Du manuel et de la réalité

En tant qu’étudiants en didactique des langues, nous avons tendance à nous méfier du manuel de FLE . S’il est certes très utile, nous avons appris à nous en détacher et à créer nos propres contenus et activités. Inconsciemment, il nous arrive de porter un regard désapprobateur sur l’enseignant qui l’emploie telle une bible et ne s’en sépare jamais. Du moins, je le faisais.

Me voilà à présent dans les camps de réfugiés sahraouis, où les enseignants de français ne maîtrisent pas la langue mais doivent l’enseigner aux apprenants. Certains enseignent depuis 4 ans, mais ont à peine un niveau B1.  Un cas plutôt fréquent en FLE dans les régions les plus défavorisées.  Le manuel est devenu un bouclier pour eux, il permet de surmonter l’insécurité linguistique, de garder la face. Mais comment utiliser un manuel qui parle d’une réalité lointaine ?

Ici, nous sommes en plein désert. De la conception du temps à l’organisation de la journée, la réalité est différente de celle qui est présentée dans les manuels en général. Comment faire un cours sur les loisirs quand les seules activités dépendent de la débrouillardise des habitants ? Le monde présenté dans ces manuels ne correspond pas à celle de la vie quotidienne des Sahraouis et ne répond pas à leurs besoins langagiers. Alors oui, l’enseignant peut faire une sélection, car évidemment ils existent des points commun à toute expérience humaine. Néanmoins, c’est tout un pan de leur vie, de leurs coutumes qui est ignoré.

Et voilà le dilemme dans lequel se trouvent les formateurs de français ( francophones ) – faut-il créer un manuel qui reflète la réalité du terrain au détriment de la créativité et l’investissement personnel des enseignants sur place ?

Qu’en pensez-vous ?

Beya Mehaouat

Etudiante en M2 Didactique des langues à Paris 3

More Posts - Website