’est pourquoi l’abécédaire d’Agnès Rosentiehl est intéressant puisqu’il mêle à la fois écriture, jeux de mots et dessin. En plus de cet aspect ludique, L’alphabet fou ou le livre des syllabes sibyllines montre à l’enfant plusieurs styles d’écriture puisque sur chaque double page consacrée à une lettre, on retrouve une écriture capitale et une écriture cursive. Enfin, l’auteur de cet abécédaire a pu trouver une morale de La Fontaine pour chaque double page : il y a donc une nouvelle connexion entre jeu de mot et morale comme si l’abécédaire, en plus de ses fonctions de divertir, d’apprendre les lettres et les sons devait faire passer une certaine morale à l’enfant.

Alice Poignon

Petite philologie de l’identification

Pour des didacticiens de la lecture littéraire, nourris des écrits de Jauss, Iser et plus récemment Vincent Jouve, les dernières lignes de « La littérature enfantine », semblent remettre totalement en cause les fondements actuels de la théorie de la réception : « Nous ne lisons pas pour augmenter nos expériences, mais pour nous augmenter nous-mêmes. Les enfants, eux tout particulièrement et tout le temps, lisent ainsi : en incorporant, mais non en identifiant » (p. 136). Benjamin nie-t-il le processus d’identification, qui selon Picard puis Jouve, fonde le statut du lecteur ? Plus encore, l’identification est au cœur du processus de la lecture subjective, qui actualise en nous le lecteur réel. Et quelle différence Benjamin fait-il réellement entre « incorporer » et « s’identifier » ? La suite du texte semble apporter un élément de réponse : « Leur lecture est dans un rapport très intime bien moins avec leur culture et leur connaissance du monde qu’avec leur croissance et leur puissance » (p. 136). L’identification serait d’ordre culturel, et donc un rapport d’extériorité ; l’incorporation serait de l’ordre de l’intime, à la limite de l’inconscient comme en témoigne l’emploi du terme « puissance » ; cette interprétation semble validée quelques lignes plus haut par l’affirmation selon laquelle « nous ne lisons pas pour augmenter nos expériences, mais pour nous augmenter nous-mêmes ».

Il ressort de cette analyse que l’identification de Benjamin n’est pas l’identification des théoriciens de la réception. Le détour par le texte original de Benjamin lève définitivement l’indétermination. Ce dernier écrit : « einverleibend, nicht sich einfühlend » (p. 257) https://archive.org/details/GesammelteSchriftenBd.7

Einverleiben désigne effectivement l’action très matérielle, concrète, d’ingestion, ou d’annexion. Une volonté de faire sienne une extériorité. Sich einfühlen n’est en fait pas le mot que l’allemand utiliserait pour désigner le processus identificatoire tel qu’il est envisagé par la théorie de la réception. Il existe, en effet, le verbe sich identifizieren ; pour l’assimilation à quelqu’un ou à quelque chose, l’allemand emploie sich gleichsetzen. Sich einfühlen désigne en fait un processus totalement inverse de sich einverleiben : le fait de se mettre à la place de quelqu’un (par empathie ou par sympathie), donc un processus d’extériorisation. Dans les deux cas, il s’agit de ce que le français nomme identification ; mais ce sont les deux modalités de ce processus qui se trouvent envisagées et opposées : ce que nous pourrions rebaptiser l’appropriation (intériorité, augmentation de soi-même) et la projection (extériorisation de soi-même). Ainsi pour Benjamin l’identification, dans le processus de la lecture chez l’enfant, consiste à s’approprier  (einverleben) non à se projeter (sich einfühlen). Notons que les deux nouveaux termes que nous proposons ne traduisent évidemment pas mot à mot einverleben et sich einfühlen. Ils donnent une idée du sens qu’ont sans doute ces termes pour Benjamin, dans une langue, une époque, et une optique conceptuelle différentes…

Comment alors comprendre la différence que pose Marie-Aude Murail entre identification et projection[1] ? En effet selon elle la condition non négociable de l’identification est la similitude d’âge et de sexe entre le lecteur et le personnage ; dans tous les autres cas elle substitue le terme de projection. Elle prend d’ailleurs pour exemple sa passion pour Arsène Lupin à l’âge de douze ans. Doit-on alors choisir Marie-Aude Murail contre Walter Benjamin ? L’analyse philologique qui précède semble incliner à davantage de précautions… En effet, Marie-Aude Murail avoue avoir été, adolescente, éperdument amoureuse d’Arsène Lupin : cette projection dans l’être aimé a tout l’air d’une incorporation… Toute décalée que puisse apparaître la référence à la conception néoplatonicienne de l’amour, on aurait envie de conclure : toute projection amoureuse est incorporation. Mais l’amour n’est pas la lecture. A moins que…

Words, words, words…

(Hamlet, II, 2).

 

 



[1] Marie-Aude Murail « Réflexion autour de deux notions fondamentales : l’identification et la projection », http://www.cndp.fr/savoirscdi/societe-de-linformation/html

 

 

Et nous voyons l’heure qu’il est : Walter Benjamin et le coffret de Hebel

Le livre préféré de Walter Benjamin et la formule merveilleuse qu’il tire du « coffret » (Das Schatzkästlein des rheinischen Hausfreundes, 1811, Cotta) de Hebel (1791-1826), apparaissent dans ce très beau passage de « La littérature enfantine » (Enfance, p. 132-133) :

Mais nous possédons assurément un chef-d’oeuvre de la littérature d’édification morale qui est en même temps un chef-d’oeuvre de la langue allemande tout simplement : Das Schatzkästein (Le Coffret). Il ne s’agit pas, comme on sait, d’un écrit pour la jeunesse au sens le plus strict ; néanmoins, il est issu intégralement d’un intérêt philanthropique pour les larges masses de lecteurs, surtout rurales. S’il est permis de caractériser d’un mot cet incomparable prosateur qui a fusionné en une presque insondable unité l’ampleur du narrateur et la brièveté du législateur, nous dirons que le décisif est alors de reconnaître chez Hebel un dépassement de la morale abstraite des Lumières  par une autre d’ordre politico-théologique. Mais comme cela ne se met en place, chez lui, qu’à la manière d’une casuistique, donc de cas en cas, il n’est guère possible non plus d’en donner une idée autrement que tout à fait concrètement. A l’aide d’une image. Quand il raconte ses histoires, tout se passe comme si l’horloger nous montrait un mécanisme de pendule en expliquant et en commentant les ressorts et les rouages. Soudain (toujours soudaine est sa morale), il retourne l’objet et nous voyons l’heure qu’il est. Et ces mêmes histoires ressemblent aussi à l’horloge en cela qu’elles éveillent notre très ancien étonnement d’enfant et ne cessent de nous accompagner tout au long de la vie.

Non seulement Benjamin nous montre la poétique de Hebel en l’exerçant concrètement avec son horloger, ce qui montrerait à l’envi la nécessité d’ancrer la critique dans l’oeuvre elle-même et de ne jamais la considérer comme l’application d’un schéma réflexif qui lui serait étranger,  mais il nous invite à une réflexion d’une très grande ampleur concernant les liens qu’entretiennent les oeuvres et la vie sous le rapport d’une connaissance bien spécifique : plus que des savoirs, des accompagnements qui apprennent à vivre.

Avec cet exemple, Le Coffret de Hebel, Benjamin nous engage à renouveler la réflexion sur des auteurs et des oeuvres dans la lignée de La Fontaine et des Fables qu’on peut considérer comme les équivalents dans le domaine français quant à leur public (« larges masses ») et à la poétique fusionnant le racontage et la leçon. Il me semble que Benjamin vise une poétique de la fable situant cette dernière comme valeur et non comme genre, c’est-à-dire comme articulation la plus forte d’une forme de vie et d’une forme de langage (voir Quelle littérature pour la jeunesse?)…

Serge Martin

 

Une fiche biographique sur Hebel à cette adresse:

http://www.jose-corti.fr/auteursromantiques/hebel.html

« Schatzkästlein des rheinischen Hausfreundes », von J.P. Hebel, Pohlmann, Berlin o.J. (1890)
« Schatzkästlein des rheinischen Hausfreundes », von J.P. Hebel, Pohlmann, Berlin o.J. (1890)
« Schatzkästlein des rheinischen Hausfreundes », von J.P. Hebel, Pohlmann, Berlin o.J. (1890)

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Des expériences musicales avec van der Keuken

Brass Unbound /Cuivres débridés (106′ – 1993) Johan Van der Keuken 14/20

Le film du cinéaste Johan van der Keuken retrace plusieurs expériences musicales assez inédites pour le spectateur (auditeur) français qui souvent sépare les expériences « savantes » et « populaires » dans la tradition des deux cultures. Guillaume Kosmicki, lors d’une conférence à la Cité de la Musique en 2006 (texte intégral en pdf ici :http://guillaume-kosmicki.org/pdf/musiquespopulaires&musiquessavantes.pdf) montre, dans son introduction, combien la distinction est de plus enplus délicate :

Le propos de cette contribution est de se pencher sur la validité des deux catégories si couramment utilisées de « musiques savantes » et « musiques populaires », catégories que l’on devrait toujours s’empresser de mettre au pluriel, tant elles représentent en elles-mêmes déjà des réalités multiples, des « mondes de l’art » distincts comme les décrirait le sociologue Howard S. Becker. Force est de constater qu’aujourd’hui, et ce surtout depuis la deuxième moitié du XXème siècle, il semble de plus en plus difficile d’en situer les frontières exactes. Nous verrons si l’on peut alors parler d’une transmission de l’une à l’autre, ou d’une mutation générale. Nous verrons aussi qu’il conviendrait probablement, dans un avenir proche, de modifier ces définitions, et nous préciserons de quelle manière.

 

Le film de Keuken nous introduit dans l’expérience musicale de personnes concrètes dont on aperçoit très vite la condition quotidienne (tailleur du Népal, par exemple) et le milieu à travers les échanges (enfants présents et apprenant sans qu’on fasse « leçon » de musique) et les relations socio-économiques (musique pour un mariage) mais également symboliques voire religieuses (avant de « jouer », il faut se recueillir…).

Le film fait cela comme en suivant l’expérience vraie de quelques « musiciens » professionnels ou pas et à travers leurs gestes musicaux dans toute leur ampleur: instrument et manière de le ranger, sortir, porter, placer; vêtement voire costume (casquette, par exemple); déplacement et position dans les lieux où ça joue; rapport avec l’environnement (public ou privé), etc. Autant d’attention où la relation construit l’écoute sans a priori.

Le film serait alors une illustration très parlante des réflexions de John Dewey et du chapitre « Vivre une expérience » car non seulement il propose un compte rendu des expériences de ces musiciens mais il nous fait vivre une expérience de partage musical assez inouï.

 

Un très beau texte critique sur ce film (à cette adresse: http://www.myspace.com/hervac/blog/348745134:
Brass Unbound, né de la rencontre du cinéaste avec l’anthropologue Rob Boonaier Ftaes raconte l’épopée des cuivres, symbole du joug culturel imposé par les coloniaux au Ghana et dans le Tiers-Monde et leur appropriation par les peuples colonisés. Avant tout, voyage musical, le film raconte comment les instruments se sont libérés de leurs maîtres, se sont détournés du christianisme qui les a importés et sont devenus les captifs bien aimés des pays conquis, l’accompagnement indispensable des fêtes et des rituels de la religion polythéiste.
De pays en pays, il montre comment les vestiges coloniaux sont intégrés à tous les événements publics et privés.
Tourné au Nepal, au Surinam, en Indonésie et au Ghana ce film est d’une telle liberté que seul Van der Keuken pouvait se permettre de tenter l’aventure. C’est un film vraiment surprenant car il est rare que des films se situant dans des régions du « Tiers monde » ne parlent pas de famine, de guerre ou de maladie. Ici, il s’agit de musique, de vie, de nature, de tradition. Attention, on n’est pas pour autant dans un film touristique. Van der Keuken est un immense cinéaste et un voyageur (le contraire d’un touriste). Ce film fait partie de la dernière partie de son oeuvre qui est d’une incroyable richesse (il mourra moins de dix ans plus tard). Cette période est plus sereine, moins engagée, plus contemplative mais VDK y est toujours curieux du monde et des gens. Formidable cadreur VDK sait ici saisir la formidable couleur de chacun des pays visités, les gestes, les coutumes et bien sûr la musique. C’est un film unique sans commentaires ni interview, sans explication, sans histoire, sans personnage, basé uniquement sur l’image et le son ce film est de plus tourné dans divers endroits du globe (comme il l’avait fait avec I love dollars). Comment tout cela tient-il ? Uniquement par le style et le génie du cinéaste. Chez VDK, le découpage, la mise en scène, le montage, tout se fait en direct et sans filet au tournage. Il crée en tournant comme un peintre crée en peignant ou un musicien de jazz improvise en jouant. On a l’impression que tout se fait, tout se réalise dans l’instant du tournage et c’est cela qui est magnifique. Il ne s’agit plus de capter simplement la réalité mais de la re-transcrire, la transformer à travers son propre regard. En cela il est avec Rouch et Mekas le plus grand créateur du cinéma documentaire. Magnifique par les images et le son, Brass Unboundn’est pas que cela. Au fil de ces mariages, enterrements et cérémonies diverses à travers le monde se profilent les fantômes du colonialisme. Reprenant le principe utilisé dans Face value, VDK sépare les images et le son, montrant une personne muette face à la caméra et faisant entendre sa voix, cela permet d’avoir la personne au naturel, perdu dans ses pensées et de cerner mieux son « moi » intérieur que si on la filmait simplement en train de parler. De même la voix non filmée est plus calme, plus posée, plus profonde que si la personne parlait face à la caméra. Très risqué dans son refus de toute narration, parfois abstrait, proche de l’expérimental (les inserts historiques), ce film n’a pas l’ambition d’être un film parfait, un chef-d’oeuvre. C’est simplement une improvisation folle, pleine de fulgurance, un film unique dans l’histoire du documentaire.

 

Neuf films de Johan Van Der Keuken

 

DVD 1
Cuivres Débridés / A la Rencontre de Swing – 1993 – 106 minutes
Sarajevo Film Festival – 1993 – 14 minutes
Temps / Travail – 1999 – 11 minutes
Johan Van der Keuken (Thierry Nouel) – 1999 – 52 minutes

DVD 2
Amsterdam Global Village – 1996 – 229 minutes

DVD 3
To Sang Fotostudio – 1997 – 33 minutes
Vivre avec les Yeux (Ramon Gieling)– 1997 – 55 minutes
Amsterdam afterbeat – 1996 – 16 minutes
L’Entretien (Thierry Nouel) – 1999 – 35 minutes

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Les cinq ateliers de tutorat en M2 : directeurs et membres (2012-2013)

Nom Guégan Guihard Jeannin Lefebvre Martin
Allirol       x  
Anne x        
Bechet     x    
Cabaret x        
Dubost       x  
Dupré   x      
Enée       x  
Fraisse         x
Gailleux   x      
Jean     x    
L’Orphelin       x  
Lallinec     x    
Larquier         x
Laubin   x      
Leroux     x    
Luet x        
Marie L.     x    
Marie O.         x
Morin         x
Nicolas x        
Noblet     x    
Pain       x  
Poignon         x
Roussel       x  
TOTAL 4 3 6 6 5

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Les cinq ateliers de tutorats en M1 : directeurs et membres (2012-2013)

Nom Guégan Guihard Jeannin Lefebvre Martin
Barbot x
Becquemont x
Berger x
Betton x
Boichard x
Boudier x
Bourniche x
Cavoit x
Cheyrade x
Decaëns
Hemery x
Jacoutot x
Jouault x
Landais x
Lecoeur x
Marteau x
Robine x
Sauvage x
Simon x
Tirel x
TOTAL 4 3 3 3 6

19 étudiants

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Le travail du spectateur, selon Dewey

From Wikipedia, the free encyclopedia: Portrait of Hendrickje Stoffels (Gemäldegalerie, Berlin)

John Dewey, L’Art comme expérience, p. 110-111 :

Chacun sait qu’il faut de l’entraînement pour voir dans un microscope ou dans un télescope et pour voir un paysage comme le voit le géologue. L’idée que la perception esthétique est réservée à de rares instants est une des raisons qui explique le retard des arts chez nous. L’œil et l’appareil visuel peuvent être intacts ; l’objet peut physiquement être présent, qu’il s’agisse de la cathédrale de Notre-Dame ou du portrait de Hendrickje Stoffels de Rembrandt ; ces œuvres peuvent être « vues », au sens littéral du terme ; on peut les regarder, éventuellement les reconnaître, et les identifier correctement. Il n’en reste pas moins que, par manque d’interaction continue entre l’organisme dans son entier et ces œuvres, celles-ci ne sont pas perçues ou, en tout cas, elles ne le sont pas sur un plan esthétique. On ne peut pas dire d’un groupe de visiteurs qu’un guide promène dans une galerie de peintures, en attirant leur attention ici et là sur quelque tableau mar­quant, qu’ils perçoivent ; c’est seulement par hasard qu’ils ressentent ne serait-ce que de l’intérêt pour un tableau pour la force de son exécution.

En effet, pour percevoir, un spectateur doit créer sa propre expérience qui, une fois créée, doit in­clure des relations comparables à celles qui ont été éprouvées par l’auteur de l’œuvre. Celles-ci ne sont pas littéralement semblables. Mais avec la personne qui perçoit, comme avec l’artiste, il doit y avoir un agencement des éléments de l’ensemble qui est, dans sa forme générale mais pas dans le détail, identique au processus d’organisation expérimenté de manière    consciente par le créateur de l’œuvre. L’artiste a sé­lectionné, simplifié, clarifié, abrégé et condensé en fonction de son intérêt. Le spectateur doit passer par toutes ces étapes en fonction de son point de vue et de son intérêt propre. Chez l’un et l’autre, il se produit un acte d’abstraction, c’est-à-dire d’ex­traction de la signification. Chez l’un et l’autre, il y a compréhension au sens littéral, c’est-à-dire regroupement de détails éparpillés physiquement visant à former un tout qui est vécu comme une expérience. La personne qui perçoit accomplit un cer­tain travail tout comme l’artiste. Si elle est trop fainéante, indolente ou engluée dans les conventions pour faire ce travail, elle ne verra pas et n’en­tendra pas. Son « appréciation » de l’œuvre sera un mélange de bribes de savoir et de réactions confor­mes à des normes d’admiration conventionnelle, additionné d’une excitation émotionnelle confuse même si elle est authentique.

 

Après avoir lu les pages 110-111 de l’essai de John Dewey intitulé L‘Art comme expérience, nous nous sommes penchés sur les titres qui auraient pu se référer à cette partie du livre. Nous sommes parvenus aux propositions suivantes:

– La perception d’une oeuvre

– L’appréciation du spectateur face à une oeuvre

– La perception, fruit d’une expérience

– Les différentes perceptions

– Expérience ou l’apprentissage de la perception

– Comment percevoir l’Art ?

– Le travail du spectateur

– Le ressenti de chaque individu face à une oeuvre

– La perception dans l’Art

– Percevoir une oeuvre d’art, c’est créer sa propre expérience

– Voir ou percevoir

Si nous étudions la typologie des titres proposés par les participants du cercle d(étude, nous remarquons que certains titres sont plus dénominatifs, tandis que d’autres sont plus interrogatifs, et poussent à la réflexion.

Nous notons également une dominante de la notion de perception, sujet majeur dans cette partie de l’essai.

Puis, on dénote une hésitation entre deux termes, ART et OEUVRE.

En effet, l’Art est considéré comme une activité humaine s’adressant aux sens, aux émotions et à l’intellect. Pour Marcel Mauss (père de l’anthropologie française), « un objet d’art par définition, est l’objet reconnu comme tel par un groupe » (Manuel d’ethnographie [Cours professé entre 1926-1939], Payot, Paris, 1971, p. 89 ). Dans cette définition, le sujet regardant est donc le premier à pouvoir nommer ce qu’il est en train de regarder. Il n’y aurait donc pas de définition stricte du terme « art ».

L’oeuvre (du latin opéra qui signifie travail) est défini comme l’objet physique ou virtuel résultant d’un travail.

Il y aurait donc une distinction mince entre ces deux termes, dont il est difficile de faire la différence. Ainsi, une oeuvre peut être une oeuvre d’art pour certains et une oeuvre stricto sensu pour d’autres. La perception propre et l’intérêt que porte le sujet regardant à un travail quelconque joue donc un rôle essentiel dans la nomination d’un travail abouti.

 

 Héloïse L’Orphelin.

 

 

 

 

Héloïse L'Orphelin

Je participe au séminaire ARTS, mon master traitera le sujet de la réécriture théâtrale au sens langagier du terme, à partir d’un conte populaire étranger.

More Posts

Expérience : première séance (octobre 2012)

Cercle « Expérience : art et expression »

Ouvrage et revue à l’étude :

John Dewey, L’Art comme expérience, Paris, Gallimard, « Folio-essais », 2005.

Spirale n° 47 (« La Culture de l’expression »), 2011.

Parrainage :

Denis Laborde (Laboratoire d’anthropologie des institutions et des organisations sociales – CNRS, EHESS ; auteur de Les Musiques à l’école, Bertrand Lacoste, 1999)

Animateurs :

Serge Martin et Karine Guihard

Première séance : mercredi 10 octobre 2012 de 17h. à 20h.

Neuf étudiants M1 et M2 présents.

La séance inaugurale du cercle d’étude se déroule en trois moments principaux :

Toute la séance s’organise afin d’entamer la lecture du chapitre II (« Vivre une expérience », p. 80-114).

1.       On lit d’abord les pages 110-111 qui livrent un nœud de la pensée de Dewey. Chacun propose de titrer ce passage (un billet donnera les éléments de ce travail) puis de définir la notion d’expérience comme dans un article de dictionnaire en empruntant si nécessaire à Dewey.

2.       On se répartit ensuite des passages plus importants de tout le chapitre pour réaliser une anthologies des moments principaux de la réflexion de Dewey permettant de conceptualiser la notion d’expérience (trois étudiants livreront dans un billet ce travail anthologique sur le chapitre II).

3.       A la fois pour faire une petite pause mais également pour observer en actes la notion d’expérience, on projette les premières minutes du film de Van der Keuken, Cuivres débridés (un billet à venir) : comment une expérience musicale se constitue ici avec peut-être une multiplicité d’expériences.

4.       A partir de plusieurs albums on observe ce que peut-être une expérience : celle du héros de l’album, celle de l’auteur, du lecteur (billets à venir).

5.       On clôt la séance par l’annonce de la prochaine autour de la notion d’expression qui s’ouvrira par la lecture du texte de Jean-Louis Chiss dans la revue Spirale et la lecture du chapitre III de Dewey.

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Racontage : première séance (octobre 2012)

Cercle « Racontage : littérature et enfance »

Ouvrage et revue à l’étude :

Walter Benjamin, Enfance, Paris, Rivages poche/Petite bibliothèque, 2011.

Modernités n° 28 (« L’album contemporain pour la jeunesse : nouvelles formes, nouveaux lecteurs ? »), 2008.

Parrainage :

Florence Gaiotti (Textes et cultures – EA 4022, Université d’Artois ; auteur de Expériences de la parole dans la littérature de jeunesse contemporaine, PUR, 2009)

Animateurs :

Serge Martin et Magali Jeannin

Première séance : mercredi 10 octobre 2012 de 14h. à 17h.

Douze étudiants M1 et M2 présents.

La séance inaugurale du cercle d’étude se déroule en trois moments principaux :

1.      Lecture de W. Benjamin, « La littérature enfantine » (p. 125-136) et parallèlement de l’avant-propos de Modernités (les deux premières pages)

a.      Établir une chronologie littéraire comparée visant à montrer les deux domaines (allemand et français) avec similitudes et différences, les interactions entre les œuvres et auteurs à proprement parler, les critiques et les contextes historiques et éducatifs.

b.     Nous avons laissé de côté la question définitionnelle de la littérature enfantine : la concrétude chez Benjamin (p. 133) et l’hybridité (Modernités) mais un billet viendra éclairer ces passages alors même que la discussion sur les chronologies l’ont entamée.

c.      A partir de l’incipit de la conclusion de Benjamin (« Dévorer les livres. Curieuse métaphore », p. 135), on a pu ouvrir à la fois une discussion sur la notion d’identification à laquelle Benjamin oppose celle d’incorporation (un texte de Marie-Aude Murail a été distribué : voir le billet correspondant) et proposer une activité d’écriture avec la métaphore : « Parler comme un livre » (voir le billet http://arlap.hypotheses.org/508).

2.      Lecture de W. Benjamin, « Chichleuchlauchra » (p. 109-117) et « Premiers rudiments verdoyants » (p. 119-124) 

A partir de plusieurs abécédaires « historiques », les étudiants proposent une lecture inspirée par ces textes de Benjamin : billets sur le carnet :

Serge Martin

 

 

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Comenius, le signe et le mot

Joh. Amos Comenii, Orbis sensualium pictus quadrilinguis

Fac-similé de l’édition de 1658

 

Titre complet : Omnium fundamentalium, in mundo rerum, et in vita actionum, Pictura et nomenclatura

Dans le court texte La Littérature enfantine, W. Benjamin écrit à propos de Comenius qu’il cherche à « émanciper l’image autant que possible du mot » (p.127),  à élaborer un« nouveau système de signes, normé et sans mots » (p. 128). Si indéniablement la simplicité de l’image semble se suffire à elle-même, il semble difficile d’adhérer totalement à l’interprétation de Benjamin : dans l’édition de 1685 le choix du quadrilinguisme (latin, allemand, tchèque, hongrois), des listes de vocabulaire et de la nomenclature nous semble au contraire vouloir relier signe, mot et sens, et donner à l’enfant les moyens d’habiter le monde, d’un vocable à l’autre, d’une langue à une autre. Le choix des langues en lui-même nous semble particulièrement significatif : le tchèque (langue maternelle de Comenius) est une langue slave, l’allemand vient du francique, le latin est la langue de la science au 17ème siècle, et la matrice des langues romanes ; quant au hongrois il fait partie des langues non indo-européennes, et participe encore davantage à l’élargissement linguistique de la nomenclature. La pédagogie du signe semble ici fortement reliée à celle du mot…

Orbis sensualium pictus (édition de 1658): http://de.wikipedia.org/wiki/Bild:Orbis-pictus-001.jpg

Sur Comenius: http://bohemica.free.fr/auteurs/comenius/presentation_comenius.htm

L’album d’Adèle, une expérience ?

Couverture de l'album d'Adèle

Peut-on mettre en rapport l’album d’Adèle avec la notion d’expérience décrite par John
Dewey ? L’album d’Adèle, de Claude Ponti, décrit l’expérience de la lecture.

En effet, dans cet album de jeunesse, on a affaire à une continuité, puisqu’on remarque à la première page que le personnage, qu’est Adèle, « rentre » dans le livre, elle en prend la pleine possession. Finalement, on pourrait dire que l’on a « un livre dans le livre ».

Les pages suivantes rendent compte du mouvement qui est propre à l’activité de lire : regarder de gauche à droite, parfois dans un sens différent, et surtout le fait de revenir à la page précédente pour tenter de mieux comprendre : c’est le concept de la lecture récurrente.

Ce livre devient en quelque sorte un jeu théâtral (salut final sur la dernière page) où s’enchevêtrent imaginaire et réalité, le personnage d’Adèle crée son propre monde, par ce qu’elle a « lu » ou « perçu » dans cet album.

La notion de perception est par ailleurs importante dans l’œuvre de John Dewey, l’Art comme expérience. En effet, il décrit la perception comme un ensemble de mécanismes qui supposent du sujet regardant un investissement total dans l’oeuvre. Ainsi, en rentrant dans cet album, Adèle s’investit pour pouvoir faire l’expérience de l’oeuvre, si bien qu’elle se retrouve spectatrice au premier plan et qu’elle semble finir par créer son propre album et sa propre histoire.

Marion Morin

Marion MORIN

Licence Lettres Modernes
M1 Enseignement primaire et actuellement en M2

More Posts

lire et écrire pour le mémoire de master