PROF IDEAL

Drôle de prof «Mees Kees », c’est le titre du film de Barbara Bredero 2012. Ce film raconte l’histoire d’un jeune stagiaire « instituteur » de 19 ans et ses élèves, c’est le prof idéal pour eux . À cause du congé de maternité de leur institutrice, c’est monsieur Kess qui lui a remplacé avec sa créativité et ses méthodes surprenante, pratique et comique, c’est un prof actif, sympa, gentil et cool.

Il y en a trois parties 2012,

 

2013,

 

Et  2014. 

Je vous laisse découvrir drôle de prof 1 VF sur le site suivant

https://www.youtube.com/watch?v=uE4NbuSDFMo

 

 

Drôle de prof 2 VF  2013

https://www.youtube.com/watch?v=NbWmOjwJv0k

 

 

Drôle de prof 3 VF  2014

https://www.youtube.com/watch?v=GI0e18pJnYk

 

 

Je vous souhaite un bon film !

 

 

Les photos se trouvent sur :  google.fr

Rana

Etudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 .

More Posts

PHASE PREPARATION: PRESOUTENANCE

Le 20/4/2017, j’ai assisté à la présoutenance d’Ana Laura VEGA UMANA. Sa thèse est intitulée « Vers une compréhension de l’identité professionnelle de l’enseignant en LANSAD :formation, expérience, statut, et sentiment de légitimité » sur le conseil de M.MARTIN. La soutenance est prévue l’année prochaine si tout se passe. La prestation de la doctorante a été salué par le jury. Elle a commencé en introduction par définir la notion d’identité professionnelle. Ensuite, elle a divisé sa présentation en cinq parties: le contexte, le cadre théorique, le modèle Dave, la présentation du corpus, la méthodologie et les difficultés.
La doctorante a fait une présentation de ce grand secteur de l’enseignement supérieur qu’est le LANSAD, des étudiants, des niveaux hétérogènes et des effectifs de plus en plus importants. Elle a présenté des statuts très hétérogènes des enseignants du LANSAD qui sont majoritaorement des non titulaires pour mettre en exergue leur statut précaire d’où le manque de reconnaissance et leur manque de formation qui contrastent avec les attentes «irréalistes de l’institution ». La doctorante a aussi expliqué que leur manque de formation crée un « sentiment partagé d’improvisation », et « un complexe d inferiorité ».
Ana Laura VEGA UMANA s’est beaucoup attardé sur ses deux terrains et les cinq dimensions de l’identité professionnelle (devenir, faire, être, savoir, appartenir) ainsi que son corpus principal. La doctorante s’est appuyé sur des entretiens semi directifs et des questionnaires pour obtenir les commentaires des enseignants. Elle a aussi observé des séances de classe pour analyser les interactions en classe. A la fin, en conclusion, la doctorante a rappelé les objectifs de sa recherche et les perspectives qui consistaient à contribuer à la connaissance des enseignants LANSAD.
La présentation du mémoire ou de la thèse est une chose, répondre aux questions du jury en est une autre. Les questions ont fusé mais la doctorante d’en bien sortie. J’ai compris également que la problématique doit être accompagnée d’un certain nombre d’hypothèses pour structurer et donner un fil conducteur au travail de recherche.
Une question est pourtant restée sans réponse : Faut-il oui ou non expliquer le but de la recherche a ses participants ? Va t elle influencer ou pas les participants ?
J’ai écrit ce petit billet justement pour rappeler à mes amis qu’une bonne préparation des éventuelles questions du jury doit faire partie aussi de notre soutenance.
Des dates de soutenance et de pré-soutenance sont données par M.Martin dans un de ses billets.

MOUSSA YABEH Mohamed

Ex-professeur de français à Djibouti
Actuellement inscrit en M2 Didactique (Spéc 1) à l’Université Sorbonne Nouvelle

More Posts

Follow Me:
FacebookFlickr

hétérogénéité dans la classe de langue ? Alors une pédagogie adaptée!

« Une journée d’étude dont la thématique est l’hétérogénéité ? Pas question de la rater ! » Je me suis dit ainsi lorsque j’ai vu l’annonce partagée par notre camarade.

Comme je traite l’interculturalité en classe de langues étrangères dans ma mémoire de recherche, j’ai fait une recueillie de données en observant une classe de FLE à Paris. Parmi les séances différentes que j’ai pu observer, il y a des classes composées par un enseignant français et une dizaine d’apprenants d’origines différentes. Je remarque assez facilement la présence de l’hétérogénéité, qui se traduit notamment par la diversité du niveau langagier, des stratégies d’apprentissage. J’ai supposé qu’il aurait la manifestation de la croisée des cultures différentes, mais comme je n’y ai assisté que quelques séances, donc je ne l’ai pas vraiment collectée. Je suis ravie de pouvoir assister à une telle journée d’étude et de profiter des communications intéressantes.

Voici un petit compte rendu à l’égard des « niveaux d’hétérogénéité » que j’aimerais bien partager avec vous.

La journée s’est ouverte par le visionnage d’une vidéo qui présente des enquêtes faites auprès des classes de LE à l’Inalco. Dans la vidéo, les étudiants intervenants expliquent chacun/chacune :

1) leur profil langagier. On peut remarquer une hétérogénéité linguistique chez chaque étudiant : ils parlent tous au moins deux langues différentes (langue maternelle, langue en train d’acquisition, …). Cela rend déjà les classes de LE hétérogènes, même si lorsqu’ils se trouvent dans un même cours de LE, la langue cible est identique (le chinois, la malgache, …). De même, Mme Maddalena DE CARLO a constaté aussi, lors de sa communication, que la classe de langue s’agit en fait « un environnement naturellement multilingue » et que « l’homogénéité n’existe pas. »

2) leur(s) stratégie(s) d’apprentissage et leurs difficultés rencontrées dans l’apprentissage d’une langue étrangère. Voici un autre niveau d’hétérogénéité : chaque étudiant travaille différemment ; dans l’apprentissage d’une langue étrangère, certains ont de grands soucis au niveau de la prononciation, alors que d’autres trouvent très difficile parce qu’ils étudient un système de grammaire qui leur est complètement étranger.

3) but(s) d’apprentissage. A l’égard de la malgache, par exemple, les étudiants l’apprennent pour : (re)trouver son identité ; travailler à Madagascar ; etc. Voici un troisième niveau d’hétérogénéité.

Ces niveaux différents ont été repris et développés dans la première communication. Mme Rong ZHANG-FERNANDEZ ajoute que l’hétérogénéité dans la classe de langue se repose aussi sur les niveaux langagiers des étudiants, les différences cognitives, socioculturelles, familières, etc. Face à ce fait, elle a proposé de mettre en œuvre une pédagogie adaptée : selon les situations réelles des apprenants, on peut différentier les contenues de l’enseignement, les tâches proposées, tout en organisant des évaluations différées. Cela implique un travail d’organisation du groupe selon le niveau des apprenants. Et puis, l’enseignant peut inviter les apprenants de travailler en groupe de niveaux différents, dont un « bien », deux « moyenne » et un « moins avancé », par exemple. Ce mode de travail, selon Mme ZHANG-FERNANDEZ, permet de mettre en valeur l’aspect positif de l’hétérogénéité. Enfin, d’après l’expérience de Mme ZHANG-FERNANDEZ, entant qu’enseignante de chinois langue étrangère, il serait utile de proposer des exercices différents selon les niveaux langagiers des apprenants, par exemple, davantage d’exercices de grammaire pour les moins avancés et plus d’exercices de rédactions pour ceux qui ont un niveau correspondant.

Kaiyun HU

Master 2 Didactique du FLE,
Licence Sciences du langage

More Posts