Rencontre avec les maisons d’Edition – Salon du livre 2017

Le dimanche 26 mars, je me suis rendue au Salon du livre de Paris qui se tenait Porte de Versailles.

L’an dernier, j’y étais allée pour la première fois depuis plusieurs années et quelle n’avait pas été ma surprise de voir un petit carré composé d’éditeurs de manuels de FLE !

Actuellement en pleine rédaction de mon mémoire de recherche portant sur l’entrée en littérature française via les extraits littéraires proposés dans les manuels de FLE, il est essentiel pour moi de disposer du point de vue d’un éditeur/d’un auteur qui participe à la réalisation d’un manuel de FLE afin de comprendre les choix qui sont faits (choix des œuvres, des extraits, objectifs poursuivis…).

Arrivée au salon, je déambule dans les allées afin d’observer les maisons d’éditions représentées, les auteurs présents pour la signature d’autographes. Cela est l’occasion de me concentrer et de réfléchir une dernière fois à la façon dont je vais aborder les éditeurs.

Après avoir traversé la foule, me voilà enfin arrivée allée B, où se situe le coin FLE d’après le plan emprunté à l’entrée du salon.

Pour commencer, je décide d’aller voir les deux représentants de la maison d’édition Didier. Tous deux sont extrêmement gentils et écoutent avec attention ce que je leur dis (je leur résume brièvement ma situation : Etudiante qui réalise son mémoire sur la littérature dans les manuels de FLE qui aurait des questions à poser à un éditeur …). Malheureusement, ils ne peuvent répondre à mes questions car ils ne travaillent pas à la conception des manuels. Néanmoins, ils me donnent le mail d’une personne qui serait habilitée à répondre à mes questions.

Je poursuivis ensuite mon investigation avec le stand de chez Clé International. Je dois dire que ce fut l’entretien le moins enrichissant. En effet, la personne était débordée par l’affluence et ne pouvait pas répondre à mes questions. Je me suis donc contentée d’un petit dépliant récapitulant les nouveautés de l’année 2017 et les coordonnées des personnes « importantes » de la maison d’édition.

Je suis finalement allée à la rencontre des représentantes de chez Hachette FLE. La première personne était chargée de l’espace numérique et la seconde … La co-auteure du manuel Le Nouveau Taxi ! 3, un des manuels qui fait justement partie de mon corpus de cinq manuels. Nous avons alors discuté durant plusieurs minutes avant de devoir nous séparer car l’affluence sur le stand était de plus en plus importante. Nous continuons de communiquer via mail.

Cette après-midi de dimanche 26 mars fut donc riche en rencontres pour mon mémoire !

Justine Dumaine

Diplômée d'une licence en Sciences du langage mineure FLES à Paris 3 et titulaire d'un Master 1 en Didactique des langues, je suis actuellement en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde.

More Posts

Difficultés linguistiques et interférences

La coexistence de la langue française aux côtés des langues nationales (le somali, l’afar et l’arabe dialectal) n’est pas sans conséquence sur son propre mécanisme interne. Ces langues qui sont, en permanence, en contact sont sources d’emprunts, d’interférences ou d’autres phénomènes plus complexes. L’expression des locuteurs bilingues offre une panoplie d’exemples. Au contact des langues djiboutiennes, le français est ainsi amené à varier, à évoluer par le biais de ces «écarts» qui renvoient à des réalités djiboutiennes que ne peut désigner la langue française à elle seule. Certes, Rivarol ne reconnaîtrait plus cette langue française malmenée comme écrivait Jean Louis Joubert «langue maternelle ou langue conquise, le français est aujourd’hui une langue que Rivarol ne reconnaîtrait plus» (2006:10), cependant il n’est un secret pour personne que le français s’est enrichi considérablement au contact des langues avec lesquelles il a partagé des espaces. Et ces «voleurs de langue» n’ont pas honte de cette appropriation
Jacques Rabemanjara, député malgache affirmait sans complexe, lors du 2ème Congrès des écrivains et artistes noirs à Rome, en 1959 que «Les mots, par le miracle de la transhumance, ont pris sur nos lèvres et sous notre plume un contenu qu’ils n’ont pas et n’auront jamais acquis chez leurs usagers d’origine.»
Cette conception est partagée par Jean Louis Joubert: «En oubliant l’universalité sacralisée du français, en acceptant une dérive langagière loin du français châtié de l’Académie, les écrivains venus d’ailleurs ont révélé les multiples possibilités de métamorphose de langue. D’une langue momifiée dans son universalité, ils ont fait une langue vivante et plurielle» (2010: 25). Les acteurs de la sacralisation de la langue française comme Voltaire peuvent se retourner dans leur tombe, la supériorité de la langue française à cause de sa clarté et de sa logique n’est plus d’actualité puisque le français est devenu un outil un moyen d’expression partagé et enrichi parles apports des uns et des autres; un «butin de guerre» pour Kateb Yacin.
Avec la réforme du secondaire en République de Djibouti, ce contact de langues et ses conséquences tant sur le pan linguistique que sur le plan pédagogique n’est plus passé sous silence en reconnaissant que le français, non seulement la langue d’enseignement mais aussi une langue seconde jouant un rôle social indéniable qui, de ce fait, se «frotte» avec les langues nationales,d’où les emprunts et les interférences.C’est pourquoi,dans le cadre général d’orientation du curriculum de cette réforme du secondaire, il est précisé que «A Djibouti, le français est la langue officielle (article 1 de la Constitution), ce qui se traduit dans le système éducatif par le fait qu’il est langue d’enseignement et dans les pratiques sociales par le fait qu’il est langue seconde, jouant un rôle important aux côtés des autres langues djiboutiennes et se développant à Djibouti selon des normes communes à l’ensemble francophone mais aussi spécifiques.» (Programme seconde, 2011, CRIPEN p 3)
Cette prise en considération des normes spécifiques du français à Djibouti renvoie à cette volonté de placer l’élève, son identité, son parcours, son vécu, son avenir scolaire et socioprofessionnel et son rapport à la langue française au centre des apprentissages. Il s’agit là moins d’intégrer des nouvelles orientations dans ces curricula pour justifier le caractère novateur de cette réforme que de travailler les difficultés des élèves, parfois issues des interférences, qui elle mêmes, proviennent de ce contact des langues.
«Il s’agit notamment de prendre en compte, à partir des productions des élèves, le phénomène de contact des langues (le français et les langues nationales), souvent source d’interférences. C’est l’occasion de poser avec les élèves les limites de l’acceptabilité des formes djiboutiennes, normales et admissibles dans certains contextes, discutables dans d’autres.»(ibid) P6
Qu’entend-on nous par interférences?
On dit qu’il y a interférence«quand un sujet bilingue utilise dans une langue-cible L2, un trait phonétique, morphologique, lexical ou syntaxique caractéristique de la langue L1.»(Kannas, 1994: 252).
Pour Mackey, «L’interférence est l’utilisation d’éléments d’une langue quand on parle ou écrit une autre langue.C’est une caractéristique du discours et non du code. Elle varie qualitativement et quantitativement de bilingue à bilingue et de temps en temps, elle varie aussi chez un même individu.cela peut aller de la variation stylistique presque imperceptible au mélange des langues absolument évident.»(Mackey, 1976:414)
Ces deux définitions éclairent la notion seulement sous l’angle du transfert qui s’effectue de la langue L1 à la langue cible alors que pour Hamers et Hagège, l’interférence est liée à la compétence limitée ou l’incompétence du locuteur bilingue dans la langue L2.
Pour Hamers (1994: 178), «L’interférence se manifeste surtout chez des locuteurs qui ont une connaissance limitée de la langue qu’ils utilisent». Hagège la considère comme «un croisement involontaire entre deux langues. A grande échelle, l’interférence dénote l’acquisition incomplète d’une langue seconde.»(1996: 239). Pour ces deux auteurs, ce phénomène est lié à la compétence incomplète du locuteur bilingue.
Ce phénomène est d’autant plus important lorsque les systèmes de deux langues sont très différents comme le somali ou l’afar et le français.
On parle de «transfert positif»lorsque les structures de la L1 et de la L cible se ressemblent et facilitent ainsi la maîtrise de la forme linguistique nouvelle.
Le transfert est «négatif» lorsque le locuteur bilingue, à cause de sa compétence linguistique globalement non satisfaisante, mobilise une forme linguistique de sa L1 pour s’exprimer en L2 et produit ainsi une forme linguistique. Très souvent, l’auteur du transfert négatif ne se rend pas compte de son comportement. On parle «d’erreurs interlinguales.» QUI
La nouveauté dans cette orientation réside dans cette volonté de partir des productions des élèves pour non seulement détecter les erreurs dues à ces interférences et d’expliquer la source mais surtout d’apporter des remédiations. Pour cela, il importe de prendre en compte le fonctionnement des langues nationales qui côtoient le français.
“La remédiation à ces problèmes appelle par conséquent une prise en compte des fonctionnements des langues djiboutiennes quand celles-ci affectent leur performance linguistique. Elle se programme à partir d’activités d’analyse des productions d’élèves, écrites et orales, entraînant réécritures et reformulations. Ainsi, la compétence linguistique est au service de la communication» (ibid)(programme deP9
Et le focus sur une source d’erreur n’exige point des connaissances poussées sur le fonctionnement des langues nationales, encore moins une spécialisation en linguistique contrastive.
Loin d’incriminer les auteurs de ces erreurs interlinguales, ces interférences sont vues comme une stratégie d’apprentissage.que le locuteur emploie en cherchant à s’exprimer dans la L2, il importe dans cette réforme de sensibiliser les élèves sur le phénomène et de décomplexer les auteurs des productions et des formes incorrectes. Cependant, il faudra se garder de chercher, systématiquement la source des erreurs des lycéens dans ces transferts de la L1 à la L2.
Par ailleurs, force est de constater que certaines formes qui trouvent leurs origines dans ces transferts deviennent des formes correctes et acceptées par les locuteurs bilingues d’où la question des limites de l’acceptabilité de ces formes.
Pour terminer, s’intéresser aux fautes des élèves et à leurs sources est une nouveauté dans l’enseignement du français au lycée en République de Djibouti et démontre clairement cette volonté de prendre en considération le contexte dans lequel évolue le français pour mieux appréhender les difficultés des élèves et assurer une articulation forte entre la commande institutionnelle et les actes et les supports pédagogiques nouveaux.

Bibliographie

Jean Louis Joubert, Les voleurs de langue, 2006
Mackey W. (1976) Bilinguisme et contact de langues, Paris : Klincksieck.

MOUSSA YABEH Mohamed

Ex-professeur de français à Djibouti Actuellement inscrit en M2 Didactique (Spéc 1) à l'Université Sorbonne Nouvelle

More Posts

Follow Me:
FacebookFlickr

Vous avez dit orthographe ? 3-4-5 avril à Censier !

Vous pensez que l’orthographe est difficile à maitriser ? Qu’elle vous handicape dans votre apprentissage ? Dans votre vie de tous les jours ? Qu’au contraire elle vous fascine ? Vous intrigue ? Vous aimeriez qu’elle change ? Qu’elle ne change pas ? Vous sentez que vous avez besoin d’être aidé.e pour mieux la contrôler ?

Les lundi 3, mardi 4 et mercredi 5 avril prochains, la CFVU organise un évènement pour essayer d’apporter des réponses à toutes les questions que vous vous posez (ou que vous allez vous poser !) sur l’orthographe à travers différentes actions :
– activités ludiques et interactives, outils de relecture, sites de rappel des règles d’orthographe, sites pour s’entrainer
– action d’information autour des troubles de l’orthographe (mercredi 5 avril toute la journée)
– 3 rencontres-échanges pour écouter et échanger avec des professionnel.le.s et des expert.e.s de l’orthographe

Programme des rencontres-échanges (18h00 à 20h00 en salle 245)

Lundi 3 avril – « Orthographe : histoire, changements, guerre sociale et citoyenneté » (Maria Candea, MCF en sciences du langage au CLF de la Sorbonne Nouvelle) 
Mardi 4 avril
 – « Pourquoi l’orthographe du français est-elle si complexe ? Propositions pour mieux la contrôler » (Danièle Manesse, professeure émérite en sciences du langage au département Didactique du Français Langue Etrangère de la Sorbonne Nouvelle).
Mercredi 5 avril – « Orthographe, difficultés et troubles : mauvaise orthographe et dyslexie à l’université ». (Jean-Michel Mantion, professeur à l’INSHEA – Institut national supérieur de formation et de recherche pour l’éducation des jeunes handicapés et les enseignements adaptés – et Mathilde Noury, Vice-présidente étudiante de la Sorbonne Nouvelle).

Vous retrouverez le détail de toutes ces informations sur le site de l’université : http://www.univ-paris3.fr/semaine-reussite-orthographe

Pour toute demande de renseignements plus pratiques, vous pouvez écrire à reussite@sorbonne-nouvelle.fr

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus