Stage à Tunis

Centre de langue- Fiche de poste

Poste : Responsable des cours – démarche qualité à l’Institut Français de Tunisie, Pôle de Petit Carnot, Tunis

Descriptif du poste : Sous l’autorité du Directeur de l’Institut français de Tunisie et sous la responsabilité de la Direction du Centre de langue, l’agent sera chargé de piloter, développer, coordonner les cours adultes du Centre de langue de l’IFT – Petit Carnot, participer à l’organisation et à la gestion des sessions de DELF et de DALF ainsi qu’à la mise en place de formations en FOS hors les murs.

Le centre de langue de l’IFT/Petit Carnot accueille environ 3000 publics/an (5 sessions de formation) ; 3 sessions DELF-DALF, 1000 candidats.

Missions :

Piloter et coordonner les sessions d’inscriptions et les cours :

  • Créer l’offre de cours par session : programme, choix des professeurs ;
  • S’assurer des disponibilités des enseignants et des personnels administratifs dans le cadre des campagnes d’inscription et des cours ;
  • Assurer le suivi administratif et pédagogique des inscriptions, en amont, pendant, en aval ;
  • Organiser le dispositif d’inscriptions : communication, accueil, orientation, tests, choix des cours ;
  • Assurer le suivi de la session sur la plateforme arc-en-ciel : saisie de l’ensemble des données
  • Etre capable d’utiliser la plateforme de prise en rendez-vous en ligne du Centre de langue de l’IFT.
  • Assurer la communication en externe ;
  • Relancer les prospects.

Suivi pédagogique / contrôle qualité :

  • Assurer l’information et la formation continue pour partie, en interne, des professeurs ;
  • Programmer les réunions pédagogiques par session ;
  • Rédiger le compte rendu ; le diffuser aux enseignants et à la direction du centre de langue ;
  • Procéder et/ou faire procéder aux actions de remédiation ;
  • Mettre en place l’évaluation sommative des groupes/classes, la traiter sur les plans quantitatif et qualitatif.
  • Contrôler la qualité : mettre en place pour chaque session un calendrier formalisé des visites de cours pour l’ensemble des professeurs, rédiger le compte rendu de la visite – grille d’observation de cours -, rendre compte et faire un bilan avec le professeur ;

Suivi administratif :

  • Elaborer le budget ;
  • Etablir les vacations ;
  • Etablir les indicateurs ;
  • Assurer le suivi des lettres d’engagement des professeurs ainsi que celui des heures effectuées par les deux professeurs mensualisés.
  • Actualiser la plateforme de prise de rendez-vous en ligne pour chaque session d’inscription.
  • Appui organisationnel et pédagogique aux sessions DELF / DALF  pour le pôle de Petit Carnot en lien avec la gestion centrale du DELF et du DALF;

Profil recherché :

De niveau BAC + 5, Master en ingénierie du FLE ou FOS, Master FLE ou FOS ;

Etre habilité formateur de formateurs DELF-DALF ;

Etre habilité Tuteur PROFLE ;

Réelles qualités d’investissement ;

Expérience dans le domaine ;

Organisation et rigueur ;

Esprit d’initiative et sens de l’autonomie ;

Capacités à travailler en équipe ;

Qualités de communication ;

Maîtriser le logiciel Arc en Ciel et les outils bureautiques ;

Poste à pourvoir au 1er avril 2017

CDD d’un an renouvelable

Niveau 8 de la grille des salaires : 2444 dinars.

Envoyer CV et lettre de motivation à la directrice du Centre de langue de l’IFT, copie, la directrice adjointe du Centre de langue de l’IFT et la responsable ressources humaines de l’ co

Michele.saint-flour@institutfrancais-tunisie.com

Tél : 00 216 31 325 287 – 00 216 58 440 316

Zohra.bensaid@institutfrancais-tunisie.com

Rym.kamoun@institutfrancais-tunisie.com

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Bon à savoir!

Vous connaissez ce titre: bon à savoir ?  Cela vient d’une des rubriques de direct matin! Je le lis souvent le matin dans le métro et je trouve qu’il est  intéressant pour nous, le bon à savoir!

Donc, aujourd’hui, j’ai décidé de  partager l’un de petits savoirs avec  vous, surtout avec mes camarades étrangers.

Savez-vous  d’où vient l’expression « à tour de rôle » ?  A vrai dire, je ne sais pas.  Alors, c’est parti!

L’expression « à tour de rôle » a vu le jour au  XVe siècle et aujourd’hui, signifie les uns après les autres, à chacun son tour. Devinez-vous quel mot va donner tout son sens dans cette locution?   Bravo! c’est le mot « rôle »!

A l’époque, le mot « rôle » vient du latin médiéval « rotulus » qui désignait un parchemin  enroulé. On écrivait sur ces cylindres qui étaient des objets rares et chers, des actes importants, etc.  Au moment d’appeler les personnes ou les objets recensés sur ces rouleaux, ils étaient énumérés chacun à leur tour et au fur et à mesure qu’on  déroulait le parchemin, donc « à tour de rôle ».  Pour éviter la fraude, l’emploie de « contrôleur » a également été inventée.

Peu à peu, à partir de la fin du XVIIe siècle, avec la démocratisation du papier, le « rôle » ont été remplacé par des cahiers ou des carnets, tels qu’on connaît aujourd’hui.  Pourtant, l’expression  » à tour de rôle » est restée dans la langue courante.

Je pense qu’ il est intéressant pour nous, en tant que futur enseignant de FLE, qu’ on accumule tous les jours de petits savoirs  et qui nous  permettent de motiver les apprenants, n’est-ce pas? Puisque le bon à savoir a déjà attiré mon attention sur un aspect didactique, en tant qu’étudiante étrangère.

Référence:   N° 2008 JEUDI 26 JANVIER 2017, le direct matin

Bing LIANG

Etudiante de M2, spécialité 1, didactique du français langue étrangère et langues du monde à Paris 3.

More Posts

Informations début février 2017

  1. La prochaine conférence du CASNAV: « Les approches plurielles des langues dans les textes officiels  » par Pierre Escudo, le mercredi 1er février de 14Hà 16H en Sorbonne, 14 rue Cujas, amphi Durkheim
  2. appel-a-com-colloque-jc-rouen
  3. fiche-de-poste-stagiaire-cours-en-ligne
  4. INFOS

    Le Festival Raccord(s)
    débute dans une semaine !
    Le 2 février, le Musée de la Chasse et de la Nature (Paris 3e) nous ouvre ses portes pour une promenade littéraire et musicale. La nature y sera célébrée par les lectures des comédiens du Conservatoire du 5e arrondissement de Paris et par les interludes musicaux du corniste Philippe Durand.

    Le 17 février, nous vous invitons dans l’atelier de Christian Laucou au 37bis rue de Montreuil (Paris 11e) pour une lecture de La femme brouillon d’Amandine Dhée, accompagnée au violoncelle par Timothée Couteau. Un ouvrage à l’écriture piquante et féministe fraîchement paru aux éditions La Contre Allée.

    • Pour toute réservation appelez le 01 43 36 81 19 ou envoyez un mail à festival.raccords@gmail.com (précisez le nom de l’événement, votre nom et le nombre de personnes à inscrire).

    • PASS FESTIVAL RACCORD(S) 2017 (accès illimité à tous les événements) : 15€ ou 5€ pour les – 18 ans, chômeurs et étudiants.

    La nouvelle librairie ouvre le 1er février ! 

    Ça y est, nous avons quitté nos anciens locaux de la rue Tournefort pour nous installer au 11 rue de Médicis (Paris 6e) ! Nous prenons ainsi le relais de la librairie José Corti, dont vous pourrez toujours apprécier le fonds éditorial en plus de découvrir celui d’une cinquantaine d’éditeurs indépendants, sans oublier les livres des éditions À Propos, Chandeigne, Esperluète et Points de suspension. Nous vous préparons une programmation inventive et dynamique…

    Librairie des Éditeurs associés
    11 rue de Médicis, 75006 Paris / RER B Luxembourg ou M° Odéon

    Ouverture le 1er février
    du mardi au samedi de 11h à 19h

    Il est toujours temps de nous soutenir et de participer à cet ambitieux projet en devenant membre solidaire ou bienfaiteur.

    Retrouvez toutes nos actualités sur notre site internet.

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Enseignement de la culture coréenne à Paris

En réfléchissant à mon sujet de mémoire, je suis revenue à la position d’un apprenant d’une langue étrangère devant le tableau, sur une chaise, dans la classe.

Quand j’étais une élève en langue française, j’étais toujours curieuse envers la culture française et je regardais des films français. Et je pensais que c’était une culture très intéressante et totalement différente de la mienne. Parfois, je me posais les questions suivantes: Pourquoi les Français disent toujours “Bonjour” aux gens inconnus dans la rue, dans le bus ou au marché? Pourquoi les Français se font la bise pour saluer? Pourquoi les gens se tutoient dans des émissions de télévision ou de radio? Pourquoi les Français se regardent dans les yeux quand ils trinquent? Les garçons français sont-ils vraiment romantiques à chaque moment?… En fait c’est la culture française qui m’a attirée et motivée à apprendre la langue, même si la grammaire m’a grandement fait souffrir.

Connaître la grammaire, le lexique et la syntaxe d’une langue permettent la communication. Cependant, on peut considérer que ce n’est certainement pas une communication parfaite. Pour communiquer et s’exprimer, la culture est une composante essentielle. La langue et la culture sont  donc indissociables dans l’enseignement/apprentissage d’une langue étrangère. L’apprenant rencontre une culture différente de la sienne et accède aux éléments culturels en apprenant une langue étrangère.

Je donne actuellement des cours de coréen dans un institut coréen à Paris et je voudrais proposer des idées pour permettre d’enseigner aux apprenants de la langue coréenne des connaissances culturelles dans la classe de langue. Le but de l’enseignement de la culture est donc d’intégrer des éléments culturels en apprenant la langue coréenne qui y est associée et de communiquer dans des situations réelles. Par conséquent, les apprenants pourront arriver à élargir leur vision du monde. Cependant, l’objectif de l’enseignement du coréen risque d’être transformé en cours de culture si on fait prévaloir uniquement les éléments culturels sur ceux linguistiques. Dans le contexte actuel où les heures de cours ne sont pas suffisantes(par exemple, 2 heures par semaine) pour bien entraîner à la performance linguistique, les enseignants doivent réfléchir et considérer les méthodes.

L’enseignant est donc la personne qui initie à la nouvelle culture et favorise la mise en oeuvre de nombreuses activités permettant aux apprenants d’aller à la rencontre de la culture cible. Je montrerai les méthodes d’enseignement de la culture coréenne à travers les activités théâtrales et les films coréens chez les apprenants francophones.

 

Bibliographie

Akira Mizubayashi, 2011. Une langue venue d’ailleurs. Éditions Gallimard.

Chiss, J.-L. 2009. « Quel français enseigner? Question pour la culture française du langage », O. Bertrand éd, Quel français enseigner ? Paris : Editions de l’Ecole Polytechnique.

Galisson, R. 1991. De la langue à la culture par les mots. Paris : CLE international

GOHARD-RADENKOVIC, Aline. 1999. Communiquer en langue étrangère. De compétences cul- turelles vers des compétences linguistiques. Bern, Berlin, Bruxelles, Frankfurt/M., New York, Wien: Peter Lang.

Vinsonneau, G., 2002. L’identité culturelle, Paris : Armand Colin

Zarate, G., 1986. Enseigner une culture étrangère. Paris : Hachette.

Zarate, G., Gohard-Radenkovic, A., Lussier, D., Penz, H. 2003. Médiation culturelle et didactique des langues. Strasbourg : CELV

Minji YOO

Etudiante en master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Paris 3

More Posts

Rencontre imaginaire entre deux étudiants

Étudiant 1: E1, Étudiant 2: E2

 

E1: Salut !

E2: Salut ! Comment ça va ?

E1: Ça va bien ! Et toi?

E2: Ca va bien, merci. As-tu trouvé le sujet pour ton mémoire? Ça avance?

E1: hum, oui… j’ai trouvé mais je suis encore en train de réfléchir dessus.

E2: Ça sera sur quoi?

E1: Je suppose que je parlerai de l’enseignement de la culture en classe de langue. Comme tu le sais, je travaille actuellement dans un institut coréen à Paris. Quand je donne un cours à mes apprenants de coréen, je me demande à chaque fois comment je pourrais leur donner l’aspect culturel et les initier à la culture coréenne pendant le cours de langue.

E2: Ah, la culture dans l’apprentissage d’une langue étrangère est très importante !

E1: Oui ! En plus, lors de ma pratique de l’enseignement dans cet institut coréen, j’ai pu observer que les apprenants n’ont pas seulement besoin de connaissances et de compétences en ce qui concerne la langue coréenne, mais qu’ils veulent aussi avoir la capacité d’utiliser la langue en question dans différentes situations sociales et culturelles.

E2: Oui, tu as raison. Pour communiquer en langue étrangère, il faut aussi bien connaître la culture.

E1: Oui, par exemple, j’avais un cours la semaine dernière avec mes apprenants débutants. Et on a appris les chiffres en coréen. Mais, comment compte-t-on les chiffres sur ses doigts en France? On commence par la pouce, un, deux, trois… n’est-ce pas? Mais en Corée, on commence par l’index ! Un, deux, trois, quatre puis on finit par la pouce pour compter cinq ! Tu vois? même si c’est une petite chose, on peut déjà découvrir une différence. En plus, je crois que si l’on se concentre sur l’enseignement d’une langue en considérant l’aspect culturel, il sera plus intéressant pour les apprenants de participer au cours avec passion pour développer leur compétence de la langue.

E2: C’est vrai. Avec l’enseignement de la culture dans la classe de langue, les apprenants vont s’habituer à l’ambiance plus favorable et ils vont aussi acquérir des compétences interculturelles. Personnellement, j’avais suivi un cours de japonais pour les grands débutants, pendant ce temps-là, mon professeur, qui n’utilisait pas du tout le français en classe, nous a ouvert les yeux sur la culture japonaise et fait découvrir autant que possible un nouveau monde en donnant des éléments culturels. J’étais donc vraiment motivée d’apprendre la langue japonaise. Du coup, As-tu des idées pour développer les méthodes d’enseignement de la culture?

E1: Pour l’instant, je pense que des activités théâtrales ou des films coréens peuvent être présentés en classe comme support culturel pour les apprenants, car il y a plein d’éléments culturels dans ces supports et ils vont permettre d’enrichir la compréhension culturelle des apprenants. La dernière fois, j’ai fait un cours de cinéma coréen avec mes apprenants et c’était très intéressant. En effet, on a regardé ensemble des extraits du film que j’avais choisi puis je leur ai donné des éléments culturels, par exemple la façon de se saluer, la vie à la campagne ou les chansons traditionnelles, etc. Les apprenants étaient très curieux.

E2: Je veux bien participer à ton cours alors ! haha. Je crois que ton sujet de mémoire est intéressant et tu es déjà bien avancée ! Si tu finis de rédiger ton mémoire, fais-le moi lire! Je veux voir tes idées.

E1: Ok ! Mais je dois d’abord aller lire des livres à la bibliothèque. Merci de m’avoir écoutée !

E2: Je t’en prie. Parfois quand tes pensées sont bloquées, si tu en discutes avec quelqu’un, cela permet de remettre de l’ordre dans tes idées.

E1: Oui, tu as raison. J’étais un peu déprimée à cause de la rédaction du mémoire, mais je me sens mieux maintenant. Et tu m’as fait être motivée d’avancer à rédiger ! Je te remercie encore une fois.

E2: De rien ! Bon courage !!

E1: Merci. Au revoir.

E2: Au revoir.

Minji YOO

Etudiante en master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Paris 3

More Posts

Plan de mémoire provisoire

Problématique: Pourquoi et comment le statut de langue seconde du français a été pris en considération dans la réforme du secondaire en République de Djibouti?
I- INTRODUCTION
1.1- Choix du sujet
1.2- Problématique
1.3- Hypothèses de départ
II- CONTEXTE
2.1- La situation géographique de Djibouti
2-2- Le paysage linguistique
2.3- La politique linguistique du pays
2.4- La politique éducative
2.5-Le système éducatif
2.5.1- Son organisation
2.5.2 Quelques dates importantes

III- LA REFORME DU SECONDAIRE
3.1- Pourquoi cette réforme?
3-2 La commande institutionnelle (loi, circulaires, document-cadre de la réforme)
3.3 L’enseignement du français avant la réforme
3.4 Les nouvelles orientations
3.4.1- La maîtrise de la langue comme nouvel objectif de l’enseignement du français
3.4.2- L’enseignement des outils de la langue
3.4.3- Les compétences communicatives au centre des apprentissages
3.4.4- La revalorisation de l’oral
3.4.5- La réforme et l’enseignement de la littérature
3.4-6 Le travail sur les compétences culturelles
3.4.7- Les compétences méthodologiques
3.4-8 L’enseignement du français jusqu’en Terminale
3.4- Les nouveaux supports didactiques, leur utilisation et les nouveaux exercices et modes d’évaluation

IV- La réforme et la communauté éducative
4.1- Les équipes engagées et leurs productions
4.2- L’accueil de la réforme chez les enseignants
4.2- La réforme et les chefs d’établissement
4.3- La réforme et les parents
V- Les formations dispensées
5.1- Les formations sur les programmes
5.2- Les formations sur les manuels et son utilisation
5.3- Les formations pour les chefs d’établissement sur la gestion
VI- Les résultats escomptés
6.1. L’indépendance éditoriale
6.2. L’amélioration des résultats des élèves
6.3 Une meilleure formation pour intégrer le marché du travail
VII- CONCLUSION

MOUSSA YABEH Mohamed

Ex-professeur de français à Djibouti
Actuellement inscrit en M2 Didactique (Spéc 1) à l’Université Sorbonne Nouvelle

More Posts

Follow Me:
FacebookFlickr

Le coup de marteau

Je m’attacherai aujourd’hui à vous proposer mon compte rendu des rencontres professionnelles des 24 et 25 janvier 2016, organisées par nos camarades de M2 de la spécialité 2 Illettrismes, interculturalité et FLE/FLS.

BOUM.

À l’image d’un personnage de cartoon assommé par un coup de marteau sur la tête, j’ai ressenti comme un gros coup de massue, métaphorique bien sûr(aucune personne n’a été maltraitée pendant ces rencontres).

Retour à la réalité les enfants. On prend place, on respire un grand coup et on relativise.

« Merci d’être venue Flo ».  Parce que oui, malgré la présence de quelqu’uns de mes camarades de Spé. 1 et Spé. 3, force de constater que la fréquentation des étudiants de M2 n’a pas été à la hauteur des précédentes journées d’études et de colloques du premier semestre. Je ne jette pas la pierre aux autres. Nous sommes tous occupés pendant ce second semestre, avec des priorités et peu de disponibilités. Certains sont en stage, d’autres sont déjà partis vers d’autres horizons, et la population de M2 de la rue Saint Jacques s’est quelque peu évaporée. En ce qui me concerne, j’étais libre et disponible pour venir encourager mes camarades organisateurs et profiter de ces rencontres qui -comme je l’avais espéré- ont eu le don de m’ouvrir les yeux. Réunis dans notre salle M, après avoir bravé le froid de cette fin de mois de janvier, communicants et spectateurs s’activent à prendre place. Nous écoutons les quelques mots d’ouverture bienveillants de notre directrice Mme Spaëth avant d’entendre les premiers communicants, guidés par les interventions de nos camarades de Spé. 2, grands organisateurs et animateurs de ces journées. Car oui, la particularité de ces journées de rencontres est qu’elles ont été entièrement organisées et préparées avec soin par nos camarades sous la tutelle de Mme Véronique Laurens, dans le cadre de l’un de leurs séminaires du premier semestre. Choix des « thèmes », structuration des journées, prises de contacts avec les communicants, accueil des participants, répartition et animation des interventions, conception « papier » des programmes et flyers etc. Je me dois de féliciter ces étudiants, nos camarades qui ont fourni un grand travail, et qui se sont prêtés à un exercice que moi même j’aurai adoré faire pendant cette formation de Master.

Pour revenir sur le contenu de ces journées, nos camarades ont choisi de faire intervenir des professionnels dans le champ du FLE, répartis à travers des « secteurs » : celui scolaire, associatif, étranger, professionnel, universitaire, et en éditions & médias. Bien que j’en avais déjà pleinement conscience, n’oublions jamais que notre formation de nous destine pas uniquement à de l’enseignement en Alliance Française ou en écoles privées (comme certaines personnes de mon entourage le pense) : comme Mme Spaëth a pu l’énoncer pendant son discours d’ouverture, ces journées avaient pour but de faire rencontrer ces professionnels, d’engager une discussion avec tous les acteurs présents dans la salle, de partager les expériences, les formations de départ, les orientations/reconversions et les parcours professionnels respectifs ; aussi et surtout pour nous étudiants de M2, de profiter de contacts professionnels, d’enrichir notre carnet d’adresses, de nous faire découvrir un maximum de « possibilités » ou de débouchés professionnels, de prendre conscience de l’évolution que notre carrière peut prendre, et des choix que nous aurons à faire (grand bien nous fasse). Je ne vais pas essayer de faire un compte rendu complet de ces journées (d’autant plus que je n’ai pu assister qu’aux 4 premiers secteurs d’activités). En revanche, je vous proposer aujourd’hui de considérer quelques précieux conseils que j’ai pu retenir de nos intervenants ; des conseils révélateurs de notre (nos) métier(s), reflétant cette réalité du terrain parfois délicate et précaire, des situations professionnelles dont nous devons avoir conscience :

  • « Avoir plusieurs casquettes » ; « faire preuve de polyvalence » : être enseignant(e), mais aussi et pourquoi pas correcteur, évaluateur, examinateur, coordinateur, concepteur etc. Ajoutons aussi notre bagage personnel, avec des compétences dans d’autres domaines qui peuvent être mises à profit : je retiens à ce titre le conseil de Mme Valérie Lemeunier qui nous rappela le foisonnement des enseignements bilingues en écoles (à travers les « disciplines non linguistiques ») qui requièrent des connaissances en littérature, en histoire-géographie etc. Sans compter d’autres qualités comme un bagage de connaissances dans le domaine juridique, artistique (entretenir toujours plus sa culture générale messieurs dames !), ou encore des qualités de dialogue social ou d’approches psychologiques (j’entends ici, avoir un réel comportement d’empathie envers ses étudiants, ses collègues)
  • « Découvrir et travailler avec une multitude de publics » ; « savoir s’adapter » : à l’image des différents secteurs que nous avons pu observer, le champ du FLE regorge d’une multitude de publics avec des besoins et des objectifs précis, différents les uns des autres. Se restreindre à un seul public ou une seule structure durant toute sa carrière serait bien regrettable.
  • S’interroger sur les questions de « financement » : un conseil qui a concerné ici le secteur associatif car bien inévitablement, travailler dans une institution ou vouloir créer une école, une association de langues ou même développer un projet sur court ou long terme, voilà ce qui demande certaines compétences en logistique, en gestion administrative, de démarchage ou parrainage, ce qui dépasse les murs de la classe de langues.
  • Petite note pour le FLP : Danielle Houzé nous a bien avoué qu’il sera difficile pour un professeur de faire du FLP s’il n’a « jamais expérimenté le monde du travail en entreprise » auparavant …
  • « Partir à l’étranger, profiter de (notre) jeunesse » : car pour la plupart d’entre nous, nous n’avons pas encore d’enfants à charge, ce qui est idéal. Ce conseil nous a été donné par Agnès Foyer (CIEP) alors que certains étudiants dans la salle évoquaient leur désir de travailler (uniquement ?) en France, à Paris. Nous avons la chance d’avoir un métier qui permet et qui nous aspire -dirais-je- à voyager. Ne serait-ce qu’en termes d’ouverture d’esprit et de décentrement, comme les apprenants en FLE à Paris le font, expérimenter une langue-culture étrangère pendant une mission à l’échelle internationale donne plus de conscientisation à notre métier. Et en ce qui me concerne, je compte bien exercer à l’étranger, aussi en France j’espère, mais surtout, avant d’engager quoi que ce soit (peut-être une thèse).
  • Concevoir sa carrière dans une dynamique évolutive, et accepter de faire des « choix risqués » : comme dans beaucoup d’autres domaines, les jeunes diplômés du master 2 devront nécessairement faire d’abord face à des contrats qu’ils n’avaient pas envisagés ou dont ils n’auront pas vraiment envie, avouons-le. Mais, pour reprendre le terme employé par Mme Valérie Lemeunier, il s’agit de concevoir ces premiers postes comme des « tremplins » non négligeables pour optimiser sa carrière et enrichir son CV. Les récits des parcours de ces professionnels auront eu pour points communs parmi tant d’autres de réunir les mêmes types d’expériences. Pour ne retenir ici que les missions MAE (ou Campus France), les VI (Volontariat International).
  • Ne pas sous-estimer le monde du FLE, qui peut s’avérer très petit et je finirai sur ce conseil : ne pas se faire d’ennemis !

Et enfin, non pas un conseil mais plutôt une évidence, ce qui est parfois difficile et regrettable à entendre : ne pas perdre de vue que le champ du FLE reste un foyer de « précarité ». Il s’agit de ne pas en avoir peur mais plutôt se donner les moyens de comprendre la situation, d’optimiser nos choix et de réussir, de vivre notre métier avec toute la passion qui nous a guidée jusqu’ici.

Pourquoi avoir choisi participer à ces rencontres ? Pour constater et se préparer psychologiquement à cette réalité du terrain qui malheureusement, manque à notre formation en Spé. 1. À nouveau, je ne cherche pas à jeter la pierre à notre spécialité Recherche mais- en ce qui me concerne toujours-  je ne compte pas m’engager directement dans une thèse à l’issue de mon mémoire et je ne pourrai pas indéfiniment me cacher dans les rayons des bibliothèques, art que dans lequel j’excelle depuis quelques mois maintenant. Je me rends compte maintenant que ce billet me permet de revenir sur certains de mes choix. C’est l’heure des aveux : pendant de longs mois j’ai hésité à candidater pour cette Spé. 2 (oui oui !) tiraillée aussi par l’envie de notre Spé. 1. Pour quelle raison avoir choisi la Spé. 1 ? Parce que je ne voulais pas me restreindre à un certain type de publics (apprenants alpha, migrants). Mais surtout parce qu’inconsciemment à l’époque, je ne voulais pas affronter cette réalité du terrain et du monde professionnel. Le coup de marteau a bien fini par me rattraper.

Floriane Gonidec

actuellement étudiante en M2 Didactique des langues et des cultures de l’université Paris 3. Licence de Lettres Modernes de Rennes 2

More Posts

Des professionnels de différents secteurs du FLE parlent de leur métier

J’ai décidé de commencer mon billet par la célèbre citation de J.P SARTRE «L’enfer, c’est les autres.», citation extraite de sa pièce de théâtre Huis clos. Citation mal comprise. De prime abord, c’est une assertion qui conforte tous les esprits «étroits» qui sont convaincus que l’Autre, l’étranger n’est là que pour nous déstabiliser et mettre à mal nos certitudes, d’où les conflits. Or, le philosophe dans ses tentatives d’explications, parce que la formule «a dépassé le cadre philosophe.» déclare qu’ «On a cru que je voulais dire par là que nos rapports avec les autres étaient toujours empoisonnés, que c’était toujours des rapports infernaux. Or, c’est tout autre chose que je veux dire. Je veux dire que si les rapports avec autrui sont tordus, viciés, alors l’autre ne peut être que l’enfer.»
Cette citation n’a pas quitté mon esprit tout au long de l’intervention des invités de la rencontre entre les professionnels de différents secteurs du FLE qui parlaient de leur métier et les étudiants de Master 2 Didactique.
Mme SPAETH, directrice du DILTEC a, dans son mot d’ouverture, que la didactique du FLE est tournée vers le terrain et a encouragé les rencontres de ce type qui sont bénéfiques et pour les étudiants qui, ainsi, échangent avec les professionnels des métiers FLE afin de s’informer sur les contraintes et les procédures dans ce secteur ; et pour les professionnels qui attendent beaucoup du dynamisme des jeunes diplômés.
Les intervenants qui nous venaient du milieu scolaire ont parlé de leur expérience et ont expliqué le dispositif mis en place pour les élèves nouvellement arrivés. Que faut-il retenir?
Dans le passé, l’élève nouvellement arrivé non francophone, quel que soit son âge, intégrait une classe où les bases de la langue française étaient dispensées. Ainsi, les enseignants pouvaient se retrouver dans des classes très hétérogènes et difficiles à gérer.
Présentement, un test diagnostique détermine le niveau en français de l’élève nouvellement arrivé désormais considéré comme allophone (c’est-à-dire qui a une autre langue dans son répertoire). L’élève est admis dans un niveau de sa classe d’âge et suivra des cours comme l’EPS ou l’anglais avec des élèves de son âge mais est mis dans une unité pédagogique particulière (10 à 12 heures par semaine) pour qu’il rattrape son retard.
De ce nouveau paradigme naitra les UPE2A (Unité pédagogique pour élève allophone arrivant). Ces unités sont reparties inégalement sur le territoire. On en compte 50 à Paris. Est poursuivi comme objectif une intégration progressive de l’élève dans le niveau de sa classe d’âge. Les intervenants ont insisté sur la nécessité de collaboration et d’échange entre les enseignants UPE2A et les enseignants des classes ordinaires.
Au collège, il arrive qu’un enseignant s’occupe d’une UPE2A parallèlement à ses cours en classe ordinaire. Et chose étonnante, l’intervenante a affirmé que son expérience en UPE2A l’a aidé à amélioré à mieux enseigner dans sa classe «ordinaire. »
Dans la 2ème partie de la rencontre, des responsables d’associations ont insisté sur la nécessité de prêter main forte, d’une manière ou d’une autre, à toutes les volontés qui viennent en aide les élèves et les familles qui vivent des moments difficiles. THOT, AUTREMONDE et RADYA, avec chacune sa manière de faire, relèvent merveilleusement bien le défi de la lutte contre l’exclusion.
THOT propose des sessions de cours de français de 16 semaines pour permettre une intégration par la langue. La Présidente de l’association a expliqué que son association propose des cours avec des «vrais professeurs» sensibilisés sur la question des migrants. De plus, connaitre une des langues des migrants est un atout pour le recrutement pour que le message passe mieux surtout au début où le nouvel arrivant a besoin de passer par sa langue maternelle pour comprendre. L’association ne se limite pas à l’enseignement; la présidente a détaillé les aides juridiques et sociales qu’ils peuvent apporter à ces personnes et familles parfois dans la détresse la plus totale. Un professeur de l’association a parlé d’ «intégration rapide» parce que THOT a comme objectif une intégration linguistique, sociale, culturelle et professionnelle.
Les autres associations présentes comme Autremonde et RADYA, ont, à travers leurs responsables, insisté sur leurs objectifs de solidarité pour un lien social et combattre la précarité.
Avec cette volonté d’«aider» et d’«aimer», l’autre n’est plus l’enfer.

MOUSSA YABEH Mohamed

Ex-professeur de français à Djibouti
Actuellement inscrit en M2 Didactique (Spéc 1) à l’Université Sorbonne Nouvelle

More Posts

Follow Me:
FacebookFlickr

Evènements : présentation de manuels de FLE

Bonjour,

Deux nouveaux manuels de FLE « Entre Nous 3 (B1) » et « Entre Nous 4 (B2) » seront présentés à la Maison des langues le mercredi  1er février. Je pense que cela sera intéressant, sur tout pour ceux qui travaillent sur les manuels pour leur mémoire.  Et puis, chaque participant peut recevoir un spécimen des deux méthodes, un carnet de notes et un code premium de leur site!

查看原始图片查看原始图片

Voici les informations pratiques:

Adresse : Éditions Maison des Langues
78, rue de Turbigo, 75 003 ParisDate : Mercredi 1er février 2017

Horaires : 16h30 à 18h00

Attention : le nombre de places est limité et  l’inscription est obligatoire.

Lien pour s’inscrire :

Kaiyun HU

Master 2 Didactique du FLE,
Licence Sciences du langage

More Posts

A la poursuite des références !

Je voudrais partager avec vous la bibliographie (toujours provisoire) de ma recherche. Même si nos sujets ne sont pas directement en relation, vous trouverez peut-être des références utiles. J’ai quelques titres concernant la rédaction du mémoire, la méthodologie de la recherche et la soutenance, j’espère qu’ils vous aideront dans votre travail. Bonne lecture !

  • Aubert, V, Quel est l’impact d’une approche sémantique de la grammaire pour un public sinophone, Mémoire, Université Paris III Sorbonne Nouvelle, Paris 2012
  • Beacco, J-C, La didactique de la grammaire dans l’enseignement du français et des langues, Les Éditions Didier, Paris, 2010
  • Beacco, J-C, La « question de la grammaire » dans l’enseignement du francais comme langue étrangère. Nouveaux contextes, nouvelles perspectives, 2008, dans Galatanu, O et al, Enseigner les structures langagières en FLE, Peter Lang, Bruxelles, 2010, p. 41-51
  • Charaudeau, P, Grammaire du sens et de l’expression, Hachette livre, Paris 1992
  • Charaudeau, P, Les fondements d’une grammaire du sens. Retour à mes premières amours, Hommage à Mats Forsgren, Site de Patrick Charaudeau, 2012. Article en ligne : patrick-charaudeau.com/Les-fondements-d-une-grammaire-du.html [consulté le 04/01/2017]
  • Chiss, Jean-Louis, David, Jacques, Débats dans l’enseignement-apprentissage de la grammaire, Aramand Colin : Le français aujourd’hui 5/2011, p. 129-138. Article en ligne : cairn.info/revue-le-francais-aujourd-hui-2011-5-page-129.htm., [consulté le 09/10/2016]
  • Conseil de l’Europe, Cadre européen commun de référence pour es langues : Apprendre, enseigner et évaluer, Didier, Paris, 2001
  • Cuq, J-P, Une introduction à la didactique de la grammaire en français langue étrangère, Les Éditions Didier, Paris, 1996
  • Cuq, J, Gruca, I. (2005). Cours de didactique du français langue étrangère et seconde. Presses universitaires de Grenoble
  • De Salins, G.-D, Grammaire pour l’enseignement/apprentissage du FLE, Les Editions Didier, 1996
  • Fuchs, Catherine, La linguistique cognitive, Gap Paris : Éd. Ophrys Éd. de la Maison des sciences de l’homme, DL 2004
  • Lebas-Fraczak, L. (2011) Évolution méthodologique en FLE : quelles conséquences pour l’apprentissage de la grammaire ?. HAL archives ouvertes. En ligne : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00599755/document
  • Ruiz Campillo, J (2007). Gramática cognitiva y ELE. Entrevista a José Plácido Ruiz Campillo. Marcoele: Revista de didáctica español lengua extranjera. Article en ligne: http://marcoele.com/gramatica-cognitiva-y-ele/

 Bibliographie à poursuivre

  • Aguerre, S, Grammaire de l’apprenant et explicitation. Quand apprendre c’est se construire de représentations à partir de corpus et d’instruments, 2008, dans Dans Galatanu, O et al, Enseigner les structures langagières en FLE, Peter Lang, Bruxelles, 2010, p. 65-76
  • Besse, H, Porquier, R, Grammaires et didactique des langues, Collection Langues et apprentissages des langues, Didier, Paris, 1991
  • Besse, H, Métalangages et apprentissage d’une langue étrangère, Langue Française, 47, Larousse, Paris, 1980, p. 115-128.
  • Blanchet, A, et al, Les techniques d’enquête en sciences sociales : observer, interviewer, questionner, Dunod, Paris, 2005
  • Blanchet, P., Chardenet, P.,  Guide pour la recherche en didactique des langues et des cultures, Approches contextualisées, Editions des archives contemporaines (EAC), Paris, 2011
  • Bruley, C, Triquenot, A, Entre linguistique et didactique : L’intérêt de l’analyse sémantique et morphologique des verbes dits « à potentiel spatial » dans l’enseignement des combinatoires verbes / prépositions en français langue étrangère, dans Portine H., Sotra T. (dir.), Les approches didactiques en (F)LE – Un processus ouvert. Sur le temps et l’espace, APU (Artois Presses Université), Etudes Linguistiques Didactique des langues, 2012, p. 11-31.
  • Bruley, C, Enseigner la langue : quelle sensibilisation à la réflexivité grammaticale ?, dans Causa, M, Galligani, S, Vlad, M (dir.), Formation et professionnalisation des enseignants des langues. Evolutions des contextes, des besoin et des dispositifs, Riveneuve édition, col. Actes académiques, Paris 2014, p 355-374
  • Bruley, C, Approche sémantique de la grammaire : qu’en est-il aujourd’hui en français langue étrangère ?, Le francais dans le monde N°57, 2015, p28-37
  • Courtillon, J, La mise en œuvre de la « grammaire du sens » dans l’approche communicative, Analyse des grammaires et de manuels, Ela. Etudes de linguistique appliquée N°122, 2001, p153-164
  • De Salins, G.-D, Santomauro, A, Cours de grammaire française activités niveaux 1&2, Les Editions Didier, Paris 1997
  • De Salins G.-D, Place des apprenants et place des savoir-faire enseignants dans les grammaires de français langue étrangère, Langue Française, 131, Larousse, Paris, 2001 p. 23-37.
  • Germain, Cl, Séguin, H, Le point sur la grammaire, CLE International, Paris, 1998
  • Guidere, M, Méthodologie de la recherche, Ellipses, Paris 2004
  • Hernández Sampieri, R. et al, Metodología de la investigación, cuarta edición, McGraw-Hill Interamericana, México D.F., 2006
  • Humbert, J-L, Le guide du mémoire : du projet à la soutenance, Nathan, Repères pratiques, Paris, 1999
  • Laurens, V, Modéliser des séquences en FLE et FLM : analyse comparée de l’unité didactique et de la séquence didactique, Le francais aujourd’hui, 176, 2012, p. 59-75
  • Lemeunier, V, Acquérir des automatismes linguistiques pour développer une réelle compétence de communication, L’enseignement des langues aux adultes, aujourd’hui. Une pratique de la pédagogie pour une pédagogie de la pratique, Actes du premier colloque ELE de l’université de Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Etienne, Saint-Etienne, 2001
  • Lemeunier, V, Elaborer une unité didactique à partir d’un document authentique, Franc-parler, 2006, Article en ligne : http://www.francparler.org/dossiers/lemeunier2006.htm
  • Porquier, R, Grammaire ordinaire, source d’activités…, Le Français dans le monde, 354, FIPF/CLE International, Paris, 2007, p. 27-29
  • Somé, K-P, Grammaire FLE : enseigner le système des temps du passé, Pratique et enjeux dans la didactique des langues aujourd’hui, collection linguistique en ligne Epilogos, 2013
  • Suso López, J, La grammaire et les descriptions de la langue : la réflexion sur le fonctionnement de la langue favorise-t-elle l’apprentissage du FLE ?, dans Suso López, J (dir.), Phonétique, Lexique, grammaire et enseignement-apprentissage du FLE, Método ediciones, Granada, 2004, p 215-258. Article en ligne : http://www.ugr.es/~jsuso/publications/Chapitre%206PhLexGrammaire.pdf [consulté le 09/01/2017]

Salomé Molina Torres

Etudiante en M2 Didactique du Français Langue Etrangère et Langues du Monde, Paris 3

More Posts

Rencontre avec les professionnels du FLE : 24 et 25 janvier 2017

Affiche et programme des deux temps de rencontres professionnelles organisées par les étudiant.e.s de la spécialité 2 du M2 de Paris 3 mardi 24 et mercredi 25 janvier prochains

programme-rencontres-pro_2425janvier2017_versiona4 rencontres-professionnelles_m2_24-et-25-janvier-2017

programme-rencontres-pro_2425janvier2017_versiona4

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Carnets

Au chapitre cinq de son ouvrage Changer de société, Refaire de la sociologie,  Bruno Latour décrit comment organiser la collecte d’informations pour ensuite manipuler plus aisément ces données.  Afin de réaliser un bon travail de recherche l’auteur nous conseille de classer l’information dans quatre carnets parce que tout fait partie des données.

Ainsi, selon Bruno Latour le premier carnet doit contenir toutes les métadonnées liées aux travaux de recherche, par exemple, le calendrier de tous les évènements qui sont en rapport avec la recherche. Le deuxième carnet selon l’auteur doit contenir de l’information récoltée et classée de façon chronologique. Dans le troisième carnet, Bruno Latour conseille de rassembler des essais d’écriture ad libitum. Le dernier carnet est consacré à la confrontation d’idées.

En ce qui concerne le traitement de l’information, je suis tout à fait d’accord avec l’auteur. Bruno Latour construit son analyse à partir de sources et arrive à la confrontation d’idées sans bruler les étapes. Néanmoins, je n’utilise pas plusieurs carnets pour classer mes données. Par exemple, pour les métadonnées et l’information récoltée, j’utilise un dossier créé directement dans ma messagerie. A mon avis, c’est très utile car aujourd’hui on communique beaucoup par courrier électronique et on fait des recherches bibliographiques en ligne. Pour mes notes écrites j’utilise un carnet.

 

 

Bibliographie

Bruno Latour, Changer de société, Refaire de la sociologie, La découverte, Paris, 2006.

 

Marie T.

M2 Didactique des langues

More Posts

Mon premier dialogue

 

L’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3,  à côté de la salle M :

–          Bonjour, Monsieur ! Vous allez bien ?

–          Oui, et vous?

–          Oui, merci !

–          Est-ce que vous avez bien reçu mon e-mail au sujet de mes travaux de recherche ?

–          Oui, bien sûr.

–          Donc, comme je vous l’ai écrit, je souhaite travailler sur l’enseignement du FOS dans le domaine militaire. J’ai apporté le document que je vous ai envoyé.

–          Oui, merci… Oui, le sujet est très intéressant. Pourquoi vous avez choisi ce sujet ?

–          En fait, l’année dernière j’ai effectué mon stage à l’Ecole militaire, cette année je voudrais enrichir mon expérience par des recherches théoriques.

–          Oui, je comprends, c’est une bonne idée.

–          Je pense aussi que la particularité du contexte militaire doit être prise en compte dans le cadre de la formation des futurs enseignants du FLE. D’autant plus que de nombreux stages orientés vers l’enseignement du français spécialisé sont proposés annuellement par le service de la coopération militaire DCSD.

–          Oui, je trouve ce sujet intéressant.

–          Merci, Monsieur.

–          J’ai apporté également mes notes bibliographiques.

–          Oui, merci, je vais les regarder.

–          Merci beaucoup, Monsieur ! Je me mets au travail ! Si jamais j’ai des questions je viendrais vous voir à Censier…

–          Bien sûr, bien sûr !

–          Merci !

 

Marie T.

M2 Didactique des langues

More Posts

Compte rendu du colloque  Le FLE/S dans tous ses états : dialogues avec Louis Porcher

 

Ce colloque organisé par l’Asdifle en partenariat avec le laboratoire Diltec (Didactique des langues, des textes et des cultures) s’est tenu du 4 au 5 novembre, à l’université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

On sait que Louis Porcher – professeur à la Sorbonne Nouvelle Paris III, agrégé de philosophie, sociologue et écrivain – a été une figure majeure de l’enseignement du FLE. Il a fondé l’Asdifle et donné au FLE un cadre disciplinaire. Louis Porcher a également travaillé pendant plusieurs années comme expert en langues vivantes auprès du Conseil de l’Europe.

Il faut préciser que l’association de Didactique du Français langue étrangère (l’Asdifle) tient un rôle important dans le domaine de la didactique du français langue étrangère et seconde. Cette association est née en 1986 suite au constat d’un réel besoin de mieux spécifier le champ disciplinaire du FLE. En effet, dans les années quatre-vingt on voit apparaitre les nouvelles filières universitaires entièrement consacrées à la didactique du FLE ainsi que les certifications en langue destinées aux étrangers (DALF/DELF). Depuis sa création l’Asdifle enrichit le champ disciplinaire du FLE en menant des recherches sur les sciences du langage, la didactique des langues et les sciences de l’éducation.

Le colloque marquant le 30ème anniversaire de l’Asdifle a eu pour objectif de rendre hommage à la mémoire de Louis Porcher et de travailler autour des trois grands axes de réflexion suivants :

–          L’axe Philosophie, sociologie, éducation ;

–          L’axe Sémiotique, communication et médias ;

–          L’axe Didactique du FLE/S

Je me suis intéressée plus particulièrement aux travaux de recherche d’une ancienne étudiante de Louis Porche, Lidwien Van Dixhoorn : De la génération zapping à la génération Snapchat : l’utilisation des médias au monde connecté. Etant en poste chez Radio France Internationale Lidwien Van Dixhoorn participe à l’élaboration de leur stratégie digitale et mène ses recherches sur les relations entre société et médias (radio, télévision, téléphonie mobile).

numerique

Lidwien Van Dixhoorn constate que le digital est à la fois une opportunité et un risque pour notre société. En effet, la révolution numérique entraine une vraie remise en question du métier de journaliste. Dans notre société hyper connectée on préfère désormais avoir de l’information gratuite et immédiate : on est connecté dès notre réveil pour consulter différents réseaux sociaux comme Facebook et Twitter.

Lidwien Van Dixhoorn souligne que le téléphone portable est le seul média totalement interactif. En effet, grâce aux différentes applications, on peut diffuser de l’information pertinente en temps réel vers la téléphonie mobile et recevoir les réactions de la part de l’audience. Selon Lidwien Van Dixhoorn, suite à cette accélération du temps les éditeurs ont également une réputation à tenir sur les réseaux sociaux. Lidwien Van Dixhoorn donne l’exemple d’une marque d’ameublement violemment critiquée par les internautes suite à sa collection de meubles baptisée Colonie, qui invitait à un voyage exotique 

En ce qui concerne le domaine du FLE, je pense que l’on peut accompagner encore plus l’apprentissage par le numérique. En effet cela implique l’invention des nouvelles pratiques pédagogiques et le renouvellement des modes d’apprentissage.

 

 

 

 

Marie T.

M2 Didactique des langues

More Posts

Mémoire : Proposition d’une première ébauche de plan

Bonjour,

j’aimerais vous faire partager une première ébauche de plan pour mon mémoire qui a pour thème la littérature dans les manuels de FLE. Pour cela, je m’appuie sur cinq manuels de FLE de niveau B1 plutôt récents (je vous fournirai les titres de ces derniers en commentaire si cela vous intéresse) . Le plan que je vous propose ici nécessite de nombreuses modifications/ améliorations. Vos commentaires et vos avis sont plus que bienvenus.

Je me questionne sur la nécessité ou non d’un questionnaire à proposer aux étudiants qui étudient ou ont étudié le FLE concernant la récurrence de textes littéraires étudiés en FLE (ceci est une hypothèse que j’émets).  Cela me serait utile pour le troisième point de ma quatrième partie.

Introduction

  1. justification du choix du sujet
  2. problématique
  3. hypothèses de départ

Première partie : Définition de la notion de « littérature »

  1. Qu’est-ce que la littérature ? Un texte littéraire ?
  2. Les cas spécifiques : la musique et les scénarios
  3. Une littérature spécifique au FLE ?

Deuxième partie : Cinq manuels comme terrain

  1. Présentation des manuels
  2. Les textes littéraires et leur place dans ces manuels

Troisième partie : Littérature et manuels de FLE : la « manuélisation » du texte littéraire

  1. Le choix des textes littéraires : choix arbitraire ou réelle réflexion didactique ? Quelle place réservée aux attentes des enseignants de FLE ?
  2. La place des textes littéraires dans les manuels de FLE : réel intérêt littéraire ou simple prétexte ?
  3. Les questionnaires d’aide à la compréhension

Quatrième partie : La littérature en FLE

  1. Les adaptations littéraires au public FLE
  2. La littérature comme moyen de diffusion de la culture
  3. Des textes littéraires récurrents en FLE

Conclusion

Justine Dumaine

Diplômée d’une licence en Sciences du langage mineure FLES à Paris 3 et titulaire d’un Master 1 en Didactique des langues, je suis actuellement en Master 2 Didactique des langues et des cultures.

More Posts