Archives de catégorie : Evénements

Journée d’études Kinétraces « Séances des années folles. Salles pratiques, technique »

Bonjour à tous! J’aimerais partager avec vous une journée d’études qui aura lieu Vendredi 2 juin  2017 dans les locaux du CNC, donc 32 rue Galilée (75016, Paris ) et 12 rue de Lübeck (75016, Paris). Cette journée est  conçue par l’association Kinétraces autour de la notion séance cinématographique et théâtrale dans la France des années 1920.

Entrée libre !

 

 

Si cela vous intéresse, voici le programme

https://www.facebook.com/events/1924784687797832/?acontext=%7B%22ref%22%3A%223%22%2C%22ref_newsfeed_story_type%22%3A%22regular%22%2C%22action_history%22%3A%22null%22%7D

9h : accueil des participants au CNC, 32 rue Galilée (75016, Paris)

9h30 : présentation du projet « Séance » et de la journée d’études par Manon Billaut, Emmanuelle Champomier, Agnès Curel, Céline Pluquet, et Élodie Tamayo

PANEL 1 / LES SALLES

10h : Ouverture du panel par le président de séance : Laurent Véray (Université Paris 3)

10h10 : Jean-Jacques Meusy (CNRS) : « Évolution de la séance de cinéma, des origines aux années 1920 »

10h40 : Shahram Abadie (Ensa Clermont-Ferrand) : « Le cinéma sur la scène architecturale et urbaine. Les salles parisiennes des « Années folles » »

11h10-11h30 : Pause

11h30 : Christophe Gauthier (École nationale des Chartes) et Marco Consolini (Université Paris 3) : « Le Vieux-Colombier, un espace de culture théâtral et cinématographique »

12h10 : Annie Fee (University College London) : « Aller au cinéma à Paris pendant les années 1920 : une approche spatiale de l’histoire des salles de cinéma »

12h40 : Questions

Déjeuner

PANEL 2 / LES PRATIQUES

14h30 : Ouverture du panel par le président de séance : Laurent Guido (Université Lille 3)

14h40 : Marylin Marignan (Université Lyon 2) : « Unicité de la séance : de l’accompagnement musical aux intermèdes »

15h10 : Charlotte Servel (Université Paris 7) : « Les salles obscures des surréalistes »

15h40 : Questions

16h-16h20 : Pause

PANEL 3 / LES TECHNIQUES

16h20 : Ouverture du panel par le président de séance : Patrick de Haas (Université Paris 1)

16h30 : Cristina Grazioli (Università di Padova) : « Espaces partagés : les relations entre lumière, projection, espace. Réflexions et expérimentations (1910-1930) »

17h : Enrico Camporesi (Labx CAP, CRAL, EHESS) : « La séance et l’atelier – notes à partir de la soirée Dada du Cœur à barbe »

17h30 : Questions

——-

Soirée de projection précédée d’un buffet au 12 rue de Lübeck, 75016, Paris.

19h40 : Présentation de « La Tierra de los torros » (Musidora, 1924) par Marién Gómez Rodríguez.

20h : Projection du film, avec reconstitution des intermèdes chantés et dansés (100’).

 

 

Bing LIANG

Etudiante de M2, spécialité 1, didactique du français langue étrangère et langues du monde à Paris 3.

More Posts

3E EDITION DU FESTIVAL QUARTIER DU LIVRE

Du 17 au 24 mai 2017
la 3e édition du festival
LE MOT DE FLORENCE BERTHOUT

Dans le Ve arrondissement,
territoire de culture,
berceau historique des
universités, le livre a toujours
occupé une place à
part. Dans notre quartier
plus qu’ailleurs, pousser
la porte d’une librairie,
entrer dans une bibliothèque,
ouvrir un livre,
c’est prendre part à une histoire séculaire, c’est
prendre conscience de ce qui a forgé l’âme et
l’identité de cet arrondissement.
Célébrer le livre, remettre à l’honneur ce formidable
vecteur d’émancipation, telle est l’ambition du festival
Quartier du Livre, qui, pour la troisième année
consécutive, rassemble au coeur de la capitale les
amoureux de l’écrit et des belles-lettres : lecteurs,
libraires, maisons d’édition, auteurs, bibliothèques,
institutions culturelles et commerçants.
Du 17 au 24 mai, ce sont plus de 250 événements
qui sont organisés pour mettre en valeur le livre
et la littérature sous toutes leurs formes. Ateliers
d’écritures, conférences, débats, rencontres et
dédicaces, balades littéraires, autant de surprises
qui vous attendent au cœur du Quartier latin.
Profitons des beaux jours de printemps pour flâner
dans ces rues pavées chargées d’histoire, en
nous interrogeant sur les mystères de la grande
beauté littéraire.
Je vous souhaite un excellent festival Quartier du
Livre 2017 et remercie chaleureusement tous les
publics et tous les talents qui contribuent chaque
année à son succès.

Florence BERTHOUT
Maire du Ve arrondissement
Conseillère régionale d’Île-de-France

LE MOT DE LA MARRAINE DE LA TROISIEME EDITION

Qu’un quartier entier fête
le livre, voilà une bonne
nouvelle !
Car les livres nous invitent
dans un espace mouvant,
changeant, jamais figé.
Les livres nous emmènent,
nous guident, mais aussi
nous laissent bâtir entre
leurs lignes, dans les blancs de l’histoire ou du texte.
Lire, c’est aller à la rencontre de l’autre, toujours.
Prendre le risque de ressentir, de penser, de réfléchir
différemment. Lire, c’est faire le choix de l’ouverture,
de l’aventure. Lire, c’est accueillir.
Pour moi, la lecture est depuis longtemps une
manière d’être au monde, de tenter de le comprendre.
Aujourd’hui, plus que jamais, une
nécessité.
Alors réjouissons-nous de ces moments qui nous
réunirons autour de tous ces événements (lectures,
débats, de dédicaces, conférences…).
N’hésitons pas à nous perdre, à sortir de nos trajectoires
et de nos sentiers battus. Les livres sont
des balises qui toujours nous éclairent.
Je vous souhaite à tous une belle

Delphine de VIGAN
Marraine de la 3e édition
du festival Quartier du Livre

Pour plus d’information vous pouvez aller sur le site internet: www.quartierdulivre.fr
Profitez bien!

Sumaia ELGAMRI

Etudiante de Master2 Didactique du français et langues du monde.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Événement : 18èmes rencontres des chercheurs en didactique de la littérature

Du 31 mai au 3 juin 2017 se dérouleront les 18èmes rencontres des chercheurs en didactique de la littérature à l’ESPE de Caen.

Cet évènement aura pour thème « Littérature de l’altérité, altérités de la littérature : moi, nous, les autres, le monde ». Il est organisé par  Anne Schneider & Magali Jeannin.

Voici le lien : http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/laslar/4050

Justine Dumaine

Diplômée d'une licence en Sciences du langage mineure FLES à Paris 3 et titulaire d'un Master 1 en Didactique des langues, je suis actuellement en Master 2 Didactique des langues et des cultures.

More Posts

Perdue au milieu de mes notes … : La Journée ASDIFLE à l’Alliance Française

En reprenant mes diverses notes, je me suis rendue compte que je ne vous ai toujours pas fait part de mon expérience de la journée consacrée aux métiers du français dans la formation professionnelle. Je rectifie donc mon oubli via ce billet : vaut mieux tard que jamais me direz-vous !

La journée ASDIFLE s’est tenue le vendredi 31 Mars 2017 dans les locaux de l’Alliance Française de Paris à Raspail. Ce fut pour moi l’occasion de découvrir ces locaux. Il est  essentiel de préciser que l’ASDIFLE est une association de didactique du français langue étrangère qui s’est constituée dans les années 1980. Madame Véronique Laurens, qui enseigne dans notre Master de Didactique des langues et des cultures en est la directrice actuelle.

Cette journée a débuté à 8h30, afin de nous enregistrer : il était impératif de s’inscrire via un formulaire afin de participer à cette journée.  Des éditeurs étaient présents afin de présenter leurs derniers ouvrages, cela fut l’occasion d’aller à leur rencontre une seconde fois.

A 9h, la journée a officiellement débuté avec une première conférence donnée par Alexandre Holle concernant « La formation en français à visée professionnelle ».  Cette intervention fut suivie d’une table ronde trente minutes plus tard, qui a réuni neuf personnalités du monde du FLE occupant divers postes dans diverses institutions. Cette table ronde fut intéressante car elle m’a permis de me rendre davantage compte que le monde du FLE est extrêmement vaste.

Après une courte pause café, il fut l’heure de nous rendre dans les divers ateliers qui nous étaient proposés. Pas moins de neuf ateliers étaient accessibles tout au long de l’après-midi, à condition de s’y être inscrit via le formulaire. Regroupés dans trois « grands » groupes thématiques, il était possible d’assister à trois d’entre eux.

Personnellement, j’ai fait le choix de m’inscrire à l’atelier qui m’intéressait le plus, à savoir « Formateur en école d’ingénieurs ». Il était animé par Cathy SABLÉ, professeur de FLE à l’IMT – Atlantique, Bretagne – Pays de la Loire, École Mines -Télécom. Nous étions une petite dizaine de personnes dans la salle.
Voici un résumé de ce que nous y avons appris : Les écoles d’ingénieur sont typiquement françaises.
Les cinq pays au monde accueillant le plus d’étudiants sont les Etats-Unis, l’Angleterre, l’Australie, l’Allemagne et la France.
Cette école située à Brest compte 40 % d’étudiants étrangers dans ses rangs. Sur ces 40%, 41% viennent du Magreb (principalement du Maroc), 16% d’Afrique Subsaharienne, 13% de Chine, 10% d’Amérique du Sud, 8% du Brésil, 6% d’Europe (principalement d’Espagne, de Roumanie, de Pologne…), 4% du Moyen-Orient (Egypte et Liban), 3% du Vietnam et 3% d’autres pays.
Il est primordial de prendre en compte cette grande hétérogénéité. Il n’y a aucune exigence concernant leur niveau en français lors de l’admission dans cette école d’ingénieur. Le niveau observé le plus couramment est le A2 (du CECRL). Afin que les étudiants étrangers ne soient pas pénalisé par leur niveau peu avancé en français, les cours sont dispensés en anglais lors du premier semestre de L1 (première année de licence).
Après cette partie théorique, nous sommes invités à choisir entre deux modes d’examens à proposer à ces étudiants de FLE d’après les éléments concernant leur profil. Il est possible d’avoir recours au DELF, qui est valable à vie ou au TCF, qui n’est reconnu que 2 ans, ce qui implique que l’étudiant doit le repasser régulièrement s’il veut le faire figurer sur son CV.
Par la suite, l’intervenante nous a proposé de nous mettre dans la peau de recruteur d’enseignant de FLE. Trois CV nous ont été distribués et nous devions choisir un des trois, celui qui nous semblait le plus pertinent et justifier notre choix en nous appuyant sur des éléments précis du CV.
Je vous joins le programme de cette journée afin que vous puissiez consulter les noms des personnes qui lui ont donné vie : http://www.asdifle.com/sites/default/files/Programme_JourneeProASDIFLE2017.pdf
Cette journée fut riche en informations, en découvertes et en rencontres.
Par ailleurs, afin de faire un lien entre ce qui vient d’être dit et les évènements actuels, je vous propose de retrouver le billet de Marija Apostolović concernant un évènement portant sur l’hétérogénéité en classe de langue qui aura lieu demain, jeudi 11 Mai à l’INALCO : https://arlap.hypotheses.org/9154#comment-25777

Justine Dumaine

Diplômée d'une licence en Sciences du langage mineure FLES à Paris 3 et titulaire d'un Master 1 en Didactique des langues, je suis actuellement en Master 2 Didactique des langues et des cultures.

More Posts

Réussir l’insertion de migrants et réfugiés

« Réussir l’insertion de migrants et réfugiés »
Mercredi 10 mai 2017
invités : Michel Lefranc, coordinateur de l’association France Bénévolat
Hugues Pouyé, Mairie de Paris
(réseau EIF/FEL, projet AAP-REFUG2016, Cours municipaux d’adultes)
Mairie du 5e arrondissement de Paris, 21 place du Panthéon, 17 h 00

Comment des associations et des collectivités territoriales organisées en réseau prennent en charge au niveau national et européen des problématiques sociales, humanitaires et linguistiques. 
Inscription obligatoire
 (contact@observatoireplurilinguisme.eu ou texto au 0635281226) avant le 9 mai 12h00 (nombre de places limité).

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Grande fête du livre

Cette année, le Salon du Livre de Paris a eu lieu du 24 au 27 mars. C’est en fait ma troisième fois à assister à ce type d’activité du livre, en 2015, j’ai eu l’occasion de participer à Printemps du Livre de Grenoble, et à Les Mots du Monde à Nantes en 2016. Comme j’ai vu le programme sur internet au préalable, j’ai décidé d’y venir le 25 mars en écoutant des conférences qui m’intéressent. Effectivement, cette journée m’a impressionnée et m’a donné beaucoup d’inspirations sur le livre, la littérature et la lecture qui lient aussi avec mon sujet de mémoire.

 Quand je suis entrée dans la grande salle, un slogan a sauté soudain dans mes yeux « lire lire lire lire » et autour de moi, tout le monde ont soit baisé la tête et lu les livres, soit écouté consciencieusement des conférences, cela me fait penser pourquoi si beaucoup de gens sont venu dans ce salon du livre ? Ce n’est certainement pas la magie de ce slogan, mais quelle « magie » laisse les gens être attirés par le livre ? C’est vraiment une obsession pour moi pendant mes recherches du mémoire, je réfléchis beaucoup ce que c’est exactement le plaisir de lecture.

Le salon du Livre a été organisé dans une grande salle de gym, il y a eu de nombreuses espaces exposants, maisons d’édition du monde entier, conférences et  visiteurs. J’ai pu feuilleter des livres que je n’ai jamais vus, parler avec des éditeurs sur des livres qui m’ont semblé étrangers et intéressants, mais aussi j’ai vu des exposants familiers, comme celui de la maison d’édition chinoise et celui du bouddhisme. J’ai pu sentir un choc culturel et une fusion de la littérature du monde entier.

Cette grande occasion littéraire a aussi invité beaucoup d’auteurs français et étrangers : des interviews, des conférences et des rencontres se sont passés en même temps dans tous les coins de cette grande salle, en étant diffusés en directe par le radio et par le télévision. Les sujets dont les lecteurs et les auteurs ont parlé m’ont trouvé très riches, argumentatifs et réflexifs, comme j’ai écouté des conférences s’intitulées comme « Imagine : Les jeunes adultes prennent le pouvoir », « Héroïnes ! », « Écrire le quotidien », « Le poids des mots », « une certaine idée du bonheur ». Je pense que certains d’entre eux peuvent être introduits dans les cours de FLE, pour que les apprenants du FLE puissent bien parler de la littérature, au lieu de seulement rester à la lecture.

 Par ailleurs, il y a aussi de nombreux événements sur le livre qui m’ont donné des inspirations par rapport aux activités proposés dans les cours du FLE, par exemple : Maroc, comme un pays qui partage avec la France des écrivains, une population importante, une langue et un pan de l’Histoire a été invité du Salon en tant que premier pays arabe et africain, l’exposant qui s’est intitulé « un Maroc à livre ouvert » a eu de nombreux blocs contenant des pages différentes, tous les visiteurs ont pu choisir des pages préférées, et puis les détacher, les compiler et les relier, finalement, nous pouvons obtenir un exemplaire particulier et individuel de « Maroc à Livre Ouvert ». Cette forme peut aussi introdure dans la classe du FLE, l’apprenant peut choisir des pages préférés parmi de nombreux extraits littéraires, et puis il les relie comme son propre recueil d’ouvrage littéraire, finalement il peut le lire de manière individuelle, et communiquer avec ses camarades.

Cet événement a laissé le mot « livre » devenir plus divers, plus mouvant et plus impressionnant, tous les gens qui aiment le livre, qui travaillent autour du livre ont eu une opportunité de se rencontrer. En fait, ce type d’activité manque beaucoup en Chine, et d’après une enquête officielle sur la lecture faite en 2017 en Chine, nous pouvons apercevoir que plus de 70% chinois espèrent que le gouvernement chinois pourra organiser beaucoup plus des activités sur la lecture. Je pense donc, que le mot comme « livre » « littérature » « lecture » ne sont jamais une activité individuelle, il y a l’auteur, l’éditeur, le lecteur, le commentateur, le traducteur etc. et peut-être « le plaisir » s’inscrit là-dedans.

 

Bibliographie:

L’enquête officielle sur la situation de la lecture en Chine en 2016, http://book.sina.com.cn/news/whxw/2017-04-18/doc-ifyeimqy2574493.shtml, consulté le 1 mai 2017.

Liu Yang

Etudiante chinoise en master 2 à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A: recherche. Master 1 FLE : Analyse et programmation de la communication didactique à l'Université de Nantes.

More Posts

Follow Me:
Facebook

L’hétérogénéité dans la classe de langue. Comment et pourquoi différencier ?

 

 

Date : Jeudi 11 mai 2017,     8h :30 – 18h

Lieu : Inalco, salle 3.15

Adresse : 65 rue des Grands Moulins, 75 013 Paris

 

L’équipe de recherche PLIDAM de l’Inalco organise une journée d’étude autour de la notion de l’hétérogénéité. Un sujet incontournable et nécessaire à aborder à l’heure actuelle vu que l’hétérogénéité dans la classe n’est plus exception. Bien au contraire. Cette diversité linguistique et culturelle  touche tous les acteurs dans le processus de l’enseignement-apprentissage. Ainsi, l’enseignant doit prendre en compte et valoriser le bilinguisme/le plurilinguisme de ces apprenants. D’autre part, l’apprenant, lui aussi, a à reconnaître la singularité de son parcours langagier et de son origine. Une telle classe se montre complexe à gérer. Elle nécessite une préparation particulière de la part de l’enseignant.

Dans cette optique, cette journée d’étude s’avère enrichissant à proposer des pratiques, des stratégies, des pistes, des outils et à partager des expériences à ce propos. De ce fait, je vous invite à y assister nombreux !

 

Plus d’informations relatives au programme :

http://www.inalco.fr/sites/default/files/asset/document/prg_je_11_mai_0.pdf

Marija Apostolović

Étudiante en M2 DFLE, spécialité 1, option A Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

Signez la tribune contre l’amplification du CECRL !

J’appelle tous les étudiants à prendre connaissance de la tribune de trois associations qui contestent l’amplification envisagée du CECRL et à la signer le plus rapidement possible (limite: 26 mai) ! C’est ici :

https://redila.hypotheses.org/1364

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Rencontre Virtuelle FLE-Éditions Maison des Langues

Date : Mercredi 26 avril de 11h à 12h et de 17h à 18h (heure de Paris)

Thème : Formation continue avec l’Espace Virtuel

Animatrice : Anne Mocaër

Descriptif :

Comment se former facilement et enrichir ses cours en tant qu’enseignant ? Comment, en tant que coordinateur et responsable de cours, développer efficacement les compétences de son équipe enseignante ?

Faites un tour d’horizon des possibilités de formations qu’offre l’Espace Virtuel avec la section dédiée aux enseignants : fiches TICE, veille des actualités FLE, Rencontres virtuelles FLE et Rencontres FLE.

Découvrez les avantages que représente la formation en apprentissage mixte (blended-learning) pour vos classes et vos centres de FLE.

Ne manquez pas ce rendez-vous en direct, vous avez jusqu’au 25 avril pour vous inscrire !

https://www.emdl.fr/fle/formations/rencontres-virtuelles-fle/rencontre-virtuelle-fle-du-26-avril-2017

 

Rencontre avec les maisons d’Edition – Salon du livre 2017

Le dimanche 26 mars, je me suis rendue au Salon du livre de Paris qui se tenait Porte de Versailles.

L’an dernier, j’y étais allée pour la première fois depuis plusieurs années et quelle n’avait pas été ma surprise de voir un petit carré composé d’éditeurs de manuels de FLE !

Actuellement en pleine rédaction de mon mémoire de recherche portant sur l’entrée en littérature française via les extraits littéraires proposés dans les manuels de FLE, il est essentiel pour moi de disposer du point de vue d’un éditeur/d’un auteur qui participe à la réalisation d’un manuel de FLE afin de comprendre les choix qui sont faits (choix des œuvres, des extraits, objectifs poursuivis…).

Arrivée au salon, je déambule dans les allées afin d’observer les maisons d’éditions représentées, les auteurs présents pour la signature d’autographes. Cela est l’occasion de me concentrer et de réfléchir une dernière fois à la façon dont je vais aborder les éditeurs.

Après avoir traversé la foule, me voilà enfin arrivée allée B, où se situe le coin FLE d’après le plan emprunté à l’entrée du salon.

Pour commencer, je décide d’aller voir les deux représentants de la maison d’édition Didier. Tous deux sont extrêmement gentils et écoutent avec attention ce que je leur dis (je leur résume brièvement ma situation : Etudiante qui réalise son mémoire sur la littérature dans les manuels de FLE qui aurait des questions à poser à un éditeur …). Malheureusement, ils ne peuvent répondre à mes questions car ils ne travaillent pas à la conception des manuels. Néanmoins, ils me donnent le mail d’une personne qui serait habilitée à répondre à mes questions.

Je poursuivis ensuite mon investigation avec le stand de chez Clé International. Je dois dire que ce fut l’entretien le moins enrichissant. En effet, la personne était débordée par l’affluence et ne pouvait pas répondre à mes questions. Je me suis donc contentée d’un petit dépliant récapitulant les nouveautés de l’année 2017 et les coordonnées des personnes « importantes » de la maison d’édition.

Je suis finalement allée à la rencontre des représentantes de chez Hachette FLE. La première personne était chargée de l’espace numérique et la seconde … La co-auteure du manuel Le Nouveau Taxi ! 3, un des manuels qui fait justement partie de mon corpus de cinq manuels. Nous avons alors discuté durant plusieurs minutes avant de devoir nous séparer car l’affluence sur le stand était de plus en plus importante. Nous continuons de communiquer via mail.

Cette après-midi de dimanche 26 mars fut donc riche en rencontres pour mon mémoire !

Justine Dumaine

Diplômée d'une licence en Sciences du langage mineure FLES à Paris 3 et titulaire d'un Master 1 en Didactique des langues, je suis actuellement en Master 2 Didactique des langues et des cultures.

More Posts

Vous avez dit orthographe ? 3-4-5 avril à Censier !

Vous pensez que l’orthographe est difficile à maitriser ? Qu’elle vous handicape dans votre apprentissage ? Dans votre vie de tous les jours ? Qu’au contraire elle vous fascine ? Vous intrigue ? Vous aimeriez qu’elle change ? Qu’elle ne change pas ? Vous sentez que vous avez besoin d’être aidé.e pour mieux la contrôler ?

Les lundi 3, mardi 4 et mercredi 5 avril prochains, la CFVU organise un évènement pour essayer d’apporter des réponses à toutes les questions que vous vous posez (ou que vous allez vous poser !) sur l’orthographe à travers différentes actions :
– activités ludiques et interactives, outils de relecture, sites de rappel des règles d’orthographe, sites pour s’entrainer
– action d’information autour des troubles de l’orthographe (mercredi 5 avril toute la journée)
– 3 rencontres-échanges pour écouter et échanger avec des professionnel.le.s et des expert.e.s de l’orthographe

Programme des rencontres-échanges (18h00 à 20h00 en salle 245)

Lundi 3 avril – « Orthographe : histoire, changements, guerre sociale et citoyenneté » (Maria Candea, MCF en sciences du langage au CLF de la Sorbonne Nouvelle) 
Mardi 4 avril
 – « Pourquoi l’orthographe du français est-elle si complexe ? Propositions pour mieux la contrôler » (Danièle Manesse, professeure émérite en sciences du langage au département Didactique du Français Langue Etrangère de la Sorbonne Nouvelle).
Mercredi 5 avril – « Orthographe, difficultés et troubles : mauvaise orthographe et dyslexie à l’université ». (Jean-Michel Mantion, professeur à l’INSHEA – Institut national supérieur de formation et de recherche pour l’éducation des jeunes handicapés et les enseignements adaptés – et Mathilde Noury, Vice-présidente étudiante de la Sorbonne Nouvelle).

Vous retrouverez le détail de toutes ces informations sur le site de l’université : http://www.univ-paris3.fr/semaine-reussite-orthographe

Pour toute demande de renseignements plus pratiques, vous pouvez écrire à reussite@sorbonne-nouvelle.fr

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

« Valoriser et développer les outils autour des corpus dans une perspective didactique / Enhancing and extending corpora and corpora tools for learning and teaching »

 

 

Les réflexions autour du français langue étrangère ne cessent de se développer. Ce champ s’intéresse à présent à d’autres domaines qu’à ceux relevant de l’enseignement du français en tant que système voir une structure linguistique aux étrangers. La preuve en est le développement d’outils autour des corpus en ligne censées aider les apprenants de français langue étrangère à rédiger des écrits scientifiques. Cristelle Cavalla, une enseignante à Paris III, a mené des travaux sur ce sujet. Son objectif derrière cela est de développer chez les apprenants les connaissances générales nécessaires afin de mettre en place des schèmes d’usage des corpus. Cavalla espère associer l’utilisation de deux corpus en autonomie afin que les apprenants puissent acquérir simultanément des connaissances en français langue étrangère et des compétences dans le traitement des données informatique dans cette même langue. De cette manière, les étudiants seront compétents dans l’utilisation des corpus dans leur apprentissage.

Pour ceux qui veulent avoir plus d’informations sur l’apprentissage et le développement des corpus en ligne. Cristelle Cavalla va organiser une quatrième rencontre autour de ce sujet à la maison de la recherche le  13 avril 2017. Alors soyons nombreux !

Tassadit Toumert

Diplôme Approfondi de Langue Française (DALF C1), Diplôme de Professeur de Français Étrangère à L'ENS D'Alger, Diplôme de Maîtrise en Sciences du langage à (ILPGA) Sorbonne-Nouvelle Paris 3. Préparation d'un M2 en Didactique du FLE et langues du monde (Sorbonne Nouvelle Paris 3)

More Posts

FrancophonieS

Chers camarades, il y a quelques semaines je vous faisais part d’un événement organisé par l’UNESCO à l’occasion de la Journée Internationale de la Langue Maternelle (dont j’espère pouvoir vous faire un billet compte rendu assez rapidement).

Des journées comme celles ci sont l’occasion d’apprécier des projets collaboratifs et/ou des résultats d’enquêtes liés au thème des journées (bien souvent assumé par des classes de l’Éducation Internationale, des associations, ONG etc.) ce qui serait bien parfois sources d’informations, de références et de données pour nos propres travaux de recherches ; l’occasion aussi de se réunir le temps d’une conférence ou d’un colloque, organisés au delà des murs de notre université (car je n’oublie pas l’importance d’aller voir ailleurs, de se former au delà de nos salles de classes et des programmes « intra »-département DFLE), avec des professionnels mais aussi des « curieux » pour échanger sur les intérêts à promouvoir, défendre, militer pour une cause et sur l’importance de contribuer à rendre ces journées thématiques plus visibles dans la société (et bien souvent, j’ai constaté et expérimenté que ces « curieux » apportent énormément à la discussion).

D’autant plus que nous sommes directement concernés par certaines de ces journées : celle de la Langue Maternelle, celle des Enseignants mais surtout, parmi les autres événements qui rythment les saisons, vous n’êtes sûrement pas passés à côté de la semaine de la Francophonie qui a lieu du 18 au 26 mars dans le monde entier (car oui la Francophonie dépasse les frontières de notre métropole, mais là je ne vous apprends rien j’espère). L’événement à côté duquel nous ne pouvons pas rester indifférents. En témoigna une grande campagne d’affichage dans les rues parisiennes et dans les couloirs du métro.

En revanche, pour ceux qui seraient passés à cause de l’information, il faut savoir que déjà en décembre dernier, une récente étude de l’Institut européen d’Administration des Affaires –plus précisément l’école de commerce INSEAD- relayée par la presse française (Le Figaro, Le Parisien), a révélé que la langue française aurait acquis la troisième place sur le podium des langues les plus parlées dans le monde, après l’anglais et le mandarin (aurait acquis au conditionnel ; je vous renvoie aux divers articles en ligne ci-dessous pour appréhender toute la subtilité et la délicatesse d’une telle affirmation)

http://www.lefigaro.fr/langue-francaise/actu-des-mots/2016/12/25/37002-20161225ARTFIG00001-le-francais-se-hisserait-au-3e-rang-des-langues-les-plus-parlees-au-monde.php

http://www.leparisien.fr/societe/le-francais-3e-langue-la-plus-parlee-au-monde-27-12-2016-6498558.php

Très grossièrement, le français est parlé par des locuteurs natifs, par des locuteurs de FLS dont le français est l’une des langues officielles du pays de résidence, mais aussi par des locuteurs de FLE aussi bien à l’étranger qu’en France etc. Trêve de désignations. Autant de situations dans lesquelles nous sommes investis, en tant que locuteur/(ex-)apprenant/enseignant. La semaine dernière a été le moment pour les acteurs de la langue française -enseignants, concepteurs, mais aussi simples locuteurs et autres « curieux » comme m’amuse à désigner- de témoigner de leur amour et de leurs préoccupations quant à l’avenir du français, encore bien loin du modèle hégémonique de la langue anglaise.

Beaucoup parmi vous ont peut-être eu l’occasion de traverser le site de l’événement http://semainelanguefrancaise.culturecommunication.gouv.fr/Programme#/events/21361 , à la recherche de l’animation gratuite la plus proche, pour participer aux festivités ? Oui, oui, je lance un appel à billets si certains de mes camarades ont une expérience à partager de cette semaine thématique. S’il vous plaît.

CAR, en ce qui me concerne, je n’étais pas présente à Paris durant cette semaine à mon grand regret, retenue dans ma petite ville d’origine en Bretagne où malheureusement, aucun événement n’a attiré l’attention sur la célébration de la Francophonie. Parce que les Bretons revendiquent de plus en plus les langues régionales ? Parce qu’on est en train de vivre un rejet de la langue française ? Pas à ce point là, bien que je capte de plus en plus ce genre de discours dans mon entourage indirect mais très honnêtement, je n’ai pas envie de m’étendre sur le sujet. Mais la magie du 21ème siècle fait que nous ne sommes plus obligés d’être présents en Île de France pour pouvoir profiter des animations à la célébration de la Francophonie. Grâce à Internet, les échanges et les présentations de travaux et de projets liés aux enjeux francophones se partagent en un rien de temps, aux quatre coins du globe.

Et quand bien même vous ne vous êtes pas intéressés à l’événement, je me permets ici de vous restituer un projet photographique tout ce qu’il y a de plus ludique : Jeu « Expressions à deviner » illustrées en objets de vide-greniers (animation proposée par MdeMontmartre). Le principe ? Une série de clichés mettant en scène des accessoires, dans le but d’illustrer des expressions de la langue française. Et je dois bien avouer qu’on se prend facilement au jeu !

http://expressionillustree.blogspot.fr/

Alors avis aux locuteurs francophones : venez tester vos connaissances et vos sens de l’observation et de l’interprétation / aux enseignants de FLE : venez dénicher de nouveaux supports pédagogiques pour vos séances de classes autour des expressions françaises / aux apprenants de FLE : invitation observer, interpréter, comprendre et surtout donner une image aux expressions parfois bien farfelues de la langue française.

Je vous laisse avec un exemple, ci-dessous, pas très difficile. À vous de jouer !

Copyright MdeMontmartre

 

image à la Une : Semaine de la langue française et de la Francophonie – Ministère de la Culture et de la Communication

Floriane Gonidec

actuellement étudiante en M2 Didactique des langues et des cultures de l'université Paris 3. Licence de Lettres Modernes de Rennes 2

More Posts

Regards croisés sur Eli Lotar

Dans ce billet, je voudrais croiser mes expériences sur une exposition que j’ai visitée il y a quelques semaines. Ou confronter l’art, particulièrement la photographie et le film documentaire avec la méthodologie de recherche. On verra bien quels sont leurs points convergents.

Eli Lotar (1905-1969), photographe et cinéaste français d’origine roumaine, fait partie des premiers photographes de l’avant-garde parisienne. Un artiste interdisciplinaire et engagé, il combine plusieurs pratiques telles que photographie, collages et films.

La rétrospective de son œuvre sera présentée au Jeu de Paume jusqu’au 28 mai. Elle met en exergue l’importance du cinéma et du documentaire pour cet artiste engagé. Ainsi, en se promenant entre surréalisme et documentaire, poésie et engagement, ville et voyage, image fixe et cinéma, on a l’impression de se balader à travers la recherche, entre notions et concepts, enquêtes et terrain, engagement et préconisation, etc. C’est à partir de cette promenade que je voudrais présenter une exposition vue par un rédacteur de mémoire.

Les premiers débuts d’Eli Lotar s’inscrivent dans le courant de Nouvelle vision. La photographie devient un outil d’exploration, on y  découvre le désir de l’auteur pour trouver l’inconnu dans un objet connu. En flânant à travers Paris urbain et industriel, on est d’emblée frappé par le goût du photographe pour les détails. Il les recherche en variant la focalisation, en isolant un élément (un flou sur une locomotive) tout en adoptant le procédé de plongée[1], de contre-plongée, de décadrage ou de gros plan, mais aussi un point de vue inhabituel et surprenant. Il me semble que cette technique d’Eli Lotar se puisse bien transposer à la méthodologie de recherche. Ainsi, il faut se laisser jouer avec les notions qu’on adopte – varier leur focalisation, le point de vue, les isoler, rechercher les détails qui échappent afin d’obtenir « l’inconnu dans un objet connu ». Il va de même pour l’objet de recherche. De cette manière, on démontre toute la singularité de notre posture de chercheur.

        

Eli Lotar, Foire de Paris, 1928          Eli Lotar, Locomotive, vers 1929

Peu à peu, la pratique d’Eli Lotar évolue en cédant place au documentaire. Dans ce sens, il se laisse déambuler dans les rues de Paris, dans les petits quartiers misérables, dans des endroits où peu de gens vont. Il capte des figures qui sont dans « un moment de vision intérieure, dans un moment de pause »[2]. Mais son vrai engagement documentaire, à savoir social et politique, se réalise dans les films documentaires. Ainsi, il est opérateur sur le film Terre sans pain de Luis Buñel (1933) dont l’objectif est de démontrer les conditions difficiles de vie des habitants de la région Hurdes, en Espagne. Il collabore également dans le film Zuiderzeewerken de Jorins Ivens (1929). Enfin, en 1945, Lotar lui-même réalise un film intitulé Aubervilliers témoignant d’une grande misère des habitants de cette banlieue parisienne.

Eli Lotar, Dormeuse, Espagne, quatrième voyage, février 1936

Cet intérêt et le travail sur le documentaire d’Eli Lotar  correspond au terrain de recherche d’un chercheur. Après avoir établi un cadre théorique, bien examiné les notions et les concepts, les théories qui lui serviront d’appui, le chercheur se glisse dans le terrain (ou inversement). C’est là où il retrouve toute la richesse de sa recherche. De même comme Lotar, il se laisse flâner dans le terrain, il observe et guette son objet de recherche. Ses enquêtés. Les problèmes qui surgissent… Il est à l’écoute de la théorie et du terrain. Il s’engage aussi… dans le but d’améliorer l’état de choses actuelles dans tel ou tel domaine.

Enfin, ce qu’il lui reste, c’est d’entamer un dialogue avec ses enquêtés, le matériel précieux de chaque recherche. De les écouter, de les comprendre, de se distancier de la posture de chercheur. Mais pas tout à fait. Ainsi, Lotar a mis fin à sa carrière par la collaboration avec Giacometti, sculpteur, dans les années 60. Le dialogue équilibré s’établit entre ces deux artistes : Lotar photographie Giacometti, Giacometti sculpte Lotar. Un dialogue de l’enquêté et l’enquêteur.

  1.                  2.   

1. Eli Lotar, Giacometti à l’hôtel de Rive, Génève 1944

2. Giacometti, Buste de Lotar, 1965

Dans cette perspective, nous avons pu voir un lien étroit entre recherche et art. En fin de compte, l’art est une recherche et la recherche est un art… Eli Lotar l’a bien montré : leurs procédés et leurs méthodes ne se distinguent pas. Ainsi, un dialogue intime s’établit.

Les infos sur l’exposition Eli Lotar (1905-1965) :

Date : du 14 février au 28 mai 2017

Lieu : Jeu de Paume, 1, place de la Concorde

Accès : Gratuit pour les étudiants

Site : www.jeudepaume.org

[1] En photographie et au cinéma, la plongée et la contre-plongée désignent les angles de prise de vue. Ainsi, la plongée est la prise de vue du haut vers le bas tandis que la contre-plongée est un procédé inverse.

[2] Selon les mots de Damarice Amao, commissaire de l’exposition.

Marija Apostolović

Étudiante en M2 DFLE, spécialité 1, option A Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts