Archives de catégorie : Notes méthodologiques

Entretien ou questionnaire : quelle méthode de collecte de donnés pour son mémoire ?

1- L’entretien

1-1 Définition

Selon le dictionnaire Larousse, l’entretien désigne une conversation entre deux  ou plusieurs personnes sur différentes sujets. Les personnes peuvent être des amis, des membres de la famille ou autres.

Au sens scientifique, l’entretien est une méthode de recherche et d’investigation. Par le biais de cette méthode, l’enquêteur cherche à obtenir des informations sur les attitudes, les comportements, les représentations d’un ou de plusieurs individus dans la société. A propos de cette méthode Quivy et L. Van Campenhoudt, signale qu’elle permet « l’analyse du sens que les acteurs donnent à leurs pratiques et aux événements auxquels ils sont confrontés : leurs systèmes de valeurs, leurs repères normatifs, leurs interprétations de situations conflictuelles ou non, leurs lectures de leurs propres expériences » (2011). Les questions de l’entretien se préparent avant sa mise en place. En effet, avant d’aller sur le terrain, le chercheur élabore une série de questions qui va lui servir de guide tout au long de l’entretien. La préparation de l’entretien implique également la sélection des personnes à interroger. Le chercheur va interviewer uniquement les personnes qui ont probablement des informations sur son objet de recherche. A ce propos A. Anger indique que « le chercheur interroge telle personne parce que cette personne possède telle caractéristique, parce qu’elle appartient à telle couche sociale, parce qu’elle a connue tel type d’expérience » ( 1997).

1-2 Les types d’entretien :

Il existe trois types d’entretien. En général, c’est la thématique de recherche qui détermine le type d’entretien que le chercheur peut utiliser.

1-2-1  L’entretien non-directif : dans ce type d’entretien, l’enquêté annonce le thème de l’entretien sans poser de questions directes. Il donne à l’enquêté la liberté d’organiser son discours comme il le souhaite. Le rôle de l’enquêteur dans ce cas n’est pas d’encourager l’informateur à parler. Au contraire, il doit adopter une position neutre. Et il doit apparaître comme une personne capable d’écouter et d’accepter les propos des informateurs. L’enquêteur peut intervenir mais uniquement pour manifester son accord à travers des termes comme (oui, je vois, je suis d’accord, ensuite). L’avantage de ce type d’entretien est qu’il est accessible a plusieurs personnes car il ne nécessite pas  de compétences particulières. Cependant, il a l’inconvénient de ne pas délimiter le sujet précis sur lequel l’informateur va parler. De ce fait, l’informateur aborde le thème de l’enquête de façon générale (Blanchet et Gotman, 2010).

1-2-2   L’entretien directif : ce type d’entretien se rapproche de la méthode du questionnaire. En effet, avant d’aller sur le terrain, le chercheur établit une série de questions précises qu’il va poser aux interviewés. Dans un souci de comparer scientifiquement les données, le chercheur va poser les mêmes questions à tous les interviewés. Certes, ce type d’entretien est sécurisant pour le chercheur. Ce dernier arrive avec une série de questions pré-établies . Mais, il ne laisse qu’ une petite large de manœuvre à l’enquêté. A cause des limites que lui pose l’enquêteur, l’enquêté n’aura pas une grande liberté pour s’exprimer (Blanchet et Gotman, 2010).

1-2-3   L’entretien semi-directif : ce troisième type d’entretien se situe entre l’entretien directif et non directif. Il se caractérise par le fait qu’il laisse à l’interviewer un espace assez large pour donner son point de vue. L’enquêteur pose des questions et laisse l’enquêté répondre en toute liberté. Le rôle de l’enquêteur dans ce type d’entretien est d’encourager l’informateur à parler et donner davantage d’information sur la thématique de sa recherche. Les questions posées dans ce type d’entretien sont relativement ouvertes. L’enquêteur doit les recentrer afin de ne pas perdre de vue l’objectif qu’il s’est fixé (Blanchet et Gotman, 2010).

2- Le questionnaire

2-1  Définition du questionnaire

Le questionnaire est une méthode de recueil d’informations mise en place afin d’expliquer et de comprendre des faits. Contrairement à l’entretien et à l’observation qui sont des méthodes  individuelles ou collectives, le questionnaire est une méthode seulement collective. En effet, c’est la quantité d’éléments collectés qui confère au questionnaire sa validité et qui permet aux données d’être jugées authentique. Selon les partisans de cette démarche, le fait d’élaborer un questionnaire permet de ne pas tomber dans le piège de la subjectivité. La méthode du questionnaire repose sur une démarche mathématique purement rationnelle (Vilatte, 2007).

2-2  Les types du questionnaire :

2-2-1 Le questionnaire ouvert : dans ce type de questionnaire, l’ordre des questions et leur formulation sont fixés. Cependant, le participant peut s’exprimer aussi longtemps qu’il le souhaite. L’enquêté a la possibilité de le relancer (Combessie, 2003).

2-2-2 Le questionnaire fermé : dans le questionnaire fermé, les questions et la liste de propositions à soumettre au participant sont fixés à l’avance. Ceci afin de permettre au locuteur de faire le meilleur choix possible (Combessie, 2003).

 

Bibliographie :

  • ANGERS, M. (1997). Initiation pratique à la méthodologie des recherches. Casbah université.
  • Blanchet, A., & Gotman, A. (2010). L’entretien: L’enquête et ses méthodes. Paris: Armand Colin.
  • Combessie, J. C. (2010). La méthode en sociologie. La Découverte.
  • Van Campenhoudt, L., & Quivy, R. (2011). Manuel de recherche en sciences sociales-4e edition. Dunod.
  • Vilatte, J. C. (2007). Méthodologie de l’enquête par questionnaire. Laboratoire Culture & Communication Université d’Avignon.

 

 

Tassadit Toumert

Diplôme Approfondi de Langue Française (DALF C1), Diplôme de Professeur de Français Étrangère à L’ENS , Diplôme de Maîtrise en Sciences du langage à (ILPGA) Sorbonne-Nouvelle Paris 3. M2 en Didactique du FLE et langues du monde (Sorbonne Nouvelle Paris 3)

More Posts

Conseils pour le mémoire

http://www.crc.mines-paristech.fr/~besnard/

Ceci est un lien vers un petit livre qui s’intitule «Guide de rédaction d’un mémoire en sciences humaines ». Dans ce livre, une série de conseils reliés à la rédaction d’un mémoire en sciences humaines  est prodiguée. Selon l’auteur de ce petit livre, si on suit tous les conseils listés, on parviendra à réaliser un mémoire qui sera lu avec un grand plaisir par notre directeur de recherche et par les membres du jury.

Certains conseils vont nous apparaître à nous les Arlapiens comme une redondance car nous les avons discutés dans le cours de méthodologie de Mr Martin. Mais, Il y a des conseils dont nous pourrons tirer beaucoup de bénéfices. Personnellement, ce petit livre m’accompagnera tout au long de la période de réalisation de mon mémoire. Je le consulterai quotidiennement car je le trouve très très utile.

Tassadit Toumert

Diplôme Approfondi de Langue Française (DALF C1), Diplôme de Professeur de Français Étrangère à L’ENS , Diplôme de Maîtrise en Sciences du langage à (ILPGA) Sorbonne-Nouvelle Paris 3. M2 en Didactique du FLE et langues du monde (Sorbonne Nouvelle Paris 3)

More Posts

Aspects théoriques de l’enseignement de la phonétique française

Mon mémoire de M2 s’agira de la recherche sur les difficultés d’apprentissage de la phonétique française pour des sinophones et des mesures. Pour commencer ce travail, j’ai lu quelques livre concernant l’enseignement de la phonétique française, et j’en ai conclu quelques theories que je trouve utiles.

 

L’histoire des méthodes phonétiques

« La phonétique est la discipline qui étudie essentiellement la substance de l’expression. Elle montre la composition acoustique et l’origine physiologique des différents éléments de la parole. »[1]

Du 17ème siècle au 19ème siècle, l’enseignement du français accordait son importance à la grammaire et la traduction, c’est un moment où la phonétique est exclue des considérations des pédagogues. « C’est avec la mise au point de l’alphabet phonétique international et des débats qu’il a suscité autour des années 1880-1890, que la phonétique est réellement entrée dans l’enseignement et y a tenu depuis une place plus ou moins importante»[2]. L’intérêt et la réflexion sur l’enseignement de la phonétique se sont surtout développés à partir de la fin du 19ème siècle, où la méthodologie directe était mise en oeuvre dans l’enseignement du français. Dans le cadre de la méthodologie directe, la maîtrise de la prononciation a été considérée comme préalable à toute présentation du code écrit. Des exercices comme la dictée phonétique, la discrimination auditive ainsi que la transcription phonétique sont enseignés aux apprenants. Cette méthodologie est conçue comme la première étape dans l’acquisition des habiletés phonétiques.

 

La méthode articulatoire

La méthode articulatoire est une méthode de l’enseignement de la phonétique qui a prédominé jusque dans les années 70. Etant donné que le phonème est une unité abstraite, cette méthode est établie en se basant sur un postulat: pour émettre des sons corrects, il faut d’abord bien connaître le fonctionnement de l’appareil phonatoire. En tenant compte de la position et la forme de l’appareil articulatoire, l’enseignant propose à l’élève de produire des sons à partir des schémas ainsi que les mouvements nécessaires de la bouche ou des autres appareils articulatoires. Par exemple : pour émettre le son [u] dont la position de la prononciation est très postérieure dans la bouche, et qui est une voyelle labialisée, en analysant les traits de cette voyelle, l’enseignant souligne l’arrondissement des lèvres et la position postérieure pour amener à produire le son avec succès.

Cependant, il existe plusieurs limites dans cette méthode : Tout d’abord, la plupart des élèves ont l’idée que la connaissance du fonctionnement de l’appareil phonatoire est celle qui doit être maîtrisée par des professeurs, pour eux, elle paraît inutile et rébarbative ; puis, cette méthode ignore le rôle de l’audition ou bien la perception ; ensuite, la réalisation de la parole est en fait un acte inconscient, mais cette méthode repose sur une approche consciente et raisonnée ; enfin, dans la complexité de la phonation, les sons sont travaillés en isolation, les procédés de compensation et de régulation ainsi que la prosodie ne sont pas pris en compte.

 

L’audition de modèles

Avec le développement de la technologie des machines, le phonographe et le magnétophone ont été inventés. Ainsi, un courant basé sur l’audition de modèles s’est développé. Cette méthode repose sur l’écoute d’un modèle et la répétition des apprenants.

C’est avec l’apparition des laboratoires de langue et la multiplication des magnétophones que cette méthode s’est réellement imprégnée dans l’enseignement de la phonétique. La prise en compte de l’audition et de la répétition est un aspect que la méthode articulatoire ne touche pas. De plus, cette méthode suppose que les apprenants intègrent les notions par un apprentissage inconscient en écoutant les modèles et puis en les répétant. C’est un éclairage tout à fait inverse de celui de la méthode articulatoire. L’avantage de cette méthode est qu’elle permet aux apprenants de comparer ce qu’ils émettent avec ce qu’ils entendent. Avec la persistance de la répétition et de l’imitation, la prononciation correcte se réalise d’un jour à l’autre. Les exercices structuraux de discrimination auditive sont un genre d’exercice indispensable dans la méthodologie audio-orale. Mais la répétition mécanique est ennuyeuse pour les apprenants surtout pour les débutants qui n’ont pas la capacité de s’entendre et de se corriger, ce qui réduit leur motivation. L’autre limite de cette méthode est qu’on met en relief une catégorie spécifique de sons, c’est-à-dire que les énoncés sont décontextualisés.

 

La méthode des oppositions phonologiques

Appelée aussi la méthode des traits distinctifs, elle s’est développée en se basant surles traits distinctifs selon lesquels les phonèmes ont été classés. Cette méthodologie s’appuie sur la mémorisation des phonèmes à travers l’opposition des paires minimales comme [s]-[z]. C’est pourquoi la discrimination auditive joue un rôle incontournable dans cette méthode. Mais sachant qu’elle privilégie l’élément isolé, il n’existe pas de continuum sonore. Par conséquent, un des défauts de cette méthode est le même que celle de l’articulatoire. De surcroît, il ne s’agit d’aucune considération pour la prosodie dans cette méthode.

 

La méthode verbo-tonale

Parallèlement à la méthodologie audio-visuelle et structuro-globale, la méthode verbotonale de correction phonétique s’est développée. Cette méthode s’appuie sur plusieurs principes propres à la méthodologie SGAV: apprentissage global et inconscient suivant la répétition ; souligner le poids de la communication ; entrainer tout d’bord à l’oral et puis à l’écrit dans la mesure où il induit une approche analytique.

C’est un autre courant que Petar Guberina propose. Aujourd’hui, du fait que Polivanov et Troubetskoy avaient démontré que chaque individu était sourd en entendant une langue étrangère, on parle plutôt du « crible phonologique ». Selon lui, il existe un parallèle entre la rééducation des sourds et malentendants et les personnes apprenant une langue étrangère: le premier genre est la surdité pathologique, alors le deuxième genre est la surdité phonologique dont le phénomène correspond à la théorie du « crible phonologique ».

La stratégie verbo-tonale se caractérise donc par une rééducation de l’audition passant par un quadruple conditionnement au plan psychologique, corporel, psycho-somatique et audio-phonatoire. Fondée sur une stratégie interventionniste, la méthode verbo-tonale propose un ensemble structuré et systématique. Les procédés correctifs sont disposés de manière à reconditionner l’audition par une action portant non par sur l’articulation du sujet mais sur le modèle afin de procéder à une intégration inconsciente.[3]

L’intervention consiste à replacer l’élément fautif dans un environnement optimal pour conditionner l’audiophonation et ce, en recourant, selon les cas, à l’intonation, au rythme, à la tension, à la phonétique combinatoire et à la prononciation nuancée. Comme le rappelle R.Renard trois moyens sont recommandés: le choix d’un schéma prosodique favorable, celui d’une meilleure combinaison de sons, la modification par le maître de la prononciation de ces sons.[4]

Parallèlement à l’organisation d’un contexte optimal d’écoute, l’utilisation du corps est le principe verbo-tonaliste qui a sans doute fait le succès de la méthode. Cependant, à mon avis, selon la théorie du « crible phonologique », le défaut de la méthode verbo-tonal consiste à la difficulté de rendre compte des erreurs pour des apprenants puisqu’ils ne les entendent pas, ou, on peut dire qu’ils ne les identifient pas. Dans ce cas, recourir à la méthode articulatoire peut être utile.

 

[1] P.LEON, (1992) Phonétisme et prononciations du français, Nathan, Coll

[2] Elisabeth GUIMBRETIERE (1994), Phonétique et enseignement de l’oral, Didier/HATIER

[3] A.LANDERCY et R.RENARD (1997), Eléments de phonétique, Paris-Mons, Didier-CIPA

[4] R.RENARD (1971), Introduction à la méthode verbo-tonale de correction phonétique, Didier

Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts

Présenter sa recherche : introduire l’introduction…

au-dessus: http://astree.tufts.edu/images/frontispice.gif&imgrefurl=
L’image frontispice comme sommaire
Le frontispice de la seconde partie de ce traité est entièrement gravé sur cuivre. Il présente, sous forme de vignettes encadrant le titre, tout le contenu de l’ouvrage qui s’attache à décrire les principales opérations chirurgicales pratiquées alors. En ce sens ce frontispice rempli son rôle d’ouverture sur le texte en présentant son contenu et – par la qualité de son exécution – en invitant le lecteur à poursuivre sa lecture.
Sources: médiathèques de Metz

Cette première note méthodologique a pour objectif de donner quelques pistes rédactionnelles pour la présentation – et donc l’ouverture – d’un travail de recherche. Elle prendra appui sur un texte à l’étude dans le cercle d’étude « Langage » mais voudrait d’abord signaler dans la tradition éditoriale l’importance de la préface et du frontispice concourant à une préparation du lecteur. C’est pourquoi j’offre au lecteur de cette note deux très beaux frontispices, celui de L’Astrée dans l’édition de 1612 et un frontispice-sommaire d’un traité chirurgical de 1595… en espérant que vous ne ferez avec votre travail de recherche la dissection d’un cadavre mais bien plutôt le compte rendu d’une expérience vive voire rêveuse… Je ne résiste pas au plaisir d’évoquer le frontispice des Contes de Charles Perrault dont vous trouverez l’illustration à cette adresse : http://expositions.bnf.fr/contes/grand/032_2.htm et surtout un commentaire éblouissant de Louis Marin (Ecole des Hautes Etudes en Sciences sociales) publié en 1987 et qu’on peut lire intégralement à cette adresse : http://www.louismarin.fr/ressources_lm/pdfs/EsprCreat2.pdf. On doit en lire au moins le début.

Condisérons donc l’article de Jacques David et Sandrine Fraquet, « L’écriture en action et actions de l’écriture à l’école maternelle » (Le Français aujourd’hui n° 174, p. 39-55). Lisons l’ouverture de l’article (p. 39) :

Comment des élèves de grande section d’école maternelle (dorénavant GSM) découvrent-ils le pouvoir de l’écriture ? Comment parviennent-ils à penser dans et par l’écrit, et n’hésitent pas à l’utiliser dans leurs actions scolaires et extra-scolaires ? En quoi les conceptualisations successives de l’écriture modifient-elles leur rapport au savoir, aux autres et au langage ? Quelles stratégies cognitives et quelles procédures linguistiques sont déployées dans leur approche de la langue et de son écriture ?

Pour y répondre, nous proposons ici de décrire les caractéristiques, les fonctionnements, les principes de ce processus à travers l’étude d’une série de productions, extraites d’un corpus de plusieurs centaines d’écrits. Nous montrerons ainsi que des élèves d’une même classe, entre 4 et 6 ans, sont capables de comprendre les différentes propriétés à l’oeuvre dans l’écriture, des propriétés à travers lesquelles ils parviennent à déployer des stratégies adaptées. Cependant, dans le cadre inévitablement limité de cette étude, nous nous contenterons d’analyser ces écrits produits dans une perspective énonciative où l’écriture se découvre, se déploie et s’affirme comme expression de soi, appropriation du monde, invention narrative, pouvoir sur le sautres, ajustement au lecteur… dans un dispositif didactique que nous qualifierons d’autographique, et qui comprend différentes situations d’ « écritures approchées » définies et décrites dans les paragraphes qui suivent.

Plan de cette courte introduction-présentation:

1. Questionnement

2. Problématique et hypothèse de la recherche

3. Plan d’exposition

Plus précisément, nous apercevons également des informations précises et progressives sur les catégories suivantes qui structurent la recherche:

champ d’application :

population observée explicitée en deux temps: 1. institutionnellement 2. psychopédagogiquement;

domaine d’apprentissage explicitée d’un point de vue général (« l’écriture ») puis représenté par un corpus particulier (« une série de productions, extraites d’un corpus de plusieurs centaines d’écrits »).

champ notionnel convoqué qui analyse trois fois le domaine d’apprentissage et le corpus et précise clairement la perspective choisie se situant donc dans une tradition scientifique reconnue, la linguistique énonciative, c’est-à-dire dans un cadre épistémologique voire méthodologique :

processus de l’écriture

fonctions de l’écriture

dispositif didactique côté élèves et côté enseignants

Comment des élèves de grande section d’école maternelle (dorénavant GSM) découvrent-ils le pouvoir de l’écriture ? Comment parviennent-ils à penser dans et par l’écrit, et n’hésitent pas à l’utiliser dans leurs actions scolaires et extra-scolaires ? En quoi les conceptualisations successives de l’écriture modifient-elles leur rapport au savoir, aux autres et au langage ? Quelles stratégies cognitives et quelles procédures linguistiques sont déployées dans leur approche de la langue et de son écriture ?

Pour y répondre, nous proposons ici de décrire les caractéristiques, les fonctionnements, les principes de ce processus à travers l’étude d’une série de productions, extraites d’un corpus de plusieurs centaines d’écrits. Nous montrerons ainsi que des élèves d’une même classe, entre 4 et 6 ans, sont capables de comprendre les différentes propriétés à l’oeuvre dans l’écriture, des propriétés à travers lesquelles ils parviennent à déployer des stratégies adaptées. Cependant, dans le cadre inévitablement limité de cette étude, nous nous contenterons d’analyser ces écrits produits dans une perspective énonciative où l’écriture se découvre, se déploie et s’affirme comme expression de soi, appropriation du monde, invention narrative, pouvoir sur le sautres, ajustement au lecteur… dans un dispositif didactique que nous qualifierons d’autographique, et qui comprend différentes situations d’ « écritures approchées » définies et décrites dans les paragraphes qui suivent.

Ajoutons des détails très importants qui sont livrés discrètement:

– abréviation utilisée par la suite dans l’étude : GSM

– des progressions argumentatives précises:

Comment… comment…en quoi… quelles

décrire, montrer, se limiter

– une annonce qui fait transition in fine.

 On aura compris que ce dispositif d’ouverture permet de donner à son lecteur les moyens d’accompagner une étude qui rend compte d’une recherche avec un contrat explicite dans son champ d’application y compris avec ses limites et référencé dans son champ d’investigation à une épistémologie ou plus simplement une méthodologie scientifique – ce qui ne préjuge en rien des éventuels déplacements nécessaires ultérieurement.

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus