Comenius, le signe et le mot

Joh. Amos Comenii, Orbis sensualium pictus quadrilinguis

Fac-similé de l’édition de 1658

 

Titre complet : Omnium fundamentalium, in mundo rerum, et in vita actionum, Pictura et nomenclatura

Dans le court texte La Littérature enfantine, W. Benjamin écrit à propos de Comenius qu’il cherche à « émanciper l’image autant que possible du mot » (p.127),  à élaborer un« nouveau système de signes, normé et sans mots » (p. 128). Si indéniablement la simplicité de l’image semble se suffire à elle-même, il semble difficile d’adhérer totalement à l’interprétation de Benjamin : dans l’édition de 1685 le choix du quadrilinguisme (latin, allemand, tchèque, hongrois), des listes de vocabulaire et de la nomenclature nous semble au contraire vouloir relier signe, mot et sens, et donner à l’enfant les moyens d’habiter le monde, d’un vocable à l’autre, d’une langue à une autre. Le choix des langues en lui-même nous semble particulièrement significatif : le tchèque (langue maternelle de Comenius) est une langue slave, l’allemand vient du francique, le latin est la langue de la science au 17ème siècle, et la matrice des langues romanes ; quant au hongrois il fait partie des langues non indo-européennes, et participe encore davantage à l’élargissement linguistique de la nomenclature. La pédagogie du signe semble ici fortement reliée à celle du mot…

Orbis sensualium pictus (édition de 1658): http://de.wikipedia.org/wiki/Bild:Orbis-pictus-001.jpg

Sur Comenius: http://bohemica.free.fr/auteurs/comenius/presentation_comenius.htm

L’album d’Adèle, une expérience ?

Couverture de l'album d'Adèle

Peut-on mettre en rapport l’album d’Adèle avec la notion d’expérience décrite par John
Dewey ? L’album d’Adèle, de Claude Ponti, décrit l’expérience de la lecture.

En effet, dans cet album de jeunesse, on a affaire à une continuité, puisqu’on remarque à la première page que le personnage, qu’est Adèle, « rentre » dans le livre, elle en prend la pleine possession. Finalement, on pourrait dire que l’on a « un livre dans le livre ».

Les pages suivantes rendent compte du mouvement qui est propre à l’activité de lire : regarder de gauche à droite, parfois dans un sens différent, et surtout le fait de revenir à la page précédente pour tenter de mieux comprendre : c’est le concept de la lecture récurrente.

Ce livre devient en quelque sorte un jeu théâtral (salut final sur la dernière page) où s’enchevêtrent imaginaire et réalité, le personnage d’Adèle crée son propre monde, par ce qu’elle a « lu » ou « perçu » dans cet album.

La notion de perception est par ailleurs importante dans l’œuvre de John Dewey, l’Art comme expérience. En effet, il décrit la perception comme un ensemble de mécanismes qui supposent du sujet regardant un investissement total dans l’oeuvre. Ainsi, en rentrant dans cet album, Adèle s’investit pour pouvoir faire l’expérience de l’oeuvre, si bien qu’elle se retrouve spectatrice au premier plan et qu’elle semble finir par créer son propre album et sa propre histoire.

Marion Morin

Marion MORIN

Licence Lettres Modernes M1 Enseignement primaire et actuellement en M2

More Posts

« Parler comme un livre » à la manière de Walter Benjamin…

Walter Benjamin, Enfance, Eloge de la poupée et autres essais, trad P. Ivernel, Rivages poche/Petite Bibliothèque.

« La littérature enfantine », émission radiophonique du 15/08/1929, pages 125 à 136. Conclusion de cette émission:

         « Dévorer les livres. Curieuse métaphore. Elle donne à penser. En effet, aucun monde de formes n’est, dans la consommation, à ce point emporté, dissous et anéanti que la prose narrative. Peut-être lecture et dévoration se laissent-elles réellement comparer. Avant tout, on doit toujours garder à l’esprit, en l’occurrence, pourquoi le besoin de nous alimenter et l’acte de manger n’ont pas de causes strictement identiques. La vieille théorie de l’alimentation est fort instructive parce qu’elle part de l’acte de manger. Elle disait : nous nous alimentons en incorporant les esprits des choses mangées. Or certes nous ne nous alimentons pas par là, mais nous mangeons toutefois en vue d’une incorporation qui représente plus qu’un besoin lié à une nécessité vitale. C’est pour un tel type d’incorporation que nous lisons également. Non pas afin d’élargir notre expérience, notre trésor mémoriel et existentiel. Ce sont de telles théories de substitution que les théories de l’alimentation affirment là : le sang que nous consommons devient notre sang, les os des animaux deviennent nos propres os, etc. Les choses ne sont pas si simples. Nous ne lisons pas pour augmenter nos expériences, mais pour nous augmenter nous-mêmes. Les enfants, eux tout particulièrement et tout le temps, lisent ainsi : en incorporant, mais non en s’identifiant. Leur lecture est dans un rapport très intime bien moins avec leur culture et leur connaissance du monde qu’avec leur croissance et leur puissance. Ils entreprennent donc alors quelque chose qui n’est pas moins grand que tout le génie investi dans les livres. Et c’est la parenté singulière que celui-ci présente avec le livre pour enfant. »

A la manière de Walter Benjamin…

…Une représentation personnelle de l’expression « Parler comme un livre »

par Yolène Boichard

     « Parler comme un livre ». Curieuse métaphore. Elle donne à penser. En effet, il peut s’agir à la fois d’une expression péjorative ou méliorative à l’égard de la personne désignée (« il parle comme un livre »), selon le point de vue à la fois symbolique et culturel auquel on choisit de s’attacher.

     Parler comme un livre…

     Cette expression peut tout d’abord sembler dépréciative en fonction d’une première représentation : celle d’un livre qui s’imposerait en tant que livre. Ainsi, par son discours, la personne qui parle, privant de toute liberté son interlocuteur, ânonne et déclame à la manière d’un ouvrage pédant, moralisant : le livre est ici considéré comme objet d’un savoir spécifique pourquoi pas rébarbatif, lourd, dont un lecteur réfractaire se verrait imposer la « lecture » à son corps défendant. La personne parlant comme un livre s’épancherait donc, toutes pages dehors, livrant pêle-mêle mais de manière hiérarchisée, presque institutionnelle, définitions, critiques, remarques, certaine de son propre savoir enduit de colle sur la tranche et tamponné d’un nom d’éditeur. Par essence désagréable, ce discours aux allures d’encyclopédie donne enfin l’impression à l’interlocuteur d’être pris pour un individu inculte, à qui l’on doit faire la leçon, si possible en appuyant sur le fait que celui qui « récite » aussi savamment, lui, SAIT.

     Cependant, cette comparaison au livre peut également recouvrir une signification complètement opposée si l’on considère différemment l’objet-livre en question. L’expression pourrait prendre en effet le sens de « parler comme on lirait un livre » : apparaît ici la notion de fluidité du discours, de continu de l’oralité. Dans cette nouvelle configuration langagière, parler prend le sens de conter, le discours revêt un nouvel intérêt, un intérêt narratif cette fois, relatif à une parole déliée, sans à coups, que l’on écoute à l’envi, et le livre prend la forme d’un coffre aux trésors débordant de richesses de langage. L’expression rend ici compte de paroles ciselées, d’une progression travaillée, déployée par un locuteur qui, « à livre ouvert », « raconte » ce qu’il s’est employé à exprimer d’une manière beaucoup plus lyrique que ne le suggère le sujet, peu importe le degré de prosaïsme du fond d’ailleurs, mais toujours sur un ton des plus accessibles. S’ajoute à cela une forme de savoir différente de ce qui a été énoncé précédemment : loin d’être prétentieux, celui-ci a pour caractéristique fondamentale de s’adapter à son interlocuteur, vers un discours le plus limpide possible.

     A mon sens, cette expression peut donc, au terme de cette courte exploration sémantique, revêtir deux significations opposées et de manière sous-jacente, deux intentions qualificatives différentes, en fonction des caractéristiques du discours de la personne concernée. Du pédantisme à l’art travaillé du contage, peut-être attend-t-on que la littérature d’aujourd’hui trouve un juste équilibre : entre encyclopédisme inaccessible et envolées romantiques, peut-être y a-t-il là un enjeu majeur à soulever avec le livre pour enfants.

Un très beau livre à partir de cette expression avec une note de lecture ici: http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2003-06-0125-011

Propos d’une lectrice réelle… avec l’album patrimonial

Propos d’une lectrice réelle, à partir de la contribution de Brigitte Louichon, « L’album (patrimonial) » (revue Modernités, 28)

Dans cette contribution, Brigitte Louichon analyse les enjeux de l’adaptation des textes du patrimoine sous la forme de l’album, et met en évidence l’intérêt de l’utilisation de cet « objet singulier » – support, genre, medium, genre littéraire ?– malgré les difficultés et errances inévitables. Ce passage semble tout particulièrement intéressant : « L’adaptation du texte aux conditions de sa réception contemporaine, la recréation à laquelle il donne lieu sont des formes d’actualisation qui participent pleinement d’une forme de culture partagée. Quels que soient les textes sources comme les opérations effectuées sur ces derniers, qu’elles soient de détail ou plus drastiques, ces ouvrages transmettent le patrimoine littéraire pour ce qu’il est : moins un réservoir de textes qu’un ensemble de personnages, d’univers et de valeurs auxquels nous continuons à avoir recours pour rêver, nous comprendre, comprendre le monde et donc auquel la littérature continue à avoir recours » (p. 108). C’est toute la question de la lecture subjective qui se trouve ainsi posée, faisant resurgir, après des décennies de théorie de la réception centrée sur le lecteur implicite, conceptuel ou idéal, le lecteur réel, celui qui se souvient, oublie, investit le texte. C’est aussi, semble-t-il ce lecteur réel que décrit déjà Benjamin dans sa « Vue perspective sur le livre pour enfants », lorsqu’il dit de l’enfant que « c’est lui-même qui par sa contemplation va pénétrer en elles, comme une nuée se rassasiant de l’éclat coloré du monde des images » (p. 65). C’est toute la question de la constitution de la bibliothèque intérieure du lecteur, et de sa constitution au gré des lectures et des non lectures, qui est ici soulevée. La chèvre de Monsieur Seguin, explique Brigitte Louichon, « traverse les âges », « c’est la tension entre liberté et sécurité qui continue, encore et toujours, à questionner l’individu » (109). Ces invariants du conte  sont aussi ceux du mythe…

En regard de cette réflexion, et pour partager une étagère de ma bibliothèque intérieure de lectrice réelle, un autre album patrimonial : Ulysse aux mille ruses, d’Yvan Pommaux, fascination et angoisse de la traversée, monstres et magiciennes… www.ecoledeslettres.fr/…/7_yvan_pommaux_ulysse.pdf

Hiéroglyphes et rébus…

Pour prolonger un texte de Benjamin, « Vue perspective sur le livre pour enfants » (p. 65-78).

L’image du livre illustré, écrit Benjamin, est un appel envoyé à l’enfant, appel à l’immersion dans le monde imaginaire ; l’enfant « partenaire de jeu » rêve au milieu des abécédaires en couleur, et déploie son verbe poétique dans la gravure en noir et blanc, « il apprend l’écriture conjointement avec le langage : une écriture hiéroglyphique » (p. 68), qui prend aussi la forme du rébus. Benjamin rappelle alors l’origine « des plus distinguées » du rébus, qui « provient en droite ligne de l’héritage hiéroglyphique de la Renaissance, et l’une des plus précieuses éditions de celles-ci, l’Hypnerotomachia Poliphili, constitue en quelque sorte le titre de noblesse de celui-là » (p. 70)

Cette œuvre inclassable de la renaissance vénitienne (1499) mérite de figurer en regard de ce beau texte de Benjamin ; le nom de son auteur apparaît lorsqu’on reconstitue l’acrostiche composée par les initiales de chaque chapitre,  Poliam Frater Fransiscus Columna peramavit , « Frère Francesco Colonna aima Polia  d’un très grand amour ». C’est au cours d’un songe que le narrateur Poliphile, double de Francesco, finit par obtenir le baiser tant attendu, après avoir su lire les signes dont son parcours onirique est jalonné, et déchiffré les rébus qui le conduisent vers le jardin d’amour ; la pédagogie néoplatonicienne emprunte les voies de la gravure et du hiéroglyphe, et le lecteur de l’Hypnerotomachia se trouve ainsi sommé, à l’image de l’enfant de Benjamin, de devenir partenaire de jeu, de déchiffrer les signes ; le monde enchanté du livre gravé pour enfant est bien l’écho de ce monde symbolique, où les êtres et les choses apparaissent encore comme des « signatures », un monde mythique d’avant le désenchantement du monde : le monde de l’enfant–centaure cher à Benjamin.

Magali Jeannin

L’activité de l’élève du point de vue de la théorie du langage

La notion d’activité pour être conceptualisée passe forcément par le langage. De plus, on ne peut pas dire qu’il y ait activité sans discours, c’est-à-dire sans subjectivation dans et par le langage. Sinon l’activité n’a pas de sujet et au mieux produirait-elle un agent, une agentivité si ce n’est un objet. Il y aurait à observer si certains discours ne désubjectivisent pas quand ils parlent, par exemple, de « producteur » dans l’expression « production d’écrit ». Bien des notions en didactique manquent de théorie du langage et quand elles font retour sur le sujet ne se rendent pas compte qu’il y aurait à tout reconsidérer. Ce qu’elles font rarement et, par conséquent, elles se voient en chemin rebrousser et abandonner leur sujet en route, sans y prendre garde. Ce serait fréquemment le cas avec la notion d’activité qui demande pour le moins de penser ce qui s’y fait ou pas : et s’il n’y a invention d’un sujet alors pourquoi parler encore d’activité…

(http://maternailes.net/pratiques/inscription/inscription.html)

Il y a donc à poser d’abord qu’on ne peut concevoir d’activité sans sujet et que pour qu’il y ait sujet de l’activité, il faut penser ce sujet dans et par le langage. C’est alors seulement que les catégories du temps et de l’espace de l’activité, qui permettent de situer et donc d’engager un sujet acteur, peuvent se constituer. La deixis de l’activité est le cadre de l’activité mais elle n’advient qu’en discours et fonde la situation du sujet qui est le seul à pouvoir l’engager vraiment comme activité.

À la deixis vient comme se joindre une sémantique sérielle qui construit les valeurs propres à telle ou telle activité, tel ou tel moment de l’activité, bref toutes les différenciations qui construisent à proprement parler ce qui fait la spécificité de l’activité :

– délimitation : activité/non-activité ;

– catégorisation : qualifiants de l’activité par différenciation même infinitésimales ;

– et enfin rythme et prosodie : différences et répétitions qui construisent l’energeia d’une mise en œuvre, d’une œuvre à proprement parler où l’opération est non seulement subjective mais transubjective ; l’activité devient passage d’activité parce que passage de sujet (invention et transmission, transformation et relation).

Se pose immédiatement le problème de l’antinomie individu / société ou collectif auquel renvoie, par exemple, la notion de « communauté discursive » très fréquemment employée par la didactique d’inspiration bakhtinienne. Il me semble que cette notion oblige à réitérer l’antinomie sans la lever autrement que par un déterminisme, qui alors maintient l’antinomie dans son aporie puisque la subjectivation se voit alors renvoyée à un causalisme qu’on peut appeler un collectivisme. Ce dernier oblige à penser l’activité commune, en en pensant seulement l’homogénéité voire l’unicité, hors de toute pluralité et différenciation des processus de construction du commun. Disons-le franchement, cette didactique dévoie l’activité dans un comportementalisme où la subjectivité est un assujettissement à des forces qui refusent toute subjectivation libre.

Très concrètement, cela peut s’observer dans la rhétorisation des manières de dire qui règle les manières de faire sans que ces dernières ne puissent déplacer les manières de dire ou sans que l’expérience n’oblige à dire autrement ce qu’on a fait autrement et l’inverse. Bref, le sujet est fixé avant l’activité et doit s’y conformer : la subjectivation est donc soit préexistante soit subséquente puisqu’on présuppose une conformation et non une construction afférente de l’activité et du sujet.

Mais on ne peut se contenter pour autant de renvoyer cette subjectivation dans et par le langage à ce qu’on appelle généralement une verbalisation de l’activité, qui pose une représentation du langage comme traduction ou expression de l’activité et donc comme résultat d’une activité qui lui préexisterait. Des formes plus subtiles existent qui mettent la subjectivation dans la dichotomie du linguistique et du métalinguistique en s’appuyant sur le concept psychologique de distanciation. Cette représentation présuppose un double langage : celui de l’accompagnement de l’activité et celui de la réflexivité ou, en des termes utilisés par exemple dans les programmes scolaires, entre langage d’action et langage d’évocation. Cette représentation met la pensée hors de l’activité dans un après quand l’activité de la pensée d’une part et la pensée de l’activité sont justement consubstantielles sous peine d’obtenir des pensées coupées de l’activité (c’est le topos de la théorie comme opposée au « terrain ») ou une activité qui se réaliserait sans pensée active et donc une activité sans sujet, sans subjectivation. Que des paliers de la réflexivité existent, c’est à n’en pas douter! Mais il y aurait plus à dissocier une réflexivité au plus près de l’action qui engage un véritable sujet de l’action comme sujet de la pensée de l’action. Ce qui revient à se situer au plus près de l’energeia qui tient le continu du geste et du langage ou du langage comme geste et du geste comme langage. A contrario, on pourrait observer une réflexivité qui, pour des raisons scolaires et/ou sociales, doit à un moment ou un autre se conformer à des normes d’action ou des normes de pensée de l’action voire même de formulations académiques de l’action. On comprend bien alors que cette dernière catégorie n’est pas celle qui doit orienter la réflexion didactique sur l’activité mais que c’est au contraire la première qui doit porter la seconde sous peine de ne jamais comprendre ce que fait une activité à un sujet et ce qu’un sujet fait à une activité, à moins de considérer le sujet non à l’aune de la subjectivation mais de la normalisation, d’un comportementalisme qui viendrait défaire ce que la didactique vise : un sujet critique de son activité, un sujet par et dans son activité pleinement sujet.

L’enjeu de cette réflexion sur la notion d’activité est donc sa conceptualisation en didactique. Pour conclure, j’observe qu’elle oscille entre le faire et l’agir non comme choix entre deux pôles mais comme orientation vers l’un ou l’autre : c’est la pensée du dire qui permettrait d’orienter l’activité de l’agir vers le faire, de la reprise vers l’invention, de la communication vers la relation, de la transmission vers l’incorporation.

Ce qui manque aujourd’hui à la didactique concernant l’activité, c’est une poétique des discours avec l’activité car seule une poétique permet d’écouter au plus près ce qui se fait quand l’activité devient par le dire, se constitue comme subjectivation, ou au contraire disparaît comme une absence de faire pour finir au mieux dans un agir. On peut d’ailleurs suggérer que « rien faire » n’est pas une absence de faire et qu’il vaut mieux ne rien faire qu’agir pour agir – ce serait ce qu’on appelle l’activisme dont on sait que l’école s’est fait une spécialité pour occuper l’enfant faisant semblant de jouer à l’élève et passer le temps de l’apprentissage à formater des sujets sans sujet, des agents qui agencent, des enfants bons enfants et des élèves bons élèves… ou mauvais !

 Serge Martin

Références bibliographiques sur lesquelles prend appui cette réflexion :

Émile Benveniste, Problèmes de linguistique générale, 1 et 2, Paris, Gallimard, « Tel », 1966 et 1974.

Magali Bonniol, Rien faire, Paris, L’école des loisirs, 2000.

Chiss Jean-Louis et Dessons Gérard (éds.), La force du langage, Paris, Champion, 2000.

Gérard Dessons, Émile Benveniste, l’invention du discours, Éditions In’Press, 2006.

Le Français aujourd’hui, n° 160 (« La critique pour quoi faire ? »), Paris, Armand Colin, mars 2008.

Wilhelm von Humboldt, trad. de Pierre Caussat, Introduction à l’œuvre sur le kavi et autres essais (1827-1829), Paris, Le Seuil, 1974

Serge Martin, L’Amour en fragments. De la relation critique à la critique de la relation, Arras, Artois Presses Université, « Manières de critiquer », 2004.

, Langage et relation, Anthropologie de l’amour, Paris, L’Harmattan, « Anthropologie du monde occidental », 2005.

Henri Meschonnic, Politique du rythme, politique du sujet, Lagrasse, Verdier, 1995

 

 

 

 

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Poètes en regard (1. Franc Ducros)

DUCROS FRANC

rencontre à la MRSH

avec Ettore Labbate (notre invité du 19 décembre)

le jeudi 11 octobre à 17 heures

44, route de Saussan
34570 PIGNAN
Tél : 04.67.41.14.03
Email : fducros.gpierra@orange.fr

Activité : Auteur, Traducteur
Genre(S) : Poésie, Sciences humaines et sociales
Animations : Lecture
Biographie :
Franc DUCROS
Né en 1936 à Moulézan (Gard)

Bibliographie Non Exhaustive :
Poésie:
Le Poétique, le Réel, éd. Méridiens Klincksieck, 1987 (essai).
Les yeux la terre, éd. Main-d’oeuvre, 1992 (poésie).
Poésie, figures traversées, éd. Théétète, 1995 (essai).
L’odeur de la panthère – Dante, la poésie, éd. Théétète, 1997 (essai).
S’ouvrant l’arbre, éd. Théétète, 1997 (poésie).
Pour Mallarmé, éd. Théétète, 1998 (essai).
Entre le feu et le soleil, peintures de Anne Slacik, 1998 (livre d’artiste).
Delphes, 1999, peintures de Anne Slacik, 1999 (livre d’artiste).
Du noir cela, éd. Théétète, 2000 (poésie).
Surgies syllabes arrachées, éd. Théétète, 2003 (poésie).
Ici partagé, disparaissant, éd. Théétète, 2006 (poésie).
Notes sur la poésie, éd. Théétète, 2006 (essai).
Lectures poétiques, éd. Théétète, 2006 (essai).
L’odeur de la panthère : Dante, la poésie, éd. Lucie, 2010 (essai).
Fracture avec sept lithographies de Christine Valcke, Sigean, éd. Les Ateliers de la
Maison du Roy, 2011 (livre d’artiste).

Traductions:
Ombre lointaine, 46 fragments de Léonard de Vinci, Alinéa, 1983.
Poèmes de Michel-Ange, éd. Théétète, 1996.
L’inhabité, de Pascal Gabellone, éd. Main-d’oeuvre, 1992.
Le rien rugueux, de Gabriel Magana, éd. Théétète, 1999.
Abriendose el arbol, cotraduit en mexicain par Gabriel Magana, éd. Sin nombre, UNAM, Mexico, 2001 (poésie).
Comme on cherche un trésor, de Umberto Saba, éd. La Dogana, 2005 (poésie).
De lo negro eso, cotraduit en mexicain par Gabriel Magana, éd. Sin nombre, Mexico, 2006 (poésie).
Franco Loi, poèmes, traduits du milanais, en collaboration avec Bruna Zanchi et Bernard Vargaftig, éd. Lucie, 2009.
La tâche terrestre des mortels : poésies 2002-2009, de Flavio Ermini, traduit de l’italien, éd. Lucie, 2012 (poésie).

Extrait Inédit :
Extrait de « Le Feu et le Soleil » in Surgies syllabes arrachées

comme dans l’eau se diluerait
le sang,
futur
l’éclair dans la lumière

ici

quand l’air
qui tremble affine
la terre rouge

——————-

cette ombre
entre le feu et le soleil

fait plus rouge
le feu :

dans
la lumière la lumière
éteint l’ombre et le feu

——————-
Crédits photographiques : DR Toutes les informations viennent de http://www.lr2l.fr/acteur/ducros-franc-pignan.html

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Modernités 28 : avant-propos

 

Avant-propos

« L’album pour la jeunesse est devenu un puissant foyer de création artistique et le lieu où s’exerce, par excellence, le plaisir de la lecture ». Cette phrase date de vingt ans: elle figure sur la quatrième de couverture de Jeux graphiques dans l’album pour la jeunesse1, actes d’un colloque international qui réunissait un groupe de chercheurs autour de Jean Perrot, à l’Université Paris Nord, en 1988. En effet, les « nouvelles formes » et les « nouvelles lectures » de l’album que nous souhaitons interroger s’inscrivent dans une histoire. Une histoire où la rencontre du texte et de l’image dans le livre pour enfants stimule et enrichit aussi bien la production que la réception.

Dans cette histoire, création, édition, recherche et institution sont étroitement liées.

On sait qu’il existe des images à destination des enfants bien avant l’Orbis Sensualium Pic tus de Comenius, souvent cité comme premier ancêtre de l’album, et qui date de 1658. Toutefois, Ségolène Le Men2 présente l’apparition progressive de l’album, ainsi désigné, comme l’une des grandes innovations du XIXe siècle, qui propose des ouvrages centrés non plus sur le texte mais sur les images, et destinés à la petite enfance.

Les créations contemporaines dont nous soulignons le caractère innovant font souvent écho à des œuvres plus anciennes: devant les albums

1.   CRDP Créteil, Université Paris Nord, Argos, 1991.

2. Glénisson J., Le Men S., (dir.), Le Livre d’enfance et de jeunesse en France, Bordeaux, Société des bibliophiles de Guyenne, 1994.

 

_____________________________________________________________________________________________

6

C. Connan-Pintado, F. Gaiotti, B. Poulou

jeux d’Hervé Tuller3 qui s’adressent à la curiosité et à l’imagination du jeune lecteur à travers formes géométriques et couleurs, comment ne pas penser aux images de Nathalie Parrain aux débuts de l’aventure du Père Castor, ou, plus tard, aux recherches de Kveta Pacovska? Devant les albums carrés du Rouergue, au tournant des années 19904, nous n’oublions pas que Macao et Cosmage, d’Edy Legrand, publié en 1919, était carré. Saluons au passage le travail d’historien de Michel Defourny sur les formats5, et celui des maisons d’édition qui proposent aujourd’hui des fac-similés de quelques albums « historiques », comme Circonflexe, qui publie L’arche de Noé, d’André Hellé6, ou le dernier paru, Pierrot le Grand, de Rasmussen et Clausen, publié en 1950, au Danemark, et dont la hauteur et l’étroitesse dépassent celles du très allongé Semer en ligne ou à la volée, de Béatrice Poncelet.

On ne manquera pas d’évoquer aussi, dans la deuxième moitié du xxe siècle, les jalons posés par des éditeurs qui reconsidèrent, et parfois révolutionnent la conception de l’album: Robert Delpire, à la fin des années 1950, François Ruy-Vidal et Harlin Quist autour des années 1970, lors de ce que l’on a appelé l’« explosion » de l’album, puis Christian Bruel. Ces éditeurs ont renouvelé le genre, ouvert leurs pages à des auteurs étrangers, soutenu des créateurs devenus aujourd’hui des références, élargi l’empan des thèmes et du lectorat. En proposant des albums moins sages, en préférant le terme de « graphisme » à celui d’illustration, afin que l’image ne soit pas conçue comme « une illustration qui redouble le texte, mais [comme] une proposition visuelle qui fonctionne en contrepoine », ils ont contribué à complexifier une forme d’expression hybride qui résiste toujours à la définition.

Pour introduire un ouvrage consacré à l’album pour la jeunesse, il convient de rendre hommage aux pionniers qui, au début des années 1970, ont affûté leur regard sur les images et se sont engagés pour faire de l’album un objet d’étude universitaire. L’article de Denise Escarpit, « L’image et l’enfant: la lecture du livre d’images par les tout-petits », paru dans Image et Communication8, en 1972, est sans doute la première publication universitaire en France sur le sujet, suivie de près par celles d’Isabelle Chevrel, puis de Jean Perrot. Comparatistes, anglicistes, bien avertis de l’avance des anglo-

3.  Editions du Panama.

4.  Douzou O., Jojo la mache, 1993.

5. Defourny M., « Histoire de formats: du rectangle au carré »~ L~enfance à travers le mois du patrimoine écrit, coédition ARALD, FFCB, Bibliothèque d’Annecy, 2002, p. 71-86.

6.  Puhlié chez Garnier, en 1925.

7.Chevrel I., « François Ruy-Vidal ct la révolution de l’album pour enfants dans les années 1970 », dans L’image pour enfants: pratiques, normes, discours (France et pays francophones, xvre – xxe siè­des), Renonciat A. (dir.), p. 258.

8. Dir. Thibault A.-M., Paris, Éditions universitaires, 1972, p. 75-105.

 

__________________________________________________________________________________________

7

Avant-propos

saxons dans le cadre de la littérature pour enfants, ces trois chercheurs ont contribué à légitimer un champ jusque-là dédaigné. N’oublions pas que le Guide de la littérature pour la jeunesse de Marc Soriano, publié en 19749, ne comportait pas d’entrée « Album ». Aujourd’hui, cette forme d’expression retient toute l’attention de la recherche, comme le prouve la multiplication des ouvrages parus dans ce champ, et singulièrement, la somme de Sophie Van der Linden, Lire l’album10

N’oublions pas, enfin, puisque la moitié des textes présentés ici émanent de chercheurs impliqués dans la formation des maîtres, ce que l’album doit à l’école. Les liens entre l’institution scolaire et l’édition pour la jeunesse, noués lors la loi Guizot, en 1833, se sont resserrés d’hier à aujourd’hui. À partir des années 1970, l’ancrage des livres d’images dans l’évolution de la société contemporaine et des définitions de l’enfance a été mis en évidence par les sociologues: dès 1973, Jean-Claude Chamboredon et Jean Prévôt soulignent « les effets de la scolarisation massive en école maternelle sur les changements de la demande en matière de livres pour enfants11 ». La représentation et l’usage de l’album à l’école et dans les familles en sont alors sensiblement modifiés, favorisant le développement de l’édition de création et amorçant un processus de légitimation, dont l’un des signes sera l’entrée de la littérature de jeunesse comme objet d’apprentissage à l’école dans les programmes de 2002.

Dans les listes d’ouvrages dont la lecture est recommandée par le Ministère de l’éducation nationale, l’album figure comme genre, auprès des genres littéraires traditionnels et des genres éditoriaux, et le nombre de titres retenus révèle la place prise par une forme jusque-là surtout abordée à la maternelle12. Depuis 2002, les albums sont devenus les supports privilégiés d’une approche de la lecture scolaire que, grâce aux travaux de Catherine Tauveron, on ose enfin désigner du nom de lecture littéraire.

La réflexion proposée dans ce numéro s’inscrit donc dans une continuité multiple. Tout d’abord, elle a pu se développer dans le cadre du partenariat fructueux qui associe l’IUFM d’Aquitaine et TELEM­ Modernités (Bordeaux 3). Dans ce cadre, nos prédécesseurs ont voulu croiser les perspectives esthétiques et didactiques en interrogeant les figures de l’auteur, en revisitant le questionnement de la fiction à partir

9. Réédité chez Delagrave en 2002.

10. L’Atelier dn Poisson soluble, 2006.

11. Fabiani J .-L., « Le plaisir et le devoir: remarques sur la production et la réception de livres destinés à la petite enfance « , La Revue des livres pour enfants, p. 163-164, p. 69. Articlc cité: Chamboredon J.-C. ct Prévot J.,  » Le Métier d’cnfant « , Revue française de sociologie, 14 (3), juil-sept 1973, p. 295-335.

12. 61 pour le cycle 3, 112 pour le cycle 2, soit 173 titres, près du tiers de l’ensemble, sans compter les contes, recueils de poèmes et pièces de théâtre publiés sous le format de l’album.

 

__________________________________________________________________________________________

8

C. Connan-Pintado, F. Gaiotti, B. Poulou

de son enseignement ou encore en renouvelant la problématique du lecteur engagé13• Nous avons souhaité maintenir cette double perspective, essentielle à nos yeux, tout particulièrement lorsqu’il s’agit d’albums.

Continuité aussi par rapport aux questionnements qui ont été formulés depuis la création même de l’album « moderne » et qui se sont multipliés dans les années 90 où l’album a connu un regain de vitalité et de créativité. Il constitue désormais un espace d’expériences singulières, d’expériences « Toutazimute » pour reprendre le nom d’une des collections du Rouergue.

Aussi nous a-t-il semblé que l’album, en tant qu’espace de création mais aussi comme lieu de réception, pouvait être réinterrogé aujourd’hui. Le livre de Sophie Van der Linden, cité plus haut, l’ouvrage collectif Images des livres pour la jeunesse. Lire et analyserl4, ou encore la toute jeune revue Hors cadre, publiée par l’Institut International Charles Perrault et les Editions du Poisson soluble, attestent d’une volonté et d’une nécessité de comprendre et d’analyser les évolutions de l’album contemporain, d’observer comment celui-ci joue des multiples codes qui le constituent et invente des modes de lecture qui lui sont propres.

L’album peut dès lors être envisagé comme une création hybride.

Hybridité originelle, dans le dialogue toujours renouvelé du texte et de l’image. Hybridité liée aux genres et aux formes dont l’album se saisit, qu’il s’approprie et qu’il associe de manière singulière: en effet, si l’album propose encore majoritairement des récits, il devient un espace où se déploient des textes théâtraux et poétiques. Marie Bernanoce montre qu’il se donne à lire comme une scène nouvelle de représentation; pour Régis Lefort, il devient parfois « album-poème » en faisant dialoguer le texte et l’image pour créer un espace poétique original.

Hybridité liée également à l’influence d’autres arts dont il s’inspire: Nicolas Rouvière met ainsi en avant l’influence de la bande-dessinée, fondamentale dans les stratégies que l’album met en œuvre ainsi que dans les fonctions assurées par l’image dans l’économie narrative. L’album emprunte aussi aux grands mouvements artistiques du vingtième siècle (peinture, sculpture, photographie, cinéma) ainsi qu’aux arts appliqués tels que la publicité, le dessin humoristique, la caricature. Il se nourrit de toutes les théories artistiques: Jean Perrot montre que « les diverses théories de la couleur ont été mises à contribution dans un projet ludique visant à entrer en interaction avec le lecteur afin de l’impliquer dans le

13. Voir Modernités 18, L’Auteur: entre biographie et mythographie, dir. Louichon B., Roger J., 2002; Modernités 23, Les Enseignements de la fiction, dir. Braud M., Laville H., Louichon, 2006; Modernités 26, Le lecteur engagé, dir. Poulin 1., Roger J., 2007.

14. Lorant-Jolly A., Van der Linden S. (dir), coéd. Thierry Magnicr, Scéren, CRDP Créteil, 2006.

 

__________________________________________________________________________________________

9

Avant-propos

processus créateur ». L’album se saisit de tous les modes de représentation plastique, non dans un simple mouvement citationnel, mais pour inventer sa propre dynamique, comme le met en valeur Isabelle Chevrel lorsqu’elle étudie les jeux de l’intericonicité dans Le Tunnel d’Anthony Browne.

Hybridité enfin qui fait cohabiter l’ancien et le contemporain. Si l’album apparaît comme un support qui propose des créations inédites, il est aussi apte à se ressaisir des textes classiques et patrimoniaux pour les revisiter, les réécrire, les amalgamer, au risque, parfois, de les dissoudre, comme le mettent en évidence Brigitte Louichon et Isabelle Poulin à partir des adaptations de La Chèvre de Monsieur Seguin et de Don Quichotte.

Lieu d’une créativité foisonnante, palimpseste des temps modernes, il permet de ressaisir, de confondre, diverses formes de création tout en offrant aux créateurs la possibilité de construire, d’une œuvre à l’autre, des univers très personnels comme en attestent les monographies consacrées à Anne Herbauts, Béatrice Poncelet, Philippe Corentin et Frédéric Clément, présentées respectivement par Nelly Chabrol-Gagne, Christiane Connan­Pintado, Florence Gaiotti et Chantal Lapeyre-Desmaison.

Fondamentalement multiple et complexe – jusqu’à se faire magasin de curiosités, comme le montre Danielle Dubois-Marcoin, ou à intégrer un débat philosophique et métanarratif autour du cogito, dans le réjouissant Exister! de Nathalie Hense analysé par Catherine Tauveron -, l’album invite, en conséquence, à une réflexion multiple et complexe dont ce livre cherche à rendre compte par la diversité des perspectives adoptées.

 

À travers cette hybridité défiant toute définition péremptoire, l’album se donne aussi à lire et à voir comme un support qui ne cesse de s’interroger sur ses propres capacités à raconter ou plus largement à représenter, engageant du même coup le lecteur dans ce mouvement réflexif qui relève bien d’une démarche esthétique. Aussi avons-nous souhaité accorder une place de choix aux interrogations concernant le lecteur.

En effet, ces livres inclassables par leur nouveauté, leur richesse, leur complexité, posent la question du lecteur. L’album contemporain, « subversif » par les nouvelles formes qu’il revêt bien plus que par les thèmes abordés, appelle un lecteur qui accepte de prendre le risque d’une lecture dont il sortira différent, comme le montre Cécile Boulaire.

Si l’école reste le lieu des apprentissages fondamentaux, il lui faut donc se charger d’apprendre à lire ces albums dans l’articulation complexe, voire dérangeante, du texte et de l’image. Christine Davenne souligne l’importance d’une formation artistique qui ne soit pas simplement cultu­relle, afin de prendre en compte la dimension non seulement iconique,

 

__________________________________________________________________________________________

10

C. Connan-Pintado, F. Gaiotti, B. Poulou

mais plastique des albums. Les enseignants pourraient ainsi aider les en­fants à s’approprier deux codes qui ont leur fonctionnement propre et qu’il s’agit de faire jouer pour accéder au sens, dans une démarche qui constitue, pour Françoise Demougin, une première expérience de lecture littéraire.

Chaque album est une création unique qui interroge et remet en jeu les compétences du lecteur. Peut-être est-ce en cela que l’on peut parler de « nouveau lecteur ». En effet, au contraire du roman pour la jeunesse qui fonctionne selon des schémas plus facilement identifiables, l’album – très souvent – place le lecteur devant une nouvelle situation de lecture qui l’oblige à une grande implication. Chaque album appelle sa lecture, invente son lecteur, devient un élément-clé dans sa formation, l’obligeant à trouver de nouvel:les stratégies de lecture, le contraignant à entrer dans un jeu d’interrogations, d’hypothèses pour accéder au(x) sens. Cette lecture qui fait appel à l’acuité de l’observation, à l’activité interprétative, est très certainement la meilleure entrée qui soit dans la littérature; l’album, en dérangeant les habitudes de lecture, met bien, comme le dit Eléonore Hamaide, le lecteur en mouvement.

Beaucoup de ces albums sont ainsi une invitation à partager la lecture, que l’on se situe dans le domaine privé ou scolaire. Ces ouvrages qui intéressent les chercheurs sont souvent des « albums pour tous » :  ils franchissent les frontières générationnelles en captivant aussi bien l’adulte que l’enfant assis sur ses genoux. En étudiant le phénomène du « cross over », Sandra Lee Beckett témoigne de la richesse et de la diversité d’une production internationale qui « transcende la frontière des âges ».

Explorer une page comme on explore un nouveau territoire, y chercher son chemin, les chemins possibles, relier des repères, en déduire une signification, tomber dans des pièges parfois, construire sa pensée et échanger: voilà les démarches de lecteurs actifs, impliqués, qu’il s’agisse de très jeunes élèves, de la maternelle au cycle 3, auxquels s’attachent Véronique Boiron, Catherine Tauveron et Marie-Claude Javerzat, ou de maîtres en formation. L’album est donc « une chance à saisir » pour la didactique de la littérature,. comme le montre Serge Martin, dans la mesure où il « demande de transformer sa critique ».

Déjouant les certitudes préalables comme les stratégies de lecture répétitives et automatiques, chaque album, dans sa singularité esthétique, invite son lecteur, ses lecteurs, à une expérience littéraire inédite, une expérience de l’intranquillité.

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Travailler ses commencements

J’ai fini de lire le livre d’Heinz Wismann et n’ai pas rendu compte de bien des chapitres de cet ouvrage qui tente (à deux reprises) une histoire de la philosophie grecque assez étonnante puis plus loin une histoire de la musique occidentale – on comprend alors la difficulté!

Je voudrais garder, avant d’y revenir peut-être, ce qui ici sur ce carnet importe, les réflexions conclusives de l’auteur qui s’intitule « théâtre et éducation ». Ce passage tout d’abord qui entre en écho étonnant avec un cours magistral que je viens de faire en M1 (UEP121) et dont la teneur empruntait à un album de Magali Bonniol (Rien faire, L’école des loisirs, 2000)

où je proposais de voir exemplairement une fable de l’expérience du savoir (et du non-savoir) comme expérience théâtrale (voir sur le blog littecol un billet à venir bientôt) :

L’éducation est tendue vers des contenus, des choses qu’on peut apprendre, mais ce ne sont pas ces choses-là qui constituent l’essentiel de l’expérience. L’expérience de l’appropriation du savoir passe paradoxalement par la mise en mouvement de la vie, c’est-à-dire le temps en nous, qui est essentiellement non-savoir. C’est la raison pour laquelle Platon, après avoir enseigné son système à l’Académie, a décidé ensuite d epublier sa remise en question sous forme de dialogues, de mimodrames. En effet, les dialogues platoniciens ne sont pas simplement une propédeutique à sa théorie systématique enseignée à quelques élus, mais remettent en jeu, les rendant de nouveau fluides et incertaines, les certitudes enseignées.

La thèse que j’ai essayé de tirer des réflexions nietzschéennes est que l’Ecole, lorsqu’elle est réellement à la hauteur de son idée, est un théâtre. Le drame de la connaissance se joue tous les jours dans la salle de classe. Et ce qui constitue la scène des activités pédagogiques est la tension entre le moment de la fixité du vrai et le moment du mouvement vers cette vérité établie, qui suppose qu’on s’en dépossède, parce qu’on va au-delà.

Le profeseur est à la fois metteur en scène et comédien, et son auditoire est associé à la production de la pièce. Quelle vacuité d’envisager un enseignement qui déroule devant les yeux d’un public médusé, pétrifié, toute la richesse des connaissances déjà acquises! Nietzsche dirait que c’est « mortifère ». Le perfectionnement des manuels, qui correspond à une mise en espace de plus en plus sophistiquée, élimine progressivement, pour l’élève entrant dans la navigation qui le conduit de connaissance en connaissance, la dynamique même de l’expérience qu’est l’apprentissage, puisqu’on a affaire à une même distribution de points fixes comme sur l’écran d’un ordinateur.

(p. 299-300)

Puis Wismann conclut sur la notion d’expérience – sans toutefois évoquer John Dewey mais seulement Pestalozzi et Rousseau. Il oppose en fin de compte le fait de mettre l’accent « sur l’acquisition des connaissances reproductibles » (p. 301) au « drame de la connaissance » (« mise en scène théâtrale d’une tension entre une dynamique qui est celle de la connaissance et un autre élément, la question et la remise en question de la connaissance, la fluidification des évidences », p. 305) où prend place « l’expérience authentique dans ce que l’on vit quand on apprend » (p. 301), bref à augmenter le mouvement expérientiel. Alors, le « suspens » constituerait « un élément pédagogique essentiel » (p. 305).

Suivent pour terminer l’ouvrage quelques belles pages sur le sfumato pour que s’effectue la mise en scène du désir (de connaître) en vue de mettre l’accent sur l’élan initial de toute expérience cognitive : « travail sur les commencements » et non « dans les limites d’un projet parfaitement arrêté » (p. 311-312). N’est-ce pas exactement cela un travail de recherche ! Non une reprise de certitudes, un devoir balisé par des références ou des autorités, mais une aventure des débuts, un ressassassent de ce qui maintient le désir à vif.

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Projets de TER dirigés par Magali Jeannin (octobre 2012)

LECOEUR Marion

Le coin-lecture en maternelle avant l’apprentissage de la lecture

http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1977-08-0489-001

Descriptif:
Mon souhait était d’étudier la place de la bibliothèque à l’école. Mais sujet bien vaste…Il était alors important de resserrer mon champ de recherche. J’hésitais quant au type de lieux de lecture : dans la classe (le coin-lecture), dans l’école (la BCD) ou hors de l’école (partenariat avec la bibliothèque municipale) ? Finalement, après la consultation de revues et d’ouvrages, mon choix s’est porté sur le coin lecture, l’un des lieux essentiels d’une classe. Quant au niveau, je m’oriente davantage sur la maternelle, voire plus particulièrement la grande section (année avant le CP, donc avant l’apprentissage de la lecture).

Voici les questions qui m’intéressent particulièrement : Comment familiariser l’enfant à l’univers du livre avant l’apprentissage de la lecture ? Comment un enfant peut-il prendre goût à la lecture avant même d’avoir toutes les compétences de lecteur ?

L’un des processus d’acquisition de la lecture est l’acquisition culturelle (selon Gérard Chauveau dans Comment l’enfant devient lecteur). En ce sens, dans quelles mesures le coin-lecture en maternelle permet-il à l’enfant de s’approprier l’univers du livre ?

Mots clés: coin-lecture, familiarisation, appropriation, acquisition culturelle, apprentissage de la lecture

____

Camille LANDAIS

Le lien entre le texte et l’image dans la littérature de jeunesse. Etude d’une œuvre de Claude Ponti, Okilélé

Descriptif : J’aimerais travailler sur l’articulation du texte et de l’image dans la littérature de jeunesse. Je souhaite baser mon étude sur l’album de Claude Ponti, Okilélé. Cet album étant conseillé à des enfants de cycle 2, j’aimerais recueillir le ressenti d’élèves  quant à l’histoire présentée ainsi que leurs façons de lier le texte et l’image afin de créer un sens à ce qui peut apparaitre comme en étant dépourvu pour eux. Je pense donc m’interroger sur la vision que peut avoir un enfant vis à vis de ce livre puis comparer cette vision « innocente » à une analyse approfondie.

Les questions qui me semblent  intéressantes sont principalement centrées sur la lecture et la relation qu’entretiennent les enfants avec elle : Quel rôle l’image peut-elle jouer dans l’envie de lire ? Le plaisir de lire est-il annihilé aussitôt que l’image disparait du livre ?

Il me reste encore à trouver la meilleure manière pour lier ces questionnements (fondamentaux quant à l’attitude future des élèves face à la littérature) à l’album de Claude Ponti.

Walter Benjamin, Enfance (anthologie d’essais): sommaire

Walter Benjamin, Enfance. Eloge de la poupée et autres essais, Traduit de l’allemand, présenté et annoté par Philippe Ivernel, Paris, Payot & Rivages, Rivages poche/Petite bibliothèque, 2011.

Quatrième de couverture :
Avec le présent recueil, Enfance, est donnée à lire une sélection d’écrits – pour une part inédits en français – qui témoignent d’un ancrage en profondeur dans l’âge des commencements et des recommencements. Les textes choisis relèvent de divers registres (notes, articles de presse ou de revue, recensions et essais ; travaux et ouvrages publiés ou en gestation représentés par des extraits significatifs). Leur succession dans un ordre chronologique, admettant quelques déplacements, jalonne le parcours de leur auteur, en des temps déchirés, où le flux des événements est comme interrompu de tourbillons qui les fouaillent.Présentation de l’éditeur:

 

TABLE

Présentation…………………………………………………5

POSITIONS PREMIÈRES

La « libre communçmtéscolaire» ……………………..21

L’Enseignement de la morale …………………………. 29

La couleur vue à partir de l’enfant ……………………. 39

André Gide: La Porte étroite …………………………. 43

L’Idiot de Dostoïevski ………………………………….. 47

À propos d’un travail surla beauté des images

colorées dans les livres pour enfants………….53

EXPÉRIENCES, JEUX, APPRENTISSAGES

Sens unique (extraits) ………………………………….. 57

Vue perspective sur le livre pour enfants ……………..65

[Enfants de Moscou] (Extrait de Moscou)……………79

Jouets anciens …………………………………………… 83

Jouets et jeux ………………………………………………91

Histoire culturelle du jouet …………………………….. 99

Notes sur une théorie du jeu ………………………….. 105

Chichleuchlauchra ……………………………………. 109

Premiers rudiments verdoyants …………………….. 119

La littérature enfantine ………………………………..125

Une pédagogie communiste …………………………. 137

Pédagogie coloniale ……………………………………143

Éloge de la poupée …………………………………….. 147

Un jeune Berlinois des rues …………………………..157

Programme pour un théâtre d’enfants prolétarien..167

Pestalozzi à Yverdon ………………………………….. 177

Bretzel, plume, pause, plainte, futilités ……………. 183

Enfant et cheval ………………………………………… 185

L’ENFANCE, LES HISTOIRES ET L’HISTOIRE

Chronique berlinoise (extraits) ……………………… 187

Enfance berlinoise autour de 1900 (extraits)……….197

La virilité diminuée d’Hitler ………………………….. 207

Le Narrateur (extraits) ………………………………….209

Conversation an-dessus du Corso (extrait)…………. 211

L’ œuvre d’art à l’époque de sa reproduction

mécanisée (extraits)…………………………………….. 217

À propos de Mickey Mouse ……………………………. 225

Paris, capitale du XIXe siècle (extraits) …………….. 227

À propos du poème de Brecht Sur l’enfant qui ne

voulait pas se laver……………………………………….235

Paris, capitale du XIXe siècle (Extraits de la liasse

W, consacrée à Fourier)………………………………….239

Sur le concept d’histoire (extrait)……………………….243

Notes ……………………………………………………….. 245

 

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Les Boréales : découvrir les littératures du Nord

En association avec les Boréales, le 15 novembre 2012 à l’IUFM de l’Université de Caen Basse-Normandie:

1ère partie de soirée:

18h-19h30 conférence sur la littérature de jeunesse nordique (avec questions de la salle)

19h30-19h45 : pause (et possibilité d’acheter quelques ouvrages au stand du Cheval-Crayon)

19h45-20h30 : rencontre avec l’auteur de littérature jeunesse finlandais Markus Majaluoma

Pause pique-nique finlandais offert par l’IUFM : 20h30-21h15

2ème partie de soirée, sur réservation :

21h15-21h45 : Marie Lemoine et Satu Niiranen sur le Kalevala

Le 14 novembre après-midi Satu Niiranen, Marie Lemoine et Anne-Marie Cretté

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Petite bibliographie pour penser les pratiques artistiques à l’école

Pistes bibliographiques pour penser l’art comme expérience jusque dans les pratiques artistiques à l’école (article en construction):

Jean-Loup Amselle, Branchements Anthropologie de l’universalité des cultures, Champs essais, Flammarion, 2005.

Roland Barthes, La Chambre claire : Note sur la photographie, Gallimard/Seuil/Cahiers du cinéma, Paris, 1980.

Walter Benjamin, L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique, dernière version 1939, in « Œuvres III », Paris, Gallimard, 2000.

Michel de Certeau, L’invention du quotidien – Arts de faire, Gallimard,1980

Gérard Dessons, L’Art et la manière, Champion, 2005

John Dewey, L’art comme expérience, traduction Jean-Pierre Cometti et alii, Folio-Gallimard, 2010

Eduscol, Education artistique et culturelle, séminaire national de 2007.

Carlo Ginzburg, Le Fil et les traces, traduit par Martin Rueff, Verdier, 2010.

Denis Laborde, Les Musiques à l’école, Bertrand-Lacoste, 1997.

Maurice Merleau-Ponty, L’œil et l’esprit, Gallimard, 1960

Henri Meschonnic, Le rythme et la lumière avec Pierre Soulages, Odile Jacob, 2000.

Marie-José Mondzain, Le Commerce des Regards, Paris, Editions du Seuil, 2003.

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Petite bibliographie pour réfléchir à l’enseignement-apprentissage du français

Aucune exhaustivité n’est visée par cette bibliographie qui tente de donner quelques repères parfois inhabituels. Article en construction pour les commentaires.

Balibar, R. (1985), L’Institution du français. Essai sur le colinguisme, des Carolingiens à la République, Paris, PUF.

Un essai fondamental pour comprendre la situation du français dans l’institution scolaire entre primaire et secondaire. La thèse du colinguisme serait certainement à étendre au problème d’un plurilinguisme fondateur de tout enseignement d’une langue-culture et donc du français.

Berrendonner, A., Le Guern, M., Puech, G. (1983), Principes de grammaire polylectale, Lyon, PU de Lyon.

Une grammaire ou plutôt une pensée grammaticale qui tente de faire sa place à la variation interne.

Bertucci M.-M., Delas, D. (2004), Français des banlieues, français populaire ?, Cergy-Pontoise, CRTH et Les Belles Lettres.

La question de la variation à travers des observations et des expériences qui permettent de penser la situation de l’enseignement du français en France.

Boutan, P. (1996), La Langue des messieurs : histoire de l’enseignement du français à l’école primaire, Paris, Armand Colin.

Une histoire documentée magistrale avec des textes fondateurs analysés et commentés. Un outils indispensable pour connaître l’histoire de l’école avec en son coeur l’enseignement du français, situé et analysé.

Bronckart, J.-P., Chiss, J.-L. (2002), « Didactique », « Didactique des disciplines », « Didactique de la langue maternelle », Paris, Encyclopedia Universalis.

Des articles de dictionnaire écrits par des didacticiens du français. Très utile.

Bruno, P., Butlen, M., David, J., Martin, S. (éds.), (2008), Enseigner la littérature de jeunesse, Paris, Armand Colin.

Un ensemble d’articles au fil d’une revue de didactique du français concernant la littérature de jeunesse: variété des entrées et des propositions avec des articles historiques et des introductions problématisantes.

Cahiers Robinson n° 11 (« La poésie de l’école »), Arras, APU, 2002.

Cette revue est une revue de référence pour l’histoire de la littérature de jeunesse mais souvent elle fait attention à sa place dans l’école: c’est le cas dans ce numéro qui rappelle que la littérature est aussi souvent de l’école, c’est-à-dire faite pour et à l’école.

Calvet, J.-L. (2002), Le Marché aux langues. Les effets linguistiques de la mondialisation, Paris, Plon.

Catach, N. (1986), L’Orthographe française. Traité théorique et pratique, Paris, Nathan.

Cerquiglini, B. (1993), La Naissance du français, Paris, PUF, « Que sais-je ? ».

Chartier, A.-M. (2007), L’Ecole et la lecture obligatoire, Paris, Retz.

Chervel, A. (2006), Histoire de l’enseignement du français du XVIIe au XXe siècle, Paris, Retz.

Chevalier, J.-Cl. (1996), Histoire de la grammaire française, Paris, PUF, « Que sais-je ? ».

Chiss J.-L. (2010), « Quel français enseigner ? Question pour la culture française du langage » dans Bertrand O. et Schaffner I. (éds), Quel français enseigner ? La question de la norme dans l’enseignement/apprentissage, Paris, Les éditions de l’école polytechnique, p. 11-18.

Chiss, J.-L. (2005), « La théorie du langage face aux idéologies lingusitiques » dans Dessons, G., Martin, S., Michon, P. (éds.), Henri Meschonnic, la pensée et le poème, Paris, In’Press, p. 67-75.

Chiss, J.-L. (2007), « Didactique des langues et des cultures : le français et l’horizon du plurilinguisme », Dialogues et cultures n° 52, Paris, FIPF, p. 203-213.

Chiss, J.-L. (éds.) (2008), Immigration, école et didactique du français, Paris, Didier.

Chiss, J.-L., David, J., Reuter, Y. (éds) (2005), Didactique du français . Fondements  d’une discipline.  Bruxelles, De Boeck-Université,

Dubois-Marcoin, D, Tauveron, C. (éds.) (2008), Français, langue et littérature, socle commun. Quelle culture pour les élèves ? Quelle professionnalité pour les enseignants ? Actes du colloque INRP, Lyon, 12-14 mars 2008. Doc. PDF en ligne : http://www.inrp.fr/editions/editions-electroniques/francais-langue-et-litterature-socle-commun

Fraisse, E., Houdart-Merot, V. (éds.), (2004), Les Enseignants et la littérature : la transmission en question, Créteil, Scéren.

Gadet, F. (1992), Le Français populaire, Paris, PUF, « Que sais-je ? ».

Goody, J (1994), Entre l’oralité et l’écriture, Paris, PUF.

Halté, J.-F. (1992), La Didactique du français, Paris, PUF, « Que sais-je ? ».

Langage et société n° 129 (« Le français en milieu minoritaire »), Paris, Maison des sciences de l’homme, mars 2009.

Le Français aujourd’hui n° 150 (« Voix. Oralité de l’écriture »), Paris, Armand Colin, septembre 2005 (entièrement disponible en PDF sur le site Armand Colin).

Le Français aujourd’hui n° 156 (« Enseignement de la langue : crise, tension ? »), Paris, Armand Colin, septembre 2007.

Le Français aujourd’hui n° 160 (« La critique pour quoi faire ? »), Paris, Armand Colin, mars 2008.

Le Français aujourd’hui n° 162 (« Description de la langue et enseignement »), Paris, Armand Colin, septembre 2008.

Le Français aujourd’hui n° 164 (« Langue(s) et intégration scolaire »), Paris, Armand Colin, mars 2009.

Le Français aujourd’hui n° 167 (« Culture humaniste : textes et pratiques »), Paris, Armand Colin, décembre 2009.

Le Français aujourd’hui n° 169 (« Enseigner la poésie avec les poèmes »), Paris, Armand Colin, juin 2010.

Marcoin, F. (1992), A l’école de la littérature, Paris, Les Éditions ouvrières.

Martin, M.-C., Martin, S. (1997), Les Poèmes à l’école, Paris, Bertrand-Lacoste.

Martin, M.-C., Martin, S. (2009), Quelle littérature pour la jeunesse ?, Paris, Klincksieck, « 50 questions ».

Martin, S. (1997), Les Contes à l’école, Paris, Bertrand-Lacoste.

Martin, S. (2010), La Poésie à plusieurs voix, Paris, Armand Colin.

Merlin-Kajman, H. (2003), La Langue est-elle fasciste ? Langue, pouvoir, enseignement, Paris, Seuil.

Meschonnic, H. (2001), De la langue française. Essai sur une clarté obscure (1997), Paris, Hachette, « Pluriel ».

Meschonnic, H. (2008), Dans le Bois de la langue, Paris, Laurence Teper.

Mitterand, H. (1963), Les Mots français, Paris, PUF, « Que sais-je ? ».

Modernités n° 18 (« L’auteur entre biographie et mythographie »), Bordeaux, PUB, 2002.

Modernités n° 26 (« Le lecteur engagé. Critique-enseignement-politique »), Bordeaux, PUB, 2007.

Modernités n° 28 (« L’album contemporain pour la jeunesse : nouvelles formes, nouveaux lecteurs ? »), Bordeaux, PUB, 2008.

Mortureux, M.-F. (2001), La Lexicologie entre langue et discours (1997), Paris, Armand Colin.

Pruvost, J. (2002), Les Dictionnaires de langue française, Paris, PUF, « Que sais-je ? ».

Riegel, M., Pellat, J.-C., Rioul, R. (2001), La Grammaire méthodique du français, PUF, « Quadrige ».

Robillard, D. de (2008), Perspectives alterlinguistiques, Paris, L’Harmattan.

Rouayrenc, M. (1996), Les Gros Mots, Paris, PUF, « Que sais-je ? ».

Saussure, F. de (2002), Écrits de linguistique générale, éd. établie par Simon Bouquet et Rudolf Engler, Paris, Gallimard.

Walter, H. (2003), Le Français dans tous les sens, Paris, Le Grand livre du mois.

Werner, M., (éds.), (2007), Politiques et usages de la langue en Europe, Paris, Editions de la Maison des sciences de l’homme.

Yaguello, M. (2003), Catalogue des idées reçues sur la langue, Paris, Seuil, « Points ».

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Projets de TER dirigés par Karine Guihard (octobre 2012)

Hemery Clémentine

Le cinéma comme outil et support à l’enseignement

http://cinedidac.hypotheses.org/194


Descriptif:

Je compte analyser la façon dont on peut utiliser le cinéma dans l’enseignement aussi bien pour des matières comme l’histoire et le français, mais aussi la manière d’utiliser le cinéma comme un outil à l’éveil de la curiosité de l’enfant. Je vais ainsi me demander comment exposer les enfants à la rencontre du cinéma, comment choisir les films à montrer aux élèves et quels sont les enjeux de la présence du cinéma dans l’éducation nationale.

Pour cela je pense m’appuyer sur un film que je n’ai pas encore sélectionné. J’aimerais également pouvoir faire mon stage dans une école, de préférence en cycle 3, qui participe à l’opération « École au cinéma » afin de comprendre comment on peut intégrer l’approche du cinéma dans les écoles primaires dès la moyenne section, et d’avoir ainsi une approche pratique.

C’est une approche pour le moment très générale que je souhaite préciser à l’aide de mes recherches dans les semaines qui viennent.

Mots clés:

cinéma, école au cinéma, rencontre, enseignement.

———-

Cheyrade Gwendoline

Découverte de la peinture au travers de la littérature de jeunesse

http://www.cndp.fr/crdp-creteil/telemaque/document/bibli-art.htm

Au cours de mon TER, je souhaite me tourner vers la question de la découverte de la peinture. J’ai longuement réfléchi à la façon dont nous pouvions faire découvrir la peinture aux enfants et mon choix s’est tourné vers la littérature de jeunesse.
Je vais donc réfléchir aux questions suivantes :

– pourquoi faut-il faire découvrir la peinture aux enfants?

– faut-il leur faire pratiquer la peinture ?

– qu’est-ce que cela peut leur apporter ?

Il me reste tout de même une question (et pas des moindres) à résoudre qui est celle de savoir si mes recherches se baseront sur un livre dont l’histoire fait voyager les enfants au travers de différentes œuvres ou bien un livre dont les décors seraient ceux d’œuvres connues.
C’est une fois cette réponse trouvée que mes recherches se confirmeront et que je pourrais définir le cycle auquel mon étude se rattache.

 

—-

CAVOIT Michèle

Langage et découverte du monde en maternelle à travers les chansons d’Hélène Bohy dans A l’eau!

Photo jacquette de A l’eau! d’Hélène Bohy

Descriptif :

Le CD que je souhaite étudier est un disque pour enfants dont l’unité thématique est le monde aquatique. Il est composé de chansons, ce qui lie la musique (art) au langage. Il contient également un support visuel : un petit livret avec les paroles de chansons et des illustrations.

J’aimerais utiliser ce CD pour montrer l’intérêt de la chanson en maternelle, notamment pour le langage et la découverte du monde. Pour cela, je souhaiterais répondre à plusieurs questions : la chanson peut-elle intervenir pour le développement du langage chez l’enfant? (au niveau de la conscience phonologique, la prononciation, l’articulation, les rimes, les jeux de mots, la syntaxe). Qu’est-ce que les chansons peuvent apporter pour la découverte du monde? (le monde aquatique, la musique), quels sont les enjeux pour la sensibilité, l’imagination et la création? (plaisir, jouer avec sa voix, les bruits ou les rythmes, sensibilisation à la musique, etc).

Je développerai tout cela en me basant sur les chansons du CD d’Hélène Bohy, A l’eau!. Je m’interrogerai également sur les différences entre une comptine et une chanson et essayerai de voir si la présence de musique favorise les apprentissages.

Mots Clés : Bohy Hélène, chanson, musique, langage, eau

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

lire et écrire pour le mémoire de master