Archives de catégorie : Entretiens

Pourquoi écrivez-vous ? Master class avec sept grands écrivains contemporains

France Culture, la Bibliothèque nationale de France et le Centre national du Livre organisent une série de Master class avec sept grands écrivains contemporains : Yasmina Reza, Jean Echenoz, Jean Rolin, Maylis de Kerangal, Pierre Guyotat, Pierre Michon, Olivier Rolin.

Chacune de ces rencontres représente une réelle occasion de poser toutes vos questions relatives à l’écriture, à l’édition des œuvres et aux parcours des écrivains.  

Pour avoir des informations supplémentaires :

http://www.bnf.fr/fr/evenements_et_culture/auditoriums/f.masterclasses_ecrivains.html?seance=1223925896946

 

 

 

 

Marie T.

M2 Didactique des langues

More Posts

À la recherche du plaisir d’écrire

Le temps passe, la date de dépôt de mémoire s’approche à grands pas et l’écriture de mémoire reste toujours sur les premières pages. Pourtant, il faut continuer à écrire et non plus commencer à l’écrire. Il semble que certains d’entre nous sont perdus dans toutes nos petites écritures, car écrire ce n’est pas toujours un processus agréable et «heureux», n’est-ce pas ? Cela arrive que ce processus devient long, épuisant et perturbant dans beaucoup de sens. C’est le moment où nous commençons à réfléchir sur telles questions comme : où est le plaisir d’écrire ? Existe-t-il ?

À l’exemple d’Ivan Jablonka [1] concernant ses propositions d’écriture, notamment le «moi-témoin», le «moi de recherche» et le «contre-moi», je vous propose de prendre connaissance d’un entretien de Claude Bonnefoy avec Michel Foucault [2] sur son rapport à l’écriture afin d’essayer de retrouver deux «je» de méthode dans les paroles de Michel Foucault.

Moi, l’auteur de cet article, je vais faire mes commentaires entre les répliques de Michel Foucault et de son interviewer Claude Bonnefoy pour vous aider à réfléchir sur deux types de «moi» que nous pouvons remarquer dans les paroles de l’interviewé, plus précisément le «contre-moi» et le «moi-témoin».

C.B. : «Pourriez-vous expliquer cela, montrer comment vous avez abordé l’écriture ?» ( [2], p. 28)

M.F. : «…J’ai toujours essayé, lorsque je parlais d’un auteur, de ne pas tenir compte de ses facteurs biographiques ni du contexte social et culturel, du champ de connaissance dans lesquels il a pu naître et se former. […] Jai essayé toujours de faire comme abstraction de ce que l’on appellerait d’ordinaire sa psychologie pour le faire fonctionner comme un pur sujet parlant. […] Je vais profiter de l’occasion que vous m’offrez en me posant ces questions […] Je vais retourner contre moi-même le sens du discours que j’avais tenu à propos des autres. Je vais essayer de vous dire ce qu’a été pour moi, dans le fil de ma vie, l’écriture.» ([2], pp. 28-29)

Cette dernière réplique nous montre l’apparition du «contre-moi», car Michel Foucault a toujours parlé des autres mais durant cet entretien il analyse lui-même et ses réflexions concernant l’écriture, il se situe par rapport à l’écriture et par rapport à lui-même, il fait l’exercice sur lui-même.

M.F. continue : «Un de mes plus constants souvenirs – certainement pas le plus ancien, mais le plus obstiné – est celui des difficultés que j’ai eues à bien écrire. Bien écrire au sens où on l’entend dans les écoles primaires, c’est-à-dire faire des pages d’écriture bien lisibles. Je crois, je suis même sûr que j’étais dans ma classe et dans mon école celui qui était le plus illisible. […] Mais il y a un autre souvenir, beaucoup plus récent. C’est le fait qu’au fond, je n’ai jamais pris très au sérieux l’écriture, l’acte d’écrire. L’envie d’écrire ne m’a pris que vers ma trentième année.» ([2], p. 29)

Ces deux souvenirs de Michel Foucault nous renvoient à l’apparition du «moi-témoin» dans ses paroles. Ce «moi-témoin» représente deux situations vécues, deux exemples concrets de la vie de Michel Foucault. De plus, grâce à la manière dont il parle de son expérience ou autrement dit, grâce à la manière dont il écrit oralement son expérience, nous pouvons ressentir sa présence dans ce qu’il raconte.

Mais, moi, en lisant cet interview, j’essaye de trouver les réponses à mes questions suivantes : le plaisir d’écrire, existe-t-il ? Et puis, le processus d’écriture, est-il «heureux» ?)

C.B. : «Comment ce plaisir peut-il se manifester dans la pratique d’écriture […] ?» ([2], p. 54)

M.F. : «[…] Existe-t-il un plaisir d’écrire? Je ne sais pas. Une chose est certaine, c’est qu’il y a, je crois, une très grande obligation d’écrire. Cette obligation d’écrire, je ne sais pas très bien d’où elle vient. Tant qu’on n’a pas commencé à écrire, écrire paraît la chose la plus gratuite, la plus improbable, presque la plus impossible […]. Puis il arrive un moment – est-ce à la première page? à la millième? Est-ce au milieu du premier livre ou ensuite? Je l’ignore – où on s’aperçoit qu’on est absolument obligé d’écrire. Cette obligation vous est annoncée, signifiée de différentes façons. Par exemple par le fait qu’on est dans une grande angoisse, dans une grande tension lorsqu’on n’a pas fait, comme chaque jour, sa petite page d’écriture. En écrivant cette page on se donne à soi-même, on donne à son existence une espèce d’absolution. Cette absolution est indispensable pour le bonheur de la journée. Ce n’est pas l’écriture qui est heureuse, c’est le bonheur d’exister qui est suspendu à l’écriture, ce qui est un peu différent. Ceci est très paradoxal, très énigmatique, car comment se peut-il que le geste si vain, si fictif, si narcissique, si replié sur lui-même qui consiste le matin à s’assoir à sa table puis à couvrir un certain nombre de pages blanches puisse avoir cet effet de bénédiction sur le reste de la journée ?» ([2], pp. 55-56)

«Obligation sans plaisir, vous le voyez, mais après tout, quand échapper à une obligation vous livre à l’angoisse, quand enfreindre la loi vous laisse dans la plus grande inquiétude, dans le plus désarroi, est-ce qu’obéir à cette loi n’est pas la plus grande forme de plaisir ? Obéir à cette obligation dont on ne sait ni d’où elle vient ni comment elle s’est imposée à vous, obéir à cette loi, sans doute narcissique, qui vous pèse et vous surplombe de partout, c’est cela, je crois, le plaisir d’écrire.» ([2], p. 58)

Cette réponse de Michel Foucault représente encore une fois le «moi-témoin» grâce auquel nous pouvons reconnaitre notre propre sensation d’une grande angoisse de l’écriture, surtout si nous ne réussissons pas à écrire chaque jour. Et en vain, car les petites écritures peuvent nous apporter de petits bonheurs de tous les jours.

Ainsi, nous pouvons transformer l’obligation d’écrire en plaisir d’écrire, tout simplement en obéissant à cette écriture. Mais comment ? Je pense qu’une des voies possibles d’obéir à l’écriture, c’est d’inventer notre «je» d’écriture, notre «je» de méthode pour donner la vie et la dynamique à notre recherche. Si la recherche c’est un chemin cognitif, l’écriture, qui prend place centrale dans cette recherche, représente un voyage que personne d’autre ne pourrait faire à notre place.

En outre, il ne faut pas oublier qu’en écrivant, «[…] on découvre le charme secret, difficile, un peu dangereux d’écrire» ([2], p. 31) et à mon avis, c’est exactement ce charme qui nous guide vers notre texte final et vers le goût d’écrire à travers nos écritures et nos réécritures.

De cette façon, il me semble qu’écrire le mémoire ce soit comme bâtir une sorte de petite maison dont nous serons le maître et dont nous connaissons tous les recoins. C’est pourquoi il est si important de découvrir le plaisir d’écrire pour pouvoir construire cette belle maison dont le nom est «Le mémoire de Master 2».

 

Bibliographie :

[1] JABLONKA Ivan, L’Histoire est une littérature contemporaine, Manifeste pour les sciences sociales, La Librairie du XXIe siècle, 2014.

[2] FOUCAULT Michel, Le beau danger, Entretien avec Claude Bonnefoy, Éditions de L’École des hautes études en sciences sociales, Paris, 2011.

VORONTSOVA-MENALO Anna

Etudiante en Master 2 Didactique du FLE/S et langues du monde, à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3.

More Posts

Du projet vers la rédaction : un entretien entre un étudiant et sa directrice

Le 7 décembre 2015, trois étudiants se trouvaient devant la porte de la salle L1, en attendant leur directrice de mémoire termine son cours. La porte ouverte, la professeure s’est dirigée lentement vers eux. Les étudiants ont commencé à se crisper car ils iraient présenter leur plan de rédaction du mémoire qui n’était pas encore prêt.

Souriant, la professeure est sortie et les ont amenés dans le bureau des professeurs. Même s’ils ont entendu qu’elle était gentille, mais qu’elle était aussi exigeante. Suivant de près la professeure, trois étudiants ont fait semblant d’être confiants, mais chuchotant à la dérobée comment réagir aux questions de la professeure lors de l’entretien.

Dans le bureau, la professeure a parlé en premier, toujours avec la bonté : « Venez, asseyez-vous, prenez une chaise. Si vous voulez, prenez un gâteau ».

E : Merci madame, c’est gentil.

Il semblait que l’entretien se déroulerait dans une ambiance conviviale. Après une petite silence, la professeure a amorcé l’entretien.

P : Je vous propose que chacun prend la parole de votre tour pour présenter l’état actuel de votre travail pour qu’on puisse élaborer le calendrier des étapes à venir. Donc, il y a à la fois la question de contenu et la question de calendrier. Vous allez prendre chacun vingt minutes pour exposé. Dix minutes pour présenter votre projet de mémoire, dix minutes pour présenter le calendrier d’écriture. Sachant que la prochaine étape sera l’expérimentation, l’écriture et il y aura des va-et-vient entre vous et moi dès que vous allez commencer à écrire. Il va falloir écrire dès maintenant. On va commencer par la question de contenu, qu’est-ce qui veut commencer alors ?

Silence. Nerveux pour ne pas encore élaborer le calendrier pour leur projet immaturité, les étudiants ont incliné la tête.

P : Hugo (moi), voulez-vous commencer ?

E : Oui madame ! Hier, je vous ai envoyé un mail sur mon projet de mémoire … J’ai sorti tout de suite mon ordinateur pour préparer ma présentation.

P : Oui, je l’ai reçu. Allez-y je vous écoute. Ne soyez pas très nerveux. C’est un peu informel entre nous du fait que ce n’est pas comme exposé en classe. Vous pouvez aussi partager avec nous vos questions et vos doutes. Vous n’êtes pas obligé d’être un bon étudiant. (Rire). Alors, pourquoi voulez-vous faire cette recherche ?

E : Pourquoi faire cette recherche. J’ai constaté une situation-problème du terrain, parce que les activités à distance proposées par les concepteurs chinois est trop centré sur la transmission de connaissance. La dimension actionnelle et communicative est absente. Il faut proposer des tâches tournant vers le monde extérieur de la classe. Les apprenants vont créer un site pour permettre aux étudiants de chinois à Inalco d’apprendre la culture chinoise.

P : (Sourit) Pourquoi l’extérieur ?

E : Cela permet aux apprenants de comprendre le sens des activités. Pourquoi je dois faire cette activité, pour satisfaire aux besoins de l’enseignant-tuteur ou pour communiquer avec les gens du réseau.

P : Mais comment vous allez donner des consignes ? Vous imposez les tâches proposées avec des consignes « tu dois » « tu dois faire ceci », « tu dois faire cela » ?

En écoutant le mot « imposer », je suis devenu inquiet parce que la consigne était toujours « imposée » aux apprenants. La tâche dans mon projet ne risquait pas de guider les apprenants vers l’extérieur. Il me semblait important de trouver une autre locution.

E : Oui, je donne plutôt des conseils de rédaction au lieu de consignes, sans établir trop de contraintes aux apprenants. Je pourrais vous montrez un exemple d’activités ? Voilà.

Je tourne l’écran de mon ordinateur vers la professeure. Elle l’a lu attentivement.

P : Cela me paraît pertinent. Et la mise en lien avec les étudiants d’Inalco. Est-elle comprise dans votre terrain ?

E : Idéalement, j’ai la volonté de les faire participer dans le projet. Mais comme je ne suis pas enseignant de chinois, n’ayant pas de contrat pédagogique avec les étudiant d’Inalco, leur participation n’est pas garantie.

P : Techniquement, avez-vous la possibilité de les inviter ?

E : Oui, c’est possible. Un des étudiants d’Inalco est déjà sur le dispositif.

P : Cela pourrait être intéressant de proposer un chat. Mais Il faut leur proposer ! Les étudiants chinois proposent de chat en live à des Français pour faire une exposition à Shanghai et à Pékin, ou bien choisir un plat chinois.

E : D’accord, merci pour votre proposition.

P : Maintenant, venant la méthodologie d’écriture et de rédaction. Comment vous prévoyez l’écriture. Comment vous voyez les phases de l’écriture ?

Baissant la tête, je me suis plongé dans la méditation parce que je n’avais pas encore pensée la rédaction.

P : Alors, je vous propose premièrement posez peut-être le cadre théorique. Puis clarifiez la situation problème et vos critiques sur l’enseignement du FLE à distance en Chine. Ce sera la première partie de votre mémoire. Ensuite, vous allez décrire le terrain de votre recherche-action. Vous allez présenter les 14 apprenants chinois, (âges, profession, région, langue parlée, étude, enseignement suivi) et essayez d’avoir une description sociologique. Vous devez donc commencer à décrire les données et tous ces éléments-là c’est prévu pour le 20 janvier. On aura un nouvel échange sur cet aspect-là. C’est à partir de ces écrits, je pourrais entrer dans une vision critique. Il y a également des concepts et des notions que vous devez poser. La manière de présenter le projet d’aujourd’hui, il faut la traduire en écriture pour avancer.

E : D’accord. Merci encore pour aujourd’hui. Je sais bien comment poursuivre mon travail. Merci !

P : On va écouter les autres puis revenir à vous, d’accord ? Claude, allez-y, on vous écoute …

GUO Yigong

Etudiant en Master 2 Didactique du FLE/S et des langues du monde, à l'Université de la Sorbonne nouvelle - Paris 3.

More Posts - Website

Georges Didi-Huberman dans Télérama du 12/12/12

Le magazine Télérama publie cette semaine un entretien avec Georges Didi-Huberman dont un des ouvrages est à l’étude dans le cercle d’étude « constellation » : excellente occasion pour tous de découvrir rapidement la richesse de l’oeuvre de ce chercheur qui tente de penser les images et l’histoire des images dans notre société aujourd’hui. Des pistes très importantes sont dessinées par Didi-Huberman pour nous qui tentons de penser les images dans les pratiques scolaires d’apprentissage et d’enseignement. En voici quelques-unes:

– comment faire toute sa place aux « singularités » alors qu’on veut enseigner quelque chose qui souvent se réduit à une définition, à du général ?

– comment pratiquer le « montage » au lieu du « mot d’ordre » dans une didactique de la surprise et de l’altérité qui veut faire toute sa place aux expériences de ceux qui apprennent et d’abord vivent ?

– comment articuler les chefs-d’oeuvre et toutes les « images » qui participent à la vie de tous les jours en évitant les séparations et en apprenant la critique ?

– comment tenir ensemble des temporalités diverses en donnant sa place aux « hétérochronies » et donc aux conflits dans des séances et des projets avec les images?

– comment ne pas rester bouche bée quand l’expérience engage le langage ? comment faire face à la puissance des images ?

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus