Le chercheur entre cronopes et fameux

historia-de-cronopios-y-de-famas-4Ces derniers temps, j’ai eu l’occasion de jeter un coup d’œil sur quelques livres chez moi, et de revivre des anciennes lectures, quelques-unes plus ou moins oubliées que les autres. C’est ainsi que je suis tombé sur Cronopes et fameux (en espagnol Historias de cronopios y de famas), un ouvrage de l’écrivain argentin Julio Cortázar. En effet, je l’ai lu il y a quelques ans, et il m’a vraiment marqué par sa manière de faire réfléchir, dans un univers surréaliste, au classicisme et la lutte pour le pouvoir dans la société.

J’ai donc repensé aux deux grands « créatures » ou « forces » qui sont présentées par Cortázar dans ce livre : d’un côté les cronopes, des êtres sensibles, idéalistes, désordonnés, peu conventionnels et passionnés ; et d’autre côté les fameux  des êtres assez rigides, formels, organisés, et ayant du succès.

Cette opposition m’a fait penser aux caractéristiques du chercheur, et je me suis dit qu’au préalable, on penserait à s’identifier avec l’un ou l’autre, mais dans cette situation, je trouve qu’il est nécessaire de nuancer, c’est-à-dire, de s’identifier un peu avec les deux. A mon avis la recherche requiert de l’organisation, de la formalité, mais aussi de la passion et de la nouveauté, et c’est ça justement ce que je veux attendre lors de mon mémoire.

imagesJe remarque donc que depuis quelques années, le contexte universitaire m’a emmené à faire des travaux de recherche, et que je me suis toujours identifié comme quelqu’un qui « se met dans la place du chercheur ». Aujourd’hui Je commence à assumer que je suis un chercheur, que j’ai des objectifs précis, et que ce type de réflexions m’aident à m’acheminer dans cette voie.

Image trouvée dans http://revistatarantula.com/historias-de-cronopios-y-de-famas-de-julio-cortazar/

Cristian Vivas Leuro

Etudiant en Master 2 FLE Didactique des Langues, spécialité 1, option A.
Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Pourquoi sensibiliser les apprenants à la culture de la langue cible en classe de FLE?

Même si l’objectif premier des apprenants est d’apprendre à communiquer dans la langue étrangère visée, il est indéniable que la culture a sa place en classe de FLE et que les élèves sont censés y être sensibilisés et ce pour plusieurs raisons. Tout d’abord, un des premiers objectifs d’un enseignant est de participer à l’enrichissement culturel personnel de ses élèves. Si cela est vrai quelle que soit la matière enseignée par le professeur, cela l’est d’autant plus lorsque l’on est dans un cours de langues étrangères, là où l’apprenant est directement en relation avec une autre culture que la sienne. En effet apprendre une langue étrangère c’est aussi appréhender une culture nouvelle, des modes de vivre et des façons de penser différents. Ainsi, en intégrant la dimension culturelle à la dimension langagière dans un cours de langues permettra aux apprenants de s’ouvrir à d’autres cultures et donc de favoriser une vision des choses plus objective, un état d’esprit plus tolérant, plus respectueux. Les apprenants pourront alors combattre les stéréotypes et les généralités de la culture cible en les confrontant aux éléments culturels vus (ex : mode de vie, comportements conventionnels au sein de la culture cible) au cours du dispositif d’enseignement/apprentissage de la langue. Il serait alors intéressant pour le professeur de mettre en évidence les repères culturels véhiculés par la langue, les médias, la publicité etc de sorte à ce que les apprenants puissent les interpréter, et s’en servir pour mieux connaître le pays de la langue cible. De plus, la culture est un soutien pour la langue et elle vient ainsi, non pas handicaper l’apprenant mais l’aider dans son apprentissage, en cela qu’elle lui ouvre une autre passerelle.

Par ailleurs, il nous paraît évident que les apprenants se doivent d’être initiées à la culture de la langue cible en cours de langue dès lors que « la communication dans une langue étrangère consiste à maitriser en premier des usages langagiers mais aussi à apprendre à adapter ces compétences en langue, aux situations de communication, aux contextes dans lesquels prennent place ces échanges et cela s’acquiert via la culture. »( Le français langue étrangère, Fabrice Barthélémy Dominique Groux et Louis Porcher, 2011). Ainsi nous sommes véritablement devant une complémentarité de l’élément langagier avec l’élément culturel. L’un ne peut pas aller sans l’autre dans le processus d’enseignement/apprentissage d’une langue étrangère.

En outre, chaque langue, chaque code de communication dessine l’identité culturelle de chaque société, dès lors enseigner/apprendre une langue étrangère c’est aborder du culturel. De ce fait, il est impossible de faire l’impasse sur la culture en cours de langue étrangère.

 

 

Nada Fathy Abdelaziz

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l’université Sorbonne Nouvelle- Paris 3

More Posts

ATELIER RADIO RADIO CAMPUS PARIS Festival des idées

J’ai eu l’occasion d’assister à un atelier radio qui a eu lieu a la radio campus paris pendant le festival des idées. Ce dernier est un rendez-vous lancé par l’Université Sorbonne Paris Cité à tous les curieux, pour échanger, débattre autour de la science. L’objectif c’était de faire rencontrer la société civile et les chercheurs.
L’Université Sorbonne Paris Cité et ses partenaires nous ont proposé pleines d’activités au premier Festival des idées Paris. En effet, ce festival des idées Paris proposait : débats, conférences, rencontres, spectacles, jeune création, ateliers, visites, expositions, performances, installations, concerts dans tout Paris, du 15 au 19 novembre toute la journée.
Le festival a eu lieu en partenariat avec Radio Campus Paris, qui a proposé deux ateliers radio les 17 et 19 novembre, c’était un programme bien rempli.
C’était pour moi la deuxième expérience de radio que j’ai fait ; la première j’en ai fait au Soudan lors que j’étais étudiante en troisième année universitaire. Pendant l’atelier de radio campus paris, nous avons testé nos talents d’animateur, de chroniqueur, de journaliste et de réalisateur. En fait, nous avons été invités à un jeu de rôle radiophonique destiné à tous les publics et offrant la possibilité de concevoir une émission de radio de manière ludique et participative, en favorisant la prise de parole et la capacité d’écoute.
À l’issue de l’atelier, nous avons eu la chance d’assister à l’enregistrement de La Matinale de 19h de Radio Campus Paris ! Une immersion complète dans le monde de la radio. C’était pour moi une expérience de Radio inoubliable ; j’en suis fière.

Sumaia ELGAMRI

Etudiante de Master2 Didactique du français et langues du monde.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Expériences d’écoute

Suite à une journée d’étude intitulée : « Expériences d’écoute » qui a eu lieu le 16 novembre 2016 à la maison de la recherche ((salle Claude Simon). Cette journée d’étude a été organisée par : Nathalie Borgé, Carla Campos Cascales, Charlotte Guennoc et Serge Martin ; comité scientifique: Emmanuel Fraisse, Olivier Lumbroso, Serge Martin, Muriel Molinié,Valérie Spaëth.
Honnêtement, j’étais fascinée par la partie du théâtre partagé que nous avons fait pendant le colloque avec la compagnie «Nous n’irons pas plus loin » (une des onze compagnies parrainées dans le dispositif Acte & Fac 2016-2017 en Sorbonne nouvelle) autour de La nuit juste avant les forêts de Bernard-MarieKoltès: re-création avec Simon Copin (acteur), Simon-Elie Gallibert et Charlotte Guennoc (metteurs en scène).
Cette expérience d’écoute m’a fait pensé à mon expérience personnelle en tant qu’enseignante du FLE, en fait j’étais une mise en scène pendant trois ans à l’Institut Français de Khartoum au Soudan (pendant le festival du théâtre étudiants) organisé par l’IFK, ce festival est adressé à toutes les universités soudanaises-départements du français. À la faculté de pédagogie, au département du français où je travaille, c’était le seul département qui n’a jamais participé au festival du théâtre, alors c’était un vrai défi pour moi de travailler avec des apprenants (niveau de A1 à B1) jamais exposés au théâtre. Pour les préparer au festival [trois mois de préparation avant le festival] et à partir d’un texte théâtral contemporain, nous faisons des séances de lecture expressive en insistant sur le poids des mots, l’importance des silences et des pauses. Cette lecture du texte avait des implications :
-corporelles et culturelles (posture, gestuelle, regard…etc)
– Phonétique, psychologique (concernant la confiance des apprenants)
– mémorielle (mémorisation des empans lus).
Cette pratique de lecture expressive avait beaucoup de bénéfices pour mes apprenants ; en effet elle les a permis de travailler certaines compétences associées à l’apprentissage d’une langue (ex : la production orale : il s’agit de la compétence la plus travaillée) non seulement au niveau de la prononciation, mais aussi concernant l’expression corporelle qui peut utiliser des codes différents de ceux présents dans la langue maternelle des apprenants et qui les a aidé à développer leur confiance en eux-mêmes.
Les objectifs visés de la lecture expressive c’était de faire acquérir aux apprenants certaines compétences, par exemple : les rendre capables d’articuler, de dire et d’utiliser leur corps pour dire, les rendre capables d’écouter l’autre. (écouter et se faire écouter) et sur tout développer leur confiance en eux.
Puisque c’était leur première expérience du théâtre, j’ai eu l’idée de leur projeter comme activité déclencheur, un film silencieux sans voix, où les personnages communiquent par des regardes, le film intitulé gratte papier de guillaume Martinez, il s’agit d’un court-métrage de huit minutes, dans ce filme les regardent parlent et s’expriment.
Dans ce court- métrage, Guillaume Martinez nous fait sentir la gêne et la maladresse avec lesquelles nos corps se frôlent, se frottent, s’évitent ou s’esquivent dans les transports en commun et précisément dans le métro où un jeune homme laborieusement installé, sort un livre et devient le centre des regards des passagers assis à ses côtés. Après, les personnes ont changé leurs regards, ils se concentraient autour d’une jeune femme qui vient de s’asseoir. La position du jeune garçon l’empêche de la regarder. C’est alors qu’il invente une possibilité d’échange avec cette personne : il forme des phrases en soulignant au crayon des mots du livre. La jeune femme se prend au jeu de l’échange insolite, jusqu’au moment fatidique où il lui faut partir. L’originalité de cet échange la conduit finalement à laisser à l’inconnu son numéro de téléphone. Le sourire vient éclairer le visage du jeune homme. Dans gratte-papier le jeune homme et la jeune femme ne se regardent pas directement. Assis côte à côte, ils dialoguent avec les mots soulignés sur les pages d’un livre. Le jeune homme tente d’apercevoir le visage de sa voisine, mais une mèche de cheveux le contrarie. Son désir se manifeste dans les yeux d’un tiers. Le pouvoir des regards révèlent lors du dialogue silencieux qui s’installe entre les deux personnages. Ce pouvoir s’effectue par la main qui souligne et le regard baissé de la personne qui lit le message. Par ailleurs, L’expression de la main (par exemple celle du jeune homme lorsque la jeune femme souligne les mots « je » et « par ») et la manière de souligner nous renseignent sur l’émotion des personnages.
Après la projection de ce court-métrage, les apprenants décryptent et interprètent les échanges de communication non-verbale entre les personnages du film, je leur ai demandé de produire en binôme une scène silencieuse où le corps et les regardent parlent et produisent des émotions pareil que dans le film avant de passer à l’oral. En fait, ils étaient très motivés à faire cette activité théâtrale, ils se sentaient même très à l’aise puisqu’ils allaient communiquer de manière non verbale. J’ai pris l’habitude de filmer les travaux des apprenants visant les évaluer, donc je leur ai projeté ce qu’ils ont fait, et quelle surprise ! ils étaient tellement impressionnés de leurs gestes et de leurs expressions du visage, ils étaient même fiers d’eux. Cette activité théâtrale les a beaucoup encouragé et même a fait développé chez eux un sens de communication entre eux et une passion pour le théâtre.

Sumaia ELGAMRI

Etudiante de Master2 Didactique du français et langues du monde.

More Posts

Follow Me:
Facebook

La nuit de la lecture

Le samedi 14 janvier 2017, toutes les bibliothèques et librairies seront ouvertes au public sur des horaires étendus.

Au programme

Bibliothèque nationale de France et Institut national d’histoire de l’art : Réouverture de la salle de lecture, dite salle Labrouste (58 rue de Richelieu, 75002 Paris).

En 1854, Henri Labrouste se voit confier le chantier de reconstruction de la bibliothèque impériale. Il déploie une ingénieuse structure métallique indépendante de la maçonnerie. En 2016, la bibliothèque de l’INHA s’installera dans la salle Labrouste restaurée. Cet espace, qui fut longtemps la salle de lecture principale de la Bibliothèque nationale de France, est un véritable chef-d’œuvre architectural, témoignage de la modernité et de l’inventivité de son créateur, Henri Labrouste. Inaccessible au public jusqu’ici, le magasin central accueillera, au cours de cette année, dans la nouvelle configuration de la bibliothèque, les collections en libre accès de l’INHA. Avec cet ensemble, Labrouste signe son ultime chef-d’œuvre. Comme la bibliothèque Sainte-Geneviève, la Bibliothèque nationale de France sera célébrée pour son modernisme et l’ingéniosité de sa conception, dont l’architecture sera copiée dans le monde entier : plus qu’un lieu, Labrouste y a créé un modèle durable.

Librairie Henri IV : Anna Dubosc, lauréate du premier prix Hors Concours (15 boulevard Henri IV, 75004 Paris).

La librairie Henri IV est l’une des plus anciennes librairies de France. Elle accueillera une jeune auteure Anna Dubosc, lauréate du premier prix Hors Concours.

Librairie des Guetteurs de vent : Ouverture officielle (45 rue du Faubourg-du-Temple, 75011 Paris).

La librairie indépendante des Guetteurs de vent qui a reçu en 2009 le label LIR ouvre à l’occasion de la Nuit de la lecture son deuxième magasin. De nombreux auteurs seront présents lors de cette ouverture officielle : Gérard Mordillat, Isabelle Monnin, Marc Boutavant, Brigitte Giraud, Harold Hyman.

Librairie Jonas : Marathon de lecture (14 rue de la Maison Blanche, 75013 Paris).

À l’occasion des 60 ans de la librairie et du lancement de la première édition de la Nuit de la lecture, la célèbre librairie indépendante Jonas organise un marathon de lecture. Les lecteurs se relaieront toute la soirée. Le livre sélectionné pour l’occasion est Pourfendeur de nuages, de Russel Banks.

Médiathèque musicale de Paris : Marie Modiano, concert littéraire avec Peter von Poehl (8 porte Saint-Eustache, 75001 Paris).

Marie Modiano, auteur-compositeur, chanteuse, poète et romancière (son deuxième roman, Lointain, sort le 12 janvier prochain aux éditions Gallimard), présentera ses poèmes mis en musique accompagnée à la guitare de Peter von Poehl et lira des extraits de son nouveau roman.

Bibliothèque publique d’information (Bpi) : Lectures par des élèves du Cours Florent – visite exposition « Gaston au-delà de Lagaffe » – ouverture exceptionnelle jusqu’à minuit (1 rue Beaubourg, 75004 Paris).

Le projet d’une grande bibliothèque de lecture publique installée dans le centre de Paris est né dans les années 1960. Quand Georges Pompidou propose la construction d’un musée d’art moderne sur le plateau Beaubourg, l’idée de lui associer une grande bibliothèque s’impose. Elle ouvre avec le Centre en 1977. Pour la Nuit de la lecture, la Bpi proposera, au sein même de ses espaces, des parenthèses littéraires avec les élèves du Cours Florent. La soirée sera ponctuée de lectures de textes consacrés au plaisir de lire à travers les siècles. Les voix des comédiens permettront au public de revivre l’émotion soulevée par la lecture de Voltaire, Hugo, Proust, Sartre, Sarraute, Yourcenar, PEF et bien d’autres. Une ouverture exceptionnelle jusqu’à minuit sera également prévue avec une visite de l’exposition « Gaston, au-delà de La-gaffe ».

Bibliothèque Chaptal : Rencontre avec Hélène Nicolas alias « Babouillec » (26 rue Chaptal, 75009 Paris).

Rencontre avec Hélène Nicolas alias « Babouillec » jeune auteure autiste, à laquelle un très bel hommage a été rendue dans le film documentaire Dernières nouvelles du Cosmos de Julie Bertuccelli (en salle actuellement). Dotée d’une sensibilité exacerbée, Babouillec a écrit plusieurs livres dont Algorithme éponyme et Raison et Acte dans la douleur du Silence, où elle invite le lecteur à se plonger avec elle dans les méandres de sa pensée. Des extraits de ses livres seront lus par des comédiens, donnant ainsi toute sa résonnance à l’esprit philosophique de Barbouillec.

Bibliothèque Robert Sabatier : Rencontre avec Magyd Cherfi (29 rue Hermel, 75018 Paris).

L’ex-chanteur du groupe Zebda est aussi un écrivain talentueux à la verve colorée et drôle. Son troisième livre Ma part de Gaulois (aux éditions Actes Sud) a reçu le prix des libraires et a été sélectionné dans la première liste du Goncourt. Vente dédicace à la fin de la rencontre organisée par la librairie L’Attrape-Cœurs, dans le 18e arrondissement.

Bibliothèque Françoise Sagan : Fête de clôture des Mordus du manga (8 rue Léon Schwartzenberg, 75010 Paris).

La bibliothèque Françoise Sagan fera découvrir au public les lauréats du prix des Mordus du manga 2016 parmi les sélections 8-12 ans et 13 ans et plus. Cette après-midi festive sera donc dédiée à la culture japonaise : jeux vidéo, ateliers de nail-art, speedbooking, démonstration de Kobudô et autres réjouissances seront au programme dans l’ensemble de la médiathèque. En invitée spéciale, la chanteuse japonaise Kumisolo donnera un concert pour tout public à partir de 4 ans.

Bibliothèque Marguerite Yourcenar : Une nuit à la médiathèque avec Marianne James (41 rue d’Alleray, 75015 Paris).

Plusieurs jeux seront proposés sur le thème « ambiance électrique ». Au programme : jeux de rôle (pour un soir devenez loup garou ou villageois…), jeux de plateaux (Concept, Trivial Pursuit, Esquisse…), jeux vidéo (Guitar Hero, Just Dance, Mario Kart) et blind test autour des musiques de film. Pour les enfants, ce sera une ambiance spéciale « doudous » avec théâtre d’ombres, contes pour enfants ou adultes sages, écoute musicale… Enfin, le public est invité à apporter son pyjama pour se glisser sous les couvertures et écouter Marianne James, alias « Tatie Jambon », accompagnée de ses musiciens.

Bibliothèque du cinéma François Truffaut : Rencontre avec l’acteur Yves Heck et la réalisatrice Danielle Arbid (Forum des Halles – 4 rue du cinéma, 75001 Paris).

La bibliothèque François Truffaut fait partie des 17 bibliothèques spécialisées et patrimoniales que compte la Ville de Paris. Ouverte en 2008 en embarquant un fonds cinéma qui commençait à se sentir à l’étroit dans les rayonnages d’André Malraux (6e arrondissement), François Truffaut rassemble à peu près tout ce qui s’écrit sur la chose filmée, du plus technique au plus glamour, avec un nombre important d’ouvrages (30 % environ) dans la « langue d’Hollywood » et quelques pépites comme les archives de Jean Gruault, scénariste de la Nouvelle Vague qui a travaillé notamment avec Alain Resnais, Jacques Rivette et Truffaut lui-même. Lors de la Nuit de la lecture, le comédien Yves Heck (Minuit à Paris, L’Avenir) invite la réalisatrice Danielle Arbid (Peur de rien, Beyrouth Hotel, Un homme perdu, Dans les champs de bataille) pour ce « Tête de lecture » spécial cinéma. Chaque spectateur pourra apporter une ou deux pages de littérature lui tenant à cœur. Yves Heck lira, au débotté, les textes tirés au sort.

Bibliothèque Aimé Césaire : Spécial illustration et Bande dessinée by night ! (5 rue de Ridder, 75014 Paris).

Le public sera convié à découvrir la bibliothèque « by night » avec un coup de projecteur sur l’illustration et la bande dessinée. Les adultes pourront assister à un atelier d’initiation au dessin BD avec Isao Moutte, auteur de Castagne et Armany jeans, puis à partager leurs coups de cœurs BD ou manga. Pour les plus jeunes, une heure du conte, des projections, des activités numériques et des jeux de société sur l’illustration seront proposés. Chacun est invité à apporter quelque chose à grignoter, madeleines de Proust ou chocogrenouilles, en lien avec ses livres préférés ou selon l’inspiration.

Librairie L’Humeur Vagabonde : Soirée lecture La mémé du chevalier de Cécile Alix (43 rue du poteau, 75018 Paris).

La librairie propose la lecture du roman de littérature jeunesse La mémé du chevalier de Cécile Alix (éditions Magnard).

Nada Fathy Abdelaziz

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l’université Sorbonne Nouvelle- Paris 3

More Posts

Bibliographie provisoire pour le mémoire « Insécurité linguistique des étudiants algériens en île de France »

Aissi, N. (2015). L’insécurité linguistico-culturelle du FLE: Cas des apprenants de la 2ème année secondaire. Biskra

 

Bellini, S. (2015). Insécurité linguistique et alternance codique: le cas des professeurs de biologie dans les classes bilingues franco-moldaves. Paris 3.

Bénit, A. (2000). L´ insécurité linguistique des francophones périphériques: le cas de la Belgique. In La Lingüísticafrancesa en España caminodelsiglo XXI (p. 125‑140). Arrecife

Bentolila, A. (2002). Il existe en France une inégalité linguistique. In L’Express (Vol. 17, p. 2002).

Bessai, B. (2012). Plurilinguisme et insécurité linguistique en Algérie: Paroles de lycéen (ne) s à Bejaïa. Corela. Cognition, représentation, langage, (10‑2).

Biichlé, L. (2007). Langues et parcours d’intégration d’immigrés maghrébins en France. Université de Grenoble.

Biichlé, L. (2011). Insécurité linguistique et réseaux sociaux denses ou isolants: le cas de femmes maghrébines dans la tourmente. Lidil. Revue de linguistique et de didactique des langues, (44), 13‑26.

Bourdeau, A., & Dubois, L. (2001). Langues minoritaires et espaces publics: le cas de l’Acadie du Nouveau-Brunswick. Estudios de sociolingüística: Linguas, sociedades e culturas, 2(1), 37‑60.

Bourdieu, P. (1982). Ce que parler veut dire: l’économie des échanges linguistiques. Fayard.

Boutet, J., & Deprez, C. (2002). Ici et là-bas, public et privé: des catégories à interroger. Cahiers de l’Institut de linguistique de Louvain, 28(3), 37‑46.

Bretegnier, A. (1996). L’insécurité linguistique: objet insécurisé? Essai de synthèse et perspectives. Le français dans l’espace francophone, Paris, Champion, 903‑923.

Bretegnier, A. (1999). Sécurité et insécurité linguistique: approches sociolinguistique et pragmatique d’une situation de contacts de langues: La Réunion. La Réunion.

Bretégnier, A., &Ledegen, G. (2003). SECURITE, INSECURITE LINGUISTIQUE: Terrains et approches diversifiés, propositions théoriques et méthodologiques-en hommage à Nicole GUEUNIER. Editions L’Harmattan.

Cadet, L., & Goes, J. (2010). Langue et intégration: dimensions institutionnelle, socio-professionnelle et universitaire. Peter Lang.

Calvet, L.-J. (1993). La sociolinguistique. Presses universitaires de France Paris.

Calvet, L.-J. (1998). L’insécurité linguistique et les situations africaines. Une ou des normes, insécurité linguistique et normes endogène en Afrique Francophone, Paris : Agence de la francophonie, pp.7‑28.

Calvet, L.-J. (2006). Pour une écologie des langues du monde. Polity.

Coste, D. (2001). Compétence bi/plurilingue et (in) sécurité linguistique. L’Ecole valdôtaine, 54, 10‑18.

Desabrais, T. (2013). Les mots pour le dire… L’influence de l’(in) sécurité linguistique sur l’expérience d’étudiantes de milieux francophones minoritaires canadiens inscrites aux études supérieures à l’Université d’Ottawa. Université d’Ottawa/University of Ottawa.

Foual, M. A. (s. d.). Étudiants algériens en France : des itinéraires difficiles. Pour, (196‑197), 42‑49.

Francard, M. (1989). Insécurité linguistique en situation de diglossie. Le cas de l’Ardenne belge. Revue québécoise de linguistique théorique et appliquée, 8(2), 133‑163.

Hamdi, H. (2007). Immigration et insécurité linguistique: le cas des immigrés algériens en France. Université El Hadj Lakhdar de Batna 1.

Labov, W. (1972). Hypercorrection by the Lower Middle Class as a Factor in Sociolinguistic Change.Sociolinguistics. In sociolinguistics. William Bright.

Labov, W. (1990). The intersection of sex and social class in the course of linguistic change.Language variation and change, 2(2), 205‑254.

LeBlanc, M. (2010). Le français, langue minoritaire, en milieu de travail: des représentations linguistiques à l’insécurité linguistique. Nouvelles perspectives en sciences sociales: Revue internationale de systémique complexe et d’études relationnelles, 6(1), 17‑63.

Ledegen, G. (1998). „Maîtrise de la norme et sécurité/insécurité linguistiques chez les étudiants francophones “. Le français aujourd’hui, 124, 43‑51.

Moreau, M.-L. (1996). Insécurité linguistique: pourrions-nous être plus ambitieux? Réflexions au départ de données camerounaises, sénégalaises et zaïroises. Cl. Bavoux, Français régionaux et insécurité linguistique. Approches lexicographoques, 103‑115.

Robillard, D. de. (1996). Le concept d’insécurité linguistique: à la recherche d’un mode d’emploi. Bavoux, C.(éd), 55‑76.

Roussi, M. (2009). L’insécurité linguistique des professeurs de langues étrangères non natifs: le cas des professeurs grecs de français. Paris 3.

William, L. (1976). Sociolinguistique. Paris, Minuit.

William, L. (1998). Vers une réévalutation de l’insécurité linguistique des femmes. Singy (1998], 25‑35.

Tassadit Toumert

Diplôme Approfondi de Langue Française (DALF C1), Diplôme de Professeur de Français Étrangère à L’ENS , Diplôme de Maîtrise en Sciences du langage à (ILPGA) Sorbonne-Nouvelle Paris 3. M2 en Didactique du FLE et langues du monde (Sorbonne Nouvelle Paris 3)

More Posts

La Ritournelle

J’ai eu l’occasion  d’assister cette semaine dans le séminaire de méthodologie de Mr Serge Martin à une présentation de thèse intitulée « Clinique-Musique-Rhétorique ». Dans cette thèse, le doctorant Maël Guesdon  traite du thème de la Ritournelle.

Après avoir lu Deleuze et Lacan, Maël Guesdon s’est rendu  compte que la ritournelle occupe une place importante dans la vie quotidienne d’un être humain. Ce qui l’a amené rejoindre la pensée de ces deux chercheurs et à s’interroger sur la symbolique des gestes répétitifs que les individus accomplissent tout au long de leur existence.

La ritournelle ou la stéréotypie sont des synonymes d’après ce chercheur. Les deux concepts mettent l’accent sur la voix qui donne lieu à une évasion.  L’exemple le plus représentatif de cela peut être l’enfant et les chansonnettes. En chantonnant, l’enfant se crée un nouvel environnement, une espèce de bulle protectrice dans laquelle son mental  se sentira libéré de toute agression extérieure en même temps, qu’il  se jette vers l’inconnu car à  travers  la  chanson, l’enfant découvre un nouveau monde.

Certains  psychothérapeutes  à l’exemple de  Guattari et Deleuze, conçoivent la ritournelle comme une pathologie où un traitement est possible avec la participation du sujet au processus de  thérapie. Ceci dit, Guattari va mettre en place différentes étapes pour le traitement. Ces étapes  vont de «la reconnaissance de la voix» jusqu’à « la reconnaissance d’autrui » et il va expérimenter cela sur le cas d’un malade dont le nom est R.A.

Dans ce processus de traitement,  R.A va réaliser certaines actions. En premier lieu, Guattari va enregistrer les moments décisifs de la crispation. Puis, il va demander à R.A  de recopier le château de Kafka et de prendre en compte les moments décisifs de la thérapie. Par la suite, une autre tâche sera demandée à R.A. Il va devoir dactylographier toutes ses notes. Ainsi, R.A aboutira à un journal intime. En reconnaissant qu’il est l’auteur de ce travail, le  journal de R.A pourra être lu par tous.

AU travers de ce journal, Guattari souhaite que son patient passe de la stéréotypie stérile à la stéréotypie inventive. Ce qui préoccupait Guattari dans le cas de R.A, c’est de l’amener à se débarrasser de la répétition qui protège et isole à un état de la répétition qui protège et construit.

 

Tassadit Toumert

Diplôme Approfondi de Langue Française (DALF C1), Diplôme de Professeur de Français Étrangère à L’ENS , Diplôme de Maîtrise en Sciences du langage à (ILPGA) Sorbonne-Nouvelle Paris 3. M2 en Didactique du FLE et langues du monde (Sorbonne Nouvelle Paris 3)

More Posts