Archives de catégorie : penser une expérience

Les expériences de création

Compte rendu du séminaire Les expériences de création du 3 mars 2017

Je pense que nous avons tous connu des moments où nous étions tout seuls en train de réfléchir tout au début de notre raisonnement mais que finalement, ne sachant pas où aboutir, nous nous sommes contentés de remanier des choses…  Ainsi, je m’interroge depuis longtemps sur la question de l’expérience créative. Je me suis demandée si le fait de réfléchir sur l’acte créatif développait la capacité à créer. Par conséquent,  je recherchais la réponse à ma question.

Le 3 mars 2017 j’ai eu la chance d’assister au séminaire public de recherche Les expériences de création qui s’est déroulé au sein du Conservatoire National des Arts et Métiers (Cnam). Conçu par la chaire Unesco Formation et Pratiques Professionnelles du Cnam et l’organisation l’AFDAS (Fond d’Assurance Formation des Activités du Spectacle), ce séminaire public de recherche était organisé afin de ne pas autonomiser l’expérience de la recherche, de le faire en écho avec des acteurs professionnels et sociaux. En effet, au niveau professionnel, ce genre de séminaires permet de mieux comprendre le concept d’innovation, de le lier au concept de la création.  Ainsi, les organisateurs recherchent à entendre des expériences dans les domaines les plus divers : la création artistique, la création industrielle et la création scientifique.

Lors de ce séminaire j’ai pu écouter le témoignage de Cédric Villani – le mathématicien français, médaillé Fields, directeur de l’institut Henri Poincaré – sur son expérience de création. Il faut ajouter que Cédric Villani est également co-auteur de l’ouvrage Les coulisses de la création où il parle de son expérience en matière d’activité créative, de la notion de travail d’effacement du créateur, de la solitude… J’ai choisi de refléter ce témoignage dans mon compte rendu, car, même s’il reflète l’expérience créative des scientifiques, je pense que ces constats peuvent être applicables dans les domaines non-scientifiques.

Cédric Villani a commencé son témoignage par l’exposition du processus de création reposant sur quatre « moteurs » principaux. Le premier moteur c’est la nécessité d’un problème à résoudre, le deuxième moteur c’est le rêve, le troisième moteur est la curiosité et le quatrième moteur le hasard. Selon Cédric Villani ces quatre moteurs ne sont pas exclusifs, parce que l’on trouve le plus souvent leur combinaison. Ensuite il a donné des exemples illustrant l’expérience de création pour chaque moteur.

Afin d’illustrer le moteur de la nécessité, Cédric Villani a évoqué le début du projet Manhattan : le projet de la création de la bombe atomique du gouvernement américain. Il a expliqué que le gouvernement américain s’était lancé dans ce projet parce que c’était une question de nécessité majeure. En effet, les meilleurs scientifiques du moment étaient persuadés que la bombe atomique était en cours de développement du côté allemand. Ainsi, pour le gouvernement américain, il fallait avoir de quoi contre attaquer les allemands, mettre au point la bombe atomique était une nécessité vitale.

Pour illustrer le deuxième moteur, le rêve, Cédric Villani a évoqué un autre moment de l’histoire américaine : l’alunissage. Il a souligné que cet évènement – d’une résonance phénoménale, qui se réinvite régulièrement dans le discours quand il s’agit de l’avenir du pays – reste aujourd’hui l’exploit technologique dont la culture américaine est la plus fière.

Pour illustrer le troisième moteur, la curiosité, Cédric Villani a évoqué Claude Shannon, le célèbre père de la théorie de l’information. En effet Claude Shannon disait toujours lors de ses interviews que tout ce qu’il a fait, il l’a fait avant tout pour satisfaire sa curiosité et le sentiment de devoir rendre service au monde.

Selon Cédric Villani, le quatrième moteur, le hasard, joue un rôle important dans la quantité de découvertes. Cédric Villani reprend l’exemple du projet de la création de la bombe atomique, Manhattan, qui a bouleversé toute la conception qu’un être humain peut se faire de la science, de son pouvoir et de son danger. Dans le cadre de ce projet, Cédric Villani a évoqué Leó Szilárd, le physicien hongrois, exilé en Angleterre. En effet, en 1930, il s’est promené dans les rues de Londres avec l’idée fixe de résoudre la question de l’extraction de l’énergie des atomes. Alors qu’il traversait une rue, le feu en face de lui passait au rouge, il eut une illumination : le mécanisme de réaction en chaîne. Les neutrons dans la matière fissile – comme l’uranium, que l’on découvrira plus tard – cassent l’atome en deux émettant plusieurs neutrons et un peu d’énergie et puis chacun de ces neutrons va casser un atome en deux émettant à son tour d’autres neutrons et un peu d’énergie et ainsi de suite. Le nombre de neutrons impliqués augmente exponentiellement vite, la quantité de neutrons devient importante et une portion de plus en plus grande d’énergie se retrouve émise. Cela peut produire l’explosion atomique et, à cette époque-là, Leó Szilárd, est peut-être le premier à avoir la conscience de ce qui est possible en utilisant cette très grande quantité d’énergie de la matière.

Selon Cédric Villani, Leó Szilárd a été curieux mais a également voulu travailler sur ce problème parce qu’il a été agacé par la pensée qui régnait à l’époque : les scientifiques disaient qu’il y avait tellement peu d’énergie dans les atomes que l’on ne pourrait jamais en faire quoi que ce soit. Ainsi, Leó Szilárd a voulu démontré le contraire. Cédric Villani a souligné que, de façon générale, beaucoup de nouvelles idées arrivent sur les faits que les chercheurs ont vraiment envie de démontrer ou quand ils sont en compétition avec autrui.

Leó Szilárd pense, en 1933, que l’Allemagne est mieux placé pour réaliser la bombe atomique et alerte tout le monde afin d’avancer les travaux, sans le moindre succès. Il s’écoule quelques années avant que finalement il soit pris au sérieux suite à une autre découverte qui attestait que l’uranium était effectivement une matière fissile. En résumé, Leó Szilárd a en effet connu beaucoup de hasard et avait une idée qui était bonne mais qui n’était pas prise au sérieux. Néanmoins, plus tard, Leó Szilárd va écrire la lettre qu’Einstein enverra à Roosevelt pour lancer le fameux projet Manhattan.

Cédric Villani termine cet exemple en relevant que cette découverte repose également sur la motivation basée sur les savoirs erronés, car, à la fin de la guerre, en écoutant l’enregistrement des allemands on découvre qu’ils n’étaient pas du tout au point sur la bombe atomique et cela a été une énorme surprise pour les scientifiques américains. Ainsi, selon Cédric Villani il est important pour les chercheurs de travailler dans un environnement ouvert, et de ne pas être contraints par des problèmes d’insécurité liée à la guerre.

À la fin de ce séminaire Cédric Villani nous a montré également une sorte de ballon sphéroïdal appelé Gömböc. En effet, Gömböc qui signifie le sphéroïde en hongrois, a été créé par le mathématicien hongrois Gabor. Gömböc est une réponse à un problème mathématique qui porte sur les formes convexes et homogènes. Pour le dire clairement, Gömböc n’a pas de renfoncements et il est tout en extérieur, il n’y pas de partie qui soit plus dense qu’une autre. Ainsi, quelques soit la configuration dans laquelle on met le Gömböc, il va revenir vers sa position d’équilibre stable.

Cédric Villani avec Gömböc

Cédric Villani a expliqué que pour trouver cette forme, Gabor a fait une recherche de plusieurs années. Au début il a cherché de l’inspiration dans la nature en collectant des galets par milliers. En remarquant qu’aucun galet ne s’approchait de la propriété recherchée, Gabor a abandonné ses recherches dans le milieu naturel. Cédric Villani raconte ensuite, que c’est finalement une rencontre de cinq minutes par hasard, au congrès international des mathématiciens, qui a changé toute la trajectoire de la recherche de Gabor. Il s’associe ensuite avec un ingénieur et fait dix ans de recherche qui aboutissent et ouvrent tout un domaine. Ainsi, Cédric Villani conclut, que dans le domaine de recherche il y a également beaucoup de facteurs qui se reposent sur la contingence.

Cédric Villani a ajouté qu’en réfléchissant à son processus créatif, il le décrit en employant plutôt des termes relevant du domaine militaire et architectural comme l’attaque, contournement, encerclement. Il a souligné aussi qu’il soutient la conclusion des neuro scientifiques et pense que la réflexion mathématique est non verbale. Cédric Villani a ajouté que Chomsky avait le point de vue opposé. En effet, selon Chomsky, le langage mathématique se développe à partir du langage courant grâce aux abstractions des concepts ; pour aboutir au concept mathématique, le langage apporte de la structuration par abstraction des liens structurels.

Au sujet de la créativité, Cédric Villani a remarqué, qu’il y a plusieurs catégories de génies scientifiques. Selon lui Il y a un groupe de génies qui ont plus de « capacité » et l’autre groupe des génies, qui sont parfois lents, incapables de dire comment ils ont réussi à avoir leurs idées et quel raisonnement ils ont suivi. Cédric Villani, a donné l’exemple de George Nash, qu’il a côtoyé en soulignant qu’il avait un côté prophétique dans ses analyses sans aucune maîtrise de son processus créatif.

Cédric Villani a également ajouté que pour bien comprendre une chose il faut l’expliquer et que selon lui, ce serait la seule méthode qui marche. Cédric Villani a insisté sur la nécessité de mettre la compréhension au premier plan, car la mettre au second plan est caractéristique pour un être humain. En effet, un être humain peut faire et refaire quelque chose même s’il voit des indices indéniables de l’inutilité de l’acte, son aspect de croyance va prendre le dessus sur la compréhension.

En ce qui concerne les rencontres des chercheurs, Cédric Villani a souligné qu’à l’heure actuel les points de rencontre les plus féconds sont ceux qui viennent au confluant entre deux domaines. Il a également accentué l’importance des rencontres physiques, car, selon lui Skype, l’Internet n’ont pas pu supplanter le fait d’être dans la même pièce lors d’une conférence.

Cédric Villani souligne qu’il y a également un point commun entre toutes les bonnes nouvelles théories : elles échappent à leurs créateurs et se retrouvent finalement développées par d’autres plus loin et plus vite.

Marie T.

M2 Didactique des langues

More Posts

« La moindre des choses », Nicolas Philibert

 

la-moindre-des-choses

Dans le cadre de son séminaire Littérature et enseignement, Serge Martin invitait le 5 janvier 2017 Maël Guesdon à présenter son travail de thèse sur le concept de ritournelle chez Deleuze et Guattari.

A ceux qui voudraient mieux connaître le contexte de travail de Guattari, soit la clinique psychiatrique de La Borde évoquée par Maël Guesdon, je recommande le visionnage du documentaire La moindre des choses. Réalisé par Nicolas Philibert (également auteur du documentaire Etre et avoir) en 1996, le film suit les pensionnaires et le personnel soignant de l’établissement. Comme chaque année, ils préparent une représentation théâtrale. Cette année-là, il s’agit d’une œuvre de Witold Gombrowicz, Opérette.

Cette expérience artistique est aussi ponctuée par les ritournelles proposées par l’accordéoniste accompagné des pensionnaires, chanteurs ou instrumentistes, qui semblent ainsi sortir de la stéréotypie verbale comme enfermement pour entrer dans une ritournelle collective, ouverte sur l’extérieur et la rencontre avec l’autre.

Le film est disponible en intégralité sur youtube : https://www.youtube.com/watch?v=CKJp9JLqTkY

Laure Garnier

M2 Didactique des langues, Paris 3

More Posts

Conversation avec mon directeur de mémoire (ou plutôt avec moi-même…)

Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé est purement fortuite.

Après quatre ans d’école maternelle (non, je ne suis pas née stupide, seulement en début d’année), cinq ans d’école primaire, quatre ans de collège, trois ans de lycée et quatre ans d’université, soit un total de 4+5+4+3+4 = 20 ans d’institutions scolaires (les mathématiques ne sont pas mon fort, j’étudiais les langues après tout), je me retrouve en Master 2 à devoir parler de manière plutôt détendue avec un enseignant afin d’écrire l’œuvre ultime de mon master, qui n’est autre que mon mémoire. Après 20 ans passés « à l’école », après 20 ans d’effroi face à la puissance et au courroux de mes enseignants, après toutes ses années, je me retrouve à discuter, moi, future enseignante de français, de manière plutôt égale avec un enseignant-chercheur, publié et expert dans son domaine. Au vu de mon passé et du parcours de mon directeur de recherche, c’est sans surprise que je peux dire que la communication est, pour ma part, source de nombreuses angoisses et mère porteuse de mon anxiété. Sans parler des quinze à cent révisions de chaque email envoyé à mon directeur afin que tout soit parfait et respectueux, la communication directe et orale se transforme en véritable lutte interne entre mon moi « domestiqué » par les institutions scolaires et mon « vrai » moi, mon côté « gaffes » et maladroit, mon moi naturel et sauvage. Mais trêve de « blabla » d’introduction, passons aux choses sérieuses : un exemple de discussion avec mon directeur de recherche.

 

Etudiante : (voix interne : sois polie) Bonjour Monsieur (voix interne : mince, il ne m’a pas entendu, je répète ? S’il a entendu et que je répète, il va penser que je le prends pour un vieux gâteux et malentendant… Bon, c’est pas grave, vaut mieux être trop polie que pas assez, je relance…) Bonjour Monsieur X !

Directeur de mémoire : Ah ! Bonjour ! Vous devez être Priscillia Mollard-Cadix, c’est ça ?

E : Euh oui ! C’est bien moi !

DM : Asseyez-vous, asseyez-vous ! Alors, parlez-moi un peu de vous…

E : Oui, euh alors oui, je m’appelle, je suis en master 2, spécialité 1, option A… Euh j’ai fait une licence d’anglais, mineure FLE à Paris 3 avant parce que euh je voudrais enseigner le français dans un pays anglophone mais euh je ne sais pas lequel encore…

DM : Ah d’accord ! Je vois ! Il va peut-être être temps de se décider ! Haha !

E : Oui, oui, je réfléchis encore… Mais je vais y réfléchir plus sérieusement… (voix interne : Oh mince, si je fais pas un doctorat, je fais quoi l’année prochaine, enfin c’est si j’arrive à avoir cette année… Et puis il doit penser que je ne suis pas sérieuse, je n’ai pas de plan de vie en particulier pour l’année prochaine…)

DM : Et pour votre mémoire, quel serait le sujet ?

E : Oui euh j’aimerais travailler sur la créativité et l’authenticité des interactions orales en classe de FLE.

DM : D’accord, c’est bien ce que j’avais noté. Qu’est ce qui vous a orienté vers cette thématique ?

E : J’ai fait mon année de Master 1 aux Etats-Unis, dans une fac en Virginie, et j’ai été assistante de français là-bas. Cette expérience m’a montré que l’oral peut être particulièrement sacrifié dans l’enseignement du français au profit du contenu et de l’avancée dans le programme car l’enseignant avec lequel j’ai travaillé ne donnait aux apprenants aucune opportunité de quelque échange oral… Enfin, euh, j’exagère peut-être un peu mais les échanges étaient extrêmement limités, les seules fois où les apprenants parlaient c’était pour un oral en quatrième année, sinon l’enseignant posait des questions aux apprenants mais y répondait tout seul, sans attendre qu’ils y répondent. J’ai trouvé ça très frustrant et, le premier semestre, il m’a laissé les faire parler car il surveillait le cours que je donnais avec eux mais le deuxième semestre, il m’a interdit de les faire parler, il voulait que je fasse une simple présentation magistrale de mouvements littéraires et ça, ça a été vraiment très dur pour moi car ce n’est pas le genre d’enseignant que je suis ou que je voudrais être…

DM : D’accord, c’est très bien d’avoir déjà une expérience qui vous inspire car les idées, les sources ou les prémices d’une recherche ne se trouvent pas dans le chercheur lui-même mais dans sa relation au monde et dans ce qui le choque, le surprend ou le touche… Avez-vous fait quelques recherches déjà ? Lu des articles ?

E : J’ai commencé à regarder quelques pistes oui mais je ne suis pas sûre de m’y prendre correctement, je ne sais pas vraiment en quoi doit consister un « mémoire de recherche »… Est-ce que je dois chercher moi-même en faisant des vraies enquêtes… Ou est-ce que je dois juste dire ce que les autres ont fait sur le sujet ? Je sais que c’est vraiment basique mais je pense être vraiment perdue à ce sujet…

DM : Oui… Je vois. Le mémoire est plus ou moins large, vous pouvez faire des questionnaires d’enquête si vous le souhaitez mais il faudra néanmoins être extrêmement vigilante vis-à-vis des questions que vous poserez afin de ne pas pousser les enquêtés à répondre à une question de la manière dont VOUS voulez qu’ils répondent.

E : Oui, je vois, pour le coup, ça ne servirait pas à grand-chose et ce serait faussé…

DM : Exactement. Je vous encourage à lire davantage d’ouvrages autour de votre sujet. J’ai notamment écrit un livre qui pourrait apporter un plus à votre réflexion…

E : Oui, je l’ai déjà commencé…

DM : Très bien ! Donc nous nous contacterons rapidement afin de nous revoir ! Sur ce, bon travail et bonne journée !

E : Oui ! Merci ! Bonne journée à vous aussi ! (Voix interne : bon, ça s’est bien passé mais je n’ai pas l’impression d’avoir beaucoup avancé… Je vais suivre ses conseils quand même et l’écouter, sans oublier de remplir mes carnets…)

Priscillia Mollard-Cadix

Etudiante ayant obtenue sa licence d'anglais mineure Français Langue Étrangère à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Actuellement en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde (option recherche) à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle.

More Posts

Le soliloque pour apprendre

On dit que « tout processus acquisitionnel comporte, selon Vygotsky, deux aspects : d’abord interpsychique (les contacts avec les autres) et ensuite intrapsychique (l’intériorisation) » (Arditty et Vasseur, 1996 : § 49 de la version en ligne). Dans la pratique, notamment pour apprendre une langue étrangère, le premier aspect correspond à toutes les conversations, ou interactions, en langue cible. Mais, qu’en est-il du second aspect ? Arditty et Vasseur rappellent, à propos de l’intériorisation, que « le travail capital d’élaboration du nouveau système se fait de façon autonome et essentiellement “ interne ” (Bange, 1992) » (1996 : § 49 de la version en ligne). Pour l’appropriation linguistique, il faut donc que l’apprenant pratique la langue cible en situation d’interaction, et qu’ « il travaille seul » aussi (id.).

Comment pratiquer ce travail solitaire ? Chaque apprenant a peut-être sa propre façon. L’article de Vasseur, « Dialogues, soliloques et projet d’apprenant chez une étudiante avancée » (1999), présente un cas : une apprenante qui pratique le soliloque pour ce travail d’intériorisation.

*    *    *    *    *

Compte rendu de lecture

Dans l’article « Dialogues, soliloques et projet d’apprenant chez une étudiante avancée » (1999), Vasseur parle du potentiel acquisitionnel des activités de soliloque.

Comme le remarque l’auteure (ibid.), dans la continuité de Goffman, le soliloque n’est pas considéré comme une occupation officielle et digne. Lorsque l’on est surpris à parler tout seul, le comportement que l’on va prendre, c’est de s’arrêter de parler. Parler tout seul peut parfois apparaître même comme un tabou. Toutefois, en l’absence d’auditeur, le soliloque est en quelque sorte « autorisé », c’est même fréquent et ordinaire. Ce soliloque en privé correspond à l’imitation de conversations et à l’élaboration de dialogues.

Dans quelle mesure le soliloqie pourrait-il être bénéfique à l’appropriation des langues étrangères ? À travers d’une étude sur une apprenante qui pratique le soliloque en langue cible (français), Vasseur (ibid.) décrit l’apprentissage par cette forme d’interaction. L’apprenante essaie des formes apprises, s’autocorrige, imite des échanges entendus, simule des comportements, tout en organisant des dialogues toute seule. En s’appuyant sur l’analyse d’enregistrements de son apprentissage, l’autuere (ibid.) cite des avantages et des limites du soliloque.

Le premier avantage concerne le temps : « par opposition à l’urgence ou aux évitements habiles des dialogues réels, le temps semble jouer un rôle-clé dans ces soliloques, le temps d’accomplir la tâche tout en revenant sur ses dires, le temps d’apprendre tout simplement » (ibid. : 95). L’apprenante peut ainsi prendre le temps de prêter davantange d’attention à des structures de la langue cible qui ne sont pas encore stables. Le soliloqie lui permet donc de s’entraîner à l’automatisation des connaissances linguistiques apprises. Ensuite, cette « autocommunication » peut être particulièrement favorable à l’appropriation linguistique dans la mesure où l’apprenante peut exercer plus facilement un contrôle sur son discours, contrairement à la situation de conversation où le contrôle est très souvent un élément perturbateur. Par ailleurs, le soliloque lui permet de s’entraîner sans craindre de perdre la face. Elle peut plus facilement manifester des hésitations, des bafouillements, des interruptuins, des pauses longues, etc. De plus, le fait de jouer des rôles variés d’interlocuteurs lui permet de se construire non seulement une compétence langagière mais aussi « une identité d’interactant légitime en L2 » (ibid. : 99).

Comme limites de cette forme d’apprentissage, il est indéniable que l’absence de novelles données et de réactions de la part de l’interlocuteur réel risque de stabiliser certains aspects de l’interlangue de l’apprenante que cette dernière ne sont pas forcément en mesure de remettre en cause. Puis, il est possible que l’apprenante n’arrive pas à trouver la forme correcte toute seule et que ce problème reste, même si c’est provisoire, sans réponse. L’apprentissage par le soliloque se limite donc aux connaissances que l’apprenante a déjà apprises ou entendues quelque part. Il est évident que le soliloque lui seul n’est pas suffisant pour l’appropriation linguistique. C’est en tant qu’« une tâche d’apprentissage d’appoint » (ibid. : 99) que le soliloque devient particulièrement prometteur.

Vasseur (ibid.) souligne que l’intérêt que présente le soliloque réside dans la continuité entre les activités d’entraînement et les activités d’interaction. Le soliloque se pratique commi si c’était le prolongement des conversations passées. Il s’appuie sur des modèles entendus ou proposés, des questions posées et des expériences que l’apprenante a vécues. En soliloquant, l’apprenante a recours à des activités réflexives, crée des objets discursifs en mobilisant des connaissances qui sont sur le point d’intériorisation. Ce travail d’automatisation des connaissances apprises est difficilement praticable dans les conversations, conditions d’interaction pourtant indispensables pour l’appropriation linguistique. C’est justement la combinaison de ces deux type d’activité, dialogue et soliloque, qui est particulièrement intéressante.

*    *    *    *    *

Qunad on est apprenant en langue étrangère, on sait, par expérience, que converser avec des locuteurs natifs ne suffit pas. Il manque quelque chose. En travaillant plutôt sur l’apprentissage dans l’interaction dans le cadre de mon mémoire, ce manque me paraît de plus en plus évident. Comme le montre l’article, le soliloque peut être une des solutions qui complète ce manque, autrement dit, le travail d’intériorisation des connaissances apprises.

Références

Arditty, J. et Vasseur, M.-T. (1996), « Les activités réflexives en   situation de communication exolingue : réflexions sur quinze ans de recherche », Acquisition et interaction en langue étrangère, n° 8 , http://aile.revues.org/1245, consulté le 20 mai 2016.

Bange, P. (1992), « À propos de la communication et de l’apprentissage de L2 (notamment dans ses formes institutionnelles) », Acquisition et interaction en langue étrangère, n° 1, http://aile.revues.org/4875, consulté le 28 mai 2016.

Vasseur, M.-T. (1999), « Dialogues, soliloques et projet d’apprenant chez une étudiante avancée », Langages, n° 134, 85-100.

Sayaka WAKASA

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Comment transcrire la conversation bilingue?

Il y a quelques jours, notre camarade, Sayaka Wakayama, a publié un article appelé « Transcription » sur le blog afin de partager son expérience concernant la difficulté des transcriptions. Je suis tout à fait d’accord avec son point de vue. De plus, je souhaite approfondir cette discussion dans cet article. 

Dans mon mémoire en cours de rédaction, je suis confrontée à une grande difficulté afin de transcrire la conversation exolingue. Dans mon cas c’est la conversation en français et japonais. Il me semble qu’il est compliqué de transcrire le japonais pour deux raisons.

Premièrement, étant donné que mon mémoire est en français, il faut prendre en compte le fait que les lecteurs ne connaissent pas forcément la langue japonaise. Ainsi cela me fait penser à la nécessité de transcrire les traductions. Cependant cela m’oblige à ajouter mon interprétation personnelle dans les transcriptions qui ne me paraît pas pertinent. C’est parce que la transcription est sensée montrer tout ce qui s’est passé pendant les interactions en évitant de donner une vision subjective.

Deuxièmement, la difficulté de la transcription est due au système linguistique de la langue japonaise. Le japonais est une langue qui n’utilise pas d’alphabet. Ainsi je me suis posée la question : est-il nécessaire de mettre une version phonétique et une traduction? Par exemple dans le cas comme suit :
1 小川春菜です (en japonais)
2 Ogawa Haruna desu (en lecture phonétique japonaise)
3 Je m’appelle Ogawa Haruna (la traduction française)

J’ai longuement hésité à enlever la transcription en japonais. Pourtant pour ceux qui connaissent le japonais, il est assez étrange de le lire uniquement en alphabet (comme celle de la deuxième phrase).

Même après avoir réfléchi pendant plusieurs jours, je n’ai toujours pas trouvé de manière adéquate. J’ai donc demandé l’avis de mon directeur de mémoire. Je suis en ce moment toujours dans l’attente de sa réponse.

OGAWA Haruna

Etudiante M2 en didactique de FLE/FLS et langues du monde à l'université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

More Posts

Le syndrome du mémoire

Image trouvée sur Google Images.

Avez-vous pris quatre kilos soudainement ou perdu autant en une semaine ?

Avez-vous des insomnies ou bien dormez-vous pendant la journée ?

Regardez-vous tous les matins le calendrier ?

Prononcez-vous au moins dix fois par jour le mot « mémoire » ?

Sentez-vous un coup de coeur quand vous entendez le mot « soutenance » ?

Fréquentez-vous les bibliothèques plus souvent que jamais ?

Avez-vous perdu contact avec vos bien-aimés ?

Sentez-vous isolés du reste du monde et par conséquent déprimés ?

Ressentez-vous une envie d’un mois de vacances dans une île exotique ?

Eh bien vous avez le Syndrome du Mémoire !

Ne vous inquiétez pas ce n’est pas aussi grave que vous le pensez. En fait c’est tout à fait naturel d’avoir de telles symptômes car votre avenir dépend de ce mémoire. Il s’agit en fait d’un travail qui clôture deux années d’études ou même cinq pour certains comme moi.

La fin de celui-ci s’approche. Et le mot « fin » est plutôt une métaphore parce qu’une recherche ne se termine pas vraiment en quelque mois (si elle se termine jamais) ! Mais disons c’est la fin de cette procédure où on écrit un certain nombre de pages et dont ensuite on défend les idées.

Alors, comme la chanson dit It’s the final countdown ! Il reste quelques jours pour certains (comme moi !), trois mois environ pour d’autres pour lesquels les effets du syndrome seront moins forts mais plus durables … Mais des solutions existent pour faciliter cette procédure finale qui peut être épuisante pour un corps et un esprit qui doit gérer tellement des choses au quotidien surtout dans une capitale …

Voici quelques conseils après certaines reflexions et observations :

  • De l’eau, de l’eau et encore une fois buvez de l’eau ! Même si vous buvez tous les jours du thé ou du café, cela ne compte pas comme de l’eau et vous ne pouvez en aucun cas tricher sur votre organisme ! Donc buvez de l’eau pour éviter les maux de têtes et la fatigue. Notre corps comme la Terre est constitué de plus de 60% d’eau, d’où cette importance.
  • « Mens sana in corpore sano. »  Un esprit sain nécessite un corps sain d’où cet aphorisme. Bougez au moins une heure par jour. Les journées ensoleillées s’approchent alors pourquoi ne pas aller à pied au supermarché ou à la bibliothèque ? Ainsi vous offrez à votre organisme ce qui lui est nécessaire, commençant par la vitamine D et puis par un éveil corporel qui réveillera surement votre esprit de chercheur !
  • « Que ton aliment soit ton seul médicament » a dit le Grand Hippocrate. Nous avons besoin des vitamines, des protéines et de tous ces éléments nutritionnels qui donnent à notre corps de l’énergie et de  la vitalité. Mais nous ne mangeons pas seulement pour nourrir notre corps. 20% des dépenses énergétiques sont consacrées exclusivement à notre cerveau et qui dit cerveau dit recherche et qui dit recherche dit… mémoire !
  • «  Les obstacles sont ces choses effrayantes que vous apercevez lorsque vous détournez les yeux de vos objectifs. » dit Henry Ford. Adoptez une attitude positive mais en travaillant. Restez concentré sur votre objectif, page par page en donnant le meilleur de vous. La puissance des attitudes et des pensées positives, doit vous accompagner tout au long du mémoire. Il est évidemment facile de tomber sur le piège où vous rêvez du mémoire idéal mais celui-ci n’existe pas. Donc travaillez autant que vous pouvez mais évitez cette idée de perfectionnisme car toute attente cache une deception éventuelle.
  • Mettez-vous à la peau d’un chercheur, d’un écrivain, d’un didacticien de tout ce que votre mémoire vous demande. Vous avez fait un choix de sujet et de problématique et ensuite un choix bibliographique. Vous n’êtes plus seulement un étudiant ou une nounou vous êtes des artistes car vous créez une oeuvre. La qualité de votre mémoire compte plus que sa quantité. Même si votre oeuvre fait seulement quatre-vingt pages, elle reste quand même une création qui portera votre nom et laissera une trace pour toute votre vie. Vous pourriez la faire lire à vos enfants un jour qui sait !
  • Communiquez avec votre entourage ! Ne restez pas isolés longtemps, faites un coup de téléphone à votre famille si elle est loin, allez au cinéma un soir avec vos amis, faites une promenade dans un parc avant d’aller à la bibliothèque, partagez vos émotions avec vos camarades qui écrivent un mémoire. Vous verrez que le syndrome est partagé par la majorité d’eux car jusqu’aujourd’hui je n’ai pas trouvé quelqu’un qui en a échappé.
  • Organisez votre temps. Je suis bien consciente du fait que j’ai du mal avec ce conseil moi-même sachant que je ne considère pas le temps comme un outil. Peut-être alors c’est mieux que je reformule cette phrase en disant « mettez de priorités. » Tout ce qui peut attendre et peut être fait après votre soutenance laissez-le à côté. Pour cela, les listes aident beaucoup ! Personnellement, quand dans un moment donné j’ai quelque chose de très important à accomplir,  je fais des listes sur les livres que j’aimerais lire,  les films que j’aimerais regarder et les monuments et lieux que j’aimerais visiter . Evidemment le contenu de ces listes ne vise pas la réussite de mon mémoire et c’est pour cela qu’ils peuvent attendre l’été ou les vacances prochaines.
  • Envisagez votre mémoire et votre soutenance. J’appelle cela la « méditation du mémoire ». Fermez les yeux, respirez profondément, expirez, respirez de nouveau en gardant votre haleine et imaginez tenir dans vos mains un document. Il s’agit de votre mémoire. Feuilletez maintenant les pages de ce mémoire et ressentez ce travail accompli grâce à toutes ces heures passées à rédiger, lire et corriger. Puis ouvrez les yeux et ressentez cette joie du fait que vous avez accompli ce travail grâce à votre enthousiasme, votre dédicace, vos propres efforts, lectures, vos terrains, corpus, le soutien de votre directeur de recherche.
  • « Croyez en vos rêves et ils se réaliseront peut-être. Croyez en vous et ils se réaliseront sûrement. » dit Martin Luther King. Lisez des temps en temps une citation d’une grande personne qui malgré les obstacles a réussi ce que d’autres disaient impossible ; Jesus Christ, Mahatma Ghandi, Albert Einstein, Helen Keller, Marie Curie … Les attitudes qu’on a envers  un  fait influencent considérablement les résultats. D’où l’importance de cultiver une vision positive sur le monde.
  • Ayez confiance en-vous en agissant. La foi sans action est comme le savoir sans application. Vous serez jugés sur la qualité de votre mémoire et de son maturité. Un fruit amer se distingue rapidement des fruits mûrs. Ainsi, votre mémoire doit être fait avec de la patience parce qu’on récolte ce qu’on a semé !

Bon semis et bonne récolte à vous !

Sitographie

Chanson « The Final Countdown » : https://www.youtube.com/watch?v=nu6Os0R-tq4

Olga Kourntidou

Titulaire d'une Licence de Russe délivrée par l'Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Jésus Christ était un réfugié

«Toute personne, qui, craignant avec raison d’être persécutée en raison de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, se trouve en dehors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut, ou du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays… » définition de « réfugié »par la Convention de Genève (article 1 A2). 

« Demandeur d’asile désigne une personne qui a exprimé, de quelque manière que ce soit, le souhait d’être protégée contre des dangers ou des persécutions dans son pays d’origine ou de provenance. Plus techniquement,  les termes « demandeur d’asile »  désignent une personne qui a déjà formellement déposé une demande d’asile auprès d’une administration. » définition de « demandeur d’asile » par le site de acat

Nous oublions que selon la Bible Jésus Christ était un réfugié…

Nous connaissons tous l’histoire que nous célébrons tous les ans, celle de Noël, la naissance de Jésus Christ. Mais étant donné que cette fête est devenue tellement commercialisée, nous oublions son histoire et son message… Rappelons nous puisque c’est toujours d’actualité!

Selon les témoignages dans les évangiles, un recensement ayant été ordonné par un édit de César Auguste, Marie mère de Jésus, et son époux Joseph, sont contraints de quitter Nazareth en Galilée, pour rejoindre leur village d’origine. Ils arrivent à Bethléem en Judée et il est temps que Marie accouche mais toutes les portes sont fermées même pour une femme enceinte. Après le refus d’accueil des habitants et le manque d’hospitalité, Jésus naît dans une crèche, dans une ferme d’animaux.  Après la naissance la naissance de Jésus à Bethléem, près de Jérusalem, la famille fuit de nouveau, cette fois en Égypte afin d’échapper aux persécutions du roi Hérode. À la mort de ce dernier, Marie, Joseph et Jésus regagnent Nazareth.

«  A cette époque-là parut un édit de l’empereur Auguste qui ordonnait le recensement de tout l’Empire. Ce premier recensement eut lieu pendant que Quirinius était gouverneur de Syrie. Tous allaient se faire inscrire, chacun dans sa ville d’origine. Joseph aussi monta de la Galilée, de la ville de Nazareth, pour se rendre en Judée dans la ville de David, appelée Bethléhem, parce qu’il était de la famille et de la lignée de David. Il y alla pour se faire inscrire avec sa femme Marie qui était enceinte. Pendant qu’ils étaient là, le moment où Marie devait accoucher arriva, et elle mit au monde son fils premier-né. Elle l’enveloppa de langes et le coucha dans une mangeoire parce qu’il n’y avait pas de place pour eux dans la salle des hôtes. »  (Luc 2.1-20)

Image trouvée sur Google Images.
Image trouvée sur Google Images.

Sitographie

http://www.acatfrance.fr/comprendre-droit-asile

http://www.universdelabible.net/lire-la-segond-21-en-ligne/ref,Luc%202.1-20/

Olga Kourntidou

Titulaire d'une Licence de Russe délivrée par l'Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

La crise des valeurs européennes

 

πολιτης του κοσμου
Image prise de Politis tou kosmou (facebook).

Honte à toi Europe ignorante.

Honte à vous politiciens indifférents.

Honte à vous gouvernements impérialistes du 21ème siècle.

La France Terre Asile est en exil. (accords contre le droit d’asile, bureaucratie volontaire)

La Grèce berceau de l’Europe est devenue misanthrope. (police noyauté de l’Aube Dorée, centres de détention)

Bienvenu à l’Europe obscurcie.

Bienvenu à l’Europe qui ferme les frontières, construit des murs, crée des ghettos, met en place son apartheid moderne.

Bienvenu à l’Europe qui renvoie des êtres humains vers le danger.

A vous les politiciens déterminant les accords et conventions  ne respectent pas les droits humains :

Vous n’arrêterez pas les flux. Vous augmenterez le nombre des morts mais vous n’arrêterez pas les flux.

Aucun accord n’arrêtera  les êtres humains en recherche de  Paix.

Aucun contrôle maritime n’arrêtera  les êtres humains de traverser la Méditerranée en recherche de Liberté.

Aucune convention n’arrêtera les êtres humains à rêver d’étudier et de travailler.

Aucune frontière n’arrêtera les êtres humains qui ont vécu la guerre de prendre le risque et partir.

Aucune arme ne tuera les espoirs des êtres humains pour une Vie meilleure.

Vous ne comprenez pas. Tant que l’Homme espère il vit.

Même dans les camps les plus froids, les centres de détention les plus inhumains l’Espoir vivra.

Et aucun renforcement ne vous aidera à le contrôler.

Car c’est une Force infinie, une source d’alimentation, une oasis inépuisable.

L’Espoir fait vivre.

inspiré du film de Nathalie Loubeyre  « La mécanique des flux » (2015)

Olga Kourntidou

Titulaire d'une Licence de Russe délivrée par l'Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Changer d’album, changer de point de vue

Dans le cadre d’atelier de vietnamien pour enfants, je propose la lecture d’albums de jeunesse et la question que je me pose est : quels livres leur présenter ?

Jusqu’à présent, je me suis contentée de lire des Bubu à l’école, jouant au football et des Susu devant faire attention au ventilateur ou au perroquet. Des textes de la vie quotidienne, plutôt moralistes, sans grand intérêt littéraire. Il ne faut pas être égoïste, savoir partager, aider ses parents, être poli et prudent quand on traverse la rue.

Mon objectif était avant tout de permettre aux enfants d’avoir accès à des livres pour la jeunesse écrits par des Vietnamiens afin qu’ils puissent s’imprégner de cette autre culture et qu’ils se laissent immerger par le flot de cette autre langue, des objectifs somme toute didactiques.

Une rapide analyse de ma pratique m’a permis de me rendre compte de la démotivation progressive des enfants. Plusieurs raisons pourraient expliquer ce dysfonctionnement. Il y a certes le contenu des histoires mais aussi la manière de les aborder page après page en se focalisant sur les qui, quoi, où, quand et comment. Si certains enfants ont encore de l’affection pour ces Bubu et Susu, d’autres les ont pris en grippe. Même si j’ai modifié ma manière de les aborder en les lisant en entier, les jeux de rôle proposés ne pouvaient être que limités.

J’étais coincée. Au Vietnam, on ne trouve en librairie que ce genre d’albums.

Il m’a fallu du temps pour abandonner l’idée d’un livre vietnamien, pour accepter de puiser dans la littérature française qui n’est d’ailleurs pas que française, de donner à lire un livre traduit. Ce n’était pas vraiment pas le fait de le traduire qui me freinait car je réalise maintenant l’opportunité que cela m’ouvre à moi et peut-être même aux Vietnamiens. Non, c’était quand j’y repense quelque chose de l’ordre de l’inféodation peut-être parce que comme nous en fait part Antoine Berman « dans la traduction, il y a quelque chose de la violence du métissage » (Berman, 1984 : 16).

Il a fallu que je m’aperçoive de l’intérêt que cela apporterait aux Vietnamiens, que je prenne conscience que la littérature pour la jeunesse française a aussi emprunté à la littérature étrangère pour que j’entende que la littérature a à faire avec l’être et non avec l’identité. Bien sûr langue et littérature sont liées. On ne parle pas de la neige de la même manière chez les Inuits que chez les Touaregs. Mais est-ce qu’un Touareg ne trouvera pas dans sa langue ses mots pour exprimer la neige ? Et sa manière de la dire ne permettra t-elle  pas à l’Inuit de la découvrir autrement ?

J’ai passé des heures en section jeunesse de la BNF, lu des centaines de pages sur la question pour finalement proposer il y a un mois à mon directeur de mémoire après des semaines de réflexion un album sur la légende du gâteau de riz en vietnamien. La route est longue de la compréhension à l’intégration. Les cours de littérature n’ont pas eu raison de moi. Chassez le naturel, il revient au galop. C’est en lisant et en écrivant, en mettant des mots sur mes expériences que peu à peu j’ai fait mon chemin. Des livres à traduire, il y en a finalement pleins : La grande panthère noire, Les larmes de crocodile, Monsieur le lièvre, voulez-vous m’aider ?… (Martin, 2014)

 

 

Berman A., L’épreuve de l’étranger, Paris : Edictions Gallimard, 1984.

Butel L., François P., La grande panthère noire, Paris : Flammarion. 1968.

François A., Les larmes de crocodile, Paris : Delpire, 1956.

Martin S., Poétique de la voix en littérature jeunesse. Le racontage de la maternelle à l’université, Paris : L’Harmattan, 2014.

Zolotov C., Sendak M., Monsieur le lièvre, voulez-vous m’aider ?, trad. de l’anglais, Paris : L’école des loisirs, 1970.

 

 

Marie-Christine Nguyen

Etudiante en Master 2 Recherche Didactique du français langue étrangère/seconde et langues du monde

More Posts

L’abécédaire de qualités magiques pour un/une Super Prof de langues

Image trouvée sur Google Images
Image trouvée sur Google Images

A : attentif

B : bienveillant

C : créatif

D : dynamique

E : encourageant

F : flexible

G : géntil

H : humain

I : indulgent

J : juste

K : kaléidoscopique*

L : lucide

M : motivé

N : naturel

O : original

P : patient

Q : qualifié

R : réceptif

S : sociable

T : travailleur

U : utile

V : vif

W : warrior**

X : xénophile

Y : youthful***

Z : zélé

La liste est infinie n’hésitez pas à ajouter d’autres qualités magiques du/de la Super Prof !

Cet abécédaire est inspire du fait que pour la première fois je donne des cours de langue à un groupe d’apprenants de manière stable et professionnelle. Il s’agit de cours de FLE dans le cadre de mon M2 (terrain d’observation et de recherche pour mon mémoire).

*au sens figuré, signifie changeant et aussi celui qui donne des impressions vives et colorées.

**mot que j’ai emprunté de l’anglais et qui signigie guerrier. Dans le sens d’un combat perpetuel contre les obstacles et les difficultées renconctrées.

***mot que j’ai emprunté de l’anglais et qui signifie juvénile ou jeune. Le sens de ce mot que j’emploi dans ce contexte et loin d’être celui de nombre d’années qu’on a vécu dans ce mode. J’invite  mes lecteurs d’aller sur un des ces sites où vous pouvez lire ce texte qui me semble simplement magnifique et qui m’a inspiré d’utiliser ce mot.

http://atelier.euregenealog.free.fr/PeleMele/MacArthur/MacArthur.htm

http://halleyjc.blog.lemonde.fr/2012/10/19/on-devient-vieux-parce-quon-a-deserte-son-ideal-general-mac-arthur/

J’espère que vous resterez toujours JEUNES !

Olga Kourntidou

Titulaire d'une Licence de Russe délivrée par l'Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

“Croire en soi dans un monde d’inquiétudes”

Il était une belle matinée ensoleillée promettant d’être une journée magnifique. Ce jour-là, Violette avait un rendez-vous avec le directeur de son mémoire. Elle s’inquiétait beaucoup.

Après une semaine passée dans les bibliothèques et consacrée à la lecture et au travail sur la problématique, la méthodologie et la bibliographie de mémoire, elle a pensé que le rayon du soleil pouvait être un bon signe pour avoir un rendez-vous convivial avec le directeur de son mémoire. En se précipitant à l’université pour ne pas être en retard, elle réfléchissait à quel point il serait agréable d’entendre quelques mots d’appréciation, parce qu’il n’était pas facile à critiquer un point de vue généralement accepté.

Et pourtant, elle était en retard à cause de la perturbation du trafic sur l’ensemble de la ligne “Bonne Chance”.

Tout énervé, le professeur était en train de partir…

Professeur :“Ah, la voilà, Mlle Violette… Je vois que vous avez réussi à venir”, dit-il.

Sans donner la possibilité à Violette de présenter ses excuses, le professeur a continué : “C’est bien que vous êtes ici, car je voudrais vous demander quelque chose d’important sur votre mémoire, sinon j’ai déjà pu partir il y a quelques minutes. J’ai lu votre projet de mémoire et je vois que vous avez une idée intéressante concernant les jeux dans le domaine d’enseignement des langues”.

Violette : “Alors…” (elle a commencé à parler à voix basse) “Je pense que vous faites référence à mon hypothèse concernant l’idée que le jeu n’a pas de but extérieur à lui-même, c’est bien ça?”.

 Professeur : “Oui, exactement, expliquez-moi, s’il vous plaît”, dit-il avec impatience.

 Violette : “Selon mes lectures et mes réflexions, j’ai remarqué qu’il y avait certains chercheurs qui considéraient les jeux comme moyens très efficaces pour l’enseignement des langues. Pour montrer le lien entre “jouer” et “apprendre”, ils se référaient à la notion du mot latin “ludus” pour désigner à la fois jeu et l’école”.

Professeur : “Oui, c’est bien ça, et alors?”

Violette : “Oui, mais….” (elle était encore plus embarrassée en disant ce “mais”) “Mais il existe aussi d’autres chercheurs pour qui les vertus éducatives prêtées au jeu sont antérieures à l’existence de savoirs scientifiques permettant de justifier ce lien entre jeu et éducation”.

Professeur :“D’accord, et vous êtes plutôt pour les derniers, n’est-ce pas ?”

Violette : “Je veux dire que si ces auteurs tentent de justifier leur point de vue que “jouer” signifie “apprendre”, en faisant une liaison entre jeu et éducation, peuvent-ils avoir tort, s’il n’y a pas de preuves scientifiques ? Peut-il que le jeu n’ait pas de but extérieur à lui-même? Si oui, je ne sais pas comment le prouver…”

Professeur : “Les uns et les autres peuvent avoir tort ou au contraire ils peuvent être raison mais quand on fait de la recherche, on essaye de montrer les moyens efficaces ou pas selon les besoins du public. De plus, vous ne devez rien prouver. Ce n’est pas votre objectif. Il est important de montrer vos réflexions, vos expériences, vos connaissances, vos lectures, vos capacités à écrire, vos doutes et vos hypothèses. Bref, tout ce qui fait partie de votre chemin d’écriture de mémoire”.

Violette a commencé à penser que tout le temps passé dans les bibliothèques était en vain et elle avait tort à propos de ses idées.

Violette : “Oui, je comprends. En ce cas, je voudrais essayer de faire une hypothèse que le jeu n’a pas de but extérieur à lui-même, autrement dit en jouant, on apprend à jouer, on progresse dans tel type d’activité, c’est pourquoi il est difficile de dire que les étudiants apprennent les compétences communicatives grâce aux jeux dans la classe de langue. En outre, même si le jeu apparait comme une situation par laquelle, dans certaines conditions sociales, passe la maitrise de la communication préalable indispensable à celle du langage oral, cela ne signifie pas que cette maitrise ne pourrait pas passer par d’autres voies…”.

Professeur la regardait en souriant. Néanmoins, ce n’était pas un sourire de l’acceptation mais d’une autre chose. Violette sentait encore plus inconfortable.

En mettant ses papiers dans son porte-document le professeur a répondu : “Je ne peux pas dire que votre hypothèse n’est pas intéressante mais elle a besoin de nombreuses lectures et relectures, aussi bien que des expériences sur le terrain. Je vois que vous êtes une personne curieuse et autonome dans vos recherches mais il vous faut encore beaucoup de travail.  

Cette fois, il sourit avec un certain sens de soutien.

Professeur : “Maintenant je dois partir, car un autre étudiant m’attend. Continuez avec vos recherches et essayez de déterminer de la manière plus concrète le chemin de votre travail. Contactez-moi par mail pour se mettre d’accord sur la date de notre prochain rendez-vous”.

 Violette : “Merci, Monsieur! Et excusez-moi d’être en retard”.

Violette est sortie de la salle. Elle souriait avec ses yeux. Peut-être qu’elle n’a pas vraiment réussi à formuler ses idées et ses hypothèses oralement auprès le professeur mais elle savait qu’elle était sur le bon chemin. Elle a finalement commencé à croire en soi et à ses forces.

Le coeur léger, elle marchait dans la rue.

Après tout, c’était vraiment une belle journée ensoleillée…

 

 

VORONTSOVA-MENALO Anna

Etudiante en Master 2 Didactique du FLE/S et langues du monde, à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3.

More Posts

Ode à la langue étrangère

Tu t’endormes en moi comme un volcan qui s’endorme mais qui peut s’activer à n’importe quel moment.

Tu existes en moi et tu m’attends  de te découvrir. Une vie ne suffit pas donc je ferai bien mes choix. Mes critères de sélection seront mes besoins en tant qu’individu et en tant que partie d’un tout, de la société. Ou peut-être simplement parce que un jour je serai tombée amoureuse…

Je te choisirai et je construirai de liens affectifs avec toi, l’inconnue qui question de temps deviendras une partie de ma vie, de mon petit monde intérieur. Au début, mon cerveau t’accueilleras  froidement mais si mon cœur en est d’accord tu trouveras ta place, c’est sûr.

Je ferai des erreurs, on aura beaucoup de malentendus surtout au début parce que tu me paraîtras tellement différente de tout ce que sais. Je t’en voudrais d’être si difficile et je m’y focaliserai souvent sur tes points « durs ». D’avoir besoin autant d’attention, autant d’heures d’études. Mais je m’y attacherai  à chaque fois de plus en plus. Je t’associerai à des nouvelles aventures, de nouvelles connaissances, qui sait de nouveaux voyages.

Comme la grossesse je verrai les effets dans mon esprit venir au bout de quelques mois. J’y prendrai soin de bien te connaître et même de cesser les efforts pour faire une pause et profiter de quelques moments de naiveté et d’innocence où la peur de se tromper n’existe pas. Et le plus important je commencerai à t’aimer.

Tu m’accompagneras dans tous les moments de ma vie même quand je serai endormie car tu existes dans mon subconscient. Comme une fleur tu  fleuriras après tant de préoccupations et de soins que je consacrerai pour toi.

Tu m’ouvriras les yeux sur des nouveaux paysages. Tu m’apprendras des choses que jamais personne m’aurait enseigné, tu me mettras en contact directe avec les grands esprits qui ont laisser leur trace sur terre en forme écrite.

Tu éveilleras à chaque fois ma curiosité car il y aura toujours une partie inconnu dans cette relation. Tu seras un mystère pour moi et un trésor éternel à découvrir car tu évolues, tu changes.

Tu seras ma langue fraternelle. Un nouveau membre dans ma famille de langues.

Il y aura de moments où je n’aurai pas le temps pour toi. Il y aura de moments où je penserai que tu me serves plus à rien. Mais tu seras toujours en moi endormie peut-être mais toujours ici en attendant notre prochaine aventure sur le monde de la connaissance !

Merci pour ce voyage que tu m’offriras. Il ne coûtera rien, mais il m’offrira tant. Personne ne pourra te voler ni t’acheter parce que tu es le fruit d’un travail personnel.

Tu te demanderas pourquoi j’ai écris une ode pour toi. Parce que j’aime la Vie. Et toi t’en fais partie. Tu es vivante. Tu vis en moi, tu vis dans d’autres gens, tu vis dans des livres, des chansons, des contes, des prières… Tu es pour moi un héritage de l’humanité. La preuve de son intelligence et de ces capacités intellectuelles.

Tu donnes une nouvelle âme à celui qui s’engage d’être à côté de toi. Tu le fais revivre des choses mais uniquement comme si c’était la première fois.

Tu es unique parce tu es perpétuellement plongée dans l’histoire, la technologie, les phénomènes sociaux, les contacts avec d’autres langues, l’évolution, le changement …

Rien ne te laisse indifférente. Tu es magnifique.

Olga Kourntidou

Titulaire d'une Licence de Russe délivrée par l'Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Musée de l’Homme (2ème partie)

 

2015-11-29 11.03.39

Si voir le crâne de René Descartes ou admirer les parties du corps humain dans son évolution ne vous intéressent pas bonne nouvelle ! Les langues du monde y sont abordées.

7 000 langues, 7 milliard d’hommes

Verbe de Dieu, contes pour enfants, recettes de cuisine, fanfaronnades d’ivrognes, bruits de couloirs ou promesses politiques : tout est parole.

On estime à 7000  le nombre de langues parlées dans le monde, et à un milliard les nuances pour dire toutes ces choses. C’est le résultat d’un dialogue ininterrompu entre les Hommes, une communication verbale dont l’origine date d’au moins 100 000 ans.

Chaque langue a son histoire. Certaines se développent pendant que d’autres meurent ou naissent, mais elles se transforment toutes.

Ces 7000 langues dans le monde sont réparties en 150 groupes. Six d’entre eux concernent 75 % de la population mondiale. Au musée de l’Homme vous avez l’opportunité d’entendre des extraits de langues « rares »  ou parlées dans des régions lointaines. Donc si vous n’avez pas l’opportunité de visiter le Népal pour entendre le Newari ou le Kirghizstan pour entendre le kirghize ne vous inquiétez pas ! À deux pas de la Tour Eiffel en plein cœur de Paris vous avez cette chance!

Moi je  vous présenterai les points importants de ces langues telles qu’elles sont affichées au musée.

En ce qui concerne le sujet de langue ou dialecte ? C’est une question subtile et souvent sensible. À vous de voir !

Le mot bienvenue à l'entrée du musée en plusieurs langues.
Le mot bienvenue à l’entrée du musée en plusieurs langues.

Mand: 8 locuteurs . Le mand est une langue presque éteinte issue de Papouasie-Nouvelle-Guinée. Dans ce pays, la diversité linguistique est extrême : 800 langues y sont parlées par environ 5 millions d’habitants. Le terrain montagneux et l’isolement des peuples expliquent cette diversité. La diffusion d’une langue est influencée par la géographie.

Ngaanyatjarra : 300 locuteurs . La plupart des langues aborigènes d’Australie sont recensées au nord du pays. Le Ngaanyatjarra est un dialecte oama-nyungan, parlé et écrit au quotidien dans le Désert Occidental. Ceux qui le parlent maîtrisent plusieurs autres langues, comme c’est le cas de la majorité de l’humanité.

Tagalog : 70 millions de locuteurs . Cette langue de l’île de Luzon (Philippines) s’est largement répandue autour de Manille, la capitale, devenant en pratique la langue nationale. Elle n’est pourtant que la huitième langue de l’archipel, ce qui crée des tensions identitaires.

Pala’wan : 50 000 locuteurs . Le Pala’wan est parlé par un peuple des Philippines. Cette société résiste remarquablement au contexte actuel grâce à sa langue et à sa culture ancestrale. Si la tradition peut figer une langue, elle peut aussi la préserver.

Yonaguni : 800 locuteurs . Après l’occupation américaine 1945-1972), l’île de Yonaguni est rendue au Japon qui, pour y affirmer son autorité, considère la langue locale comme un dialecte japonais.

Cantonais : 60 millions de locuteurs .  Le cantonais est présent au sud de la Chine. Les communautés qui le parlent sont celles qui ont le plus migré hors de leur pays d’origine. Le cantonais est d’ailleurs la langue commune dans de nombreux quartiers chinois de grandes villes du monde. Il arrive ainsi que les émigrants donnent un élan nouveau à une langue régionale.

Birman : 32 millions de locuteurs . Langue officielle de Myanmar Birmanie), le birman est écrit depuis des temps anciens et apparaît sur la pierre de Myazedi, datée de 1113, avec le mon, le pali et le pyu. Cette dernière langue, dont l’usage s’est perdu par l’assimilation de ses locuteurs au sein d’autres peuples du pays, a ainsi pu être déchiffrée. L’écriture est une technique de communication qui permet de garder une trace du passé.

Newari : 850 000 locuteurs . Le Népal compte plus de 100 langues, dont le newari, parlé à Katmandu. Il est progressivement supplanté par le népalais, la langue officielle imposée jusqu’aux années 1990 par des politiques dictatoriales opposées a la diversité culturelle.

Tamoul : 70  millions de locuteurs. Comme le grec, le tamoul présente une forme classique et une forme moderne. La littérature tamoule ancienne permet de comprendre l’évolution des langues du sud de l’Inde.Pour un linguiste, le tamoul vaut de l’or ! Le pays a adopté le dzongkha comme langue nationale dans les années 1960. Chaque Bhoutanais parle quatre a cinq langues : sa langue maternelle, le dzongkha, le népalais, l’anglais et souvent une autre langue du pays.

Dzongkha : 700 000 locuteurs . 19 langues sont parlées au Bhoutan, pays à la géographie et aux écosystèmes variés, qui compte moins d’un million d’habitants.

Kirghize : 4,5 millions de locuteurs . Le kirghize est parlé principalement au Kirghizistan (Asie centrale). Il présente une grande homogénéité liée au style de vie semi-nomade de la population. La mobilité a renforcé la population. La mobilité a renforcé une forte cohésion linguistique.

Kannada : 40 millions de locuteurs . Le kannada appartient a la trentaine de langues dites dravidiennes originaires du sud de l’Inde. Elle est écrite depuis des milliers d’années, comme le grec et le tamoul.

Pashto : 40 millions de locuteurs . Le pashto est parlé au Pakistan et en Afghanistan, dont il est, avec le dari, une des deux langues officielles. Le dari, un persan archaïque, a été la langue de la cour afghane. Le pachto , lui tient son prestige d’une importante et ancienne production littéraire. L’usage écrit détermine aussi le prestige d’une langue.

Khoekhoegowab : 250 000 locuteurs . Cette langue de Namibie et d’Afrique du Sud est une des langues khoisan, des langues présentant des consonnes produites avec la langue ou les lèvres, sans apport d’air des poumons : les clics !

En français il y a également des clics, comme « tss-tss » pour dire NON), mais ils ne sont pas utilisés comme consonnes.

Swahili : 80 millions d’habitants . Originaire de Zanzibar, et de la côte Est de l’Afrique, le Swahili est parlé au Kenya, au Mozambique, en Somalie, en Tanzanie…Son usage se répand. Il devient une langue d’usage général n Afrique orientale.

Aka : 40 000 locuteurs. L’Aka est une langue bantoue parlée par les chasseurs-cueilleurs de la République centrafricaine et du Congo souvent appelés «pygmées ». Il y a plusieurs siècles, leurs ancêtres ont emprunté la langue de certains de leurs voisins agriculteurs. Ces langues ont divergé au fil du temps.

Amharique : 94 millions de locuteurs. De la même famille que l’arabe, l’amharique est parlé en Ethiopie et dans les pays voisins. C’était la langue officielle de la dynastie éthiopienne salomonide 1270-1274), se réclamant du roi Salomon et de la reine de Saba. Bien qu’ayant perdu ce statut a la chute du dictateur Mengistu Hallé Mariam, elle reste la principale langue du pays.

Yoruba : 20 millions de locuteurs. Le yoruba est l’une des 3 langues officielles du Nigeria – enseigné à l’école et utilisé par les médias. Comme toutes les langues dites ‘tonales », sa mélodie est essentielle : se tromper de ton , de mélodie, équivaut a prononcer un autre mot. Le yoruba est aussi parlé en Amérique latine par les descendants des esclaves.

Grec : 15 à 20 millions de locuteurs. Principalement parlé en Grèce et à Chypre le grec moderne est l’héritier du grec ancien, la langue la plus prestigieuse de l’Empire romain. Langue dite des élites, elle est à l’ origine de très nombreux mots des langues latines, notamment dans le domaine scientifique.

Bambara : 30 millions de locuteurs. Langue nationale au Mali, le Bambara est proche du malinké, du dioula et du mandika -Mali, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée). Ces langues apparentées permettent aux peuples de l’Afrique de l’Ouest de se comprendre et de faire du commerce.

Russe : 300 millions de locuteurs . Le russe représente sur ce planisphère le seul exemple de langue dominante. Largement diffusé, il indique un pouvoir politique fort. Sa littérature riche s’étend à tous les domaines du savoir. Les peuples de l’Union soviétique devaient maîtriser le russe autant que possible.

Basque : 800 000 locuteurs . Parlé au Pays Basque français et espagnol, le basque est une langue isolée, qui ne s’apparente à aucune autre. Il comporte des variantes régionales. En Espagne, après avoir été réprimé pendant la dictature de Franco 1939-1975), il pourrait avoir une reconnaissance à l’ avenir.

Piraha : 300 locuteurs . Le piraha d’Amazonie est une langue parlée par une tribu d’Amazonie dont la culture est menacée. Elle possède seulement trois voyelles et sept consonnes, son vocabulaire est réduit. Les langues parlées par des petits groupes, dont les membres se connaissent, évoluent souvent vers des formes surprenantes, tel un jargon familial.

Latin : nombre de locuteurs inconnu . Même si personne ne le parle, le latin n’est pas une langue morte ! Il vit toujours dans les rites chrétiens et à l’école, où il est enseigné. Cette langue de l’Empire romain s’est différenciée en espagnol, portugais, catalan, français, italien, ladin, roumain… Deux tiers des mots anglais en sont issus, depuis la conquête normande de l’Angleterre au XIème siècle.

Quechua de Cuzco : 5 millions de locuteurs . Le quechua, parlé dans plusieurs pays d’Amérique du Sud, regroupe différentes langues andines. Il était utilisé avant l’arrivée des Incas, qui l’adoptèrent comme langue commune a tout leur territoire. Ce statut fut maintenu par les conquistadores espagnols. Ainsi, une invasion militaire n’implique pas toujours un remplacement linguistique.

Créole de Guadeloupe : 400 000 locuteurs . Les créoles sont des langues orales de contact entre maîtres et esclaves. Elles sont issues  de l’assimilation d’une langue minoritaire extérieure, comme le français ou l’anglais, par une communauté majoritaire, qui parle déjà une ou plusieurs langues propres. Ce phénomène complexe est l’un des principaux mécanismes de différenciation linguistique.

Breton : 150 000 locuteurs . Cette langue celtique, présente dans le Finistère, les Côtes-d’Armor et le Morbihan, est aujourd’hui surtout parlée par les personnes âgées. La tentative de l’enseigner à  l’école ne semble pas freiner son déclin. Les Bretons restent pourtant très attachés a ce fort marqueur identitaire.

Tunumiisut : 4000 locuteurs . Bien qui menacé par la langue officielle de la côte occidentale du Groenland, le Tunumiisut, dialecte inuit d’Ammassalik, reste bien vivant. Ses locuteurs ont crée une forme écrite, qu’ils utilisent notamment sur Internet.

Yiddish : 600 000 locuteurs . Jusqu’en 1945, le yiddish était parlé par des juifs d’Europe centrale et orientale. Très proche de l’allemand, il intègre des mots slaves et hébreux. Si la renaissance de l’hébreu l’a affaibli, il reste tout de même parlé aujourd’hui en particulier aux Etats-Unis, terre d’accueil de nombreux juifs. C’est l’exemple parfait d’une langue liée à un peuple et non à un territoire.

Zuni : 10 000 locuteurs . Parlé par une tribu indienne du Nouveau-Mexique Etats Unis) le zuni est une langue isolée, comme le basque en Europe. Malgré la généralisation de l’anglais, cette langue est toujours pratiquée lors des assemblées tribales et des cérémonies religieuses.

Olga Kourntidou

Titulaire d'une Licence de Russe délivrée par l'Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

*Qui est l’être qui, le matin, marche à quatre pattes, le midi sur deux pattes, et le soir sur trois?

Qui dit Didactique des langues dit Sciences humaines  et qui dit Sciences humaines dit HOMME !

Saviez-vous que ?

  • En Europe, la naissance commence à se médicaliser au 18ème siècle, période des Lumières.
  • L’espèce humaine est  celle qui produit le plus de larmes.
  • La forme de l’oreille est propre à chaque individu.
  • Le mot tatouage vient du tahitien tatau qui signifie les marques ou dessins tracés sur la peau humaine.

Moi non plus je ne savais pas jusqu’au moment où j’ai visité le musée de l’Homme. Le Musée d’ethnographie du Trocadéro avec Ernest Théodore Hamy et Armand Landrin à sa tête se crée en 1880. Et en 1882 le Musée de l’ethnographie du Trocadéro s’ouvre au public.

Paul Rivet sera le fondateur et le premier directeur du Musée de l’Homme; Savant mais aussi politique et militant, il s’engage notamment dans la lutte contre le racisme et dans la résistance à l’occupant allemand.

Et maintenant il me reste de vous souhaiter une bonne lecture et j’espère une bonne visite éventuellement !

Photo prise par moi.
L’entrée au musée de  l’homme.

Nous sommes tous uniques. Nous sommes tous les héritiers d’un patrimoine génétique et culturel qui nous est propre. Tous différents, nous appartenons pourtant à la même espèce, l’espèce humaine, apparue en Afrique; il y a environ 200 000 ans.

Nous constituons tous, ensemble, une minuscule branche de l’arbre du vivant: 8,5 millions d’autres espèces, issues d’une longue évolution, nous entourent. Notre espèce a pourtant un rôle particulier, car nous transformons notre environnement au point d’influencer notre évolution et celle des autres espèces vivantes.

Revenons à nous, à vous…

Pourquoi sommes-nous les seuls à étudier notre histoire, à imaginer notre avenir, à visiter des musées ? Qu’avons-nous de si différent?

Tous parents, tous différents

Tous les êtres humains appartiennent à la même espèce: nous sommes tous interféconds. L’ADN ne diffère que de 0,1 pour cent d’un individu à l’autre.

Nos différences physiques, parfois très visibles, s’ancrent en fait dans une toute petite partie de notre patrimoine génétique. Elles résultent de l’adaptation physiologique progressive de notre espèce à des milieux variés et contrastés, mais aussi du hasard et de nos modes de vie, depuis notre naissance en Afrique il y a environ 200 000 ans jusqu’à nos jours.

«L’Homme porte encore dans la structure de son corps le sceau indélébile de son humble origine» Charles Darwin

2015-11-29 11.14.06
Tous parents tous différents. L’ADN ne diffère que de 0,1 pour cent d’un individu à l’autre.

32 dents et pas une de plus, des ongles plats et non des griffes, un coccyx et pas de queue… nous sommes faits de chair et d’os.

Mais existe-il vraiment un trait anatomique spécifique à l’Homme?

Nous partageons beaucoup plus de caractères morphologiques que nous ne le pensons avec les Primates et la plupart des autres Mammifères. Car le corps humain n’est pas apparu tel quel un beau jour ! Nous sommes le fruit d’une longue histoire évolutive qui nous a peu à peu différenciés d’autres espèces, sans effacer en nous les traces de cette filiation. Les premières Mammifères, il y a 150 millions d’années, avaient 52 dents. Au cours de leur évolution, vers 32 millions d’années avant notre ère, ce chiffre s’est abaissé à 32 dents.

L’Homme est le seul Primate exclusivement bipède, et le seul à pouvoir marcher et courir sur de longues distances. Ce mode de locomotion a entraîné un développement significatif des muscles fessiers, ce qui fit dire à Buffon  que ‘les fesses n’appartiennent qu’a l’espèce humaine’.

La taille de notre cerveau a triplé en 3 millions d’années. Le cortex, la fameuse matière grise, a multiplié les replis pour pouvoir se loger dans le crâne. C’est ainsi que se sont développées les aires de la conscience de soi, de la perception de l’espace, ou encore du langage.

2015-11-29 11.12.09

Constitué de 100 milliards de neurones, chacun doté de 1000 à 10000 connexions le cerveau est en activité permanente, et fonctionne à  100 pour cent de ses capacités.

À  la recherche du «propre» de l’Homme?

Qu’est-ce qui différencie l’Homme des autres espèces animales?

Au fil des siècles, philosophes, naturalistes et anthropologues ont avancé plusieurs réponses à cette question fondamentale.

En Occident, on a longtemps considéré le fait de se tenir debout sur deux jambes comme «le» critère décisif de notre supériorité sur les autres animaux. La bipédie est alors presque devenue synonyme, de condition humaine, symbolisant l’union avec le domaine des dieux et l’abandon de la condition animale…

L’Homme, une créature nue marchante sur deux jambes?

En réponse à la définition de l’Homme donnée par le philosophe Platon (428 à 347 avant notre ère), son contemporain Diogène le Cynique se promena dans Athènes un coq plumé à la main, en déclarant «Voici l’Homme de Platon!».

Cette anecdote rappelle que la volonté de définir l’être humain puise son origine dans la Grèce antique, qui a en grande partie inspiré la pensée et la science occidentale. Elle démontre aussi combien il est impossible de définir l’Homme sur un seul et unique critère!

Un corps inscrit dans le vivant

« Il n’y a pas de plus grand mystère au monde me semble-t-il, que l’existence des sexes. » Charles Darwin 1860

Comme celle de la plupart des plantes et des animaux, notre reproduction est sexuée: nous sommes issus de la rencontre entre deux cellules reproductives, l’une femelle et l’autre mâle. Certains traits ou comportements nous sont plus spécifiques. Ainsi, contrairement aux individus mâles et femelles de certaines autres espèces, qui peuvent présenter des différences morphologiques ou comportementales très importantes, les femmes et les hommes ont une morphologie en réalité très semblable.

Un corps investi par les cultures

«La condition humaine est corporelle. …C’est par lui que nous sommes nommés, reconnus, singularisés et identifiés a une appartenance sociale» David le Breton

Si notre morphologie résulte essentiellement de l’évolution, notre apparence est aussi le fruit de notre environnement familial et social. Car le corps humain n’est jamais nu. Dans toutes les sociétés, les individus façonnent ou ornent certaines parties de leur corps -ce de la tête aux pieds. À la fois intime et personnel, notre corps reflète la construction de notre identité, faite d’empreintes qui signent notre apparence-souhaitée ou imposée -à un genre, un groupe ou une société donnée.

Comme maître et possesseur de la nature

Au 17ème siècle, en Europe, se développe la vision d’un Homme supérieur à la nature, capable de la maîtriser par la connaissance qu’il en a. Au 19ème siècle, nous découvrons avec Darwin, notre place dans le continuum, qui unit l’ensemble des espèces. Aujourd’hui, la conscience de nos devoirs vis à vis du vivant nous amène à penser sous un jour nouveau les liens qui nous unissent aux non-humains.

Se situer dans un héritage

Chacun d’entre nous appartient à une société construite sur des valeurs communes. Ce «vivre ensemble» repose sur des figures fondatrices, supports de l’identité du groupe, qui assurent sa pérennité et sa prospérité -et en lesquelles tous se reconnaissent.

C’est le cas des ancêtres, esprits, divinités, ou personnages allégoriques, dont le culte est transmis de génération en génération. Réels ou imaginaires, ils assurent la cohésion du corps social-ici comme ailleurs.

On ne naît pas homme ou femme, on le devient

Les différences biologiques entre les sexes sont marquées socialement. Être une femme ou un homme, ce n’est ni une simple donnée naturelle qui serait indépendante des cultures, ni une construction seulement sociale indépendante des conditions biologiques. Dans touts les sociétés, la vie sexuelle faite de désirs, de plaisirs ou de reproduction, est soumise à des normes, des règles et des interdits. Dans la majorité d’entre elles, cela occasionne des inégalités entre femmes et hommes.

Le corps humain, entre nature et culture 

Notre corps est le fruit de deux temporalités qui s’entremêlent : celle de l’histoire évolutive du vivant et celle de l’histoire culturelle des sociétés humaines.

Comme chez les autres espèces, chaque cellule de notre organisme contient des molécules d’ADN qui, notamment, déterminent notre morphologie. Notre apparence, elle, est aussi façonnée par nos modes de vie et notre environnement familial ou social. Au carrefour de la nature et de la culture, interface entre nous et les autres, notre corps reste mystérieux.

1001 façons de penser le monde

Les êtres humains regroupent en catégories les éléments du monde, les choses, les êtres qu’ils soient visibles ou invisibles.

En fonction de notre histoire et de notre culture, nous avons élaboré des systèmes de représentation du monde, qui reposent sur notre conception de l’origine de l’Univers, des êtres qui le peuplent et de la place que nous y tenons. Ainsi, la « nature » telle qu’elle est perçue en Europe n’est pas universelle. Et la définition de l’Homme par opposition aux autres espèces est notamment étrangère à bien des peuples.

Un être de chair ? 

Notre corps est issu de l’évolution. Nous partageons une partie de notre ADN avec l’ensemble du monde du vivant.

Un être des liens ? 

L’Homme n’existe pas seul : nous ne pouvons pas vivre sans les autres. Notre espèce est extrêmement sociale : l’amour, l’échange et la transmission sont vitaux pour notre développement.

Les liens qui nous attachent aux autres s’enracinent dans notre cerveau, véritable passerelle entre nous et nos semblables. Ils se sont transformés en force pour notre espèce -composée actuellement de sept milliards d’individus -, structurée en familles et sociétés d’une grande diversité. Chacun de nous est éduqué pour faire partie d’un groupe dont il apprend les règles par imprégnation et par transmission. Individus, groupes ou sociétés se distinguent les uns des autres par un double phénomène : se reconnaître entre soi et se démarquer des autres.

Un être de parole?

À partir d’une même capacité à parler, qui repose sur des éléments neuropsychologiques et anatomiques, les êtres humains ont développé au cours de leurs longue histoire une profusion de langues, témoignant de la diversité culturelle au sein de l’unité biologique de notre espèce.

Quelques faits :

-Une langue sur deux n’est pas écrite.

-Chaque langue est adaptée a la société qui la parle.

-Un enfant peut apprendre à parler parfaitement n’importe quelle langue, un adulte non.

Quand les mots font la différence 

Le langage a longtemps servi de critère pour distinguer l’Homme de l’animal, reléguant ce dernier au rang de « bête ».

Au sein de l’humanité, ce critère peut aussi servir d’arme pour ériger des frontières : nous considérons souvent comme inférieurs ceux qui ne partagent pas notre langage et la culture qu’il véhicule, et valorisons ainsi notre propre communauté. Où l’on voit que l’ethnocentrisme est bel et bien la chose du monde la mieux partagée !

« L’humanité est un tout indivisible, non seulement dans l’espace, mais aussi dans le temps » Paul Rivet, 1948

*L’énigme de Sphinx  à Œdipe. Bien évidemment la réponse est l’Homme!

Olga Kourntidou

Titulaire d'une Licence de Russe délivrée par l'Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

A temps

« Votre mémoire est à remettre en deux exemplaires au secrétariat du département avant le 6 juin 2016 à 16h » a écrit Thomas.

Moi aussi, je l’ai entendu.

Et lorsque le compte à rebours a été déclenché alors que cela ne faisait même pas dix jours que j’étais dans les bâtiments, je me suis dit que je n’allais pas y arriver, que je n’avais pas ma place ici, que ce n’était peut-être pas un hasard si je n’étais toujours pas administrativement inscrite et qu’il valait mieux que j’abandonne. Abandonne.

Au moment où j’étais prête à lâcher, tout au fond de moi quelqu’un s’est écrié. Ce n’est pas possible, tu en as besoin de ce Master, pas seulement du diplôme mais de tout ce que tu entends. Langue, enseignement, acquisitions, hypothèses, apprendre, traduire, la grève, la panthère noire… Cela fait trois ans que tu enseignes le Vietnamien aux enfants, tu commences à tourner en rond, tu as vraiment besoin de te renouveler, de te poser, analyser, comprendre, apprendre.

Mon autre moi est alors entré en jeu pour le calmer. Ca suffit. Bon c’est vrai, tu ne travailles pas à plein temps même si tu as un enfant. Enfin tu n’en as qu’un. Oui d’accord un c’est parfois plus compliqué que deux. De toute façon, il n’est pas question pour toi d’un deuxième. Tu ne vas pas tomber enceinte. Il ne te reste plus que l’accident ou la maladie. Calme-toi. Il y a peut-être aussi moyen de faire autrement.

Pourquoi ne pas faire simplement de ton mieux et tu verras bien où cela te mènera.

Je vais faire de mon mieux et je verrai bien où cela me mènera.

Faire de mon mieux c’est bien beau mais dans une journée il y a 24 heures, il m’en faut au moins 7 pour dormir, plus les cours, le transport, les devoirs, les repas, la maison, les câlins… la vie quoi. Ce n’est pas possible, il faut que j’en élimine. Des ateliers de Vietnamien. Je n’en ferai plus que deux au lieu de trois. Idem pour les ateliers d’échanges de conversation que j’ai commencés l’année dernière à Paris 7. Avec le prof, on avait dit deux et par la suite trois. Je vais lui écrire que je suis débordée et que je n’en ferai pour l’instant qu’un seul. Pour le deuxième, on verra au second semestre. Il sera toujours temps de me désister à ce moment-là. Cela ne fait pas très sérieux mais je n’ai pas le choix. Demain matin, j’irai voir le maître pour lui demander de reporter l’exposé sur Paris. Je ne peux pas. Et l’exposé et l’anniversaire à préparer, je ne vais pas m’en sortir. L’anniversaire, je ne peux pas le reporter. On a qu’une fois dix ans mais pour l’exposé, j’espère que le maître sera d’accord. Et puis pour les sorties de classe, cela attendra l’année prochaine s’il y en a encore.

Je me sens un peu plus légère, enfin moins étriquée. Je vais pouvoir me poser, apprendre, analyser, comprendre. Je commence mes petites réunions du mardi, jeudi et vendredi matin pour les travaux en sous-groupe. On se distribue les tâches. Je commence mes lectures.

Toutes ces discussions, ces échanges si riches. On a une idée. L’autre répond. Voilà qu’une autre arrive. Cela n’arrête pas de rebondir.

Régulièrement le lundi matin, Madame Bergé[1] nous fait un point sur l’actualité littéraire et culturelle pour nous inciter à aller au théâtre, au cinéma, à des lectures, des expositions, des conférences. Ca donne envie. Je ressors. Je trouve du temps et me rends un samedi après-midi au Théâtre du Vieux Colombier.

Je ne savais pas alors que ce serait ma première et dernière sortie. Pas à cause des attentats. Seulement parce que mon temps est décompté. Il y a des dates butoirs. Il faut se dépêcher. Les vacances de la Toussaint sont passées. C’est maintenant que les choses vont se précipiter. C’est la dernière ligne droite.

Dernière ligne droite.

J’ai tellement l’impression qu’apprendre c’est prendre des chemins détournés.

Pour cela il faut du temps, le temps de prendre son temps… sans le perdre, rajoute-on.

Perdre son temps. Est-ce qu’on peut vraiment perdre son temps ?

Je me souviens d’un atelier d’écriture quelque part du côté de Tours. On avait eu pour consigne de perdre une heure de sa vie et on avait juste une heure pour perdre une heure. Allez perdre une heure ! Comment faire pour perdre une heure c’est la question que je suis posée au début jusqu’à ce que j’y renonce. Je me suis alors assise dans un coin de grenier, me suis laissée aller, aller à écrire, pas sur une feuille non, on n’avait pas le droit. C’était le temps d’après. Juste écrire sans feuille.

Monsieur Lumbroso[2] disait qu’on vivait à une époque où on ne pouvait s’empêcher de faire plusieurs choses à la fois. Combien de fois derrière nos ordinateurs on faisait autre chose tout en écoutant son cours. Lui aussi s’est déjà surpris à en faire de même.

C’est notre époque, celle de la technologie, du multitâche qui le veut. C’est important le multitâche. C’est l’avenir. Mais ce n’est pas suffisant.

Il faudrait aussi réapprendre à être dans un cours, dans une conversation, être avec l’autre, écouter, attendre, attendre sans compter, sans compter son temps pour qu’autre chose naisse dans ce temps du lien, le temps de la réflexion, le temps de la distance, de la distance entre l’autre et moi, de la distance entre la théorie et la pratique.

C’est pour ça que je me suis inscrite à l’Université, pour réfléchir sur ma pratique. Où donc pouvais-je prendre le temps de réfléchir si ce n’est en formation, à l’Université ?

Dans la vie, on n’a pas le temps. On est sans cesse dans l’action. Réfléchir, se remettre en cause demande de se poser, d’écouter, échanger, être avec l’autre, avec les autres, avec soi-même. Mais voilà l’Université a, elle aussi, maintenant ses impératifs. Elle doit vivre avec son temps, le temps de la production.

Master 1 : un an. Master 2 : un an. Thèse : trois ans.

Ce n’est pas facile. Pas facile pour nous. Pas facile pour elle.

Comment faire dans ces conditions pour être dans son temps tout en prenant le temps ?

 

 

[1] Aline Bergé, Maître de conférence à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 en Littératures française et francophones.

[2] Olivier Lumbroso, Professeur à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 en Langue et littérature françaises.

Marie-Christine Nguyen

Etudiante en Master 2 Recherche Didactique du français langue étrangère/seconde et langues du monde

More Posts