Archives de catégorie : 6. Bibliographie

Revues linguistiques. To whom it may concern.

 

Pendant la dernière séance, nous avons parlé des revues linguistiques. Je vous présente la liste des revues linguistiques que je connais ou que je viens de découvrir moi-même. J’espère que cela pourrait être utile à ceux et celles qui s’intéressent à la linguistique théorique et appliquée. J’ai souligné en gras les titres les plus importants.

Continuer la lecture de Revues linguistiques. To whom it may concern.

Ovodenko Mikhail

Etudiant en M2 "Didactique des langues" à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Thèmes de recherche : didactique de la grammaire, approche sémantique de la grammaire, contextualisation du discours grammatical, linguistique générale, anthropologie linguistique.

More Posts

L’Orthographe : un mystère qui tourne parfois au désastre

Dans le cadre de la semaine Réussir son orthographe, organisée par la Mission Réussite de la Sorbonne Nouvelle, j’ai assisté aux trois conférences portant sur des questions d’orthographe française. Dans ce compte rendu je souhaite refléter la conférence de Danièle Manesse, professeure de sciences du langage à l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Lors de son intervention, elle nous a expliqué pourquoi l’orthographe française est si compliquée, s’il est possible de la réformer et les moyens de son apprentissage. J’ai trouvé sa conférence particulièrement intéressante car elle m’a permis d’avoir une vision diachronique sur la phonétique du français, comprendre les différentes réformes et les difficultés de l’apprentissage de l’orthographe.

Tout d’abord, Danièle Manesse nous a décrit l’évolution diachronique de la phonétique du français. En effet, selon elle, la connaissance de l’histoire de la phonétique est nécessaire car, pour apprendre l’orthographe il faut tout d’abord comprendre pourquoi l’orthographe est compliquée. Danièle Manesse a précisé que le français vient du latin mais pas uniquement. En effet, en 51 av J.- C. Jules César a conquis la Gaule et les romains ont commencé à s’installer sur ce territoire. Mais ces romains – les soldats, les gens mal instruits – parlent le latin populaire, le bas-latin, cela n’est pas le latin classique de Cicéron. Ensuite ce bas-latin se mélange avec le substrat gaulois. Selon Danièle Manesse il nous reste, par exemple, de la langue gauloise dans le son [y] que l’on ne trouve pas dans d’autres langues romanes. À partir du IV siècle la Gaule subit de grandes invasions des peuples germains. Ainsi, la langue française se construit et commence à émerger. Les premières œuvres littéraires apparaissent, comme, par exemple, Tristan et Iseut écrite au XII siècle. Néanmoins, l’Église parle le latin, qui est le latin de la traduction de la Bible, le latin classique. Ainsi, vers le XII-XIII siècle, la question de l’orthographe du français ressurgit, car on constate qu’avec l’orthographe latine on ne peut pas mettre à l’écrit le français. Par exemple, à l’époque, la langue française contient 30 voyelles (des voyelles brèves, longues et des diphtongues), alors que le latin n’en avait que cinq : a, e, i, o, u.

Selon Danièle Manesse, les gens qui travaillent avec la loi, en premier, ont eu besoin que la langue soit fixe et précise. Ainsi, les hommes de loi – les avocats, les notaires – ont commencé à mettre à l’écrit la langue française en élaborant de nouvelles règles. Par exemple, en latin, il n’y a qu’une lettre « e ». Mais, au moment où on transcrit le français, il fallait transcrire plusieurs sons de cette lettre, comme par exemple [e], [ε] et [ə]. Ainsi, on s’est dit, qu’à chaque fois qu’il y a une lettre « z » on aura le son [e] : le nez, chez. Pour [ε] on va mettre une « s » derrière ou redoubler la consonne comme dans le verbe j’appelle. Selon Danièle Manesse, on n’a pas voulu, à l’époque, mettre des accents sur « e » car il ne fallait surtout pas modifier l’alphabet de la Bible : tout le pays était christianisé et à l’Église on travaillait avec la Vulgate de Saint Jérôme.

Danièle Manesse a expliqué que l’on dit à tort que l’Académie Française en 1673 a imposé l’orthographe. En effet, le premier réformiste de l’orthographe c’était l’Académie Française. C’est vrai que les académiciens ont voulu garder l’orthographe savante avec des lettres latines pour distinguer les cultivée des femmes et des ignorants. Néanmoins, selon Danièle Manesse, on ne cite jamais la suite du texte de l’Académie qui dit que cette orthographe ne sera jamais obligatoire et que le rôle de l’Académie est de l’observer. Par exemple, même les mémoires de Louis XIV, écrits plus tard, en 1686, n’ont pas d’orthographe stable. En 1742 l’Académie Française réforme l’orthographe en introduisant l’accent grave et l’accent aigu.

Danièle Manesse a précisé que les erreurs d’orthographe se glissent dans nos écrits parce que souvent, en français, on n’écrit pas ce que l’on entend. Ensuite, elle a donné l’exemple d’une erreur qu’elle a relevé dans un journal où, au lieu de le visage empreint de tristesse, on a écrit le visage emprunt de tristesse. Selon Daniele Manesse, le problème de l’orthographe française consiste dans le fait que l’on est obligé, avant d’écrire, de penser au sens de mots. Par exemple, pour écrire correctement il résonne beaucoup, on doit penser au sens du nom raison et au sens du verbe résonner. Pour les monosyllabes on doit réfléchir à l’étymologie et c’est encore le sens. Par exemple, dans la phrase Le maire était ceint de l’écharpe tricolore, il ne faut pas écrire ceint comme saint. Si quelqu’un nous dit d’écrire le mot tant, on ne sait pas si on doit écrire temps ou tant. Selon Danièle Manesse c’est un vrai problème de l’orthographe française car tous les enfants écrivent ce qu’ils entendent. Ainsi, si on dit que la [i] s’écrit comme « i » ils vont faire une erreur quand il faudra écrire « y ». Pour le dire clairement, les enfants écrivent un son – une lettre. Danièle Manesse a insisté sur le fait qu’il s’agit là d’un idéal de l’orthographe et que pour cette raison l’écriture alphabétique, qui existe dans d’autres langues, est une invention humaine géniale, car elle laisse aux enfants peu de choses à apprendre.

Danièle Manesse a expliqué que l’orthographe française est difficile aussi parce que la langue orale du français s’est éloignée énormément de la langue écrite depuis le XVII siècle. Par exemple, au XVII siècle on prononçait toutes les lettres : le son [e] à la fin de mon ami[e]. On entendait l’accord du participe passé la fille que j’ai vu[e], la rose que j’ai cuilli[e], le « s » final de mes ami[s]. Ainsi, on n’oubliait pas le [e] et le [s] finals à l’écrit car on les entendait, on avait ainsi moins de problèmes de l’orthographe. Mais personne ne retenait la langue orale, et elle continuait à s’éloigner, les générations passant, de la langue écrite. Danièle Manesse a remarqué également que la langue écrite peut influencer la langue orale. Par exemple, le mois d’août se disait [ləmwadu] et maintenant on prononce aussi [ləmwadut]. Le fait que les finales de la plupart des mots ne se prononcent plus est le point difficile de l’orthographe française. Par exemple, dans la phrase Les éléphants roses chantent sous la pluie le pluriel est marqué qu’une seule fois et les lettres « silencieuses » sont des lettres grammaticales. Cela pose des problèmes aux étrangers car ils sont habitués à entendre les lettres de pluriel, par exemple, comme en anglais.

Selon Danièle Manesse, les lettres finales sont devenues silencieuses en français parce qu’elles n’ont jamais été sous l’accent tonique. En effet, l’accent tonique en français n’a pas du tout la valeur discriminative, comme, par exemple, en russe où moukà (« мука ») veut dire la farine et mouka (« мука » avec l’accent tonique sur la première syllabe) veut dire la souffrance. En français on n’entend pas la désinence grammaticale et, dans le cas où le sens est porté seulement par les lettres grammaticales, des difficultés de compréhension peuvent survenir. Par exemple, quand on entend la phrase Les petites brises la glacent on se rend compte qu’elle peut dire plusieurs choses : les petites filles, qui brisent la glace ou bien les petites brises qui glacent (à ce moment-là, glacent est un verbe). Ainsi, à l’école, on doit « automatiser » les lettres grammaticales, en apprenant à réfléchir sur la langue lors de l’écriture. Mais il faut faire attention, car l’entrée terrorisante en écrit, les erreurs soulignées en rouge font que les élèves sont d’emblée pris de panique et n’arrivent plus à apprendre l’orthographe. Danièle Manesse a précisé aussi que l’orthographe s’apprend avec les yeux car on l’approprie en lisant. Ainsi, la lecture reste le grand pourvoyeur de l’orthographe et beaucoup de recherches ont montré que tous les grands orthographieurs sont de bons lecteurs. Néanmoins, cela ne confirme pas non plus que de bons lecteurs sont nécessairement de bons orthographieurs car parfois des gens très brillants sont mauvais en orthographe.

 Danièle Manesse a expliqué que depuis le XV siècle il y a eu de plusieurs mouvements pour la réforme de l’orthographe.

 

En effet, la réforme c’est un instrument démocratique, qui simplifie l’accès à l’écrit. Par exemple, dans La Grammaire de Porte Royale Antoine Arnauld et Claude Lancelot préconisaient la présence d’autant de lettres autant que de sons. Ainsi, dès le début, on constate une pression phonétiste forte : une lettre – un son. En décembre 1990 on a fait une réforme de l’orthographe, dont l’une des modifications est la suppression de l’accent circonflexe sur « i » et « u ». Mais malheureusement, la plupart de gens ne connaissent pas cette réforme de l’accent circonflexe, dont 700 mots ont été concernés. Danièle Manesse a insisté sur la nécessité de réformer beaucoup plus, accepter de modifier l’orthographe, parce que quand on reforme avec des exceptions, cela n’est pas une réforme, ce sont des rectifications. Mais, malheureusement, dès que l’on touche à l’orthographe la société pense qu’elle va perdre son passé.

En effet, pour réformer il faut tout d’abord comprendre, pourquoi on réforme. Par exemple, le mot nénuphar vient de la langue arabe, mais ensuite on lui a rajouté des lettres grecques. Par conséquent, quand on a réformé l’orthographe de nénuphar en nénufar beaucoup d’opposants ont pensé que ce mot venait du grec. Lors de cette conférence Danièle Manesse a également évoqué son travail avec André Chervel, un linguiste et grammairien français. Selon lui il faudrait une génération pour s’habituer à la réforme et ensuite on l’approprie de plus en plus vite. Danièle Manesse a expliqué également que la relation à l’écrit oblige à préciser la pensée : quand on n’arrive pas à écrire c’est que notre pensée n’est pas claire. En conséquence, l’orthographe est un outil. Danièle Manesse a ajouté qu’elle est pour une pression populaire qui dira que notre langue nous appartient et qu’il faut faire de l’orthographe française un outil intelligent et compréhensible par tous.

 

Marie T.

M2 Didactique des langues

More Posts

Références bibliographiques

Quelques références bibliographiques et sitographiques concernant le Français sur Objectif(s) Spécifique(s) et son enseignement en milieu militaire.

BIBLIOGRAPHIE

Association de didactique du français langue étrangère, La lettre Asdifle : L’Auto-apprentissage en milieu institutionnel, CLE International, 2004

Association de didactique du français langue étrangère, Les cahiers de l’Asdifle. FLE, l’instant et l’histoire : actes des Rencontres du 29 mars 2012 à l’Alliance française de Paris Île-de-France et du 19 octobre 2012 au CLA de Besançon, Paris, CLE International, 2013

 Association de didactique du français langue étrangère, Les cahiers de l’Asdifle. Les métiers du FLE. Actes des 33e et 34e Rencontres, Paris, CLE International, 2013

Association de didactique du français langue étrangère, Les cahiers de l’Asdifle. Y a-t-il un français sans objectif(s) spécifique(s) ? : actes des 29e et 30e Rencontres de l’ Association de didactique du français langue étrangère, mars 2002, Paris-octobre 2002, Grenoble, DL 2003

Jean-Claude Beacco et Denis Lehmann (coord. par) Publics spécifiques et communication spécialisée, Paris, Hachette, 1990

 Olivier Bertrand et Isabelle Schaffner (sous la dir.), Le français de spécialité. Enjeux culturels et linguistique, Palaiseau, Edition de l’Ecole Polytechnique, 2008

Catherine Carras, Patricia Kohler, Elisabeth Sjilagyi, Jacqueline Tolas, Le Français sur Objectifs Spécifiques et la classe de langue, Paris, CLE International, 2007

Irénée Carré, Méthode pratique de langages, de lecture, d’écriture, et de calcul, Livre du maître, Paris, Armand Colin, 1922,

Philippe Carré, Organiser l’apprentissage des langues étrangères : la formation linguistique professionnelle, Paris, Editions d’organisation, 1991

Véronique Castellotti & Hocine Chalabi (sous la dir.), Le français langue étrangère et seconde : des paysages didactiques en contexte, L’Harmattan, DL 2006

Centre Interarmées de Concepts, de Doctrines et d’Expérimentations, Glossaire interarmées de terminologie opérationnelle, Paris, Ecole militaire, 2015

Jean-Louis Chiss et Jean-Claude Beacco, Les cultures éducatives et linguistiques dans l’enseignement des langues, PUF, 2005

Conseil de l’Europe, Cadre Européen Commun de Référence pour les langues : apprendre, enseigner, évaluer, Strasbourg, Division des politiques linguistiques, 2000

Crid, Répertoire des Méthodes de français sur objectifs spécifiques, 2016

Jean-Pierre Cuq (sous la dir.) Dictionnaire de didactique du français langue étrangère et seconde, Paris, CLE International, 2003

 Jacques David et Jean-Louis Chiss Didactique du français et étude de la langue : Le Français aujourd’hui, Broché, 2011

Gisèle Holtzer, Du français fonctionnel au français sur objectif spécifiques. Histoire des notions et des pratiques, Paris, Le Français dans le monde, 2004

Denis Lehmann, Objectifs spécifiques en langue étrangère : les programmes en question, Vanves, Hachette FLE, 1993

Pierre Lerat, Les langues spécialisées, Paris, PUF, 1995

Jean-Marc Mangiante-Chantal Parpette Le Français sur Objectif Spécifique : de l’analyse des besoins à l’élaboration d’un cours, Paris, Hachette, 2004

Ministère de la Guerre, Règlement provisoire du 7 juillet 1926 pour l’enseignement du français aux militaires indigènes, Paris, Charles-Lavauzelle&Cie, 1927

Ministère de la Défense nationale (Guerre), Manuel d’éducation morale à l’usage des militaires indigènes coloniaux. Paris, Imprimerie Nationale, 1932

Ministère de la Défense Nationale. Secrétariat d’Etat aux Forces Armées Terre, Etat-major de l’armée, 3e Bureau, Méthode d’enseignement du Français aux Français de souche Nord-Africaine, Parie, Imprimerie Nationale, 1960.

Ministère des Affaires étrangères et du Développement International, Direction de la coopération de sécurité et de défense, Partenaires sécurité défense. Revue de la coopération de sécurité et de défense, Paris, Juin 2014   

Florence Mourlhon-Dallies, Enseigner une langue à des fins professionnelles, Paris, Didier, 2008

Caroline Mraz, EN AVANT ! Méthode du français pour les militaires. Le Ministère des Affaires étrangères et européennes, 2011

Louis Porcher, Sur le bout de la langue : la didactique en blog, Paris, CLE International, 2014

SITOGRAPHIE

Association Nationale des Officiers et sous-officiers Linguistes de Réserve (L’ANOLiR) : http://www.anolir.org/certificats-militaires-de-langues/

Centre de Doctrine et d’Enseignement du Commandement : http://www.penseemiliterre.fr/

Centre national de formation aux langues et à l’international (CNFLIG) : http://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/cegn/Autres-pages/Centres/Centre-national-de-formation-aux-langues-et-a-l-international-CNFLIG

Chambre de commerce et d’industrie de Paris, Centre de Langue Française : http://www.centredelanguefrancaise.paris/tests-diplomes/diplomes-francais-professionnel-dfp/

Direction de la coopération de sécurité et de défense : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/politique-etrangere-de-la-france/defense-et-securite/cooperation-de-securite-et-de-defense/la-direction-de-la-cooperation-de-securite-et-de-defense/

Légion Etrangère : http://www.legion-etrangere.com/

Organisation des Nations Unies : http://www.un.org/fr/about-un/

Radio France internationale (RFI) : http://www.rfi.fr/

Réseau d’expertise et de formation francophone pour les opérations de paix (REFFOP) :  http://reffop.francophonie.org/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marie T.

M2 Didactique des langues

More Posts

Bibliographie de mémoire

BIBLIOGRAPHIE
Albert, M.-C.; Souchon, M, Les textes littéraires en classe de langue.2000, Hachette, Paris .
BESSON J.J, L’oral au collège, 1999 CRDP de l’Académie de Grenoble et Delagrave.
BEEAULIEU.P, travail du corps chez les acteurs de Luk Perceval,2006, Atlantica-Séguier, Paris.
BOAL.A, Jeux pour acteurs et non-acteurs, 2004, éditions la Découverte, Paris.
BERNANOCE M, vers un théâtre contagieux : répertoire critique du théâtre contemporain pour la jeunesse,vol.2, 2012, Paris.
BARBOT, MJ, Les auto-apprentissages, 2000, Ed.CLE International.
CHISS J.-L, L’Ecrit, la lecture et l’écriture. Théories et didactiques, 2012, l’Harmattan, Paris.
BISHOP M.F.&DOQUET- LACOSTE C : pratiques. « Place et statut du récit dans les écrits intermédiaires à l’école :carnets de lecture, carnets d’expériences et d’observations », 2007.
BEAUME.E,La lecture. 1989, Éd.AFL,Paris.
CHEVALIER B, Bien lire au collège,1991,NATHAN,
CICUREL, F, Lectures interactives en langue étrangère, 1991, Hachette, Paris.
CHARMEUX.É, Apprendre à lire : Échec à l’échec, 1987. Éditions Milan/Éducation,France .
CHAUVEAU.G ,Comment l’enfant devient lecteur Pour une psychologie cognitive et culturelle de la lecture. 1997, Éditions etz/Pédagogie, Paris.
CHEVALIER, B, Stratégies de lecture, 1991, Les entretiens, Nathan, Paris.
CHOQUE.J, L’expression corporelle, 2005-2007, éditions de la traverse, Nice.

CICUREL .F, Pratiques de lecture et enseignement , 2001, dans Mondialisation et humanisme, actes du congres SEDIFRAIL XII, Rio-de-Janeiro.
CICUREL. F, La lecture Littéraire, 1991, « Propositions pour une approche interactive »
CICUREL. F, Les interactions dans l’enseignement des langues, 2011, ED.Didier
CEDIC.Ryngaert, Le jeu dramatique en milieu scolaire. Paris.

DOLZ J., SCHNEUWLY B, Pour un enseignement de l’oral, 2000, ESF Editeur.
Dallez, G, La voix de l’autre, « réflexions sur une pratique de la langue par le théâtre». 1997, In Revue Les Langues Modernes, p. 17-22.
DELBONO.P, Le corps de l’acteur ou la nécessité de trouver un autre langage,2004,LES SOLITAIRES INTEMPESTIFS, Besançon.
Etienne Decroux, mime corporel, sous la direction de Patrick Pezin,2003, L’entretemps éditions, Saint-Jean-de- Vedas.
GIASSON.J, Stratégies de lecture, 1995 , Programme d’intervention auprès des élèves à risque. Une nouvelle option éducative,L. Saint-Laurent,J. Gisson, C. Simard, J.J Dionne et collaborateurs. Montreal : Gaetan Morin .
GIASSON.J , La compréhension en lecture, 1990, Boucherville : Gaëtan Morin..
GIASSON.J , La lecture. De la théorie à la pratique,1995, Boucherville : Gaëtan Morin.
GIASSON.J , Stratégies d’intervention en lecture, 1992: « quatre modèles récents ».In La lecture et l’écriture. Enseignement et apprentissage, C. Préfontaine et M. Lebrun, Montréal : Logiques..
GIASSON, J. 2003. La lecture – de la théorie à la pratique. Québec: Gaëtan Morin.
Gestes en éclats, direction AURORE DESPRES, Les presses du réel, Franche-Comté.
GITTAT.C, Etat des lieux, la vocation n’est qu’un choix persistant, 2015, Riveneuve éditions, Paris.
GODARD A, Des stratégies de lecture a l’expérience des lecteurs », 2011, dans GODARD A., HAVARD A.-M. & ROLLINAT- LEVASSEUR E.-M(dir.), L’Expérience de lecture et ses médiations. Réflexion pur une didactique, Paris, Riveneuve.
GODARD A. & ROLLINAT-LEVASSEUR E.-M: « Le dialogue théâtral, ‘’miroir grossisant’’ des interactions verbales », 2005, Le français dans le monde- Recherches et applications, « Les interactions, contexte, resources et enjeux », CICUREL F. & BIGOT V. (COORD.), Paris, CLE International.
GODARD A., HAVARD A.-M& ROLLINAT- LEVASSEUR E.-M(dir.) L’expérience de lecture et ses médiations. Réflexions pour une didactique, 2011, Paris, Riveneuve.
HEBRARD, J, Du parler au lire, ,in Diagramme pour la lecture. 1990. Alger O.N.P.S.
L’Harmattan Pierra. G. Une esthétique théâtrale en langue étrangère, 2006,
Paris.
J.M. DEFAYS, A.R. DELBART, S. HAMMAMI, F. SAENEN, La littérature en FLE Etat de lieux et nouvelles perspectives, 2014, Hachette, Paris.
JOUVE V, La Lecture, 1993, Hachette, Paris.
JOUVE V: . (éd) 2005 L’Expérience de lecture, actes du colloque de Reims 2002, L’improviste, Paris.
LAGORGETTE D. & ROLLINAT- LEVASSEUR E.-M.(dir.), Didactique du français langue étrangère par la pratique théâtrale, Chambery, université de Savoie.
La littérature dans l’enseignement du FLE, Sous la direction D’Anne Godard, 2015 ,Didier, Paris.
LE PAILLEUR.M, GISEL.M, et DOMINIQUE.C , Apprendre à lire aujourd’hui, 2002, automne ,Québec français.
LORELLE.Y, Le corps, les rites et la scène, 2003, Les éditions de de l’Amandier, Paris.
L’école du jeu, Sous la direction de Josette Feral, 2003, L’entretemps éditions, Saint-jean-de Vedas.
Pierra.G, Le théâtre contemporain, 2001, Nathan, Paris.

PICARD.M, La Lecture comme jeu, 1986, Minuit, Paris.
PIERRA.G, Une Esthétique théâtrale en langue étrangère, 2001, L’Harmattan.
Paris.
PAVIS.P, Vers une théorie de la pratique théâtrale, voix et image de la scène, 2007, Presse universitaires du Septentrion,Villeneuv d’Ascq, France.

PAYET.A, Activités théâtrales en classe de langues, 2010, CLE International, Paris.

PIERRA. G, Le Corps, la voix, le texte, 2006 ,arts du langage en langue étrangère, L’Harmattan, Paris.
PINTAL.L, De corps, de chair et de cœur, 2016, presse de l’université du Québec, Canada.
Puren, C, Histoire des méthodologies d’enseignement des langues vivantes, 1988, Ed. Nathan-CLE international.

ROME.C, L’impulsion et le geste, 2006, Bérénice, Paris.

SCHLANGER. J, La Lectrice est mortelle 2013, Belval, Circe.
SCHMITT M.& VIALA .A, Faire –lire, 1997, Didier, Paris,
Ubersfeld, A.Le dialogue de théâtre.1996, Éditions BELIN, Paris.
Ubersfeld.A, Lire le théâtre I, 1999, Bélin , Paris.
VON MUNCHOW.P, Motiver l’élève pour la lecture : comparaison de manuels scolaires en français et en allemand langues maternelles », 2011 , dans GODARD A., HAVARD A.-M & ROLLINAT LEVASSEUR E.-M. (dir.), l’expérience de lecture et ses médiations. Réflexions pour une didactique, Paris, Riveneuve.
VIGNER.G, lire: du texte au sens, 1979, Eléments pour un apprentissage et un enseignement de la lecture, CLE International, Paris.
ZUMTHOR.P, La poésie et la voix dans la civilisation médiévale, 1983, PUF, Paris.

SITOGRAPHIE
http://jean.mayer.pagesperso-orange.fr/ma_pratique.htm#Objectif%20G
http://activitesauthentiques-fsl.weebly.com/la-technologie.html
http://www.e-kotovan.fr/medias/files/dossier-theatre-2-laurent-tanguy.pdf
http://www.tfo.org/sites/?s=10505)
http://www.francparler-oif.org/images/stories/parcours/theatre_monter.htm

http://www.leproscenium.com/(textes théâtraux)
http://fandefle.com/2014/10/10/le-theatre-en-classe-de-fle/

Sumaia ELGAMRI

Etudiante de Master2 Didactique du français et langues du monde.

More Posts

Follow Me:
Facebook

LES RÉFÉRENCES

BIBLIOGRAPHIE

 

ARCHIBALD J., CHISS J.L., (2007) La langue et l’intégration des immigrants sociolinguistique, politique linguistique, didactique, Paris, l’Harmattan.

BALLARD M. (1988) : ‘‘Le commentaire de version’’ in Meta, Vol. 33, n° 3, pp. 341-349.

BROCHY Claudine, 2002, « raconte moi tes langues… Les biographies langagieres en tant qu’outils d’enseignement et de recherche ». VALS-ASLA, n67.

CAPELLE, M.-J. (1987): Traduction pédagogique: réhabilitation, restauration, rénovation dans Retour à la traduction, Le Français dans le monde.

CASTELLOTTI, V, La langue maternelle en classe de langue étrangère. Paris : CLE International, Collection DLE.2001.

CUQ 1.-P. 2003. Dictionnaire de didactique du français. Paris: CLE International

DABNE Louise, 1994, « Langue maternelle, langue étrangère, quelques réflexions ». Les langues modernes, n 1, p.91-95.

GLOAGUEN-Vernet Nolwenn, 2009, Enseigner le français aux migrants, Paris, Hachette FLE.

GOUIN F. L’art d’enseigner et d’étudier les langues, édition Bellier, Paris, 1894.

LAROUSSI F. et Albalawi I., (2011), « La traduction de l’arabe et l’arabe à l’heure de la mondialisation » in Oustinoff M. (sous coord.), Traduction et Mondialisation, Paris : Hermès, pp. -95-114

LAVAULT E. (1985) : Fonctions de la traduction en didactique des langues, Paris, Didier Erudition.

LEFEAL K. D., (1987) : « Traduction pédagogique et traduction professionnelle« ,  Le français dans le monde, n° spécial aout-septembre.

LYADRI R., (1997), « Problématique des équivalences sémantiques et de la traduction dans des dictionnaires arabe-français », Méta, Vol. 42, n° 1, pp. 142-146.

MOUNIN, G. 2004. Les problèmes théoriques de la traduction. Paris: Gallimard.

OBIN Jean-Pierre, Obin-Coulon Annette, 1999, Immigration et intégration, Paris, Hachette Education.

PUREN C., (1988) : Histoire des méthodologies de l’enseignement des langues, CLE international.

 

 

SITOGRAPHIE

 

http://docplayer.fr/14929795-Pourquoi-la-traduction.html

 

CECR-2000.http://www.coe.int/t/dg4/linguistic/Source/Framework_fr.pdf «Apprentissage des langues et citoyenneté européenne ». Cadre Européen Commun de Référence Pour Les Langues: ‘apprendre, enseigner, évaluer’, consulté le 27.01.2013.

 

Langlais P., (2002), Des influences linguistiques de la langue maternelle sur la langue étrangère. www.crdp-montpellier.fr

 

Chianca R., Rôle et place de la langue maternelle en cours des langues étrangères www.fbpf.org.br/cd1/trabalhos/rosalina/chianca.doc

Rana

Etudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 .

More Posts

La classe de langue étrangère: Une double scène

Un intérêt porté sur la création de situations à l’intérieur d’un atelier d’apprentissage où l’introduction à la découverte d’une nouvelle langue est conçue pour orienter et accompagner de nouveaux individus désireux de s’engager dans l’acquisition d’une nouvelle façon de communiquer. Ceci me pousse à faire une recherche me permettant de trouver les techniques orientées à accueillir ce public qui n’envisage pas d’être noté ou évalué, mais qu’au contraire, cherche à s’exprimer sans aucune contrainte au sein d’un espace le lui permettant. La création de cet espace permettra à ces  individus dépassant l’âge adulte où l’encouragement vers l’apprentissage de la  langue va s’effectuer à travers la communication verbale et non verbale mais accompagnées aussi de tous ces sentiments qui découlent des situations apparaissant dans le déroulement des sessions, par conséquent aucune trace de stress ou contrainte quelconque ne doit parasiter ce processus à fin d’atteindre cet objectif.

Cependant, ces espaces ont été déjà expérimentés par quelques  didacticiens  dont je vais vous parler avec un peu  plus de détails et qui ne font  que confirmer le cheminement qu’il faut suivre.

« Le recours à Ionesco a joué un rôle décisif dans notre approche de la communication didactique. En effet, au théâtre, la communication entre l’auteur et le public se fait par l’intermédiaire des personnages (fictionnels) mis en scène1 ; en classe de langue, enseignant et apprenants ont à leur tour la possibilité de faire appel à des personnages fictionnels par le truchement des jeux de rôle.

C’est en tant que « lieu de fictionnalisation » (Coste, 1991, p. 247) que le discours de la classe nous intéresse ici. Autrement dit, nous nous proposons de mieux cerner la singularité de ce « contrat de fiction » (Cicurel, 1988, p. 24) qui présuppose comme cadre externe la classe de la langue étrangère. Pour traiter la question, (cela peut  s’envisager) sous une triple optique : la fiction dans son rapport avec les acteurs de la scène didactique, les situations, créées  dans cet espace et l’objet cible (la langue étrangère en cours d’apprentissage) » (Soares da Rocha, D.O., La fiction dans le cadre de l’interaction didactique : Une lecture du théâtre de Ionesco.)2

L’application de ces techniques doit s’initier avec l’accord des deux parties, c’est-à-dire entre l’enseignant et l’apprenant, un contrat établi dès le début de l’atelier pour que l’apprenant comprenne la dynamique du déroulement des sessions. Comme le mentionne Cicurel, la fiction va jouer un rôle important dans la détente du corps et par conséquent des intentions pour une meilleure appropriation du nouveau répertoire langagier de la langue cible.

  1. Voir à ce sujet la duplicité de la parole dans la communication théâtrale (Maingueneau, 1990. P.141)
  2. La construction interactive des discours de la langue. (Coordination Éditoriale Cicurel, F. Blondel, E., p 62)

Bibliographie .

CICUREL, F. (1988) : « Fiction et mise en scène dans un cours de langue » dans Lend année XVII, n°1, Bruno Mondadori, Rome.

CICUREL, F. (1989) : «  La mise en scène du discours didactique dans l’enseignement des langues étrangères » dans Bulletin CILA 49, Lausanne.

COSTE, D. (1974) : « Le fictionnel ordinaire des discours d’apprenants » dans Russier, C., Stoffel, H. et Véronique, D., (dir) : Interaction en langue étrangère, Université de Provence, Aix-en-Provence.

IONESCO, E. (1974) «  Exercices de conversation et de diction françaises pour étudiants américains » dans Ionesco, E. : Théâtre V, Gallimard, Paris.

CEDISCOR 4 (1996) : « La construction interactive des discours de la classe de langue ». Les carnets du Cediscor, coordination éditoriale Cicurel, F. Blondel E., Presse de la Sorbonne Nouvelle, Paris.

Céspedes

Étudiant en Didactique du FLE/FLS et langues du monde Master 2 à l'Université Sorbonne Paris 3.

More Posts

La communication-processus ?

http://www.socialgerie.net/spip.php?article1324
http://www.socialgerie.net/spip.php?article1324

Je trouve très intéressante, cette nouvelle théorie de la communication-processus. Elle peut s’appliquer  notamment  à notre rôle d’enseignant. C’est grâce à l’apport d’Alex Mucchielli qui considère que les situations pédagogiques sont des situations de communication par excellence. Il dit : « … un acte pédagogique est relatif à la situation globale, en partie créée par les réactions des élèves… » (Mucchielli 2000, p. 157). Il me semble très innovateur et applicable à notre métier, pour ne pas oublier notre place de communicateurs. En tant qu’enseignants on doit profiter des situations qui se créent dans ce processus pour rendre plus propice l’apprentissage.

D’après Mucchielli l’école de Palo Alto privilégie un contexte, celui des interactions. Il considère que rien n’empêche d’élargir cette conception de la genèse du sens par le contexte, en faisant intervenir un ensemble d’autres contextes complémentaires au seul contexte des interactions.

Il affirme que  dans ce cas, non seulement les contextes contribuent à forger la signification des échanges, mais contextes et significations se construisent à travers les échanges eux-mêmes. Les significations ne sont donc pas des « donnés », mais des « émergences ». Le sens émerge des configurations situationnelles dans lesquelles  les activités se déroulent et qui sont co-construites par les acteurs en présence. « Il n’est pas une donnée préalable, stockée dans une quelconque banque de données commune à tous, d’où on pourrait le sortir à la demande. »

Ainsi, l’information en tant  que sens de quelque chose (un discours, un texte, une image, une conduite…) porté par quelque chose (un discours, un texte, une image, une conduite…) n’existe que par sa contextualisation pour des acteurs.

La « théorie des processus de la communication » propose de faire porter l’attention, non pas sur l’information et ses diffusions, transport ou métamorphoses, mais sur les opérations communicationnelles qui ont mené à la prise de sens originelle. La communication y est une communication en acte, c’est-à-dire en train de se faire1. Dans cette conceptualisation, un phénomène de communication est conçu comme partie prenante d’un système, composé de sous-systèmes, que des « processus » font varier, pour amener une variation de l’ensemble et ainsi retentir sur la « résultante », c’est-à-dire, en l’occurrence, sur le sens final des phénomènes de communication.

  1. Comme l’action dans la théorie de la cognition distribuée est un « cours d’action », c’est-à-dire quelque chose de processuel, qui se déroule et qui a ses critères d’évaluation du but à atteindre.

Bibliographie

Mucchielli A.,  La nouvelle communication, pp 151-152, Armand Colin, Paris, 2000.

Céspedes

Étudiant en Didactique du FLE/FLS et langues du monde Master 2 à l'Université Sorbonne Paris 3.

More Posts

L’intérêt du jeu en classe de langue

Pourquoi utiliser les jeux dans la classe de langue étrangère ? Du côté de la psychologie, Winnicott (1975 : 110) affirme que « c’est en jouant, et seulement en jouant, que l’individu, enfant ou adulte, est capable d’être créatif et d’utiliser sa personnalité tout entière ». Dans la didactique des langues, le Dictionnaire de didactique du français langue étrangère et seconde (Cuq, 2003) l’activité d’apprentissage ludique est guidée « par des règles de jeu et pratiquée pour le plaisir qu’elle procure ». En revanche, l’amusement ne peut pas être la seule motivation de l’apprentissage, de plus le jeu permet l’emploi de certaines régularités de la langue (Caré et Debyser, 1991). Orientée vers un objectif d’apprentissage, l’activité ludique « permet aux apprenants d’utiliser de façon collaborative et créative l’ensemble de leurs ressources verbales et communicatives » (Cuq, 2003).

Du côté cognitif, Bange (2005) affirme que, lors de l’apprentissage d’une langue étrangère, il faut prendre en compte les deux aspects inséparables du savoir-faire communicatif : l’aspect cognitif de la communication et l’aspect interactionnel. Et la langue est un savoir procédural qui s’acquiert en agissant, c’est-à-dire, c’est en communiquant qu’on apprend à communiquer. La solution de ce paradoxe se trouve dans l’interaction, plus précisément dans une modalité particulière appelée par Bruner interaction de tutelle, où « l’étayage » est mis en œuvre. Dans ce type d’interaction, le novice, celui à qui s’est posé un problème de communication dans le cours de l’interaction, ne connaît pas la réponse encore ou bien il ne fait que supposer une réponse possible, et le tuteur connaît la réponse qui permet de résoudre le problème. La solution va apparaître dans leur collaboration. D’après Bruner l’étayage rend le novice capable de résoudre un problème, mais il faut aussi que le novice reconstruise pour son propre compte le savoir ainsi mis à sa disposition.

Le jeu en classe de langue étrangère est une manière de donner à l’apprenant des véritables problèmes communicatifs en interaction lesquels peuvent être résolus en étayage en présupposant l’interlocuteur dans l’apprenant (Bange, 2005). Les jeux entrent dans une perspective fonctionnelle pour la didactique des langues étrangères car, avec les jeux l’apprentissage de la communication ne se limite pas à la simple reproduction des contenus du manuel.

Enfin, le jeu est un outil permettant que les actes de langage soient réalisés avec des problèmes cognitifs de communication authentiques à résoudre, qu’il n’y ait pas seulement des assimilations entre la langue-source et la langue-cible de l’apprenant. Avec l’étayage présente dans l’usage du jeu, l’apprenant pourrait résoudre les problèmes de communication d’une manière la plus autonome possible.

BANGE, P. (2005), L’apprentissage d’une langue étrangère – Cognition et interaction. Paris, L’Harmattan.

CARE, J.-M., DEBYSER, F. (1991), Jeu, langage et créativité. Les jeux dans la classe de français. Paris, Hachette FLE.

CUQ, J. -P. (dir), (2003), Dictionnaire de didactique du français langue étrangère et seconde. Paris, CLE International.

SILVA, H. (2008), Le jeu en classe de langue. Paris, CLE International.

WINNICOTT, D. W. (1975), Jeu et réalité. L’espace potentiel. Paris, Editions Gallimard.

Monica RIBEIRO CUNHA

Diplômée en Langues Française et Portugaise à la Pontificia Universidade Catolica de Sao Paulo (Brésil), actuellement en Master 2 Recherche Didactique du Français Langue Etrangère/Seconde et Langues du Monde à l'Université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedIn

Les « microgestes » dans l’enseignement.

3077175-md-709887[1]
Image issue du site http://saradobarro.com/tag/intracomunicacion/ Publié le 12 décembre, 2011.

La plupart de ceux qui ont déjà eu l’opportunité d’enseigner, qui ont suivi un stage en tant qu’animateurs ont peut-être expérimenté cette sensation d’angoisse, de crainte, de panique scénique qui représente le fait d’être devant un groupe d’apprenants pour la première fois. C’est notre « être » exposé devant ce public d’enfants et/ou d’adultes qui est là, devant nous,  témoin de ce que nous disons à travers notre voix. Mais, ce n’est qu’avec notre voix qu’on peut communiquer ? Sommes-nous conscients de ce que nous transmettons tout au long de cette situation ? Nous sommes-nous arrêtés quelques instants à réfléchir à ce que nous disons et communiquons à travers  notre corps ?   Pour quelques-uns cela n’est peut-être pas trop important et donnent plus d’importance à ce qu’ils vont communiquer (au message), sans doute un élément essentiel dans la communication,  sans faire attention à  comment ils vont le faire à la situation (communication-processus). Cette relation enseignant-apprenant, point clé dans la didactique, nous invite à considérer l’intégrité de la communication, qui débouchera dans une meilleure transmission de connaissances aux apprenants pour une meilleure acquisition de ce qu’ils perçoivent en classe.

Cette petite introduction me permet maintenant de vous parler d’un petit article paru  dans la revue « Sciences humaines »,  de ces petits gestes auxquels il faut faire très attention dans notre vie d’enseignants pour atteindre de grands effets comme l’indique l’auteur dans son titre « enseignants : petits gestes, grands effets ».

Diane Galbaud, auteur  de cet article, nous propose de détourner notre regard à ce qui n’est pas dit à travers les mots, c’est-à-dire à ce qui est dit en utilisant nos gestes corporels, lorsque nous nous trouvons devant nos apprenants soit le premier jour de classe, soit dans l’exercice du métier. Elle dit  « Dès leur « entrée  en scène » dans la salle de classe, certains enseignants apparaissent comme sûrs d’eux, à l’aise. D’autres en revanche semblent plus en retrait et sans réelle conviction », mais, comment peut-on  réaliser que la personne qui est devant nous se sent sûre ou pas ? C’est peut-être l’intensité de son discours ? L’intensité de notre voix ? Galbaud nous parle des « microgestes » décortiqués dans une thèse en science de l’éducation de Jean Duvillard1 intitulée « introspection gestuée » soutenue en octobre 2014 à Lyon. Gilbaud, en tant que professeur d’éducation musicale, retient cinq « microgestes » que nous devons considérer: la posture gestuée, la voix, le regard, l’usage du mot, le positionnement tactique. Selon Galbaud (citant quelques extraits de la thèse) qu’est-ce qu’on pourrait dire d’un professeur qui se déplace « d’un pas nonchalant, traînant et chaloupé en se touchant la barbe » ? « Ce geste personnel de se toucher la barbe semble nous dire : « comment je vais m’y prendre aujourd’hui ? » ; surtout si, en plus, le pas n’est pas assuré et qu’aucune énergie ne semble venir soutenir cette attitude ». Autrement dit, cet enseignant «  n’est pas en mesure de reprendre le pouvoir d’autorité sur le groupe ». Galbaud affirme que la voix et son intonation, la parole et son débit se révèlent tout aussi cruciaux : par exemple, lorsqu’un groupe est très dissipé, mieux vaut éviter, pour le prof, de parler trop lentement. Ce qui me semble extrêmement nécessaire car, assister au cours d’un enseignant qui parle lentement et  dont la voix est trop douce, même si ce qu’il dit résulte  intéressant, je peux assurer que les étudiants s’endormiront  certainement.  Un autre microgeste signalé est « le regard » Duvillard affirme « le regard peut blesser davantage que le mot, il est porteur d’une charge affective supérieure » Il cite le cas de cet enseignant qui ne cesse de regarder ces étudiants d’un air entendu semblant signifier : « De toute façon je ne pourrai rien tirer de vous » trop fort pour un enseignant responsable de la transmission de savoir à ses apprenants, surtout si on a la responsabilité d’être porteurs de savoirs et savoir-faire à nos apprenants. Galbaud termine avec une dernière citation de Duvillard « Trop nombreuses sont les actions gestuées qui ne sont pas en accord avec la volonté de communication avec le professeur ».

C’est pourquoi  l’importance, dans le cas de l’enseignant, d’être soucieux de la transmission du message (savoirs et savoir-faire)  et des stratégies à considérer pour une bonne communication avec ses apprenants.

  1. Jean Duvillard, « L’introspection gestuée ». La place des gestes et microgestes professionnels dans la formation initiale et continue des métiers de l’enseignement », thèse de doctorat en sciences de l’éducation soutenue à l’université Lyon-1 en octobre 2014.

Bibliographie :

Galbaud D. art. Enseignants : petits gestes, grands effets, Revue Sciences Humaines, n° 274,  sep-oct. 2015, BIS « Bibliothèque Interuniversitaires de la Sorbonne ».

Céspedes

Étudiant en Didactique du FLE/FLS et langues du monde Master 2 à l'Université Sorbonne Paris 3.

More Posts

L’abécédaire de qualités magiques pour un/une Super Prof de langues

Image trouvée sur Google Images
Image trouvée sur Google Images

A : attentif

B : bienveillant

C : créatif

D : dynamique

E : encourageant

F : flexible

G : géntil

H : humain

I : indulgent

J : juste

K : kaléidoscopique*

L : lucide

M : motivé

N : naturel

O : original

P : patient

Q : qualifié

R : réceptif

S : sociable

T : travailleur

U : utile

V : vif

W : warrior**

X : xénophile

Y : youthful***

Z : zélé

La liste est infinie n’hésitez pas à ajouter d’autres qualités magiques du/de la Super Prof !

Cet abécédaire est inspire du fait que pour la première fois je donne des cours de langue à un groupe d’apprenants de manière stable et professionnelle. Il s’agit de cours de FLE dans le cadre de mon M2 (terrain d’observation et de recherche pour mon mémoire).

*au sens figuré, signifie changeant et aussi celui qui donne des impressions vives et colorées.

**mot que j’ai emprunté de l’anglais et qui signigie guerrier. Dans le sens d’un combat perpetuel contre les obstacles et les difficultées renconctrées.

***mot que j’ai emprunté de l’anglais et qui signifie juvénile ou jeune. Le sens de ce mot que j’emploi dans ce contexte et loin d’être celui de nombre d’années qu’on a vécu dans ce mode. J’invite  mes lecteurs d’aller sur un des ces sites où vous pouvez lire ce texte qui me semble simplement magnifique et qui m’a inspiré d’utiliser ce mot.

http://atelier.euregenealog.free.fr/PeleMele/MacArthur/MacArthur.htm

http://halleyjc.blog.lemonde.fr/2012/10/19/on-devient-vieux-parce-quon-a-deserte-son-ideal-general-mac-arthur/

J’espère que vous resterez toujours JEUNES !

Olga Kourntidou

Titulaire d'une Licence de Russe délivrée par l'Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Projets de transposition didactique dans le cadre de projets pédagogiques

Comme je vais rentrer en Chine et y enseigner le français après mes études en France, je réfléchis toujours à l’application des méthodes d’enseignement de la langue française ou des projets que j’ai appris ici dans les universités chinoises. Les méthodes d’enseignement du français dans les pays francophones ou l’Alliance française ont une grande différence avec celles des universités chinoises, car leurs objectives didactiques ne sont pas les mêmes. Dans les pays francophones ou l’Alliance française, la langue française est enseignée de la façon pratique et ludique, les élèves sont mis en acteurs, dont la plupart apprennent le français juste pour plaisir, et quittent n’import quel moment s’ils ne peuvent pas y trouver leur intérêt. Nous pouvons donc y trouver beaucoup de projets comme le genre de “dis-moi dix mots” qui donne libre cours à la créativité des étudiants. Mais dans les universités chinoises avec les étudiants dont la spécialité est français, l’organisation des cours est bien intense, parce que l’objective est de former les spécialistes en la langue française. Le projet « dis moi dix mots » n’y est pas du tout développé, le vocabulaire en français est enseigné selon une méthode d’enseignement plutôt traditionnelle, chaque dialogue est suivi d’une liste de nouveaux mots, le prof donne tous les sens d’un mot en même temps en citant un example simple. Donc les étudiants sont loin d’utiliser ces mots avec aise, parce qu’ils ont beaucoup de sens à se rappeler en même temps quand ils voient un mot, sans compter qu’ils ne sont pas capables de mémoriser tous les sens. A cause de l’intensité du cours, ce n’est pas réel de leur faire apprendre le vocabulaire en lien avec leur propre expérience pendant toute le semestre.

Donc je voudrais proposer un projet qui est destiné surtout aux étudiants dans les universités chinoises où le spécialité est le français, en modifiant un peu le principe du projet « dis-moi dix mots » afin d’adapter ce projet aux étudiants chinois de différents niveaux. Les dix mots choisis ne sont pas forcément existent en français, dont certains viennent des mots chinois qui sont très populaires ces derniers jours. Je vais justifier ma choix après.

Ce projet se compose de 5 étapes, ils peuvent se dérouler tout au long d’un semestre. Il s’agit des séances hors cours magistral. Le public visé est les étudiants chinois de la deuxième année universitaire à quatrième année universitaire qui a la langue française comme spécialité. Ils peuvent tous participer aux séances. Les étudiants de la première année sont exclus car ils travaillent essentiellement sur la prononciation, ils n’ont donc pas maîtrisé assez d’expressions pour participer à ce projet. Ce projet peut être accepté par plusieurs universités, et enfin un concours va être mis en place entre les universités.

La première étape est la négociation entre l’enseignant et les élèves. Le professeur lit et présente aux étudiants dix mots différents. Puis il propose quelques vidéos, audios ou lecture des articles autour de ces dix mots, il demande aux étudiants de chercher les sens différents à l’aide de ces outils proposés par le professeur. Ce qui importe ici est d’assurer que la compréhension est claire pour tout le monde, parce que ils vont les utiliser dans les étapes suivants.

Les dix mots proposés sont : kongfu(L2,  d’origine chinoise), tofu(L2,  d’origine chinoise), litchi(L2,  d’origine chinoise), gélivable(L3, nouveau mot chinois), diaosi(L3, nouveau mot chinois), go(L3,  d’origine japonaise), trafic(L4,  d’origine française), ressources(L4, d’origine française), impliquer(L4, d’origine française), reporter(L4,  d’origine française)

Les mots d’origine chinoise existent maintenant en France, ils sont familiers aux étudiants chinois, ils connaissent mieux la culture derrière ce mot, donc ces mots sont plutôt pour les étudiants de la licence 2. Et les mots chinois qui sont apparus ces dernières années sont aussi familiers aux étudiants mais ils doivent savoir traduire exactement le sens derrière ce mot en français, il demande un niveau relativement avancé, donc ces mots sont proposés surtout pour les étudiants de la licence 3. Enfin les mots d’origine française, ils ont une culture éloignée de celle de la Chine, et ils sont polysémiques, ils sont proposés aux étudiants qui ont déjà maîtrisé un bon niveau de français.

C’est là où notre principe de projet est différent de celle proposée sur le site. Les dix mots choisis de cette année sont des mots venant des pays exceptant la France. Mais comme le public visé est toujours les étrangers, ce que je propose est à base de l’hypothèse que les mots d’origine de leur pays natal sont plus faciles, et les mots d’origine de la langue visée sont plus difficiles. J’ai fait ce changement parce que je pense que cette idée correspond mieux aux compétences linguistiques des apprenants, surtout pour ceux qui ont une culture très éloignée de celle de la France.

La deuxième étape est le déclenchement du travail. Les étudiants vont travailler en groupes de trois selon leur année universitaire, c’est-à-dire selon leur niveau, chaque groupe choisit un mot qui leur interesse le plus et qui correspond à leur niveau. Ce que je propose est qu’ils inventent une petite pièce de drame autour de ce mot au travail final, mais il faut commencer par inventer une histoire. Pour les étudiants de L2 et de L3, leur histoire doit illustrer au maximum la culture derrière ce mot. Pour les étudiants de L4, leur histoire doit illustrer au maximum les différents sens de ce même mot, au moins trois significations de ce mots doit être apparues dans l’histoire, et la culture dernière ce mot est également exigée. Pour tous les niveaux, l’histoire doit être en dialogue de trois personnes pour que chacun peut en prendre un rôle. Il est seulement le première piste de travail, les étudiants n’ont qu’à y réfléchir.

La troisième étape est un échauffement pour le travail final. Le professeur aident les étudiants de socialiser leurs idées, leurs intrigues groupe par groupe. Le professeur peut donner des propositions sur l’aspect culturel de ces mots pour leur donner des idées sur la rédaction de leur histoire. Par exemple, à l’égard du mot « gong-fu », le professeur peut faire penser à la philosophie chinoise la plus connue—— le taoïsme, et les deux forces cosmiques « yin » et « yang » selon la pensée de taoïsme. Enfin les étudiants mettent en d’accord sur l’intrigue de leur histoire inventée, et les mettent en écriture.

La quatrième étape est la réalisation du travail final. Avant tout c’est la préparation de la mise en scène de leur petite pièce de drame, les étudiants font des répétitions. Puis le professeur invite les étudiants de participer à la francophonie de pièce de drame français(dont intrigues sont inventées par les étudiants chinois), qui se déroule chaque année parmi les universités, organisé par certaines universités. Les étudiants de même année universitaire venant de différentes universités sont mis en concurrence.

La dernière étape est l’évaluation. En fait, l’aide du professeur accompagne chaque groupe tout au long des démarches, y compris la correction du texte. Après leur performance de pièce, les groupes serons évalués selon leur niveau. Pour les étudiants de L2 et L3, la principale critère est que si leur histoire fait découvrir bien la culture derrière ce mot. Par ailleurs, l’harmonie entre leur mot choisi et l’intrigue est aussi important. Mais pour les étudiants de L4, en plus de les critères mentionnées, il faut aussi vérifier si au moins trois sens du mot ont été illustrés dans leur histoire.

Ce projet a au moins six objectives. Premièrement c’est l’ objective linguistique, Il s’agit de la compétence expression écrite au début et expression orale à la performance de la pièce. Car en Chine les compétences de production orale et écrite sont loin d’être suffisamment entraînées. Deuxièmement c’est l’objective culturelle, comme on a présenté, chaque mot a une culture particulière qui attend les étudiants de découvrir. Troisièmement il favorise l’auto-didactique de ces étudiants, parce que avec des sources que le prof a proposé, les étudiants doivent chercher eux-mêmes les sens explicites ou implicites et l’aspect culturel du mot concerné. Quatrièmement il favorise leur capacité de collaboration, car il n’y a même aucun travail en groupe dans le cadre didactique universitaire. Cinquièmement les étudiants peuvent profiter de la francophonie de se réunir. Sixièmement la performance de petite pièce peut construire la confiance chez les étudiants. Dernièrement il stimule leur motivation de créativité, ce qui correspond à l’idée de « dis-moi dix mots », parce que auparavant dans les francophonies de chaque année, les étudiants interprètent aussi les pièces de théâtre français, mais les intrigues existent déjà dans la littérature française.

Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Projet « dis-moi dix mots »

1

Ce projet est un projet à l’échelle internationale. Il se tient chaque année de septembre à juin. L’intérêt est de travailler sur dix mots, pour s’exprimer et sous une forme littéraire ou artistique. Ce projet est destiné à tous les amateurs du français et à tous les francophones.

Ces dix mots sont choisis par le partenaire francophones: la France, la Belgique, le Québec, la Suisse et l’Organisation internationale de la Francophonie (qui regroupe 77 Etats et Gouvernements dans le monde). Chaque mot choisi est lies à une culture particuliere francophone.

Il y a plusieurs concours a partir de ces dix mots. Par exemple, il y a un concours qui s’agit de réaliser collectivement un oeuvre artistique ou littéraire en s’appuyant sur un ou plusieurs des dix mots de l’année en cours. L’idée est de stimuler la créativite des participants autour des capacités expressives propres au français en tant que langue de culture.

Un autre concours qui s’agit de réaliser une image avec plus de 3 mots choisis dans l’édition de l’année en cours. L’idée est de favoriser l’appropriation des mots et le travail sur la langue français, en mettant aussi l’évidence sur la créativite.

Les consignes des concours sont indiguées sur le site de dis moi dix mots.

Dans la rubrique « chaine des mots », nous pouvons trouver des histoires derrière tous les dix mots.

Cette année les dix mots sont amalgame, bravo, cibler, grigri, inuit(e), kermesse, kitsch, sérendipité, wiki et zénitude. Mais l’inscription est déjà fermée(15 fév). La caractéristique de ces dix mots est que les origines de ces mots sont les pays étrangers, c’est-à-dire les pays autre que la Fance, et ils existent maintenant dans la langue française.

Ce projet me donne beaucoup d’inspirations, je peux l’adopter dans le système d’enseignement chinois en changeant quelques principes.

Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Synthèse des trois acticles : PISA à la loupe 8 : les élèves d’aujourd’hui lisent-ils par plaisir ?, Goûts, habitudes et performances en lecture des élèves de 15 ans d’après PISA, et Lecture par plaisir et performances scolaires à 15 ans dans les pays de l’OCDE

Introduction

Ces trois articles me conduisent à découvrir le monde relatif à la situation de la lecture chez les élèves de 15 ans, selon les enquêtes de PISA. La raison pour laquelle je m’intéresse beaucoup à PISA se justifie par la forte possibilité que les lycéens seront le public visé dans mon futur travail du FLE.

Le PISA est un acronyme pour « Program for International Student Assessment » en anglais, et pour « Programme international pour le suivi des acquis des élèves » en français. Ce programme évalue les compétences des jeunes de 15 ans dans les domaines de la lecture, des mathématiques et des sciences. En 2009, 65 pays ou « économies partenaires », dont les 34 pays de l’OCDE, ont participé à cette enquête visant à évaluer principalement la compréhension de l’écrit, comme lors de la première enquête en 2000.

Présentation brève des articles

Ces articles développent tous les trois ses analyses à partir des résultats de l’enquête PISA 2009 ainsi que l’enquête PISA 2000, qui sont présentés sous forme de tableau statistique et qui ont répondu beaucoup de questions relatives au domaine de la lecture. Ils analysent surtout les données moyennes de l’ensemble des pays de l’OCDE, mais ils mettent l’accent sur quelques pays lorsque leurs données sont marquées. Ce qui est particulier, l’article Goûts, habitudes et performances en lecture des élèves de 15 ans d’après PISA mène chaque fois une comparaison entre les cas de France et ceux des pays de l’OCDE. Je vais tout à bord faire une synthèse de ces trois acticles en les arrangeant en petits thèmes, puis raconter ma propre réflexion de ces trois articles.

Les élèves de 15 ans lisent par plaisir ou non

Selon un tableau de PISA(voir annexe 1), nous voyons que 64% des élèves dans les pays de l’ OCDE en moyenne ont déclaré qu’ils lisaient par plaisir. Le cas en France est moins optimiste qui représente 61%. Par contre, la France fait partie des pays qui a une augmentation marqué depuis 2000.

Écart du plaisir à lire entre garçon et fille

Les garçons prennent moins de plaisir à lire que les filles, et la différence s’accroît entre les deux sexes. C’est peut-être parce que les filles aiment les loisirs calme alors les garçons aiment du sport. Comme pour la moyenne des pays de l’OCDE, en France, en 2009, 52 % des garçons et 70% filles déclarent lire par plaisir, de moins de trente minutes à plus de deux heures par jour. Depuis 2000, l’écart n’a guère évolué, que ce soit en France ou dans l’ensemble de l’OCDE.

Lien entre le plaisir à lire et le milieu socio-économique

Le pourcentage des élèves issus d’un milieu socio-économique favoriséont déclaré qu’ils lisaient quotidiennement par plaisir, et vingt points plus haut que celui des élèves issus d’un milieu socio-économique défavorisé (72% contre 56%). En fait, Cet écart observé entre les élèves issus de milieux socio-économiques favorisés ou défavorisés dans le fait de lire par plaisir ou non est plus marquée dans les pays de l’OCDE que dans les pays et économies partenaires.

Lien entre le plaisir à lire et les meilleurs résultats

Il est important de noter que, Dans tous les pays qui ont participé à l’enquête PISA, les élèves prenant le plus de plaisir à lire sont aussi ceux obtenant les meilleures performances en compréhension de l’écrit.

La relation entre la performance des élèves en compréhension de l’écrit et leur engagement dans la lecture est basée sur trois aspects pris en compte pour déterminer cet engagement : le plaisir de la lecture, le temps consacré à la lecture par plaisir et les types de lectures choisies par plaisir.

En fait, c’est un cercle vertueux, ceux qui lisent par plaisir, lisent plus de livres que ceux qui n’ont pas le goût pour des livres. Par conséquent, ceux qui lisent par plaisir escomptent de bons résultats en compréhension de l’écrit, ce qui les encouragent de lire davantage.

Lien entre la durée de lecture et les meilleurs résultats

Les élèves ont été interrogés sur leur fréquence de lecture par plaisir et le temps qu’ils y consacrent. En général, l’écart de performance n’est pas très évident lors que le temps du lecture s’allonge. Parce que les élèves peu compétents pour lire un texte, peuvent apprendre plus de choses avec l’allongement du temps de lecture.Le simple fait de lire par plaisir 30 minutes par jour améliore de façon significative la performance des élèves. Selon l’enquête, 36% des élèves dans les pays de l’ OCDE en moyenne ne lisent pas plus de 30 minutes par jour, (contre 31 % en France).

Lien entre la diversité de lecture et les meilleurs résultats

Les imprimés les plus appréciés par les élèves sont les magazines et les journaux. Selon l’enquête, les élèves qui ont des lectures variées(comme magazine, livre de fiction…) obtiennent de bons scores en compréhension de l’écrit. Ils sont plus performants que les élèves dont les habitudes de lecture sont uniformes. Parce que leur cerveau s’adopte mieux aux structures différents conformément aux sciences différents.

Une diminution du plaisir à lire

Sauf au Japon, c’est presque identique que tous les pays voient une baisse du pourcentage d’élèves lisant par plaisir. D’après l’enquête PISA 2009 ainsi que l’enquête PISA 2000, pour les élèves des pays de l’OCDE, le pourcentage qui indique lire par plaisir a diminué, en moyenne, de 5 points de pourcentage passant de 69 % en 2000 à 64 % en 2009, et de 9 points de pourcentage en France passant de 70 à 61 % (voir annexe 2).

Réflexion

J’ai retenu beaucoup au fur et à mesure de mon lecture. Comme le plaisir à lire influence tant les compétences et les performances des élèves, je pense que les enseignants peuvent réduire relativement les lectures scolaires pour que les élèves aient plus de temps pour leurs lectures libres. Si je propose cela, c’est parce qu’en Chine, les élèves sont très occupés de ses devoirs scolaires, ils ont très peu de temps pour les lectures libres, c’est-à-dire le plaisir à lire se trouve rarement chez les élèves chinois. Comme je vais enseigner le français en Chine après mes études en France, je me réfléchi toujours à l’amélioration de la méthodologie de l’enseignement.

D’après l’enquête internationale PISA, il y a une tendance que la durée de lecture par plaisir diminue chez les jeunes. Le rôle de l’enseignant est ainsi très important. Peut-être les enseignants peuvent penser à diverses manières de faire lire les élèves, par exemple, la présentation à une classe de sélections de livres (par genre, par forme littéraire, par thème, par période…), les modes de retour de lecture des élèves variés (oral ou écrit, panneau, critiques littéraires…), l’organisation de défi lecture, de rallye lecture, de débat littéraire, la participation à un prix littéraire, les lectures à voix haute, ect. Je crois que toutes ces expériences permettent d’accroître le nombre de lecteurs et de livres lus dans une classe. Mais pour un élève qui n’a pas du tout le goût de lire, il va détester davantage la lecture au cours de ces activités, parce que celles-ci est basées sur l’hypothèse que les élèves aiment bien lire, dans ce cas-là, ces activités peuvent absolument très attirantes et variantes pour eux. Par ailleurs, si un enseignant lit en classe de temps en temps quelques lignes dans un livre qui peuvent être intéressées par les élèves, cela peut donner beaucoup de goût de lire même aux élèves qui n’ont pas l’habitude de lire. Parce que c’est le début qui est le plus difficile, la continuation peut se tenir par l’habitude, et une habitude peut être formée dans 21 jours. Quand au choix des livres, les lectures cursives peuvent être liées à la séquence en cours, mais ce n’est pas une obligation. Si l’on veut que les élèves lisent, il me paraît fondamental de commencer par leur lire divers livres. Cette variété concerne les genres, les thèmes, les modalités de narration, le format, l’épaisseur, etc.

Bibliographie

  1. VAYSSETTES Sophie et CHARBONNIER Éric, Lecture par plaisir et performances scolaires à 15 ans dans les pays de l’OCDE.revue Internationale d’éducation de sèvres, 2011, numéro 57, p.55-63
  2. FUMEL Sylvie et TROSSEILLE Bruno, Goûts, habitudes et performances en lecture des élèves de 15 ans d’après PISA. Édition formation, décembre 2011, numéro 80, p.61-68.
  3. BORGONOVI Francesca, PISA à la loupe 8 : les élèves d’aujourd’hui lisent-ils par plaisir ?, Paris : OCDE, août 2011, p4, disponible sur le site http://www.oecd.org/

Annexe 1  Proportion d’élèves ayant déclaré lire par plaisir en 2000 et 2009

1

Annexe 2  Évolution du pourcentage d’élèves lisant par plaisir entre 2000 et 2009

2

Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Compte rendu de premier entretien avec mon directeur de mémoire

Mon premier entretien avec mon directeur de mémoire a eu lieu le 10 novembre au bureau des professeurs, 46 rue Saint-Jacques, 75005 Paris. Nous avons discuté pendant une heure et demie, j’en ai conclu quelques aspects importants ci-dessous qui sont utiles pour la rédaction de mon mémoire. Mon mémoire porte sur les difficultés rencontrées par les sinophones lors de leur apprentissage de la phonétique française, et les solutions pour surmonter ces difficultés.

Tout à bord, le directeur m’a répondu qu’il n’est pas nécessaire d’enregistrer une classe où les apprenants sont originaires de régions différentes pour justifier que telle region a une telle difficulté de prononcer quelques phonèmes, parce que cette problématique est déjà justifiée, ainsi tout le monde qui étudie ce domaine le sait.

Deuxièmement, comme j’ai appris le français dans l’université chinoise comme ma spécialité de licence. Le directeur me fait souvenir les jours où j’apprennais la prononciation francaise en Chine. Par exemple comment la phonétique française s’enseigne d’après la méthodologie chinoise.

Troisièmement, il m’a proposé le livre Enseigner la prononciation : questions et outils, paris : Hachette, écrit par lui-même Bertrand LAURET. Ce livre est sourtout utile sur la conception des exercices articulatoires.

Quatrièmement, il m’a demandé mes connaissances sur la phonétique française. Au fur et à mesure de notre discussion, il a indiqué et corrigé quelques nuances sur l’explication de règles prononcials. Par exemple, nous sommes enseignés dans notre université que le règle « voyelle ouverte dans une syllabe fermée, et voyelle fermée dans une syllabe ouverte » est universel dans toutes les syllabes, mais ce n’est pas toujours le cas en français, malgré les exceptions. De plus, quelques difficultés rencontrées par nous sont d’après lui bizarres. Par exemple, parfois nous prononçons /ø/ comme /o/, mais pour lui, il pense que c’est difficile de devenir /o/, il peut comprendre que /ø/ se ressemble à /œ/, mais à /o/ est incompréhensible, ce qui encourage ma motivation de faire cet étude. Pour la distinction des phonèmes /b/et /p/, /t/ et /d/ et /k/ et /g/, il m’a recommandé mon camarade Nan, qui est bien intéressée à l’enseignement de la phonétique française, elle a réussi à distinguer ces trois paires en tant que chinoise. Il faut aussi beaucoup discuter avec mon autre camarade Yi qui étudie aussi dans ce domaine, et nous avons le même directeur. Avant cet entretien, j’ai discuté avec Yi, il a posé une hypothèse que c’est possible qu’il n’y a pas de lien direct entre les dialectes des apprenants et leur prononciation française, ce qui importe, c’est la compétence d’imitation des apprenants ? Je lui ai donc posé cette question, il a répondu que des gens qui imitent bien et qui sont peu apportés à l’influence des dialectes sont des exceptions, on analyse juste des cas generals. C’est-à-dire que d’après lui, dans l’apprentissage de la phonétique française, il existe des difficultés régionales. Par ailleurs, ma question est que s’il existe déjà des concepts qui peuvent aider à la conception des exercices comme le concept de Callamand, pourquoi je vais répéter son travail ? Il m’a répondu que ce n’est absolument pas une répétition. Malgré les travails déjà fait, Callamand n’a pas appliquer particulièrement son concept dans l’enseignement phonétique pour les les Chinois. Ses idées nous ont beaucoup encouragé pour démarrer notre travail.

Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

La genèse de la lecture de Baudelaire par Benjamin

Giorgio Agamben vient de publier (pour l’instant seulement en italien), un « livre fantôme », reconstitution du livre sur Baudelaire sur lequel travaillait Benjamin avant sa mort. Agamben, à partir de documents inédits, déposés à la BNF, nous livre ainsi la genèse  du travail de Benjamin sur le poète qui haïssait si fort le matérialisme de son époque. Ce travail éclaire d’un nouveau jour les écrits sur Baudelaire de Benjamin dans les Ecrits français  (Notes sur les Tableaux parisiens de Baudelaire », « A propos de quelques motifs baudelairiens », p. 303-318 et « Baudelaire et les rues de Paris » dans « Paris, capitale du XXe siècle, p. 389-393, édition Folio ).

Walter Benjamin, Charles Baudelaire. Un poeta lirico nell’età del capitalismo avanzato

http://www.neripozza.it/collane_dett.php?id_coll=6&id_lib=718

La présentation du travail d’Agamben est à lire sur le site Fabula.org : http://www.fabula.org/