Comment investir la partie théorique dans la partie pratique de notre recherche ?

C’est la première fois que j’assiste une soutenance de thèse à la Maison de recherche qui a duré trois heures. Les lecteurs sont satisfit du travail mais comme tous soutenance il a y des critique et surtout de discussion. Il y avait une discussion entre deux lecteurs qui font partie du jury bien sûr ; le premier lecteur pense que le doctorant n’est pas investi la partie théorique dans le partie pratique de sa thèse. Par contre, le deuxième lecteur voit bien à travers sa lecture le va et vient entre partie théorique et partie pratique et bien sûr la doctorante a bien défendu sa position.
C’est qui me concerne ici c’est la question posé comment investir la partie théorique dans la partie pratique ? J’essaye de me servir de mes notes de cours de méthodologie de recherche et d’autre source. C’est sera aussi intéressant de savoir votre avis sur cette question.
Le cadre théorie qui constitue les concepts et les notions de notre discipline de champs de recherche, ces notions peuvent intervient à tout moment dans le travail de recherche soit dans le recueil de données ou analyse de données et donc dans une recherche il y a la partie théorie, mais qui existe partout dans la recherche. C’est va et vient constituer la conceptualisation c’est-à-dire l’association, le croisement et l’interprétation de différent notions, idées et données qui donne notre positionnement par rapport à notre sujet de recherche, un point essentiel dans la recherche.
Selon Christian Purent « ce croisement des données est un des procédés indispensable dans la recherche d’une « objectivation maximale : l’objectivité ne peut jamais être atteinte dans la recherche en didactique de langues et cultures (DLC), mais la tension vers l’objectivation doit être constante ». On parle ici de didactique de langue et cultures, mais cela peut être valable pour toute recherche en sciences humaines.

Bibliographie :
https://www.christianpuren.com/
Serge Martin, cours de méthodologie de recherche, Master2

IDRIS Yousif

Étudiant en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts

Follow Me:
Facebook

A Walnut tree – la résonance des voix et la revalorisation de l’enquêté

L’un des grands enjeux de la rédaction d’un mémoire-enquête, c’est de faire entendre « les voix » du terrain. Pas de les étouffer… de les disqualifier… de les transformer… Laisser les acteurs, les témoins, les observés, les enquêtés résonner, vivre, vibrer en pleine voix. C’est le point de départ d’Eric Chauvier, anthropologue, dans son livre Anthropologie de l’ordinaire. L’auteur plaide pour le changement de perception  des objets d’étude et de sujets en anthropologie. Selon lui, un observé doit être plus un interlocuteur qu’un informateur[1]. Ainsi,  le statut de l’observé se modifie – d’une personne invisible vers une personne singulière et unique, avec tous ses traits.

On va tenter de comprendre le procédé d’Eric Chauvier, anthropologue « textuelle », à travers l’optique des documentaristes, anthropologues  « visuelles », en se penchant sur le film du réalisateur pakistanais Aziz Ammar. Comment donne-t-il  la voix aux « sans voix » dans son film A Walnut tree ? Le rôle de l’observé et de l’observateur est-il inversé ? L’observateur, ne devient-il dans un moment donné l’observé ?

Suite au conflit de l’armée pakistanaise et des talibans, la famille d’un vieil homme, Baba, est obligée de se déplacer dans un camp de réfugié de Jaloozai près de Peshawar. Baba ne peut accepter son destin et cette vie misérable. La nostalgie et la mélancolie l’incitent aux rêves de retourner dans son village natal. Ses sentiments sont tellement forts qu’il lui est impossible d’y résister. Enfin, il décide de retourner dans son village à tout prix, en dépit des dangers menaçants. En abandonnant sa famille… Sans être retrouvé…

Aziz Ammar n’a pas réduit le film aux paroles et aux images simples de la vie quotidienne des réfugiés, de leurs difficultés et de leurs conditions de vie. Il n’a pas démontré non plus leur vie à travers le prisme de son point de vue. Il laisse son enquêté se faire entendre; faire raconter son histoire; faire entendre ses voix de l’inquiétude, de la souffrance, de la nostalgie, de la solitude; se faire interroger sur la justice et sur le destin humain; nous découvrir le poète exprimant dans les poèmes ses sentiments et ses réflexions et l’enseignant qui tente de faire apprendre la lecture aux enfants dans le camp; partager sa passion pour la culture et l’éducation… En un mot, l’enquêté apparaît dans toute sa singularité, en pleine « voix ».

Quant au réalisateur, on aperçoit qu’il fait partie de la famille. Il y est intégré à un tel point qu’il partage avec eux, de manière discrète, des moments intimes familials. Il  participe dans les conversations, les décisions, donne son avis etc. Malgré sa présence dans le film, il n’influence pas ses observés. Il les incite discrètement à développer et expliquer davantage les questions que l’intéressent. À la fin, la disparition du vieil homme oblige son fils et le documentariste à se mettre à sa recherche. Le réalisateur assume le danger. Le danger qui pourrait lui coûter la vie. Ce ne seraient pas les moments d’inversement du rôle de l’observateur et de l’observé ?

Pour conclure, Aziz Ammar a bien réussi à faire entendre les voix de son enquêté. Ce vieil homme est démontré dans toute son individualité et sa spécifité. Le film touche au cœur et provoque des émotions fortes. La pluralité de voix de Baba ne cesse pas de résonner. Il est impossible d’y rester indifférent. Arriver à faire parler toutes les voix de sorte qu’elles vibrent en lecteurs, c’est le signe qu’on a réussi le mémoire-enquête.

 

Référence :

Chauvier, E., Anthropologie de l’ordinaire, Toulouse, Anacharsis, 2011

 

[1] La forme de négation des observés en tant qu’interlocuteurs, Eric Chauvier nomme  « désinterlocution » (2011 :25)

Marija Apostolović

Étudiante en M2 DFLE, spécialité 1, option A

Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

Contes du Soudan de Viviane Amina Yagi

Viviane Amina Yagi (1939-2011) est Professeur à l’Université islamique d’Omdurman, Soudan (1989). Elle est professeur de littérature française, francophone et d’études islamiques à l’Université de Khartoum, Soudan.
Viviane s’intéressait beaucoup à l’histoire et à la culture de ce pays, en effet elle traduit en français de nombreux ouvrages.

Le Soudan, ce pays au cœur d’Afrique est connu par sa culture de l’oralité. Il s’agit d’une littérature riche de récits mythiques, légendes, contes et fables que l’Institut français de Khartoum a essayé de partager avec le monde francophone et non francophone en commencant par les plus jeunes.

De ce fait, à l’occasion de la publication en France, aux éditions du Jasmin, d’un recueil de 14 contes du Soudan, rassemblés et traduits par Viviane Amina Yagi et illustrés par Amel Bashir, l’Institut français de Khartoum organisait du 24 janvier au 7 février 2016 une exposition des œuvres originales réalisées par l’artiste soudanaise.
La publication de cet œuvre d’Amina Yagi a laissé des traces aux âmes de tous les soudanais, ils en même très fiers.
Je vous invite à jeter un œil sur ce riche œuvre : contes du Soudan, Vivian Amina Yagi.
Très bonne lecture.

SITOGRAPHIE
http://www.ambafrance-sd.org/Contes-du-Soudan-publie-pour-la-premiere-fois-en-France-aux-Editions-du-Jasmin

contes-du-soudan

Sumaia ELGAMRI

Etudiante de Master2 Didactique du français et langues du monde.

More Posts

Follow Me:
Facebook