Une genèse du théâtre ?

 L’œuvre dramatique est une énigme que le théâtre doit résoudre.
Antoine Vitez

 

Pour le séminaire d’écriture création qui nous était proposé ce semestre, nous devions réaliser un compte rendu d’article en rapport avec les brouillons d’écriture et avec notre mémoire (si possible). C’est ainsi que j’en suis venue à lire l’article passionnant d’Almuth Grésillon et de Jean-Marie Thomasseau concernant la genèse du théâtre et dont je tiens à vous parler aujourd’hui. Intitulé « Scène de genèses théâtrales » et rédigé en 2005, il a pour but d’esquisser les difficultés que rencontrent les généticiens lorsqu’ils sont amenés à étudier une œuvre théâtrale et sa genèse.

Continuer la lecture de Une genèse du théâtre ?

Caroline A.

Étudiante en Master 2 de Didactique du Français langue étrangère et Langues du monde à l’Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III.

More Posts

Entretien fictif entre un élève et sa directrice du mémoire

E : élève

D : directrice

Dans la salle de professeurs, un après-midi en hiver.

 

(Elève frappe deux fois la porte)

E : Bonjour madame, je peux entrer ?

D : Bonjour. Attendez, je vais d’abord finir avec madame W.

E : D’accord, pas de problème. Je reviendrai dans dix minutes.

(Elève ferme la porte)

 

(Dix minutes après, l’élève refrappe la porte)

E : Rebonjour, madame

D : Oui, rebonjour. Entrez et installez-vous.

E : Merci, madame

 

D : ça va ? Vous allez bien ?

E : Oui, ça va. Il fait un peu froid, mais ça va.

D : Bien. Dites-moi votre mémoire.

E : Alors, j’aimerais bien travailler sur la comparaison entre les manuels de FLE version française et chinoise.

D : D’accord. Y a-t-il la dimension d’acquisition ? Ou il s’agit que la didactique ?

E : Hum…plutôt la didactique

D : C’est dommage, parce que mon domaine est sur l’acquisition.

E : Ah, en fait j’ai pas encore décidé vraiment mon sujet. J’enseigne actuellement le français à distance à un élève plurilingue. Il connaît le chinois, c’est sa langue maternelle ; le japonais, il a vécu plusieurs années au Japon ; l’anglais, parce qu’il est au Canada maintenant pour sa licence et l’allemand, il a niveau A1. J’ai aussi des expériences d’enseignement du chinois aux francophones. De plus, j’ai enseigné le français dans un établissement chinois à Pékin, en Chine.

D : C’est pas mal. Vous avez beaucoup d’expérience.

E : Merci. Mais j’ai toujours pas décidé pour mon sujet de mémoire…

D : Dans ce cas, je vous conseille de travailler sur l’acquisition du plurilinguisme. L’hypothèse pourrait être l’appropriation d’une langue étrangère sous l’influence des langues acquises.

E : D’accord (En notant sur son cahier)

D : Vous pouvez aussi travailler sur TICE, l’interaction en ligne ou les séquences potentiellement acquisitionnelles. Si vous pouvez enregistrer la production de ton élève à distance, cela pourrait constituer le corpus de votre mémoire.

E : Ah, d’accord. Vous avez raison.

D : Il est aussi possible de faire une comparaison entre l’acquisition du français et du chinois chez les apprenants sinophones et francophones.

E : OK. Je vais y réfléchir un peu et chercher des références.

D : Bien. Vous avez d’autres questions ?

E : J’aimerais bien prendre un rendez-vous avec vous pour la semaine prochaine si c’est possible.

D : Alors la semaine prochaine, je serai à l’étranger. La semaine suivante, dans deux semaines, ça vous va ?

E : Bien sûr. Merci beaucoup à vous et bonne journée.

D : Bonne journée. Au revoir.

E : Au revoir madame.

 

 

 

 

Jingjie

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts

Trois rencontres entre une étudiante chinoise et son directeur de mémoire

Trois rencontres entre une étudiante chinoise et son directeur de mémoire

Les personnages et les situations étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite.

Song—S
Directeur de mémoire — –D

Première rencontre

Au bureau des enseignants, première rencontre entre une étudiante chinoise Song et son directeur de mémoire

Devant la porte, Song, nerveuse, hésite de frapper la porte (voix interne : comment commencer le dialogue ? Le sujet marche ou pas ? Peut-être est-il trop vaste ? S’il n’aime pas mon sujet, si je ne peux pas bien exprimer mes idées, si je n’arrive pas à comprendre ce qu’il dit, qu’est-ce que je peux faire ?)
La porte s’ouvrit
S : Bonjour, Monsieur

D : Bonjour, entrez, installez-vous.

S : Merci.

D : Alors, présentez-moi un peu votre sujet. Qu’est-ce que vous voudrez travailler ?

S : (Voix interne : j’ai trop d’idées dans ma tête et je ne sais pas par où commencer. Il ne faut pas donner l’impression que je n’ai pas bien préparée. Je dois présenter toutes mes idées et montrer tout ce que j’ai vu) La langue a un lien étroit avec la pensée et la culture comme ce que Boas et Sapir expriment dans leurs ouvrages, et pendant longtemps l’enseignement de la littérature fait partie de celui de la langue, ce qui montre qu’il existe forcément un lien étroit entre la littérature et la langue, ainsi que la culture. La langue, la littérature et la culture sont toujours attachées à certaines valeurs qu’on ne s’en rend pas compte. Même au développement du concept de la culture, on trouve toujours la trace de l’imposition des valeurs de l’État. Et comme ce qui est écrit dans l’ouvrage imaginaire nationalisme…

D : (Voix interne : où elle veut m’emmener finalement en disant tout ça ? Qu’est-ce qu’elle veut travailler exactement ? Je ne sais même pas son sujet) Alors, je vois que vous avez beaucoup de choses à dire, mais d’abord, dites-moi votre sujet, et puis vous présentez votre plan.

S : (Oh là là, quelle bêtise ! je suis trop nerveuse et j’ai oublié de présenter le sujet ! D’accord, en effet, je n’ai pas encore décidé le sujet, mais je voudrais bien analyser les manuels de littérature du fle rédigés par les Français et par les Chinois utilisés dans les universités en Chine afin de donner mes opinions sur la construction des manuels de la littérature du fle à l’heure de mondialisation. Comme mes idées ne sont pas très claires pour l’instant, je n’ai pas pu vous montre mon projet de mémoire, mais j’ai préparé un schéma pour vous montrer un peu mon plan.

S montre son plan à son directeur, et lui explique.

S : Dans la première partie, je vais expliquer… [voix interne : je suis presque sûre qu’il va dire que mon plan n’est pas cohérent, et peut-être mon sujet n’est pas pertinent. Peut-être il va me demander de changer le sujet.]

D : [voix interne : ses idées restent un peu ambiguës, mais je vois qu’elle est vraiment motivée. Je devrais l’encourager pour qu’elle puisse avancer.] C’est bien. Déjà, c’est un bon commencement. Il est vrai que… Vous connaissez XX ? Je vous conseille de lire ses ouvrages. Peut-être vous n’avez pas d’accès pour certaines sources, écoutez, je connais quelques étudiants chinois qui peuvent peut-être vous aider, je peux vous donner leur email si vous voulez.

S : [voix interne : c’est incroyable, il semble d’accord avec tout ce que j’ai dit] Merci, c’est très gentil.

D : C’est bien de faire ce schéma, mais vous écrivez quand même une ou deux pages et me l’envoyer, dans ce cas-là, je peux réagir. Et c’est dans votre intérêt de le rédiger, parce que ça vous permet de mieux connaître vos idées.

S : D’accord, je comprends. Je vais le faire tout de suite.

D : Bon. Vous avez d’autres questions ?

S : Non, merci, c’est un grand plaisir de travailler avec vous. Au revoir et bonne journée.

D : Au revoir et bon courage.

Deuxième rencontre

Deux semaines après, dans une salle de classe, à la fin d’un cours

S : Bonjour, Monsieur [Voix interne : peut-être, Il ne me connaît même pas. Pour les Européens, tous les Chinois se ressemblent, et on s’est vus seulement une fois. En plus, il est très occupé.]

D : Pour le mémoire ? Vous voulez prendre un rendez-vous ?

S : Non, en effet, après notre discussion, j’ai eu de nouvelles idées, et j’ai changé complètement le sujet ainsi que le plan. Alors, je n’ai pas pu vous envoyer ce que vous m’aviez demandé d’écrire. [Voix interne : Il me connaît ! Mais j’ai changé mon sujet et mon plan sans discuter avec lui, il me reprochera peut-être.]

D : Mais c’est très bien, ça veut dire que vous n’avez pas perdu votre foi. Alors, vous l’écrivez et vous m’envoyez, d’accord ?

S [étonnée et soulagée] : D’accord. Merci de votre compréhension.

Troisième rencontre

Devant l’ascenseur, l’enseignant est en train d’attendre l’ascenseur, Song, qui se précipite pour un cours qui va commencer bientôt au quatrième stage le voit.

S : [voix interne : oh là là, c’est mon directeur de mémoire. Dois-je le saluer ? Mais je n’ai pas encore lui envoyé ce qu’il m’avait demandé de rédiger, et ça fait déjà un mois ! Il serait fâché contre moi, et j’ai honte de moi et je n’ose pas lui parler. Peut-être je vais monter les escaliers. Mais, si je ne parle pas avec lui et lui dire l’avancement de mon travail, il croirait que je n’ai pas l’intention de travailler. Qu’est-ce que je dois faire ?]

Soudain, S remarque que son directeur est en train de la regarder, elle ne peut que le saluer et prendre l’ascenseur avec lui.

S : Bonjour, Monsieur

D : Bonjour. [Voix interne : mince ! L’ascenseur est trop lent. Je suis presque en retard pour le rendez-vous avec Monsieur Mathieu.]

D : [Voix interne : c’est l’étudiante qui fait le mémoire avec moi, il faut peut-être lui rappeler de ne pas oublier de travailler sur son mémoire, sinon, il penserait que je m’en fous de son mémoire] Le mémoire, ça va ? Il faut concentrer sur votre mémoire, on n’a pas beaucoup de temps.
S : [Voix interne : Voilà, je le sais. Il n’est pas content de l’avancement de mon travail, et il pense que je ne suis ni travailleuse ni sérieuse. Comment faire ? Il faudrait peut-être lui montrer que je suis en train de travailler sérieusement. Peut — être je lui expliquerai un peu l’avancement de mon travail et des difficultés que j’ai rencontrées.] Monsieur, je suis désolée pour ne pas avoir pu vous envoyer mon travail, en effet, je…

L’ascenseur vient

D : On parlera après. [Voix interne : Au téléphone, Monsieur Mathieu m’a dit qu’on a eu un problème sur la publication de mon dernier ouvrage, qu’est-ce que ça doit être ? Ce n’est pas possible.]

S : D’accord, en tout cas, je vais vous envoyer mon travail dans deux ou trois jours. [Voix interne : il faut terminer le travail vite et lui envoyer plus vite possible, sinon, peut-être il ne dirigerait plus mon mémoire]

L’ascenseur arrive.

D : Non, non, je ne veux pas vous presser. Prenez votre temps, et vous le m’envoyez dès que vous terminez. [Voix interne : elle semble d’avoir l’impression que je la pousse, et peut-être elle écrira l’importe quoi sans réfléchir.]

S : D’accord. Je vais faire mon mieux. Au revoir, bonne journée.

D : Au revoir.

J’ai écrit ce petit texte parce que la communication n’est pas facile, et souvent, ce qu’on croit comprendre ne correspond peut-être pas au vrai message que l’autre veut nous transmettre. Mais cela ne signifie pas que la communication est inutile et qu’on doit l’abandonner, au contraire, il faut faire des efforces pour qu’on se comprenne mieux. Les étudiants étrangers éprouvent plus de difficultés par rapport aux étudiants locaux quant à la communication avec le directeur de mémoire à cause des obstacles de la langue, et de la différence culturelle. Mais c’est aussi pour cette raison qu’il faut les encourager de communiquer plus avec leur directeur de mémoire afin de se comprendre mieux.

À la fin, je mets une citation de Bernard Werber sur la communication que j’aime beaucoup en espérant que tout le monde se comprenne bien.

Tentative
Entre
Ce que je pense
Ce que je veux dire
Ce que je crois dire
Ce que je dis
Ce que vous avez envie d’entendre
Ce que vous croyez entendre
Ce que vous entendez
Ce que vous avez envie de comprendre
Ce que vous croyez comprendre
Ce que vous comprenez
Il y a dix possibilités qu’on ait des difficultés à communiquer.
Mais essayons quand même…

Bibliographie :
http://www.bernardwerber.com/unpeuplus/ESRA/tentative.html

JIE Junlan

Etudiante chinoise en master 2 à l’Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

La pratique théâtrale dans l’enseignement du F.L.E. à Taiwan – Bibliographie provisoire n°1

Comparé à certains de mes camarades, je n’ai pas encore d’idée précise de plan pour mon mémoire. Je sais comment je travaille, et je sais aussi qu’il me viendra au fil de mes lectures et qu’il changera plusieurs fois. Aussi, je vous propose aujourd’hui ma bibliographie provisoire du mois de décembre. Les articles et ouvrages mentionnés concernent particulièrement le théâtre en classe de FLE, mais surtout le théâtre et l’enseignement du français à Taiwan. Peut-être certains d’entre vous y trouverons des idées de lecture.

Continuer la lecture de La pratique théâtrale dans l’enseignement du F.L.E. à Taiwan – Bibliographie provisoire n°1

Caroline A.

Étudiante en Master 2 de Didactique du Français langue étrangère et Langues du monde à l’Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III.

More Posts

La place de la littérature dans l’enseignement du fle à l’université à l’ère numérique


Au colloque du 4 et 5 décembre « Les études françaises dans la mondialisation et le devenir des humanités », les intervenants ont présenté les situations de l’enseignement du fle dans le cadre universitaire dans les pays différents et soulevé le problème de la crise de l’humanité. Cela m’a donné quelques réflexions sur la place de la littérature dans l’enseignement du fle à l’université à l’ère numérique.

Continuer la lecture de La place de la littérature dans l’enseignement du fle à l’université à l’ère numérique

JIE Junlan

Etudiante chinoise en master 2 à l’Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

Problème de l’évaluation de la prononciation des apprenants

Comme il a déjà été dit auparavant, mon mémoire sera consacré au problème de l’enseignement de la prononciation. Depuis ce dernier temps, le sujet du mémoire a pris une direction plus précise. Nous avons décidé de nous focaliser sur l’aspect de l’évaluation de la prononciation à l’aide des logiciels de reconnaissance vocale.

Il faut dire que la difficulté de l’évaluation de cet aspect est une des raisons d’une faible présence de la phonétique en cours de langue. Maintenant, nous essayerons de voir quelles sont les raisons du recours à l’évaluation de la prononciation et quels en sont les critères.

Continuer la lecture de Problème de l’évaluation de la prononciation des apprenants

Sofiya_kob

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère à l’Université Paris-3, Sorbonne Nouvelle

More Posts

Plan détaillé du mémoire

0. Introduction

0.1. Réflexion d’ordre méthodologique autour d’une citation :

Johann Wolfgang von Goethe (1749 – 1832), Wilhelm Meisters Lehrjahre (1795) :

« Die Summe unserer Existenz, durch Vernunft dividiert, niemals rein aufgehe, sondern dass immer ein wunderlicher Bruch übrigbleibe ».

Notre traduction : Continuer la lecture de Plan détaillé du mémoire

Ovodenko Mikhail

Etudiant en M2 « Didactique des langues » à l’Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Thèmes de recherche : didactique de la grammaire, approche sémantique de la grammaire, contextualisation du discours grammatical, linguistique générale, anthropologie linguistique.

More Posts

Faire du cinéma en classe de FLE #2

Résumé d’un projet en trois temps

Voir Faire du cinéma en classe de FLE #1

1- Visionnage

Les apprenants regardent d’abord des extraits de films en classe. Ils découvrent ainsi le langage formel (échelles de plans, plan séquence, plan fixe, etc.) et le langage informel (registres, situation précise de la vie quotidienne, élément culturel, paraverbal, diversité des français parlés, etc.) du cinéma.

Comment construire le corpus de films  : Quels extraits choisir ? Pour transmettre quoi ?

Continuer la lecture de Faire du cinéma en classe de FLE #2

Rigaldie Pauline

Étudiante en M2 spécialité 1 « Didactique du français langue étrangère et langues du monde » à l’Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

More Posts

Poste en Chine

Recrutement lecteur SISU

Le Département de français de l’Université des études internationales de Shanghai (SISU) recrute un lecteur/enseignant de français langue étrangère pour l’année scolaire 2018-2019 (septembre à juin).

Continuer la lecture de Poste en Chine

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

De la lecture des plaques de rues : proposition d’atelier d’écriture

Suite de la présentation de mon mémoire sur les ateliers d’écriture : penser une activité.

 

Dans les villes et les villages du monde entier (peut-être), des plaques apposées sur les bâtisses offrent au chaland la possibilité de s’instruire à moindre frais. Noms de rues ou plaques commémoratives sont autant de minuscules cours d’Histoire, ou plutôt d’histoires. Ainsi, à Paris, dans le 5° arrondissement, entre le 46 rue Saint Jacques et le 13 rue Santeuil, entre la Sorbonne et le campus de Censier, l’histoire des sciences est à l’honneur à travers certains de ses représentants : Pierre et Marie Curie, Linné, Monge… Qui sont-ils ? Qu’ont-ils fait pour qu’une rue soit baptisée à leur nom ?  L’émail rouillé de ces plaques nous le dit. « Pierre et Marie Curie 1859-1906 1867-1934 physiciens, découvreurs de (sic) radium » ; « Linné 1707-1778 botaniste suédois » ; « Monge 1746-1818 mathématicien un des fondateurs de l’école polytechnique ». Et les plaques commémoratives ? Dans ce même arrondissement, elles rendent souvent hommage aux hommes de lettres dont elles signalent une adresse temporaire : Hemingway au 74 rue du Cardinal Lemoine, Joyce au 71 de la même rue, Perec au 13 rue Linné, Thomas au 15 rue Pierre-Nicolle. Thomas ? Edith Thomas[1]. Seule femme de lettres de l’arrondissement ayant eu l’honneur d’une plaque. Que l’hommanité a de chemin à faire !

Continuer la lecture de De la lecture des plaques de rues : proposition d’atelier d’écriture

Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

Introduction aux ateliers d’écriture

Mon mémoire portant sur les ateliers d’écriture, voici une petite introduction sur cette pratique.

 

Un atelier d’écriture est un lieu où l’on fabrique de l’écrit, en promouvant la créativité. Au-delà de cette définition sommaire, en détailler les pratiques n’est pas chose aisée, car de nombreuses variations existent en fonction des pays. Ainsi, aux États-Unis ou en France, les finalités ne sont pas tout à fait les mêmes ; cependant, parmi les similitudes, on retrouve l’envie de s’écrire et aussi celle de partager en groupe, d’où l’intérêt pour ce dernier point de travailler en atelier.

Continuer la lecture de Introduction aux ateliers d’écriture

Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

Analyse du discours et didactique des/en langues

Les Carnets du Cediscor 13, 2017
« Analyse du discours et didactique des/en langues »
dirigés par Florimond Rakotonoelina

Continuer la lecture de Analyse du discours et didactique des/en langues

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

La polémique du joual : aliénation, décolonisation et nationalisme

Je vous présente le bref compte rendu de la communication inaugurale de Gilles Dupuis, professeur des universités de l’Université de Montréal qui a eu lieu le 11 décembre dans le cadre du séminaire conjoint d’études supérieures en littératures de la langue française. Le séminaire s’intitule “Langues et enjeux identitaires : regards croisés sur la France et le Québec”. Continuer la lecture de La polémique du joual : aliénation, décolonisation et nationalisme

Ovodenko Mikhail

Etudiant en M2 « Didactique des langues » à l’Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Thèmes de recherche : didactique de la grammaire, approche sémantique de la grammaire, contextualisation du discours grammatical, linguistique générale, anthropologie linguistique.

More Posts