DIALOGUES SANS FIN

L’histoire, pardon, les dialogues sans fin ont commencé en novembre 2016 et se maintiennent encore aujourd’hui. Ces échanges entre une étudiante (E) et son directeur de mémoire (DM) ont guidé la rédaction du mémoire de recherche du M2.

Ici, il ne s’agit pas de sauver le Pays Fantastique, mais de réaliser un mémoire de recherche. Les premières conversations se caractérisaient par les explications des motivations, des objectifs, du contexte…

E : Monsieur, j’ai constaté que ce phénomène linguistique pose problème aux apprenants quand il s’agit de …

DM : Pourquoi menez-vous cette recherche ? Que voulez-vous faire après le M2 ?

L’étudiante n’oublie pas son cahier où elle avait noté une première version de son plan, mais laisse libre cours à l’imagination et commence à penser à l’avenir de cette recherche.

DM : Envoyez-moi par mail le plan et une explication de vos idées, une dizaine de pages à peu près.

E : D’accord.

Quelques semaines plus tard, ils se retrouvent pour faire le point sur la bibliographie à consulter. L’étudiante arrive avec un bon nombre de références pour montrer tout ce qu’elle a déjà lu… et elle part avec de nouvelles pistes : des auteurs qu’elle ne connaissait pas.

DM : Je comprends vos choix, mais allez lire d’abord les « classiques », consultez ce que Mme X a publié même en espagnol, votre langue maternelle, mais attention ! Analysez bien ses propos et positionnez-vous, présentez votre opinion !

Pendant ces semaines de lectures et des premières rédactions, les échanges se sont faits par mail. Lors du second semestre, ils ont été plus nombreux et leur nature encore plus diverse : rencontres à la Maison de la recherche, courts dialogues dans les couloirs, des conversations via Skype… et même s’il l’ignore, mon directeur de mémoire m’accompagne à la bibliothèque, j’imagine qu’il est là, en train de lire ce que j’écris. Et ces derniers jours de rédaction, je laisse libre cours à mon imagination et ces échanges, encore plus riches, se transforment parfois en débat. On n’est pas en novembre, mais j’explique une autre fois mes motivations, mes choix, mes hypothèses, mon parcours, mais d’un geste poli, il m’interrompt pour me dire :

DM : En fait, que voulez-vous faire après le M2 ?

Dialogues sans fin ?