Archives de catégorie : Evénements

Rencontre Virtuelle FLE-Éditions Maison des Langues

Date : Mercredi 26 avril de 11h à 12h et de 17h à 18h (heure de Paris)

Thème : Formation continue avec l’Espace Virtuel

Animatrice : Anne Mocaër

Descriptif :

Comment se former facilement et enrichir ses cours en tant qu’enseignant ? Comment, en tant que coordinateur et responsable de cours, développer efficacement les compétences de son équipe enseignante ?

Faites un tour d’horizon des possibilités de formations qu’offre l’Espace Virtuel avec la section dédiée aux enseignants : fiches TICE, veille des actualités FLE, Rencontres virtuelles FLE et Rencontres FLE.

Découvrez les avantages que représente la formation en apprentissage mixte (blended-learning) pour vos classes et vos centres de FLE.

Ne manquez pas ce rendez-vous en direct, vous avez jusqu’au 25 avril pour vous inscrire !

https://www.emdl.fr/fle/formations/rencontres-virtuelles-fle/rencontre-virtuelle-fle-du-26-avril-2017

 

Rencontre avec les maisons d’Edition – Salon du livre 2017

Le dimanche 26 mars, je me suis rendue au Salon du livre de Paris qui se tenait Porte de Versailles.

L’an dernier, j’y étais allée pour la première fois depuis plusieurs années et quelle n’avait pas été ma surprise de voir un petit carré composé d’éditeurs de manuels de FLE !

Actuellement en pleine rédaction de mon mémoire de recherche portant sur l’entrée en littérature française via les extraits littéraires proposés dans les manuels de FLE, il est essentiel pour moi de disposer du point de vue d’un éditeur/d’un auteur qui participe à la réalisation d’un manuel de FLE afin de comprendre les choix qui sont faits (choix des œuvres, des extraits, objectifs poursuivis…).

Arrivée au salon, je déambule dans les allées afin d’observer les maisons d’éditions représentées, les auteurs présents pour la signature d’autographes. Cela est l’occasion de me concentrer et de réfléchir une dernière fois à la façon dont je vais aborder les éditeurs.

Après avoir traversé la foule, me voilà enfin arrivée allée B, où se situe le coin FLE d’après le plan emprunté à l’entrée du salon.

Pour commencer, je décide d’aller voir les deux représentants de la maison d’édition Didier. Tous deux sont extrêmement gentils et écoutent avec attention ce que je leur dis (je leur résume brièvement ma situation : Etudiante qui réalise son mémoire sur la littérature dans les manuels de FLE qui aurait des questions à poser à un éditeur …). Malheureusement, ils ne peuvent répondre à mes questions car ils ne travaillent pas à la conception des manuels. Néanmoins, ils me donnent le mail d’une personne qui serait habilitée à répondre à mes questions.

Je poursuivis ensuite mon investigation avec le stand de chez Clé International. Je dois dire que ce fut l’entretien le moins enrichissant. En effet, la personne était débordée par l’affluence et ne pouvait pas répondre à mes questions. Je me suis donc contentée d’un petit dépliant récapitulant les nouveautés de l’année 2017 et les coordonnées des personnes « importantes » de la maison d’édition.

Je suis finalement allée à la rencontre des représentantes de chez Hachette FLE. La première personne était chargée de l’espace numérique et la seconde … La co-auteure du manuel Le Nouveau Taxi ! 3, un des manuels qui fait justement partie de mon corpus de cinq manuels. Nous avons alors discuté durant plusieurs minutes avant de devoir nous séparer car l’affluence sur le stand était de plus en plus importante. Nous continuons de communiquer via mail.

Cette après-midi de dimanche 26 mars fut donc riche en rencontres pour mon mémoire !

Justine Dumaine

Diplômée d'une licence en Sciences du langage mineure FLES à Paris 3 et titulaire d'un Master 1 en Didactique des langues, je suis actuellement en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde.

More Posts

Vous avez dit orthographe ? 3-4-5 avril à Censier !

Vous pensez que l’orthographe est difficile à maitriser ? Qu’elle vous handicape dans votre apprentissage ? Dans votre vie de tous les jours ? Qu’au contraire elle vous fascine ? Vous intrigue ? Vous aimeriez qu’elle change ? Qu’elle ne change pas ? Vous sentez que vous avez besoin d’être aidé.e pour mieux la contrôler ?

Les lundi 3, mardi 4 et mercredi 5 avril prochains, la CFVU organise un évènement pour essayer d’apporter des réponses à toutes les questions que vous vous posez (ou que vous allez vous poser !) sur l’orthographe à travers différentes actions :
– activités ludiques et interactives, outils de relecture, sites de rappel des règles d’orthographe, sites pour s’entrainer
– action d’information autour des troubles de l’orthographe (mercredi 5 avril toute la journée)
– 3 rencontres-échanges pour écouter et échanger avec des professionnel.le.s et des expert.e.s de l’orthographe

Programme des rencontres-échanges (18h00 à 20h00 en salle 245)

Lundi 3 avril – « Orthographe : histoire, changements, guerre sociale et citoyenneté » (Maria Candea, MCF en sciences du langage au CLF de la Sorbonne Nouvelle) 
Mardi 4 avril
 – « Pourquoi l’orthographe du français est-elle si complexe ? Propositions pour mieux la contrôler » (Danièle Manesse, professeure émérite en sciences du langage au département Didactique du Français Langue Etrangère de la Sorbonne Nouvelle).
Mercredi 5 avril – « Orthographe, difficultés et troubles : mauvaise orthographe et dyslexie à l’université ». (Jean-Michel Mantion, professeur à l’INSHEA – Institut national supérieur de formation et de recherche pour l’éducation des jeunes handicapés et les enseignements adaptés – et Mathilde Noury, Vice-présidente étudiante de la Sorbonne Nouvelle).

Vous retrouverez le détail de toutes ces informations sur le site de l’université : http://www.univ-paris3.fr/semaine-reussite-orthographe

Pour toute demande de renseignements plus pratiques, vous pouvez écrire à reussite@sorbonne-nouvelle.fr

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

« Valoriser et développer les outils autour des corpus dans une perspective didactique / Enhancing and extending corpora and corpora tools for learning and teaching »

 

 

Les réflexions autour du français langue étrangère ne cessent de se développer. Ce champ s’intéresse à présent à d’autres domaines qu’à ceux relevant de l’enseignement du français en tant que système voir une structure linguistique aux étrangers. La preuve en est le développement d’outils autour des corpus en ligne censées aider les apprenants de français langue étrangère à rédiger des écrits scientifiques. Cristelle Cavalla, une enseignante à Paris III, a mené des travaux sur ce sujet. Son objectif derrière cela est de développer chez les apprenants les connaissances générales nécessaires afin de mettre en place des schèmes d’usage des corpus. Cavalla espère associer l’utilisation de deux corpus en autonomie afin que les apprenants puissent acquérir simultanément des connaissances en français langue étrangère et des compétences dans le traitement des données informatique dans cette même langue. De cette manière, les étudiants seront compétents dans l’utilisation des corpus dans leur apprentissage.

Pour ceux qui veulent avoir plus d’informations sur l’apprentissage et le développement des corpus en ligne. Cristelle Cavalla va organiser une quatrième rencontre autour de ce sujet à la maison de la recherche le  13 avril 2017. Alors soyons nombreux !

Tassadit Toumert

Diplôme Approfondi de Langue Française (DALF C1), Diplôme de Professeur de Français Étrangère à L'ENS D'Alger, Diplôme de Maîtrise en Sciences du langage à (ILPGA) Sorbonne-Nouvelle Paris 3. Préparation d'un M2 en Didactique du FLE et langues du monde (Sorbonne Nouvelle Paris 3)

More Posts

FrancophonieS

Chers camarades, il y a quelques semaines je vous faisais part d’un événement organisé par l’UNESCO à l’occasion de la Journée Internationale de la Langue Maternelle (dont j’espère pouvoir vous faire un billet compte rendu assez rapidement).

Des journées comme celles ci sont l’occasion d’apprécier des projets collaboratifs et/ou des résultats d’enquêtes liés au thème des journées (bien souvent assumé par des classes de l’Éducation Internationale, des associations, ONG etc.) ce qui serait bien parfois sources d’informations, de références et de données pour nos propres travaux de recherches ; l’occasion aussi de se réunir le temps d’une conférence ou d’un colloque, organisés au delà des murs de notre université (car je n’oublie pas l’importance d’aller voir ailleurs, de se former au delà de nos salles de classes et des programmes « intra »-département DFLE), avec des professionnels mais aussi des « curieux » pour échanger sur les intérêts à promouvoir, défendre, militer pour une cause et sur l’importance de contribuer à rendre ces journées thématiques plus visibles dans la société (et bien souvent, j’ai constaté et expérimenté que ces « curieux » apportent énormément à la discussion).

D’autant plus que nous sommes directement concernés par certaines de ces journées : celle de la Langue Maternelle, celle des Enseignants mais surtout, parmi les autres événements qui rythment les saisons, vous n’êtes sûrement pas passés à côté de la semaine de la Francophonie qui a lieu du 18 au 26 mars dans le monde entier (car oui la Francophonie dépasse les frontières de notre métropole, mais là je ne vous apprends rien j’espère). L’événement à côté duquel nous ne pouvons pas rester indifférents. En témoigna une grande campagne d’affichage dans les rues parisiennes et dans les couloirs du métro.

En revanche, pour ceux qui seraient passés à cause de l’information, il faut savoir que déjà en décembre dernier, une récente étude de l’Institut européen d’Administration des Affaires –plus précisément l’école de commerce INSEAD- relayée par la presse française (Le Figaro, Le Parisien), a révélé que la langue française aurait acquis la troisième place sur le podium des langues les plus parlées dans le monde, après l’anglais et le mandarin (aurait acquis au conditionnel ; je vous renvoie aux divers articles en ligne ci-dessous pour appréhender toute la subtilité et la délicatesse d’une telle affirmation)

http://www.lefigaro.fr/langue-francaise/actu-des-mots/2016/12/25/37002-20161225ARTFIG00001-le-francais-se-hisserait-au-3e-rang-des-langues-les-plus-parlees-au-monde.php

http://www.leparisien.fr/societe/le-francais-3e-langue-la-plus-parlee-au-monde-27-12-2016-6498558.php

Très grossièrement, le français est parlé par des locuteurs natifs, par des locuteurs de FLS dont le français est l’une des langues officielles du pays de résidence, mais aussi par des locuteurs de FLE aussi bien à l’étranger qu’en France etc. Trêve de désignations. Autant de situations dans lesquelles nous sommes investis, en tant que locuteur/(ex-)apprenant/enseignant. La semaine dernière a été le moment pour les acteurs de la langue française -enseignants, concepteurs, mais aussi simples locuteurs et autres « curieux » comme m’amuse à désigner- de témoigner de leur amour et de leurs préoccupations quant à l’avenir du français, encore bien loin du modèle hégémonique de la langue anglaise.

Beaucoup parmi vous ont peut-être eu l’occasion de traverser le site de l’événement http://semainelanguefrancaise.culturecommunication.gouv.fr/Programme#/events/21361 , à la recherche de l’animation gratuite la plus proche, pour participer aux festivités ? Oui, oui, je lance un appel à billets si certains de mes camarades ont une expérience à partager de cette semaine thématique. S’il vous plaît.

CAR, en ce qui me concerne, je n’étais pas présente à Paris durant cette semaine à mon grand regret, retenue dans ma petite ville d’origine en Bretagne où malheureusement, aucun événement n’a attiré l’attention sur la célébration de la Francophonie. Parce que les Bretons revendiquent de plus en plus les langues régionales ? Parce qu’on est en train de vivre un rejet de la langue française ? Pas à ce point là, bien que je capte de plus en plus ce genre de discours dans mon entourage indirect mais très honnêtement, je n’ai pas envie de m’étendre sur le sujet. Mais la magie du 21ème siècle fait que nous ne sommes plus obligés d’être présents en Île de France pour pouvoir profiter des animations à la célébration de la Francophonie. Grâce à Internet, les échanges et les présentations de travaux et de projets liés aux enjeux francophones se partagent en un rien de temps, aux quatre coins du globe.

Et quand bien même vous ne vous êtes pas intéressés à l’événement, je me permets ici de vous restituer un projet photographique tout ce qu’il y a de plus ludique : Jeu « Expressions à deviner » illustrées en objets de vide-greniers (animation proposée par MdeMontmartre). Le principe ? Une série de clichés mettant en scène des accessoires, dans le but d’illustrer des expressions de la langue française. Et je dois bien avouer qu’on se prend facilement au jeu !

http://expressionillustree.blogspot.fr/

Alors avis aux locuteurs francophones : venez tester vos connaissances et vos sens de l’observation et de l’interprétation / aux enseignants de FLE : venez dénicher de nouveaux supports pédagogiques pour vos séances de classes autour des expressions françaises / aux apprenants de FLE : invitation observer, interpréter, comprendre et surtout donner une image aux expressions parfois bien farfelues de la langue française.

Je vous laisse avec un exemple, ci-dessous, pas très difficile. À vous de jouer !

Copyright MdeMontmartre

 

image à la Une : Semaine de la langue française et de la Francophonie – Ministère de la Culture et de la Communication

Floriane Gonidec

actuellement étudiante en M2 Didactique des langues et des cultures de l'université Paris 3. Licence de Lettres Modernes de Rennes 2

More Posts

Regards croisés sur Eli Lotar

Dans ce billet, je voudrais croiser mes expériences sur une exposition que j’ai visitée il y a quelques semaines. Ou confronter l’art, particulièrement la photographie et le film documentaire avec la méthodologie de recherche. On verra bien quels sont leurs points convergents.

Eli Lotar (1905-1969), photographe et cinéaste français d’origine roumaine, fait partie des premiers photographes de l’avant-garde parisienne. Un artiste interdisciplinaire et engagé, il combine plusieurs pratiques telles que photographie, collages et films.

La rétrospective de son œuvre sera présentée au Jeu de Paume jusqu’au 28 mai. Elle met en exergue l’importance du cinéma et du documentaire pour cet artiste engagé. Ainsi, en se promenant entre surréalisme et documentaire, poésie et engagement, ville et voyage, image fixe et cinéma, on a l’impression de se balader à travers la recherche, entre notions et concepts, enquêtes et terrain, engagement et préconisation, etc. C’est à partir de cette promenade que je voudrais présenter une exposition vue par un rédacteur de mémoire.

Les premiers débuts d’Eli Lotar s’inscrivent dans le courant de Nouvelle vision. La photographie devient un outil d’exploration, on y  découvre le désir de l’auteur pour trouver l’inconnu dans un objet connu. En flânant à travers Paris urbain et industriel, on est d’emblée frappé par le goût du photographe pour les détails. Il les recherche en variant la focalisation, en isolant un élément (un flou sur une locomotive) tout en adoptant le procédé de plongée[1], de contre-plongée, de décadrage ou de gros plan, mais aussi un point de vue inhabituel et surprenant. Il me semble que cette technique d’Eli Lotar se puisse bien transposer à la méthodologie de recherche. Ainsi, il faut se laisser jouer avec les notions qu’on adopte – varier leur focalisation, le point de vue, les isoler, rechercher les détails qui échappent afin d’obtenir « l’inconnu dans un objet connu ». Il va de même pour l’objet de recherche. De cette manière, on démontre toute la singularité de notre posture de chercheur.

        

Eli Lotar, Foire de Paris, 1928          Eli Lotar, Locomotive, vers 1929

Peu à peu, la pratique d’Eli Lotar évolue en cédant place au documentaire. Dans ce sens, il se laisse déambuler dans les rues de Paris, dans les petits quartiers misérables, dans des endroits où peu de gens vont. Il capte des figures qui sont dans « un moment de vision intérieure, dans un moment de pause »[2]. Mais son vrai engagement documentaire, à savoir social et politique, se réalise dans les films documentaires. Ainsi, il est opérateur sur le film Terre sans pain de Luis Buñel (1933) dont l’objectif est de démontrer les conditions difficiles de vie des habitants de la région Hurdes, en Espagne. Il collabore également dans le film Zuiderzeewerken de Jorins Ivens (1929). Enfin, en 1945, Lotar lui-même réalise un film intitulé Aubervilliers témoignant d’une grande misère des habitants de cette banlieue parisienne.

Eli Lotar, Dormeuse, Espagne, quatrième voyage, février 1936

Cet intérêt et le travail sur le documentaire d’Eli Lotar  correspond au terrain de recherche d’un chercheur. Après avoir établi un cadre théorique, bien examiné les notions et les concepts, les théories qui lui serviront d’appui, le chercheur se glisse dans le terrain (ou inversement). C’est là où il retrouve toute la richesse de sa recherche. De même comme Lotar, il se laisse flâner dans le terrain, il observe et guette son objet de recherche. Ses enquêtés. Les problèmes qui surgissent… Il est à l’écoute de la théorie et du terrain. Il s’engage aussi… dans le but d’améliorer l’état de choses actuelles dans tel ou tel domaine.

Enfin, ce qu’il lui reste, c’est d’entamer un dialogue avec ses enquêtés, le matériel précieux de chaque recherche. De les écouter, de les comprendre, de se distancier de la posture de chercheur. Mais pas tout à fait. Ainsi, Lotar a mis fin à sa carrière par la collaboration avec Giacometti, sculpteur, dans les années 60. Le dialogue équilibré s’établit entre ces deux artistes : Lotar photographie Giacometti, Giacometti sculpte Lotar. Un dialogue de l’enquêté et l’enquêteur.

  1.                  2.   

1. Eli Lotar, Giacometti à l’hôtel de Rive, Génève 1944

2. Giacometti, Buste de Lotar, 1965

Dans cette perspective, nous avons pu voir un lien étroit entre recherche et art. En fin de compte, l’art est une recherche et la recherche est un art… Eli Lotar l’a bien montré : leurs procédés et leurs méthodes ne se distinguent pas. Ainsi, un dialogue intime s’établit.

Les infos sur l’exposition Eli Lotar (1905-1965) :

Date : du 14 février au 28 mai 2017

Lieu : Jeu de Paume, 1, place de la Concorde

Accès : Gratuit pour les étudiants

Site : www.jeudepaume.org

[1] En photographie et au cinéma, la plongée et la contre-plongée désignent les angles de prise de vue. Ainsi, la plongée est la prise de vue du haut vers le bas tandis que la contre-plongée est un procédé inverse.

[2] Selon les mots de Damarice Amao, commissaire de l’exposition.

Marija Apostolović

Étudiante en M2 DFLE, spécialité 1, option A Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

Maroc, littératures, idées…

À l’occasion de Livre Paris où le Maroc est invité d’honneur, les maisons d’éditions marocaines En toutes lettres (Casablanca) et les Éditions de la Librairie des Colonnes (Tanger), Le Relais Festival (Saint-Denis) ainsi que les librairies franciliennes Les Oiseaux rares (Paris 13e), Folies d’Encre (Saint-Denis) proposent une programmation indépendante.

Du 18 au 30 mars, 14 rencontres avec une vingtaine d’écrivains, essayistes, artistes et éditeurs auront lieu dans 6 librairies ainsi que plusieurs grandes écoles, universités et centres de recherche.

Cette programmation vise à rapprocher ces auteurs des lecteurs franciliens, à faire connaître leurs engagements et la pensée contemporaine produite à partir du Maroc, ainsi qu’à ouvrir le débat et croiser les regards sur des thématiques qui sont communes à nos deux sociétés.

Des hommages seront rendus à de grands disparus, comme Mohammed Khaïr-Eddine et Ahmed Bouanani. Il sera question de traduction et de modernité littéraire.

On discutera de questions de société, comme l’égalité entre hommes et femmes, les circuits culturels, le rôle de la société civile, les radicalisations (religieuses, politiques, sociales etc.).

Une soirée festive aura lieu le dimanche 26 mars au New Morning.

Toutes les infos sur : https://www.facebook.com/Maroclivreoff/?fref=ts

et toutes les rencontres ici :

https://redila.hypotheses.org/1328

 

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Festival des civilisations de l’Inalco: identités

Pour tous ceux qui font des recherches sur les relations entre la langue, la culture et les identités, la deuxième édition du festival des civilisations de l’Inalco peut vous donner des inspirations. Ce festival qui aura lieu du 25 au 31 mars 2017, « questionnera ces identités, personnelles, sociales ou collectives à travers des conférences, des débats, des projections, des créations artistiques et des spectacles vivants. ».

Parmi tous les programmes, je vous propose une lecture et aussi un débat s’intitulé « La poésie entre deux langues » organisé vendredi 31 mars 2017, surtout pour mes camarades qui travaillent sur la littérature et sur le plurilinguisme.

Pour tous les restes informations du programme, voici le lien du festival:  http://www.inalco.fr/actualite/festival-civilisations-identites

Liu Yang

Etudiante chinoise en master 2 à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A: recherche. Master 1 FLE : Analyse et programmation de la communication didactique à l'Université de Nantes.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Hommage à André Basset

Du 9 au 10 mars 2017 se tiendra à l’INALCO un colloque international en hommage à André Basset, un grand chercheur berbère. Deux enseignants  en l’occurrence Mohamed El Idrissi et Kamel Nait Zerrad ont organisé cet événement afin d’honorer la mémoire et les travaux de Basset.  Au travers de cette manifestation scientifique, des chercheurs de la linguistique berbère vont discuter des thèmes de recherches ayant trait à un des domaines suivants : lexicologie/sémantique, Morphosyntaxe, Phonétique/phonologie, Sociolinguistique/Dialectologie.

Pour ceux qui ne le connaissent pas, André Basset (1895-1956) est un spécialiste des langues berbères. L’analyse descriptive et la dialectologie sont des domaines où le berbère manquait de rigueur. André Basset y a travaillé afin de les lui en redonner. En France, au Maroc et en Algérie, André Basset a largement contribué par ses travaux et son enseignement à la promotion de la langue berbère. Au cours de ces nombreux déplacements dans le monde berbère, André s’est rendu compte de la nécessité de procéder à des enquêtes sur les parlers des régions berbères. Il a donc accumulé une documentation importante sur ces parlers.

Ce colloque sera, donc, une occasion pour découvrir un grand chercheur berbère qui s’est illustré pendant longtemps par la rigueur de sa méthode et de son analyse. Les débats qui auront lieu durant ce colloque vont nous enrichir sur plusieurs plans : nous découvrirons plusieurs éléments historiques mais aussi sociolinguistiques concernant les différentes variétés du berbère.

Je mettrai le lien en bas de l’article pour plus d’information sur cet événement.

Lieu de l’événement : INALCO (Adresse : 65 Rue des grands moulins, 75013 PARIS).

Date : 9-10 Mars 2016.

Page du programme:

programme CILB 2017

Lien vers le programme

http://www.inalco.fr/evenement/premier-colloque-international-linguistique-berbere-hommage-andre-basset

Lien vers l’appel :

http://www.inalco.fr/appel-communication/premier-colloque-international-linguistique-berbere-hommage-andre-basset

Tassadit Toumert

Diplôme Approfondi de Langue Française (DALF C1), Diplôme de Professeur de Français Étrangère à L'ENS D'Alger, Diplôme de Maîtrise en Sciences du langage à (ILPGA) Sorbonne-Nouvelle Paris 3. Préparation d'un M2 en Didactique du FLE et langues du monde (Sorbonne Nouvelle Paris 3)

More Posts

Une thèse en CIFRE, cela vous intéresse?

Ayant participé à l’atelier CIFRE dans le cadre de la Soirée Avenir pro, je vous conseille vivement d’assister au FORUM CIFRE 2017 du 2 mars à la Cité Internationale Universitaire de Paris.

Voici des liens envoyés par Mme Brigitte CHOTEL, chargée des relations entreprises / réseau alumni.

Les portraits de deux doctorantes de la Sorbonne Nouvelle en thèse CIFRE ou l’ayant été:

 
La liste des Thèses en CIFRE soutenues à la Sorbonne Nouvelle :
Exemple de thèse en sciences du langage :
  • Dalel Boussahel 2009-2012 – « La circulation des langues et les dynamiques  identitaires en situations de formation pour immigrés dans un cadre associatif financé par l’Etat en France » Convention CIFRE avec L’Association INSTEP LEO LAGRANGE Ile De France. Doctorante à l’ED 268, EA 2288 DILTEC sous la direction de Madame Geneviève ZARATE

Forum CIFRE 2017

Demain aura lieu le forum CIFRE 2017. C’est susceptible d’intéresser tous, toutes celles, ceux, qui envisagent de poursuivre leurs études et qui cherchent à les faire financer.

13ème Forum de contacts Etudiants/Entreprise CIFRE

Jeudi 2 mars 2017
à la Cité Internationale Universitaire de Paris
(17 bd Jourdan, 75014 Paris) de 9h00 à 17h30.

http://www.anrt.asso.fr/

 

 

Magali Dermont

M2 Didactique des Langues spécialité 1 option A

More Posts

Les enjeux du français langue seconde : contextualisations du discours grammatical

Conférence mercredi 1er mars  2017  – 14H à 16H

Institut du Monde anglophone, 5 rue de l’Ecole de Médecine – Grand Amphi

Les enjeux du français langue seconde : contextualisations du discours grammatical

Dans le domaine du français langue étrangère, le discours des grammaires relève des discours de diffusion des connaissances. Il existe des grammaires contextualisées, souvent produites hors de France, et qui s’écartent de la grammaire « française » du français pour s’adapter aux représentations et à la culture métalinguistique des apprenants allophones apprenant le français en tant que langue étrangère ou seconde en un contexte donné.

Ces adaptations spécifiques sont le fait d’auteurs de grammaires partageant la langue première des apprenants et qui cherchent à rendre le discours grammatical plus lisible, plus compréhensible et plus opératoire en prenant le risque de variations par rapport à la norme métalinguistique.

Ces « altérations » ont pour fonction essentielle d’adapter les descriptions ordinaires ou normatives à la culture grammaticale des utilisateurs concernés afin de faciliter l’accès au sens et de remédier aux difficultés d’apprentissage de la langue étrangère.

Quelles catégories sont-elles abordées dans les grammaires ? En quels termes grammaticaux sont-elles présentées ou explicitées ? Existe-t-il des explications ciblées et sous quelle forme se présentent-elles ?

Bibliographie 

Besse H. et Porquier R. (1991). Grammaire et didactique des langues. Coll. LAL. Crédif Didier, Paris.

Charaudeau P. (1992). Grammaire du sens et de l’expression. Hachette, Paris.

Larrivée, P. (2008). (dir.). Représentations du sens grammatical. Langages. 172.

Sofia Stratilaki est Directrice Adjointe du Département de Didactique du Français Langue Etrangère (DFLE), Maître de conférences en sciences du langage à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 et Professeur Associé à l’Université du Luxembourg. Elle est membre de l’équipe de recherche Didactique des langues, des textes et des cultures (DILTEC). Elle mène depuis une décennie des recherches dans les domaines de l’analyse du discours, de la didactique des langues et du plurilinguisme.

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Pourquoi écrivez-vous ? Master class avec sept grands écrivains contemporains

France Culture, la Bibliothèque nationale de France et le Centre national du Livre organisent une série de Master class avec sept grands écrivains contemporains : Yasmina Reza, Jean Echenoz, Jean Rolin, Maylis de Kerangal, Pierre Guyotat, Pierre Michon, Olivier Rolin.

Chacune de ces rencontres représente une réelle occasion de poser toutes vos questions relatives à l’écriture, à l’édition des œuvres et aux parcours des écrivains.  

Pour avoir des informations supplémentaires :

http://www.bnf.fr/fr/evenements_et_culture/auditoriums/f.masterclasses_ecrivains.html?seance=1223925896946

 

 

 

 

Marie T.

M2 Didactique des langues

More Posts

Journée internationale de la langue maternelle 2017, avec l’UNESCO

Peut-être comme moi vous vous étonnez toujours de voir apparaître au fil de l’année des Journées internationales comme celle du câlin (21 janvier), celle des gauchers (13 août), Journée mondiale sans achat (dernier weekend de novembre)  ou encore la Journée mondiale du pull de Noël ( 3ème vendredi de décembre). Eh oui …

En général, nous nous souvenons surtout des journées qui mobilisent de nombreuses manifestations et qui ont plus de visibilité dans la presse : la Journée internationale des femmes (8 mars), les Journées du patrimoine ( 3ème weekend de septembre) ou encore en ce qui me concerne, la journée mondiale de l’eau (22 mars) et celles contre la faim (15 juin) que j’avais l’occasion de « célébrer » étant plus jeune avec mes professeurs

Difficile de savoir pourquoi, qui et comment ces journées sont instituées. Bien souvent, il faut reconnaître les volontés et les engagements de grandes institutions comme l’ONU, l’UNESCO, l’UNICEF etc.

À l’occasion de la Journée internationale de la langue maternelle qui a lieu le 21 février, l’Unesco nous rappelle que « La Journée internationale de la langue maternelle est célébrée chaque année depuis février 2000 afin de promouvoir la diversité linguistique et culturelle ainsi que le multilinguisme. La date du 21 février a été choisie en hommage aux étudiants tués par la police à Dacca (aujourd’hui la capitale du Bangladesh) alors qu’ils manifestaient pour que leur langue maternelle, le bengali, soit déclarée deuxième langue nationale du Pakistan de l’époque. »

Entant qu’étudiants/professeurs/chercheurs en FLE, en didactique des langues et des cultures, ces enjeux autour de la langue maternelle de tous doivent nous concernés, dans la transmission de notre langue maternelle (le français ?) mais surtout dans le respect et la sauvegarde de la (ou les) langue(s) maternelle(s) des individus que nous rencontrons et que nous instruisons.

Et j’ajouterais à cela les mots très justes de Madame Irina Bokova, directrice générale de l’UNESCO « À l’occasion de cette Journée je lance un appel pour que le potentiel de l’éducation multilingue soit reconnu partout, dans les systèmes éducatifs et administratifs, dans les expressions culturelles et dans les médias, le cyberespace et les échanges commerciaux » !

Cette journée internationale va mobiliser de nombreuses manifestations à travers les institutions et les écoles qui auront choisi de la célébrer. Alors, permettez moi de vous partager l’évènement que L’UNESCO organise pour l’occasion :

http://www.unesco.org/new/fileadmin/MULTIMEDIA/HQ/ED/pdf/imld2017-agenda-fr.pdf

(l’évènement semble gratuit et libre d’entrée, je n’ai pas eu d’informations contraires)

Prochains rendez-vous : la Journée internationale la Francophonie (bien sûr !) le 20 mars, Journée européenne des langues (voulue par Conseil de l’Europe, 26 septembre) ou pourquoi pas la Journée mondiale des enseignants (5 octobre, merci l’ONU).

Floriane Gonidec

actuellement étudiante en M2 Didactique des langues et des cultures de l'université Paris 3. Licence de Lettres Modernes de Rennes 2

More Posts