Archives de catégorie : journées et colloques

« Vivre une expérience » – John Dewey

Normalement ce qui assiste à un colloque commence avec l’écoute des communications et ensuite des débriefings autours des thèmes abordés pendant le colloque. Néanmoins, le 8 décembre 2016 vers 17h je venais de passer un partiel à la Sorbonne Nouvelle. Toute la journée, j’avais le programme du colloque international prévu le 8 et 9 décembre 2016 intitulé « Vivre une expérience : L’œuvre de John Dewey. Pour penser/enseigner les langues et les littératures » dans mon sac. Dès que j’ai fini le partiel, j’ai consulté le programme et remarqué que j’avais du temps pour une visite libre au Palais de Tokyo. Après avoir trompé de 3 endroits j’ai finalement trouvé le bon endroit. J’ai attendu avec impatience mes camarades, mais c’était que mon amie et moi qui ont rencontré notre professeur Monsieur Serge Martin. Nous étions tous assis à la table pour le diner. C’était comme le colloque a commencé en sens inverse. Le diner qui a dû être à la fin du colloque, a fait commencer le colloque pour moi. C’était une excellente occasion de découvrir un nouvel endroit. Je n’étais pas au courant de ce restaurant ni cet endroit.

Le 9 décembre, après avoir un cours à la Sorbonne Nouvelle, je suis allée assisté la seconde partie du colloque. Un doctorant à Paris 3, Raphael Costa Mendes a fait une présentation sur Dewey et Meschonnic : traduire comme expérience vers 11 h30. Dans cette présentation il a abordé le sujet de traduction d’abord selon Meschonnic et puis selon Dewey. Il a donné des références du livre « Pour la poétique » (édition 1973) d’Henri Meschonnic. De plus, il a parlé de l’oralité comme opposition de rythme. Ensuite il a parlé de l’expérience en citant des exemples du livre « Art comme expérience » (édition 1934) de John Dewey.

La deuxième communication était par Marina Krylyschin intitulé « Avec Dewey, l’expérience esthétique au détour de sa verbalisation ». Krylyschin nous a montré des images d’un manuel. Concernant cela, elle a abordé les thèmes de l’exposition des images, les commentaires autour des images, l’usages des noms particuliers pour décrire les réactions autour ces tableaux.

A 12h15 on a eu un compte rendu risqué. Je trouve que c’était une idée innovatrice. On a fait un débriefing en petits groups. Cela nous a donné occasion de partager nos réflexions sur ce qu’on venait d’écouter.

A 13h nous sommes allé déjeuner.

L’après-midi était animé par Madame Muriel Molinié. Monsieur Jean-Christophe Sampieri nous a présenté « Expérience des modernes, expérience des classiques : Dewey et les Lumières » Dans cette communication, Monsieur Sampieri a exprimé la notion d’expérience par rapport à John Dewey ainsi que par rapport à Fénelon avec son œuvre « Les aventures de Télémaque » et Prévost avec son œuvre « Manot Lescaut ». Ce qui m’a interpellé par cette communication était la diversité des expériences abordées. Télémaque était aidé par son Mentor et Chevalier de Grieux par Manot Lescaut. C’était intéressant d’avoir une vision de l’expérience présenté par des œuvres classiques.

A 14h30 il a eu deux ateliers. Le premier par Sonia Delmas (Paris 3) « Penser/enseigner la culture en cours de FLE : vivre une expérience démocratique-esthétique. Le second atelier était « Dewey, Meschonnic : la lecture de Shelley comme expérience de la pensée » par Shungo Morita. Pour sa communication Sonia Delmas a pris le cas des apprenants japonais qui ont travaillé sur le poème « Aube » de Rimbaud. La première expérience qu’elle nous a montré était lié à la reformulation de ce poème en décrivant le lever du soleil en un endroit précis. Delmas a fait ressortir la motivation des apprenants japonais concernant de FLE en nous montrant les réponses de ces apprenants. La façon dont les apprenants avait personnalisé le poème de Rimbaud a retenu mon attention. C’était remarquable.

Vers 16h on a eu un autre petit débat entre nous concernant nos réponses et réflexions. Après une discussion de vingtaine de minutes, on est arrivé à la fin du colloque. Un jour très bien passé.©

Javeria

Etudiante en M2 Didactique de Français Langue Etrangère, Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Colloque – L’enseignement des langues et des cultures en tandem dans l’enseignement supérieur ou secondaire (ALCTES)

Les 23 et 24 mars 2017 se tiendra un colloque sur le thème de l’apprentissage des langues et cultures en tandem dans l’enseignement supérieur ou secondaire.

Les communications de ce colloque concerneront les axes suivants (ce qui peut vous donner un petit aperçu) :

« L’évaluation : Qui évalue quoi et comment ? Evaluation des apprentissages linguistico-culturels et/ou des dispositifs eux-mêmes ?

Les ressources  pédagogiques (manuels, documents de support, carnets de bord, livrets, etc.), techniques (Centre de Ressources en Langues, TICE, Visioconférence, etc.) et humaines (professeurs, conseillers, etc.)

La formation : formation des étudiants, des professeurs impliqués, tuteurs et conseillers

L’environnement d’apprentissage : dynamiques interactionnelles et d’apprentissage en tandem à travers différents environnements plus ou moins technologiques. Synergies possibles entre l’échange Tandem et le lieu où il se déroule, viabilité/pertinence de la dichotomie Tandem présentiel/Tandem à distance. »

 

Pour plus d’informations sur ce colloque et pour prendre connaissance du programme : http://www.univ-paris3.fr/l-apprentissage-des-langues-et-cultures-en-tandem-dans-l-enseignement-superieur-ou-secondaire-alctes-tandem-language-and-intercultural-learning-in-higher-or-secondary-education-settings-388713.kjsp?RH=1236178100008

 

Pour s’inscrire (gratuitement) au colloque (fin des inscriptions : 10 février 2017) : http://boutique.univ-paris3.fr/alctes/index.php?id_product=74&controller=product&id_lang=5

Johanna Clausse

Diplômée d'une licence de coréen et d'une licence de didactique du FLE. Actuellement étudiante en Master 2 de didactique du français langue étrangère et langues du monde.

More Posts

L’écoute : une compétence puissante

L’écoute. L’écoute fait référence à l’ouïe. L’ouïe fait partie des cinq sens du corps humain. L’écoute est une compétence le plus importante et merveilleuse. Le bébé qui est dans le ventre de sa mère ne voit rien, il sent rien, mais il écoute. Il écoute la voix de sa mère. Il la reconnait en l’écoutant. Quand on chante, on doit écouter bien le rythme pour savoir où commencer. Pareil est le cas lorsqu’on dance. Les grands danseurs du monde ne manquent pas du tout le rythme de la chanson/musique. Il écoute bien les changements dans les rythme et coule avec eux.

L’écoute s’ouvre à un monde d’imagination. Lorsqu’on écoute, on commence à peindre des images, des personnages, des couleurs, des mouvements dans notre esprit. On entre dans un nouveau monde grandiose. On crée. On est des créateurs. On peut créer tout. Tout est possible.

C’est bien connu que d’écouter de la musique diminue la stresse. Les enfants veulent toujours qu’on les lit des histoires avant qu’ils dorment. C’est l’envie de l’écoute. L’écoute nous mène d’une expérience physique à une expérience métaphysique.

Quand j’étais petite, ma sœur et moi écoutaient des chansons sur la radio ainsi que des animateurs radio. Nous imaginions toujours leurs traits physiques par leur voix. Nous écoutions attentivement leur voix, leur parole, leur rire. Même lorsqu’ils souriaient, nous le savaient. Les changements dans la voix – donc tout ce qu’on ne remarque pas quand on est train de parler face à face de quelqu’un. Ma mère travaillait pendant 20 ans dans la radio. Elle recevait des lettres de tous les côtés du monde dans lesquelles on a admiré sa voix. C’est fascinant, c’est fascinant de connaitre quelqu’un que par la voix.

Lorsque d’enseignement de français langue étrangère, ce que j’ai remarqué est que les apprenants aiment mieux les activités d’écoute. Pendant un cours d’été pour les apprenants de l’âge 11 à 14, les apprenants ont vite mémorisé toutes les paroles des chansons françaises que j’ai utilisé pendant le cours. C’était un peu surprenant pour moi parce que c’était leur tout premier cours de français. Même chez les adultes, j’ai remarqué, que les activités concernant l’écoute sont plus appréciées et ces activités ont un bon résultat en comparant aux autres activités concernant d’autres compétences.

Concernant le sujet d’écoute, le 16 novembre 2016 a eu lieu une journée d’étude intitulée « Expériences d’écoute » à la maison de la recherche, 4 rue des Irlandais, salle Claude Simon.

A 9h du matin, Valerie Spaeth, qui est la responsable du master « Didactique des Langues » et directrice du DILTEC, a ouvert le colloque.

Ce qui m’intéressait était la communication-atelier de Serge Martin, Paris 3, intitulé « L’écoute de ce qui ne peut s’entendre ». J’ai trouvé cet atelier très animé. On a dû lire une page d’un livre et donner un titre. Ensuite, nous avons tous collé les papiers sur le mur. C’était un collage très divers sur le mur. On a tous lis notre titre et ce qui est digne d’intérêt était de remarqué la diversité des titres selon la diversité des gens présents à cette journée. Ensuite, dans les groupes de trois, on a créé notre propre écriture de quelques lignes en reliant 3 textes. On a tous présenté notre rédaction et encore c’était intéressant d’écouter la formulation des autres.

Ensuite, une autre communication-atelier captivant était celle de Muriel Molinié de Paris 3, intitulé « L’écoute avec le récit de vie ». En binômes, un qui était le communicant, l’autre le communiqué (et vice versa), on a fait une activité où le communicant dirige les actes sans parlé et le communiqué lui suit (et vice versa). Ce qui m’a paru fascinant dans cette activité était qu’on a communiqué sans la voix. On a « écouté » l’un et l’autre sans dire quelque chose.

Après, il y a eu une rencontre-débat avec Malika Ferdjoukh qui était animé par Serge Martin vers 11h. Malika Ferdjoukh est un écrivain français de la littérature jeunesse. C’était très enthousiasmant à écouter ses points de vue sur les sujets et thèmes de ses œuvres, sa façon d’écriture et ce qui l’a inspiré au début et pendant sa rédaction.

A midi, on est allé prendre une pause déjeunée.

A 13h30, on a témoigné la conférence-atelier de Ivan Jimenez Garcia (maitre de conférences en espagnol à Créteil-Paris-est et chercheur en danse et littérature) animée par Nathalie Borgé (Paris 3). Les activités liées aux rythmes, l’écoute et l’action m’ont fascinées. Garcia a distribué des formes en papier, et il a demandé deux personnes a chanté une comptine. Une personne a chanté en espagnol, et ceux qui avait la forme des oiseaux avait dû bouger le papier selon le rythme de la comptine. Ensuite Garcia a demandé une autre personne a chanté dans une autre langue, et ma chère amie m’a encouragé de chanter en anglais. Et voilà, la première fois à Paris devant beaucoup de gens, j’ai chanté « Baba Black Sheep » en me sentant très enfantin à ce moment-là.

Vers 14h30, Carla Campos Cascales (Paris 3) et Charlotte Guennoc (Paris 3) ont animé une table ronde-atelier sur le thème de « Ecrire un mémoire, une expression d’écoute ? » avec des M2 de la promotion 2015-2016 : Shiman Jiao (M2, spé 1), ; Amal Khaleefa (M2, spé 1) ; Thais Poisson (M2, spé 2) ; Virginie Verhaeghe (M2 Distance). Cette table ronde a prouvé avantageux en ce qui concerne les anciens M2 et leur expérience avec l’écoute. Evidemment, tout au long de ma cherche pour mon sujet de mémoire j’ai écouté. J’ai écouté des thèmes et sujets abordés pendant les cours, les colloques, les débriefings, afin de procurer un sujet de mémoire.

A la fin de cette journée extraordinaire, on avait occasion de voir un théâtre partagé avec de la compagnie « Nous n’irons pas plus loin » (une des onze compagnies parrainées dans le dispositif Acte & Fac 2016-2017 en Sorbonne Nouvelle) autour de La nuit juste avant les forêts de Bernard-Marie Koltés : recréation avec Simon Copin (acteur), Simon-Elie Gallibert et Charlotte Guennos (metteurs en scène). On a écouté ce théâtre dans le noir. Je veux rebondir sur ce que j’ai déjà précisé au début, que pendant l’écoute de ce théâtre, je me suis mis en imaginant chaque mot, action, ambiance et description dont parlait Simon.

C’était une journée très révélatrice.

Javeria

Etudiante en M2 Didactique de Français Langue Etrangère, Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Compte rendu Colloque DILTEC 2016

Voici un petit récit qui retrace mon expérience du Colloque DILTEC 2016. Le colloque intitulé « Ethique et responsabilité pour la didactique des langues au XXIème siècle » a eu lieu le vendredi 21 (de 9h à 18h) et le samedi 22 octobre (de 9h à 13h30) 2016 dans les locaux de la Sorbonne Nouvelle. C’était la première fois que j’ai assisté à une conférence ici à Paris. De plus, quelques intervenants étaient venus ailleurs que la France aussi, plus précisément l’Université de Mohammedia, l’Université de Tunis et l’Université di Macerata. Les intervenants locaux venaient des universités prestigieuses de la France à titre exemple l’Institut Pasteur, l’Université Jean Monnet et la Sorbonne Nouvelle parmi d’autres.

C’était mes professeurs qui ont mentionné le colloque et les utilités qu’il peut porter pour nous aider à notre choix de sujet de mémoire de M2. De plus, on a dû écrire un compte rendu du colloque. La veille du colloque, j’étais très enthousiasmé pour le lendemain. J’ai choisi un carnet pour prendre les notes, j’ai vérifié que la batterie de mon portable était bien chargée et j’ai confirmé le chemin de chez moi jusqu’à 14 rue Cujas sur un appli.

Le vendredi j’étais dehors la Sorbonne Nouvelle à 8h45. J’ai rencontré d’autres camarades et nous sommes entrés à 8h 50. J’ai montré ma carte d’étudiante à la porte et je suis entré dans les locaux.

-« Uhh Monsieur, on doit aller où ? »

-« Oui c’est à gauche et puis tout droit, ensuite vous prenez les escaliers et c’est le 1er étage à gauche»

-« uhhhhhhh d’accord merci beaucoup »

C’était la première fois que je suis entré la Sorbonne par 14 rue Cujas pour aller à l’Amphithéâtre Durkheim. Cela me parait un labyrinthe. Je ne suis pas du tout bon lorsqu’il s’agit des directions. J’ai apprécié ce labyrinthe fabriqué de bois d’un couleur parfait du chocolat. On aurait dit qu’on marchait dans les sentiers d’histoire vers un sommet de la connaissance et sagesse. Le moment où je suis entré dans l’Amphithéâtre Durkheim, j’étais fasciné par la grandeur de la salle et du fait que tout était fourni du bois.

A 9h a commencé la conférence de Jean-Pierre Changeux intitulé « Vers une neuroscience de la personne humaine ». Jean-Pierre Changeux est un neurobiologiste très connu qui travaille sur le système nerveux et les fonctions cognitives. J’étais émerveillé par son conférence. Les rapports entre la neuroscience et les cognitions linguistiques étaient un aspect de la science sur lequel je n’ai jamais réfléchi. A ce moment-là, j’ai pris la résolution de rédiger mon mémoire sur ce thème.

A 10h15 nous sommes tous allés à Saint Jacques pour prendre une collation. Et voilà, devant moi était la deuxième spécialité de la France que j’adore : les pains au chocolat et les pains aux raisins. L’ambiance de Saint Jacques était complètement transformée des locaux où les étudiants venaient chaque jour, assistaient aux cours et partaient, à un endroit où tout le monde discutait leurs réactions autour du colloque et les conférences qu’ils assisteront plus tard.

J’ai choisi la salle V où Javier Suso Lopez a présenté « La dimension éthique dans la didactique éthique dans la didactique du FLE : bref parcours historique » à 10h45. Dans cette communication, Lopez nous a montré l’enjeu entre éthique et responsabilité de XVI à XIX siècle. Pendant ces siècles on examinait le métier de professeur du français. De plus Lopez a abordé les thèmes de la langue française elle-même, ce qui ça veut dire en fait d’être enseignant de français, les qualités d’un bon enseignant, la méthode et la liberté qu’on a lorsque l’application de cette méthode d’enseignement du français. Finalement les responsabilités d’un enseignant et un étudiant.

La deuxième communication à laquelle j’ai assisté était celle de Florimand Rakatoenelina « Pour une éthique des textes et des discours médiatiques en classe de langue : questionnements, choix et engagements. » Dans cette communication Rakatoenelina relie le thème d’éthique aux discours médiatiques. Il a analysé les formes langagières des discours médiatiques pour éviter des raccourcis culturels.

A 11h45 j’ai assisté à la communication de Cécile Bruley, Mariela De Ferrari et Branislav Meszaros, « De l’analyse de l’expérience à la professionnalisation des enseignants. Quels enjeux, quels principes, quels périmètres en formation initiale en Master FLE.» Ces trois chercheurs projettent l’éthique comme un système de valeurs et la philosophie de la morale. Ensuite étaient présentés les types d’ethnique, les exemples de posture déontologique des enseignants. Suivant le modelé de Lopez, ces intervenants ont aussi présenté les responsabilités au niveau de l’individu ainsi que de l’institut de formation.

Toujours dans la même salle, à 12h15 j’ai participé à la communication d’Amélie Leconte « Politologie linguistique scolaire et didactique des langues : d’un rapport épistémologique à une éthique des pratiques ». Cette communication a abordé la notion de la politologie linguistique surtout ses notions théoriques au sein d’un organisation de formation. A travers ces théories, Leconte a mis en regard les notions de l’ethnique et la responsabilité dans le domaine de la didactique des langues

A 13h on a eu une pause d’une heure et demie pour un repas. Mon amie et moi sommes allées manger une bonne cuisine chinoise.

A 14h30 le table ronde « Une didactique des langues » éthique et responsable » animé par Margeret Bento, Olivier Lumbroso et Jean-Paul Narcy-Combes à l’Amphithéâtre Durkheim s’est articulé autour du thème d’éthique en Didactique des langues. De plus, la distinction et la contradiction entre l’éthique personnel et l’éthique comme notion générale dans l’enseignement des langues était également traité. Evidemment, les intervenants étaient de bons amis et c’était vraiment très intéressant de témoigner des petites blagues entre eux.

On a eu notre prochaine pause à 15h30 à Saint Jacques. A ce moment-là, j’ai reçu la réponse de la raison pour laquelle on a eu beaucoup de petites pauses pendant le colloque : j’avais très faim. C’est fatiguant d’assister à un colloque, même si on est là que pour écouter.

La prochaine communication qui a retenu mon attention était à 16h, animé par Myrium Abou-Samra, Myriam Abouzaid, Cecile Bruley parmi d’autres « Formation d’enseignants en devenir en M1 : entre prescription et accompagnements ? ». Ce colloque a abordé la notion des productions écrites réflexives des apprenants FLE. Les chercheuses impliquées dans cette communication ont montré les extraits des corpus, suivit par la tendance des apprenants. Cette communication m’a beaucoup plu parce que cela m’a rappelé de mes cours de M1.

A 17h la communication par Brahim Benberkane, Gratianne Richer-Onate et Magali Ruet intitulé « Devenir chercheur : itinéraires plurilingues, dialogisme et politique » a eu lieu. Si je ne me trompe pas, ils étaient les doctorants. L’étude de ces chercheurs a mis en regard les sociobiographies des chercheurs, des difficultés rencontrés et la place pour la réflexion dans le domaine de la recherche.

Le soir je suis rentrée exceptionnellement fatiguée. Je n’avais la moindre idée qu’assister à un colloque pourrait être si épuisant.

Samedi 22 octobre, le colloque a commencé à 9h par la communication de Martine Pretceille « De la didactique des langues à l’éthique de l’altérité et de la diversité ». L’intervenant a parlé également de la didactique des langues mais avec son lien à la culture qui se situe entre les notions opposées d’éthique d’altérité et celle de la diversité.

Ensuite, la communication qui me semblait très captivant était en salle M à 10h15 par Mathilde Anquetil intitulé « Portfolois et profils de l’enseignante des langues, de la prise de conscience des dimension éthiques de la profession au formatage d’une éthique sous contrainte. ». Cette communication a tracé des réflexions sur des valeurs de la profession dans le processus de formation. Elle a fait une analyse du discours et dimension sociale des documents.

Grace Ranchon « Penser le genre en classe de langue : un projet éthique à construire ». Ranchon a examiné attentivement les outils de la didactique comme vecteurs de rapports de pouvoir : appel à « penser le genre » et les obstacles d’un « projet genre » dans la didactique des langues. Ranchon a examiné quelques manuels afin d’étudier les rapports sociaux de sexe dans une classe d’une langue.

Il y a eu une pause à 11h15 pour nous revigorer.

A 11h45 Nathalie Borgé s’est interrogé sur l’« Ethique et responsabilité dans l’encadrement de la formation professionnelle en didactique des langues». Elle a étudié les taches d’un conseiller pédagogique. Ensuite elle a présenté sa recherche de 66 textes écrits par des étudiants, des rapports de stage ainsi que des questionnaires afin de faire une conclusion sur les qualités du conseiller pédagogique attendu par les étudiants interrogés.

Enfin il y a eu la dernière communication du colloque à 12h15. C’était la table ronde 2 « Une didactique des langues éthique et responsable » animé par Veronique Castellotti, Joachim Dolz, Geneviève Zarate et Serge Martin. Pendant cette table ronde, les enseignants qui ont fait partie ont interrogé sur des définitions d’éthique, responsabilité et la déontologie. De plus, l’axe centrale de cette communication a tourné autour de deux questions « A quelle conditions les concepts d’éthique et de responsabilité peuvent-ils migrer vers la didactique des langues ? Au service de quels débats et quelles situations ? »

Le colloque a pris fin vers 13h30. Ensuite, étonnamment, il y a eu un buffet pour tout le monde. Au premier temps, j’ai pensé que c’est que pour les professeurs, mais c’était également une bonne expérience de partager un repas avec les intervenants.

Ce colloque m’avait donné plusieurs idées pour mon travail étant que chercheuse dans le domaine de didactique de FLE. Je suis contente d’y assister.

Javeria

Etudiante en M2 Didactique de Français Langue Etrangère, Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Colloque 22 octobre 2016

C’était 11:45 du matin dans la salle V. Il y avait une vingtaine de personnes. Arnaud PANNIER, ambassade de France au Maroc, a commencé son exposé qui s’intitulait La définition contemporaine du projet francophone : la responsabilité comme inscription dans la modernité.

Il s’agit de trois aspects : la définition de l’identité francophone; les pays et les régions sur lesquelles s’effectuent la responsabilité politique francophone; la notion de légitimer de la responsabilité politique de l’Etat.

La question de l’identité linguistique et celle de la politique linguistique me paraissent très intéressantes. Les politiques linguistiques servent de support pour construire une identité orientée.

En général, la langue maternelle établit les repères nationaux. Contrairement à l’enseignement de la langue nationale, l’acquisition des langues étrangères rend possible une voix plurielle. Dans cette voix plurielle, se manifeste une diversité linguistique. Il s’agit d’une déconstruction de l’identité linguistique.

En outre, l’appropriation des langues étrangères rend possible un regard vers l’autrui ainsi qu’une reconstruction de l’identité. La question de l’identité concerne non seulement la compétence linguistique mais aussi les connaissances culturelles.

Jiaxing ZHOU

2016-2017 Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3 Spécialité: Didactique du français langue étrangère M2

More Posts

Follow Me:
Facebook

Le FLE/S dans tous ses états : dialogues avec Louis Porcher

Le colloque s’intitulait Le FLE/S dans tous ses états : dialogues avec Louis Porcher s’est déroulé le 4 et le 5 novembre 2016 dans la salle Louis Liard et Amphi Durckheim à la Sorbonne. J’ai assisté aux séances entre 10: 20 et 12: 20 le 5 novembre. C’était un samedi. Nous étions dans la salle Amphi Durckheim. Ils étaient nombreux les professeurs et les jeunes chercheurs qui étaient regroupé par l’esprit de Louis Porcher.

J’étais impressionnée par deux idées proposée par Laurence Garcia. Elle a prononce un discours autour de la Méthodologie de l’enseignement du FLE : mille supports et un. Selon Laurence Garcia, « apprendre c’est faire la cuisine ». C’est une proposition intéressante. Le processus d’apprentissage ressemble à une préparation de la fête gastronomique. Pour mieux faire la cuisine, nous avons besoin des matières ainsi que des outils. En outre, en ce qui concerne la question de l’interculturalité, il est de grande importance de « prendre en compte la diversité de “ je ” et la complexité de  “tu” ». L’idée essentielle consiste en connaître le moi et les autres . Cela nous permet d’être soi-même et même être d’autres à l’aise. Cela me rappelle le rôle d’accompagnement des enseignants. L’objectif de formation ne consiste pas à former les apprenants. L’importance est consiste à initier la diversité de leur personnalité et developper un projet personnel.

Je suis impressionnée également par la séance prononcée par Valérie Lemeunier au sujet de Le jeu, un outil pédagogique au service de la motivation. Tout d’abord, elle a mis en évidence le rôle positif du jeu en didactique. Ensuite, elle a montré le passage du jeu à l’activité ludique en présentant les activités ludiques projetées et effectuées dans l’enseignement du FLE. En outre, la différence entre le jeu et les activités ludiques a été mise en lumière. Elle a pris conscience de la spécialité de la nouvelle générations qui sont adeptes d’écran et proposé de créer des jeux en travaillant la partie numérique. D’ailleurs, il était préférable que les jeux soient interactionnels. D’une part, il est important de rendre l’apprentissage ludique. Le jeu est un outil bénéficiaire. D’autre part, il est nécessaire de prendre conscience la place du jeu dans l’apprentissage. Le jeu est un support et non pas un objectif. L’activité ludique est destinée à favoriser la transposition didactique.

programme-colloquefledstoussesetats-nov-2016

Jiaxing ZHOU

2016-2017 Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3 Spécialité: Didactique du français langue étrangère M2

More Posts

Follow Me:
Facebook

Demi-journée d’étude : Approches postcoloniales et décoloniales de la culture


15542229_10154279502855914_1217746419406190867_n
A l’occasion de la sortie de l’ouvrage Matérialismes, culture et communication, la 
Maison de la recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 organise une journée d’étude sur les approches postcoloniales et décoloniales de la culture. 

L’événement aura lieu au 04 rue des Irlandais, dans le 05ème arrondissement, salle Athéna.

Voici un lien vous permettant de prendre connaissance de la programmation:

https://www.facebook.com/events/1493244957367421/

J’ai déjà eu la chance d’assister à une conférence de l’anthropologue Emmanuel Parent qui s’intéresse à la représentation du Noir dans la culture contemporaine et c’était passionnant. C’est pourquoi je vous recommande vivement d’y assister !

Beya Mehaouat

Etudiante en M2 Didactique des langues à Paris 3

More Posts - Website

Vivre une expérience L’oeuvre de John Dewey «Compte rendu»

Le 08 et 09 décembre 2016, à la salle Clade Simon de la maison de la recherche, s’est tenu le colloque international sur l’œuvre de JOHN DEWEY. Cette journée a été organisée par notre professeur SERGE MARTIN avec le soutien du DILTEC et de THALIM.

J’ai eu l’occasion d’assister à la journée du 08 durant laquelle j’ai rencontré des chercheurs issus de domaines de recherche divers. La journée a été ouverte par un mot de la part de MME VALERIE SPAETH, directrice du DILTEC, de Mr. ALAIN SCHAFFNER, directeur de THALIM.

En lien avec la didactique des langues (notre domaine d’étude), MME SPAETH a retenu deux citations de DEWEY dont la suivante que je trouve convaincante: « il faut concevoir une éducation comme une reconstruction continue de l’expérience ».

La matinée de cette journée a été animée par Mr. EMMANUEL FRAISSE, durant laquelle nous avons assisté à deux communications aussi intéressantes qu’enrichissantes : ces dernières ont une relation étroite avec l’œuvre de DEWEY, aussi bien sur le plan philosophique que sur le plan esthétique.

D’abord, nous avons assisté à l’intervention de Mr. MICHEL GOUVERNEUR, professeur et spécialiste en philosophie à l’université de Picardie, qui grâce à sa persévérance et son travail acharné pendant 30 ans,  a pu  traduire l’œuvre intitulée : « Expérience and  nature » ; Un ouvrage écrit par DEWEY à la fin de sa carrière en 1924 et suite aux quatre conférences qu’a données à la Fondation Barnes à CHICAGO. Les thèmes abordés au cours de ces conférences ont été développés et mises sur papier sous forme de livre.

Sa participation avait pour titre « de l’expérience … à l’inexpérience » en ayant comme objectif l’interprétation de « l’expérience » comme l’entend DEWEY. De ce fait, l’intervenant a choisi de procéder à trois approches :

  • Une interprétation du point de vue du traducteur.
  • L’apport particulier de l’expérience nature dans la gestion de la variation du sens d’un contexte à l’autre.
  • Les implications du caractère prototypique de l’expérience artistique comme base d’une redéfinition de l’éducation artistique.

La seconde communication était celle de  Mme NANCY MURZILLI, philosophe de l’université de GENES, sous le titre de « Pour une approche actionnelle du texte, de la lecture et de leur apprentissage en littérature ». De son coté, c’est son champ d’étude (la philosophie) qui l’a amené à travailler sur « DEWEY » dans ses recherches littéraires.

Elle a également participé à la traduction de l’œuvre « art and expérience », les écrits politiques de DEWEY ont, à leur tour, fait l’objet d’une révision de sa part ; un travail qui va paraitre bientôt sous forme d’un ouvrage.

A la fin de sa communication, Mme NANCY a voulu montrer son point de vue en tant qu’enseignante de langue étrangère en abordant les affinités entre la pédagogie de DEWEY et le CECRL qui se veulent assez fortes et dont les principes sont relatifs  à la pédagogie par projet.

Du point de vue du déroulement de la journée, ce que je tiens en particulier de ce colloque, en plus de son aspect de formation enrichissante, c’est l’organisation efficace et réussite de cette rencontre, faisant l’exemple d’une vraie expérience !

FODIL Hanane

Etudiante en master 2 didactique des langues et des cultures. Spécialité 01; option: recherche. Parcours: * Diplôme de professeur d'enseignement secondaire de langue française à l'ENS d'Oran (Algérie). * Master 1 Sociolinguistique et didactique du FLE à l'université François Rabelais de Tours.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Expériences d’écoute

Suite à une journée d’étude intitulée : « Expériences d’écoute » qui a eu lieu le 16 novembre 2016 à la maison de la recherche ((salle Claude Simon). Cette journée d’étude a été organisée par : Nathalie Borgé, Carla Campos Cascales, Charlotte Guennoc et Serge Martin ; comité scientifique: Emmanuel Fraisse, Olivier Lumbroso, Serge Martin, Muriel Molinié,Valérie Spaëth.
Honnêtement, j’étais fascinée par la partie du théâtre partagé que nous avons fait pendant le colloque avec la compagnie «Nous n’irons pas plus loin » (une des onze compagnies parrainées dans le dispositif Acte & Fac 2016-2017 en Sorbonne nouvelle) autour de La nuit juste avant les forêts de Bernard-MarieKoltès: re-création avec Simon Copin (acteur), Simon-Elie Gallibert et Charlotte Guennoc (metteurs en scène).
Cette expérience d’écoute m’a fait pensé à mon expérience personnelle en tant qu’enseignante du FLE, en fait j’étais une mise en scène pendant trois ans à l’Institut Français de Khartoum au Soudan (pendant le festival du théâtre étudiants) organisé par l’IFK, ce festival est adressé à toutes les universités soudanaises-départements du français. À la faculté de pédagogie, au département du français où je travaille, c’était le seul département qui n’a jamais participé au festival du théâtre, alors c’était un vrai défi pour moi de travailler avec des apprenants (niveau de A1 à B1) jamais exposés au théâtre. Pour les préparer au festival [trois mois de préparation avant le festival] et à partir d’un texte théâtral contemporain, nous faisons des séances de lecture expressive en insistant sur le poids des mots, l’importance des silences et des pauses. Cette lecture du texte avait des implications :
-corporelles et culturelles (posture, gestuelle, regard…etc)
– Phonétique, psychologique (concernant la confiance des apprenants)
– mémorielle (mémorisation des empans lus).
Cette pratique de lecture expressive avait beaucoup de bénéfices pour mes apprenants ; en effet elle les a permis de travailler certaines compétences associées à l’apprentissage d’une langue (ex : la production orale : il s’agit de la compétence la plus travaillée) non seulement au niveau de la prononciation, mais aussi concernant l’expression corporelle qui peut utiliser des codes différents de ceux présents dans la langue maternelle des apprenants et qui les a aidé à développer leur confiance en eux-mêmes.
Les objectifs visés de la lecture expressive c’était de faire acquérir aux apprenants certaines compétences, par exemple : les rendre capables d’articuler, de dire et d’utiliser leur corps pour dire, les rendre capables d’écouter l’autre. (écouter et se faire écouter) et sur tout développer leur confiance en eux.
Puisque c’était leur première expérience du théâtre, j’ai eu l’idée de leur projeter comme activité déclencheur, un film silencieux sans voix, où les personnages communiquent par des regardes, le film intitulé gratte papier de guillaume Martinez, il s’agit d’un court-métrage de huit minutes, dans ce filme les regardent parlent et s’expriment.
Dans ce court- métrage, Guillaume Martinez nous fait sentir la gêne et la maladresse avec lesquelles nos corps se frôlent, se frottent, s’évitent ou s’esquivent dans les transports en commun et précisément dans le métro où un jeune homme laborieusement installé, sort un livre et devient le centre des regards des passagers assis à ses côtés. Après, les personnes ont changé leurs regards, ils se concentraient autour d’une jeune femme qui vient de s’asseoir. La position du jeune garçon l’empêche de la regarder. C’est alors qu’il invente une possibilité d’échange avec cette personne : il forme des phrases en soulignant au crayon des mots du livre. La jeune femme se prend au jeu de l’échange insolite, jusqu’au moment fatidique où il lui faut partir. L’originalité de cet échange la conduit finalement à laisser à l’inconnu son numéro de téléphone. Le sourire vient éclairer le visage du jeune homme. Dans gratte-papier le jeune homme et la jeune femme ne se regardent pas directement. Assis côte à côte, ils dialoguent avec les mots soulignés sur les pages d’un livre. Le jeune homme tente d’apercevoir le visage de sa voisine, mais une mèche de cheveux le contrarie. Son désir se manifeste dans les yeux d’un tiers. Le pouvoir des regards révèlent lors du dialogue silencieux qui s’installe entre les deux personnages. Ce pouvoir s’effectue par la main qui souligne et le regard baissé de la personne qui lit le message. Par ailleurs, L’expression de la main (par exemple celle du jeune homme lorsque la jeune femme souligne les mots « je » et « par ») et la manière de souligner nous renseignent sur l’émotion des personnages.
Après la projection de ce court-métrage, les apprenants décryptent et interprètent les échanges de communication non-verbale entre les personnages du film, je leur ai demandé de produire en binôme une scène silencieuse où le corps et les regardent parlent et produisent des émotions pareil que dans le film avant de passer à l’oral. En fait, ils étaient très motivés à faire cette activité théâtrale, ils se sentaient même très à l’aise puisqu’ils allaient communiquer de manière non verbale. J’ai pris l’habitude de filmer les travaux des apprenants visant les évaluer, donc je leur ai projeté ce qu’ils ont fait, et quelle surprise ! ils étaient tellement impressionnés de leurs gestes et de leurs expressions du visage, ils étaient même fiers d’eux. Cette activité théâtrale les a beaucoup encouragé et même a fait développé chez eux un sens de communication entre eux et une passion pour le théâtre.

Sumaia ELGAMRI

Etudiante de Master2 Didactique du français et langues du monde.

More Posts

Follow Me:
Facebook

L’écho de l’écoute.. Cette voix !

ivan-ecouteLa notion de l’écoute est omniprésente dans la didactique des langues et demeure la pierre angulaire de toute action pédagogique. Se fixer comme objectif d’amener un public  d’apprenants à s’approprier la notion de l’écoute, notamment l’écoute active, n’est pas une mince affaire. En effet, parvenir à ce dessein stipule la réunion effective d’un ensemble d’outils susceptible dont favorise l’aboutissement. De ce fait, le souci qui doit animer tout enseignant est de s’ingénier à concevoir une manière de captiver l’attention de l’apprenant, de l’aider à développer cette capacité afin de réaliser la finalité attendue.

A la maison de recherche, on était là… En train de construire une, des écoutes !

C’est à cet endroit, et plus précisément la salle Claude Simon, où la journée d’étude «  Expériences d’écoute : Pratiques et théories en didactique des langues et des cultures »  a été organisée par Nathalie Borgé, Carla Campos Cascales, Charlotte Guennoc et Monsieur Serge Martin.

Mme Valérie Spaëth a inauguré cette journée centrée sur l’écoute. Ensuite, il y avait un échange sous forme d’ateliers de communication avec Mme Molinié et une rencontre-débat avec Malika Ferdjoukh durant toute la matinée.

Après la pause déjeuner, nous avons réactivé notre écoute avec Ivan Jimenez Garcia, professeur en danse et littérature et maître de conférence en espagnol à l’université de Créteil.

Muni de son sablier pour contrôler le temps, il a remercié d’abord le professeur Serge Martin pour son invitation qu’il estimait chaleureuse. Ensuite, il nous a demandé de nous mettre debout puis d’écouter un extrait d’une dance théâtrale et de dire trois mots qui résument ce qu’il évoque par rapport à l’écoute. On n’en a pas discuté que vers la fin de sa communication.

Ensuite, Il nous a fait part d’une réflexion importante sur l’écoute comme étant une intersubjectivité par les signes et par les langues que Roland Barthes dénomme « l’écoute de l’implicite et de l’inconnu ». Puis, il nous a parlé de l’apport de l’injonction dans la pratique de l’oral.

Ce qui était si impressionnant c’était son appel à notre participation dans des expériences d’écoute. Prenant l’exemple de la seconde expérience qui partait du principe suivant : Faire passer un paquet rempli de papiers de toute sorte (des pétales, formes d’oiseaux et du papier cadeau) et demander à quelqu’un de chanter en sa langue maternelle en faisant des mouvements avec ces feuilles. Deux participantes ont accepté de chanter des comptines en espagnol et en Ourdou. Le but de cette expérience était de mieux comprendre la notion de la corporéité qui rassemble le corps et sa dynamique.

Dans la même perspective, il nous a invités à vivre une troisième expérience d’écoute basée sur la marche à laquelle j’avais participé en compagnie de deux autres personnes. La règle du jeu était de marcher les trois, l’un derrière l’autre, se concentrant uniquement sur le bruit de ses pas. Les conclusions qu’il a pu tirer de cette expérience c’est que nous n’avions pas le même rythme de marche et qu’il n’y avait pas de synchronisation au niveau des mouvements.

De surcroît, on a assisté à la table –ronde avec les anciens étudiants M2, dont les uns sont à présent en cycle doctoral, portant sur la recherche et plus particulièrement sur l’écriture d’un mémoire et son rapport avec la question de l’écoute.

La journée a été clôturée avec un spectacle de théâtre partagé, présenté par l’acteur Simon Copin et Charlotte Guennoc,  où nous étions perdus dans les ténèbres absolues en continuant à suivre la voie de sa voix.  

Soukaina NAFIA

Étudiante en Master 2 de Didactique du Fle/Fls et Langues du monde à l'Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III.

More Posts

Pour ne pas oublier les carnets…

Chers carnettistes,

Jusqu’à présent, on a tous (ou presque tous) « ouvert » les carnets en s’appuyant sur la méthode de Bruno Latour. Il y en a qui sont déjà pleins de références, de notes, de citations, de questions, de rencontres, d’idées etc., d’autres moins. En tout cas, la fin d’année est là, donc le temps de jeter un coup d’œil dans nos carnets  et de résumer tout ce qu’on a fait, où on est et de bien préparer notre « sac de voyage » pour la rédaction de mémoire. Dans ce sens, je vous propose un aperçu des colloques, des conférences, des journées d’études et des séminaires à venir qui pourraient nourrir la réflexion sur les sujets divers (liés directement ou pas à nos sujets de mémoire ou à la pratique d’enseignement). Pour rester bien dans le rythme de ce semestre (beaucoup de colloques et de rencontres enrichissantes), je vous présente  ces événements dans l’ordre chronologique. Alors, prenez vos carnets dans les mains !

  1. Décamper, soirée de débat, projection et concert

À l’occasion de la publication du livre-CD Décamper en novembre, le Musée de l’histoire de l’immigration organise une soirée de débat autour des thèmes de l’exil et des politiques migratoires récentes. Étant donné que la migration a un impact fort sur les politiques linguistiques éducatives et sur la didactique des langues, ce sera une bonne occasion d’assister à ce débat pour ceux qui s’intéressent à ce sujet.

Les intervenants dans ce débat font partie des auteurs de cet ouvrage :

Michel Agier (ethnologue et anthropologue), Maryline Baumard (journaliste), Jean-François Corty (médecin).

Le débat sera enrichi par la projection du film de Sylvain George Nocturne Blanc-Chasseur.

Date : Vendredi 6 janvier 2017, 19 :30

Lieu : Le Musée de l’histoire de l’immigration

Adresse : 293, avenue Daumesnil 75012 Paris

Accès : gratuit

Plus d’informations : http://www.histoire-immigration.fr/2016/12/decamper

  1. Le FOS aujourd’hui : une démarche en pleine évolution

Pour ceux qui travaillent sur le FOS, une conférence de J.M. Mangiante aura lieu dans la salle Bourjac, à la Sorbonne.

Date : Mercredi 18 janvier 2017, 14 :00-16 :00

Adresse : 17 rue de la Sorbonne

Site : http://www.univ-paris3.fr/j-m-mangiante-le-fos-aujourd-hui-une-demarche-en-pleine-evolution-417516.kjsp?RH=1268219980647

  1. iLearning Forum Paris 2017

Pour tous les passionnés des technologies dans le domaine de l’apprentissage, cet événement est incontournable !

Ce salon propose les dernières nouveautés en matière d’e-learning et englobe des ateliers, des tables-rondes et des conférences. Une partie du programme est dédiée à l’apprentissage des langues et au monde de l’éducation. Dans cette optique, les thèmes abordés sont l’évaluation et l’accompagnement des apprenants, la pédagogie e-learning dans l’apprentissage des langues, l’éducation et l’innovation, la création du contenu etc.

Date : les 24 et 25 janvier, 9:00-18 :30

Lieu : L’espace Champerret de Paris, hall A

Accès : gratuit

Plus d’informations : http://www.ilearningforum.org/fr/2016/12/05/ilearning-forum-2017-transformation-digitale-de-formation-programme-de-plus-de-25-conferences-temoignages-demonstrations/

  1. Journée didactique : recherches croisées en collaboration avec le DILTEC

La journée organisée par l’équipe de recherche Sesylia (Semantics and Syntax – Language in Action) dans le cadre de leur séminaire 2016-2017.

Cette équipe mène les recherches sur la langue anglaise  en les croisant aussi avec la langue française et les autres langues.

Date : Vendredi 10 février 2017

Plus d’informations : http://www.univ-paris3.fr/seminaires-sesylia-2016-2017-135829.kjsp

  1. L’Apprentissage des Langues et Cultures en Tandem dans l’Enseignement Supérieur ou Secondaire (ALCTES)

Les communications de ce colloque international s’inscrivent dans les axes tels que l’évaluation, les ressources pédagogiques, techniques et humaines, la formation et l’environnement d’apprentissage. Dans le cadre de l’apprentissage des langues et cultures en tandem, les chercheurs traiteront les questions de l’autonomie de l’apprenant, de l’autoévaluation, des formes de soutien aux apprenants dans l’autoévaluation, le potentiel de ce type d’apprentissage etc.

Date : les 23 et 24 mars 2017

Lieu : Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

Accès : inscription gratuite pour les étudiants

Plus d’informations : http://www.univ-paris3.fr/l-apprentissage-des-langues-et-cultures-en-tandem-dans-l-enseignement-superieur-ou-secondaire-alctes-tandem-language-and-intercultural-learning-in-higher-or-secondary-education-settings-388713.kjsp

  1. L’hétérogénéité dans la classe de langue. Comment et pourquoi différencier ?

L’hétérogénéité dans la classe n’est plus rarissime. Bien au contraire. Cette diversité linguistique et culturelle touche tous les acteurs dans le processus d’enseignement-apprentissage des langues. D’une part, l’enseignant doit valoriser les profils plurilingues de leurs apprenants. D’autre part, l’apprenant a à reconnaître la singularité de son parcours langagier et de son origine. La gestion d’une telle classe se montre complexe. Elle exige une préparation et une organisation spécifique de la part de l’enseignant.

Cette journée vise à mettre en exergue le lien interdépendant entre la société et la classe de langue. Les communications tenteront de répondre à un questionnement concernant l’enseignant (comment gérer une classe hétérogène, que faire quand on a dans une classe des locuteurs natifs et non natifs d’une langue, quelles activités à faire etc.) et l’apprenant (comment tirer le profit bénéfique de sa différence pour tout le groupe, comment ne pas se sentir isolé dans sa différence etc.)

Date : Jeudi 11 mai 2017, 8 :30-19 :00

Lieu : Inalco

Adresse : 65 rue des Grands Moulins

Plus d’informations : http://www.inalco.fr/evenement/heterogeneite-classe-langue-differencier

En tant que carnettiste,  je vous souhaite une très bonne année, pleine de découvertes et que nos carnets soient pleins de nouvelles idées, de rencontres enrichissantes, des échanges et des réflexions!

Joyeuses fêtes à tous et à toutes!

 

 

 

 

 

 

 

Marija Apostolović

Étudiante en M2 DFLE, spécialité 1, option A Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

Être un être influencé susceptible d’influencer

Malgré la catégorie dans laquelle est placé ce billet, il ne s’agit pas vraiment d’un compte-rendu mais plutôt d’une rapide réflexion basée entre autres sur l’intervention de Dorra Bassi que j’ai eu l’occasion d’écouter à l’occasion du colloque « Éthique et Responsabilité pour la Didactique des Langues au 21è siècle » du 21 octobre. Grâce au caractère international de ce dernier, nous avons eu la chance de pouvoir bénéficier des recherches et des conclusions de cette professeure qui enseigne actuellement à l’université de Tunis et qui avait pour sujet d’intervention « Les Tabous et Dérives en cours de FLE : enseigner la civilisation en période de transition politique ».

Alors premièrement, c’est un sujet qui m’intéressait fortement puisque étroitement lié à mon ancien sujet de mémoire. Je pense que n’importe quel professeur ou étudiant se pose parfois la question de savoir ce qu’il est permis de dire et ce qu’il n’est pas permis de dire une fois passé la porte de la classe. En tant qu’élève qui possède une certaine conviction religieuse et qui étudie dans un pays laïc, je me suis posée cette question un nombre incalculable de fois. Et preuve que l’environnement éducatif dépasse le simple cadre de la classe, je me la suis à nouveau posée lors de la rédaction de ce billet.

Cependant, la question est bien plus délicate lorsque l’on se retrouve de l’autre côté du bureau et qu’on enseigne à des élèves, car le statut d’enseignant implique une lourde responsabilité qu’il est important de pointer du doigt. C’est ce qu’a très bien fait Dorra Bassi en nous rapportant deux de ses expériences avec des étudiants tunisiens ; public dont l’environnement et le contexte actuels sont fort propices aux tabous et aux conflits d’idées. Faut-il laisser l’actualité sensible à l’extérieur de la classe ou faut-il considérer qu’à la manière d’un cheval de Troie, cette actualité sera de toute façon inévitablement transportée et déversée au sein de la classe, et ce, sous diverses formes ?

Est-ce pour autant notre devoir en tant que simple professeur de langue et de culture ? N’est-ce pas user voire abuser de notre pouvoir d’enseignant que de risquer d’imposer son point de vue qui est lui-même influencé? L’intervenante a bien insisté sur l’attitude neutre à adopter. Il ne s’agit ni de sermonner ni d’encourager mais plutôt de réveiller les consciences, de remuer les idées et de considérer l’étudiant comme un être humain et non comme un robot dont la fonction « élève » lui permettrait de faire abstraction de son vécu le temps d’une leçon. J’ai été admirative de la façon subtile dont elle a su instaurer un certain détachement en utilisant l’histoire et la littérature françaises pour laisser ses apprenants tunisiens s’exprimer plus librement.

À vrai dire, il s’agissait de mon tout premier colloque et de la toute première intervention à laquelle j’ai assisté. J’ai donc été très interpellée par l’organisation de l’espace puisque manque de place (et de bol), je n’ai eu d’autres choix que de me placer debout au fond d’une salle remplie de monde, ce qui n’était pas sans rappeler les transports en commun que je venais tout juste de quitter et qui m’avaient d’ailleurs valu mon retard.

Quant à l’organisation temporelle, force était de constater que les interventions avaient chacune pris du retard et que Dorra Bassi devait faire vite, très vite. Malgré ces petits désagréments, je n’ai pas été déçue et je me suis tout de suite prise au jeu à la vue de tous ces étudiants et enseignants-chercheurs réunis pour la même cause, celle pour laquelle j’étais moi-même venue : s’enrichir des expériences et des recherches de chacun.

N.Kalidi

Étudiante en Master 2 de Didactique du FLE et Langues du Monde à la Sorbonne Nouvelle. Titulaire d'une licence d'Anglais & d'Allemand et d'un DU d'enseignement complémentaire du Français langue étrangère.

More Posts

Comment vivre une expérience par la lecture

Le colloque du 8 et 9 décembre 2016 avait pour thème vivre une expérience—l’oeuvre de John Dewey pour penser/enseigner les langues et les littératures.
Ce colloque m’a parue particulier parce qu’il a eu un lien étroit avec la philosophie et l’art. Lors du premier jour du colloque, nous avons pu avoir des connaissances sur l’art de la traduction dans des oeuvres de J. Dewey, l’expérience personnelle d’un professeur avec la peinture de Renoir « les enfants au bord de la mer à Guernesey », l’oeuvre de J.Dewey avec le rythme dans les films, J.Dewey et un collectionneur, J.Dewey et la poésie, etc..En tant personne n’ayant presque aucune connaissance en philosophie, il me faut admettre que c’est très dur à suivre toutes les communications. Quoi qu’il en soit, j’étais plus ou moins inspirée par un atelier concernant les enquêtes et les expériences de lecture. Cet atelier est organisé par une doctorante de M.Martin, qui est en train de rédiger sa thèse sur l’enseignement de la littérature au lycée en Espagne. Afin de prouver la contemporanéité et la continuité des pensées de J.Dewey dans le champs éducatif, elle emploie des théories de ce pédagogue dans trois oeuvres ( démocratie et éducation, art comme expérience et expérience et éducation ) ainsi que celle d’un professeur Annie Rouxel tout en combinant sa pratique dans un lycée espagnol.
Je me suis aperçue que dans le diaporama, elle a introduit un point de vue d’Annie Rouxel qui écrit dans son oeuvre : « la lecture ne se réduit pas à une activité cognitive et que le processus d’élaboration sémantique s’enracine dans l’expérience du sujet ». Pour faire vivre la littérature à l’école, M.Martin a écrit dans un de ses ouvrages: « la lecture n’a pas à être expliqué ou initiée mais vécue; la lecture ne sert pas à savoir mais à (se) connaître; il n’y a pas de progression en lecture, il y a des rencontres inoubliables et qui, oubliées, restent actives ». À mes yeux, ces deux arguments sont convergents vers un même chemin, c’est de mettre en situation les apprenants pour comprendre des textes même s’ils ne comprennent pas. Les lecteurs peuvent interpréter de leur propre façon un texte littéraire, cela s’applique au cours des théories littéraires, où nous avons appris des auteurs comme Parant,Yacine, Ghérasim, qui écrivent d’une manière extrêmement particulière, on ne sait pas ce qu’ils veulent précisément exprimer, le professeur ne nous demande non plus de travailler sur le sens du texte, mais tout au long du cours, on se trouve dans une expérience de lecture d’après moi, et  cette activité de lecture nous donne des pistes pour comprendre la valeur là-dessus. Par exemple, dans le poème Du vide et du plein, le poète écrit: « le vide vidé de son vide c’est le plein le vide rempli de son vide c’est le vide le vide rempli de son plein c’est le vide le plein vidé de son plein c’est le plein…le plein vide vidé de son plein vide de son vide vide rempli et vidé de son vide vide vidé de son plein en plein vide ». Avant, en lisant un tel poème, je me suis concentrée plutôt sur le contenu du poème et la mentalité du poète au lieu de découvrir le poème lui-même. Mais cette fois-ci, j’ai commencé à voir quelque chose d’autre : dans tout le poème, on ne voit jamais une ponctuation, les mots « vide » et « plein » se répètent à un certain ordre, les mots « vider » alterne avec « remplir », lors de la lecture, le lecteur ne voit presque que ces quatre mots, donc comment utiliser ces quatre mots pour composer un poème complet ? quel est le rythme ? dans quelle manière je peux et je veux lire ce poème ? comment mes camarades le lisent  ? puis-je utiliser les mots « bien » et « mal » pour créer un tel poème? Ces sont des questions que je me suis posée pendant la lecture. D’après ma compréhension sur la notion de « l’expérience », l’activité que j’ai fait en ce cours est en fait une expérience réelle sur la lecture littéraire.

Yiheng WANG

Étudiante ayant obtenue sa licence des Lettres Modernes à l'université de Limoges et actuellement en master 2 Didactique du Français Langue étrangère à P3, spécialité 1 , option A.

More Posts

Actes de la journée du 16 novembre : expériences d’écoute

Expériences d’écoute en didactique des langues et des cultures (actes de la journée du 16 novembre 2016)

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Une voie pour la réussite de l’écrit universitaire en FLE: la compétence phraséologique

Colloque 25/26 novembre 2016: repenser le figement: enjeux et perspectives en phraséodidactique des langues.

J’ai l’occasion d’assister au colloque s’articulant en particulier sur la phraséodidactique, ce qui n’est pas le cas comme avant où les recherches sur la didactique de la phraséologie n’occupent qu’une très petite partie dans les autres colloques.

Je voudrais noter ce que je trouve très intéressant et utile pour mon mémoire qui traitera la question de l’enseignement des collocations pour la finalité le perfectionnement de la production écrite, surtout universitaire. Il y en a trois correspondances qui m’ont attirée le plus: la conférence plénière de Mr. Serge Verlinde, la communication du doctorat Mr.Clive Hamilton et la conférence plénière de Mme. Maria Isabel Gonzalez Rey.

Je commence par la conférence de Madame Gonzalez Rey qui pose les fondements des idées que les autres deux chercheurs vont préciser. Dans le but de nous montrer comment enseigner la phraséologie pour finalité  la production d’un discours cohérent, elle débute par l’introduction des notions fondamentales de la dimension phraséologique du discours: la concaténation, la collocation, la colligation et la collostruction. La concaténation d’une discours s’explique par le phénomène où une attraction(ou un figement) se manifeste entre les constituants d’une unité phraséologique(une suite de mots lexicaux ou grammaticaux plus ou moins lexicalisés), quant à la colligation et la collostruction, elles prennent en compte le rôle, joué par la phraséologique dans le discours, consistant à garantir à la fois la cohésion et cohérence textuelle, ainsi que la configuration du texte en matière du genre et du registre. Cette configuration ici examine la distance entre les constituants(éléments interdépendants) du discours. La collocation est la cooccurence des mots lexicalisés, “ émettre une hypothèse” “poser une question” etc. La collogation est aussi un genre de cooccurence qui relie un ou plusieurs mots à une structure grammaticale déterminé (interrogative par exemple) ou à une fonction (sujet, objet…), et à une position dans la phrase ou dans le paragraphe. Lorsque la collostruction, plus complexe, est la combinaison des colexèmes (les lexèmes associés à une construction particulière) et de collostructs (les constructions liées à un lexème particulier). Tous ces éléments ici qui permettent de veiller à la cohérence du discours sont nommés par Mme Gonzalez “le tissu phraséologique” du discours. Tout comme une toile est constituée des files de chaîne et de trame, un texte se constitue aussi à l’aide des éléments phraséologiques qui se diffèrent en fonction du genre textuel et de la thématique du discours. Normalement, ce tissu phraséologique comporte trois catégories: les connecteurs ou marqueurs discursifs interphrastiques ou intraphrastiques, les argumentateurs et les modalisateurs. Mais pourquoi enseigner ce tissu? Inhérent à chaque langue, ce tissu phraséologique facilite l’élaboration du discours tant sur sa structure que sur son contenue et donne à l’apprenant la clé de réussite pour l’écrit universitaire. En conséquence, la dimension phraséologique du discours mérite bien l’attention des enseignants et mérite aussi de s’intégrer dans la classe de FLE. Mme Gonzalez parcourt 3 modèles élaborés par les chercheurs précédents, dont la modèle de S.Ettinger(2008) m’impressionne le plus: dans la première étape de découverte des UP(unité phraséologique) en contexte, il propose d’associer les UP à l’image. Cela me fait penser au cours de Mr. Martin “la littérature de jeunesse”, dans lequel, nous avons confronté aux albums qui racontent l’histoire avec les images. Quant au tissu phraséologique, Mr. Ettinger propose aussi de cette idée de le découvrir à travers l’image. Malheureusement Mme Gonzalez ne développe pas sur ce point. Les étapes suivantes sont: 2,étape d’éclaircissement qui mène des recherches du sens et de l’origine des UP; 3,étape de fixation, renforcée par des exercices mnémotechniques, 4, étape de reformulation qui demande la recherche des contextes d’emploi des UP acquis. En fait, ici, je veux ajouter dans la quatrième étape la réutilisation des UP acquises dans de différents contextes. Ensuite, pour réaliser ces étapes, il faut trouver des outils et supports. Les corpus s’avèrent ici un très bon choix car ils regroupent tous les genres de textes écrits par les natifs, ce qui nous offert une opportunité d’observer des occurrences, des éléments figés privilégiés par les natifs. Par la suite, Mme Gonzalez nous fait découvrir l’outil “phraséotext”, un DVD destiné à l’apprenant de FLE et a vu le jour en 2015 en version français-français par la Presse Universitaire de l’Université de Saint Jacque de Compostelle. Il vise à faire suivre l’apprenant des séquences didactiques phraséologiques par niveau allant de l’ordre de la compréhension globale jusqu’à la compréhension détaillé qui se progressent vers la production des UP acquises.

Conférence plénière de Mr. Serge Verlinde: phraséodidactique: du couple dictionnaire-exercices à l’aide à la rédaction en ligne.

Mr. Serge Verlinde est le professeur de l’institut des langues vivantes de l’universitéde Leuven. Il travaille souvent avec Mr. Binon, surtout pour la conception et la création d’un outil aidant l’apprenant à acquérir la compétence phraséologique, qui est aussi le cœur de cette conférence.

D’après Lewis, la langue regorge des séquences préfabriquées, et l’une des plus importantes est la collocation, l’acquis de celle-ci présente ainsi une priorité comme l’objectif d’enseignement et d’apprentissage. Il introduit en premier lieu le Dictionnaire d’apprentissage du français langue étrangère(DAFLES) et ses fonctions, en deuxième lieu des exercices adaptatifs en linge – ALFALEX, à la fin l’aide à la rédaction par l’outil SOS français.

Le DAFLES est un dictionnaire en ligne conçu pour l’environnement base de données et fait attention en particulier à trois phénomènes linguistiques: la synonyme, la combinatoire des mots et les réseaux des mots. La combinatoire des mots se varie allant de l’association libre, la combinaison préférentielle(synonyme), l’attraction sémantique, la collocation, l’unité polylexicale(locution) jusqu’à la structure figée(proverbe). Ce dictionnaire contient 6901 entrées avec 14798 définitions phrastiques plus 12849 unités phrastiques réparties en 15 classes. Avec des données, il permet de réaliser des recherches sur le structure syntaxique et le contexte d’utilisation des mots, surtout dans le cadre phraséologique.

Ensuite, les exercices adaptatifs ALFALEX sont fondées sur le dictionnaire DAFLES et les corpus. C’est à dire des phrases dans les exercices sont des phrases authentiques. Au sein des exercices, le concepteur a souci de permettre le changements de phrases au cas où l’apprenant les trouvait très difficile. Des guides sont aussi mises en place pour que l’apprenant ait au moins une idée sur quelle collocation à compléter. Ce système adopte un attitude indulgent vis à vis de la correction qui indique la nature de l’erreur et propose d’aller au dictionnaire DAFLES en cliquant le mot pour vérifier toutes les collocations constituées avec ce mot. De plus, ce système propose la suivi des étudiants en donnant un rapport semestriel comparatif, dans lequel, les degrés d’acquisition des verbes de la collocations se récapitulent en pourcentage et les informations en détail sur le verbe se mettent aussi en place.

En dernier lieu, le conférencier propose d’un outil qui me parait très génial, c’est le SOS français. Traditionnellement, l’apprenant non natif ont recours au correcteur grammatical et orthographique pour la correction de l’écrit, mais ce dernier n’atteint pas au niveau universitaire exigé par l’université et déçoit souvent les apprenants en matière de l’organisation du texte ou de l’utilisation des unités phraséologiques, en particulier les collocations.

En revanche, basée sur les corpus des natifs, pas seulement la correction orthographique et grammaticale, le SOS français met aussi l’accent sur la méthodologie de la rédaction, les lacunes dans le texte et la combinatoire des mots. En vue d’attirer systématiquement l’attention des apprenants sur les fautes qu’ils ont commis et de les aider à construire une autonomie sur la rédaction et la correction, le SOS insiste sur la correction pas à pas: étape 1: correction orthographique, étape 2: correction grammaticale, étape 3: correction des lacunes, et puis étape 4 et 5 regardent respectivement la cohérence, la cohésion et le style de la production écrite afin de  les améliorer.

Les trois outils apportent une innovation au perfectionnement de la production écrite par l’exploitation et l’amélioration de la compétence phraséologique des apprenants. Le DAFLES a un libre accès lors que le SOS français a besoin une inscription, encore dommage que l’ALFALEX n’est pas disponible pour le moment.

Communication du Mr. Clive Hamilton: exploring the misuse, underuse and overuse of lexical sequences in English L2 student essays.

Dans cette communication, Mr. Clive Hamilton, en tant que doctorat de l’Université Paris VII, présente son travail de mémoire basé sur un expérimentation visant à découvrir de différentes compétences phraséologiques chez des apprenants français de l’anglais spécialisé en Business pendant un ans (deux semestres). Ses sujets sont de niveau B1/B2. Dans ce programme, il analyse de façon synchronique et diachronique des collocations présentées dans les essais argumentatifs des apprenants par le biais de les comparer avec ceux dans les écrits des natifs afin d’examiner le degré d’acquisition des apprenants. Synchroniquement, trois genres du mauvais usage sont donc obtenus: la mauvaise formation expliquée par l’interférence de la langue L1, la distorsion qui n’existe pas ni dans la langue L1 ni dans la langue L2; la mauvaise sélection se traduit par l’usage incorrect des séquences lexicales existantes dans la langue L2. Le premier comporte lui-même deux sous catégories: l’emprunt directement de L1 et le néologisme avec des modifications de celles de L1. Diachroniquement, les apprenants ne se progressent pas autant évidemment entre les deux semestres car non seulement les problèmes d’utilisation des séquences lexicales restent non réglés, même le transfert des séquences lexicales se multiplie dans le deuxième semestre. Le communicateur ainsi conclut que les séquences lexicales sont cruciales pour la production écrite universitaire mais difficiles à acquérir dans la classe de L2.

Ce colloque m’a permis de tirer beaucoup de gains concernant la phraséologie. Tout d’abord, la conférence assurée par Mme. Gonzalez m’a fait voir de manière globale les difficultés posées par le manque de la compétence phraséologique dans la rédaction, ce qui corrobore la légitimité et la faisabilité d’aborder dans mon mémoire l’enseignement des collocations s’inscrivant dans le cadre du perfectionnement de la production écrite. Ses propositions didactiques concernant l’enseignement de ce phénomène linguistique m’inspirent comme les théories qui fécondent les bases théoriques de mon mémoire. Quant à la conférence de Mr. Serge Verlinde, ses explications à travers le dictionnaire DAFLES et le SOS français, l’aide à la rédaction me donne une vision plus lucide sur la relation entre la compétence phraséologique et la production écrite. Les collocations, avec un figement plus fort que la combinaison libre, mais moins fort que les proverbes, en revanche, semblent les plus utilisées dans une rédaction universitaire et demandent sans doute un apprentissage bien attentif. La dernière communication que je viens de partager m’offrir un prototype de la méthodologie pour un mémoire, surtout dans le cadre de mener un recherche sur un terrain et de cueillir et analyser des données.

Yujing JI

M2 Didactique des Langues spécialité 1 option A

More Posts