Archives de catégorie : Francophonie

Un bel endroit pour découvrir de beaux livres


Plusieurs étudiants étrangers m’avaient fait part, au premier semestre, de leur envie de découvrir des auteurs francophones ou des albums illustrés, mais de leur difficulté à faire leur choix. Et du prix des ouvrages, même dans les librairies qui proposent des occasions. Alors j’ai pensé à deux pistes. Tout d’abord, l’extraordinaire médiathèque Françoise Sagan, dont M. Martin nous avait d’ailleurs parlé dans son cours sur les albums. J’ai suivi un cycle de conférences sur l’histoire de l’illustration, le samedi matin, dont une des séances s’est déroulée dans ce lieu. Ces conférences avaient pour but de présenter l’histoire du livre illustré, des enluminures médiévales jusqu’à nos jours. Nous avons abordé cette problématique sous l’angle des auteurs/illustrateurs, des éditeurs, mais aussi des lecteurs. Or, la création d’une bibliothèque entièrement consacrée aux enfants et aux livres illustrés a marqué, en 1924, l’histoire de la lecture. A cette époque, la bibliothèque s’appelait « La bibliothèque de l’heure joyeuse » et elle se trouvait dans le 5e arrondissement. Son fonds patrimonial est remarquable, avec des livres illustrés anciens datant du 16e siècle, des originaux, des ouvrages rares auxquels les enfants et les adultes peuvent encore avoir accès. L’idée est de faire vivre les ressources et de mettre à disposition du lecteur, même celles qui sont les plus rares. En 2004, les livres ont tous été regroupés dans la médiathèque Françoise Sagan, dans le 9e arrondissement. C’est un ancien hôpital qui a été restauré, l’endroit est vraiment magnifique, très lumineux, avec une jolie cour plantée de palmiers. Nous avons même pu monter sur le toit terrasse qui va bientôt être aménagé et ouvert au public. Il y a régulièrement des animations et des expositions, les documentalistes sont extrêmement serviables et si vous voulez emprunter des livres, des disques, des films, il suffit de se faire faire une carte, c’est rapide et gratuit. Si vous voulez travailler au calme, c’est aussi possible.

http://equipement.paris.fr/mediatheque-francoise-sagan-8695

Quant à ma seconde piste, je vais vous la donner dans un autre billet.

FrancophonieS

Chers camarades, il y a quelques semaines je vous faisais part d’un événement organisé par l’UNESCO à l’occasion de la Journée Internationale de la Langue Maternelle (dont j’espère pouvoir vous faire un billet compte rendu assez rapidement).

Des journées comme celles ci sont l’occasion d’apprécier des projets collaboratifs et/ou des résultats d’enquêtes liés au thème des journées (bien souvent assumé par des classes de l’Éducation Internationale, des associations, ONG etc.) ce qui serait bien parfois sources d’informations, de références et de données pour nos propres travaux de recherches ; l’occasion aussi de se réunir le temps d’une conférence ou d’un colloque, organisés au delà des murs de notre université (car je n’oublie pas l’importance d’aller voir ailleurs, de se former au delà de nos salles de classes et des programmes « intra »-département DFLE), avec des professionnels mais aussi des « curieux » pour échanger sur les intérêts à promouvoir, défendre, militer pour une cause et sur l’importance de contribuer à rendre ces journées thématiques plus visibles dans la société (et bien souvent, j’ai constaté et expérimenté que ces « curieux » apportent énormément à la discussion).

D’autant plus que nous sommes directement concernés par certaines de ces journées : celle de la Langue Maternelle, celle des Enseignants mais surtout, parmi les autres événements qui rythment les saisons, vous n’êtes sûrement pas passés à côté de la semaine de la Francophonie qui a lieu du 18 au 26 mars dans le monde entier (car oui la Francophonie dépasse les frontières de notre métropole, mais là je ne vous apprends rien j’espère). L’événement à côté duquel nous ne pouvons pas rester indifférents. En témoigna une grande campagne d’affichage dans les rues parisiennes et dans les couloirs du métro.

En revanche, pour ceux qui seraient passés à cause de l’information, il faut savoir que déjà en décembre dernier, une récente étude de l’Institut européen d’Administration des Affaires –plus précisément l’école de commerce INSEAD- relayée par la presse française (Le Figaro, Le Parisien), a révélé que la langue française aurait acquis la troisième place sur le podium des langues les plus parlées dans le monde, après l’anglais et le mandarin (aurait acquis au conditionnel ; je vous renvoie aux divers articles en ligne ci-dessous pour appréhender toute la subtilité et la délicatesse d’une telle affirmation)

http://www.lefigaro.fr/langue-francaise/actu-des-mots/2016/12/25/37002-20161225ARTFIG00001-le-francais-se-hisserait-au-3e-rang-des-langues-les-plus-parlees-au-monde.php

http://www.leparisien.fr/societe/le-francais-3e-langue-la-plus-parlee-au-monde-27-12-2016-6498558.php

Très grossièrement, le français est parlé par des locuteurs natifs, par des locuteurs de FLS dont le français est l’une des langues officielles du pays de résidence, mais aussi par des locuteurs de FLE aussi bien à l’étranger qu’en France etc. Trêve de désignations. Autant de situations dans lesquelles nous sommes investis, en tant que locuteur/(ex-)apprenant/enseignant. La semaine dernière a été le moment pour les acteurs de la langue française -enseignants, concepteurs, mais aussi simples locuteurs et autres « curieux » comme m’amuse à désigner- de témoigner de leur amour et de leurs préoccupations quant à l’avenir du français, encore bien loin du modèle hégémonique de la langue anglaise.

Beaucoup parmi vous ont peut-être eu l’occasion de traverser le site de l’événement http://semainelanguefrancaise.culturecommunication.gouv.fr/Programme#/events/21361 , à la recherche de l’animation gratuite la plus proche, pour participer aux festivités ? Oui, oui, je lance un appel à billets si certains de mes camarades ont une expérience à partager de cette semaine thématique. S’il vous plaît.

CAR, en ce qui me concerne, je n’étais pas présente à Paris durant cette semaine à mon grand regret, retenue dans ma petite ville d’origine en Bretagne où malheureusement, aucun événement n’a attiré l’attention sur la célébration de la Francophonie. Parce que les Bretons revendiquent de plus en plus les langues régionales ? Parce qu’on est en train de vivre un rejet de la langue française ? Pas à ce point là, bien que je capte de plus en plus ce genre de discours dans mon entourage indirect mais très honnêtement, je n’ai pas envie de m’étendre sur le sujet. Mais la magie du 21ème siècle fait que nous ne sommes plus obligés d’être présents en Île de France pour pouvoir profiter des animations à la célébration de la Francophonie. Grâce à Internet, les échanges et les présentations de travaux et de projets liés aux enjeux francophones se partagent en un rien de temps, aux quatre coins du globe.

Et quand bien même vous ne vous êtes pas intéressés à l’événement, je me permets ici de vous restituer un projet photographique tout ce qu’il y a de plus ludique : Jeu « Expressions à deviner » illustrées en objets de vide-greniers (animation proposée par MdeMontmartre). Le principe ? Une série de clichés mettant en scène des accessoires, dans le but d’illustrer des expressions de la langue française. Et je dois bien avouer qu’on se prend facilement au jeu !

http://expressionillustree.blogspot.fr/

Alors avis aux locuteurs francophones : venez tester vos connaissances et vos sens de l’observation et de l’interprétation / aux enseignants de FLE : venez dénicher de nouveaux supports pédagogiques pour vos séances de classes autour des expressions françaises / aux apprenants de FLE : invitation observer, interpréter, comprendre et surtout donner une image aux expressions parfois bien farfelues de la langue française.

Je vous laisse avec un exemple, ci-dessous, pas très difficile. À vous de jouer !

Copyright MdeMontmartre

 

image à la Une : Semaine de la langue française et de la Francophonie – Ministère de la Culture et de la Communication

Floriane Gonidec

actuellement étudiante en M2 Didactique des langues et des cultures de l'université Paris 3. Licence de Lettres Modernes de Rennes 2

More Posts

La langue française en Algérie: État des lieux

INTRODUCTION

De nombreuses civilisations ont occupé le territoire algérien à travers l’histoire. Plusieurs peuples s’y sont succédés afin de coloniser ce pays habité par des populations berbères (Taleb-Ibrahimi, 1995, Morsly, 1988). La conséquence de ces conquêtes se traduit par une co-présence sur le territoire algérien de plusieurs langues qui sont l’arabe moderne ou standard, l’arabe algérien, le berbère et le français (Asselah-Rehal, 2001). Ces langues n’ont pas toutes le même statut sur le territoire algérien. Si l’arabe et le berbère[1] (Tamazight) sont considérés comme des langues nationales et officielles, le français, lui, est catégorisé comme langue étrangère. En ce qui concerne les autres dialectes régionaux, ceux-ci sont minorés (Taleb-Ibrahimi, 1995). Cependant, il a été remarqué que la langue la plus utilisée et la plus répandue dans l’environnement sociolinguistique algérien demeure la langue française. Plusieurs chercheurs parmi lesquels (Dourari et Taleb-Ibrahimi) s’accordent sur le fait que le français en Algérie joue un rôle très important. Et cela dans de nombreux domaines comme  l’économie et l’éducation. Nous allons au cours de cet article dresser un état des lieux de l’ancrage de la langue française en Algérie. Pour cela, nous allons, d’abord, revenir sur la raison de la présence du français en Algérie. Puis, nous allons aborder ses champs d’application et la promotion dont il bénéficie actuellement. Et pour finir, nous nous pencherons sur la façon dont les deux groupes sociaux arabophone et francophone se représentent cette langue.

  • Bref historique de la genèse de la langue française en Algérie.

L’Algérie est un pays francophone du fait de son passé colonial. L’histoire qui lie l’Algérie à la France remonte à plusieurs années. L’Algérie a été une colonie française pendant 172 ans. Rappelons que la France a débarqué en Algérie à la moitié du XIXème siècle. Suite à un problème entre les deux gouvernements français et algérien, la France a décidé de conquérir l’Algérie. A partir de cette époque, l’Algérie devient un département français, donc une partie intégrante du territoire hexagonal. Mais, ne pouvant supporter le système auquel la France les a soumis, les Algériens ont décidé d’entrer en guerre contre la France (Ageron, 2005). Il est resté de cette période, entre autres, un héritage culturel dont la langue française fait partie.

  1. La langue française durant la période coloniale:

Avant la colonisation française, la seule langue écrite en Algérie était l’arabe classique, diffusée avec l’islam. Mais, lors de la colonisation française (1830-1962), le français a été introduit en tant que langue officielle par les autorités françaises dans l’administration algérienne. Toutefois, l’implantation de la langue française dans les institutions étatiques algérienne s’est effectuée par étapes (Quefélec, 2002). Durant la première étape (1883-1922), les populations autochtones s’attachant à la culture arabo-musulmane ont refusé de fréquenter les écoles françaises. Mais, ces populations autochtones qui étaient hostiles à l’enseignement du français ont fini par l’accepter et même par le revendiquer du fait  de la place qu’il occupait à ce moment là. En effet, durant la période de (1922-1962),  le français représentait une clé pour accéder à certains postes dans l’administration. A cette époque, le français était enseigné aux Algériens en tant que langue maternelle, avec les mêmes programmes, les mêmes méthodes que celles qui étaient appliquées en France pour les petits Français (Colonna, 1967).

  1. La langue française après la période coloniale

Au lendemain de l’indépendance, le principal objectif des autorités algériennes sur le plan linguistique était de redonner à l’arabe la place qu’il avait perdue. Ainsi, elles ont procédé à la politique de l’arabisation[1]. Il s’agit d’une politique qui vise à rendre à la langue arabe tous ses droits et à la proclamer langue nationale et officielle (Grandguillaume, 1983).  Pour ce qui est du français, il se voit conférer le statut de langue étrangère ou seconde. De ce fait, une série de réformes organisant son apprentissage ont été mises en place. Mais, depuis la décision de l’état d’arabiser le système éducatif la place du français s’est réduite dans les écoles. Nous pouvons dire qu’à chaque réforme, la place de cette langue se rétrécit comme la peau de chagrin de Balzac. Son volume horaire hebdomadaire ne cesse de changer, il est passé de 15 heures par semaine à 11 heures durant les trois années du deuxième palier (primaire) et de 9 heures par semaine durant les trois années du troisième palier (collège) (Taleb Ibrahimi, 1995).

[1] La politique d’arabisation s’inscrit dans la démarche de réappropriation de l’identité arabo-musulmane  à laquelle les Algérien doivent, selon les autorités politiques de l’Algérie indépendante, s’identifier (Zénati, 2004). C’est la raison pour laquelle, le premier président Ahmed Ben Bella a prononcé  en 1963 le discours suivant ; « Nous sommes des Arabes, des Arabes, dixmillions d’Arabes […] Il n’y a d’avenir dans ce pays que dans l’arabisme »

  • Les champs d’application du français en Algérie

En Algérie, le français est utilisé dans plusieurs sphères. Nous pouvons dire en rejoignant l’avis de Sebaa Rebah (2002) que le français s’est beaucoup plus implanté à l’ère actuelle que durant la période coloniale. Un grand nombre d’institutions administratives, notamment celles des secteurs économiques et bancaires continuent à fonctionner en langue française. Le français est aussi omniprésent dans le quotidien des Algériens. Les termes français sont abondant dans le lexique des Algériens. Concernant les moyens de communication, la plupart d’entre eux utilisent le français.

1- Le français dans le domaine professionnel

Le français représente la langue de travail dans plusieurs secteurs en Algérie. Dans une étude menée dans la ville de Mostaganem[1], il a été montré que l’arabe et le français sont les deux langues de communication et de fonctionnement au sein de la banque « le travail technique (comptabilité, analyse financière, gestion, etc) se fait en français. Les documents, formulaires et fiches sont en arabe et en français » (Bellatreche, 2009). Cette même étude indique que le français est la langue qu’utilisent la majorité des employés dans leur travail qu’ils soient nationaux ou étrangers. D’autres études menées dans le milieu professionnel en Algérie notamment celles de (Sebaa, 2002 ; K. Taleb-Ibrahimi, 1995) ont montré que même après l’indépendance, le français est la langue utilisée en concurrence avec l’arabe dans différentes situations de communication au sein des administrations.

Enfin, il est plus facile de trouver un travail en Algérie en ayant une maîtrise en français plutôt qu’en arabe. Les secteurs du travail en Algérie privilégient les personnes qui parlent la langue  française. En effet, divers domaines de travail en Algérie emploient le français comme langue de travail, avec parfois l’arabe classique et l’arabe dialectale.

[1] Mostaganem est une wilaya en Algérie. C’est une ville portuaire de la Méditerranée. Elle est située au nord-ouest de l’Algérie

2- Le français dans l’enseignement supérieur et le monde de la recherche

Dans l’enseignement supérieur algérien, le français est la langue la plus répandue. De nombreuses filières assurent leur enseignement en langue française (médecine, pharmacie, chirurgie dentaire, architecture, école vétérinaire, polytechnique, etc.). (Ferhani, 2006) Ainsi, le français garde son statut de langue d’enseignement à l’université. Il demeure malgré la politique d’arabisation langue véhiculaire des savoirs, même après l’indépendance. Le constat établi à ce propos par Achouche reste d’actualité: « malgré l’indépendance et les actions d’arabisation qui s’en sont suivies, les positions du français n’ont pas été ébranlées, loin de là, son étude ayant même quantitativement progressé du fait de sa place dans l’actuel système éducatif algérien »(Achouche, 1981).

3- Le français dans les pratiques linguistiques des Algériens

Dans les pratiques linguistiques des locuteurs algériens, la langue française est toujours présente. Néanmoins, ces pratiques sont différentes d’un milieu social à un autre et se manifestent sous des formes diverses formes. Nous trouvons dans ces milieu des emprunts directs et des emprunts intégrés. Il faut mentionner que comme le souligne (Benhamla ,2009)  il ne s’agit pas nécessairement d’emprunts de nécessité. Souvent, le signe emprunté garde son référent original.

  • Des emprunts directs : l’unité lexicale empruntée à la langue française ne subit aucune transformation.
  • Normal Ex: Normal de (faire)
  • Surtout Ex : surtout (n’oublie pas)
  • Voiture Ex :(Elle est dans) la voiture

Remarque : il faut préciser que  les mots ou expressions entre parenthèses sont prononcés par les Algériens sont prononcés en langue locale.

  • Des emprunts intégrés : l’unité lexicale empruntée subit des modifications morphosyntaxiques, et phonétiques afin de s’adapter à la langue arabe ou berbère.
  1. Gendarme  /dažadarmi/
  2. Le cinéma  /әssinima/
  • Alternance codique : un usage alternatif de deux ou plusieurs langues dans le même énoncé ou le même discours (Gumperz, 1982). En Algérie, nous percevons cela à travers l’introduction dans des énoncés en française des mots en kabyle ou en arabe.
  1. Berbère/ français : Je ne pense pas que je vais rester /go khamagui/ traduction (dans cette maison).
  2. Arabe/français : j’ai profité de le mettre 3 fêtes puisk /smanet 3alih šwija[1]/ traduction (j’ai légèrement grossi).
  • Néologisme : Un mot nouveau ou récemment apparu dans une langue. Les Algériens créent de nouveaux mots en adjoignant au morphème arabe ou kabyle un suffixe français. Il faut préciser que ce procédé donne un mot inexistant en langue française
  1. Hitt Ce néologisme est crée sur la base de « Hit » (le mur) et du le suffixe «iste »
  2. Dégoût dégoutage. Ce néologisme est crée sur la base de « dégoût » et du suffixe « age »
  3. Taxis Ce néologisme est crée sur la base « Taxis » de et du suffixe « eur ».

[1] Les exemples cités sont transcrits en alphabet phonétique international (API).

4- Le français dans les médias

Dans l’environnement médiatique algérien, le français est très présent. D’après certains chercheurs tels (Dourari, 2003). Les tirages des journaux francophone ne sont pas très différents de ceux qui  ont eu lieu au moment de l’Algérie-française. Autrement dit, les journaux francophones maintiennent leur position dans le marché médiatique algérien. Ils ont toujours leurs fidèles lecteurs. D’ailleurs, la capitale algérienne possède à elle seule six journaux francophones, El-Moujahid, Alger-républicain, Liberté, Alger-soir, Le Matin, El-watan (Asselah-Rahal, 2001).

D’autre part, la chaîne III de la radio algérienne émet des programmes en français. De son côté la télévision algérienne d’état projette presque chaque soir des films en français et même des débats en langue française, sans oublier le phénomène de la parabole qui  a accentué l’intérêt des algériens pour le français (Asselah-Rahal, 2001).

5- Le français dans l’environnement des Algériens

De nombreuses enseignes, panneaux publicitaires sont écrits exclusivement en français et cela depuis même la loi de généralisation de la langue arabe. De même pour le nom des rues, plusieurs rues en Algérie portent les noms des personnalités françaises.

Exemples :

  1. Les enseignes des magasins : cafétéria, boulangerie, imprimerie, papeterie, vente en gros, coiffeur.
  2. Les noms des rues : Saint-Jean, Saint Cloud, Gambetta, le Square, la Corniche, la Place Polygone.
  3. Les panneaux publicitaires : Ifri, l’eau, la vie. Dixan, plus de savon pour plus d’efficacité.

6- Les types de francophones en Algérie

Selon Rehal Safia, la réalité sociolinguistique algérienne a permis d’identifier 3 types de francophones :

  1. Les vrais francophones : ce sont les personnes qui parlent le français dans la vie de tous les jours et qui communiquent en français avec leur entourage.
  2. Les francophones occasionnels : ce sont des individus qui utilisent le français dans des situations bien spécifiques (formelles ou informelles) mais dans cette catégorie, il y a un usage alternatif du français et de l’arabe (dialectal).
  3. Les francophones passifs : ce sont les locuteurs qui comprennent le français mais qui le parlent pas.
  • La promotion de la langue française dans l’Algérie contemporaine

La valeur du français en Algérie ne cesse de s’accroitre. De nombreux jeunes manifestent le désir de l’apprendre. Ainsi, les centres culturels français que le gouvernement a fermés juste après l’indépendance ont ré-ouvert. Les jeunes algériens fréquentent massivement ces centres dans lesquels ils ont l’opportunité de suivre des programmes en français. D’autres parts, de nombreuses écoles privées ont vu le jour. Ces écoles proposent des formations en langue française et arabe.  En ce qui concerne le secteur universitaire,  certains étudiants se voient dans l’obligation de prendre des cours de français afin de combler leurs lacunes, des lacunes qu’ils ont accumulées durant leur scolarité avant l’obtention du baccalauréat.

  • Le français au niveau des représentations

Le  terme « représentation » a été étudié dans plusieurs disciplines en sciences humaines (sciences du langage, sociologie, psychologie, anthropologie,  épistémologie, philosophie,…). Les représentations linguistiques sont perçues à travers les mythes, les valeurs et les stéréotypes que le locuteur développe sur certaines langues ou variétés linguistiques (Jodelet,2003). En Algérie, les représentations sur la langue française diffèrent d’un groupe social à un autre.

  • Groupe social francophone

Ce groupe se représente le français comme une langue de modernité, de technologie et de promotion sociale. La pratique du français permet selon ce groupe d’avoir l’image de quelqu’un de cultivé, et d’être valorisé sur le plan social. L’élite francophone se représente aussi le français comme étant une langue qui va lui permettre de s’ouvrir sur la culture occidentale et de nouer des relations avec l’occident. Ainsi, elle pense que le français doit être enseigné aux enfants dès l’école primaire. Ceci permettra aux enfants algériens, d’après cette catégorie de disposer non seulement de deux langues dans leur répertoire langagier, mais aussi de ne pas être confronté à un problème de langue dans le cas où ils décident de faire leurs études dans les filières où le français est langue véhiculaire des savoirs (Benrabah, 1999).

  • Groupe social arabophone

La catégorie d’individu qui rejette la langue française en Algérie avance l’argument suivant : le français est la langue de l’ennemi et du colonisateur. Donc, pour ne pas avoir de liens avec le colonisateur, il ne faut pas laisser répandre sa langue. De plus, l’arabe est une langue sacrée. C’est la langue du coran et de la religion musulmane. Il faut qu’elle soit promue, et utilisée dans toutes les institutions étatiques. C’est la raison pour laquelle ce groupe pense que les élèves algériens doivent apprendre la  langue arabe dès leur jeune âge (Abou, 1995).

CONCLUSION

A la lumière de ce que nous avons vu, nous constatons que le français est présent dans tous les domaines en Algérie. De plus, elle jouit d’un statut privilégié,  son importance s’accroit davantage auprès de nombreuses couches sociales. De ce fait, le français ne peut pas être considéré comme une langue étrangère. Son statut doit, donc, être revu afin de redéfinir la méthodologie adéquate pour l’enseigner.

Le fait que l’Algérie compte un grand nombre de francophone est un atout pour ce pays. Il serait donc important d’adopter une attitude de tolérance à l’égard de l’OIF.

Dans le cadre des réformes sur l’école, l’enseignement bilingue du français et de l’arabe avec des volumes horaires similaires serait une bonne initiative à adopter. Ceci afin de doter les étudiants d’outils linguistique leur permettant de réussir dans leur parcours universitaire. Un parcours, où rappelons le, la langue française domine.

BIBLIOGRAPHIE

ABOU, Sélim, L’identité culturelle, Paris, Anthropos. (1995).

Achouche, M. La situation sociolinguistique en Algérie: langues et migration. Centre de didactique des langues et des lettres de Grenoble, 1981.

Ageron, Charles-Robert.« L’opinion française devant la guerre d’Algérie ». Histoire du Maghreb, 2005, 471‑94

Asselah-Rahal, Safia. « Le français en Algérie, Mythe ou réalité? » communication proposée lors du IXème sommet de la francophonie, » Ethique et nouvelles technologies: l’appropriation des savoirs en question», les 25 (2001): 8‑21.

Bellatreche, Haouari. « L’usage de la langue française en Algérie, cas d’étude: le secteur bancaire ». Synergie Algérie 8 (2009): 107‑13.

Benhamla, Zoubeida. L’enseignement du français en Algérie: d’une situation linguistique de fait aux querelles de statut. 2009. Thèse de doctorat. Paris 3.

Colonna, Fanny. Instituteurs algériens: 1883-1939. Vol. 36. Les Presses de Sciences Po, 1975.

Ferhani, Fatiha Fatma. Algérie, l’enseignement du français à la lumière de la réforme. Le français aujourd’hui, 2006, no 3, p. 11-18.
Ibrahimi, Khaoula Taleb. Les Algériens et leur (s) langue (s): éléments pour une approche sociolinguistique de la société algérienne. Éds. El Hikma, 1997.
Queffélec, Ambroise. Le français en Algérie: lexique et dynamique des langues. De Boeck Supérieur, 2002.
Sebaa, Rabeh. L’arabisation dans les Sciences Sociales: Le cas Algérien. Paris: l’Harmattan, 1996.

Zenati, Jamel. « L’Algérie à l’épreuve de ses langues et de ses identités : histoire d’un échec répété ». Mots. Les langages du politique, no 74 (1 mars 2004): 137‑45.

Tassadit Toumert

Diplôme Approfondi de Langue Française (DALF C1), Diplôme de Professeur de Français Étrangère à L'ENS D'Alger, Diplôme de Maîtrise en Sciences du langage à (ILPGA) Sorbonne-Nouvelle Paris 3. Préparation d'un M2 en Didactique du FLE et langues du monde (Sorbonne Nouvelle Paris 3)

More Posts

100 ans de l’École française à Middlebury!

logo de l'École française de Middlebury
logo de l’École française de Middlebury

« MiddleburOui pour la Vie », c’est le logo de cette année qui reflète le centenaire de l’École française à Middlebury, dans l’État du Vermont qui se trouve aux États-Unis.

J’ai l’honneur d’y me retrouver en tant qu’assistante bilingue. Depuis trois semaines notre équipe : les trois assistants bilingues, l’assistant de communication, l’assistant administratif et l’assistant technique, la coordinatrice, la directrice adjointe et le directeur de l’École forment une équipe conviviale au service de ses étudiants promouvant la didactique des langues et des cultures.

L’École d’été de Middlebury existe depuis 1916 et j’ai le plaisir de vous annoncer que cette année nous ne fêtons pas seulement un siècle de présence à Middlebury mais également la plus grande école de langues parmi les autres écoles présentes ! Ceci est le résultat du travail qui se réalise dans les écoles de ce lieu extraordinaire, où la disponibilité du personnel et leur passion sont un engagement tel que le « language pledge » que les étudiants qui y arrivent signent.

Tout commence avec ce pledge linguistique qui est en effet un engagement sur l’honneur concernant l’utilisation d’une seule langue de communication, celui de l’École dans laquelle l’étudiant fait partie, dans notre cas le français. En d’autres mots, c’est une promesse de parler seulement la langue qu’on étudie pendant toute la durée du programme. Combiné avec un enseignement rigoureux, cette complète immersion linguistique, et les avantages des activités extra-scolaires comme les ateliers, aident les étudiants à progresser de manière significative et ceci peu importe le niveau maitrisé.

Depuis cent ans, les écoles de langues de Middlebury aident les étudiants à parler couramment une langue étrangère. La palette des écoles des langues proposées est considérable : allemand, anglais, français, espagnol, italien, portugais, arabe, hébreu, chinois, japonais, coréen et russe !

Vivent les écoles de langues de Middlebury!

Vive l’École française de Middlebury !

"I will keep a light burning" photo trouvé dans le site de l'École
« I will keep a light burning » photo trouvé dans le site de l’École

Je partage avec vous cette photo de la célébration de notre centenaire qui a eu lieu samedi, le 16 juillet. C’est l’oeuvre de Rénaud Auguste-Dormeuil, artiste plasticien. Cette oeuvre de huit cent bougies allumées est une représentation du ciel que nous ne verrons pas, celui du prochain centenaire donc de 2116!

Pour plus d’informations et des photos retrouvez-nous sur nos sites  et les réseaux sociaux :

Le site officiel de l’École : http://schooloffrench.middcreate.net/

Le site de Middlebury College en anglais : http://www.middlebury.edu/ls/french

Le site de la gazette publiée chaque semaine : http://schooloffrench.middcreate.net/lagazette/

Instagram : https://www.instagram.com/efmidd/

Facebook : https://www.facebook.com/MiddleburyEF/

Twitter : https://twitter.com/EF_Middlebury

Olga Kourntidou

Titulaire d'une Licence de Russe délivrée par l'Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

LA FRANCOPHONIE : UNE NOTION POLYSÉMIQUE

Je me suis appuyée sur les recherches de Michel Tétu pour définir cette notion et en retracer l’histoire.

La francophonie est un terme ambivalent. On distingue habituellement la francophonie avec un f minuscule de la Francophonie avec un F majuscule.

Le mot francophonie écrit tel quel renvoie à « l’ensemble des peuples ou des groupes de locuteurs qui utilisent partiellement ou entièrement la langue française dans leur vie quotidienne ou dans leurs communications. » (Tétu, 1997). Comme on peut le remarquer, cette signification est exclusivement géo-linguistique. Plus généralement, on différencie deux catégories : les espaces francophones de langue première (le français est également langue officielle ou co-officielle) et les espaces francophones de langue seconde. Il n’est pas la langue première de la majorité de la population ni une langue étrangère au sens strict du terme. Il dispose d’un statut particulier dans ces espaces: il peut être langue officielle ou co-officielle, langue d’enseignement, langue des médias, deuxième ou troisième langue de communication courante etc…

La Francophonie désigne le regroupement international de gouvernements ou institutions qui utilisent le français dans leurs activités (Tétu, 1997). Cette Francophonie s’est mise en place à partir des années 1950 par le biais d’organisations non-gouvernementales d’abord avant de s’institutionnaliser dans les années 1970. L’Organisation internationale de la Francophonie ou l’Agence universitaire de la Francophonie sont emblématiques de cette Francophonie.

Qu’en est-il de l’histoire du concept ? Le mot apparaît pour la première fois dans les travaux du géographe Onésime Reclus en 1880 dans un contexte colonial. L’expansion territoriale de la France s’accompagne d’une implantation et imposition de la langue française dans ses colonies. Pour Reclus, la francophonie sert à mesurer le nombre de locuteurs francophones dans ces territoires. Le mot sombre dans l’oubli avant de resurgir en 1962 à travers les écrits notamment de Senghor dans la revue Esprit puis de se populariser :

« La Francophonie, c’est cet Humanisme intégral, qui se tisse autour de la terre : cette symbiose des « énergies dormantes » de tous les continents, de toutes les races, qui se réveillent à leur chaleur complémentaire. » (Senghor,1962).

Pour l’écrivain, la Francophonie est la concrétisation de ce qu’il appelle la Civilisation de l’Universel, nouvelle humanité prenant racine à partir des diverses cultures du monde. Le dialogue des cultures, leur métissage en respectant chacune de leur spécificité doit aboutir à cet Universel. Il s’agit de s’unir sur une base de fraternité en reconnaissant la diversité culturelle. 

Bibliographie :

SENGHOR L. Le français langue de culture. Esprit. Paris : Éditions Esprit, 1962, n°311, p. 837-844.

TÉTU M. Qu’est-ce que la FRANCOPHONIE ?. Vanves : Hachette-Edicef, 1997. 317p.

1Union internationale de la presse francophone, anciennement appelée Association internationale des journalistes de la presse de langue française.

Gaëlle Raviton

Titulaire d'une licence d'anglais obtenue à Paris 3 et anciennement assistante de FLE à Birmingham, je suis actuellement étudiante de master 2 de didactique du FLE et des langues du monde à Paris 3.

More Posts

« Chemin d’école »

« Un jour Le Maître ramena une branche de tamarin dépourvue de feuilles, et l’accrocha au-dessus du tableau. Qui dérapait avec un mot créole, une tournure vagabonde, se voyait redevable d’un cinglement des jambes. La liane se mit à peser sur les consciences. Le négrillon en fut plus que jamais ababa-mustapha. Sa langue bientôt lui parut lourde, son verbe trop gras, son accent détestable. Sa petite voix en lui-même devint honteuse ; son naturel de langue dégénéra en exercice de contrebande qu’il fallait étouffer à proximité des Grands, et hurler entre soi pour compenser. Entre petites-personnes, on ne parlait pas français. D’abord, parce que le naturel était créole, ensuite parce que le français était là aussi devenu risqué. Qui disait jounal au lieu de journal était discrédité à vie. Le moindre cahot créole provoquait une mise en la-fête sans pièce miséricorde. En français, il n’y avait pas de proximité. Le créole lui, circulait bien, mais de manière dépenaillée. Précipité en contrebande, il se racornit sur des injures, des mots sales, des haines, des violences, des catastrophes à dire. Une gentillesse ne se disait plus en créole. Un amour non plus. Elle devint la langue des méchants, des majors, des bougres-fous en perdition. Le gros créole était le signe du fruste et du violent. L’équilibre linguistique du négrillon s’en vit tourneboulé. Sans remède. »

Patrick CHAMOISEAU, Chemin-D’École ,Gallimard, 1994:  86-87-88

Un petit zoom sur le passage

Ce passage m’a beaucoup frappé pendant ma lecture du roman “Chemin d’école” de Patrick Chamoiseau. C’est un drame d’une communauté qui a perdu sa confiance en sa langue maternelle et qui est devenue aveugle pour ne pas voir la beauté de sa langue. La phrase en question s’envole dans la tête d’un petit élève créole pendant que l’enseignant fait son cours de manière sévère en humiliant ses élèves.

« Patrick Chamoiseau, né à Fort-de-France (Martinique) en 1952, est devenu dès son premier roman (Chroniques des sept misères, 1986) le chef de file d’une nouvelle littérature antillaise. Sa recherche d’une langue littéraire qu’irrigue le créole maternel et qui retrouve le rythme des conteurs traditionnels s’est poursuivie avec Solibo Magnifique, 1988, et avec une évocation de souvenirs d’enfance, Antan d’enfance, 1990. Il est coauteur de l’Éloge de la Créolité, 1990, manifeste pour la défense et l’illustration de la culture créole. » (Joubert, 1992 : 389 )

On peut constater que le français, langue de colonisation, est imposé aux élèves dont la langue maternelle est le créole. Cependant il est bien naturel qu’il y ait un rejet de la langue française par les élèves créoles. Chamoiseau essaie de nous montrer la problématique de ces langues en milieu scolaire sous un regard tantôt comique tantôt critique. Comique parce que le Maître, étant lui aussi noir comme les élèves, essaie toujours d’imposer le français comme si la langue française était sa langue maternelle. Il ne se rend compte pas qu’il est créole et noir comme les élèves de la classe et qu’il est bien ridicule d’imposer une autre langue qui n’est pas la sienne à un public dont la langue maternelle est tout à fait une autre.

Dans le texte, le français est vu comme une langue de gentillesse, de beauté, de civilisation tandis que le créole est vu comme une langue de violence, de haine, d’esclave, bref une langue honteuse. On se pose la question suivante : Comment peut-on définir qu’une telle langue est une langue d’esclave alors qu’une autre est une langue de « civilisation » ? Il est tellement anormal que le français et le créole sont classifiés d’une telle manière. Le fait d’imposer le français à un public d’une manière humiliante est inacceptable, car cela tue la créativité de ce public en question. La créativité du peuple créole ne peut continuer à exister que dans la mesure où l’on a une connaissance de la langue créole et que l’on pratique cette langue sans penser qu’elle est une langue des « non-civilisés ». Pour l’auteur, il est bien triste de penser que le créole n’a pas la capacité de dire une gentillesse ou un amour. Tout au long de cet extrait, il critique les créoles qui ne sont pas conscients de la vraie beauté de leur langue d’où ils doivent prendre la force afin de se développer. L’absence de l’identité créole chez le Maître trouble l’auteur.

L’auteur est présent dans son œuvre comme « le négrillon ». Le négrillon, en fait, symbolise l’auteur. Chamoiseau porte un regard sur lui afin d’exprimer ses idées à propos du conflit entre le créole et le français en diglossie en restant dans le cadre de la Créolité. Le négrillon subit la violence, l’humiliation à cause de sa langue.

Je pense qu’il est nécessaire de connaître le sens de la Créolité pour mieux comprendre la pensée de Chamoiseau. On jette un coup d’œil sur ce dont Chamoiseau nous parle dans son livre « Éloge de la Créolité » dans lequel, comme son nom l’indique, il met en évidence la place de  l’identité créole et l’importance de la langue créole en son « moi ».

« L’Antillanité ne nous est pas accessible sans vision intérieure. Et la vision intérieure n’est rien sans la totale acceptation de notre créolité. Nous nous déclarons Créoles. Nous déclarons que la Créolité est le ciment de notre culture et qu’elle doit régir les fondations de notre antillanité. La Créolité est l’agrégat interactionnel ou transactionnel, des éléments culturels caraïbes, européens, africains, asiatiques, et levantins, que le joug de l’Histoire a réunis sur le même sol. » ( Chamoiseau, Bernabé, Confiant, 1993 : 26 ).

De ce point de vue, on voit clairement que Chamoiseau s’identifie comme créole en embrassant toutes autres cultures qui ont contribué  à l’existence de la culture créole. Il pense d’ailleurs que le seul moyen de se connaître et d’exister en tant que créole est de connaître sa propre identité créole qui se trouve en soi. La base fondamentale, -comme dit Chamoiseau « le ciment de notre culture »- de son identité et de sa culture est bien la créolité, selon Chamoiseau. Il met en relief, en toute circonstance, des valeurs qui ont créé l’identité créole tout en étant fier de se déclarer Créole. Cette notion de la Créolité occupe une place primordiale dans les œuvres de Chamoiseau, car il est défenseur engagé de cette notion.

Selon la pensée de la « Créolité » de Chamoiseau, le peuple créole doit construire sa propre identité, se nourrir de sa racine et de sa langue maternelle qui est le créole par l’intermédiaire duquel on exprime ses sentiments profonds. Dans ce texte, l’auteur nous montre la conception dramatique du créole en milieu scolaire par ses phrases suivantes : « Une gentillesse ne se disait plus en créole. Un amour non plus. ».

Pour conclure, avec ce petit passage du livre « Chemin-d’École », nous voyons que Chamoiseau vise à nous montrer le conflit entre le français et le créole, en milieu scolaire aux Antilles, et les difficultés linguistiques, culturelles également liées en même temps au problème d’identité. J’espère que tout ce travaille fait par P.Chamoiseau aboutira à son but, et que le peuple créole se nourrira, comme le dit Chamoiseau, de sa propre identité et de sa propre langue sans être écrasé sous le joug d’une autre langue étrangère qui n’est pas la sienne,

Références

  • J. Bernabé, P. Chamoiseau, R. Confiant, Éloge de la Créolité, Éditions Gallimard, 1993
  • Jean-Louis Joubert, Littérature Francophone – Anthologie, Editions de l’Océan Indien, AccesDirect, Trécarré, Groupe de la Cité International  Création- Diffusion, Paris, 1992.
  • Patrick CHAMOISEAU, Chemin-D’École ,Gallimard, 1994

Alper ASLAN

Titulaire d'une Licence en Didactique du FLE à l’Université Gazi à Ankara/Turquie et un Master Didactique des langues, Spécialité 1 Recherche DFLE/S et langues du monde à Paris 3 Sorbonne Nouvelle.. Actuellement étudiant doctorant à l'université François Rabelais de Tours.

More Posts

Compte-rendu du séminaire : « Politique linguistique éducative et réforme de l’enseignement au Vanuatu »

Le 11 décembre 2015, Jean Charconnet est venu présenter les politiques linguistiques et leurs enjeux éducatifs au Vanuatu, lors du cours de Mme Spaeth intitulé politiques linguistiques et promotion des langues.

Actuellement professeur à l’université Paris 8 Vincennes Saint-Denis, dans laquelle il appartient à l’UFR des sciences du langage. Monsieur Charconnet donne des cours sur la coopération francophone ainsi que sur l’usage des nouvelles technologies dans l’enseignement des langues.

Linguiste, il s’est tout d’abord intéressé aux langues africaines et plus précisément à l’étude du bambara. Il s’est ensuite orienté vers la didactique du FLE, ce qui l’a amené à enseigner en Mauritanie, en Thaïlande, en France et au Vanuatu.

Le Vanuatu, autrefois connu sous le nom de Nouvelles-Hébrides, est un archipel de l’océan Pacifique, composé de quatre-vingt îles et peuplé par 280 mille habitants. Le pays fait parti des plus pauvres et les moins développés au monde. Par sa position géographique, il est soumis à plusieurs aléas climatiques tels que les éruptions volcaniques, les tremblements de terre ou encore, des cyclones.

Colonisé à la fois par le Royaume-Uni et la France, le Vanuatu qui a proclamé son indépendance en 1980, reconnaît trois langues officielles : le français, l’anglais et le bichelamar et compte plus de cent quatre-vingt langues vernaculaires. Le bichelamar est une langue formée dans les plantations, un créole qui emprunte une partie de son lexique au français et à l’anglais. C’est LA langue véhiculaire du pays et elle est maîtrisée par la quasi-totalité des vanuatais. Néanmoins, l’enseignement est uniquement dispensé en français et en anglais. De ce fait, il se dessine une diglossie entre ceux qui ne parleraient que le bichelamar et ceux qui parleraient en plus du bichelamar, le français ou l’anglais.

La part d’anglophones et de francophones est représenté asymétriquement sur le territoire et au niveau éducatif. En effet, les anglophones représentent 65% de la population, contre 35% pour les francophones. De plus, alors qu’on trouve des écoles primaires et secondaires où les cours sont dispensés en français, il n’existe aucune université francophone.

Par conséquent, le ministère de l’éducation a décidé d’agir en menant des actions au sein du pays permettant aux vanuatais francophones d’avoir accès aux études supérieures.

D’une part, en 2006, lors du sommet national de l’éducation, le gouvernement a fait savoir qu’il souhaitait une harmonisation du système éducatif entre les programmes francophones et anglophones. L’objectif est de privilégier un système éducatif bilingue franco-anglais en primaire et en secondaire ; et de faire une place à l’enseignement d’au moins une langue vernaculaire. Cela devrait permettre aux étudiants francophones d’avoir des compétences langagières satisfaisantes pour accéder aux universités anglaises du territoire. D’autre part, il leur est désormais proposé un diplôme d’accès aux études universitaires (DAEU) qui leur permet de s’inscrire aux universités de la Nouvelle-Calédonie, pays francophone situé le plus proche du Vanuatu.

Bien que ces lois aient été mises en place récemment, et montrent une part de bonne volonté de la part du gouvernement pour valoriser l’enseignement du français du primaire au supérieur. Mr Chardonnet nous a fait savoir que dans un pays, aussi instable politiquement, qui fait souvent appel à la motion of no confidence, et qui essaie par tous moyens de contrer la corruption qui règne dans le pays, les questions liées aux politiques linguistiques et éducatives restaient secondaires.

L’intervention de Mr Chardonnet a permis de nous confronter aux difficiles réalités des politiques linguistiques éducatives, qui sont présentes dans cet ancien condominium franco-anglais.

LONKUTA Betty

Etudiante en Master 2 Didactique du FLE/S et langues du monde à l'Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3.

More Posts

Conséquences de l’acculturation linguistique en République démocratique du Congo : le lingala tend-il vers du frangala ?

LONKUTA Betty
Université Sorbonne-Nouvelle (France), Paris 3

Caractérisés précédemment par l’esclavage et le commerce triangulaire, les contacts opérés entre les hommes, les cultures et les langues des hémisphères nord et sud, se sont accrus et affirmés par la colonisation. Par ces déterritorialisations, les langues indo-européennes sont devenues des composantes majeures de la vie politique et sociale des états colonisés. Ainsi, elles ont eu un impact linguistique, plus ou moins important, dans les langues en présence.

Dans l’une des anciennes colonies belges, la République démocratique du Congo (RDC), on constate que le lingala, une de ses quatre langues nationales, ainsi que la langue véhiculaire comptant le plus grand nombre de locuteurs, emprunte une partie de son lexique à la langue française, unique langue officielle du pays.

Les phénomènes liés aux interférences linguistiques (Weinreich) sont généralement rejetés par les puristes des langues, qui prônent une « langue  pure », n’ayant subi aucune influence (sémantique, lexicale, prosodique,…) de part et d’autre du globe ; et qui pointent du doigt ces influences en dénonçant une aliénation culturelle.

Nous positionnant du côté de l’anthropologie linguistique, nous nous demanderons si le lingala est en processus de créolisation (Chaudenson) et ce que cela implique sur les rapports qu’entretiennent les langues et les cultures, entre la RDC et son ancien pays colonisateur, la Belgique. Pour illustrer notre recherche, nous nous appuierons sur un corpus composé chansons congolaises [1] en lingala, s’étalant des années soixante à nos jours, pour visualiser la part grandissante du français dans le parler des lingalophones.

Bibliographie

BURKE Peter (1998), « Langage de la pureté et pureté du langage », Terrain (n° 31), pp. 103-112

CALVET Louis-Jean (1974), Linguistique et colonialisme – petit traité de glottophagie, Paris, Petite bibliothèque payot.

CALVET Louis-Jean (2010), Histoire du français en Afrique – une langue en copropriété ?, Paris, Écriture.

CANUT Cécile (2000), « Subjectivité, imaginaires et fantasmes des langues : la mise en discours “épilinguistique”. », Langage et société, 3/2000 (n° 93) , p. 71-97.

CHAUDENSON Robert (1995), Les Créoles, Que sais-je ? (n° 2970), Paris, PUF.

CHAUDENSON Robert (2006), Éducations et langues – Français, créoles, langues africaines, Paris, l’Harmattan.

SPAËTH Valérie (2010), « Le français au contact des langues : présentation. », Langue française, 3/2010 (n° 167) , p. 3-12, consulté le 15 décembre 2015. URL : www.cairn.info/revue-langue-francaise-2010-3-page-3.htm.

WEINREICH Uriel (1953), Languages in Contact : Finding and Problems, New York : Publications of the Linguistic Circle of New York.

1 SELOUA Luste Boulbina (2012), « Présence africaine de la musique et culture nationale – Tribute to Fanon », Présence africaine, 2012/1 (N° 185-186), pp. 219-229, déclare que 49% des congolais n’ayant pas le lingala comme langue première déclarent l’avoir appris grâce à la musique, ce qui justifie l’utilisation de ce corpus.

LONKUTA Betty

Etudiante en Master 2 Didactique du FLE/S et langues du monde à l'Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3.

More Posts

Anglophonie, francophonie ? (un ensemble d’études)

LE POSTCOLONIAL COMPARE

ANGLOPHONIE, FRANCOPHONIE

C. Joubert (dir.)

Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, « Littérature hors frontière », 2014

Présentation de l’éditeur

Importée du monde anglophone, la notion de « postcolonial » a d’abord reçu un accueil réticent en France, avant de devenir un sujet clé des débats publics et universitaires. Ce transfert difficile des Postcolonial studies en France sert de point de départ à une réflexion sur l’histoire connectée des empires britannique et français, qui est aussi une histoire comparée des pensées et des idéologies de la différence culturelle.
En rassemblant des auteurs souvent séparés par les cloisonnements nationaux, linguistiques et disciplinaires, et en s’ouvrant aux histoires et aux littératures coloniales anglaises et françaises mais aussi espagnoles et néerlandaises, ce livre fraye de nouvelles pistes pour la compréhension des rapports entre littérature et politique dans la mondialisation actuelle.

Avant-propos. Émilienne Baneth-Nouailhetas et Claire Joubert (on peut le lire ici: http://www.puv-univ-paris8.org/media/ouvr_pdf/593_avant-propos.pdf)

Le « postcolonial » à la différence des langues : 
culture, politique et enjeu de monde. Claire Joubert

1. Les Postcolonial studies et l’épreuve comparatiste

Littérature anglaise ou littératures en langue anglaise ? (Traduction française d’Hélène Quiniou) Robert J.C. Young 

Quel est l’impact de la notion de whiteness sur les études littéraires postcoloniales ? Genèse du concept et étude du cas de la critique littéraire canadienne. Christine Lorre-Johnston

Critique francophone du postcolonial et critique postcoloniale de la francophonie. Jean-Marc Moura

L’argument civilisateur dans la doctrine coloniale 
de la langue française. Alice Goheneix-Polanski

Edward W. Said, Frantz Fanon et Aimé Césaire. Dominique Combe

Théâtre, terreur et mémoire en contexte postcolonial. Martin Mégevand

2. Les Caraïbes : lieu critique du postcolonial

L’institution de la littérature caribéenne anglophone. (Traduction française d’Hélène Quiniou) Dillon Brown

Hybridité heureuse ou tragédie féconde : le lieu, l’espace et l’archipel caraïbe. J. Michael Dash

Nancy Morejón, la parole des « lieux ouverts » : « nous sommes le golfe pour toujours ». Sandra Monet-Descombey Hernández

« In search of the Talented Tenth » : Léon-Gontran Damas et Albert Helman face à l’Amérind’ « cambriolée ». Kathleen Gyssels

José Marti en Amérique : fascination latino-américaine pour le modèle nord-américain et prémices d’une critique postcoloniale.Claire Hennequet

 Joséphine Baker et Mayotte Capécia : race et genre dans les biographies transcoloniales. Myriam Cottias et Madeleine Dobie

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus