Entretien ou questionnaire : quelle méthode de collecte de donnés pour son mémoire ?

1- L’entretien

1-1 Définition

Selon le dictionnaire Larousse, l’entretien désigne une conversation entre deux  ou plusieurs personnes sur différentes sujets. Les personnes peuvent être des amis, des membres de la famille ou autres.

Au sens scientifique, l’entretien est une méthode de recherche et d’investigation. Par le biais de cette méthode, l’enquêteur cherche à obtenir des informations sur les attitudes, les comportements, les représentations d’un ou de plusieurs individus dans la société. A propos de cette méthode Quivy et L. Van Campenhoudt, signale qu’elle permet « l’analyse du sens que les acteurs donnent à leurs pratiques et aux événements auxquels ils sont confrontés : leurs systèmes de valeurs, leurs repères normatifs, leurs interprétations de situations conflictuelles ou non, leurs lectures de leurs propres expériences » (2011). Les questions de l’entretien se préparent avant sa mise en place. En effet, avant d’aller sur le terrain, le chercheur élabore une série de questions qui va lui servir de guide tout au long de l’entretien. La préparation de l’entretien implique également la sélection des personnes à interroger. Le chercheur va interviewer uniquement les personnes qui ont probablement des informations sur son objet de recherche. A ce propos A. Anger indique que « le chercheur interroge telle personne parce que cette personne possède telle caractéristique, parce qu’elle appartient à telle couche sociale, parce qu’elle a connue tel type d’expérience » ( 1997).

1-2 Les types d’entretien :

Il existe trois types d’entretien. En général, c’est la thématique de recherche qui détermine le type d’entretien que le chercheur peut utiliser.

1-2-1  L’entretien non-directif : dans ce type d’entretien, l’enquêté annonce le thème de l’entretien sans poser de questions directes. Il donne à l’enquêté la liberté d’organiser son discours comme il le souhaite. Le rôle de l’enquêteur dans ce cas n’est pas d’encourager l’informateur à parler. Au contraire, il doit adopter une position neutre. Et il doit apparaître comme une personne capable d’écouter et d’accepter les propos des informateurs. L’enquêteur peut intervenir mais uniquement pour manifester son accord à travers des termes comme (oui, je vois, je suis d’accord, ensuite). L’avantage de ce type d’entretien est qu’il est accessible a plusieurs personnes car il ne nécessite pas  de compétences particulières. Cependant, il a l’inconvénient de ne pas délimiter le sujet précis sur lequel l’informateur va parler. De ce fait, l’informateur aborde le thème de l’enquête de façon générale (Blanchet et Gotman, 2010).

1-2-2   L’entretien directif : ce type d’entretien se rapproche de la méthode du questionnaire. En effet, avant d’aller sur le terrain, le chercheur établit une série de questions précises qu’il va poser aux interviewés. Dans un souci de comparer scientifiquement les données, le chercheur va poser les mêmes questions à tous les interviewés. Certes, ce type d’entretien est sécurisant pour le chercheur. Ce dernier arrive avec une série de questions pré-établies . Mais, il ne laisse qu’ une petite large de manœuvre à l’enquêté. A cause des limites que lui pose l’enquêteur, l’enquêté n’aura pas une grande liberté pour s’exprimer (Blanchet et Gotman, 2010).

1-2-3   L’entretien semi-directif : ce troisième type d’entretien se situe entre l’entretien directif et non directif. Il se caractérise par le fait qu’il laisse à l’interviewer un espace assez large pour donner son point de vue. L’enquêteur pose des questions et laisse l’enquêté répondre en toute liberté. Le rôle de l’enquêteur dans ce type d’entretien est d’encourager l’informateur à parler et donner davantage d’information sur la thématique de sa recherche. Les questions posées dans ce type d’entretien sont relativement ouvertes. L’enquêteur doit les recentrer afin de ne pas perdre de vue l’objectif qu’il s’est fixé (Blanchet et Gotman, 2010).

2- Le questionnaire

2-1  Définition du questionnaire

Le questionnaire est une méthode de recueil d’informations mise en place afin d’expliquer et de comprendre des faits. Contrairement à l’entretien et à l’observation qui sont des méthodes  individuelles ou collectives, le questionnaire est une méthode seulement collective. En effet, c’est la quantité d’éléments collectés qui confère au questionnaire sa validité et qui permet aux données d’être jugées authentique. Selon les partisans de cette démarche, le fait d’élaborer un questionnaire permet de ne pas tomber dans le piège de la subjectivité. La méthode du questionnaire repose sur une démarche mathématique purement rationnelle (Vilatte, 2007).

2-2  Les types du questionnaire :

2-2-1 Le questionnaire ouvert : dans ce type de questionnaire, l’ordre des questions et leur formulation sont fixés. Cependant, le participant peut s’exprimer aussi longtemps qu’il le souhaite. L’enquêté a la possibilité de le relancer (Combessie, 2003).

2-2-2 Le questionnaire fermé : dans le questionnaire fermé, les questions et la liste de propositions à soumettre au participant sont fixés à l’avance. Ceci afin de permettre au locuteur de faire le meilleur choix possible (Combessie, 2003).

 

Bibliographie :

  • ANGERS, M. (1997). Initiation pratique à la méthodologie des recherches. Casbah université.
  • Blanchet, A., & Gotman, A. (2010). L’entretien: L’enquête et ses méthodes. Paris: Armand Colin.
  • Combessie, J. C. (2010). La méthode en sociologie. La Découverte.
  • Van Campenhoudt, L., & Quivy, R. (2011). Manuel de recherche en sciences sociales-4e edition. Dunod.
  • Vilatte, J. C. (2007). Méthodologie de l’enquête par questionnaire. Laboratoire Culture & Communication Université d’Avignon.

 

 

Tassadit Toumert

Diplôme Approfondi de Langue Française (DALF C1), Diplôme de Professeur de Français Étrangère à L’ENS , Diplôme de Maîtrise en Sciences du langage à (ILPGA) Sorbonne-Nouvelle Paris 3. M2 en Didactique du FLE et langues du monde (Sorbonne Nouvelle Paris 3)

More Posts

Plan du mémoire « L’insécurité linguistique des étudiants algériens en île de France »

Bonjour à tous les Arlapiens,

Je vous présente ci-dessus la plan de mon mémoire. Je l’ai élaboré en lisant des thèses et des livres en rapport avec mon thème de recherche en l’occurrence l’insécurité linguistique.  Pour le moment, mon directeur de recherche n’a pas encore donné son avis sur ce plan. Donc, il est fort possible que des  modifications auront lieu.

Je souhaite avoir vos avis sur ce plan. Cela me permettra d’enrichir mon plan et de lui apporter quelques corrections.

Merci par avance !

Introduction générale

Première Partie : État de l’art 

Chapitre I : Regard sur l’insécurité linguistique

  1. Genèse du concept d’insécurité linguistique.
  2. La définition de la notion d’insécurité linguistique
  3. L’insécurité linguistique et les contextes de contact de langues

3.1 Contact intralinguistique : Insécurité linguistique et diglossie

3.1.1 Catégorie sociale

3.1.1.1 Sexe

3.1.1.2 Âge

3.2 Contact interlinguistique : Insécurité linguistique et plurilingusme

3.2.1 Langue maternelle/native

3.2.2 Immigration

  1. Les formes d’insécurité linguistique
  2. Les types d’insécurité linguistique
  3. L’individu face à l’insécurité linguistique
  4. Les signes d’insécurité linguistique
    • Le refus de prendre la parole
    • L’hypercorrection
    • Le code-switching
  5. L’insécurité linguistique et les espaces de sociabilité 
    • L’école
    • L’entreprise
  6. Les causes de l’insécurité linguistique : Représentations et compétence

Conclusion partielle

Chapitre II : Immigration et étudiant étranger

Introduction 

  1. Immigration 
    • Définition de l’immigration
    • Différence sémantique entre immigré et étranger
    • Les étudiants étrangers
    • La procédure d’inscription à l’université française
  2. La langue française et l’intégration des immigrés

Conclusion partielle

Partie II : Résultats de l’enquête

Introduction 

  1. La méthodologie 
    • Discours épilinguistique
    • Présentation de l’entretien
    • Le choix de l’entretien
    • Le guide du public
    • Le profil du public
    • L’enregistrement
    • Le déroulement de l’entretien
    • La transcription
  2. La description des données recueillies 
  1. Interprétation et explication des données

4.  Limites et contraintes

5. Ouverture et perspectives

Conclusion partielle

CONCLUSION GENERALE

Références bibliographiques 

ANNEXES

Tassadit Toumert

Diplôme Approfondi de Langue Française (DALF C1), Diplôme de Professeur de Français Étrangère à L’ENS , Diplôme de Maîtrise en Sciences du langage à (ILPGA) Sorbonne-Nouvelle Paris 3. M2 en Didactique du FLE et langues du monde (Sorbonne Nouvelle Paris 3)

More Posts