Archives de catégorie : Soutenance de thèse

Presentations des recherches doctorales à mi-parcours ED 268 – EA 2288 DILTEC

Je vous conseille vivement d’assister à une de ces présentations-discussions de thèses en cours… SM

Doctorant.e Sujet de thèse Date et horaire Salle
Ana Laura Vega Umana L’identité professionnelle de l’enseignant d’anglais en secteur LANSAD 20 avril – 17h  Salle L1 à Saint-Jacques
Bilal Diop L’enseignement dans le supérieur en Mauritanie, didactique comparative de l’arabe et du français. 15 Juin – 12h salle 243 – Censier
Carla Campos Cascales Les objectifs politiques de l’enseignement de la littérature au lycée 11 Mai 14h Salle 218B Censier
Magali Ruet Enjeux, effets et didactique de la mobilité 28 Juin – 15h salle 243 – Censier
Maria Thedim-Goirand La représentation de la société brésilienne dans les manuels de portugais langue étrangére 16 juin – 11h salle 243 – Censier
Olivier Mouginot Les ateliers du dire : enjeux et expériences de la voix en classe de Français Langue Etrangère (apprentissage, enseignement, formation) 11 Mai  – 13h salle 243 – Censier
Sébastien Favrat Cheminement épistémologique et discursif dans l’écriture de recherche: le cas des doctorants allophones en sciences du langage à l’université de Franche-Comté 6 juin – 14h salle 216 – Censier
Shima Moallemi La construction des rapports interpersonnels en situation de contact de langues et de cultures.
Expériences de mobilité en France et enjeux didactiques pour la classe de langue en Iran.
28 Juin – 16h salle 243 – Censier
Théry Beord Dimension archipélagique du plurilinguisme aux Philippines : perspectives pour la didactique et les politiques linguistiques 29 Mai – 15h salle 243 – Censier
Tong Yang Enseignement du semi-figement culinaire auprès des apprenants étrangers 29 Mai – 15h Salle 218 B
Widad Warrak Une enquête socio-didactique sur le rapport à l’écrit scientifique des doctorants syriens dans les universités françaises: vers une didactique des littéracies universitaires 26 Mai (à venir)

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Confusion des voix

 

En pleine recherche et lecture, complètement perdu, en panique et désespéré, un masterant décide de changer un peu d’idées. Effrayé du temps qui coule sans jamais se fatiguer et s’arrêter, il opte pour aller à la  soutenance d’une thèse. Cela lui permet de faire d’une pierre deux coups – sortir de son sujet et écouter pour se préparer à pré-soutenir et à soutenir son mémoire.

Hélas ! Après un bon exposé de Madame la Candidate (son approche, son questionnement, les acquis scientifiques, l’aspect pragmatique, les limites et les perspectives de sa recherche) et des mots d’éloges et de remarques bienveillantes de Monsieur le Jury, notre masterant fut subitement frappé par l’angoisse. Les voix intérieures commencent à surgir… Terrifiée de cette confusion brusque, gentille Madame l’Espoir a fermé ses portes…

Madame la Panique (sans haleine): « Euh, les notions, les concepts… les définitions… Je les ai bien creusés ??? »

Madame la Raison (d’une voix apaisante): « C’est à retravailler…Tu as bien entendu ! Il ne faut pas laisser une définition ouverte. Autrement dit, écrire 5 définitions sur une notion, ça ne sert à rien. La question qui se pose d’emblée, c’est quelle définition tu retiens et POURQUOI. Fais attention ! Il vaut mieux d’écrire moins de définitions et de les creuser davantage.»

Madame l’Inquiétude : « Pour bien creuser une notion, un concept et justifier telle ou telle approche, il nous faut une immense lecture et du temps… Et de la réflexion, évidemment… Ouuufff… »

Madame la Panique : « En plus, le temps passe si vite… Et les entretiens, l’analyse… Oh là là !!! Quelle galère !» Sa panique la paralysa…

Madame la Raison (tranquillement): « Essaie de faire le mieux possible. Pour une bonne recherche, il faut du temps. Évidemment, ce n’est pas possible de la réaliser en 4 mois. Mais quand-même… Il le faut ! »

Madame l’Angoisse : « Plus je lis, plus je suis perdu. Comment s’en sortir ? »

Madame la Raison : « Tout d’abord, il faut se distancier un peu. Arrêter les lectures un moment, réfléchir et rédiger, puis les reprendre. Mais… Retiens bien les remarques du jury à propos de la lecture ! »

Madame la Panique : « Euuhh… C’est-à-dire ? »

Madame la Raison : « C’est-à-dire qu’il y un risque à éviter dans le mémoire… on a tous une volonté de démontrer notre travail et une immense lecture qu’on a faite… Mais, sois prudent ! La rédaction du mémoire exige le tri des informations et une infiltration de la théorie. Si tu mets tout, cela risque à encombrer le texte. Enfin, ces informations apparaissent inutiles dans la rédaction finale. Le jury aime bien avoir sous les yeux une thèse ou, dans ton cas, un mémoire, agréable à lire. Bien structuré, sans se perdre, sans trop d’informations et de définitions qui peuvent gêner la lecture. »

Madame l’Angoisse : « Bon… Je garde à l’esprit ton conseil. Pardon, le conseil du jury. »

Madame la Raison : « Tu as oublié les cours de méthodologie ? Ben… Monsieur le Prof l’a répété mille fois… »

Mesdames la Panique, l’Inquiétude et l’Angoisse (en chœur) : « Merci Madame la Raison, on se souvient bien !!! On est un peu trop dans la lecture et dans la recherche… »

Madame la Raison : « Respirez un peu les filles ! Gardez toujours en tête tous les conseils de la méthodologie, puis des membres de jury des soutenances auxquelles vous avez assistées et enfin, de votre, en fait, notre directeur. Cela vous permettra de mener à bien votre recherche. Avec moi, bien sûr ! »

Malgré la confusion que cette soutenance a provoquée dans la tête de notre masterant, il s’est senti soulagé. Il avait de bonnes pistes pour continuer son travail. Rassuré, il est rentré tout en étant à l’écoute des voix intérieures et extérieures…

Madame la Raison : « Attends ! J’ai oublié la dernière chose à dire ! Fais attention au titre du mémoire… Le jury a rapproché à la candidate le titre inadéquat de sa thèse…Monsieur le Prof l’a signalé mille fois ! Et retiens bien les mots clés de la soutenance : JUSTIFICATION-REFLEXION-APPROFONDISSEMENT CRITIQUE. »

Source d’image :

http://www.gettyimages.fr/license/510463252

 

Marija Apostolović

Étudiante en M2 DFLE, spécialité 1, option A Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

LE JAPON ET SES DEUX MUSEES NATIONAUX

A INALCO, le 22 février 2017, dans une jolie petite salle lumineuse, une jeune chercheuse Alice BERTHON, soutient sa thèse de Doctorat : le Japon au Musée.

Je suis arrivée 10 minutes avant que la soutenance ne commence et au premier regard à la jeune chercheuse jel’ai trouvée souriante et très accueillante avec tous ceux venus la soutenir. Elle ne paraissait pas très stressée et elle avait même l’air complètement à l’aise.

Dans cette salle, elle était assise devant 5 professeurs universiaires qui allaient juger son travail et le critiquer. Lorsqu’ellea commencé la présentation de son sujet, j’ai remarquéque les membres du jury étaientsatisfaits de sesrecherche etde son travail.

Le sujet de thèse avait pour objectif l’analyse du processus de construction et la manière dont le Japon est (re)présenté  à travers deux musées nationaux fondés en 1974 et en 1981( précisions a pportées par la chercheuse) : le Musée National d’ethnologiedans le Kanazi, qui présente l’ensemble des cultures étrangères ainsi que celle de l’archipel, et le Musée national d’histoire et de folklore dans le Kantôquiqui expose l’histoire, le folklore et l’archéologie du Japon.

La soutenance s’est bien passée et les professeurs l’ont félicitée pour l’obtention de sondoctorat.

En fait, la soutenance a duré presque 4 heures mais je n’ai pas regretté tout ce temps passé à suivre un domaine éloigné de mon parcours ou de mon sujet de mémoire de recherche car la chercheuse a été plus intéressante que je le pensais et j’ai appris de nouvelles choses sur un pays que je n’avais jamais visité.

Vraiment, c’est très utile d’assister à une soutenance ou à des colloques pour collecter de nouvelles informations.

Rana

Etudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 .

More Posts

L’enseignement du français dans le Sud de l’Algérie. Du jeu théâtral à la production écrite

Soutenance de thèse de Mme Narimane OUBAH

le 10 mars 2017
à 14h00

Doctorat Didactique des langues et des cultures

à l’adresse suivante :
 Maison de la Recherche de Paris 3 – Salle Claude Simon – 4, rue des Irlandais 75005 Paris

La soutenance est publique.

Titre des travaux : L’enseignement du français dans le Sud de l’Algérie. Du jeu théâtral à la production écrite dans une classe 2ème année de lycée à partir de Caligula d’Albert Camus

Ecole doctorale :

Langage et langues: description, théorisation, transmission

Section CNU :
 07 – Sciences du langage : linguistique et phonétique générales

Equipe de recherche : 
DILTEC – Didactique des langues, des textes et des cultures – EA 2288

Directeur : Monsieur Daniel DELBREIL
Codirectrice : Madame Marie-Emmanuelle PLAGNOL

Membres du jury :

Mme Christiane ACHOUR :
Professeur émérite – Université Cergy-Pontoise
M. Daniel DELBREIL :
Professeur émérite – Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

Mme Marie-José FOURTANIER : 
Professeur émérite – Université Toulouse Jean-Jaurès

M. Serge MARTIN:
Professeur des Universités – Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

Mme Marie-Emmanuelle PLAGNOL :
Professeur des Universités – Université Créteil

http://www.univ-paris3.fr/soutenance-de-these-de-mme-narimane-oubah-427623.kjsp?RH=ACCUEIL

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

8 mars, soutenance de thèse : L’’intercompréhension entre langues distantes

Dorothée Ayer a le plaisir de vous annoncer la soutenance de sa thèse qui aura lieu le mercredi 8 mars 2017, à la Maison de la recherche (4, rue des Irlandais), salle Athéna à 14h.

Titre de la thèse : L’’intercompréhension entre langues distantes : quelles pratiques ? quelle formation ? Le cas d’une Haute école spécialisée bilingue en Suisse

Sous la direction de Mme Valérie Spaëth.

Membres du jury :
M. Jean-Louis CHISS : Professeur des Universités – Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

M. Laurent GAJO :  Professeur des Universités – Université de Genève
Mme Marinette MATTHEY :  Professeur des Universités – Université de Grenoble
Mme Valérie SPAETH : Professeur des Universités – Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Mme Patricia VON MUNCHOW : Professeur des Universités – Université Paris Descartes

Résumé

Ce travail doctoral s’intéresse à la pratique de l’intercompréhension dans un contexte officiellement bilingue, à savoir une Haute école spécialisée en Suisse. Les langues utilisées dans les échanges entre membres de l’école (enseignants, étudiants, employés) sont l’allemand et le français, selon le principe du « chacun parle sa langue », calqué sur les pratiques de l’administration fédérale suisse. Les langues en présence sont distantes, par opposition aux langues proches ou voisines. Ce mode de communication nécessite de la part des participants des compétences réceptives dans la langue partenaire ainsi que des compétences communicationnelles pour interagir dans un contexte bilingue. Cette étude se donne comme objectif de comprendre comment les participants à une réunion bilingue choisissent la/les langue(s) pour communiquer. Des réunions de cette école ont été enregistrées de manière à observer la répartition de l’utilisation des langues en contexte de communication professionnelle. Ce corpus de réunions a été complété par des entretiens semi-directifs, menés auprès de membres de l’école. Comme l’institution encourage le bilinguisme des étudiants, la communication bilingue fait également l’objet d’un enseignement dans le cadre d’un cours de langue bilingue, réunissant des étudiants francophones et germanophones. À l’inverse de la pratique de l’intercompréhension, les apprenants s’expriment dans la langue cible. La portée de ce cours observé sur trois années, a été étudiée grâce aux documents de cours, à des enregistrements effectués par les étudiants et les textes réflexifs de ceux-ci.

Afin d’assurer le succès de la communication dans ce contexte bilingue, les interlocuteurs, natifs et non-natifs, adaptent leur discours et mettent en place des stratégies, tout en puisant dans leur répertoire plurilingue, que ce soit en contexte professionnel ou en contexte d’apprentissage.

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus