L’exploitation de l’univers d’un auteur

L’étude portée sur l’univers d’un auteur est dynamique depuis ces dernières années dans la littérature à l’école, cela se rapporte à la mise en classe de la lecture en réseau dont plusieurs chercheurs proposent afin de faire les élèves appréhender les textes et l’ensemble de leurs éléments. Nous empruntons une définition de la lecture en réseau donnée parMadeleine Couet-Butlen pour en clarifier : « Le réseau littéraire est compris comme un ensemble ouvert de textes que l’on peut rapprocher, comparer selon un angle de lecture qui souligne les analogies, les parentés, les emprunts, les variations, les oppositions, les écarts »[1]. Pour construire la première culture littéraire chez le lecteur, Tauveron propose deux types de distinctions de la mise en réseau des textes (2002) : des réseaux pour faire découvrir ou structurer le socle des lieux communs culturels et des réseaux pour faire identifier des singularités. Dans celui-là, elle nous propose de mettre en résonnance des textes autour d’un même genre, des symboles, des mythes et légendes ou des personnages-types. L’univers d’un auteur se trouve dans le deuxième type dont l’objectif est de faire identifier les singularités. D’autres singularités peuvent être la singularité d’une reformulation et celle d’un procédé d’écriture. Par conséquent, étudier l’univers d’un auteur, c’est d’identifier sa singularité, « ce qui conduit à regrouper celles des œuvres d’un auteur qui s’éclairent dialectiquement».[2]

Un avantage évident de l’exploitation de l’univers d’auteur est de faire acquérir aux apprenants une connaissance structurante. Il permet à un lecteur de circuler parmi des différents livres d’un même auteur, et donc de structurer dans son esprit le début d’une bibliothèque. Comme Tauveron indique dans le même ouvrage (2002) : « La connaissance de l’œuvre d’un auteur permet, certes, de raffiner dans l’interprétation, d’anticiper (par une connaissance antérieure et des réflexes prêts à l’emploi) sur ce qui va arriver, et par là même de jouir de l’inattendu que tout se passe autrement… »[3] Dans la plupart du temps, des reconnaissances que le lecteur fonde sur le style des illustrations, sur le lexique, sur les personnages typiques présentant dans l’œuvre de l’auteur, etc., elles se fonctionnent comme lubrifiant, permettant au lecteur de se pénétrer à l’histoire d’une façon plus aisée. De plus, les différentes histoires peuvent s’inscrire dans la mémoire du lecteur et fonctionnent comme une référence pour la lecture suivante. Ainsi, l’univers d’un auteur est tissé devant le lecteur. Et nous pensons que cet univers nous permet également de comprendre plus aisément la notion d’auteur.

Un autre avantage indispensable est d’exploiter le plaisir du lecteur par rapport à la lecture. Nous empruntons encore le propose de Tauveron(2002) pour l’expliciter davantage. D’après elle, entrer dans l’univers d’un auteur, trouver des convergences lors de la lecture et fonder finalement des reconnaissances sur la singularité de cet univers permettent au lecteur d’avoir un sentiment de plaisir et de contentement. C’est cette satisfaction qui le pose comme lecteur expert et lettré. Autrement dit un « spécialiste averti » envers un auteur avec lequel il est entré en réel connivence. Elle résume à la fin de ce chapitre que « cette représentation valorisante de soi en tant que lecteur ne peut qu’être favorable à l’appropriation du domaine littéraire, un domaine qui doit être perçu comme public et non réservé, sous peine d’empêcher l’entrée de tous en littérature. »

[1] Des critères de choix des ouvrages et des pratiques de lecture à l’école. (s. d.). Consulté 17 avril 2017, à l’adresse http://www.cndp.fr/crdp-creteil/telemaque/document/choixouvrages.htm

[2] Tauveron Catherine, Lire la littérature à l’école Pourquoi et comment conduire cet apprentissage spécifique ? De la GS au CM, Hatier Pédagogie Paris 2002, P.108

[3] Idem, P. 250

Yiheng WANG

Étudiante ayant obtenue sa licence des Lettres Modernes à l'université de Limoges et actuellement en master 2 Didactique du Français Langue étrangère à P3, spécialité 1 , option A.

More Posts

Le cinéma, média, vidéo et audio-visuel, quels rapports ?

Suite à une petite synthèse sur la production pédagogique, le mois dernier,  finalement, je trouve qu’elle était encore flou. Pour aller plus loin et plus profonde, ces temps-ci, j’ai lu pas mal de livres pour bien cerner la question. Viser à nos objectifs,  les théories qui traitent autour de nos mots clés du mémoire de recherche qui pourrons être le premier levier pour nourrir nos connaissances.  Nous devons résoudre les problèmes au lieu de les éviter.  J’aimerais partager avec vous ce  « fruit » peut-être utile.

L’utilisation du cinéma, plus précisément, l’utilisation des exploitations du cinéma en classe de langue portent souvent, d’abord, sur les rapports entre les média et la didactique des langues qui sont à la fois constants et nombreux. Le cinéma, en tant que l’un des média majeurs, au carnaval de l’histoire pédagogique et dans la didactique des langues étrangères, tient aujourd’hui un des rôles principaux, qui peuvent servir à diffuser de contenus d’apprentissage de langue[1] (Jean Pierre Cuq , 2003 :163). Les média ont eu essentiellement deux incarnations, d’inégale importance ; la diffusion technologique massive de programmes d’enseignement (cours par radio, télévision, cinéma, etc.) et les célébrissimes « méthodes audio-visuelles »[2], l’explique Louis Porcher (1981: 4). Dans un ouvrage coordonné par Jean-Pierre Cuq (2003 : 28), le terme « audio-visuelle » à savoir ce qu’on entend par l’utilisation de supports audiovisuels que ce soient une bande annonce, un extrait de film, un documentaire, etc.. Nous citons :

« […]les méthodes audio-visuelles associaient des enregistrements sonores d’exercices, énoncés ou récits à des séquences d’images projetées sur un écran à partir de films fixes. […]le premier prototype européen de méthode audiovisuelle : voix et image de France (VIF) ; dont la mise au point  et l’expérimentation,allaient servir de base à l’élaboration progressive de la problématique SGAV (structuro-global audiovisuel).. . »

La question de cinéma et vidéo[3], d’après Philippe Dubois (1988 : 267), est une question ouverte.  Pour aborder cette question ouverte, il a précisé dans son ouvrage :

« nous avons donc pris un biais : celui du cinéma (ce n’est pas le plus simple). Non pas le cinéma contre (versus) la vidéo, mais le cinéma et (avec) la vidéo, les deux ensemble, en même temps, à l’horizon d’un seul et même regard.[…] Dans le cinéma, là où la vidéo n’apparaît pas[…] le cinéma et vidéo sont interpénétrations.»

La vidéo est à la fois un véhicule culturel et un outil servi par le cinéma avec ses débouchés pédagogiques. Elle n’est pas un spectacle, non plus, l’image étant au service du professeur et non l’inverse. Cependant, l’accent sur le cinéma, en tant que support audiovisuel, qui devient un nouveau objet s’ouvrant de nouvelles perspectives et de nouveau types d’analyse permettant aux apprenants chinois de favoriser leurs compétences langagières. C’est ce qui nous intéresse dans l’enseignement du FLE en Chine.

[1] Jean Pierre Cuq, 2003,  Dictionnaire de didactique du français langue étrangère et seconde. Paris : CLE International.

[2] Louis Porcher, 1981,  Des média dans les cours de langues. Paris : CLE International.

[3] Philippe Dubois, Marc-Emmanuel Melon, Colette Dubois,  1988,  Article : Cinéma et vidéo : interpénétration. In: Communications, 48, Vidéo. pp. 267-321.

Bing LIANG

Etudiante de M2, spécialité 1, didactique du français langue étrangère et langues du monde à Paris 3.

More Posts

Impact de la littérature française sur la construction de la motivation d’apprentissage du FLE en Chine

Mon sujet de mémoire est « Construction de la motivation d’apprentissage du FLE à travers des ouvrages littéraires français en contexte universitaire chinois », mes recherches orientant vers la notion de motivation et de littérature française ne sont pas un hasard. J’aime beaucoup la littérature dès mon enfance, et pendant ma lecture, je me suis intéressé beaucoup aux romans écrits par les écrivains français, donc, j’ai décidé d’apprendre la langue française, d’une part, pour lire des ouvrages français en version originale, d’autre part, pour découvrir plus des œuvres françaises qui ne sont pas encore traduites en chinois. Mais, pendant mon apprentissage du français en Chine, je n’ai pas pu trouver beaucoup de romans français en version originale, seulement des extraits choisis dans les manuels du FLE. Et puis, quand je suis arrivée en France, je me suis néanmoins perdue dans la librairie face à une grande quantité d’ouvrages littéraires. De mon expérience personnel, je tire deux problèmes que j’aimerais examiner dans mon mémoire : Est-ce que tous les apprenants peuvent développer une motivation, comme je l’ai vécue moi-même, puisque la motivation pour le FLE est souvent extrinsèque, c’est-à-dire qu’ils apprennent le français pour des raisons comme voyager en France, trouver des travails, faire des études en France etc. Est-ce qu’il est possible d’entrer en littérature pour le plaisir, la curiosité, et non seulement l’utilité ? Et le deuxième problème concerne le choix du corpus, car la lecture d’extrait est assez frustrante, donc, quels œuvres intégrales doivent-ils introduire dans les enseignements du FLE ?

Par ailleurs, mes expériences d’enseignement m’orientent de faire mes recherches sur la motivation dans mon mémoire de Master 1 et aussi de Master 2, J’ai, en tant que professeur, dispensé des cours de français à des étudiants inscrits en Langues Etrangères dans une Université de Chine en 2013, ce sont 41 étudiants en Licence 3 de niveau A2, Au bout d’un mois d’enseignement, j’ai découvert que je n’avais pas réussi à construire la motivation des apprenants. A ce moment que je me suis rendu du compte que la motivation n’est pas un prérequis chez les apprenants, mais un objectif de l’action enseignante. C’est la responsabilité de l’enseignement mettant en place les dispositifs pédagogiques qui motivent les apprenants. Néanmoins, J’ai présenté par hasard des romans, des poésies ainsi que des anecdotes des écrivains français qui ne sont pas apparus dans les manuels, j’ai été très étonnée que les apprenants lèvent tous la tête et m’écoutent consciencieusement. Dans les cours suivants, j’ai essayé régulièrement d’introduire des extraits littéraires afin de sensibiliser les apprenants à la culture française et la vie quotidienne en France, en observant les réactions des apprenants surtout ceux qui sont moins motivés. Cette séance et ces résultats restent toujours dans ma tête, en prenant en compte ma propre motivation d’apprentissage, je me demande s’il est possible d’influencer le « mythe de la motivation » à travers la littérature française. Pourquoi j’ai dit le « mythe » ? Puisque je crois que la motivation se construit dans les pratiques et les expériences du texte littéraire. Pour l’instant, je ne sais pas pourquoi les apprenants s’intéressent ces textes proposés. Penser « le mythe de la motivation », parce que normalement, on trouve que la motivation est un don des apprenants, ou cela se fabrique de façon spontanée.

Donc, dans mes recherches, en fondant sur les enquêtes et les entretiens faites avec les apprenants et les professeurs du FLE en Chine, ainsi que les Français qui aiment aussi la littérature. Par rapport à ma problématique de la motivation à construire de façon intrinsèque, ma méthode pour récolter des données consiste à trois enquêtes sociologiques en utilisant comme outil des questionnaires. Ces questionnaires seront adressés à des enseignants et à des apprenants en Chine dans trois universités chinoises : L’Université de Shanxi, Institut de Business de L’Université du Shanxi et L’Université de Nanchang, pour cinq classes de niveau de français (selon CRCRL) de fin A2 à C1. Ils visent à la motivation d’apprenants pour l’apprentissage du FLE et pour les textes littéraires, aux pratiques des lectures, à la modalité d’enseignement et aux formes d’évaluation.

Ainsi, mon plan de mémoire est complété et réorganisé au fur et à mesure de la consultation des références et du recueil des résultats de mes enquêtes.

Dans la première partie de mon mémoire, je vais tout d’abord commencer par l’histoire et la définition du concept de motivation, afin de mettre en lumière ce que c’est la notion de motivation et son sens dans la didactique du FLE. Ensuite, en basant sur les théories motivationnelles et sur les résultats de mes enquêtes faites avec des étudiants et des professeurs de français en Chine, je vais analyser la motivation d’apprentissage des étudiants, ainsi que des traitements pédagogiques des enseignants sur la motivation d’apprenants. Finalement, je vais chercher des théories d’appui pour analyser quelles sont les clés de détermination dans la construction de la motivation d’apprenants. En réalité, à travers la première partie, je voudrais orienter vers la réflexion suivante : « Quelle est la méthode efficace pour motiver l’apprenant du FLE ? »

Dans la deuxième partie, en liant avec mes propres expériences d’apprentissage et d’enseignement du FLE qui viennent d’être présentées dans les paragraphes précédentes, je donc formule l’hypothèse suivante : dans le cours de FLE, les activités pédagogiques autour de la littérature française peuvent construire une motivation forte et persistante d’apprentissage du FLE chez les apprenants. Par conséquent, dans cette partie, je vais premièrement présenter la situation et la tendance de la lecture en Chine, afin de connaître la situation de la diffusion et de la traduction des ouvrages littéraires étrangers, surtout français en Chine. Quels genres d’ouvrage littéraire les chinois aiment-ils ? Combien de livres lisent-ils par an ? Parmi eux, combien de livres étrangers et français ? Combien d’ouvrages français sont-ils traduits en chinois ? etc. Indéniablement, ces situations influencent directement sur la sphère et l’accessibilité de la lecture des ouvrages français pour les apprenants du FLE. Donc, ensuite, je vais focaliser sur l’enseignement de la littérature français dans les cours de FLE en Chine à travers l’analyse des manuels du FLE utilisés en Chine et les résultats du questionnaire fait avec les professeurs. Finalement, je vais analyser les résultats du questionnaire sur la motivation de la lecture et de la littérature française chez les apprenants chinois, afin de découvrir leurs besoins et leurs attentes pour la littérature française. Cela nous permet de réfléchir sur les problèmes existant dans la didactique du FLE et de la littérature française en Chine.

Dans la dernière partie, je vais recourir à la théorie motivationnelle pour analyser, du point de vue d’apprenant, quelles activités pédagogiques favorisent la construction de la motivation d’apprentissage. Ainsi que ses relations avec la littérature française. Ensuite, nous changeons à point de vue d’enseignant, et réfléchir sur l’importance de la motivation d’enseignant dans la construction de celle d’apprenant. Finalement, en fondant sur une bonne interaction et une relation entre l’enseignant et l’apprenant, nous essayons mettre en pratique cette conception et proposer des méthodes concrètes et praticables dans le cours de FLE.

Liu Yang

Etudiante chinoise en master 2 à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A: recherche. Master 1 FLE : Analyse et programmation de la communication didactique à l'Université de Nantes.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Les interactions entre la culture et l’apprentissage de la langue

Dans mon mémoire, je travaille sur la littérature française, j’ai fait une enquête avec les apprenants chinois, j’ai découvert qu’ils ont beaucoup d’attentes différentes sur le fait littéraire. Parmi eux, 85.7% apprenants veulent connaître la culture française à travers la lecture des œuvres littéraire française, afin de favoriser leurs apprentissages du français. Donc, je m’intéresse aux relations entre la culture et l’apprentissage de la langue, pour que ensuite, nous puissions proposer des activités pédagogiques sur la littérature en s’adaptant les attendes des apprenants.

La culture embrasse un contenu très riche et varié, et la langue est aussi un système complexe et logique. Les deux se développent, s’échangent, apparaissent toujours en même temps dans notre vie. On pense logiquement qu’il y a d’étroites relations fonctionnelles entre un langue et la culture de ceux qui l’utilisent. Mais sur le plan anthropologique, selon Sapir (1967 : 42) on ne peut pas affirmer que les deux territoires ont un rapport complet et direct. Car « quoi qu’il en soit des autres types de comportement culturel, les formes du langage sont en tous lieux à la fois spontanées et nécessaires, à l’instar de toutes les productions artistiques. Les formes linguistiques n’ont aucun rapport avec les besoins culturels de la société où elles se manifestent, mais en tant que produits esthétiques, elles offrent une grande uniformité. » Ainsi, les formes du langage sont le résultat d’un système indépendant. Cependant, la langue et la culture sont malgré tout indissociables. Sapir affirme que les phénomènes linguistiques sont des phénomènes culturels, et les comportements linguistiques comme la parole, le langage écrit et l’écriture mathématique revêtent une dimension symbolique, « car les sons et les signes qu’on y utilise n’ont pas de sens en soi, mais seulement pour qui sait les interpréter en fonction de ce qu’ils représentent. » (Sapir, 1967 : 51). Globalement, on pense qu’une langue est un support et une représentation d’une culture. C’est aussi un phénomène social, avec une place spéciale. Elle est le résultat des grandes et nombreuses pratiques sociales respectant des conventions culturelles. Par conséquent, on peut dire que chaque langue peut traduire un phénomène culturel spécifique. C’est une des raisons pour laquelle on pense que la culture conditionne beaucoup les manières et les habitudes d’expression, mais quasiment pas les règles et la fonction de la langue. Ainsi, on se pose deux questions : « Comment la culture est-elle représentée par la langue ? », et « Comment la langue interprète-t-elle la culture ? »

Par rapport à l’enseignement du FLE, c’est dans les années 80 que l’on a commencé à établir progressivement un rapport entre la langue et la culture. (Louis, 2009 :52-54) Durant la première moitié des années 80, deux historiens Benadava (1982) et Galisson (1982) proposent que  « l’enseignement du FLE accorde enfin une grande place à la dimension socioculturelle de toute situation de communication. ». Galisson explique pourquoi il lui semble important de porter attention aux cultures en didactique des langues. Il évoque les travaux sur les pédagogies interculturelles initiées par le Conseil de l’Europe et il argumente en pointant les contextes d’apprenants et de société. Il parle des chocs culturels qui existent dans le contexte social de l’immigration. Dans les deux dernières décennies, les réflexions liées à l’enseignement et l’apprentissage de la culture sont en plein essor. Des théoriciens tels Besse (1993 :43) et Castellotti et De Carlo (1995 :82) se réfèrent à la pensée de Claude Levis-Strauss et analysent les relations entre langue et culture dans le domaine de l’ethnologie structurale. Selon Besse, « une langue peut être considérée, soit comme un produit de la culture ordinaire dans laquelle elle est en usage, soit comme une partie de cette culture, soit comme une condition de celle-ci. Elle en est le produit, en ce qu’une partie de son lexique reflète les réalités propres à la société où il est en usage. […] Une langue est une partie de la culture dans laquelle elle s’inscrit, parce qu’elle en constitue l’une de ses principales institutions sociales […]. Une langue, enfin, est condition de la culture qui lui correspond, parce que c’est surtout au moyen de la langue, que se transmet une culture de génération en génération […]. »

D’après Besse, on a perçu que ces deux thèses ne peuvent pas être séparées, même si l’on ne peut pas décider laquelle détermine l’autre, ou bien qu’une thèse en domine d’autres. On peut effectivement percevoir que, quelque fois, la langue conditionne et donc détermine la culture. En revanche si la langue est le produit de la culture, cela signifie que c’est celle-ci qui conditionne la langue. Il semble plus juste de se situer dans une position intermédiaire entre les deux idées.

En cours du FLE, l’enseignant envisage beaucoup de compétences différentes : la compétence linguistique, la compétence de communication, la compétence culturelle, etc. L’enseignant tente d’équilibrer les deux dans l’enseignement du FLE. Comment peut-on utiliser la langue pour introduire la culture, ou bien utiliser la culture pour vivifier la langue ? La langue et la culture sont-elles un but ou un outil ? En fait, d’après nos expériences, on découvre qu’il n’y a pas une unique façon de faire dans l’enseignement du FLE. Cela dépendra de la période d’apprentissage, selon l’objectif d’enseignement. Si la langue est à ce moment-là un but, la culture sera un outil opérationnel. Si l’objectif est culturel, la langue sera un support, une manière d’accomplir les tâches. Les deux se complètent. Dans l’apprentissage du FLE, la culture et la langue sont interdépendantes. Elles s’influencent l’une l’autre.

 

Bibliographie :

Benadava S. (1982), « De la civilisation à l’etho-communication », le français dans le monde : les voies de la communication interculturelle, N°170, p. 33-38.

Besse H. (1993), « Cultiver une identité plurielle », le français dans le monde, Paris, CLE, N°254, p.42-48.

Castelloti V. et De Carlo M. (1995), La Formation des enseignants de langue, Paris, CLÉ International.

Galisson R. et Alii (1982), D’autres voies pour la didactique des langues étrangères, Paris, Hatier-CRÉDIF.

Louise V. (2009), Interactions verbales et communication interculturelle en FLE : De la civilisation française à la compétence (inter)culturelle, Bruxelles, E.M.E.

Sapir E. (1967), Anthropologie 1 Culture et personnalité, Paris, Ed. de Minuit.

Liu Yang

Etudiante chinoise en master 2 à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A: recherche. Master 1 FLE : Analyse et programmation de la communication didactique à l'Université de Nantes.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Présentation de CHEN Jianghong

CHEN Jianghong ( 陈江洪) est un peintre et un auteur-illustrateur chinois vivant à Paris. Il est né en 1963. C’est une époque tourmentée dans l’histoire chinoise : de 1959 à 1961, le pays a connu trois années de catastrophes naturelles (la Grande famine), qui faisait un grand nombre de morts ; en 1962, la guerre sino-indienne a éclaté, la Chine et l’Inde ont eu un conflit pour le contrôle de territoires himalayens ; en 1964, une première bombe atomique a été explosée par le pays ; en 1966, la Révolution culturelle a commencé, le pays est entré en grand désordre et cette souffrance a duré dix ans. CHEN Jianghong est né à la veille de ce mouvement politique et a vécu son enfance en pleine Révolution culturelle, à Tianjin, une grande ville qui se trouve à une centaine de kilomètre du sud de Pékin. Nous pensons que cette période complexe et douloureuse l’influence beaucoup sur sa vie d’avenir. Lors d’une interview en Berlin, CHEN explique ainsi son activité de la création littéraire[1]: « Je suis né en 1963, enfant typique de la Révolution culturelle, sans avoir une enfance normale. Mais la création des albums m’amène de nouveau à un monde enfantin, je m’y sens très heureux. »

En 1984, il a intégré à l’Académie centrale des Beaux-Arts de Pékin pour étudier la peinture chinoise traditionnelle. Il se spécialise en lavis-une technique chinoise de peinture à l’encre noire et à l’eau, dans le studio du grand maître LU Chen. En attendant, il a suivi les cours de ZHOU Sicong et LI Shaowen, ce sont deux figures de la peinture chinoise mondialement connus. Cette période d’études est significative dans sa carrière glorieuse plus tard.

En 1987, il est parti à Paris et a commencé ses études en peinture à l’huile à l’école nationale supérieure des beaux-arts. Sa diligence, sa concentration, sa base solide sur la peinture, sa connaissance approfondie par rapport à la culture chinoise et son audace de vouloir acquérir une culture étrangère l’ont conduit à créer beaucoup d’œuvres et à les exposer dans la capitale mondiale de l’art. Il a eu son premier succès par la peinture.

En 1994, il s’est lancé dans la création pour la jeunesse. Sa première rencontre avec le jeune public est de travailler comme illustrateur. Et puis, par la proposition de l’école des loisirs, il a commencé à faire son propre album. En 1997, son premier album a été édité au titre de La légende du cerf-volant, dès alors, il se fait connaît par le public français. Les livres qu’il publiera pour la jeunesse en tant qu’auteur-illustrateur sont tous publiés chez l’école des loisirs. En 1998, il a publié Je ne vais pas pleurer! – Bïn Bïn au marché chinois. Dans cet album, l’auteur nous fait découvrir un univers foisonnant – le marché traditionnel chinois, à travers de véritables tableaux sur des doubles pages. En 2000, Dragon de feu est publié. Ce livre a obtenu en 2001 le prix du Livre élu (Le Puy-en-Velay, Haute-Loire). En 2001, il a publié Zhong Kui – La terreur des forces du mal. Dans cet album, il fait chaque page de son album devenir un stage, afin de raconter une histoire de justice. L’auteur a obtenu une bourse du Centre national du livre grâce à cet œuvre. En 2003, Petit Aigle a vu le jour. Cet album est si apprécié par le public français qu’il lui fait recevoir beaucoup de distinctions. Celui-ci et un ancien album Je ne vais pas pleurer! – Bïn Bïn au marché chinois sont sélectionnés sur la liste des meilleurs livres pour représenter la Chine par le Centre national du livre pour enfant . L’auteur a également obtenu le prix littéraire du mouvement pour les villages d’Enfants et le prix Enfantaisie l’année suivant. Ce même ouvrage est honoré en 2007 deux autres prix : le prix des Incorruptibles et le prix Bernard Versele. En 2004, Le cheval magique de Han Gan a été sorti. C’est aussi une œuvre représentante de l’auteur. Cette fois-ci il est en collaboration avec Paris Musée, puisque cet album est une magnifique initiation à l’art asiatique. Les peintures de Chen Jianghong sont d’une extrême finesse, adoptant les mêmes techniques que ces illustres prédécesseurs, celles du dessin sur soie. Une telle œuvre raffinée et artistique a obtenu deux prix en Europe : Deutscher Jugendliteraturpreis (Allemagne, Foire Internationale du Livre de Francfort, 2005) et le prix Page à Page (Ville de Meudon). En même année l’auteur a publié un autre album intitulé Lian. Puis en 2005, Le Prince Tigre est apparu. Dans cet album, l’auteur s’inspire de la légende chinoise pour parler de la relation entre un petit prince autant que ses deux mères, une qui le fait naître tandis que l’autre le fait grandir. Cela fait allusion à sa propre expérience : un homme qui est né et éduqué en Chine, et puis, vit en Occident. Cet album a eu également un grand succès en obtenant deux prix successivement : Prix de la Ville de Cherbourg-Octeville en 2007 et le prix Bernard Versele en 2009. En 2006, il a publié Le démon de la forêt. En 2008, Mao et moi a vu jour. C’est un ouvrage autobiographique, dans lequel l’auteur raconte sa propre vie pendant la Révolution culturelle. Aussitôt que le livre est mis au jour, il était rapidement attiré l’attention d’un grand public français, y compris des adultes qui s’intéressent à cette période pénible. Il se fait connaître par beaucoup plus de lecteurs. Il a même obtenu le prix Folie d’encre grâce à cet album. Entretemps, Mao et moi est aussi choisi dans la liste officielle de référence du Ministère de l’Éducation nationale proposée en 2012 aux enseignants pour le cycle 4 . En 2013, son ouvrage Le petit pêcheur et le squelette est sorti. Les illustrations et la valeur là-dedans lui rend bien accueilli par les enfants. C’est en 2014 qu’il a publié son dernier album s’intitulant Sann.

 [1] Interview en Berlin : (www.dw.com), D. W. (s. d.). 中国画家获德国儿童图书奖 | 文化经纬 | DW.COM | 27.10.2005. Consulté 18 avril 2017, à l’adresse http://www.dw.com/zh/%E4%B8%AD%E5%9B%BD%E7%94%BB%E5%AE%B6%E8%8E%B7%E5%BE%B7%E5%9B%BD%E5%84%BF%E7%AB%A5%E5%9B%BE%E4%B9%A6%E5%A5%96/a-1755780

 

 

Yiheng WANG

Étudiante ayant obtenue sa licence des Lettres Modernes à l'université de Limoges et actuellement en master 2 Didactique du Français Langue étrangère à P3, spécialité 1 , option A.

More Posts

Poste en Chine

 

OFFRE ÉMISE PAR :

Alliance française de Pékin

VOLUME HORAIRE :

15 à 25 heures / semaine

DURÉE :

Un an minimum, 5 ans au maximum, signé avec notre Université partenaire

DIPLÔME SOUHAITÉ :

Master de FLE (impératif pour obtenir le visa de travail)

COMPÉTENCES REQUISES :

– Deux ans d’expérience professionnelle en enseignement du FLE en Alliance française ou dans un centre de langue après l’obtention du Master de FLE (impératif pour obtenir le visa de travail).

– Une expérience en enseignement du français de spécialité et/ou auprès de publics d’enfants et d’adolescents constitue un plus très apprécié

DESCRIPTIF DU POSTE :

Vous intégrerez une équipe franco-chinoise de 70 personnes et vous interviendrez à raison d’un volume horaire hebdomadaire d’enseignement de 15 à 25 heures par semaine en FLE et en FOS. En fonction de vos compétences, nous vous confierons des classes, des ateliers et des cours particuliers de français général ou de spécialité auprès d’un public d’adultes et des classes de français auprès d’enfants et d’adolescents.

Vous aurez aussi la possibilité de proposer de nouveaux ateliers et de participer à des groupes de conception de supports pédagogiques.

Vous interviendrez en tant que correcteur examinateur pour la passation des épreuves du TEFAQ, du TCFQ, du DELF-DALF, du DELF Junior et du DELF Prim.

L’Alliance française de Pékin assure la formation continue et l’accompagnement pédagogique de ses enseignants à travers des formations régulières dont vous pourrez bénéficier gratuitement : habilitation correcteur examinateur DELF-DALF et du DELF Prim, utilisation du TBI, gestion du groupe classe, pratiques de classes avec les jeunes publics etc. L’Alliance française de Pékin propose aussi la prise en charge partielle des frais de formation à distance en Master FLE et en DAEFLE.

RÉMUNÉRATION :

Entre 1500 et 2000 euros net primes comprises, hors activités complémentaires et après impôts et charges sociales. Les cours sont rémunérés de 156 RMB (21 euros) à 210 RMB (28 euros) net de l’heure.

Ce salaire est composé de :

– prime de congés payés de 834 RMB (112 euros) net / mois

– prime d’expatriation de 1500 RMB (200 euros) / mois la première année puis de 2000 RMB (270 euros) / mois les autres années.

– participation à l’assurance maladie

A votre arrivée, nous prendrons en charge votre hébergement pour une durée d’une semaine ce qui vous permettra de trouver un logement et nous vous accompagnerons dans vos démarches d’installation.

L’Alliance française de Pékin prend en charge votre billet d’avion aller-retour France Chine à hauteur de 800 euros de prime convertis en RMB. La prime est versée en deux fois, la première partie à votre arrivée en Chine, la seconde partie lors de votre départ après un minimum de deux années de contrat, sur présentation des billets d’avion. Chaque versement est limité à 400 euros.

DÉMARCHE À SUIVRE POUR PRÉSENTER SA CANDIDATURE :

Envoyer, au format PDF, CV avec photo + lettre de motivation + copie du diplôme le plus élevé + lettres de recommandation.

Les dossiers incomplets ne seront pas pris en considération. Seuls les candidats présélectionnés feront l’objet d’un entretien.

E-MAIL DE CONTACT :

recrutement.beijing@afchine.org

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

L’Instinct du langage

Compte-rendu du conférence L’acquisition du langage chez le bébé

Dans le cadre de la Semaine du cerveau, organisée par la Société des Neurosciences, j’ai pu assister, le 13 mars 2017, à la conférence L’acquisition du langage chez le bébé qui s’est déroulée au sein de l’École Normale Supérieure. Lors de cette conférence Sharon Peperkamp, Directrice de recherche CNRS, chercheuse au sein du Laboratoire de Sciences Cognitives et Psycholinguistique à l’ENS, nous a expliqué les caractéristiques principales de l’acquisition du langage chez le bébé. J’ai décidé de refléter cette conférence dans mon compte rendu car je m’intéresse beaucoup aux recherches cognitives dans le domaine de l’acquisition et de l’apprentissage des langues.

En effet, le bébé a un développement cognitif extrêmement rapide : son développement du langage – entre le babillage à quatre mois et la formation des phrases complètes à quatre ans – est impressionnant. Sharon Peperkamp a expliqué que pour développer le langage le bébé a besoin de deux « ingrédients ». Le premier « ingrédient » est l’écoute : si le bébé n’entend pas une langue dans son environnement il ne développera un langage. Pour le dire plus clairement, le bébé apprend la ou les langue(s) qu’il entend. Le deuxième « ingrédient », nécessaire pour développer le langage, est le mécanisme d’acquisition spécialisé qui est déterminé par notre patrimoine génétique. La chercheuse a expliqué qu’au siècle précédent on a voulu tester si les animaux, notamment, les chimpanzés, pourraient développer du langage. Ainsi, entre les années 1930 et 1960 les bébés chimpanzés ont été adoptés par des familles afin d’apprendre la langue. A la fin de l’étude, on a constaté que ces chimpanzés ont pu se brosser les dents et faire la vaisselle mais n’arrivaient toujours pas à parler. Par conséquent, les chercheurs, en pensant que l’appareil phonatoire d’un chimpanzé n’est pas le même que chez un humain, ont essayé de leur apprendre la langue de signes. Mais, hélas, c’était encore un échec, parce que même si les chimpanzés apprenaient entre 150 et 400 signes, ils ne formaient pas de phrases. Sharon Peperkamp a précisé que ce programme de recherches existe de nos jours mais il étudie plutôt les précurseurs du langage et les capacités cognitives chez les animaux.

Sharon Peperkamp a insisté également sur le fait que l’acquisition du langage n’est pas corrélée avec l’intelligence. En effet, on peut avoir un déficit du langage, être dyslexique ou dysphasique, et avoir un quotient intellectuel normal. Il y a également des individus qui ont un retard mental et un développement du langage normal. Sharon Peperkamp a donné pour exemple un garçon américain de 15 ans qui a un quotient intellectuel bas. En analysant sa description orale d’un éléphant, on constate que son langage est plutôt bien développé. Néanmoins, son dessin, qui est censé représenter cet éléphant, est un gribouillage confus.

Sharon Peperkamp a précisé que le développement du langage chez le bébé est extrêmement rapide. Elle a expliqué que jusqu’à 8 mois il n’y a aucun mot produit par le bébé. Á 3 mois, les bébés produisent des sons vocaliques, à 4 mois ils reconnaissent leur propre prénom. Á 6 mois les bébés commencent à se focaliser sur les sons de leur langue maternelle, c’est-à-dire qu’ils auront du mal à percevoir les contrastes entre des voyelles qui ne sont pas utilisées dans leur langue. Á 7 mois les bébés comprennent déjà quelques mots et commencent à produire des sons de la parole : ils commencent à babiller. Á 11 mois, ils auront des problèmes avec la perception des consonnes qui ne sont pas présentes dans leur langue maternelle et ils commencent à babiller en reprenant l’intonation et le rythme de sa langue maternelle. Á 12 mois, en moyenne, les bébés commencent à produire leurs premiers mots. Á 18 mois les bébés savent distinguer un nom d’un verbe, comprennent quelques dizaines de mots et commencent à faire des mini-phrases. Á 2 ans les bébés peuvent produire leur première phrase courte et agrammaticale. Selon Sharon Peperkamp, la courbe de l’acquisition du langage chez le bébé est également variable, car les bébés peuvent apprendre au cours de deux ans de 400 à 600 mots. Sharon Peperkamp a expliqué que pour mener les études sur la perception des bébés on a créé, au sein de l’ENS, Le Babylab. Ici, chaque année, on observe 1500 bébés. Il faut préciser qu’une expérimentation dure 4 minutes car l’attention d’un enfant est limitée.

Sharon Peperkamp a expliqué que les bébés connaissent déjà la propriété acoustique de la voix maternelle avant la naissance. En effet, leur appareil auditif est déjà en place à 6 mois de grossesse, mais ils ne peuvent pas faire la différence entre les sons. Pour illustrer ses propos, Sharon Peperkamp a décrit une étude lors de laquelle des femmes à 9 mois de grossesse ont lu une petite histoire pendant 20 jours tous les jours. On a constaté, qu’après la naissance leur bébé reconnaissait de façon générale le rythme et l’intonation de l’histoire.

Sharon Peperkamp nous a détaillé également quelques études sur l’acquisition du langage. La toute première étude, menée par une équipe américaine en 1971, a portée sur la perception des sons chez les bébés. A l’époque il y avait deux hypothèses : soit le bébé à la naissance mélange tous les sons, soit au contraire il a une perception parfaite et il s’adapte aux langues qui sont dans son environnement. Les bébés d’un et à quatre mois ont été testés. On a voulu savoir s’ils perçoivent la différence entre les deux syllabes assez semblables [ba] et [pa]. Lors de cette expérimentation le bébé avait une tétine, liée à un ordinateur, dans sa bouche. En effet, les bébés ont tendance à sucer plus une tétine lorsqu’ils sont intéressés et sont en état d’éveil. L’ordinateur enregistrait la succion du bébé et détectait l’amplitude. On produisait, par exemple, la syllabe [ba], jusqu’à ce que le bébé perde son intérêt et diminue l’amplitude de sa succion : il s’habituait. A cette étape on passait à l’autre son, on produisait la syllabe [pa]. Ainsi, si le bébé s’intéressait, il suçait plus fort sa tétine.

On a constaté que pour les bébés d’un à quatre mois il y a un regain d’intérêt quand le son change. Par conséquent, les bébés perçoivent la différence acoustique entre les sons. Sharon Peperkamp a expliqué que les bébés ont une perception « universelle » du son de la parole. Par exemple, en tant qu’adultes, nous ne pouvons pas percevoir la différence entre les sons qui ne sont pas présents dans notre langue maternelle. Les bébés perçoivent tous les contrastes qui se présentent dans les langues du monde.  Néanmoins, selon la chercheuse, au cours de la première année de la vie, entre 6 et 12 mois, les bébés perdent cette perception « universelle » des phonèmes qui ne sont pas présents dans leur langue.

Sharon Peperkamp a détaillé aussi une étude que les chercheurs ont menée sur le début de la compréhension des mots par les bébés entre 6 et 9 mois. Lors de cette étude le bébé était assis sur les genoux de sa mère. La mère portait une visière et ne voyait pas ce qui était affiché sur l’écran. En fait, on affichait devant le bébé une image de pomme à gauche et de couche à droite et on lui demandait s’il voyait la pomme. On mesurait si le bébé regardait du bon côté ou pas. On constate que la plupart des bébés reconnaissent déjà les bonnes illustrations. Néanmoins, même si les bébés savent faire le bon choix, on ne peut pas conclure avec exactitude qu’ils connaissent le sens du mot.

Sharon Peperkamp a expliqué aussi le phénomène de la reconnaissance de la bonne prononciation des mots chez les bébés à 12 mois. En effet, souvent, il n’y a que des parents qui savent ce que leur bébé veut dire. La chercheuse a insisté sur le fait que les bébés savent qu’ils font des erreurs de prononciation. Par exemple, si un enfant dit craint au lieu de dire train et quand les parents adoptent cette erreur et la réemploient en disant : on va prendre le « craint » aujourd’hui, au lieu de dire : on va prendre le train aujourd’hui, les enfants peuvent répondre : Non, pas craint ! Craint ! En effet, les enfants suggèrent que leurs parents disent « train » au lieu de « craint », mais ils ne réussissent pas à prononcer correctement. Les différentes recherches dans ce domaine confirment que les bébés savent la prononciation correcte des mots.

Sharon Peperkamp a expliqué qu’à l’oral les espaces entre les mots n’existent pas pour un bébé, car il n’a pas beaucoup de lexique. Ainsi, pour construire sa phrase, il lui faut trouver les frontières des mots. D’un point de vue statistique, les mots oraux sont des séquences de syllabes qu’on a tendance à entendre plus que d’autre séquences. Les chercheurs se sont demandés si les bébés peuvent segmenter les syllabes les plus fréquentes. Ainsi, ils ont trouvé que pour construire leur lexique, les bébés rassemblent des séquences de syllabes le plus fréquemment attendues et ensuite ils écartent toutes celles qui ne correspondent pas aux vrais mots.

A la fin de la conférence, Sharon Peperkamp a évoqué le livre de Steven Pinker L’Instinct du langage et a conclu que les bébés possèdent un « instinct du langage » qui leur permet d’acquérir rapidement et sans effort apparent la ou les langue(s) de leur environnement. La chercheuse a précisé également que l’on ne sait pas quelle est la limite du nombre de langues qu’un bébé peut acquérir. Néanmoins, elle a insisté sur le fait que, pour le développement du langage chez le bébé, la quantité des interactions sociales est très importante. Sharon Peperkamp a ajouté également qu’aujourd’hui on vient de commencer des recherches sur les populations qui, selon leurs traditions, parlent très peu aux enfants. Ainsi, ces enfants entendent beaucoup de langage mais il ne leur est pas forcement adressé. Cette différence dans le type d’input que les bébés reçoivent et son influence sur l’acquisition du langage sont très intéressants à explorer.

Marie T.

M2 Didactique des langues

More Posts

Un écrivain voyageur ? Un écrivain qui voyage

Une collection de master class littéraire organisée par France Culture, la Bibliothèque nationale de France et le Centre national du Livre qui s’intitule « En lisant en écrivant ». Comme mes recherches du mémoire de M2 s’intéressent à la transmission du plaisir de lecture et à l’introduction de la littérature française dans la didactique du FLE, je suis très curieuse d’écouter et de découvrir des pensées, des intentions et des expériences des écrivains français. Pourquoi écrivent-ils ? Qu’est-ce qu’une vie d’écrivains pour eux ? Qu’est-ce que c’est le plaisir de lecture et d’écriture d’après un écrivain? Je suppose que ces questions peuvent m’aider à adopter une autre vision non seulement du côté du lecteur mais aussi de l’auteur sur la littérature française.

Le 7 mars 2017, à 18h30, J’ai donc décidé à assister à une des conférences dont le sujet est l’interview d’un auteur français : Jean Rolin, qui est écrivain mais aussi journaliste français, c’est-à-dire, il a d’une part, effectué des reportages pour Libération, Le Figaro, L’Événement du jeudi etc. d’autre part, il est l’auteur de récits de voyage, de chroniques, de souvenirs, de romans et de nouvelles. Pour bien connaître ses ouvrages et son style avant de cette conférence, j’ai lu une de ses œuvres qui s’appelle L’organisation, qui nous raconte une histoire par rapport à la vie d’un groupe de maoïstes des années 70. Ce n’est pas un livre difficile à comprendre, mais l’histoire est un peu obscure pour moi: malentendus, alcool, drogue, trahisons, heurt, prison, ces sujets apparaissent largement dans cet ouvrage. Néanmoins, une mélancolie et une élégance qui s’inscrit au creux du mot et de la phrase m’a impressionné. Il ne semble ni un recueil de reportages, ni un roman historique, il y a des choses très réelles, mais aussi des choses qui semblent fictives. Ainsi, je me suis apportée ces curiosités et ces interrogations en entrant dans la Bibliothèque nationale de France.

En fait, c’est ma première fois de visiter la Bibliothèque nationale de France, même auparavant, je suis passée plusieurs fois à ces bâtiments magnifiques. J’ai bien trouvé l’auditorium, et me suis bien installée. Jean Rolin a été interviewé par Olivia Gesbert, qui a posé beaucoup de questions très intéressantes et réflexives. Tout d’abord, Olivia Gesbert a demandé Jean Rolin sur son double statut et comment équilibrer ces deux rôles, « Qu’est-ce qu’il fait l’écrivain pour vous ? Dès que vous changez de statut ? ». C’est exactement la question que je voudrais lui poser. Jean Rolin a répondu que en fait, il a commencé à rédiger le reportage et le livre en même temps, pour lui, il n’y avait pas de confrontations entre ces deux formes d’article, et non plus entre la réel et la fiction, puisque ses romans fictifs s’appuyaient toujours sur des données réelles, donc, les deux formes d’article étaient cohabites dans son écriture. Par ailleurs, La rédaction des reportages était aussi un de ses points de départ de ses livres, il a dit que, très souvent, un reportage pouvait lui donner des idées, des envies et des projets du livre, qui pouvaient approfondir dans l’écriture des livres suivants. Quant à l’existence d’un point d’arrivée dans son écriture des livres, Jean Rolin a dit qu’il n’y avait pas nécessairement un point d’arrivée quand il a commencé à écrire, souvent il avait une idée sur l’aboutissement de l’histoire, mais il pouvait parfaitement dévier cette trajectoire en écrivant. Après ces discussions, je découvert que n’import quelles formes d’article, les écritures de reportage ou de livre se basent toujours sur des vécus, des réflexions et des visions du monde d’un auteur. Donc, quand nous lisons les livres, nous ne pouvons pas seulement focaliser sur le contenu et l’histoire que l’écrivain construit, mais aussi ses idées et ses visions du monde, je pense que c’est une des raisons pour lesquelles nous devons lire des livres continuellement, afin d’adopter des angles divers du monde.

J’aime bien aussi une question posée par Olivia Gesbert, elle a cité une phrase de Jean Rolin, « je ne suis pas un écrivain voyageur, mais un écrivain qui voyage. » elle a demandé « alors, pour vous, quelle est la différence entre un écrivain voyageur et un écrivain qui voyage? » Jean Rolin a dit « la moitié de mes livres se déroule dans des lieux qui ne sont pas du tout exotiques, comme à Paris ou dans la banlieue parisienne. Donc, ce n’est pas forcement une recherche du lointain. J’aime voyager, et surtout parce que justement j’avais une idée que je voulais rapporter ce voyage, pas seulement pour voir les choses lointaines et pittoresques. ». Effectivement, la vie est comme un voyage, et tout le monde pourraient devenir un « écrivain qui voyage », parce que l’objectif n’est pas d’aller ailleurs, et que l’histoire ne se passe que dans le lointain, l’histoire se déroule maintenant et ici. Donc, peut-être l’écrivain ne désigne pas des gens qui voyagent beaucoup, mais des gens qui réfléchissent beaucoup

Cette rencontre avec l’auteur français me conduit à réfléchir sur l’objectif et les méthodes de l’enseignement de la littérature française dans les cours du FLE en Chine. Est-ce que l’objectif pédagogique est de transmettre le sens que l’auteur veut dire ou bien de laisser interpréter les ouvrages à l’apprenant soi-même?  Je me demande aussi si l’enseignant doit découvrir et choisir une position plus variable et plus souple dans l’enseignement de la littérature française dans les cours du FLE, pour que la littérature soit évoluée, transformable et interprétable?

 

Liu Yang

Etudiante chinoise en master 2 à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A: recherche. Master 1 FLE : Analyse et programmation de la communication didactique à l'Université de Nantes.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Poste au Japon

Offre d’emploi- Université de Matsuyama- Japon

L’Université de Matsuyama cherche un lecteur de français pour un an.

1- Conditions requises :

1-1       Avoir au minimum un Master I (ou titre équivalent) ;

1-2       Avoir le français comme langue maternelle, ou une compétence linguistique equivalente à un francophone.

1-3       Être spécialiste de l’enseignement du FLE (avoir étudié au moins une discipline de Didactique du FLE) ou avoir l’expérience de l’enseignement du FLE dans un établissement officiel. Une connaissance de la langue et/ou de la culture japonaise est fortement recommandée.

2- Travail :

2-1 Donner 8 cours de français (y compris un « chat room ») par semaine aux étudiants débutants / faux débutants et non spécialistes de français. La durée d’un cours est de 90 min. Organiser et animer un « chat room » hebdomadaire de 90 min. pour les étudiants intéressés.

2-2 Assurer des activités annexes concernant la classe, telle que la préparation de matériel pédagogique.

2-3  Aider les étudiants, les renseigner, les conseiller en dehors des heures de cours.

3- Rémunération et assurances sociales :

3-1 Salaire et indemnités d’installation 

3-1-1   Salaire : Le salaire annuel est de 5.040.000 yens (420.000 yens par mois).

3-1-2   Indemnité logement : Le lecteur pourra louer un appartement de son choix. Et l’Université accordera une indemnité de logement (la somme mensuelle de 30.000 yens sera versée en meme temps que le salaire mensuel).

3-1-3 Prime de transport : Selon une grille établie par l’Université, le lecteur recevra une prime de transport.   

3-2 Assurances sociales

En vue de contracter une assurance-maladie et une assurance accident du travail, le lecteur doit payer la somme prescrite (elle sera prélevée sur le salaire).

 3-3 Indemnité pour les dépenses professionnelles

L’Université accordera une somme annuelle de 400.000 yens destinée aux besoins en livres pour enseignement et/ou recherche, aux déplacements professionnels, conférences, réunions scientifiques, aux dépenses du matériel et des fournitures de bureau, etc…

3-4 Frais de voyage

L’Université s’engage à rembourser les frais de voyage de l’enseignant seulement (aller simple d’avion, tarif normal, classe économie, départ de l’aéroport le plus proche de chez vous, arrivée à Matsuyama) et 100.000 yens de frais de déménagement (somme maximum). Le billet retour sera remboursé si l’enseignant quitte le Japon immédiatement après l’expiration du contrat (avec un délai maximum d’un mois).

À votre arrivée, l’Université pourra vous rembourser jusqu’à 5 nuits d’hôtel.

4- Conditions de travail :

 4-1 Contrat de 1 an (du 1er avril 2018 au 31 mars 2019)

4-2 Ledit contrat peut être renouvelé 4 fois au maximum.

4-3 Journée de travail

De 8h30 a 17h (heure de pause : de 12h30 a 13h30). Cet emploi du temps peut etre modifié dans certains cas : horaire d’été, cours de rattrapage, etc.    

4-4 Congés

Tous les samedis et dimanches, les jours feriés nationaux légalement definis par le code, le jour d’ouverture de l’universite, les 28, 29, 30 et 31 décembre, les 2, 3 et 4 janvier, ainsi que les vacances d’été (dix jours continuels, comprenant les 13, 14 et 15 aout).

5- Dossier de candidature

(Ce dossier ne sera pas utilisé pour un but autre que la sélection.)

 

5-1 Curriculum vitae

Nom- Prénom- Sexe- Date et lieu de naissance- Nationalité- Situation de famille

Adresse actuelle, numéros de téléphone(si possible téléphone portable)  et adresse

e-mail

Études supérieures- diplômes acquis

Expériences professionnelles

Langues étrangères

5-2 Pièces justificatives à joindre

– Photocopie de l’attestation de notes obtenues à la Licence, au Master I ou à la Maîtrise et/ou Master II, DESS, DEA ou Doctorat,

– Photocopie des diplômes obtenus à partir du Master I,

– Liste des travaux de recherches : mémoires, thèse, publications, etc. Indiquer le titre du mémoire de Master et/ou de la thèse de doctorat,

– Une lettre de recommandation,

– Une lettre de présentation de votre conception pédagogique, votre méthode de travail et votre perspective dans notre établissement,

– Une photo d’identité.

5-3 Adresser votre candidature à 

Shunichi YASUDA

Doyen de la Faculté d’Économie Politique

Université de Matsuyama

4-2 Bunkyo-cho, Matsuyama,

Ehime, 790-8578 Japon

(Tél : 089-925-7111 )

Avant le vendredi22septembre 2017(envoi du Japon en recommandé et de l’étranger par EMS ouDHL).

※   Veuillez écrire ‘‘Dossier de candidature à un poste de professeur de français’’ en rouge sur l’enveloppe.

6- Sélection, notification

Le Conseil des professeurs prononcera sa décision vers le 15 décembre 2017 et informera les candidats des résultats. Le dossier de candidature ne sera pas, en principe, retourné aux candidats. Seulement pour le renvoi nécessaire de quelque document, veuillez joindre une feuille de format A4 qui le precise, ainsi qu’une enveloppe suffisamment affranchie, sur laquelle sont inscrits vos nom et adresse.

 

Renseignements uniquement par e-mail :

Secrétariat scolaire

Université de Matsuyama

 

E-mails : mu-kyomu@matsuyama-u.jp

tito@cc.matsuyama-u.ac.jp

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

De l’univers de l’auteur à l’univers du lecteur : enseignement de la littérature de jeunesse en FLE à partir de l’œuvre de CHEN Jianghong

Roland Barthes précise que (1975) : « la littérature contient tous les savoirs, les contenus universels, les grandes apparitions archétypales, tous les affects et les désirs sont dans les textes littéraires, à côté des coutumes, des faits et des objets localisés dans le temps et l’espace. »[1]. Un tel éloge confirme le rôle de la littérature dans la société humaine : elle est non seulement un outil pour reconnaître soi et l’autre, mais permet aussi au lecteur de construire un monde et de déconstruire le monde qui lui est déjà formé. C’est pour cela que la littérature est depuis longtemps une « étoile » sur la scène de l’enseignement des langues. Si nous jetons un coup d’œil sur l’aperçu historique de la littérature dans le champ éducatif, il n’est pas difficile de remarquer que l’idée de faire la littérature dite « jeunesse » comme outil pédagogique est relativement récente. Selon le dictionnaire de Larousse, la littérature de jeunesse est « un ensemble de livres destinés à la jeunesse, depuis la petite enfance jusqu’à l’adolescence. »[2]. Mais nous ne pouvons pas alors penser que la littérature de jeunesse ne crée que pour les jeunes lecteurs, puisque l’histoire a déjà prouvé que les livres initialement créés pour la jeunesse se sont également adressés aux adultes, comme les contes de Charles Perrault et ceux de La Fontaine. Un livre de jeunesse, tant qu’il est beau et bien travaillé, pouvant être utilisé à tout âge des lecteurs.

En tant que lectrice adulte, j’ai commencé à connaître CHEN  par Je ne vais pas pleurer!. Cet album m’a immédiatement captivée en deux aspects : d’un côté, l’auteur utilise des techniques traditionnelles chinoises qui donnent aux illustrations une ressemblance frappante ; de l’autre côté, l’histoire est simple mais heuristique. Elle peut susciter des résonances même chez un lecteur adulte. Par conséquent, j’ai continué à découvrir tous autres albums créés et illustrés par CHEN et commencé à créer des liens entre ces œuvres. En faisant la lecture, je me demande : pourquoi CHEN, en tant qu’un auteur grandissant dans une culture lointaine, peut devenir un auteur de jeunesse populaire pour le public français ? Comment il présente son pays d’origine tout en prenant compte de son pays d’accueil ? Pour quelle raison il peut être un « vrai » auteur… C’est en posant ces questions que l’idée de découvrir l’univers d’un auteur en didactique du français est venue. Nous pouvons estimer qu’un univers d’auteur est cohérent. Car l’auteur lui-même, il donne sa représentation du monde dans son œuvre, il lui accorde le sens et la valeur, le fruit de son travail reflète souvent sa propre philosophie de la vie. Ainsi, les albums d’un auteur sont reconnaissables à un tas de livres, comme Catherine Tauveron affirme que toutes les œuvres d’un même auteur se reconnaissent entre eux en raison de leur « airs ressemblances ».

Mais la création littéraire ne s’arrête jamais à une création « originale », puisque l’auteur peut s’inspirer des autres auteurs pour composer sa propre histoire, puisque l’engagement du lecteur fait partie de cette création. Par conséquent, l’univers d’un auteur n’est pas un huit-clos, un même auteur peut certainement avoir des différentes positions et travailler de multiples manières. Sartre parle aussi de la relation entre l’auteur et le lecteur en écrivant (1948) [3]: « L’auteur écrit pour s’adresser à la liberté des lecteurs et il la requiert de faire exister son œuvre. », de là, nous pouvons dire qu’il existe deux univers : dans l’univers de l’auteur, nous voyons ce que l’auteur voudrait mettre en valeur ; tandis que dans l’univers du lecteur, nous voyons ce que le lecteur a l’intention d’absorber. Et la compréhension du lecteur par rapport à l’œuvre de l’auteur compte beaucoup dans l’acte de lecture. D’où vient l’intérêt du sujet de mon mémoire, vu que l’univers d’un auteur est complexe, est-ce que cela peut être mis en place dans une classe du FLE ? Est-ce qu’il peut permettre les apprenants d’entrer dans une réflexion sur la littérature et d’entrer dans une littérature structurante ? Comment l’enseignant peut-il organiser ses cours autour d’un même auteur ? En partant de ces questions, nous avons pu constituer notre problématique de cette étude :

En quoi faire entrer les apprenants de FLE dans un univers d’auteur peut être un modèle pédagogique ?

Cette étude se compose de trois parties. Dans la première partie, nous essayerons d’abord d’étaler sur le plan théorique ce qu’est un univers d’auteur et la nécessité l’exploiter en classe des langues ; ensuite, nous présenterons l’univers de CHEN qui est au cœur de cette recherche, en analysant la singularité de son univers.

Dans la deuxième partie, nous essayerons de problématiser l’univers de CHEN en apportant la théorie de l’intertextualité et de l’interculturalité qui se présentent dans son œuvre.

Nous verrons d’abord les sources de la création littéraire de cet auteur en s’appuyant sur la théorie de l’intertextualité ; ensuite, nous analyserons les références culturelles indiquées dans les albums qui ont été influencées par la culture maternelle de l’auteur ; à la fin, nous regarderons les éléments interculturels en ayant recours à la théorie de l’interculturalité.

Dans la dernière partie, nous nous retournerons à la position de l’apprenant-lecteur. Nous verrons d’abord le rôle de l’apprenant-lecteur dans la lecture des albums ; ensuite, nous présenterons des manières d’aider les apprenants-lecteurs, à partir de l’univers d’un auteur, à construire son propre univers ; à la fin, nous proposerons des pistes pédagogiques à partir des albums de CHEN dans une classe de FLE.

[1] Cf. Entretien accordé par R. Barthes à la revue Pratiques, n°5, février 1975, cité de l’ouvrage La classe de français et de littérature, Lequbrun Marlène, EME édition, P.17

[2] La définition de la littérature de jeunesse selon Larousse : http://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/littérature_pour_la_jeunesse/63254

[3] Jean-Paul Sartre, Qu’est-ce que la littérature ? Édition Gallimard, 1948, P. 58

Yiheng WANG

Étudiante ayant obtenue sa licence des Lettres Modernes à l'université de Limoges et actuellement en master 2 Didactique du Français Langue étrangère à P3, spécialité 1 , option A.

More Posts

Et si on parle du dessin ?

La méthodologie fait une partie cruciale de la recherche. Pour cette raison-là, elle doit être choisie et élaborée minutieusement, tout en suivant les objectifs visés et la problématique. Dans ma recherche, j’ai opté pour faire des entretiens semi-directifs. Une méthode qualitative qui me permettrait de mieux comprendre les difficultés des enfants rroms à l’école. Pour ce faire, j’ai visé à faire des entretiens avec des élèves (de 7 à 10 ans), des enseignants et des parents. Même si je ne l’ai pas pensé au début, le problème s’est posé sur le choix des interlocuteurs et de la modalité de l’enquête. En effet, comment faire un entretien avec des enfants ? Surtout si on parle des enfants rroms dont la langue maternelle n’est pas le serbe, étant parfois très timides et qui ont des difficultés dans l’expression. Cette situation exigeait un autre moyen à envisager afin d’aboutir à mon objectif.

 

Le dessin d’un élève de CM2 sur la consigne “Dessine la langue rromani et la langue serbe”

Dans cette optique, j’ai adopté une approche par le biais du dessin de plusieurs raisons. Tout d’abord, il fallait établir une relation de confiance entre chercheur et élèves afin que ces derniers se sentissent en sécurité, à l’aise et s’investissent davantage dans les tâches demandées. Dans ce sens, le choix porté sur le dessin s’avère bien fondé. Il est à ajouter aussi que le dessin est une modalité permettant à tous les élèves de s’exprimer peu importe leurs capacités linguistiques, leur niveau et leur réussite scolaires, s’ils sont timides ou sûrs d’eux-mêmes. En outre, Castellotti et Moore mettent en avant les avantages de ce dernier pour la construction des données dans la recherche :

« Le dessin est pour les enfants une activité familière, qui fait partie de leur quotidien familial scolaire, social, mais aussi personnel, intime. À ce titre, il est un moyen privilégié pour qui mène une recherche avec des enfants : il leur permet de s’exprimer sur un mode qu’ils maîtrisent au moins aussi bien (souvent mieux, même) que leurs interlocuteurs et qui leur attribue d’emblée une voix d’autorité et un statut légitime. Ils sont, en effet, en position d’auteurs, qui se réapproprient leur dessin et vont proposer des clés pour en construire, en interaction, une interprétation » (2009 :45-46).

De là, nous voyons que l’engagement des élèves dans le dessin est double. Primo, ils s’engagent dans un processus créatif. Ainsi, le dessin devient un moyen d’expression de l’expérience des enfants, de leur connaissance, mais aussi la représentation intérieure de l’histoire qu’ils sont en train de raconter à savoir de dessiner (Kendrick et McKay, 2002 :46). Dans la perspective vigotskienne, le dessin est la source du développement de l’enfant, une forme particulière du discours, une implication de l’enfant dans l’imaginaire, dans le langage qui peut aboutir à la création des histoires (Castellotti et Moore, 2009). Secundo, les enfants se lancent dans la construction de l’interprétation du dessin avec le chercheur. Aussi se crée-t-il conjointement le sens dans l’interaction à savoir dans la communication et le dialogue. Pour le chercheur, le dessin est « une recherche de compréhension de ce que l’enfant dit (…) à travers son dessin et le commentaire qu’il en fait » (Perregaux, 2009 :33). Ceci dit que les dessins et les commentaires pourraient mettre en exergue les représentations de ces élèves vis-à-vis des langues serbe et romani et de la lecture ce qui pourrait éclaircir en partie les difficultés rencontrées à l’école par ce public.

Au final, l’importance du dessin dans la recherche avec les enfants est multiple : il est un « stimulus » de leur imagination, un support de leur réflexion et un appui pour leurs verbalisations (Castellotti et Moore, 2009 :78). À cet égard, cette modalité d’enquête s’est montrée comme un bon choix pour les enfants rroms. En ce qui concerne l’entretien semi-directif, étape discursive, il était envisagé comme une activité complémentaire à la première. Il a permis aux enfants une verbalisation plus facile à partir de leurs dessins et des explicitations en sorte que la construction du sens et de l’interprétation collaboratives s’établissent.

 

Bibliographie :

Castellotti, V., Moore, D. (2009). « Dessins d’enfants et constructions plurilingues. Territoires imagées et parcours imaginés », dans Molinié, M. (éd.), Le dessin réflexif. Elément pour une herméneutique du sujet plurilingue. Sergy – Pontoise : CRTF, 45-85

Kendrick, M. et Mckey, R. (2002). « Uncovering Litteracy Narrative through Children’s Drawings ». Canadian Journal of Education, no 27, 45-60

Perregaux, C. (2009). « Dans les dessins de jeunes enfants, les langues sont des images », dans Molinié, M. (éd.), Le dessin réflexif. Elément pour une herméneutique du sujet plurilingue. Sergy -Pontoise : CRTF, 31-44

 

 

Marija Apostolović

Étudiante en M2 DFLE, spécialité 1, option A Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

Ouvrage sur la pensée de Saussure

Un ouvrage sur la pensée de Saussure est paru au mois de mars 2017 aux éditions Métis Presses, sous la direction de Claire Forel (Professeure associée de didactique des langues à l’Institut universitairede formaion des enseigantns (IUFE) et de linguistiques anglaise à la Faculté des lettres de l’université de Genève) et de Thomas Robert.

Intitulé Saussure. Une source d’inspiration intacte, il vise à proposer une vision exhaustive de la pensée saussurienne, et est susceptible d’intéresser tous les linguistes – mais pas seulement !

Voici la présentation de l’éditeur :

« L’œuvre de Ferdinand de Saussure est généralement associée au seul Cours de linguistique générale. Ce dernier lui vaut d’être considéré comme le père du structuralisme. Or un tel portrait du linguiste genevois s’avère réducteur. Non seulement la production saussurienne est bien plus vaste que le Cours de linguistique générale, mais son influence s’étend par-delà le structuralisme.

Saussure. Une source d’inspiration intacte s’attache à exposer les multiples facettes de la pensée de Saussure, rendant ainsi justice à l’ampleur de son héritage. En onze articles, une vue d’ensemble de l’œuvre du linguiste s’offre au lecteur. Ce dernier pourra ainsi constater que, loin d’être obsolète, la pensée de Saussure continue de soulever des questions fondamentales pour la linguistique et la pensée en général.

Une version numérique vient enrichir le contenu de ce volume en proposant de nombreuses reproductions de manuscrits saussuriens, ainsi que des documents multimédias.

Avec les contributions de : Valentina Bisconti, Davide Bruzzese, Giuseppe D’Ottavi, Rossana De Angelis, Luca Pesini, Fabienne Reboul, Thomas Robert, Estanislao Sofía, Pierre-Yves Testenoire, Anne-Gaëlle Toutain et François Vincent. »

Laure Garnier

M2 Didactique des langues, Paris 3

More Posts

Résultats de la conférence de consensus sur la différenciation pédagogique

J’aimerais rebondir sur l’article de Laure, « être formateur fle en école d’ingénieur » pour revenir sur une notion évoquée : la différenciation pédagogique.

Les 7 et 8 du mois de mars de l’année 2017, l’Institut Français de l’Education (IFE) et le Conseil National d’Evaluation du Système Scolaire (CNESCO) ont organisé une conférence de consensus sur la différenciation pédagogique, afin de mettre au clair cette notion suffisamment floue pour être sujette à des interprétations contradictoires.

Différencier, est-ce individualiser l’enseignement ? Est-ce proposer des taches différentes ? Des taches identiques de niveaux différents ? Est-ce adapter l’évaluation ? Est-ce doser les exigences ? Demander moins à ceux qui ont moins ? Plus à ceux qui ont plus ? Est-ce créer encore plus d’écart entre les élèves ou au contraire permettre à tous de progresser réellement dans sa zone proche de développement (Vygotski, 1934) ? Permet-elle à tous les élèves d’apprendre ? De réussir ?

La conférence n’avait pas pour fin de répondre à la question de savoir ce que c’est que réussir. C’est entendu. Mais elle visait l’objectif de démêler la notion de différenciation pédagogique, d’en saisir les enjeux, d’en dessiner les contours, afin que les enseignants disposent – enfin – d’une idée claire de ce que recouvre cette notion. Elle tentait de répondre à la question : comment adapter l’enseignement pour la réussite de tous les élèves ?

Voici donc le lien vers les « recommandations du jury pour une différenciation pédagogique efficace orientée vers la réussite de tous les élèves » :

http://www.cnesco.fr/fr/differenciation-pedagogique/

Bibliographie :

Vygotski (Lev), Pensée et langage, Paris, La dispute, 1997 (édition originale 1934)

Magali Dermont

M2 Didactique des Langues spécialité 1 option A

More Posts

Presentations des recherches doctorales à mi-parcours ED 268 – EA 2288 DILTEC

Je vous conseille vivement d’assister à une de ces présentations-discussions de thèses en cours… SM

Doctorant.e Sujet de thèse Date et horaire Salle
Ana Laura Vega Umana L’identité professionnelle de l’enseignant d’anglais en secteur LANSAD 20 avril – 17h  Salle L1 à Saint-Jacques
Bilal Diop L’enseignement dans le supérieur en Mauritanie, didactique comparative de l’arabe et du français. 15 Juin – 12h salle 243 – Censier
Carla Campos Cascales Les objectifs politiques de l’enseignement de la littérature au lycée 11 Mai 14h Salle 218B Censier
Magali Ruet Enjeux, effets et didactique de la mobilité 28 Juin – 15h salle 243 – Censier
Maria Thedim-Goirand La représentation de la société brésilienne dans les manuels de portugais langue étrangére 16 juin – 11h salle 243 – Censier
Olivier Mouginot Les ateliers du dire : enjeux et expériences de la voix en classe de Français Langue Etrangère (apprentissage, enseignement, formation) 11 Mai  – 13h salle 243 – Censier
Sébastien Favrat Cheminement épistémologique et discursif dans l’écriture de recherche: le cas des doctorants allophones en sciences du langage à l’université de Franche-Comté 6 juin – 14h salle 216 – Censier
Shima Moallemi La construction des rapports interpersonnels en situation de contact de langues et de cultures.
Expériences de mobilité en France et enjeux didactiques pour la classe de langue en Iran.
28 Juin – 16h salle 243 – Censier
Théry Beord Dimension archipélagique du plurilinguisme aux Philippines : perspectives pour la didactique et les politiques linguistiques 29 Mai – 15h salle 243 – Censier
Tong Yang Enseignement du semi-figement culinaire auprès des apprenants étrangers 29 Mai – 15h Salle 218 B
Widad Warrak Une enquête socio-didactique sur le rapport à l’écrit scientifique des doctorants syriens dans les universités françaises: vers une didactique des littéracies universitaires 26 Mai (à venir)

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Etre formateur FLE en école d’ingénieurs

Lors de la journée professionnelle organisée par l’ASDIFLE le 31 mars et consacrée aux métiers du français dans la formation professionnelle, j’ai eu l’occasion d’assister à la présentation de Cathy Sablé, formatrice en école d’ingénieurs. L’école dans laquelle elle enseigne –IMT Atlantique Bretagne Pays de la Loire – est située en Bretagne, près de Brest.

Les écoles d’ingénieurs constituent un secteur à considérer pour les professeurs de FLE travaillant en France. Elles représentent 300 000 diplômés par an, soit le même nombre que celui des étudiants inscrits en master.  Surtout, la politique de l’enseignement français consiste actuellement à s’internationaliser de plus en plus, en accueillant un nombre croissant d’étudiants étrangers. Dans ces conditions, des formations en français sont nécessaires pour aider ces étudiants allophones à suivre leurs cours.

Ce public est généralement motivé et très scolarisé. En revanche, les étudiants ne doivent répondre à aucune exigence de niveau de français à leur entrée dans l’école. La mission du formateur FLE est donc les faire progresser considérablement (du niveau A1 parfois non acquis au niveau B1 voire B2) en un temps très limité.

Le public de ces étudiants est caractérisé par une grande hétérogénéité culturelle, avec, pour l’école IMT Atlantique, 41% d’étudiants originaires du Maghreb, 16% d’origine sub-saharienne, 13% venant de Chine, 10% d’Amérique latine hispanophone, 8% venant du Brésil et 6% d’étudiants de divers pays européens.

En plus de cette dimension interculturelle importante, Cathy Sablé a également insisté sur la pédagogie différenciée à mettre en œuvre dans ce type de contexte. Il s’agit de faire preuve d’une grande disponibilité pour connaitre les étudiants et les accompagner presque individuellement dans leur progression.

Pour se tenir au courant des offres pour ce type de postes, consulter le site de l’Union des professeurs de langues étrangères des grandes écoles et de l’enseignement supérieur (UPLEGESS), www.uplegess.org

Laure Garnier

M2 Didactique des langues, Paris 3

More Posts

lire et écrire pour le mémoire de master