Les langues de Michel Chaillou

Compte-rendu d’une intervention de Pascal Lefranc sur « le roman de la langue et des langues » de Michel Chaillou (dans le cadre du séminaire doctoral Les langues des écrivainsED 268 « Langage et langues : description, théorisation, transmission » dirigé par Jean-Louis Chiss et Serge Martin à l’Université Sorbonne nouvelle Paris 3, le 8 février 2018).

Pascal Lefranc, professeur de Lettres au lycée de l’Escaut de Valenciennes, présente l’œuvre de Michel Chaillou, romancier français né en 1930 et décédé en 2013, sur qui il prépare sa thèse. Le sujet de cette conférence est la langue vue par Chaillou – ce dernier privilégiant le terme de langue à celui de style – et la tâche qui incombe à celui qui se veut écrivain. Les extraits retenus par Pascal Lefranc (et dont quelques magnifiques passages sont ici retranscrits) permettent de saisir la portée de son message à travers sa très fine écriture, lame de son propos.

Continuer la lecture de Les langues de Michel Chaillou

Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

Compte rendu du séminaire doctoral sur : « Plurilinguisme et création littéraire »

Serge Martin a commencé ce séminaire par une courte introduction en rappelant les grandes lignes principales de ce rassemblement, il a notamment fait allusion aux trois disciplines convoquant ce séminaire à savoir : la linguistique, la didactique et la littérature. Ce qui a été mis en exergue ce sont les réflexions et les interrogations sur la langue de l’écrivain. Dans ce contexte, S. Martin a suggéré d’interpréter le titre du séminaire comme suit : « on pourrait lire le titre comme un écrivain qui a plusieurs langues ». Les questions importantes proposées à la réflexion et à la discussion ont été entre autres les suivantes : Pourquoi dit-on la langue de l’écrivain ? Que représente cette notion ?

Le séminaire a commencé avec l’intervention d’Emilio Sciarrino , un auteur qui s’est particulièrement penché sur cette problématique. En effet, cet ancien étudiant de l’École Normale Supérieure et doctorant en études italiennes avait choisi d’orienter sa thèse sur : « Le plurilinguisme en littérature. Le cas italien ». Effectivement, ses recherches sont axées sur le plurilinguisme littéraire et sur la traduction. En outre, il est membre de l’équipe « Traduction, Multilinguisme, Création » de l’ITEM (CNRS / ENS). Il a écrit de nombreux articles, à titre d’exemple :

SCIARRINO E. (2016), « Penser le plurilinguisme avec Amelia Rosselli », dans Quaderni del Novecento. Eredità e attualità poetica di Amelia Rosselli, dir. Magdalena Maria Kublas et Eugenio Murrali,  n° 16, p. 107-114.

SCIARRINO E. (2015), « Poésies plurilingues en Italie : de la genèse à la réception (Roselli, Sanguinetti) », in O. Anokhina et F. Rastier (dir.), Écrire en langues : littératures et plurilinguisme, Paris, Éditions des Archives Contemporaines, p. 45-58.

SCIARRINO E. (2015), « Réflexions sur la notion de « littérature-monde” », in O. Anokhina (dir.), Plurilinguisme, numéro spécial du Nouveau bulletin de l’ADEAF, n° 127, p. 23-26.

SCIARRINO E. (2015), « La traduction à quatre mains : le cas d’Amelia Rosselli », in Viviana Agostini-Ouafi et Antonio Lavieri (dir.), Poétiques des archives. Genèse des traductions et communautés de pratique, numéro thématique de Transalpina, n° 18, p. 105-113.

Lors de sa communication, Sciarrino nous a brossé la situation du plurilinguisme à travers une dimension temporelle, en effet, il est d’abord remonté au contexte de l’immigration, qui d’après lui a joué un rôle capital dans l’apparition d’auteurs plurilingues, il a cité quelques exemples comme : Herta Müller, une romancière allemande et lauréate du prix Nobel de littérature en 2009. Il a également fait référence à la littérature européenne en citant James Joyce, un poète irlandais du XXe siècle et un écrivain plurilingue (d’après Sciarrino, Joyce possède à son actif une vingtaine de langues).

Dans cette perspective, Sciarrino précise que cette situation ne s’agit en aucun cas d’un phénomène nouveau, mais relève déjà d’une tradition prégnante au Moyen-âge, c’est le cas notamment de Dante et de Cecil Scott Forester. L’auteur a évoqué les enjeux du plurilinguisme qui sont à la fois : littéraires, philosophiques et anthropologiques. Concernant la terminologie du plurilinguisme, Sciarrino propose le terme de « code switching » : « un concept de la linguistique indiquant le moment où l’on change de langue dans un énoncé », l’auteur formule que « lorsqu’on superpose deux langues, on a un mélange ».  Sciarrino nous indique que bien avant les études littéraires, ce phénomène de « code switching » fut longtemps étudié en linguistique et il prend l’exemple du linguiste américain Uriel Weinreich avec son ouvrage : « Languages in contact : Findings and Problems (1953). Selon Sciarrino, il s’agit d’un ouvrage très important dans la linguistique structurale.

En France, à partir de 1970, quelques auteurs se sont intéressés de plus près à cette notion de plurilinguisme, notamment : M. Bakhtine et J. Kristeva qui ont introduit le concept de « la polyphonie ». D’après Sciarrino, il existe plusieurs idiomes chez Bakhtine, l’autre exemple cité par Sciarrino est : « Le monolinguisme de l’autre » (1996) de Jacques Derrida. En effet, selon lui, Derrida s’est emparée de cette notion en l’inscrivant dans « la construction du logos ».  Autres exemples : E. Glissant, A. Khatibi et Andreï Makine.

Dans ce contexte, Sciarrino nous a fait part d’une petite anecdote très percutante sur l’écrivain russe : André Makine, en effet, d’après lui, A. Makine a longtemps essayé de publier ses deux ouvrages en France : « La fille d’un héros de l’Union soviétique » (1990) et « Confession d’un porte-drapeau déchu » (1992), mais sans succès, alors, il s’est octroyé « un petit mensonge » pour se faire éditer, il a ainsi fait croire que ces deux œuvres ont été traduites du russe et il a même inventé un traducteur imaginaire au nom de « Malin ».

Sciarrino affirme que « lorsqu’on regarde les archives, on peut mieux comprendre la situation de l’écrivain et ses compétences linguistiques », c’est le cas par exemple de Simone de Beauvoir qui écrit en anglais, ou encore Fernando António Nogueira Pessoa  : un écrivain trilingue qui alterne l’anglais et le français. Il donne également l’exemple de Samuel Barclay Beckett : un écrivain plurilingue qui a des influences avec d’autres langues. Sciarrino termine sa présentation en reprenant les recherches d’Olga Anokhina qui catégorise la façon d’écrire d’un écrivain en évoquant quatre stratégies :

1/ La séparation fonctionnelle des langues  : Sciarrino les explique ainsi : « une langue pour écrire et une autre pour commenter », il cite l’exemple de Pétrarque.

2/ Le mélange des langues : fait référence à l’interlangue.

3/ Ecriture parallèle :  c’est le fait d’écrire simultanément avec deux langues, il mentionne un exemple constaté chez un poète malgache Jean-Joseph Rabearivelo, qui écrit un vers en malgache et un autre en français.

4/ Autotraduction : l’écrivain écrit d’abord un texte, ensuite, il le traduit. Selon Sciarrino, le traducteur est « l’alter ego de l’écrivain ».  D’après lui, il existe des situations hybrides entre les écrivains et les traducteurs, c’est le cas de Vladimir Nabokov (un écrivain américain d’origine russe) qui n’acceptait pas certaines traductions de ses œuvres, il réécrivait alors tout.

Conclusion

Ce séminaire doctoral fut très enrichissant et le thème de cette communication fut d’autant plus pertinent, j’ai pu voir l’importance du plurilinguisme dans les études littéraires et découvrir les connaissances considérables que renferment les archives contemporaines sur les auteurs, leurs œuvres et leur rapport avec le plurilinguisme.

Bibliographie

SCIARRINO E. (2018), « Plurilinguisme et création littéraire », Séminaire doctoral du 25/01/2018, Université Sorbonne Nouvelle, Paris 3.

TAOUS NADI

MASTER 2 Didactique des langues, spécialité Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

Les représentations des étudiants sur le bilinguisme/plurilinguisme

Ces représentations résultent du guide d’entretien publié antérieurement, il ne s’agit nullement d’une analyse exhaustive, mais juste d’un petit aperçu sur l’entretien semi-directif réalisé auprès de deux étudiants allophones et plurilingues. Ces représentations relèvent d’une catégorie thématique portant sur le point de vue de ces étudiants sur le bilinguisme/plurilinguisme.

Après avoir fait une analyse comparative des deux entretiens, nous avons constaté que les représentations des deux étudiants sur le bilinguisme sont sans équivoque un avantage, il constitue selon eux un moyen d’interaction avec autrui, favorise la réflexivité et l’interculturalité, il contribue également à la valorisation personnelle et professionnelle de la personne. A cet effet, Abdelilah-Bauer affirme l’importance du bilinguisme qui d’après lui, représente « un atout pour l’enfant sur le plan cognitif, personnel et social. » ( Abdelilah-Bauer, 2008, p.120)

D’après Galisson et Coste, le plurilinguisme renvoie à « une situation qui caractérise les communautés linguistiques et les individus installés dans des régions, des pays où deux langues et plus sont utilisées concurremment. » (Galisson, Coste, 1976, p. 69)

Dans la même perspective, selon Cuq, le plurilinguisme « Est la capacité d’un individu d’employer à bon escient plusieurs variétés linguistiques. » (CUQ, 2003, p. 195)

De surcroît, nous remarquons que le terme de plurilinguisme ne semble pas être un concept méconnu pour les étudiants, en effet, leur perception de la notion est plus au moins similaire, sauf pour « l’étudiant A » qui a vraisemblablement conféré au plurilinguisme une définition à peu près exhaustive, néanmoins nous ne permettant pas de l’affirmer dans son intégralité car, il est vrai qu’il s’agit d’une capacité à parler dans plusieurs langues, mais l’écriture n’est pas un critère spécifique du plurilinguisme.

Au départ, le terme de représentations a laissé planer quelques doutes sur sa compréhension et d’ailleurs, l’étudiant (B) n’a pas vraiment répondu à la question puisqu’il s’est contenté de nous dire que c’est un « grand avantage ». L’étudiant (A) quant à lui, nous a fait part de ses représentations qui sont positives et assimile le plurilinguisme à la personne en tant que telle et ce qui est sous-entendu, ce sont ses compétences plurilingues comme moyen de communication avec les autres. Dans ce contexte, le Cadre européen commun de référence pour les langues (le CECRL) définit la compétence plurilingue comme : « la compétence à communiquer langagièrement et interagir culturellement d’un acteur social qui possède, à des degrés divers, la maîtrise de plusieurs langues et l’expérience de plusieurs cultures. » (Conseil de l’Europe, CECRL, 2001, p. 129)

Bibliographie

ABDELILAH-BAUER B. (2008), Le défi des enfants bilingues, Grandir et vivre avec plusieurs langues, Paris, La Découverte.

Conseil de l’Europe. (2001), Cadre européen commun de référence pour les langues : apprendre, enseigner, évaluer.

CUQ  J. (2003), Dictionnaire de didactique du français langue étrangère et seconde, Paris, CLE International.

GALISSON R. COSTE D. (1976), Dictionnaire de didactique des langues, Paris, Hachette.

TAOUS NADI

MASTER 2 Didactique des langues, spécialité Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

Les enjeux de la politique linguistique française

Ce chapitre a fait l’objet d’une réflexion portant sur le séminaire intitulé : « Politiques, diffusion et promotion des langues ».  Avant d’engager cette démarche réflexive sur la politique linguistique en France, nous allons d’abord tenter d’expliquer cette conception, comme cette dénomination le suggère, deux concepts recouvrent cette appellation, nous avons d’un côté, le concept de politique et de l’autre la linguistique.  En effet, les deux se complètent et constituent l’identité culturelle du pays.  Lorsqu’on parle de politique, nous pensons expressément à une entité supérieure, à des dirigeants, au système de pouvoir, aux réformes scolaires, etc. Il s’agit donc d’un terme polysémique regroupant plusieurs champs et constituant le système organisateur de chaque pays. Quant à la linguistique, il s’agit d’une discipline qui a pour objet d’étude les langues et leur fonctionnement, d’après Saussure : « La linguistique a pour unique et véritable objet la langue envisagée en elle-même et pour elle-même. » (Saussure, 1916, p. 314)

Boyer définit la politique linguistique comme suit :

« La politique linguistique désigne les choix, les objectifs, les orientations qui sont ceux de cet État en matière de langue(s), choix, objectifs et orientations suscités en général (mais pas obligatoirement) par une situation intra- ou intercommunautaire préoccupante en matière linguistique. » (Boyer, 2010, p. 3)

Calvet, quant à lui emploie le terme de politique linguistique pour désigner : « Un ensemble de choix conscients concernant les rapports entre les langue (s) et la vie sociale, et planification linguistique, la mise en pratique concrète d’une politique linguistique, le passage à l’acte en quelque sorte. » (Calvet, 1996, p. 11)

Boyer s’est particulièrement penché sur les contenus conceptuels que recouvre la politique linguistique, d’après lui, celle-ci implique dans un premier temps, l’étude de la langue d’un point de vue formel, il illustre cette première catégorie par les exemples suivants :

« Il peut s’agir alors d’une intervention de type normatif (visant, par exemple, à déterminer une forme standard, à codifier des fonctionnements grammaticaux, lexicaux, phonétiques…, ou encore à modifier une orthographe, etc., et à diffuser officiellement les [nouvelles] normes ainsi fixées auprès des usagers). » (Boyer, 2010, p. 5)

La deuxième catégorie rassemble :

« les fonctionnements socioculturels de telle langue, son statut, son territoire, face aux fonctionnements socioculturels, au(x) statut(s), au(x) territoire(s) d’une autre/d’autres langue(s) également en usage dans la même communauté, avec des cas de figures variables (complémentarité, concurrence, domination, etc.). » (Boyer, 2010, p. 7)

Boyer présente à la fin la visée de la politique linguistique qui selon lui, est à la fois « linguistique et socioculturelle », les deux sont corrélativement « solidaires ». (Boyer, 2010, p. 8)

Dans ce contexte, Boyer s’est intéressé à la politique linguistique française, selon lui, indépendamment de la langue française qui est une langue nationale, d’autres langues sont présentes sur le territoire français et d’après lui, il en existe « 75 », il formule son discours ainsi : « La politique linguistique française prend en compte les langues régionales et minoritaires territorialisées, mais aussi les langues anciennement [et durablement ?] installées sur le sol français, mais non territorialisées, l’arabe dialectal, le berbère, le romani…) (Boyer, 2010, p. 11)

Porcher, dans « Les Cahiers de l’ASDIFLE » n°7, a rédigé deux articles consacrés à la politique linguistique, il définit celle-ci comme : « une action volontariste, le plus souvent conduite par un État, ou une entité officielle, ou encore une communauté spontanée soudée par le souci de préserver (ou de développer) sa langue ou sa culture. » (Porcher, 1996, p. 1)

En effet, d’après cette définition, toute politique linguistique résulte d’un rapport conjoint entre la langue officielle d’un État et la culture véhiculée par cette langue, Porcher précise à cet égard que : « une politique linguistique ne se réduit pas à la politique d’enseignement de la langue considérée. » (Porcher, 1996, p. 1)

Selon lui, il existe quatre facteurs déterminants ou comme, il le suggère « quatre cavaliers » qui participent activement à la construction de la politique linguistique, il s’agit de : « l’enseignement, l’action culturelle, les médias et les entreprises. » (Porcher, 1996, p. 2)

En ce qui concerne « l’enseignement », Porcher fait référence à la place primordiale des enseignants dans la didactique du français, dans les institutions scolaires, mais aussi dans l’enseignement du français langue étrangère et il postule à cet effet que :

« Le réseau des professeurs à travers le monde est impressionnant, en quantité et diversité, et vu le chiffre approximativement, en l’absence de données à la fois exhaustives et fiables, aux environs de 250 000, dans leur extrême majorité ressortissants nationaux des pays considérés. » (Porcher, 1996, p. 2)

Selon lui, il s’agit de valoriser l’enseignement de la langue française en offrant aux enseignants francophones et étrangers les moyens pédagogiques nécessaires afin de les motiver et mieux organiser leurs enseignements. Pour ce qui est de « l’action culturelle », c’est le rapport même de la langue avec la culture, en effet, chaque pays est représentatif d’une culture, celle-ci symbolise une véritable transmission identitaire, selon Porcher, « L’action proprement culturelle est d’autant plus efficace qu’elle converge de manière plus concertée et plus dynamique avec l’action linguistique au sens strict. » (Porcher, 1996, p. 3)

Le troisième vecteur de la politique linguistique française est assujetti « aux médias », ces derniers permettent de diffuser le français dans le monde et d’accroître ses enjeux linguistiques et culturels. Pour Porcher, « Les médias envahissent le monde chaque jour davantage, installent une véritable omniprésence, et, jouant de leur attraction spécifique et mystérieuse (en particulier celle de la télévision), drainent des publics de plus en plus nombreux et de plus en plus diversifiés. » (Porcher, 1996, p. 3)

Le dernier vecteur concerne « les entreprises », elles jouent un rôle considérable dans la construction de la politique linguistique française, d’après Porcher :

« La présence d’entreprises françaises à l’étranger contribue à la diffusion de l’image de la France et, comme telle, elle constitue un phénomène positif que les concepteurs, les décideurs, et les « accompagnateurs » d’une politique linguistique doivent prendre en compte, en s’efforçant de dégager les synergies, les complémentarités, les fécondations mutuelles entre ces différents types d’action. » Il ajoute que : « Les entreprises sont aujourd’hui une partie de l’enjeu global linguistique et culturel, et ce serait une erreur que de l’oublier ou même de le négliger. » (Porcher, 1996, p. 4)

Porcher conclut son analyse en affirmant que ces quatre vecteurs sont complémentaires, selon lui, « la mise en œuvre d’une politique linguistique rigoureuse c’est l’articulation, aussi précieuse que possible, de ces différents paramètres. » (Porcher, 1996, p. 4-5)

Bibliographie

BOYER H. (2010), « Les politiques linguistiques », Mots. Les langages du politique [En ligne], 94 |. Mis en ligne le 06 novembre 2012. URL : http://journals.openedition.org/mots/19891 : consulté le 16/01/2018.

CALVET L-J. (1996), Les politiques linguistiques, Paris : PUF.

DE SAUSSURE F. (1916), Cours de linguistique générale, Paris : Payot.

PORCHER L. (1996), Politiques linguistiques : orientations, « Les Cahiers de l’ASDIFLE » n°7 , Paris : ASDIFLE.

PORCHER L. (1996), Politique linguistique et objectifs pédagogiques, « Les Cahiers de l’ASDIFLE » n° 7, Paris : ASDIFLE.

TAOUS NADI

MASTER 2 Didactique des langues, spécialité Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

Rencontres autour du film « Atelier de conversation »

Venez découvrir le film documentaire ATELIER DE CONVERSATION de Bernhard Braunstein (2017, 1h12) ce dimanche, partagez l’info, nous avons vraiment besoin de vous pour que le film reste à l’affiche encore la semaine prochaine !

Voici les ciné-débats organisées à Paris dans les prochains jours :

Dimanche 11 février à 18h45 au MK2 Beaubourg
avec Chowra Makaremi (anthropologue, CNRS/EHESS)
Lien de l’événement FB à partager : https://www.facebook.com/events/171273760038077

 Lundi 12 février à 20h30 au MK2 Beaubourg

avec La Cimade & Elsa Lauga Mouledous (Coordination nationale des actions de sensibilisation, La Cimade)
Lien de l’événement FB à partager : https://www.facebook.com/events/186004312001019/

Mardi 12 février à 20h30 au cinéma Les 3 Luxembourg
avec Nancy Green (historienne des migrations contemporaines, EHESS)

Lien de l’événement FB à partager : https://www.facebook.com/events/192466538173098

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus