Florence Gaiotti

Maître de Conférences IUFM Nord Pas de Calais, Université d’Artois. EA 4028 Textes et cultures, Florence Gaiotti assure la formation des professeurs d’école. Ses objets de recherche sont la littérature de jeunesse contemporaine et l’enseignement de la littérature à l’école primaire. Son travail porte plus particulièrement sur l’album et sur les relations texte/image, sur la question du récit ainsi que sur la réception des œuvres de jeunesse à l’école.

Ouvrages 

Expériences de la parole dans la littérature de jeunesse contemporaine, PUR, 2009.

Co-direction de la publication du volume 28 de la collection ModernitésL’album contemporain pour la jeunesse : nouvelles formes, nouveaux lecteurs,  avec C.Connan-Pintado et B.Poulou, paru en décembre 2008, Presses Universitaires de Bordeaux.

Interventions publiées dans des ouvrages collectifs depuis 2006

« La parole affabulatrice dans la littérature de jeunesse : un apprentissage de la fiction », colloque  « Les enseignements de la fiction », Bordeaux, décembre 2004. Publié en décembre 2006, Modernités, 23, Presses Universitaires de Bordeaux sous la direction de B.Laville, B.Louichon et M.Braud, p. 177-188.

« L’ironie des albums : le regard oblique », intervention dans le cadre du séminaire du CELAM (Annie Rouxel, Catherine Tauveron), Rennes 2, décembre 2005. Paru dans Les cahiers de Lire écrire à l’école,« Texte et images dans l’album et la bande-dessinée pour enfants », Scéren, CRDP Académie de Grenoble, 2007, p. 69-86.

« Le jeune lecteur face au texte comique : un re-lecteur »,  7èmes rencontres des             chercheurs en didactique de la littérature, « Parler, lire écrire dans la classe de littérature », IUFM de Montpellier, organisé par J.- C. Chabanne (Alfa-Lirdef) et F. Demougin (Didaxis-Dipralang, Université Paul Valéry, Montpellier 3), avril 2006. Paru en CD rom, mai 2007

« Morceaux choisis  ou le corps en question dans l’œuvre de Roald Dahl », colloque           Roald Dahl, organisé par La Joie par les livres , la  BNF, le CHCSC (université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines, Octobre 2006. Publié dansL’univers de Roald Dahl, L. Trunel, J.Vidal-Naquet (dir.), La Joie par les livres, Oct. 2007, p. 117-124.

« Mettre en image la voix du texte » : sur les éditions du Rouergue, journée d’étude, Septembre 2005 , dans le cadre du CELAM, Rennes 2, séminaire Texte/image,  paru    en décembre 2007,  dans A l’œil. Des interférences textes/images en littérature,coll. « Interférences » sous la direction de J.P. Montier, aux Presses Universitaires de Rennes, p. 37- 44.

« Où commencent et où finissent les albums ? (Rascal, Corentin, Ponti, Douzou)», dans le cadre du colloque organisé par Andrea del Lungo,  « Le début et la fin », Toulouse Le Mirail, Mars 2006,  paru en ligne sur le site Fabula, Janvier 2008.

« Corentin dans tous les sens : une poétique du même et de l’autre », intervention dans le colloque : « L’album contemporain pour la jeunesse: nouvelles formes, nouveaux lecteurs ? », Bordeaux, novembre 2007, paru dansModernités, 28, PUB, déc.2008, (C.Connan Pintado, F.Gaiotti, B.Poulou dir.)

« La bibliothèque éditoriale, un outil pour la classe ? », intervention dans le cadre du colloque  « 9 èmes rencontres des chercheurs en didactique de la littérature », organisé par B. Louichon et Annie Rouxel à l’IUFM d’Aquitaine, Bordeaux , du 3 au 5 avril 2008. Paru dans  La littérature en corpus, B.Louichon, A. Rouxel (dir.), Scéren, CRDP de Bourgogne, 2009, p. 61-69.

« Christophe Honoré : le tissage entre littérature pour les enfants et pour les adultes pour dire l’intime. », intervention dans le cadre de la journée d’étude « Ecrire pour les enfants, écrire pour les adultes », 19 novembre 2008, co-organisé par l’IUFM d’Aquitaine,  Modernités-TELEM et Médiatquitaine. Paru dans le n° 180 de Nous Voulons Lire ! en 2009.

Interventions  à paraître

« Le minimalisme narratif : une invitation à l’implication du lecteur», intervention dans le cadre du colloque « Le texte du lecteur », colloque international, Toulouse, IUFM/Université Toulouse Le Mirail, 23-24 Octobre 2008, organisé par C.Mazauric, M.J.Fourtanier et G.Langlade.

« Quand le texte s’invite dans le paratexte », intervention dans le cadre du colloque « Le parti pris de l’album », organisé par C.Alary et N.Chabrol-Gagne, Clermont-Ferrand, 11-13 Février 2009.

« Une fabrique d’écrivains. De quelques figures d’auteur dans les écrits éditoriaux de L’école des loisirs », Grenoble, organisé par J.F.Massol, CEDILIT, avril 2009, à paraître courant 2010.

« L’espace mental  mis à plat, mis en plan ? : de quelques albums du Rouergue », intervention dans le cadre du colloque « La cartographie en littérature de jeunesse »,  organisé par Danielle Dubois-Marcoin et Elélonore Hamaide, Arras, Université d’Artois, mai 2009. A paraître fin 2010.

Octobre 2009: Intervention dans le séminaire de recherche de G.Magniont, Bordeaux 3,  sur « La question en littérature de jeunesse » (à paraître)

« La littérature de jeunesse à l’école », intervention dans le cadre du colloque « l’avenir du livre de jeunesse », organisé par la BNF/La joie par les livre, BNF, Paris, Novembre 2009.

Courriel :
fgaiotti@yahoo.com
Site web
http://www.univ-artois.fr/recherche/unites-de-recherche/textes-et-cultures/equipe
Adresse :
IUFM Nord Pas de Calais, 365 bis, rue Jules Guesdes 59658 Villeneuve d’Ascq

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Denis Laborde

Laborde Denis

Directeur de Recherche CNRS, HDR

Enseignant à l’EHESS et membre du CRIA

Contact

dlaborde@msh-paris.fr

Après des études au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, Denis Laborde s’engage dans une carrière de musicien professionnel et enseigne au CNR de Cergy-Pontoise. Son doctorat d’anthropologie sociale à l’EHESS (Paris) porte sur les improvisations poétiques et musicales des bertsulari basques. Rédacteur en chef de la revue Ethnologie française, il entre au CNRS en 1997. Détaché auprès de la Mission Historique Française en Allemagne (Göttingen, 1999-2004), il œuvre au dialogue entre disciplines qui ont en commun l’historicité de leur objet.

De retour à l’EHESS (Paris), il encadre de nombreux travaux de doctorants qui portent sur les musiques du monde et les lieux du musique. Il dirige la collection Anthropologie du Monde Occidental aux éditions L’Harmattan. Voir : http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2012/enseignant/929/

Thèmes de recherche

La démarche de Denis Laborde consiste à porter attention à ce qui fait être la musique dans les sociétés occidentales, sans distinction de genre. En chaque occasion, il se concentre sur les pratiques, l’action créatrice est la cible constante de son intérêt intellectuel. Trois dossiers sont actuellement en cours : la description de l’action musicienne, qui fait suite à ses travaux sur l’improvisation ; les lieux de musique pour cerner quelques problématiques à l’œuvre dans la création contemporaine ; la fabrication de World Music. Ces programmes sont conduits dans le cadre de la Plateforme « Musique – Anthropologie – Globalisation » (EHESS, Fondation Royaumont).

Publications

Ouvrages

- La Mémoire et l’Instant. Les improvisations chantées du bertsulari basque, Bayonne, Elkar, 2005.

- Musiques à l’école, Paris, Editions Bertrand-Lacoste, 1998.

- De Jean-Sébastien Bach à Glenn Gould. Magie du son et spectacle de la passion, Paris, L’Harmattan, 1997.

Direction d’ouvrages

- Identifier, enquêter, analyser, conserver : Tout un monde de musiques, Paris, L’Harmattan, 1996.

- Kantuketan. L’Univers du chant basque, Bayonne, Saint-Sébastien, Elkarlanean, 1997.

- Six Etudes sur la société basque, Paris, L’Harmattan, 2004.

- Erinnerung und Gesellschaft, Maurice Halbwachs (1877-1945), en collaboration avec H. Krapoth, Wiesbaden, VS Verlag, 2005.

Direction de numéros de revue

- « Allemagne : l’interrogation », en collaboration avec A. Lüdtke, Ethnologie française, 1997.

- « Cultures – Esthétiques », Socio-Anthropologie, 2000.

Présentation et édition

- Claudius Servettaz, Recueil de chansons, Grenoble, Centre alpin et rhodanien d’Ethnologie, 1997.

Chapitres d’ouvrages

- « Einlatung », in D. Laborde et He. Krapoth (dirs.), Erinnerung und Gesellschaft, Maurice Halbwachs (1877-1945), Wiesbaden, VS Verlag, 2005, pp. 9-17.

- « Freedom for Music ! Intuition and the rule », in B. Latour et P. Weibel (dirs.), Making Things Public. Atmospheres of Democracy, Cambridge, Mss., MIT Press, 2005, pp. 228-233.

- « L’improvisation est-elle soluble dans le patrimoine ? », in A Portée de notes. Musiques et mémoire, Paris, Fédération Française des Conservateurs et Bibliothécaires, 2004, pp. 175-192.

- « Le zortziko d’Iztuetza. Captures d’un insaisissable rythme basque », in D. Laborde (dir.), Six Etudes sur la société basque, 2004, pp. 19-65.

- « « Appartient-il à la justice de devancer l’histoire ? » De quelques procès de militants basques à Paris », in D. Laborde (dir.), Six Etudes sur la société basque, 2004, pp. 233-298.

- « The unbearable sound : the strange career of musicoclashes », in B. Latour et P. Weibel (dirs.),Iconoclash. Beyond the images war, Cambridge, MIT Press, 2002, pp. 253- 280.

- « Des Musiques pour conservatoire, et de quelques autres », in J.C. François (dir.), L’Avenir de l’enseignement spécialisé de la musique, Lyon, CEFEDEM, 2002, pp. 31-42.

- « Une archéologie du chant basque », in Kantuketan. L’univers du chant basque, Bayonne, Donostia, Elkarlanean, 2002, pp. 19-75.

- « Institutions culturelles et politique linguistique en Pays Basque de France », in T. Dekker , J. Helsloot et C. Wijers (dirs.), Roots and Rituals/ The Construction of ethnic identities, Amsterdam, Het Spinhuis, 2000, pp. 653-666.

- « Basque Folk-music », in T. Rice et B. Nettl (dirs.), Garland Encyclopedia of World Music, Los Angeles, Philadelphie, Garland Publishing Inc., 1999.

- « Politique culturelle et langue basque », in Ph. Blanchet, R. Breton et H. Schiffman (dirs.), The Regional Languages of France : an Inventory on the Eve of the XXIst Century, Papers of a Conference held at The University of Pennsylvania, Philadelphia, USA, Louvain-la-Neuve, Peeters, 1999, pp. 141-160.

- « Enquête sur l’improvisation », in L. Quéré et M. de Fornel (dirs.), La Logique des situations, Raisons Pratiques, Paris, EHESS, 1999, pp. 261-299.

- « Bach à Leipzig, vendredi saint de 1729 », in J. Cheyronnaud, E. Claverie, D. Laborde et Ph. Roussin (dirs.), Critique et affaires de blasphème à l’époque des Lumières, Paris, Honoré Champion, 1998, pp. 129-184.

- « Une archéologie du bertsularisme », in Antoine d’Abbadie. 1897-1997, Congrès international Euska Ikaskuntza, Bilbao, Eusko Ikaskuntza, Euskaltzaindia, 1998, pp. 601-620.

- « Passé simple, passé composé. Construire un paysage ethnoscopique basque au Québec », en collaboration avec L. Turgeon, in L. Turgeon (dir.), Les Entre-lieux de la culture, Québec-Paris, Presses de l’Université Laval, 1998, pp. 289-315.

- « Des Images en des lieux, la mémoire d’un improvisateur », in N. Belmont (dir.), De la Voix au texte. L’ethnologie contemporaine entre l’oral et l’écrit, Paris, CTHS, 1997, pp. 35-47.

- « Une chanson : paroles et musique ? », in D. Laborde (dir.), Identifier, enquêter, analyser, conserver… Tout un monde de musique, Paris, L’Harmattan, 1996, pp. 71-115.

- « Recherche scientifique et politique éditoriale, le cas de la revue Ethnologie française », in A.-M. Desdouits et L. Turgeon (dirs.) L’Ethnologie des francophones en Amérique du Nord 1944-1994, Québec, Presses de l’Université Laval, 1996, pp. 281-288.

- « Le bertsulari basque, héraut d’une troisième république ? », in M. Agulhon (dir.), Les Marques républicaines dans la culture populaire en France, Paris, CTHS, 1995, pp. 181-194.

- « Music for a Basque or Basque music, which place for the ethnomusicologist ? », in P. Cooke (dir.),European Seminar in Ethnomusicology, Oxford, Edinburgh University, 1995.

- « Des mots pour la dire », in J.-P. Dambricourt (dir.), L’Improvisation musicale en question, Rouen, Centre d’Etude et de Diffusion des Langages Artistiques, 1994, pp. 117-135.

Articles

- « Sculpter la voix, décentrer l’écoute. L’opéra selon Steve Reich », Le Français aujourd’hui, n° 150, 2005, pp. 93-102.

- « Chanson = parole + musique ? », La Chanson française, Revue de la Bibliothèque Nationale de France, n° 16, 2004, pp. 25-29.

- « Improviser dans les règles : de l’improvisation comme d’une question culturelle », Enseigner la musique, Cahiers de recherche du CEFEDEM, n° 5, 2003, pp. 11-44.

- « Une Histoire de la Max-Planck-Gesellschaft », Bulletin de la MHFA, n° 39, 2003, pp. 124-126.

- « En quête de politique. Note critique, à propos du livre de Marc Abélès Un Ethnologue à l’Assemblée »,Ethnologie française, n° 2, 2002, pp. 383-387.

- « Das zweiten Konzert : Steve Reich und das Ensemble Modern in München », Sociologia internationalis, 2002, pp. 107-137.

- « Toute une histoire. La Querelle de l’hymne, Hanovre, 3 octobre 1998 »,Bulletin de la Mission Historique Française en Allemagne, 2002, pp. 254-264.

- « Three Tales, de Steve Reich et Beryl Korot. Chronique d’une mobilisation collective », Musica Falsa, septembre 2002.

- « L’Institut Max-Planck d’Anthropologie Sociale à Halle », Bulletin de la MHFA, pp. 151-156.

- « Thelonious Monk, le sculpteur de silence », L’Homme, n° 158-159, 2001, pp. 139-178.

- « Glauben, Wissen. Die Pariser Prozesse gegen politische Aktivisten aus dem Baskenland », Historische Anthropologie, n° 2/01, 2001, pp. 255-270.

- « Ecrire une histoire de la musique ? Aventure encyclopédique et procédures taxinomiques », Cahiers de Littérature Orale, n° 50, 2001, pp. 207-230.

- « L’Institut d’Ethnologie européenne de l’Université Humboldt, Berlin », Bulletin de la Mission Historique Française en Allemagne, n° 37, 2001, pp. 152-156.

- « Peut-on déposer un événement ? », Ecouter Voir, n° 101, mai 2000, pp. 32-35.

- « Et si ces sons sont sans sens ? Création musicale et sémantique institutionnelle », Socio-anthropologie, n° 8, 2000, pp. 11-23.

- « L’Explication dans les sciences historiques », Bulletin de la MHFA, 2000, pp. 36-44.

- « Ethnologia gerra garaian », Uztaro, n° 30, 1999, Udako Euskal Uni., Bilbao, 1999, pp. 3-12.

- « Le Parc de l’Aventure basque en Amérique », en collaboration avec L. Turgeon, Ethnologie française, 1999, pp. 397-408.

- « Construire une histoire basque au Québec », en collaboration avec L. Turgeon, Revue d’Histoire de la culture matérielle / Material History Review, n° 50, 1999, pp. 42-56.

- « Une anthropologie de la pensée », note critique, Ethnologie française, n° 2, 1998, pp. 263-266.

- « Le Paradoxe de l’improvisateur basque », Cahiers de Littérature Orale , n° 43, 1998, pp. 95-111.

- « Les Sirènes de la World Music », Cahiers de Médiologie, n° 3, Paris, 1997, pp. 243-250.

- « L’Europe des ethnologues », Ethnologie française, n° 3, 1997, pp. 374-381.

- « Une Allemagne plurielle », en collaboration avec A. Lüdtke, Ethnologie française, n° 4, 1997, pp. 437-444.

- « Le Mystère des doigts bulgares », Note critique, Ethnologie française, n° 2, 1996, pp. 340-348.

- « D’Iztueta à Negu Gorriak en passant par Donostia, incessantes fabrication d’une musique basque »,Bulletin du Musée basque, n° 143, Bayonne, 1996, pp. 27-34.

- « Des Concours d’improvisation poétique chantée en Pays Basque », Canadian folklore canadien, Vol. 18, n° 2, 1996, pp. 19-34.

- « Gould dans Bach, un service public de l’émotion musicale », Gradhiva, n° 17, 1995, pp. 94-110.

- « La dernière Fugue de Bach », Ethnologie française, n° 2, 1995, pp. 206-226.

- « Des Passions de l’âme au discours de la musique », Terrain, n° 22, 1994, pp. 79-92.

- « Vous avez tous entendu son blasphème ! Qu’en pensez-vous ? Dire la Passion selon saint Matthieu, selon Bach », Ethnologie française, n° 3, 1992, pp. 320-336.

- « Tout raccorder et tomber juste, l’art du bertsulari basque », Ethnologie française, n° 3, 1990, pp. 308-318.

Vulgarisation

- « La Main et l’outil. Entretien avec Pierre Boulez », in P. Gontier, Incidences… Hommage à Pierre Boulez pour ses 80 ans, Paris, Editions Musica Falsa, 2005, pp. 179-203.

- « Deux catastrophes et une à venir ? », présentation de l’opéra Three Tales, de Steve Reich et Beryl Korot, Programme du Festival d’Automne, 29-30 octobre 2002, pp. 7-8.

Principales communications à des colloques

- « La mémoire et l’instant : de l’improvisation comme vecteur d’une mémoire collective », communication au colloque Le Temps de la Mémoire, Bordeaux, Maison des Sciences de l’Homme, 9–11 mars 2006.

- « Assigner un sens aux sons ? », communication au colloque Musique et Pouvoir. De l’institution à la passion, Paris, EHESS / CRAL, 26-27 mai 2006.

- « Du projet au concert : un régisseur dans la création de l’opéra Three Tales de Steve Reich », communication au colloque Ethnographies du travail artistique, Paris, Sorbonne, Université Paris 1, 21-22 septembre 2006.

- « Lieux de musique », communication au colloque Lieux de Musique (Festival d’Automne, EHESS), Paris, 19 octobre 2006.

- « Face à la globalisation : ethnomusicologie versus anthropologie ? », communication au colloqueMusique, anthropologie, transculturalité, Fondation Royaumont et EHESS, 21-22 octobre 2006.

- « La mémoire, l’archive et le chant basque : questions d’institutions », communication au colloqueL’Ethnomusicologie de la France, Nice, Université Nice Sophia Antipolis, 15-18 novembre 2006.

- « From Folklore to World Music – Practicing Music inbetween Authenticity and High-Fidelity », communication au workshop Provincializing Europe ? Potential and Pitfalls of (Non-)Western Approaches to History, Erfurt (Allemagne), 9-11 juin 2005.

- « Production improvisée et conduite artistique. La domestication de l’aléatoire », communication au colloque Medium et reproduction technique, Paris, IRCAM, 24-26 juin 2005.

- « La Science en procès à l’opéra. Enquête sur Three Tales de Steve Reich », communication au colloque L’expérience musicale sous le regard des sciences sociales, Marseille, Shadyc, 13–14 octobre 2005.

- « Bach, auteur de sa Passion », communication au colloque De la Composition liturgique au monument culturel : La Passion selon saint Matthieu de Jean-Sébastien Bach, Paris, Maison Heinrich Heine, 17–19 décembre 2005.

- « Maurice Halbwachs et la mémoire des musiciens », communication au colloque Maurice Halbwachs, entre sociologie, philosophie et histoire, Université Lille 3, 23 septembre 2004.

- « Steve Reich, la répétition », communication au colloque Le travail de l’interprétation. Esthétique, théorie, pratique, Paris, IRCAM, 18 octobre 2004.

- « L’improvisation est-elle soluble dans le patrimoine ? », communication au colloque de la Fédération Française des Conservateurs et des Bibliothécaires (FFCB), Grenoble, 15 octobre 2003.

- « Faut-il en finir avec la notion de culture ? », communication au colloque Faut-il en finir avec la notion de culture ?, Mission Historique Française en Allemagne, Max-Planck-Institut-für-Geschichte, 24 octobre 2003.

- « La Parole en partage ? L’improvisation poétique des bertsulari basques », communication au colloquePoésie et Jubilation. Hommage à Daniel Delas, Université de Cergy-Pontoise, 19 novembre 2003.

- « Nationalhymnen und wissenschaftliche Verhältnissen », conférence au séminaire de la Mission historique Française en Allemagne, Göttingen, 29 mai 2002.

- « Culture musicale et pratiques musiciennes », CEFEDEM, Lyon, 4-6 octobre 2002.

- « La morale de l’histoire. Steve Reich et la mise en forme esthétique de trois drames du XXe siècle », Séminaire interne du Max Planck Institut dür Geschichte, Göttingen, 2 décembre 2002.

- « Aléatoire et théorie de l’action dans la création contemporaine », Festival Science et Cité, Institut d’Ethnologie de Neuchâtel (Suisse), 8 mai 2001.

- « Eine Universalgeschichte der Musik schreiben ? Klassifizierung und die Arbeit der Musikenzyklopädien », communication au colloque Désirs d’histoire(s) – Das Verlangen nach Geschichte(n), Erfurt (Allemagne), 8 juin 2001.

- « Thelonious Monk, le sculpteur de silence », Université d’été de La Villette, Jazz et Anthropologie, Paris, 6 juillet 2001.

- « L’improvisation musicale envisagée du point de vue des théories de l’action planifiée », conférence au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse, Lyon, 13 novembre 2001.

- « Faire la musique en Iparralde. Institutions et pratiques musiciennes », communication au colloque de la Société Eusko Ikaskuntza, Saint-Sébastien, 28 novembre 2001.

- « De la Musique à la World-Music », communication aux Journées du Ministère de la Culture, Lyon, 17 avril 2000.

- « Le hiéroglyphe d’un mystère ? Interpréter la musique », communication aux Journées d’étude surL’Explication dans les sciences historiques, Göttingen, MHFA, 9 décembre 2000.

- « Peut-on déposer un événement ? », communication à la journée Musiques électroniques et culture techno : de la création au patrimoine ?, Paris, Bibliothèque Nationale de France, 25 septembre 1999.

- « Bardo Henning und das Risiko einer Verurteilung wegen Blasphemie », Berlin, 3 octobre 1999.

- « Steve Reich à Francfort. Enquête sur une création musicale », communication aux Journées de Projectique De l’analyse du projet à l’analyse de l’action (autour de Bruno Latour), Bayonne, 26 octobre 1999.

- « Les Basques, région du Québec », communication aux Journées franco-polono-québecoises sur le rôle social de l’histoire, Paris, 17 janvier 1998.

- « Les ratés d’une inauguration : le Parc de l’Aventure basque en Amérique du nord », communication au colloque Localisme et globalisme, Université d’Etat des Sciences Humaines, Moscou, 13 mars 1998.

- « Les infortunes du Centre culturel du Pays Basque (Bayonne, 1984-88) », communication au colloqueRoots and Rituals : Managing Ethnicity, SIEF, Amsterdam, 24 avril 1998.

- « Une archéologie du bertsularisme », communication au colloque Antoine d’Abbadie, Eusko Ikaskuntza (Société d’Etudes Basques), Hendaye, 13 septembre 1997.

- « La construction d’une identité locale au Québec : la région des Basques », communication au colloqueSémiologie de l’interculturel, Québec, Centre des Congrès, 20 septembre 1997.

- « Blasphémer, diffamer : Dieu, le ministre et le juge », communication au Congreso internacional sobre cuestión nacional y religión, Faculdad de Filología y geografía e historia, Vitoria-Gasteiz (Espagne), 22 avril 1996.

- « Politique culturelle et langue basque : le Centre Culturel du Pays Basque », Conférence sur Les Langues régionales en France et le futur de l’Europe, University of Pennsylvania, Philadelphie (Etats-Unis), 5 octobre 1996.

- « Representations of music as a social fact. Bach and the Consistory (Leipzig, 1723-1750) », conférence au Département de Musique, Université de Pennsylvania, Philadelphie (Etats-Unis), 7 octobre 1996.

- « Etnologia gerra garaian », communication à la Session d’été de l’Université du Pays Basque (Udako Euskal Unibertsitatea), Pampelune, 26 juillet 1995.

- « Bachs Matthäuspassion und dans Risiko einer Verurteilung Wegen Blasphemie », Communciation au Symposium Die Quellen Johann Sebastian Bachs. Bachs Musik im Gottesdienst, Bach Institut, Stuttgart, 7 octobre 1995.

- « De l’usage politique de la dictée musicale : l’enquête Fortoul, 1852 », communictaion à Tout un monde de musique, Conservatoire de Cergy-Pontoise, 14 novembre 1995.

- « Une culture française au risque d’un regard ethnologique », communication au Congrès de l’American Association of Teachers of French, Québec, 16 juillet 1994.

- « What about a so-called basque music ? », communication au Xème European Seminar in Ethnomusicology, Oxford, 31 août 1994.

- « Recherche scientifique et politique éditoriale, le cas d’Ethnologie française », communication au colloque Ethnologie des francophones en Amérique du Nord 1944-1994, Québec, Université Laval, 10 septembre 1994.

- « Des images en des lieux, la mémoire d’un improvisateur », communication au Congrès du CTHS Statut et traitement de l’oral dans l’ethnologie contemporaine, Amiens, 26 octobre 1994.

- « De ville en ville, un championnat d’improvisation orale en Pays Basque », communication aux Journées d’étude de la Société d’Ethnologie française Fête et identité de la ville, Paris, MNATP, 25 février 1993.

- « Les motifs d’une fugue », communication aux Journées d’étude de la Société d’Ethnologie françaiseLe Motif, Paris, MNATP, 18 juin 1993.

- « La fabrication d’une parole identitaire ? Chanter en Pays Basque », communication au IXème European Seminar in Ethnomusicology, Calella, Barcelone, 12 septembre 1993.

- « Le bertsulari basque, héraut d’une troisième république ? », communication au colloque Les marques républicaines dans la culture populaire en France, Société d’Ethnologie française, Université Toulouse-Le Mirail, EHESS, Toulouse, 11 décembre 1992.

Participation à des programmes ou groupes de recherche

- Potential and Pitfalls of (Non-)Western Approaches to History, groupe de travail sur la globalisation fonctionnant sur la base d’un programme pluriannuel avec Alf Lüdtke (Göttingen) et Dipesh Chakrabarty (Chicago) créé à Erfurt, au mois de juin 2005.

- Initiateur de la plateforme Musique – Anthropologie – Globalisation, EHESS, Fondation Royaumont, automne 2006.

Source: http://www.iiac.cnrs.fr/laios/spip.php?article97

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Philippe Corentin dans La Revue des livres pour enfants

Un beau dossier sur Philippe Corentin dans le numéro 266 de La Revue des livres pour enfants

On peut lire dans ce dossier, outre un entretien avec Corentin, des articles de Yvanne Chenouf, Sophie Van der Linden, Florence Gaiotti et Serge Martin (voir à cette adresse où l’article est disponible: Martin-Ritmanbibliographie: A table avec Corentin, la bouche pleine de voix !).

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Jean-Loup Trassard, un écrivain-photographe dans la veine de Walter Benjamin

Il faut voir ces quatre courts-métrages qui s’intéressent aux mises en scènes photographiques de Jean-Loup Trassard [1,2,3 & 4], vidéos de Pierre Guicheney  (2009-2010) :

1. Le voyageur à l’échelle.

2. Les derniers paysans.

3. Juste absente.

4. Les petits cailloux.

C’est à cette adresse (il faut aller en bas de page et c’est vraiment époustouflant: cela donne même des idées d’activités pour la classe…):

http://www.jeanlouptrassard.com/jlt/annee/exposition.html

Il serait intéressant d’observer dans ces films les rapports entre mémoire, jeux de l’enfance et expérience artistique. J’indique pour nourrir une telle réflexion les adresses d’un autre film et d’une conférence assez longue avec des extraits de ses ouvrages autour du motif de la terre. Il faut également lire en priorité L’Espace antérieur (Gallimard, 1993).

Jean-Loup Trassard filmé par Pierre Guicheney

Jean-Loup Trassard, conférence autour de la terre

 


Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Emile Benveniste pour vivre langage

 

Ce livre issu d’une journée à l’IUFM de Caen offre une réflexion sur l’importance de cette oeuvre pour penser l’enseignement:

Présentation:

La journée d’étude du vendredi 30 mai 2008 qui avait pour titre une citation d’Émile Benveniste, « Où sont les titres du langage à fonder la subjectivité[1] ? », organisée par l’IUFM de Basse-Normandie (recherche et formation de formateurs, GRIF « les archives, la vie et la théorie du langage ») à l’abbaye d’Ardenne à Caen avec le soutien de l’IMEC, a permis de poser l’actualité vive du grand linguiste pour la recherche et l’enseignement d’au moins trois points de vue :

– tout d’abord, l’invention du « discours » ne semble pas avoir été vraiment considérée autrement qu’à travers de rapides instrumentalisations (en particulier dans l’enseignement secondaire) qui ignoraient la visée d’une théorie d’ensemble du langage ;

– ensuite, la découverte des archives « Benveniste » qui est en cours à la Bibliothèque nationale montrerait que bien des problèmes soulevés par Benveniste risquent d’être relancés pour qu’on puise considérer la portée de sa lucidité, en particulier s’agissant d’une poétique des discours ;

– enfin, Benveniste oblige à « mettre en question l’évidence » et à travailler sans cesse contre « toute notion simpliste du langage », ce qui demande à la recherche et à l’enseignement une éthique qui s’entend dans l’écriture même de Benveniste : « l’instance de discours est ainsi constitutive de toutes les coordonnées qui définissent le sujet et dont nous n’avons désigné sommairement que les plus apparentes[2] ».

Cette journée dont les actes se voient publiés aura donc été l’occasion d’encourager les travaux en cours et à venir pour que les « problèmes » de Benveniste continuent de nourrir, dans l’esprit d’une anthropologie historique du langage, tant les recherches linguistiques que didactiques attentives à la vie et la théorie du langage pour « vivre langage » puisque « le langage sert à vivre[3] ».

Le livre vient ouvrir la nouvelle collection, « Résonance générale, essais pour la poétique », liée à la revue Résonance généralecahiers pour la poétique. Ce livre a reçu le soutien de l’IUFM de Basse-Normandie.

 

Sommaire:

  • Serge Martin et Jean-François Thémines (université de Caen Basse-normandie) => présentation
  • Émile Benveniste => Manuscrits inédits
  • Chloé Laplantine (ITEM et université Paris VIII) => La poétique d’Émile Benveniste
  • Jérôme Roger (université Bordeaux IV et IUFM d’Aquitaine) => Émile Benveniste contre la doxa : l’allure pensive de l’essai
  • Laurent Mourey (lycée, Sélestat) => Benveniste, phrase, discours, littérature. Penser le langage et le poème dans les silences des programmes de l’enseignement secondaire
  • Gérard Dessons (université Paris VIII) => La place du poème dans la théorie du discours
  • Daniel Delas (université de Cergy-Pontoise) => L’aporie du sujet dans la réflexion post-coloniale
  • Serge Martin (université Caen Basse-normandie) => Émile Benveniste, aujourd’hui : la relation dans et par le language
  • Henri Meschonnic => « Partant de Benveniste » en 1970… et en 2009 (entretien et poème)

 

[1] « De la subjectivité dans le langage », 1958, repris dans Problèmes de linguistique générale, 1, Gallimard, 1966, p. 261.

[2] « De la subjectivité dans le langage », 1958, repris dans Problèmes de linguistique générale, 1op. cit., p. 263.

[3] É. Benveniste, « La forme et le sens dans le langage » (1966) dans Problèmes de linguistique générale 2, Gallimard, 1974, p. 217. Henri Meschonnic écrit significativement : « C’est pourquoi la théorie du langage a un si grand rôle. Elle est le lieu majeur où se fonde, et combat, l’historicité radicale du sens et de la société. Qui s’élabore, depuis Humboldt et Saussure, et passe par Benveniste. Benveniste a écrit que le langage sert à vivre. Je dirai que la théorie du langage, à travers l’histoire et le statut des concepts avec lesquels vit une société, et plus que d’autres sciences sociales, sinon même l’économie et les techniques, généralement jugées bien plus vitales, sert à vivre. Poétiquement et politiquement » (Modernité modernité (1988), Folio/Gallimard, 1993, p. 10-11). C’est à Henri Meschonnic et en hommage que nous prenons ce « vivre langage » :Vivre poème, éd. Dumerchez, 2005.

Un article sur Médiapart:

http://blogs.mediapart.fr/edition/revues/article/080210/resonance-generale-la-preuve-par-z

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Les 6 objectifs des ateliers de tutorat

1.     Thématiser => associer un thème d’étude et des questions professionnelles en vue de les identifier selon un point de vue explicite dans le cadre des controverses qui accompagnent ce thème (après avoir listé des questions et des thèmes, multiplier des reformulations thématiques en cherchant à affiner la précision du champ d’étude).

2.     Se documenter => construire un corpus constitué de pratiques et de points de vue autour du thème d’étude : recueillir des données en suivant une méthode explicite (associer au thème des pratiques et des points de vue ; préparer questionnaires et observatoires en s’aidant d’articles de revues didactiques ; veiller à articuler au mieux ce travail avec les travaux prévus dans le bloc 1).

3.     Référencer => organiser une bibliographie d’ouvrages autour du thème et de la méthode et référencer correctement les citations et/ou paraphrases qui viennent en échos des pratiques et points de vue collectés en évitant les secondes mains ou les références prétextes voire inutiles (rédiger des éléments bibliographiques à l’issue d’un court texte présentant un mélange de références et utilisant divers modes de citation).

4.     Problématiser => situer les questions soulevées dans l’articulation des données et du thème d’étude, en particulier de ses approches proposées dans le cadre de la recherche, en vue de les formuler le plus justement possible dans la perspective d’une orientation professionnelle attentive aux pratiques des enseignants et des élèves (dans des revues ou ouvrages, chercher des formulations problématiques et les reformuler dans le cadre de sa propre recherche : observer les modalisations argumentatives et énonciatives).

5.     Planifier/rédiger => présenter un développement explicitant l’argumentation développée autour du thème d’étude associé aux données recueillies et consultées : bien montrer la progression problématique à travers la titraille et les transitions y compris les introductions et conclusions (rédiger des plans en variant les titrailles après avoir observé des TER des années antérieures ; rédiger des transitions entre deux passages en variant les usages ; corriger des brouillons).

6.     Soutenir => restituer la recherche à travers des moments bien choisis et montrer une capacité réflexive dans le dialogue qui suit la présentation (s’entraîner à poser des questions après de courtes présentations du travail de recherche : varier les rôles).

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Walter Benjamin: Bibliographie en français

Ecrits français, Paris, Gallimard, 1991.

 

OEuvres I, Paris, Gallimard, Folio, 2000.

 

 

OEuvres II, Paris, Gallimard, Folio, 2000.

 

OEuvres III, Gallimard, Folio, 2000.

 

 

 

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

John Dewey, un grand pédagogue

 

Une excellente présentation de synthèse à cette adresse:

http://www.cndp.fr/savoirscdi/societe-de-linformation/le-monde-du-livre-et-de-la-presse/histoire-du-livre-et-de-la-documentation/biographies/john-dewey-philosophe-americain-de-leducation.html


Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Ressources documentaires par cercle d’étude

 

CONSTELLATION : art et histoire

Une bibliographie dans le domaine de l’histoire des arts par le CIPAC (fédération des professionnels de l’art contemporain) : http://www.cipac.net/ressources/bibliographies-sur-l-art-contemporain/histoire-de-l-art.html

Une bibliographie dans le domaine des pratiques artistiques à l’école s’appuie sur le document d’application des programmes de l’école primaire applicables à la rentrée 2002 concernant l’éducation artistique : http://intranet.crdp-nantes.fr/InfoIntra/upload/44/00000716_Arts-elm.pdf

Une bibliographie à visée pédagogique pédagogique : http://crdp.ac-rouen.fr/cddp27/images/stories/pdf/histoire%20des%20arts.pdf

EXPERIENCE : art et expression

Une bibliographie dans le domaine des pratiques artistiques à l’école s’appuie sur le document d’application des programmes de l’école primaire applicables à la rentrée 2002 concernant l’éducation artistique : http://intranet.crdp-nantes.fr/InfoIntra/upload/44/00000716_Arts-elm.pdf

LANGAGE : apprentissages langagiers

RACONTAGE : littérature et enfance

Bibliographie générale d’ouvrages sur la littérature de jeunesse, le livre, la lecture, les auteurs, les illustrateurs et les bibliothèques pour la jeunesse, en français, disponibles (la date indiquée correspond à la dernière édition). Quelques ouvrages épuisés mais indispensables sont également signalés. Elle est réalisée par la BNF (La Joie par les livres):

http://lajoieparleslivres.bnf.fr/simclient/consultation/binaries/stream.asp?INSTANCE=JOIE&EIDMPA=DOSSIER_561

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Revue des problèmes pour l’apprentissage de la langue française

Une revue des problèmes sur le site du ministère « eduscol »

Apprentissage de la langue française

L’école maternelle joue un rôle central dans l’apprentissage de la langue française. Cet apprentissage couvre plusieurs champs dans une progression organisée. Au cours de sa scolarité, l’élève est conduit vers l’usage d’un oral de plus en plus précis et structuré. Il doit cerner progressivement les usages et les supports de l’écrit.
L’élève apprend à envisager la langue comme un objet manipulable, pas seulement pour le sens qu’elle véhicule mais comme objet d’observation et d’analyse. Cette étape, déterminante en grande section, est indispensable à une entrée efficace dans la lecture.

http://eduscol.education.fr/pid23523-cid48415/langage.html

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Etudes de linguistique appliquée n° 161 (« Formation des enseignants, recherche et sciences du langage »)

Ela. Études de linguistique appliquée.
n°161, 2011/1
128 pages
Editeur
I.S.B.N. 9782252038130
Avant-propos. – De la formation et du « formage »
par Jean PRUVOST
Formation des enseignants, recherche et sciences du langage : une ouverture aux questionnements formateurs
par Marie J. BERCHOUD
Analyse d’un « entre-deux socioprofessionnel » : docteurs dans l’enseignement secondaire français. Point de vue du vécu de l’enseignant de la formation continue
par Josette GIRARD-VIRASOLVIT
La recherche comme aide à la conscientisation par l’enseignant de son « offre langagière »
par Nathalie CHARVY
« Les connaissances nous suivent tout le reste de notre vie… » : apports de la recherche dans un domaine éloigné du métier d’enseignant 45
par Élisabeth TEIRO
Professionnalisation de la formation des enseignants de FLE : retour sur des années de recherche
par Fabrice BARTHÉLÉMY
De l’enseignant de langue(s) au professionnel des langues
par Jean-Jacques RICHER
Le français médium d’enseignement (FME) pour non natifs : entre apports de la recherche linguistique et besoins
par Abdou ELIMAM
La recherche dans la formation universitaire des professeurs de français langue seconde au Québec : caractéristiques et enjeux
par Anne-Sophie CALINON

FORMATION DES ENSEIGNANTS, RECHERCHE ET SCIENCES DU LANGAGE : UNE OUVERTURE AUX QUESTIONNEMENTS FORMATEURS
Cet article a pour but de montrer en quoi mieux saisir (au double sens concret/abstrait cf. begrei-fen/verstehen) les phénomènes de langue, de discours en situation et de langage est capital dans la formation des enseignants, depuis les concours jusqu’à l’exercice de la vie professionnelle, afin de mieux s’y situer et fonder ses pratiques. Pour les concours, même si les épreuves sont très encadrées, et peuvent toujours être critiquées, la capacité à (se) poser des questions est un atout irremplaçable ; et il en va de même dans la préparation puis dans la durée de la vie professionnelle incluant l’exercice de la liberté pédagogique et donc de la pensée.

ANALYSE D’UN « ENTRE-DEUX SOCIOPROFESSIONNEL » : DOCTEURS DANS L’ENSEIGNEMENT SECONDAIRE FRANÇAIS. POINT DE VUE DU VÉCU DE L’ENSEIGNANT DE LA FORMATION CONTINUE
Partant du point de vue du vécu des enseignants nous avons voulu connaître à la fois les motivations initiales de ces enseignants du secondaire qui entrent dans la démarche d’écriture d’une thèse, mais aussi ce que cette démarche leur apporte, apporte à leur formation d’enseignant et à la formation continue.
Pour cela nous nous sommes appuyés sur l’analyse des représentations qui sont présentes non seulement dans cette démarche, dans cet investissement que représentent l’élaboration d’une thèse et sa soutenance mais ensuite dans la prise en compte de ce bagage dans le système éducatif lui-même (la classe, les pairs, la hiérarchie).
Faisant l’hypothèse d’un apport possible de ces enseignants en tant qu’acteurs de formation continue pour leurs pairs nous avons analysé, à travers leurs discours, les réactions et résistances des autres acteurs du système. Nous sommes interrogés avec ces enseignants sur de possibles pistes de réinvestissement de ces savoirs, savoir-faire, savoir-être acquis lors de cette démarche de recherche dans le cadre d’une thèse, cela en terme de formation continue.
Les mots clés pourraient être : sociolinguistique, langage et société, représentations, politiques éducatives, systèmes, compétences, formation.

LA RECHERCHE COMME AIDE À LA CONSCIENTISATION PAR L’ENSEIGNANT DE SON « OFFRE LANGAGIÈRE »
Indifférence, coexistence, ou enrichissement réciproque, tels sont les rapports possibles entre les sciences du langage et la formation des enseignants. Il ne fait pas de doute qu’un lien entre les deux dimen-sions est à garantir et à construire. En observant quelques interactions langagières entre enseignants et élèves en maternelle, en repérant l’influence effective des offres langagières de l’enseignant sur les pratiques langagières de l’élève, dans le cadre notamment de la reformulation, se détermine bien une inscription effective dans le champ des sciences du langage. De fait, l’analyse interactionnelle met clairement en relief la nécessité d’une formation à l’étayage langagier mis en œuvre par ¬l’enseignant auprès de ses élèves. Et pour ce faire, décrire, analyser les pratiques orales dans la classe, s’impose afin de nourrir la formation initiale et continue des enseignants.

« LES CONNAISSANCES NOUS SUIVENT TOUT LE RESTE DE NOTRE VIE… » : APPORTS DE LA RECHERCHE DANS UN DOMAINE ÉLOIGNÉ DU MÉTIER D’ENSEIGNANT
Trouver un langage commun avec des élèves ayant la volonté d’apprendre implique la capacité à faire preuve d’adaptation et à analyser des résultats, en sachant se remettre en cause. L’enseignement est un art supposant du talent et beaucoup de travail. Motivation, temps c’est-à-dire aussi patience, résultats, ce sont là des mots clefs. Approfondir, c’est-à-dire creuser, et garantir une atmosphère détendue, font partie des démarches nécessaires. On distinguera trois éléments constitutifs : maîtriser la langue commune, le russe normatif, et donc rassurer ainsi les élèves ; disposer d’une base de connaissances communes pour convaincre de l’intérêt pour le pays ; relever le plus possible d’une mentalité y correspondant, rassérénante pour les élèves. Ainsi, recentrer ses efforts sur la culture, objet de l’apprentissage d’une langue, voilà qui (pré)conditionne tout acte de communication entre sujets allophones ou non.

PROFESSIONNALISATION DE LA FORMATION DES ENSEIGNANTS DE FLE : RETOUR SUR DES ANNÉES DE RECHERCHE
FOS, FLS, FLsco, FLI, FOU… L’émiettement du domaine de l’enseignement du français aux non-francophones depuis quelques années n’aura échappé à personne. Par souci de mieux adapter l’offre de formation à la demande et de se centrer davantage sur le sujet-apprenant, cette expansion terminologique fait courir le risque, par dilution, d’affaiblir un champ du FLE, qui a toujours peiné à trouver et affirmer sa légitimité. Cette surenchère, avec les débats futiles qu’elle génère, nourrit et entretient surtout les intérêts des uns ou des autres – spécialistes autoproclamés, concepteurs et éditeurs de méthodes, politiques… Plus encore, elle cache et révèle un vrai malaise, celui de la formation des enseignants.

DE L’ENSEIGNANT DE LANGUE(S) AU PROFESSIONNEL DES LANGUES
L’enseignement des langues s’est complexifié tant au niveau des attentes des publics qu’au niveau didactique (sous l’effet des propositions du Cadre européen commun de référence pour les langues). Cette complexité nouvelle incite à faire appel au concept de compétence, dans sa version humaniste, développé dans les univers de travail pour répondre à un monde toujours plus concurrentiel. Peut alors être esquissée une reconfiguration du métier d’enseignant de langues, un enseignant de langues qui, mobilisant ses compétences, sa capacité de réflexivité, son éthique, se redéfinit alors comme professionnel des langues. Les mots-clés pourraient être : compétence-action, savoir-mobiliser, réflexivité-éthique.

LE FRANÇAIS MÉDIUM D’ENSEIGNEMENT (FME) POUR NON NATIFS : ENTRE APPORTS DE LA RECHERCHE LINGUISTIQUE ET BESOINS
Dans cet article, on souhaite présenter le parcours méthodologique et conceptuel sous-tendant toute mise en place de langue 2 (L2) : les éclairages de la recherche contemporaine en sciences cognitives et en psycholinguistique – plus particulièrement – sont ré-évalués à la lumière de débats récents ; ils sont également rapprochés de la théorie des opérations prédicatives et énonciatives d’Antoine Culioli. Ce cadre théorique posé, nous relatons une expérience de l’enseignement du français en tant que médium d’enseignement de disciplines non linguistiques. Cette expérience présente un certain intérêt dans la mesure où elle combine les aspects théoriques et méthodologiques déjà passés en revue avec quelques principes méthodologiques issus de l’ingénierie de la formation. De la sorte, la question des besoins linguistiques fait l’objet d’une procédure d’analyse de corpus qui débouche sur la conception de référentiels de formation linguistique contextualisés.

LA RECHERCHE DANS LA FORMATION UNIVERSITAIRE DES PROFESSEURS DE FRANÇAIS LANGUE SECONDE AU QUÉBEC : CARACTÉRISTIQUES ET ENJEUX
Cet article présente la place de la recherche dans les formations universitaires à l’enseignement du FLS au Québec. La transformation du « métier » d’enseignant en « profession » a eu comme conséquence une augmentation de la formation pratique et une réorientation vers de nouveaux objectifs de formation, ceci afin de donner au futur professeur de nouvelles compétences ciblées. Même si elles ne sont pas systématiques sur le terrain de la formation, des formes d’initiation à la recherche sont présentes, afin de développer l’autonomie et la pratique réflexive. Cette co-présence entre recherche et pratique répond à une logique de formation fondée sur l’interaction entre enseignants sur le terrain et futurs enseignants en formation. Cependant, l’interrelation entre ces deux parties gagnerait à être explicitée, et ainsi à être valorisée, afin de contribuer à modifier les représentations clivantes sur les fonctions et les ¬compétences imparties à un enseignant et à un chercheur.

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Quelle littérature pour la jeunesse? chez Klincksieck

 

http://www.klincksieck.com/livre/?GCOI=22520100141680&fa=description

S’appuyant sur une histoire longue, la littérature de jeunesse est un secteur important de l’édition. D’emblée internationale et profondément renouvelée depuis les années 1970, elle conteste les frontières des genres en mêlant traditions et innovations.
Cet ouvrage observe ce que devient la littérature avec la littérature de jeunesse, aujourd’hui plus qu’hier. Se référant aux oeuvres incontournables, il montre la force de l’oralité, en écriture et en lecture, en texte et en image.
Des rêveries aux aventures, des comptines aux contes, des témoignages aux fictions, une  anthropologie poétique se dessine : quelle littérature… de jeunesse ? Celle qui toujours commence !

Recensions de cet ouvrage ici:

http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2009-06-0102-008

http://martinritman.blogspot.fr/2009/11/quelle-litterature-pour-la-jeunesse-la.html

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Enseigner la littérature de jeunesse (un livre en pdf)

Depuis plus de trente ans, Le Français aujourd’hui, revue des enseignants de français, de la maternelle à l’université, a publié régulièrement des dossiers, des articles, des chroniques, des comptes rendus d’ouvrages de littérature de jeunesse. Dans cet ensemble, nous avons sélectionné des points de repères représentatifs des évolutions de la réfl exion dans le domaine. Depuis le premier dossier, publié en 1976 jusqu’aux dernières publications, la revue n’a cessé d’attacher la plus grande attention à ce champ littéraire et aux questions, parfois vives, qui l’ont traversé. La mise en perspective historique, les propositions didactiques, l’analyse critique d’oeuvres ici proposées offrent un parcours utile pour une bonne compréhension du statut actuel de la littérature de jeunesse. Elles permettent d’apprécier à la fois la pertinence de certaines problématiques, leurs reprises ou leurs transformations dans les débats et propositions d’aujourd’hui.

Ce livre est entièrement disponible en pdf en cliquant ci-dessous:

    • Sommaire

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Les fables de la voix en littérature enfantine : actualités du Narrateur (Der Erzähler, 1936) de Walter Benjamin

On peut lire l’appel à contribution pour un numéro de la revue Strenae sur la thématique de notre cercle d’étude à l’adresse suivante:

http://strenae.revues.org/691

Dans le domaine de la littérature pour l’enfance et la jeunesse, si l’on excepte un article d’Ewers (2002) principalement consacré à « la littérature de l’époque bourgeoise » et singulièrement à l’adaptation pour la jeunesse en 1780 par Joachim Heinrich Campe du Robinson de Defoë, très peu d’études à notre connaissance considèrent, voire discutent, l’important essai de Walter Benjamin « Der Erzähler. Betrachtungen zum Werk Nikolai Lesskows » [« Le narrateur. Réflexions sur l’oeuvre de Nicolas Leskov »] de 1936 (Gesammelte Schriften, Hrsg. v. Rolf Tiedemann und Hermann Schweppenhäuser, Stuttgart, Frankfurt, II/2, 1972, p. 438-465).

On pourrait s’étonner de cet état de fait quand on considère parallèlement le succès, pour les études esthétiques, de l’essai « Das Kunstwerk im Zeitalter seiner technischen Reproduzierbarkeit » [« L’œuvre d’art à l’ère de sa reproductibilité technique »]. Nous pensons que les réflexions de Benjamin sur le « Narrateur » devraient recevoir au moins sinon plus de considération dans le cadre des études littéraires. Par ailleurs, des publications récentes fort intéressantes (par exemple : Benjamin, 2011) citent « Le Narrateur » mais réduisent sa portée au genre du conte. À moins de généraliser le régime de ce genre à toute la littérature sans le destiner irrémédiablement à l’enfance et la jeunesse, on ne pourrait apercevoir le levier que peut constituer la pensée de la littérature de jeunesse avec Benjamin et son « Narrateur » pour transformer toute la pensée de la littérature elle-même.

Reconnaissons toutefois que cet essai de Benjamin a suscité quelques commentaires récents tout à fait remarquables :

  • Alexis Nouss (2003), dans une contribution à un colloque lyonnais sur la littérature orale, tire l’essai de Benjamin du côté de la transmission – ce qui bien évidemment ne peut que nous intéresser ;

  • Dominique Rabaté a plusieurs fois évoqué le texte de Benjamin « plus suggestif qu’analytique » (2010, 41) et lui a emprunté en bonne part la problématique de son dernier essai qui met en tension la quête du sens de la vie et d’une vie ; Rabaté fait en quelques pages (35-43) une mise en perspective très éclairante des motifs de Benjamin lui permettant de penser la subjectivation à l’œuvre dans sa négativité même ;

  • Mathilde Lévêque (2010) – et nous nous approcherions de notre domaine – dans une passionnante étude concernant les textes radiophoniques de Benjamin, a relevé le paradoxe de la pensée de Benjamin : « Benjamin utilise une voix narrative plus complexe. Ni auteur ni narrateur, la voix narrative qui s’exprime donc ici serait davantage de l’ordre du « raconteur ». Or cette forme narrative est considérée par Benjamin comme une forme archaïque, apparemment contradictoire donc avec la modernité du média radiophonique. Klaus Doderer note ainsi que Benjamin utilise la radio précisément pour retrouver cette forme « archaïque » de la narration orale (« mündliches Erzählen »), afin de créer une proximité plus grande avec son auditoire. Cette proximité reste sensible lorsque le texte est simplement lu et non plus écouté. »

Nos propres travaux (Gaïotti, 2009 ; Martin, 2009, 107-108) nous ont conduits à évoquer ce texte de Benjamin et nous demandent de poursuivre les problématiques qu’il engage :

– en littérature jeunesse la notion de « raconteur » et ses notions adjacentes (« racontage ») approcheraient mieux la force des œuvres que la notion de « narrateur » désormais étroitement configurée par la narratologie ; il nous semble que l’argument de la survivance avancé par Ewers est, de ce point de vue, insuffisant : « L’univers culturel enfantin représente de surcroît un domaine dans lequel sont demeurés vivants non seulement le récit fondé sur le livre mais aussi la narration orale » ; conceptualiser le racontage et le raconteur demanderait aussi d’y adjoindre la notion d’écouteur, en dissociant ces notions assez nettement de celles de la narratologie tout comme de celles qui sont convoquées par le contage dans ses formes traditionnelles aussi bien que contemporaines – ce qui pourrait peut-être permettre de reconsidérer aussi bien les unes que les autres à nouveaux frais ;

– l’argument avancé par Benjamin (« Le conte, encore aujourd’hui, reste le premier conseiller de l’enfance, parce qu’il fut jadis le premier conseiller de l’humanité ») est à repenser au-delà du genre et pourrait peut-être concerner toute lecture-écriture engagée dans ce « conseil de l’enfance » ; on pourrait associer à la considération de la voix par Benjamin (« Quiconque écoute une histoire se trouve en compagnie de celui qui la raconte ; même celui la lit »), une autre qui la suit immédiatement et concerne la poésie : « même celui qui lit une poésie est enclin à prêter sa voix aux mots en vue d’un auditeur virtuel » ; ainsi les œuvres pour l’enfance et la jeunesse seraient-elles des passages de voix.

Sans faire référence à Benjamin, on peut également suggérer la force de l’oralité de l’écriture en parlant par exemple d’une « lecture par l’oreille » (Letourneux, 2009, 194-195). Mais il serait nécessaire de reprendre la lecture de l’essai de Benjamin d’autant que nous savons bien maintenant tout l’intérêt qu’il a porté aux cultures de l’enfance et de la jeunesse jusque dans ses propres productions littéraires (voir Benjamin, 2011 qui offre un panorama précieux et pratique de cet intérêt de l’essayiste et écrivain). Deux raisons motiveraient une relecture approfondie :

– d’une part, « Le Narrateur » fait la synthèse de plusieurs études antérieures même si, nous le savons, chez Benjamin, aucun texte ne peut offrir un caractère abouti voire définitif ;

– d’autre part, au cours de la rédaction de son essai, Benjamin lui-même écrivait à un de ses correspondants : « Je vois seulement maintenant, occupé que je suis à terminer mes études sur Leskov, à quel point presque tout reste à faire pour ma théorie des formes épiques » (G. S., II/3, p. 1277). Nous nous proposons donc d’y revenir et même d’observer « ce qui reste à faire » étant entendu qu’il nous faut d’abord voir ce qui a été fait !

Le dossier de Strenæ accueillera des contributions qui considèreront le texte de Walter Benjamin en vue de penser au plus juste ce qui fait la force de certaines œuvres de la littérature pour l’enfance et la jeunesse : un passage de voix comme passage d’expériences dans et par le langage au sens le plus large que nous connaissons puisque, quels que soient les dispositifs, c’est toujours le langage comme transsubjectivation, et donc voix en relation, qui organise et transforme le regard et l’écoute, le sentir et le penser, la mémoire et l’oubli (voir Meschonnic, 1982, 271 et suivantes). En fin de compte, notre souhait le plus cher est de permettre un double mouvement réflexif : une critique de Benjamin, au sens d’une relation critique (Starobinski, 1970, 9-33), et une critique des œuvres avec Benjamin sous l’angle des fables de la voix qui savent encore aujourd’hui inventer l’inconnu de la relation, cette activité la plus vivante qui soit dès que racontage – ce serait peut-être cela « l’aspect épique du vrai » (la sagesse non comme ensemble de règles mais comme expérience transmise et transmissible) qui rend la littérature à la vie. Et les enfants, nous avec eux, disent : « Encore ! ».

Serge Martin et Florence Gaiotti

Les propositions (d’une page environ), sont à envoyer avant le 1er octobre 2012 à strenae@revues.org. Les textes définitifs devront être remis le 15 février 2013.

Bibliographie

Walter Benjamin, « Le Narrateur. Réflexions à propos de l’œuvre de Nicolas Leskov » dans Écrits français (Introduction et notices de Jean-Maurice Monnoyer), Paris, Gallimard, « folio essais », 1991, p. 249- 298.

Walter Benjamin, Enfance. Éloge de la poupée et autres essais, traduit de l’allemand, présenté et annoté par Philippe Ivernel, Paris, Rivages poche, « Petite bibliothèque », 2011.

Hans-Heino Ewers, « La littérature de jeunesse entre roman et art de la narration. » Réflexions à partir de Walter Benjamin, Revue de littérature comparée, 2002/4 n° 304, p. 421-430.

Florence Gaiotti, Expériences de la parole dans la littérature de jeunesse contemporaine, Rennes, PUR, « Interférences », 2009.

Mathilde Lévêque, « Voyage en « Stimmland » : les textes radiophoniques pour la jeunesse de Walter Benjamin », Strenæ [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 15 juin 2010. URL : http://strenae.revues.org/86

Mathieu Letourneux, « Littérature de jeunesse et culture médiatique » dans Nathalie Prince, La Littérature de jeunesse en questions, Rennes, PUR, 2009.

Marie-Claire et Serge Martin, Quelle littérature pour la jeunesse ?, Paris, Klincksieck, « 50 questions », 2009.

Henri Meschonnic, Critique du rythme, Lagrasse, Verdier, 1982.

Alexis Nouss, « Le conteur comme traducteur » dans Jean-Baptiste Martin, Nadine Decour (dir.), Littérature orale : paroles vivantes et mouvantes, Centre de recherche et d’études anthropologiques, Presses universitaires de Lyon, 2003, p. 297-306.

Dominique Rabaté, Le Roman et le sens de la vie, Paris, José Corti, « Les essais », 2010.

Starobinski Jean, La Relation critique, Paris, Gallimard, « Le Chemin », 1970.

http://strenae.revues.org/691

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Les rendez-vous des cercles d’études

Les cercles d’études ont lieu à l’IUFM de Caen et sont ouverts à tous les membres (M1 et M2) des séminaires « Art, langage, apprentissage » et à toute personne intéressée qui en fait la demande au responsable (serge.martin@unicaen.fr):

Racontage:

10 octobre (14-17) ; 28 novembre (17-20) ; 13 mars (17-20) et 3 avril (14-17).

Langage:

17 octobre (17-20) ; 21 novembre (14-17) ; 27 mars (14-17) et 10 avril (17-20).

Expérience:

10 octobre (17-20) ; 28 novembre (14-17) ; 13 mars (14-17) et 3 avril (17-20).

Constellation:

17 octobre (14-17) ; 21 novembre (17-20) ; 27 mars (17-20) et 10 avril (14-17).

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

lire et écrire pour le mémoire de master