Vivre une expérience L’oeuvre de John Dewey «Compte rendu»

Le 08 et 09 décembre 2016, à la salle Clade Simon de la maison de la recherche, s’est tenu le colloque international sur l’œuvre de JOHN DEWEY. Cette journée a été organisée par notre professeur SERGE MARTIN avec le soutien du DILTEC et de THALIM.

J’ai eu l’occasion d’assister à la journée du 08 durant laquelle j’ai rencontré des chercheurs issus de domaines de recherche divers. La journée a été ouverte par un mot de la part de MME VALERIE SPAETH, directrice du DILTEC, de Mr. ALAIN SCHAFFNER, directeur de THALIM.

En lien avec la didactique des langues (notre domaine d’étude), MME SPAETH a retenu deux citations de DEWEY dont la suivante que je trouve convaincante: « il faut concevoir une éducation comme une reconstruction continue de l’expérience ».

La matinée de cette journée a été animée par Mr. EMMANUEL FRAISSE, durant laquelle nous avons assisté à deux communications aussi intéressantes qu’enrichissantes : ces dernières ont une relation étroite avec l’œuvre de DEWEY, aussi bien sur le plan philosophique que sur le plan esthétique.

D’abord, nous avons assisté à l’intervention de Mr. MICHEL GOUVERNEUR, professeur et spécialiste en philosophie à l’université de Picardie, qui grâce à sa persévérance et son travail acharné pendant 30 ans,  a pu  traduire l’œuvre intitulée : « Expérience and  nature » ; Un ouvrage écrit par DEWEY à la fin de sa carrière en 1924 et suite aux quatre conférences qu’a données à la Fondation Barnes à CHICAGO. Les thèmes abordés au cours de ces conférences ont été développés et mises sur papier sous forme de livre.

Sa participation avait pour titre « de l’expérience … à l’inexpérience » en ayant comme objectif l’interprétation de « l’expérience » comme l’entend DEWEY. De ce fait, l’intervenant a choisi de procéder à trois approches :

  • Une interprétation du point de vue du traducteur.
  • L’apport particulier de l’expérience nature dans la gestion de la variation du sens d’un contexte à l’autre.
  • Les implications du caractère prototypique de l’expérience artistique comme base d’une redéfinition de l’éducation artistique.

La seconde communication était celle de  Mme NANCY MURZILLI, philosophe de l’université de GENES, sous le titre de « Pour une approche actionnelle du texte, de la lecture et de leur apprentissage en littérature ». De son coté, c’est son champ d’étude (la philosophie) qui l’a amené à travailler sur « DEWEY » dans ses recherches littéraires.

Elle a également participé à la traduction de l’œuvre « art and expérience », les écrits politiques de DEWEY ont, à leur tour, fait l’objet d’une révision de sa part ; un travail qui va paraitre bientôt sous forme d’un ouvrage.

A la fin de sa communication, Mme NANCY a voulu montrer son point de vue en tant qu’enseignante de langue étrangère en abordant les affinités entre la pédagogie de DEWEY et le CECRL qui se veulent assez fortes et dont les principes sont relatifs  à la pédagogie par projet.

Du point de vue du déroulement de la journée, ce que je tiens en particulier de ce colloque, en plus de son aspect de formation enrichissante, c’est l’organisation efficace et réussite de cette rencontre, faisant l’exemple d’une vraie expérience !

FODIL Hanane

Etudiante en master 2 didactique des langues et des cultures. Spécialité 01; option: recherche. Parcours: * Diplôme de professeur d'enseignement secondaire de langue française à l'ENS d'Oran (Algérie). * Master 1 Sociolinguistique et didactique du FLE à l'université François Rabelais de Tours.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Récréation : Première tentative de réflexion !

En plein milieux de mes lectures, je décide de faire une PAUSE ! Sauf que cette dernière ne servira pas de repos mais plutôt à un retour en arrière sur mes propres représentations quant au concept de l’ « évaluation » (objet de mon thème de recherche) !

En effet, mes représentations quant à la notion d’évaluation sont étroitement liées à mon parcours d’apprentissage antérieur dans le milieu scolaire. Concernant l’apprentissage de ma première langue étrangère à l’école (le français), il me convient d’indiquer qu’évaluer était souvent associé à la notion de niveau. Tout au long de ma scolarité, atteindre des objectifs puis des niveaux spécifiques ne pouvait s’opérer qu’en fonction des résultats des évaluations. Pour ainsi dire, les évaluations me permettaient de me juger quant à mes capacités à réutiliser les contenus d’enseignement vus en classe.

En classe de langue, l’enseignant -à chaque début de séquence- nous indiquait les dates exactes des dites évaluations, la majorité d’entre elles étaient de nature sommative « l’évaluation sommative est la fonction d’évaluation employée à la fin d’un cours, d’un cycle ou d’un programme dans un but de classification , de certification, d’évaluation du progrès »( Lussier D, évaluer les apprentissages dans une approche communicative,1992:17) , et regroupaient généralement les compétences linguistiques au niveau de la grammaire et du lexique. Ces évaluations programmées en cours d’apprentissages ou à la fin de séquence, m’incitaient de fournir un travail conséquent de peur d’avoir une mauvaise note… La note, en conséquence, constituait les fondements de mes représentations initiales : son impact n’était pas à négliger, elle déterminait si j’avais réussi ou non à comprendre les savoirs enseignés mais aussi à accéder au niveau supérieur.

Quant à l’apport pratique, l’élaboration d’une activité d’évaluation dans le cadre d’un cours de master 1 m’a permis d’en comprendre le sens et d’observer concrètement ses effets. Ainsi , évaluer peut permettre d’intégrer l’apprenant au cœur de son apprentissage, l’apprenant peut d’une part prendre conscience de ses acquis et d’autre part , adopter une autre posture quant à la notion d’erreur. Une particularité que j’ai pu observer directement lors de l’élaboration de mon activité d’évaluation sur mon lieu de stage : les apprenants grâce à la mise en place d’une évaluation formative ont pu commencer à prendre conscience du progrès dans l’acquisition de leur apprentissage et en conséquence m’apporter des informations supplémentaires quant à leurs besoins d’enseignement.

Cette démarche réflexive quant à mon expérience en tant  qu’apprenante et enseignante de langue étrangère m’a permis de constater que l’évaluation n’est pas liée toujours à l’attribution d’une note, car, dans certains cas on parlera plutôt d’une appréciation qui va orienter l’apprenant vers ses lacunes et lui permettre de procéder à son autocorrection. « Evaluer peut prendre des formes très diverses, voire ludique, tout en indiquant quelques règles de l’évaluation, qui constituent une sorte de contrat négocié avec les apprenants. » (Caroline Veltcheff et Stanley Hilton, 2003, l’évaluation en FLE, Paris, p.139).

FODIL Hanane

Etudiante en master 2 didactique des langues et des cultures. Spécialité 01; option: recherche. Parcours: * Diplôme de professeur d'enseignement secondaire de langue française à l'ENS d'Oran (Algérie). * Master 1 Sociolinguistique et didactique du FLE à l'université François Rabelais de Tours.

More Posts

Follow Me:
Facebook

La créativité en classe de FLE

Être créatif en tant qu’enseignant de français est avoir l’habileté de créer un cours motivant à partir des éléments disponibles dans le contexte éducatif. Il s’agit de faire le meilleur pour exploiter le plus que possible les ressources disponibles qu’on a en classe, de créer des activités inattendues et de savoir s’en sortir si elles ne donnent pas les résultats prévus, de promouvoir la créativité chez l’apprenant en donnant l’exemple, de montrer une pensée ouverte et un esprit jeune, de ne pas s’interdire de proposer une activité en classe juste parce qu’on pense d’avance qu’elle pourrait être perçue comme non productive.

En effet, il s’agit d’une qualité chez nous en tant qu’apprenants et de l’attitude qu’on a face un groupe de classe de vingt ou trente personnes ; des explications qu’on donne à des questions comme « à quoi ça sert de jouer en classe ? », des solutions qu’on trouve quand on a oublié d’apporter les fiches de l’activité ou bien quand on n’a pas disponible la radio ou l’ordinateur. Il s’agit aussi des changements de directions qu’on donne aux activités quand on remarque qu’elles pourraient nous causer des ennuis majeures. Je pense qu’être créatif ce n’est pas seulement connaître la théorie, c’est de la vivre dans la pratique, dans la contrainte, dans la réussite de nos activités, dans le rire produit, dans l’ambiance de classe qu’on développe, dans les bons résultats qu’on obtient ou dans l’attitude qu’on a vers les mauvais résultats.

Je considère que si l’enseignant s’enferme dans la quotidienneté donnée par une méthode avec des exercices de remplir des espaces en blanc, il peut tomber dans le désespoir quand ses étudiants ne peuvent même pas produire un petit discours oral ou écrit, ou quand ils n’arrivent pas à s’en sortir dans des situations de communications réelles. L’enseignant doit être créatif car le processus d’apprendre une langue, étant un processus dans lequel l’imitation joue un rôle important, demande de la créativité de l’enseignant pour détendre l’ambiance de classe, baisser le filtre affectif et laisser que les apprenants se sentent à l’aise avec leur participation dans des activités qui peuvent ne pas avoir aucune utilité apparente dans leurs vies, mais qui vont leur donner de la confiance en eux même et en leur groupe. Il s’agit d’une confiance nécessaire pour arriver à apprendre la nouvelle langue et à la faire une partie de leurs vies. Si l’apprenant est déjà créatif, on a un plus dans la salle de classe, au contraire, s’il ne l’est pas et on arrive à leur faire découvrir la créativité chez eux de manière amusante, on aura donc atteint notre objectif de promouvoir la confiance chez eux pour qu’ils puissent se sentir à l’aise avec leurs participations en classe. Probablement pour beaucoup d’entre eux, le cours de langue est l’opportunité parfaite pour mettre en pratique ce côté jeune qu’ils ont oublié à cause de leur âge, de leurs responsabilités, de leurs soucis personnels, mais l’enseignant doit être capable de sortir l’apprenant de son contexte et de l’insérer dans un environnement d’apprentissage productif et en plus créatif et amusant.

MORENO Grecia

Diplômée en Langues Modernes, MSc. en Enseignement apprentissage des langues étrangères (Mérida-Venezuela). M1 en Didactique du FLE, M2 en Didactique du FLE et langues du monde (Sorbonne Nouvelle Paris 3)

More Posts