LA FORMATION LINGUISTIQUE DES MIGRANTS

En tant que terre d’accueil, la France s’est une dans l’obligation de mettre en place une politique d’immigration et d’intégration en fonction de la réalité sociale, afin de répondre aux besoins des migrants.

C’est à partir de la Deuxième Guerre mondiale, avec l’arrivée d’une main d’œuvre étrangère, que le gouvernement français a commencé à s’intéresser à la formation des migrants en mettant en place un budget destiné à créer des structures pour que ceux-ci apprennent le français et qu’ils puissent s’intégrer socialement. Des associations se sont tout d’abord chargées, avant les années 1970, de la formation linguistique de ces migrants. Puis, dans les années 1980, et notamment 1990, avec la mise en place d’une politique de regroupement familial, ont été créées des structures plus solides et surtout officielles, destinées aux migrants. En effet, la France considérait que l’intégration des étrangers passait par la compréhension et l’apprentissage du français. Ainsi, tout étranger en situation de migration, à plus ou moins long terme, doit, aujourd’hui, suivre une formation, qui est également diplomate, afin de s’intégrer dans la société française.

La formation comprend également une phase de pré-alphabétisation ou d’alphabétisation, car nombreux sont ceux qui n’est pas suivi un long cursus scolaire (voire aucun) dans leur pays d’origine. Ils sont généralement venus en France pour des raisons politiques ou économiques et travaillent. Ainsi, grâce à l’Office Français de l’Immigration et de l’Intégration (OFFI) et au Contrat d’Accueil et d’Intégration (CAI), les migrants peuvent allier, aujourd’hui, apprentissage, formation et application de la langue française dans leur vie quotidienne.

Le CECR propose, dans le même sens, un cadre linguistique en intégrant des règles d’apprentissage du français dans une perspective actionnelle, aidant ainsi les migrants à mieux s’insérer dans la société à travers la langue.

 

Référence

Hervé Adami, « La formation linguistique des migrants, Didactique des langues étrangères, CLE international, janvier 2013

Rana

Etudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 .

More Posts

Première journée de formation : Recherche sur le langage de l’enfant – Compte rendu de deux présentations de sujet de thèse

Dans l’après-midi du 2 mai 2017, lors de la première journée de formation intitulée « Recherche sur le langage de l’enfant » qui s’est tenue à la maison de la recherche, nous avons eu l’opportunité d’assister à quelques présentations de sujets de recherche de doctorants.

Pour ma part, j’ai pu suivre deux d’entre elles qui m’ont spécialement intéressées de par le thème abordée par la première intervenante dont le sujet de recherche porte sur les expressions idiomatiques et la seconde par l’originalité de l’étude comparative entre le français et l’allemand portant sur la dislocation dans les interactions enfant/adulte (maman).

Commençons par le premier sujet de recherche présenté par Mme ALBANO Maria Angela, doctorante d’origine italienne qui s’est intéressée particulièrement à la phraséologie. Une étude, pour le moins, originale accompagnée par un cadre méthodologique solide. Son étude sur le terrain s’est déroulée dans plusieurs villes italiennes dont Palerme, Milan, Rome etc. et a visé des étudiants universitaires dont le français est au centre de leur cursus.

Au menu, un questionnaire contenant des points variés pour découvrir la manière avec laquelle les étudiants ont appris le français, avec quels manuels et pour répondre à certaines questions directes comme « que signifie pour vous la phraséologie ? ». Ceci dans le but de contextualiser sa recherche et diriger les étudiants vers la sujet qu’elle traite.

Outre le questionnaire, notre doctorante a eu l’idée de mettre à l’épreuve ses sujets en leur demandant de bien vouloir traduire certaines expressions figées en contexte et hors contexte. L’objectif de cet exercice est de démontrer qu’il est parfois difficile d’identifier certaines expressions idiomatiques hors contexte avec une traduction dite « libre » et de ce fait, difficile d’opter pour le procédé de traduction qui convient le mieux à la situation (traduction littérale ou par équivalence ?). De plus le choix d’un public large permet à notre chercheuse d’affirmer son hypothèse qui reposait sur le fait que les traductions diffèrent selon les dialectes locaux des étudiants.

Sans transition, nous passons à notre seconde doctorante « KLEN Janina », étudiante en quatrième année de thèse. Son étude porte sur la fonction des dislocations Mère/enfant sur des sujets francophones et germanophones.

L’intérêt central de sa recherche est de faire une étude comparative entre le français et l’allemand autour de la dislocation. Sa première impression était que l’allemand présente plus de liberté quant à la prosodie, au topic marking et à l’ordre des mots.

Ceci pour analyser la fonction de la dislocation et la gestion des tours. Pour expliquer la notion de « gestion des tours » dans une optique liée à la « dislocation » nous reprenons approximativement l’exemple donné lors de la présentation. Considérons que le topic 1 est « la table n’est pas cassée ? », et le topic 2 « pourquoi veux-tu casser la table ? » tout deux énoncés par la maman. L’enfant répond quant à lui au topic 1 par « la table, elle n’est pas cassé » sans tenir en compte le topic 2, ce qu’on appelle ici « topic précédent ».

Comme nous venons de le dire, l’étude s’est portée sur des enfants et des adultes. Le corpus quant à lui contient 1h d’interaction entre une mère et son fils en langue allemande. On ajouté à cela, une étude longitudinale de type quantitatif et statistique pour collecter encore plus de données et offrir une certaine crédibilité à son travail.