Ecrire une « Réaction »

Qu’est-ce que c’est une « réaction »? Une « réaction » est une manière d’exprimer par écrit son point de vue personnel sur un texte lu. Même si le point principal d’une « réaction » peut changer, le lecteur de cette « réaction » veut trouver des critiques, bien argumentées, pensées et bien conçues, pour parler des affirmations qu’un matériel de lecture nous présente. Les « réactions » devraient avoir des idées fondées sur une analyse critique, soit parce que nous sommes d’accord avec l’article lu, ou bien parce que nous voulons confronter des idées pour donner un point de vue différent (Hillocks, 1995; Patterson & Shannon, 1993).

Une « réaction » représente plus qu’un simple résumé du matériel lu ou entendu. Le contenu principal de nos « réactions » doit être basé principalement sur le point de vue que nous voulons présenter au lecteur. Elles peuvent prendre différentes directions : soit on peut comparer le contenu d’un texte oral ou d’un exposé avec des propositions d’autres auteurs ; soit on peut proposer des hypothèses sur la manière dont un matériel de lecture pourrait s’enrichir ou bien s’ouvrir à d’autres domaines de connaissance ; soit on peut aussi argumenter pour ou contre les idées lues ou entendues (Hillocks, 1995; Watkins-Goffman & Berkowitz, 1990).

D’ailleurs, il n’est pas nécessaire qu’au moment d’écrire une « réaction » on soit obligé à suivre rigidement l’organisation et l’ordre dans lequel les idées ont été présentées dans un article écrit ou un exposé sur lequel on va réfléchir, mais le texte devrait en tout cas être cohérent et cohésif. Il faut remarquer aussi que même si les « réactions » sont centrées sur ce que la personne qui rédige pense, elles peuvent aussi inclure des citations directes du texte ou des paraphrases rédigées par celui qui réagit au texte, de manière que les idées soient bien supportées (Watkins-Goffman & Berkowitz, 1990).

Le but principal d’une « réaction est de motiver le développement de la pensée critique sur des sujets divers. Il faut être attentif et ne pas faire une simple description du texte lu, car les idées personnelles doivent ressortir du sujet principal. Dans les « réactions », on doit mettre en avant la réflexion menée et cette réflexion demande une considération bien pensée et précise sur le sujet du texte lu ou entendu (Schön, 1983). Quand nous réfléchissons de manière écrite, nous devons bien articuler nos idées et établir des connexions entre l’information que nous avons dans notre cerveau, comme bagage culturel et scientifique, et la nouvelle information.  C’est ainsi que nous, en tant que chercheurs, devons avoir toujours un regard critique sur les textes qu’on utilise pour la rédaction de nos écrits. Il n’est pas conseillé de suivre un seul point de vue sur un sujet; il est nécessaire de confronter des idées, des auteurs et des points de vue pour pouvoir présenter une analyse des données critique et équilibré.  Nos « réactions » feront partie de l’analyse de notre étude et bien sur de nos conclusions, mais il est bien évidemment opportun que ces réactions aient des bases solides.

 

Références bibliographiques

Hillocks, G. (1995). Teaching writing as reflective practice. New York, NY: Teachers College Press.

Patterson, L., & Shannon, P. (1993). Reflection, inquiry, action. En L. Patterson, C. Minnick, K. Short, & K. Smith (Eds.), Teachers are researchers. Reflection and action (pp. 7-11). Newark, DE: International Reading Association.

Schön, D. A. (1983). The reflective practitioner. How professional think in action. New York, NY: Basic Books, Inc.

Watkins-Goffman, L., & Berkowitz, D. G. (1990). Thinking to write. Boston, MA: Heinle & Heinle Publishers.

MORENO Grecia

Diplômée en Langues Modernes, MSc. en Enseignement apprentissage des langues étrangères (Mérida-Venezuela). M1 en Didactique du FLE, M2 en Didactique du FLE et langues du monde (Sorbonne Nouvelle Paris 3)

More Posts

Le brassage entre les pratiques médicales et les pratiques littéraires

Dans le cadre du séminaire doctoral « penser/enseigner le sens du langage » organisé et dirigé par Serge Martin et Jean louis-Chiss, j’ai pu assister à maintes séances captivantes autour de cette thématique. Au milieu des présentations les plus enrichissantes, et qui d’autant plus liée à mon sujet de mémoire, celle de Maria de Jesus Cabral, professeur de littérature et de traduction à l’université de Lisbonne et présidente de l’Association Portugaise d’Etudes Françaises (APEF).

          Monsieur Martin a inauguré la séance en exposant les champs que notre invité façonne et expliquant le rapport avec la problématique du sens du langage étant donné qu’il interroge toutes «les pratiques langagières » et la « relation de parole » entre le médecin et ses patients. Il s’agit, donc, d’un croisement entre les pratiques médicales et les pratiques littéraires qui indique l’omniprésence d’une éminente interdisciplinarité.

Maria de Jesus Cabral a amorcé son intervention par des définitions de quelques notions importantes. Elle a discerné entre la médecine narrative et l’humanité médicale. Ensuite, elle nous a expliqué le pourquoi de l’articulation entre discours et théâtre dans son approche fondée sur la logique du récit narratif. Son discours gravite autour de trois citations de Mallarmé :

  • « Je ne connais pas les choses, je ne connais que les rapports entre les choses». Il marque le retrait des frontières entre la poésie et la prose ainsi qu’entre la littérature et autres manifestations artistiques au 19ème siècle. Maria Cabral nous explique qu’ici la tension est appliquée moins sur l’objet que sur le sujet lui-même.
  • « Ce sujet où tout se rattache : l’art littéraire ». En effet, la littérature se base sur le langage qui nous constitue. Ce dernier est véhicule de tout, l’émotion plus que tout. Ainsi, élaborer un texte littéraire dans le domaine de la médecine pourrait être fructueux dans la mesure où il devient une sorte de « laboratoire fictionnel pour un exercice d’évidence expérientielle sur des problématiques précises comme l’euthanasie et le refus de traitement» Confirme notre invité.
  • « Lire, cette pratique». Il est sujet d’un savoir et d’une expérience humaine détachés aux sens. D’ailleurs, cette pratique relève de la présence sensorielle, vocale et corporelle. Pour concrétiser cette pensée, elle a donné l’exemple d’un aveugle qui « lit » avec les yeux et « lie » avec les mains tout en « réalisant » avec la voix. Le vu et le lu se produit avec le touché et le touché redonne vie à une voix. D’où la liaison entre la théâtralité et la lecture.

De surcroît, elle a éliminé la confusion entre deux concepts fondamentaux :

  • L’humanité médicale : Appartenue à une sphère pluridisciplinaire, l’humanité médicale n’est pas corrélée directement à la littérature. C’est une approche qui regroupe de nombreuses disciplines : la philosophie, l’histoire, l’anthropologie, le droit, la communication et la sociologie pourvu d’admettre que la médecine, comme science, est tout de même humaine et comportementale.
  • La médecine narrative : Elle réfère à un mouvement né en Amérique du nord dans les années 90 sous l’impulsion du médecin et critique littéraire, Rita Charon. Elle définit, en effet, ce concept telle « une pratique médicale enrichie de compétences narratives ». C’est un champ interdisciplinaire qui se base sur quatre notions essentielles : le contexte, les expériences, les questions conceptuelles et les critiques de la médecine et de la formation de l’identité professionnelle.

L’objectif majeur de cette réflexion est que les médecins aient une formation littéraire qui puisse les rendre plus sensibles au racontage avec le patient lors d’un entretien médical. Ceci dit que cette expérience les assistera dans le choix adéquat d’une thérapie au lieu de se baser uniquement sur la description des symptômes. D’après Rita Charon, il s’agit d’un « close reading » du malade qu’elle assimile à une lecture littéraire qui fait appel à toutes les compétences textuelles. Cependant,  cette comparaison place le patient dans un statut inerte tout en le comparant à un texte. Roland Barthes avance que « le langage est au-delà du textuel, c’est une activité, une interaction ». Alors, le patient a plutôt le besoin vital d’un échange concret dans une situation de communication réelle.

La notion de l’écoute était généreusement abordée dans son intervention et démontre son rôle crucial dans la guérison du patient. Benjamin Walter dans son ouvrage intitulé, Image et pensée, dit : «  On sait d’ailleurs comme le récit que fait le malade au médecin au commencement du traitement peut devenir le début d’un processus de guérison ».

Il existe un rapport solide entre l’entretien médical et la théâtralité dans la proportion où il y a une forte présence d’un dédoublement dans un entretien médical : il y a des choses « inter-dites » d’où la nécessite du médecin de se projeter dans la vie du patient ce qui crée une sorte d’empathie et surtout, aide à mieux comprendre et ressentir l’état du patient.

Sans oublier également la notion de l’oralité qui se manifeste dans le discours du médecin tenant compte de tous les critères de l’humanité lors d’une annonce de maladie grave à un patient. Cette condition part du principe de réclamer un dire avec tous ses émois et son cœur.

Bibliographie:

Rita Charon, Narrative medecine: Honoring the stories of illness, 2006;

Benjamin Walter, Images et pensées, trad. de l’allemand par JEan François Poirier et Jean Lacoste, Paris, 2011.

Soukaina NAFIA

Étudiante en Master 2 de Didactique du Fle/Fls et Langues du monde à l'Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III.

More Posts