Archives de catégorie : présenter son mémoire

Plan détaillé du premier chapitre (début)

Dans le premier chapitre de notre mémoire, nous proposons de revisiter les principales théories linguistiques de l’article.

  1. La spécificité de l’article dans la langue française. Point de vue typologique.

L’article dans la langue française exprime la détermination, catégorie syntaxique du nom (Gak, 2000 : p. 110). Il joue le rôle d’actualisateur principal du nom. Du point de vue typologique, l’article en français possède des formes plus variés et une extension plus large que dans d’autres langues ayant des articles. Selon V. Gak, “les discussions théoriques portant sur l’article concernent les problèmes suivants :

  1. l’inventaire des articles en français ;
  2. son statut morphologique ;
  3. ses fonctions dans la langue et ses significations” (Gak, 2000 : p. 110 -111).

Continuer la lecture de Plan détaillé du premier chapitre (début)

Ovodenko Mikhail

Etudiant en M2 "Didactique des langues" à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Thèmes de recherche : didactique de la grammaire, approche sémantique de la grammaire, contextualisation du discours grammatical, linguistique générale, anthropologie linguistique.

More Posts

Mon projet de mémoire: la perspective actionnelle et son applicabilité dans l’enseignement supérieur du FLE en Chine

La perspective actionnelle et son applicabilité dans l’enseignement supérieur du FLE en Chine

—-exemple de l’Université Jianghan à Wuhan

Étant une des premières langues occidentales scolarisées en Chine, le français est enseigné sur le terrain depuis plus de 160 ans à partir de l’établissement du Collège Saint-Ignace à Shanghai en 1850. (Yan, 2014 : 1) Durant cette période, la société chinoise s’est radicalement transformée, si bien que le nombre d’établissements de l’enseignement supérieur dotés d’un département ou d’une section de français ne cessent d’accroitre : il n’existait que 3 centres d’enseignement de français en 1952, mais le chiffre a atteint 35 en 2002 (Fu, 2005 :33) et 114 en 2017 selon la dernière enquête menée par l’Université de Wuhan, grâce notamment à l’établissement de relations diplomatiques entre la France et la Chine au début des années 60 et à l’application de la politique de réformes économiques et d’ouverture sur l’extérieur en 1978. Par conséquent, aujourd’hui en Chine, le français est devenu la quatrième langue étrangère la plus répandue après l’anglais, le japonais et le russe (ibid.) Continuer la lecture de Mon projet de mémoire: la perspective actionnelle et son applicabilité dans l’enseignement supérieur du FLE en Chine

Hui

Etudiante en M2 Spé 1 à l'Université de Paris 3

More Posts

L’enseignement et l’apprentissage du FLE à partir des albums de littérature de jeunesse, à l’école élémentaire en contexte homoglotte

Dans le domaine de la didactique des langues, la littérature de jeunesse occupe une place prépondérante dans l’enseignement des langues étrangères, en effet, d’après Cuq et Gruca, deux auteurs spécialisés dans la didactique du FLE : « la littérature de jeunesse permet de se découvrir et de découvrir l’autre. Elle ouvre les portes de l’interculturalité  au lecteur » (Cuq, Gruca, 2008, p. 413). Par ailleurs, pour l’apprentissage du FLE, le CECRL a élaboré un dispositif d’enseignement de la littérature de jeunesse. En effet, la place du texte littéraire dans le CECR apparaît à partir du niveau B2 dans les descripteurs et les grilles d’auto-évaluation des niveaux de compétence ( conseil de l’Europe, 2001, p. 27).

Parmi les composantes de la littérature de jeunesse, nous avons les albums de jeunesse et nous allons nous intéresser plus précisément aux albums narratifs composés conjointement de textes écrits et d’images. D’après Anastassiadi, « l’album est le type d’ouvrage qui se prête le mieux à une exploitation pédagogique. L’apprenant confronté à un texte nu, sans illustrations, se trouve démuni. Les images d’un album peuvent être des repères précieux qui vont baliser sa lecture » ( Anastassiadi, 2007, p. 126).

Dans le contexte des enfants migrants en France, je vais me focaliser sur l’enseignement/apprentissage de la littérature de jeunesse à partir des albums narratifs.  Pourquoi ce sujet ?

J’ai choisi de me pencher sur ce thème car, la littérature de jeunesse est un thème qui me passionne depuis toujours et plus particulièrement les albums qui m’attirent par leur couverture, leur contenu, leur forme et leurs illustrations. En outre, cet intérêt viscéral porté à la littérature de jeunesse s’est renforcé lors de mes stages effectués à l’école maternelle, où je me suis rendue compte de l’importance de ces albums pour les enfants qui se précipitaient vers le coin lecture pour feuilleter les livres et imaginer l’histoire rien qu’en admirant les images. Il serait donc intéressant de cultiver cet outil pédagogique en classe de FLE, pour un public allophone âgé de 6 à 11 ans, c’est-à-dire du CP au CE2.

Dans le cadre de ce travail de recherche, je m’interroge sur la question suivante : en quoi utiliser les albums de littérature de jeunesse en classe de FLE favorisent-ils l’apprentissage du français ?Pour répondre à cette problématique, je proposerais les hypothèses suivantes :

– L’album de jeunesse ne se limite pas uniquement au contenu, au texte, mais c’est aussi un objet qui attire l’attention du jeune lecteur par sa qualité graphique.

– Les albums narratifs permettent aux apprenants allophones de passer progressivement de ce qui est raconté à l’acte de lire et de comprendre le texte écrit à l’aide d’indices iconiques.

– Les livres de jeunesse permettent aux apprenants de développer leur imaginaire.

– Les albums de jeunesse permettent de construire des activités de communication orale et la maîtrise de la langue.

– A l’aide de cet outil, nous pouvons anticiper sur les difficultés de compréhension des apprenants allophones.

Concernant mes investigations sur le terrain, je compte analyser certains albums de jeunesse et faire une comparaison entre deux types d’albums : anciens et contemporains de telle sorte à dégager les similitudes et les différences d’un point de vue esthétique et conceptuel. Ensuite, je montrerai comment ces albums jouent un rôle important dans l’apprentissage de la lecture et de l’écriture.

Mots clés :

Littérature de jeunesse, apprentissage, lecture, écriture, imaginaire, interprétation, albums narratifs.

Bibliographie

CONNAN-P, C, GAIOTTI, POULOU, B. (2008), L’album contemporain pour la jeunesse : Nouvelles formes, nouveaux lecteurs, Bordeaux, PU Bordeaux.

CONSEIL DE L’EUROPE, Division des Politiques linguistiques. (2001), Un Cadre européen commun de référence pour les langues. Apprendre, enseigner, évaluer, Paris, Didier.

CUQ, J-P, GRUCA, I. (2008), Cours de didactique du français langue étrangère et seconde, Grenoble, France, PUG.

DEFAYS, J.-M. DELBARD, A.-R. HAMMAMI, S. SAENEN, F. (2014), La littérature en FLE : état des lieux et nouvelles perspectives, Paris, Hachette.

LEON, R. (2004), La littérature de jeunesse à l’école : Pourquoi ? Comment  ?, Paris, Hachette.

PRINCE, N. (2009), La littérature de jeunesse en questions, Rennes, PU Rennes.

SALERNO, R. (2006), L’album en classe de FLE : Une approche intégrée du linguistique et du culturel ou Des goûts et des couleurs, on en discute !, Dialogues et cultures, n° 51, p. 48 – 51

VAN DER LINDEN, S. (2008), L’album, le texte et l’image, Le français aujourd’hui, n° 161, p.  51-58.

Sitographie

ANASTASSIADI, M-C. (2007), Introduire la littérature de jeunesse dans une classe de FLE du primaire, Actes de la Journée d’étude, du 21 octobre 2006. Enseigner le français langue étrangère au primaire : méthodes et pratiques, Athènes, Université d’Athènes, p. 123-135 (http://www.frl.uoa.gr/fileadmin/frl.uoa.gr/uploads/sinedria/Actes_Primaire_2007.pdf), consulté le /12/10/2017.

 

TAOUS NADI

MASTER 2 Didactique des langues, spécialité Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

Mon projet de mémoire

L’importance de la pratique théâtrale dans l’enseignement du FLE à Taiwan

Dans les classes de FLE, la pratique théâtrale ne s’est développée que depuis quelques décennies. Comme le souligne Jean-Pierre Cuq dans son Dictionnaire de Didactique du Français Langue Étrangère et Seconde :

Le théâtre dans la classe FLE offre les avantages classiques du théâtre en langue maternelle : apprentissage et mémorisation d’un texte, travail de l’élocution, de la diction, de la prononciation, expression de sentiments ou d’états par le corps et par le jeu de la relation, expérience de la scène et du public, expérience du groupe et écoute des partenaires, approche de la problématique acteur/personnage, être/paraître, masque/rôle. (Jean-Pierre Cuq, 2003 : 237).

Continuer la lecture de Mon projet de mémoire

Caroline A.

Étudiante en Master 2 de Didactique du Français langue étrangère et Langues du monde à l'Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III.

More Posts

Sujet de mémoire – Billet 2

Dans cette recherche nous souhaitons étudier l’enseignement de la littérature par des textes de théâtre et plus particulièrement des réénonciations de mythes. La difficulté didactique principale est d’aborder des textes littéraires authentiques avec des étudiants de niveau intermédiaire. L’étude de réécritures appartenant au genre théâtral nous permet de faire participer les étudiants autant par l’analyse orale et écrite que par la participation à la tradition de réécriture des mythes par des pratiques d’écriture. L’enseignement du français par des textes théâtraux invite fortement à une approche multimodale dans une perspective actionnelle où les réalisations écrites et les mises en voix sont autant de tâches accomplies.

Continuer la lecture de Sujet de mémoire – Billet 2

Eugénie BLAISE

Etudiante en M2 de FLE, particulièrement intéressée par les arts graphiques.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Création d’ateliers d’écriture à travers l’œuvre de Georges Perec

« Les jeux que je préfère, ceux auxquels je joue le plus, ce sont des jeux sur le langage »

– Perec

 

Bien communiquer dans une langue étrangère requiert d’un individu qu’il maîtrise savoirs et compétences – langagière notamment -, comme le rappelle le Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues (Conseil de l’Europe, 2001 : 15-18). Ces habiletés sont-elles suffisantes pour autant ? Ne serait-il pas important aussi de prendre en compte ce qui caractérise cet individu intimement, pour qu’il puisse exprimer correctement ses émotions, et ainsi s’épanouir ? Si ce même texte préconise effectivement de « favoriser le développement harmonieux de la personnalité de l’apprenant et de son identité » (Conseil de l’Europe, 2001 : 9), il reste assez flou cependant sur la manière de procéder. Cet aspect nous semblant quelque peu négligé dans l’enseignement du Français Langue Étrangère (FLE), où l’on serait plutôt dans une didactique de l’efficacité, nous avons décidé de nous pencher sur la question de la recherche de la singularité dans l’expression langagière d’un apprenant.

Continuer la lecture de Création d’ateliers d’écriture à travers l’œuvre de Georges Perec

Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

MON PROJET DE MEMOIRE

Le rôle de la langue maternelle dans l’apprentissage et l’enseignement de la grammaire en classe de FLE : le contexte éducatif chinois
( Une étude de cas auprès des débutants dans l’Université chinoise )

Depuis toujours, les relations entre la langue à apprendre et la langue déjà acquise occupent une place incontournable dans les réflexions pédagogiques en classe de FLE. Le recours à la langue maternelle est-il une nécessité ou un obstacle dans l’apprentissage et l’enseignement d’une langue étrangère ? Ce sujet suscite mon intérêt lors de mes observations en classe de FLE à l’Université des Langues Etrangères de Jilin Huaqiao, en Chine. Dans la classe de français, parfois, l’enseignant préfère expliquer la grammaire et le lexique en chinois, qui attache aussi une grande importance à la traduction entre la langue maternelle et la langue cible. Cela me donne une réflexion sur le rôle de la langue maternelle, notamment dans l’apprentissage et l’enseignement de la grammaire, comme on croit, la grammaire, préoccupe toujours une place prépondérante pour les apprenants chinois.

Continuer la lecture de MON PROJET DE MEMOIRE

WEN Yuehan

Étudiante en Master 2 de Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

More Posts

L’aube de mon sujet de mémoire

La transition secondaire/ supérieur en Angleterre:  l’écrit  en filière FLE

La transition entre éducation secondaire et supérieure présente souvent des difficultés pour les étudiants. Ce phénomène semble être constaté dans de nombreux pays. Le Royaume-Uni ne fait pas exception et cette période est l’objet de nombreuses études aux niveau national et local.

Dans le contexte de l’enseignement/apprentissage du français langue étrangère (FLE) en Angleterre, le public sur lequel je souhaiterais me focaliser est celui des étudiants qui ont fait du français lors de leurs A Levels (équivalent du baccalauréat) et qui commencent une licence de français dans une université britannique ( first year of bachelor’s degree in French studies). Continuer la lecture de L’aube de mon sujet de mémoire

Laure-Lise

Etudiante en M2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à Paris III

More Posts

Projet de mémoire : Faire du cinéma en classe de FLE

Le cinéma, tel qu’il nous est familier aujourd’hui, est autant une industrie et une forme de divertissement populaire qu’un art complexe, qu’il convient de soumettre aux apprenants comme tel, au même titre que la peinture, la photographie, le théâtre ou encore la littérature. Il est depuis longtemps déjà bien ancré dans les pratiques au quotidien des adolescents et des jeunes adultes. C’est un support qu’ils connaissent bien et abordent de façon assez intuitive. C. Compte expliquait déjà il y a une vingtaine d’années qu’il est important de ne pas évoluer en décalage avec les habitudes extra-scolaires des apprenants et qu’il faut même plutôt extraire le potentiel de leur harmonie avec ce média (1993 : 7). En classe de Français Langue Étrangère (FLE), l’objet filmique francophone constitue un document authentique vif et stimulant car même s’il est toujours préalablement écrit, il met souvent en scène des locuteurs natifs dans des situations de la vie quotidienne. De ce fait, le support cinéma, une fois didactisé, offre à l’apprenant qui entend en classe ce français-parlé, de multiples ressources aussi bien communicatives que linguistiques et culturelles — en d’autres termes : « [l]e cinéma est un langage. » (Bazin, 1985 : 17). Il semble donc possible de solliciter l’expression orale et la créativité d’un groupe d’apprenants à partir du cinéma.

Continuer la lecture de Projet de mémoire : Faire du cinéma en classe de FLE

Pauline Rigaldie

Étudiante en M2 spécialité 1 « Didactique du français langue étrangère et langues du monde » à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

More Posts

Une stratégie d’apprentissage particulière

Pour la préparation de mon questionnaire du mémoire, j’ai fait un entretien en avance avec une camarade de classe. Pendant l’entretien, interviewée m’a raconté une stratégie très particulière. Elle était étudiante en spécialité du français, elle a commencé à apprendre le français à partir de 18 ans, elle a fait 3 ans d’études dans l’université chinoise, et pour la quatrième année, elle est venue en France pour continuer ses études à université française. Voici une partie de la transcription de notre entretien concernant cette stratégie :

“Interviewer : avez-vous encore de stratégie à me raconter ?

Interviewée : J’organise, de temps en temps les mots inconnus dans un cahier, pour les noms inconnus, je les divise en fonction du genre. Comme il y a un proverbe Chinois  « les hommes à gauche, et les femmes à droit », pour mieux mémoriser le genre de nom, je copie les noms masculins du côté gauche du cahier, les noms féminins du côté droit du cahier.

Interviewer : Est-ce que tu trouves cette astuce utile ?

Interviewée : ça ne marche pas très bien, mais je pense c’est aussi parce que je ne persiste pas à réviser ma liste de vocabulaire.”

Selon la catégorie divisée par Paul Cyr (1998), cette astuce fait part de la stratégie cognitive : « grouper ». Elle a pour but de faciliter la révision et la récupération de la mémoire. Quand l’interviewée était débutante, elle classait les noms selon le genre, et les poseait séparément aux deux côtés de la page. De cette manière-là, quand elle rencontre un nom, elle se rappelle sa localisation spatiale dans la page du carnet vocabulaire, ainsi de se souvenir le genre de ce mot.

Au début, cette astuce me semble un peu absurde, elle met un lien entre un concept langagier et une représentation chinoise traditionnelle qui n’a aucun sens dans le contexte moderne. Mais quand je fais des recherches sur les systèmes mnésiques, j’ai trouvé que cette astuce a quand même son soutien théorique dans certains degrés. Pour l’expliquer, il vaut mieux de vous introduire le concept de “la mémoire de travail”.

En fait, cette stratégie concerne un sous-composant au sein de la mémoire de travail, le “registre visuo-spatial”. La mémoire de travail visuo-spatiale fait généralement référence au registre visuo-spatial dans son ensemble et concerne par essence les informations visuelles. La mémoire de travail visuelle ou « objet » se réfère couramment à l’identité du stimulus alors que la mémoire de travail spatiale se réfère à la localisation dans l’espace de cette information visuelle au sens large.

Dans ce sens, la stratégie de grouper les noms en fonction du genre n’est pas tout à fait inutile, voici mon explication : si les noms sont tous notés normalement dans une ligne, c’est plutôt un “fait” à mémoriser, le résultat idéal est que l’apprenant arrive à le stocker seulement l’abréviation “n.m.” ou “n.f.” du nom dans le système de “ mémoire sémantique” ( la mémoire des“faits”). Mais une disposition particulière et anormale pourrait mieux activer le registre visuo-spatial de l’apprenant, voire sa mémoire photographique. Grâce à cette astuce, l’activation des systèmes mnésiques contribuera à mieux mémoriser et se rappeler le genre de nom pour un débutant.

Semblablement, il y a aussi des acteurs théâtraux qui attachent leurs lignes à réciter aux objets dans la scène (par exemple, le décor, la lampe, la chaise, etc.), afin de mieux mémoriser et se rappeler leurs lignes. Ils se disent : “ quand je vois la lampe, je pense à la ligne xxx, et la chaise va me rappeler à la ligne xxx, etc.” Selon moi, le mécanisme des deux astuces concerne les représentations visuelles et/ou spatiales.

Bibliographies :

CYR Paul, Les stratégies d’apprentissage, CLE International, 1998.

PETIT Laurent, La mémoire : Que sais-je ? Presses universitaires de France, Paris, 2006.

Rui Da Silva Neves, Psychologie cognitive, Armand Colin, Paris, 1999.

 

Yi LIANG

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Le modèle MNESIS et les stratégies d’apprentissage du français

Proposé par les psychologues Francis Eustache et Béatrice Desgranges en 2003, le schéma MNESIS (Memory Neostructural Inter-Systemic model) nous permet d’avoir une représentation générale sur les systèmes de mémoire humaine. Ce modèle divise l’ensemble du mécanisme de mémoire en plusieurs systèmes et sous-systèmes. Il m’inspire à essayer d’expliquer certaines activités particulières d’apprentissage en faisant des combinaisons entre le mécanisme mnésique et quelques stratégies d’apprentissage du français comme langue étrangère sous l’aspect de la psychologie cognitive.

Sur la gauche du diagramme, la mémoire épisodique, la mémoire sémantique et la mémoire perceptive sont présentées individuellement et parallèlement. En respectant la structure hiérarchique de SPI (Sériel Parallèle Indépendant, Tulving, 2001), le modèle MNESIS en a pris trois  parmi les cinq systèmes de mémoire de Tulving. La trace d’interaction entre ces trois systèmes mnésiques est présentée par deux flèches rétroactives : celle qui part de la mémoire épisodique et pointe vers la mémoire sémantique représente le processus de sémantisation des souvenirs, la mémoire épisodique tend à se sémantiser et se transformer en mémoire sémantique au cours du temps ; la deuxième flèche va de la mémoire épisodique à la mémoire perceptive) est liée aux phénomènes de reviviscence, conscients et inconscients, indispensables à la consolidation mnésique. Ces deux rétroactions permettent d’insister sur le caractère dynamique et reconstructif de la mémoire, et sur leur corollaire potentiel, les faux souvenirs.

La mémoire de travail se situe au milieu du modèle MNESIS. En gardant les concepts principaux du modèle de la mémoire de travail selon Baddeley (1974, actualisé en 2000), Eustache effectue une modification : il accentue l’importance du « buffer épisodique », ce dernier sert d’un pont qui lie les trois systèmes mnésiques à gauche et les trois sous-composants de la mémoire de travail.

Le « buffer épisodique » permet d’intégrer et de stocker des représentations multi-dimensionnelles pendant d’une courte période, il occupe aussi une position stratégique dans l’ensemble du modèle. 

La mémoire procédurale, s’opposant à la mémoire déclarative, est généralement évaluée dans des tâches impliquant les capacités d’apprentissage d’une habilité motrice, perceptive, ou perceptivo-motrice. Autour de ce système complexe qui joue un rôle très important dans l’action d’apprentissage. Inspirée d’une possibilité proposée par Marcel Lebrun sur l’activité d’apprentissage, je me permets d’associer les stratégies d’apprenant avec les théories du système mnésique : parmi les apports les plus visibles de ces théories à une vision globale de lapprentissage, nous retiendrons la nécessité de créer et détablir des liens entre les différences et les connaissances, de les présenter sous diverses formes (en schéma par exemple) car ceci renforce la rémanence de la mémorisation des informations, dassocier diverses images à ces informations (lobjet, ses attributs, son image, son bruit, ses circonstances…)

 

Bibliographies :

Valentina La Corte, Systèmes de mémoire et distorsions mnésiques : approches neuropsychologique et neurophysiologique. Neurosciences. Université Pierre et Marie Curie – Paris VI,2012. Français. P33-40.

LEBRUN Marcel, Théories et méthodes pédagogiques pour enseigner et apprendre, De Boeck Supérieur, 2007, p99.

Rui Da Silva Neves, Psychologie cognitive, Armand Colin, Paris, 1999, p19-41.

EUSTACHE Francis, VIARD Armelle, DESGRANGES Béatrice, The MNESIS model: Memory systems and processes, identity and future thinking, Neuropsychologia, 87 (2016) p100.

Yi LIANG

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Réflexions pédagogiques relatives à la littérature française

Mon sujet de mémoire est « Construction de la motivation d’apprentissage du FLE à travers des ouvrages littéraires français en contexte universitaire chinois », après la consultation des théories et l’analyse des données, je réfléchis toujours les méthodes concrètes qui peuvent être pratiquées dans les cours de FLE, un article qui est écrit par Pénélope Calliabetsou (1992), s’intitulant « Définition des besoins langagiers des adolescents » m’a donné des inspirations.

Tout d’abord, d’après Calliabetsou (1992), pour créer des besoins langagiers, surtout des besoins de communication, il faut que le choix de la thématique et des situations de communication fassent partie du vécu des apprenants. C’est-à-dire qu’il faut choisir des sujets qui sont déjà connus ou déjà appris dans les expériences précédentes des apprenants, pour qu’ils puissent comparer, assurer ou renouveler leurs acquis par rapport aux nouvelles connaissances. Les situations et les thèmes familiers pour les apprenants sont favorables d’une part l’intégration des activités didactiques proposées, et « les faits étrangers prennent une signification pour eux » (Calliabetsou, 1992 : 40), et l’apprenants se sentent « directement engagé dans son apprentissage » (Calliabetsou, 1992 : 40). D’autre part, cette tactique donne un sens authentique et utile aux activités didactiques, afin que les apprenants puissent découvrir ou créer leurs besoins langagiers en langue étrangère « en fonction des besoins de communication en langue maternelle » (Calliabetsou, 1992: 40). Donc, nous préférons des écrivains ou des ouvrages que les apprenants ont déjà entendu dire, ou des écrivains français qui ont des rapports plus ou moins avec la Chine.

Par exemple, un des œuvres de Raymond Queneau (1965), Les fleurs bleues cite une référence chinoise très connu, il a dit dans la préface : « Tchouang-tseu rêve qu’il est un papillon, mais n’est-ce point le papillon qui rêve qu’il est Tchouang-tseu ? De même dans ce roman, est-ce le duc d’Auge qui rêve qu’il est Cidrolin ou Cidrolin qui rêve qu’il est le duc d’Auge ? » (1965 :7). Il peut donc susciter une motivation de lecture chez les apprenants chinois.

Par ailleurs, après la compréhension du contenu, il nous faut tout d’abord encourager une réflexion individuelle par les apprenants eux-mêmes, comme Calliabetsou a dit, « un enseignement/apprentissage centré sur la reproduction ou sur la production de modèles linguistiques qui n’ont aucun rapport avec l’expression créatrice et personnalisée » (Calliabetsou, 1992 : 45), mais dans ce stade-là, l’enseignant doit laisser réfléchir l’ouvrage littéraire par les apprenants eux-mêmes sans leur imposer des pistes de réflexion ou des points de vue préalables. D’après SAVIGNON S. (1990), « la langue comme expression de soi » (1990: 39), à travers cet emploi personnalisé de la langue étrangère, l’ouvrage littéraire qui est rédigée par les autres n’est plus éloigné et indifférent, mais devient authentique et praticable, ces réflexions sont venues des histoires conçues par les autres mais désormais, elles deviennent une partie indissociable dans ses pensées. En outre, une échange au sein de la classe est aussi nécessaire, puisque à travers cette activité, les apprenants peuvent enrichir les interprétations, étendre les connaissances, approfondir les réflexions, en adoptant une plaisir de lecture.

 

Bibliographie :

CALLIABETSOU-C., P., « définition des besoins langagiers des adolescents », Apprentissage, enseignement des langues étrangères : motivations, besoins, contenus, Nantes, CRINI (Centre de recherche sur les identités nationales et l’interculturalité), 1992, p.39-53.

SAVIGNON S., « Les recherches en didactique des langues étrangères et l’approche communicative », Études de Linguistique Appliquée, Paris, Didier, N 77, Janvier-Mars, 1990, p. 29-46.

Queneau, R., Les Fleurs Bleues, Paris, Gallimard, 1965.

Liu Yang

Etudiante chinoise en master 2 à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A: recherche. Master 1 FLE : Analyse et programmation de la communication didactique à l'Université de Nantes.

More Posts

Follow Me:
Facebook

L’enseignement du FOS en Chine, l’etat actuel et enjeux

Vu que la communication culturelle et des échanges économiques entre la France et la Chine ont une histoire longue et se développent rapidement, l’enseignement du FOS n’est pas récent en Chine. D’ailleurs, dans le contexte actuel de mondialisation, les demandes de la formation de FOS ont tendance à accroître. La relation entre l’enseignement et le contexte culturel mérite plus de réflexion, puisque cela nous permet de mieux intégrer l’approche pédagogique selon la diversité du contexte culturel.

Cela me fait réfléchir naturellement sur la mise en place de la formation de FOS en Chine. Je me suis intéressée par conséquent de travailler sur des différences comparées avec le FOS en France, voire en Europe, des particularités exclusives selon le contexte culturel en Chine, des difficultés rencontrées et des perspectives d’avenir.

Selon Martin, l’enseignement du FOS « reste limité en Chine »[1]. Il précise qu’il n’existe que deux types de structures en termes des cours de FOS : les universités et les Alliances françaises. Faute de la demande des cours de FOS par des entreprises chinoises, « le macro-système dans lequel s’inscrit le système de l’enseignement / apprentissage du FOS est par conséquent le Ministère de l’Education Nationale chinois, ce qui implique que la demande est toujours institutionnelle et ne provient pas d’un groupe socioprofessionnel extérieur »[2].

Pour que nous puissions comprendre ce cas particulier, il nous faut tout d’abord préciser que le contexte culturel en Chine a depuis des milliers d’années formulé une société monolingue. Sous l’influence de mondialisation, les Chinois valorisent de plus en plus la maîtrise d’une voire plusieurs langues étrangères au sein du marché du travail, ainsi que le développement personnel. Par conséquent, l’enseignement et l’apprentissage des langues étrangères gagnent au fur et à mesure une place importante.

D’ailleurs, nous ne pouvons pas négliger que le français n’a pas encore une position prioritaire en Chine. Par rapport à l’anglais qui est intégré obligatoirement dans l’éducation scolaire et évalué lors de l’admission aux études supérieures, la langue française est considérée encore comme une langue étrangère minoritaire en Chine. « L’enseignement du FOS en Chine se situe sous le vaste chapeau de l’enseignement du français langue étrangère »[3]. Bien que l’enseignement du FLE devienne de plus en plus répandu pendant ces dernières années, l’enseignement du FOS a encore beaucoup d’espace à développer.

Malgré l’importance de la langue française dans la grande tendance de mondialisation et la relation étroite entre la France et La Chine, l’enseignement du FOS ne trouve pas encore sa place appropriée en Chine. Actuellement celui-ci reste encore à l’intérieur du système institutionnel, dont la plupart des établissements sont encadrés par la politique éducatives de coopération franco-chinoise.

Je me demande également la raison pour laquelle que le secteur privé ne montrent pas des besoins de former ses employées en français. Peut-être cela résulte du fait que l’anglais joue un rôle prédominant au sein de la société et des entreprise chinoises. A l’heure actuelle, à part du contexte culturel, des politiques éducatives en Chine et des politiques de diffusion de la langue en France restent parmi des éléments principaux qui orientent le domaine de l’enseignement du FOS, voire du FLE en Chine.

Enfin, je me permets de présenter ma bibliographie non exhaustive.

BIBLIOGRAPHIE

Bulletin officiel du Ministre de l’éducation nationale, 2013, « Le référentiel des compétences professionnelles et des métiers du professorat et de l’éducation »,  n° 30 du 25 juillet 2013.

CUQ J.-P., GRUCA I., 2005, Cours de didactique du français langue étrangère et seconde, 2e éd., Presses universitaires Grenoble.

FU Rong, « Politiques et stratégies linguistiques dans l’enseignement supérieur des langues étrangères en Chine nouvelle », Synergies Chine, 2005, n°1, GERFLINT, pp. 27-39.

MANGIANTE Jean-Marc, PARPETTE Chantal, 2004, Le Français sur Objectif Spécifique : de l’analyse des besoins à l’élaboration d’un cours, Hachette, Paris.

MARTIN Eva, 2005, « L’enseignement du français sur objectifs spécifiques en Chine : demande institutionnelle et coopération franco-chinoise », Synergies Chine, n° 1, GERFLINT, pp. 110-119.

RICHER Jean-Jacques, 2008, « Le français sur objectifs spécifiques (F.O.S.) : une didactique spécialisée ? », Synergies Chine, n° 3 – 2008, pp. 15-30.

RICHTERICH R., 1985, Besoins langagiers et objectifs d’apprentissage, Hachette, Paris.

XU Yan, 2008, « L’enseignement du français sur objectifs spécifiques en Chine : l’importance de la mise en place d’une interaction entre les parties impliquées dans un cours », Synergies Chine, n° 3 – 2008, pp. 107-116.

XUE Bing Ding, 2015, « Analyse d’une situation d’enseignement-apprentissage du Français sur objectif universitaire en école d’ingénieurs implantée en Chine », Linguistique.

YANG Yanru, 2008, « Le français sur objectifs spécifiques en questions », Synergies Chine, n° 3 – 2008, pp. 49-58.

SITOGRAPHIE

Le site internet du FOS.COM de l’université de Montpellier III : http://www.le-fos.com

Le site internet de l’ambassade de France en Chine : http://www.ambafrance-cn.org/Les-instituts-franco-chinois-de-25891

[1] MARTIN Eva, 2005, « L’enseignement du français sur objectifs spécifiques en Chine : demande institutionnelle et coopération franco-chinoise », Synergies Chine, n° 1, GERFLINT, p. 115.

[2] MARTIN Eva, Op, cit., p. 115.

[3] Yang Yanru, 2008, « Le français sur objectifs spécifiques en questions », Synergies Chine, n° 3 – 2008, p. 56.

Ruoxuan Zhang

Etudiante chinoise Master 2 à l'Université Sorbonne Nouvelle (Paris 3), Spécialité 1 : Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A : recherche. Master 1 à l'Université Nice Sophia Antipolis, Spécialité : Didactique du Français Langue Étrangère, Seconde et Maternelle (FLESM)

More Posts

Analyse distributionnelle des noms scientifiques dans les collocations Nscientifique + adjévaluatif

Dans nos collocations évaluatives du genre Nscientifique + adjévaluatif, les noms scientifiques sont des bases des collocations, lors du classement des collocations, ils prennent un poids considérable. Je voudrais parler d’une méthode qui aide le classement des noms scientifiques, c’est l’analyse distributionnelle.

L’analyse distributionnelle est l’une des méthodes les plus importantes pour étudier la linguistique dans l’approche de la linguistique descriptive. Cette dernière est un courant linguistique du structuralisme qui a exercé une grande influence sur la théorie linguistique. Développée par L. Bloomfield et les linguistes post-Bloomfield, la linguistique descriptive se consacre à mener des recherches sur la forme de la langue en concevant une série systématique de méthodes et de procédures d’analyse. Par exemple : l’analyse de la substitution, l’analyse comparative et l’analyse distributionnelle.

L’analyse distributionnelle consiste à trouver des éléments du discours et éclairer les relations entre eux afin de « repérer des régularités et de construire des classes paradigmatiques à partir de là » (Chiss, Filliolet, & Maingueneau, 2001), l’analyse distributionnelle est donc une méthode de classement basée sur le principe de la méthode de classification environnementale. Elle compte toutes les positions qu’un élément linguistique peut occuper ainsi que les contextes où il peut s’inscrire. Si les éléments « sont commutables dans un grand nombre de contextes et de les regrouper dans la même classe paradigmatique » (Ibid), ils peuvent se classer dans une même classe distributionnelle, comme chien peut être commuté par chat, cheval,l’homme, chaise, maison, etc, ils peuvent se classer dans les Noms.

Avec ces principes, les noms scientifiques peuvent se distinguer en sept classes : les noms d’objet construit par l’activité scientifique comme définition, travail, outil ; les noms de processus comme contribution, choix, développement; les noms d’observable comme phénomène, facteur, élément ; les noms d’acteurs de l’activité scientifique comme auteur, chercheur; les noms de supports de la rédaction comme chapitre, introduction, conclusion ; les noms de caractérisation comme rôle, caractéristique ; les noms de relation logique comme lien, rapport, effet, influence (Tutin, 2007 : 285).

Ces sept classes constituent la première étape du classement des collocations Nscientifique + adjévaluatif.

Bibliographie :

– Chiss, J.-L., Filliolet, J., & Maingueneau, D. (2001). Introduction à la linguistique française. Tome I. Notions fondamentales, phonétique, lexique. Paris: Hachette.

– Tutin, A. (2007). Traitement sémantique par analyse distributionnelle des noms transdisciplinaires des écrits scientifiques. In Actes de la 14ème conférence annuelle sur le Traitement Automatique des Langues Naturelles. Toulouse, France. Consulté à l’adresse http://pro.aiakide.net/publis/2011TALNPaper-Falaise-Tutin-Kraif.pdf

Yujing JI

M2 Didactique des Langues spécialité 1 option A

More Posts

Les approches discursives de la culture-civilisation dans l’ouvrage LES DIMENSIONS CULTURELLES DES ENSEIGNEMENTS DE LANGUE

Dans le dernier chapitre de l’ouvrage Les dimensions culturelles des enseignants de langues, BEACCO lance des réflexions innovatrices sur les approches discursives de la culture-civilisation. Il souligne avant tout la relation entre la langue d’une communauté et sa culture, en considérant la langue comme un phénomène culturel. Il pense que tout type de lexique porte son identité culturelle. Étudier le langage aide l’apprenant à développer à la fois leur compétence langagière et culturelle. De plus, selon Beacco, il est possible de construire une méthodologie d’enseignement de culture-civilisation fondée sur la matière verbale, celle de discours. Donc dans le deuxième temps, il présente des multiples types de discours qui sont susceptibles d’influencer la modélisation des représentations sur le plan langagier, cognitif et culturel chez les apprenants. De ce fait, nous allons, à partir de ce deuxième point, étudier des stratégies dans l’enseignement culturel.

  1. La reconnaissance de la diversité du discours social

Selon Jacques Jenny, la classification du discours social contribue à produire, circuler, évoluer et articuler des pratiques sociales et les représentations collectives. Sept types de discours sont mis en page dans l’ouvrage de BEACCO. Le premier est les discours didactiques, qui concerne celui de l’enseignant et celui des manuels de langue. L’auteur pense que le discours de l’enseignant constitue la première forme discursive du savoir social. Les représentations qu’il produit ont une forte influence chez l’apprenant, mais il reste le plus méconnu. Quant au discours des manuels des langues, l’auteur pense que l’analyse ample et précise du discours culturel dans des manuels des langues conduit facilement à épingler à des approximations ou à des simplifications parfois curieuses.

Les discours de témoignage des acteurs sociaux interviennent aussi en classe de langues. Ces sujets sociaux sont souvent le témoin d’un événement, leur propos est donc proche de l’événement. Mais vue que l’affectivité portée sur le discours à la première personne, ce type de discours est donc susceptible d’aller au-delà du contenu explicite.

Le troisième est les « discours » de l’art et de la littérature. « La connaissance que la production artistique produit sur une société doit être tenu pour témoignage “pertinent et ambigu” à la fois (Vovelle, 1982) ». Cette production artistique peut être les chansons, les films, les arts plastiques et la littérature. Elle est prestigieuse et irremplaçable pour refléter la société.

D’autres discours sociaux sont respectivement les médias de masse, les sondages d’opinion, les rapports officiels et les discours des sciences sociales.

2. La typologie plus élaborée des discours sociaux

Vu que la catégorisation du discours social présentée ne force pas la nature ou ne fait pas de simple prétextes interchangeables à des activités pédagogiques, l’auteur propose donc, une méthodologie plus élaborée par rapport à l’enseignement culturel. Il distingue les discours en quatre types. 1) Les textes expositifs et non expositifs. Les textes expositifs désignent ceux qui constituent « des bilans systématiques de réalités sociales, des analyses suivies et ordonnées qui, (…) ont une forte prévisibilité formelle ou sémantique. » ; 2) les discours sociaux allusifs ou explicites. D’après Beacco, « tout document (…) qui ne joue pas sur la connivence entre le producteur et le récepteur est culturellement plus facile à interpréter que d’autres, au moins au niveau superficiel. » 3) la densité culturelle (la représentation complexe ou raréfiée de la réalité sociale) ; 4) l’interprétation de l’observable (le caractère interprété ou brut des données sociales).

Suite à ces différents discours sociaux, l’auteur pense que l’on peut réaliser un enseignement culturel par : « faire passer les apprenants de leurs représentations initiales, fermées ou spontanément affectivisées (compactes, raréfiées et brutes) à une prise de conscience la complexité des cultures-civilisations par la mise en place d’une compétence de repérage dans un milieu étranger non familier, au moyen de pratiques d’observation et de découverte prenant appui sur des documents issus des différentes formes discursives du savoir social, sollicités en classe en fonction de leurs caractéristiques cognitives et linguistiques. »

Références:

BEACCO Jean-Claude, Les dimensions culturelles des enseignements de langue, Hachette livre 2000.

Yiheng WANG

Étudiante ayant obtenue sa licence des Lettres Modernes à l'université de Limoges et actuellement en master 2 Didactique du Français Langue étrangère à P3, spécialité 1 , option A.

More Posts