Et si on allait au cinéma ?

En allant à la Bibliothèque Nationale de France, je suis tombée, par hasard, sur l’affiche de l’avant-première d’un film, dont le titre, Á Voix Haute – La force de la parole, a éveillé ma curiosité. La promesse de la présence du réalisateur a été suffisante pour me séduire complètement et, me voilà, dans l’ambiance feutré de la salle de cinéma, en train de rire et de me questionner devant un film passionnant, drôle, dramatique et surtout tellement proche du monde estudiantin.

Pour éclairer le contexte, le film Á Voix Haute est un film documentaire de Stéphane de Freitas qui reflète la préparation d’un groupe d’étudiants de l’université de Saint Denis Paris 8 au concours Eloquentia, crée afin d’élire le meilleur orateur de Saint Denis. Ainsi, tout au long du film on suit le groupe d’étudiants, venus de tous les horizons disciplinaires, lors de leur préparation intensive au concours. Ce groupe devient presque la famille Eloquentia, la famille de cœur. On découvre leur parcours personnel semé d’embûches et, en passant par des exercices d’éloquence, de slam, de jeu de rôle, on découvre également que notre parole est une arme de combat.

Le film reflète une aventure humaine un peu à part car les étudiants révèlent leur talent exceptionnel et, ayant un sens aigu de l’esprit d’équipe, progressent très vite. Avec sincérité, ils nous décrivent leur rapport à la parole, qui s’avère plus difficile que celui à l’écrit. En effet, l’écrit est solitaire, la parole, il faut la partager et, pour cela, il faut trouver une voix. Si on n’arrive pas à trouver notre voix, les rapports aux autres mutent. Comment trouver ces phrases justes qui sonneront comme un coup de tonnerre dans la nuit ? C’est le but de la préparation au concours.

Cette formation a eu lieu tous les samedis et a duré six semaines, ce qui était un délai très court pour apprendre à argumenter, à convaincre et à avoir aussi une parole libre pour pouvoir parler sans ses notes. Une centaine des candidats d’Eloquentia se sont battus dans les salles de TD de Paris 8 afin d’accéder à la finale et ainsi devenir ambassadeur de la liberté d’expression. Lors du concours les étudiants se penchent sur les sujets de débats comme, par exemple, L’erreur est-elle un droit ? ou bien La réalité est-elle mieux que le rêve ? Les étudiants qui ont participé au film étaient également présents dans la salle. Selon eux, les sujets de concours étaient assez vastes, ainsi, grâce aux « pirouettes verbales », ils ont pu débattre sans aller à contre-courant de leurs idées. Par exemple, en défendant, que le meilleur n’est pas à venir, ils ont avancé que le meilleur n’est pas à venir mais à chercher…Selon eux, ils ont pu garder leur esprit d’équipe car personne ne perd Eloquentia s’il y en a un d’entre eux qui gagne.

Grâce à l’intervention de Stéphane de Freitas on en apprend plus sur les coulisses de cette aventure humaine. En effet, il y a cinq ans, avant que le projet du film ne soit né, il a eu l’idée de créer le concours Eloquentia visant un double objectif. D’une part, Stéphane de Freitas a voulu créer une formation de préparation au concours qui met en place une pédagogie de développement personnel via la prise de parole en public. Cette formation, comme a précisé le réalisateur, a été créée non pas pour développer l’éloquence des sophistes, mais pour permettre aux étudiants de gagner en confiance en soi. Ainsi, l’axe majeur de la pédagogie est de faire un « voyage » à travers différents contextes de prise de parole. Par exemple, les étudiants doivent se familiariser avec la prise de parole en milieu professionnel, ainsi qu’aux discours classiques, ils font également du théâtre. Cette formation de préparation est appelée également à transmettre aux étudiants trois valeurs fondamentales. La première est le respect des opinions des autres. La deuxième est le questionnement : tout au long de la formation on incite des étudiants à commenter les prestations d’autres étudiants, cela les aide à nourrir la réflexion sur leurs prestations. La troisième valeur est la bienveillance, car, dans une société où le dialogue s’avère parfois tendu, il faut accepter de recevoir la parole de l’autre.

D’autre part, venant lui-même du 93, Stéphane de Freitas voulait montrer que l’image que l’on crée de la jeunesse de banlieue est caricaturale. Par conséquent, son film Á Voix Haute traduit non seulement son engagement artistique mais aussi son engagement militant. En effet, il voulait déprogrammer les concepts que l’on fait des jeunes de banlieue, à la suite desquels on finit par les convaincre que l’échec est imminent. Ainsi, afin de détruire, en restant dans la réalité, ces stéréotypes et de donner l’image de la banlieue comme on devrait la voir, Stéphane de Freitas a décidé de créer un film documentaire sur les jeunes ordinaires qui sont loin de la violence.

Aujourd’hui, le projet Eloquentia ne fait que monter, Stéphane de Freitas reçoit des centaines de demandes provenant de collèges et de lycées de toute la France et espère faire d’Eloquentia le plus grand concours de prise de parole en France. Selon Stéphane de Freitas, même si le concours discerne le meilleur orateur de Saint Denis, cette distinction est purement symbolique car il y beaucoup d’autres jeunes talentueux qui auraient pu l’être. Le concours permet juste de créer un moment culturel symbolique important. En effet, la formation de préparation n’est ouverte qu’aux jeunes inscrits à l’Université Paris 8 mais le concours est ouvert à tous les jeunes du département de Saint-Denis qui ont entre 18 et 30 ans. Parti du 93, Eloquentia se développe à Nanterre, à Limoges et à Grenoble. Le réalisateur a ajouté que, malheureusement, aujourd’hui tout le monde parle sur Instagram, Twitter et Facebook mais personne ne s’écoute, il n’y a presque plus d’espace pour le dialogue réel. Le temps du concours est le moment où tout le monde se ressemble et s’écoute.

Grâce à ce documentaire on apprend beaucoup de choses sur la parole, par exemple, que le public retient plus l’attitude d’un orateur : ses gestes et son regard. On apprend comment s’articulent les parties du discours et comment on produit le slam, les mots qui claquent. On réfléchit également à notre rapport à la parole, à son pouvoir et si les bons mots, pour défendre nos idées, nous ont déjà manqué…J’ai réfléchi également, au contexte du FLE et au rôle du français parlé. Je peux dire qu’en regardant le film Á Voix Haute on vit une aventure, tant éducative qu’humaine.

 

 

 

Marie T.

M2 Didactique des langues

More Posts

Analyse de pratiques et réflexivité : quels objets pour une recherche en didactique des langues ? Rendez-vous

Encore une fois la notion de réflexivité va être au rendez-vous.  La journée de demain sera consacrée au développement de cette notion par les chercheurs suivants : Lucile Cadet, Nathalie Blanc, Bernard Schneuwly, Francine Cicurel. Le débat portera principalement sur la prise de conscience par l’enseignant de son propre travail et d’une réflexion sur l’action menée au sein de la classe.  Cette action sera débattue dans le cadre d’un dispositif entre l’enseignant qui accepte la rétrospective par rapport à son travail et l’enquêteur qui réalise cette action. D’après (Cicurel, 2014), jusqu’à présent c’est l’activité d’enseignement qui a été le centre des interrogations en français langue étrangère.

Ce qui m’a intéressé particulièrement dans le programme de ce séminaire c’est les questions que se posent les conférenciers au préalable, et qui peuvent être d’une importance capitale pour nous en tant qu’enseignant de français langue étrangère. Tout d’abord, les conférenciers interrogent les interactions de classe. Comment ces dernières peuvent contribuer à développer les compétences réflexives des enseignants en formation ? La deuxième question pertinente qui sera traitée dans ce séminaire concerne les outils dont disposent la didactique des langues et dont elle dote les enseignants de FLE afin qu’ils puissent poser un regard critique sur les pratiques qu’ils mettent en œuvre dans leur classe. Enfin, la dernière question est en relation avec les données que l’on essaie d’exploiter pour développer le regard réflexif des enseignants en formation ? Cette question mène les chercheurs invités à ce séminaire à se poser une autre question. Celle-là est en rapport avec les savoirs que l’on essaie de transmettre.  Est-ce que ce sont les résultats des recherches menées dans ce domaine qui sont transmises ?

La réflexion autour de ces questions nous permettra à nous étudiants en FLE et futurs enseignants de cette discipline de savoir le sens nous allons donner à notre formation et à notre travail. Certains outils nous seront fournis demain lors de ce séminaire.

Tassadit Toumert

Diplôme Approfondi de Langue Française (DALF C1), Diplôme de Professeur de Français Étrangère à L'ENS D'Alger, Diplôme de Maîtrise en Sciences du langage à (ILPGA) Sorbonne-Nouvelle Paris 3. Préparation d'un M2 en Didactique du FLE et langues du monde (Sorbonne Nouvelle Paris 3)

More Posts

Compte-rendu colloque: l’interaction et l’ajustement du sens

Muriel Molinié, l’organisatrice du colloque sur l’interaction et l’ajustement du sens est professeur des universités en sciences du langage et didactique des langues et des cultures à Paris 3 Sorbonne –Nouvelle. Elle est aussi membre du membre du DILTEC  et responsable de l’axe  DILFOP (Didactique des langues, Formation, Plurilinguisme). Comme elle est l’auteur des livres de nombreuses publications telles que Recherches Biographiques en Contexte Plurilingue, Autobiographie et réflexivité, Le dessin réflexif : Elément pour une herméneutique du sujet plurilingue , les recherches de Molinié sont centrées principalement autour du thème de la référence à l’identité et au vécu personnel qu’il est possible d’exploiter en didactique des langues et des cultures. Pour Molinié, le sujet  de l’apprenant peut s’appuyer sur sa biographie langagière pour développer des connaissances en langue étrangère. L’année dernière, au deuxième semestre, j’ai eu l’occasion de suivre le cours de Molinié, et c’est à ce moment -là que j’ai découvert son approche particulière de l’apprentissage.

Avant de faire le compte rendu du colloque organisé par Molinié, je tiens à présenter les notions clés qu’elle aborde dans son atelier et qui sont à mon avis d’une importance capitale.

Le journal de bord: c’est un instrument très privilégiée  dans une démarche d’écriture réflexive. Il constitue un support d’autoformation qui a une portée « rétroactive et proactive » (Deum, 2004, p. 8). C’est aussi un outil d’autoévaluation et de développement des pensées individuelles et autonomes. Le journal de bord est un support qu’un étudiant ou un chercheur peut construire sous deux formats différents. Il peut être informatique ou écrit. Il comporte les traces écrites dont le contenu concerne généralement la narration des événements et leur contextualisation. Cette narration nous permet de connaître des indices internes propres au scripteur c’est-à-dire (idées, émotions, pensées, décisions) ainsi que des indices externes (faits, extraits de textes, descriptions d’une situation ou d’un lieu)

La Réflexivité : Ce thème de recherche est apparu pour la première fois dans les milieux anglo-saxons. Les chercheurs francophones commencent récemment à l’intégrer dans leurs travaux. Pour un enseignant de langue, la réflexivité peut avoir lieu dans deux contextes différents. D’un côté, la réflexion dans l’action et de l’autre côté, la réflexion sur l’action (Schön 1987).

L’entretien biographique : Il s’agit d’une technique de recueil de données qui accorde une grande place à la biographie d’un sujet. Cet entretien prend en compte les éléments vécus par les étudiants et qui peuvent avoir une influence sur leurs parcours d’apprentissage.

Parmi les notions développées, celle qui a retenu mon attention est la Journal de bord. L’année dernière dans le cadre du cours de Molinié, j’ai rédigé un journal de bord qui résume résumant mon parcours d’apprentissage de la langue française ainsi que tout ce que j’ai appris du cours de Molinié. je vais le rajouter en tant que pièce jointe à ce compte –rendu afin que mes camarades puissent avoir une idée de l’élaboration d’un journal de bord.

Lire le journal de bord d’un camarade est très instructif. Il nous informe sur des réalités socio-culturelles qui nous sont inconnues jusqu’à présent. Lorsque j’ai lu le journal de bord de Laura Diaz, une de mes camarades d’atelier, j’ai été  stupéfaite par la façon qu’elle a de relater les événements et par le nombre de livres qu’elle a lu dans sa vie. Et encore plus par sa trajectoire de comédienne. Je pense que si elle avait continué dans cette voie, elle serait aujourd’hui une grande comédienne tant par sa façon de narrer son amour pour   ce grand art que pour son métier d’actrice.

S’agissant des interventions qui ont eu lieu dans ce colloque, la première s’est faite avec Delphine Leroy, chercheuse au laboratoire EXPERICE, un Centre de recherche inter-universitaire. Elle a abordé le thème de l’Expérience, Ressources Culturelles, Education, Histoires de vie et des sujets relatifs à  l’immigration. Par le biais de ce thème Leroy a expliqué qu’elle a mis en place un dispositif permettant aux personnes issues de l’immigration de s’exprimer sur des sujets qui n’ont pas eu l’occasion d’émerger jusqu’ici.

Avec ses étudiants, cette chercheuse effectue une recherche ethnographique, ils vont à la rencontre des personnes migrantes et effectuent des entretiens biographiques. Ils essaient de tirer le maximum d’informations sur la trajectoire linguistique et sociale de ces personnes.  Par la suite,  ils contextualisent ces faits afin de pouvoir les analyser et y trouver des solutions. D’après Leroy, les résultats positifs de cette recherche biographique sont la patrimonialisation d’un parcours de vie, lequel peut informer sur plusieurs éléments concernant la personne . Par ailleurs, se rapprocher des migrants pour comprendre leur histoire de vie aide les étudiants à se débarrasser des clichés et des stéréotypes qu’ils ont développés sur ces personnes. Leroy ajoute que l’intérêt de l’entretien biographique réside dans la recherche de ses propres rapports envers l’autre.

L’entretien biographique peut aussi être considéré comme  un échange entre l’individu et lui-même. Il s’agit  d’un travail qui lui permettra de se découvrir, de connaître des ressources linguistiques qui sont en lui   et, où il pourra faire jaillir de nombreuses connaissances . Selon Leroy, l’entretien biographique est une interaction sociale de soi à soi au moyen d’une vie ou à l’intermédiaire d’une vie.

Par ailleurs,  il a été difficile d’introduire ce projet d’apprentissage basé sur la biographie langagière dans les écoles. Les directeurs n’ont pas vu en lui un projet ou un procédé capable de promouvoir la maîtrise de la langue étrangère chez l’apprenant. Mais Leroy a précisé  que c’est lors d’une fête organisée par l’école de la Seine Saint -Denis qu’elle a eu l’occasion d’en parler pour la première fois. Puis, elle a leur expliqué en tant que  membre de l’éducation nationale que son but était d’amener les étudiants à construire des connaissances en FLE grâce à leurs expériences personnelles. Le directeur a accepté de travailler avec elle sur ce sujet en cherchant une façon de l’intégrer dans les programmes scolaires. Leroy tient à préciser que par la suite des liens se sont formés avec cette école.

Par rapport à la façon dont les étudiants sont formés à prendre en charge l’entretien biographique, il est nécessaire de rappeler qu’ils se sont familiarisés avec  des outils leur permettant de poser un regard objectif sur l’histoire racontée, à apprendre d’elle et surtout à lier l’histoire à l’historicité ,c’est-à-dire aux événements qui ont eu lieu à ce moment-là.

Il faut dire que la collecte des données de l’entretien biographique se réalise sur le terrain, Leroy et ses étudiants se sont déplacés vers les endroits où vivent des personnes migrantes. Ceci afin de rendre visible la parole des personnes oubliées par les autres, et aussi pour valoriser leur langue.

Par contre, d’après Leroy, avant de se lancer dans la recherche ou l’élaboration de son questionnaire, la condition principale est  de maîtriser son objet de recherche.

Exemple :

  • Qu’est-ce que cette recherche va me permettre de savoir ?
  • Est-ce qu’elle répond à sa problématique de départ ?

Leroy conseille de tenir un journal de terrain. Dans ce journal, les étudiants devront noter tout ce qui leur apparaît important à exploiter, c’est-à-dire la rencontre avec l’autre, ce que cette rencontre a provoqué chez les migrants, et ce qu’ils ont conclu de cette histoire après l’avoir retracée.

Dans ses séminaires Muriel Molinié donne la parole à ses doctorants.  Nous avons pu écouter Magalie et Brahim, qui nous ont fait part de leurs recherches, des recherches qu’ils ont menées en utilisant les entretiens biographiques comme moyen de collecte de données.  Brahim travaille sur l’histoire de vie des femmes maghrébines en France. A travers l’entretien biographique, ce doctorant a redonné la parole aux femmes afin qu’elles puissent s’exprimer sur leur condition de femmes soumises et privées de parole en Algérie. Grâce à l’entretien biographique, Brahim a pu collecter du matériel a analysé afin de comprendre pour quelle raison  les femmes en Algérie subissent un tel sort. Quant à Magalie, elle, travaille sur les échanges interculturels dans la mobilité des étudiants Erasmus. Ainsi, elle interroge des étudiants issus des pays européens afin de savoir comment ils vivent leur séjour d’étude en France. La recherche de Magalie croise deux disciplines, la sociolinguistique et la didactique. En effet, elle fait appel à la sociolinguistique pour décrire les faits et les placer dans un contexte, et d’un autre côté elle se sert de la didactique pour proposer des solutions aux problèmes posés. Magalie et Brahim ont tous les deux élaboré un protocole d’enquête comprenant trois étapes principales : le recrutement, les conditions de passation, et la consigne de départ. Et avant d’entamer leur travail de recherche, ils déterminent ce qui peut déclencher la situation de recherche souhaitée  et comment il est possible de confirmer ou d’infirmer les hypothèses de départ. Les participants aux enquêtes ont la liberté d’utiliser la langue qu’ils souhaitent durant les entretiens. La seule condition que les doctorants ont imposé à leurs informateurs est de converser dans un idiome qu’il est leur est compréhensible.

La dernière intervention de la journée est celle de Molinié. Cette enseignante  a précisé que l’entretien biographique constitue un véritable  outil de recherche. Il permet de voir l’écart entre la recherche et la réflexion posée en mettant en avant son aspect pratique.

L’entretien biographique est un outil de travail des deux postures de l’enseignant chercheur, sa posture personnelle et sa posture professionnelle. Selon Mme Molinié, ce type d’entretien ouvre un espace de transformation, de formation et de transition pour les sujets. Lors de l’échange entre les deux pôles de l’interaction, il est possible d’y observer une inter-transformation des sujets. Dans ce cas, les enquêteurs et les enquêtés subissent tous (les) deux le processus de transformation.

L’entretien biographique est caractérisé par son aspect pluridisciplinaire. Il est ainsi nécessaire de faire appel à différentes disciplines et sciences pour pouvoir l’analyser. Une seule science ne suffirait pas.

Journal de bord

Tassadit Toumert

Diplôme Approfondi de Langue Française (DALF C1), Diplôme de Professeur de Français Étrangère à L'ENS D'Alger, Diplôme de Maîtrise en Sciences du langage à (ILPGA) Sorbonne-Nouvelle Paris 3. Préparation d'un M2 en Didactique du FLE et langues du monde (Sorbonne Nouvelle Paris 3)

More Posts

Les parlers jeunes dans l’Île-de-France multiculturelle

De nombreuses recherches ont été menées sur le français parlé par les jeunes. Ce dernier a fait plus souvent l’objet de clichés que d’études approfondies. À partir de données établies de façon minutieuse, de descriptions rigoureuses et de déconstruction des stéréotypes, l’ouvrage Les parlers jeunes dans l’Île-de-France multiculturelle a pour objectif de  saisir la diversité des parlers jeunes et leur continuité voir leur relation avec d’autres façons de parler le français.

Les études présentées dans ce présent ouvrage sont menées sur la base du corpus Multicultural Paris French, récolté en région parisienne, afin d’étudier les effets que peuvent avoir le contact des langues de l’immigration sur le français. Constitué d’entretiens « de proximité » et d’enregistrements désignés sous le terme d’ « écologiques » entre pairs dans cet ouvrage. Ce corpus fournit des données inédites sur une langue vivante jusqu’à présent peu visible.

L’ouvrage propose des descriptions au plan phonétique, le changement « accent » et de « ton » des jeunes, grammatical (les écarts  par rapport à la syntaxe standard) et lexical (les mots « nouveaux »). Autant d’éléments qui conduisent à s’interroger sur l’évolution de la langue et les innovations, ainsi que sur les catégorisations sociologiques qui s’y opèrent.

Au-delà de l’intérêt que ces études revêtent pour la linguistique française et pour une meilleure connaissance de la langue parlée ordinaire, cet ouvrage devrait ouvrir sur des pistes sociales, politiques et didactiques, et de ce fait intéresser le public d’enseignants (FLM et FLE), ainsi que les  décideurs dans les champs social et politique ou les parents qui s’interrogent sur  les façons de parler des jeunes.

 

 

Tassadit Toumert

Diplôme Approfondi de Langue Française (DALF C1), Diplôme de Professeur de Français Étrangère à L'ENS D'Alger, Diplôme de Maîtrise en Sciences du langage à (ILPGA) Sorbonne-Nouvelle Paris 3. Préparation d'un M2 en Didactique du FLE et langues du monde (Sorbonne Nouvelle Paris 3)

More Posts

Réflexion sur la notion d’auteur

L’« auteur » est un terme à la fois familier et opaque envers nos lecteurs. Étymologiquement, il signifie « une personne qui est la cause, le responsable. »[1]. Selon cette définition, nous pouvons déclarer que tout celui qui crée quelque chose de nouveau pourrait être un auteur. L’auteur d’un complot, l’auteur d’un événement, l’auteur d’un ouvrage, etc. Mais dans le champ littéraire, nous encadrons la notion d’auteur dans un sens moins large. Comme dit Antoine Compagnon : « l’auteur est aussi une autorité : une valeur, un (plus ou moins) grand écrivain, un membre du canon littéraire. Toute personne qui écrit ou a écrit n’est pas un auteur, la différence étant celle du document et du monument. Les documents d’archives ont eu des rédacteurs ; les monuments survivent. Seul le rédacteur dont les écrits sont reconnus comme des monuments par l’institution littéraire atteint l’autorité de l’auteur »[2]. C’est un point de vue qui nous semble assez intéressant, puisqu’il distingue le « monument » du « document ». L’acte d’écriture est partout et participée par chacun d’entre nous. Mais dans la plupart du temps, la valeur et l’ampleur de notre fruit ne permettent pas à une postérité littéraire, ce qui ne le figure que sur la liste de « document ».

Quant à Foucault, il parle de la fonction d’auteur. Selon lui, « un auteur, c’est une fonction, en particulier pour le lecteur qui lit le livre en fonction de l’auteur, non seulement de ce qu’il en sait, de qu’on en sait, mais de ce que l’hypothèse de l’auteur permet comme opérations de lecture et d’interprétation, de ce que la codification juridique de la propriété intellectuelle permet comme utilisation (elle interdit la contrefaçon), etc. »[3] Nous pensons qu’une fois que l’identité fondamentale d’un auteur est fondée, les lecteurs sont capables d’acquérir, à travers son sentiment, son style et son langage l’essentiel du texte ; mais au même moment, il existe des idées appartenant à tout le monde et demandant aux lecteurs eux-mêmes de les exploiter, de juger également si le discours de l’auteur correspond à la codification juridique. C’est dans ce sens que nous parlons de la complexité de la notion d’auteur. Elle n’est pas seulement une accumulation de valeurs que l’auteur apporte au lecteur, il s’agit aussi de sa capacité de s’entretenir avec son lecteur. Nous pensons qu’il est nécessaire d’avoir des idées dans la tête avant entrer dans l’univers  de l’auteur étudié-CHEN Jianghong, car il ouvre sa carrière par la peinture et prend à mi-chemin son stylo pour la création littéraire.

[1] Auteur. (2017, avril 11). In Wikipédia. Consulté à l’adresse https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Auteur&oldid=136328931

[2] Fabula, É. de recherche. (S. d.). Qu’est-ce qu’un auteur ? 2. La fonction auteur [text]. Consulté 14 avril 2017, à l’adresse http://www.fabula.org/compagnon/auteur2.php

[3] Idem.

Yiheng WANG

Étudiante ayant obtenue sa licence des Lettres Modernes à l'université de Limoges et actuellement en master 2 Didactique du Français Langue étrangère à P3, spécialité 1 , option A.

More Posts