Archives de catégorie : plurilinguisme

Journée internationale de la langue maternelle 2017, avec l’UNESCO

Peut-être comme moi vous vous étonnez toujours de voir apparaître au fil de l’année des Journées internationales comme celle du câlin (21 janvier), celle des gauchers (13 août), Journée mondiale sans achat (dernier weekend de novembre)  ou encore la Journée mondiale du pull de Noël ( 3ème vendredi de décembre). Eh oui …

En général, nous nous souvenons surtout des journées qui mobilisent de nombreuses manifestations et qui ont plus de visibilité dans la presse : la Journée internationale des femmes (8 mars), les Journées du patrimoine ( 3ème weekend de septembre) ou encore en ce qui me concerne, la journée mondiale de l’eau (22 mars) et celles contre la faim (15 juin) que j’avais l’occasion de « célébrer » étant plus jeune avec mes professeurs

Difficile de savoir pourquoi, qui et comment ces journées sont instituées. Bien souvent, il faut reconnaître les volontés et les engagements de grandes institutions comme l’ONU, l’UNESCO, l’UNICEF etc.

À l’occasion de la Journée internationale de la langue maternelle qui a lieu le 21 février, l’Unesco nous rappelle que « La Journée internationale de la langue maternelle est célébrée chaque année depuis février 2000 afin de promouvoir la diversité linguistique et culturelle ainsi que le multilinguisme. La date du 21 février a été choisie en hommage aux étudiants tués par la police à Dacca (aujourd’hui la capitale du Bangladesh) alors qu’ils manifestaient pour que leur langue maternelle, le bengali, soit déclarée deuxième langue nationale du Pakistan de l’époque. »

Entant qu’étudiants/professeurs/chercheurs en FLE, en didactique des langues et des cultures, ces enjeux autour de la langue maternelle de tous doivent nous concernés, dans la transmission de notre langue maternelle (le français ?) mais surtout dans le respect et la sauvegarde de la (ou les) langue(s) maternelle(s) des individus que nous rencontrons et que nous instruisons.

Et j’ajouterais à cela les mots très justes de Madame Irina Bokova, directrice générale de l’UNESCO « À l’occasion de cette Journée je lance un appel pour que le potentiel de l’éducation multilingue soit reconnu partout, dans les systèmes éducatifs et administratifs, dans les expressions culturelles et dans les médias, le cyberespace et les échanges commerciaux » !

Cette journée internationale va mobiliser de nombreuses manifestations à travers les institutions et les écoles qui auront choisi de la célébrer. Alors, permettez moi de vous partager l’évènement que L’UNESCO organise pour l’occasion :

http://www.unesco.org/new/fileadmin/MULTIMEDIA/HQ/ED/pdf/imld2017-agenda-fr.pdf

(l’évènement semble gratuit et libre d’entrée, je n’ai pas eu d’informations contraires)

Prochains rendez-vous : la Journée internationale la Francophonie (bien sûr !) le 20 mars, Journée européenne des langues (voulue par Conseil de l’Europe, 26 septembre) ou pourquoi pas la Journée mondiale des enseignants (5 octobre, merci l’ONU).

Floriane Gonidec

actuellement étudiante en M2 Didactique des langues et des cultures de l'université Paris 3. Licence de Lettres Modernes de Rennes 2

More Posts

Plurilinguisme aux Philippines : vers une revalorisation des dialectes (schéma du contenu de l’introduction)

Introduction

0.1. Contexte

0.1.1. Plurilinguisme ? (présentations des principales
définitions de ce terme et mise en harmonie de
celles-ci pour pouvoir aboutir à une définition plus
enrichie décrivant spéciquement ce qu’est le
plurilinguisme)

0.1.2. Quel plurilinguisme pour les Philippines ? : une
question d’identité reflétant le paysage
linguistique des Philippines (surtout les
dénominations « dialecte, langue nationale ou
langue maternelle »)

0.1.3. Pourquoi parler de ce plurilinguisme dans le
contexte philippin ? (enjeux politiques,
culturels, sociaux)

0.2. Problématisation

0.2.1. Facteurs considérés pour décider quel angle est à
attaquer (grille d’analyse d’une université
philippine, constitution
philippine, rôles des institutions cléfs de l’état:
ministère de l’éducation, la Commission des études
supérieures et la réforme éducative philippine
récemment lancée)

0.2.2. « une question qui n’est plus considérée comme une
question » du fait des valeurs accordées par l’état
aux langues (rôle essentiel de l’état) (focalisation
sur les articles de la Consitution philippine
parlant des langues pour porter un regard comparatif
sur les langues « officielles » des Philippines et
celles qui ne le sont pas, et ses effets de domino)

0.2.3. constats particuliers

0.2.3.1. un article d’une philippine parlant de ses
représentations des langues : Rappler (source en
ligne)

0.2.3.2. une vidéo traitant de la question concernant
l’apprentissage obligatoire du filipino
(langue nationale par rapport à son
utilité)

0.2.3.3. Témoignage d’un Canadien, sur un réseau
social, d’un vécu langagier avec les
Philippins

0.2.3.4. ce que dit les textes officiels (des
principales institutions éducatives
philippines) des langues à l’école

0.2.3.5. enseignement des langues aux Philippines
(langues enseignées vs langues non
enseignées) (débats (réforme
éducative récente de l’éducation philippine)

0.2.3.6. point saillant : centralité de l’anglais
(domination acceptée) et valeurs réduites
des dialectes

0.3. Situation troublée : Les Philippins ayant comme langue maternelle les dialectes du pays sont prêts à dévaloriser ceux-ci pour l’anglais (se révélant dans leur comportement langagier et dans les valeurs qu’ils y associent).

0.4. Présentation et justifications des questions de réflexion partant de l’objectif

0.4.1. Quelles sont les représentations actuelles des
langues et leurs enjeux aux Philippines ? (étape
de vulgarisation d’une dimension cachée)

0.4.2. Quels sont les facteurs provoquant l’inégalité
des dialectes entre eux et vis-à-vis de
l’anglais ? (regard critique de la
dimension cachée et désormais vulgarisée :
creuser la racine)

0.4.3. Quel rôle peut jouer l’apprentissage d’une
langue étrangère pour sensibiliser les
Philippins à cette inégalité et pour y remédier
à l’aide de l’approche d’enseignement
plurilingue et pluriculturelle ? (proposition de
résolution)

0.5. Objectif de recherche

0.5.1. Revalorisation des dialectes philippins (mise en
lumiere du statut actuel des langues philippines)

0.5.1.1. menaces : tendance glottophobique
(discrimination linguistique, Blanchet)
provoquée par les langues « dominantes »

0.5.1.2. les langues face à la mondialisation
« uniformisante »

0.5.1.3. inclusion vs exclusion des langues en
contexte philippin

0.5.1.4. défendre une langue ou un dialecte,
c’est défendre le peuple qui le parle

0.5.1.5. la mise en question de la démocratie face
aux langues (compte tenu du fait que les
Philippines est un « pays démocratique »

0.6. Question de recherche : Comment revaloriser les dialectes face à la forte préférence des Philippins pour l’anglais ?

0.7. Importance

0.7.1 absence d’une approche inclusive
d’enseignement des langues aux Philippines (en
m’appuyant sur les textes officiels des
institutions éducatives : CHED, DepEd))

0.7.2. Explicitation de la linguistique politique actuelle
des Philippines

0.7.3. « Combattre les discriminations linguistiques »
(Blanchet)

0.7.3. reconnaissance de la diversité des identités
linguistiques aux Philippines

0.7.4. Apprendre une langue doit être un enrichissement du
rêpertoire langagier existant d’un Philippin et pas une
menace

LAGCAO Gleford Jr.

Etudiant en Master 2 FLE-LM option A (MEMOIRE)

More Posts

Prêche pour la paroisse étymologique

Merci à Frédérique Aiddid (M2 DFLE Spécialité 2) qui est à l’origine de ces réflexions

bougie

Si le plurilinguisme est généralement valorisé aujourd’hui, toutes les langues ne bénéficient pas du même capital en termes de prestige social.

Les langues arabes, et particulièrement l’arabe maghrébin qui est dans une situation de diglossie dans plusieurs pays du Maghreb, ne sont pas seulement mises au ban d’un enseignement formel. Elles sont souvent aussi interdites dans la classe et l’école, contraintes de circuler en cachette dans les couloirs et absentes de l’espace public en France.

Cette mise au ban dans le contexte post-colonial contemporain participe à perpétuer une violence psychique qui finit par faire intégrer à celles et ceux qui la subissent que la langue qu’ils/elles parlent est une langue inférieure.

Dans le quotidien de la classe, pourtant, beaucoup de matières enseignées à l’école élémentaire peuvent donner lieu à des valorisations de la langue arabe qui, derrière l’anglais et l’italien, est la troisième source d’emprunt de la langue française.

La classe de français, mais aussi de mathématiques ou d’autres disciplines encore peut être l’occasion de mettre en valeur la langue arabe à travers un travail sur l’origine des termes. D’abricot à zéro en passant par algèbre, algorithme, nénufar, sarbacane, magasin, etc., la langue française compte deux fois plus de mots d’origine arabe que d’origine gauloise !

Pour approfondir le sujet, voir le Dictionnaire des mots français d’origine arabe de Salah Guemriche (Editions du Seuil, coll. Points, 2007).

Laure Garnier

M2 Didactique des langues, Paris 3

More Posts

Plurilinguisme aux Philippines : vers une revalorisation des dialectes (plan provisoire)

Introduction

0.1. Contexte
0.2. Problématisation
0.3. Objectifs de recherche
0.4. Importance (absence de recherche d’une approche
inclusive d’enseignement des langues)

Chapitre 1 : Cadre théorique

1.1. Représentations des langues
1.2. Statut des langues
1.3. Identité plurilingue (alternance codique et
centralité des langues)
1.4. Apprentissage d’une langue étrangère en contexte
plurilingue

Chapitre 2 : Méthodologie

2.1. Méthode biographique
2.2. Protocole d’enquête
2.3. Questions de lancement
2.4. Public visé (génération du « millénaire »)

Chapitre 3 : Analyse des données

3.1. Profil biographique des informateurs
3.2. Profil langagier des informateurs
3.3. Analyses des extraits de témoignages des
informateurs
3.3.1. Représentantions du repertoire langagier
des informateurs
3.3.2. Identité plurilingue
3.3.2.1. Comportement langagier au cours
de l’entretien (récurrence
de l’alternance codique)
3.3.2.2. Fonctionalité des langues
(modèle gravitationnel de la
centralité des langues, Calvet)

Chapitre 4 : Résultats et préconisations

4.1. Implications de la centralité de l’anglais
et de la place périphérique des dialectes
4.2. Sensibilisation à l’inégalité des langues et
ses implications
4.3. Approche plurlingue d’enseignement/apprentissage
d’une langue étrangère visant l’inclusion des
dialectes dans la politique lingustique
philippine: le cas du FLE

Conclusion

5.1. « Inégalité » officielle des langues
5.2. Pas débutaire vers la survie des dialectes
philippins face à la tendance hégémonique
d’autres langues
5.3. Autres pistes de recherche possibles : Analyse
des répresentations inter-générationnelles des
Philippins, question d’identité philippine
fréquemment débattue, intercomprehension des
groupes éthniques philippins par le biais de
l’approche plurilingue d’enseignement
/apprentissage (comme moyen possible
d’inclusion visant à résoudre les problèmes de
séparatismes aux Phlippines)

Bibliographie

LAGCAO Gleford Jr.

Etudiant en Master 2 FLE-LM option A (MEMOIRE)

More Posts

une journée d’étude AFaLaC le 3 mars 2017 au Mans

La 2ème journée d’étude de l’Association Famille Langues Cultures , association dont voici le site : http://www.famillelanguescultures.org/

Cette journée se déroulera le 3 mars 2017 à l’Université du Maine : http://www.famillelanguescultures.org/medias/files/preprogramme-5.pdf

Cela peut intéresser celles et ceux qui se penchent sur les questions du plurilinguisme précoce.

 

Magali Dermont

M2 Didactique des Langues spécialité 1 option A

More Posts

L’Ecole, le français et les langues : quelles politiques linguistiques pour l’équité ?

Le 30 novembre 2016 à Montreuil :

lecole-le-francais-et-les-langues-adeb-30-novembre-2016

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Les aventures de Itzel et Sonia : Un film qui éduque ? Qui ? À quoi ? Comment ?

Les aventures de Itzel1 et Sonia à la recherche des gardiens de l’eau2

Le sujet est posé : le film traitera de l’eau, ce qui peut sembler de prime abord bien inquiétant pour qui s’attend à s’entendre dire une fois de plus qu’il-faut-bien-refermer-le-robinet-après-s’être-brosser-les-dents-en-ayant-utilisé-un-verre-à-dents-après-avoir-pris-une-douche-très-courte. Mais rapidement, le spectateur est rassuré : il ne recevra pas l’habituel sermon moralisateur et culpabilisant. Il ne sera pas montré du doigt dans sa vie quotidienne, accusé et acculé, mais interpelé par une petite fille (un personnage d’une grande force d’identification) et sa grand-mère et, comme elles, il sera concerné et consterné ; assailli d’une grande curiosité et d’un intérêt acquis pour son pays, sa géographie, sa mythologie et ses langues, des cultures qui lui sont dans le même temps familières – il en est l’héritier – et étrangères – elles lui sont lointaines et souvent méconnues. Les personnages incarnent des forces constructrices (les gardiens de l’eau) et des forces destructrices (le sans visage) qui coexistent et luttent. Il n’est pas ici question de bien et de mal, mais de forces en opposition. La voie off étaie le discours et nous rappelle à la véracité des mythes quand la réalité invisible nous échappe et nous fait croire à une pure invention fictive.

Mais il est déjà temps maintenant de sauter dans le courant de l’histoire…

Tout commence dans une salle de bains d’une maison de Mexico. « Grand-mère, y’a plus d’eau ! »3 crie Itzel qui prend son bain avec sa grenouille Sonia. L’eau ne coule plus et elle ne reviendra pas. C’est la grand-mère – figure emblématique d’un Mexique confronté à une situation économique qui expliquerait une inter-dépendance générationnelle dont les membres d’une famille tirent partie – qui prendra la décision d’aller à la recherche des gardiens de l’eau, soient des vieux amis que mamie n’a pas vus depuis longtemps.

Les voilà parties : la grand-mère, sa petite-fille et l’animal de compagnie, la grenouille. Entre parenthèse, le choix de l’animal n’est évidemment pas hasardeux puisque la survie immédiate et à court terme de l’amphibien dépend de la proximité d’une source d’eau.

Nous sommes embarqués très rapidement aux confins d’un Mexique traditionnel sinon disparu, du moins menacé et/ou en mutation. Elles vont y rencontrer de nombreux personnages qui vont les aider et les accompagner, chacune dans leur parcours initiatique. La petite fille va découvrir qui elle est et comment vivre avec l’absence de sa grand-mère qui elle, aura pris le temps de mourir. La grenouille va intégrer la mythologie contemporaine du Mexique en rejoignant les « gardiens de l’eau » qui semblent en être un des nouveaux visages.

Leur tour du Mexique – non exhaustif mais digne d’un tour opérateur spécialisé dans les cultures précolombiennes – nous fera passer par le Chiapas, l’Etat de Veracruz, l’Etat de Mexico, l’Etat de Querétaro, l’Etat de Oaxaca, l’Etat de Campeche, le Yucatan, pour terminer dans le Quintana Roo. Pour chaque région visitée, les langues indigènes locales seront représentées ; excepté le mam qui sera identifiée, toutes les autres langues en présence dans le film seront parlées, sous-titrées mais non identifiables à moins de les (re)connaître ou de faire des recherches en aval. L’usage intensif qui en est fait est justifié par l’histoire et son propos : faire parler les protagonistes dans la langue des origines est une façon de donner corps aux éléments et aux événements. C’est aussi un moyen de les faire entendre à de jeunes spectateurs qui n’ont pas nécessairement l’occasion de les fréquenter et d’en saisir l’étrangeté, voire la beauté. C’est enfin une manière de rappeler que l’espagnol, s’il est une langue du Mexique, n’en reste pas moins une langue parmi plus de soixante langues du Mexique.

Tout au long de ce voyage, les protagonistes vont entrer en contact avec le folklore mexicain et la mythologie maya, les jetant dans une œuvre qui peut s’inscrire dans le courant du réalisme magique.

Les chaneques, qui « reflètent notre nature combattive et nous enseignent que comme l’eau, on peut s’adapter à tous les changements » sont bien sûr présents dans l’inventaire. Les animaux emblématiques, réels ou imaginaires, tels que le caïman, le puma, le cerf et la sirène seront un lien entre le monde visible et le monde invisible. Les éléments naturels seront omniprésents : la lune accueillera la grand-mère ; le mancenillier, l’arbre le plus dangereux du monde, blessera Itzel qui saura trouver l’antidote qui la guérira ; les cenotes – ces puits naturels – contiennent l’eau ; le ceiba, l’arbre sacré des mayas, sur le tronc duquel apparaîtra l’image de la Vierge de Guadalupe, patronne du Mexique.

On pourrait y voir une volonté de transmettre aux jeunes générations l’idée qu’elles sont les héritières d’un patrimoine dont elles assurent en permanence la re-création continue et qu’elles transmettront à leur tour aux générations suivantes. Peut-être aussi, l’idée que chaque individu fait partie d’un tout et qu’il n’est ni le centre ni au centre mais le maillon – à la fois simple et irremplaçable – d’une chaîne. Les mythes passés ne sont pas morts, ils n’ont pas disparus : ils se réactualisent chaque jour, en nous et dans le monde qui nous entoure sous des formes nouvelles. C’est ainsi que ce film nous enseigne un monde depuis l’échelle macro-sociale – la culture – jusqu’à l’échelle micro-individuelle – les décisions prises par les individus. (Desjeux 2004)

C’est aussi l’illustration d’une expérience humaine : les morts continuent à vivre à travers nous, dans la mémoire et dans le coeur. Itzel l’apprendra bien vite quand sa grand-mère morte lui dira « Je te guiderai et je t’aiderai quand tu en auras besoin. » alors qu’elle sera, elle, encore vivante. Ce lien entre le monde des vivants et celui des morts est bien réel au moins à l’échelle de deux ou trois générations, puisque nous avons cohabité avec ceux qui sont maintenant morts et que nous cohabitons avec ceux qui nous survivront.

On pensait voir un film didactique sur la préservation de l’eau, et l’on se retrouve dans un conte à la fois didactique et initiatique où s’entremêlent le réel et l’imaginaire, le rêve et la réalité, le monde des vivants et celui des morts, à l’image de(s) (la) culture(s) mexicaine(s) au sein de laquelle coexistent deux mondes omniprésents, à l’intérieur desquelles cohabitent les dieux mayas et les saints catholiques, les rêves chamaniques et la médecine traditionnelle.

La fonction éducative du film, pour réductrice qu’elle est, n’en est pas moins évidente, si l’on écoute les propos de Hannah Arendt (1972) :

« L’éducation est le point où se décide si nous aimons assez le monde pour en assumer la responsabilité et, de plus, le sauver de cette ruine qui serait inévitable sans ce renouvellement et sans cette arrivée de jeunes et de nouveaux. »

Le propos du film est probablement plus qu’une invitation à surveiller sa consommation d’eau et il serait plus sage de chercher du côté d’une invitation au voyage où la connaissance de soi est intimement liée à la connaissance de sa propre culture. L’eau ne fut-elle ici qu’un filet conducteur ?

Quand la grand-mère invite l’enfant à l’introspection « Itzel, regarde en toi, tu y trouveras la vérité. » avec l’illustration d’un cœur qui bat dans un corps, on peut se demander qui est ce « toi » et quelle est cette « vérité ».

Quand Itzel, pour conclure, affirme « Je suis une gardienne de l’eau. », elle affirme par là son inscription dans une historicité et donc une culture à laquelle elle n’a pas échappée puisqu’elle (la culture) ne lui a pas échappée et qu’elle (l’histoire) s’écrit et s’écrie à travers elle. On peut se demander si les spectateurs qui se seront identifiés à Itzel percevront leur inscription dans l’histoire et l’inscription de l’histoire en eux.

1Nom de la déesse de la lune dans la mythologie maya

2Las aventuras de Itzel y Sonia : en busca de los guardianes del agua, (Les aventures de Itzel et Sonia : à la recherche des gardiens de l’eau), María Fernanda Rivero, Mexique, 2015, film d’animation, 59 mn

3Ibid (toutes les autres citations du texte sont tirées de ce film)

Bibliographie :

DESJEUX D. (2004) Les sciences sociales Que sais-je ?, Paris, PUF, pp. 6

ARENDT H. (1972), La crise de la culture, La crise de l’éducation, Paris, Gallimard, pp. 251

Magali Dermont

M2 Didactique des Langues spécialité 1 option A

More Posts

Plurilinguisme aux Philippines: vers une revalorisation des dialectes

Mots-clefs : plurilinguisme, imbrications identitaires, conflits identitaires, langue, langue maternelle, langue seconde, dialecte, créole, langue étrangère, représentation, politique, héritage linguistique

Les Philippines se dotent déjà, même avant l’arrivée des pays colonisateurs, d’une multitude d’identités imbriquées. Ces identités sont diverses d’abord du fait de son aspect géographique. En effet, le pays est un archipel composé d’à peu près 7,107 îles dont les 3 îles principales de Luzon, Visayas et Mindanao où habite la majorité de la population. Les nombreuses îles du pays manifestent une grande diversité car cette division géographique ont contribuée à la division linguistique et culturelle du pays, d’où le grand besoin d’une langue unifiant pour la cohésion nationale qui est le filipino. En réalité, ce nombre d’île reste toujours comme une estimation car on ne prend en compte que les îles déjà explorées. Il est donc fort possible qu’il y a toujours des peuples « non découverts » du pays. Ensuite, cette diversité est aussi façonnée par ses rapport culturels avec ses pays voisins (tels que la Malaisie et l’Indonésie) et, avec son rapport commercial, la Chine. C’est pour cette raison que les langues de ses pays voisins (notamment l’Indonésie) partagent des ressemblances linguistiques avec les Philippines. Mais un point tournant de l’histoire du pays est l’arrivée des colonisateurs (d’abord par les Espagnols (arrivée en 1521 de Ferdinand Magellan), ensuite par les Américains et, puis, par les Japonais au 20eme siècle) qui va bouleverser le paysage linguistique et culturel déjà complexe du pays suite à l’imposition des langues et des cultures des colonisateurs.

Les imbrications linguistique et culturelle qui sont « conditionnées » historiquement, géographiquement et politiquement, ont donné lieu à un environnement très divers aux Philippines. Malgré le fait que le filipino (basé sur la langue tagalog du nord) en tant que langue officielle et l’anglais comme langue seconde du pays pour assurer la cohésion nationale et pour aider ses citoyens à se préparer aux demandes de la mondialisation (raisons économiques), il existe quand même des répercussions identitaires. Selon la Constitution Philippine, pour la communication et l’instruction, les langues officielles des Philippines sont le filipino et, si c’est permis par la loi, l’anglais (Philippine Constitution of 1987, art. 14, sect. 7). Pour promouvoir un système éducatif fondé sur le bilinguilisme, le décret présidentiel de l’ancienne présidente Gloria Macapagal-Arroyo a mis en œuvre une déclaration considérant désormais l’anglais comme une langue seconde à enseigner à partir de l’école élémentaire (Grade 1 – Grade 6) (Executive Order No. 210, s. 2003). De ce fait, le système éducatif philippin, ayant imposé l’anglais comme langue d’enseignement, a mis en jeu le statut des autres langues et dialectes. L’anglais est devenu langue du succès scolaire et indice de statut social (niveau d’éducation, culture…). Ce regard de l’anglais a changé les représentations des Philippins de leurs propres langues maternelles au point de « minoriser » celles-ci et au profit de l’anglais. A cause de ces conflits identitaires, le Gouvernement Philippin a récemment décidé de commencer à introduire les langues régionales comme matière d’enseignement de chaque région pour les valoriser. Là, nous commençons à voir un mouvement du plurilinguisme, d’où la nécessité de bien comprendre ce concept pour la survie de l’héritage du pays.

Dans cette recherche, il y des choses à réviser en fonction du contexte philippin. D’abord, il faudra bien cerner les définitions de « langue », « langue maternelle », « langue seconde », « langue officielle », « dialecte », « représentations », « nationalisme » pour saisir les spécificités linguistiques aux Philippines. Ces notions, souvent, très vaste en parlant de l’étendue de definitions qu’elles peuvent recouvrir rendent le contexte philippin plus complexe. En s’inspirant des defintions offertes par la didactique des langues, suffirait-il de décrire les spécificités de notre contexte ? Magre cela, ces defintions vont quand même servir de point d’ancrage de compréhension du contexte philippin. Après avoir défini ces termes, je vais analyser les statuts des langues et des dialectes en présence dans les cours de français et la manière dont ils interviennent dans l’enseignement/apprentissage du français. L’analyse de leurs statuts se fera en m’appuyant sur les aspects historique, culturel, social, et geo-politique du pays parce que même si l’on a affaire à un contexte où il y a une langue nationale pour réunir tout le pays , on ne peut pas ignorer le fait qu’il y a, d’après Fismann, « différents registres qui co-existent très souvent à l’interieur d’une communaute linguistique et qui rend caduque ainsi l’idee du partage d’une meme langue » dans Sociolinguistique (Nathan, 1971, pg 43-49). Mais l’idee d’une communaute linguistique est voire un point à debattre à cause de la diversté linguistique aux Philippines. Le pays se compose d’à peu près 7,100 îles qu’habitent des peuples venant de divers «sous-cultures ». Cet aspect est essentiel car la diversité linguistique est à voir d’abord sur le plan geographique conditionnant le contexte philippin. Cette idee de « « lieu/espace », dans les mots de Baggioni et. al. dans la revue Communaute linguistique (Sprimont, pg 89), constitue une commaunate linguistique. Le pays possède-t-il une seule communauté linguistique du fait de l’existence d’une langue nationale ou des communautés linguistiques? Ne peut-on plus considérer les dialectes comme des communautés linguistiques ? Ces questions se révèlent même plus sérieuses du fait de la possibilité d’ « un individu de s’insérer dans l’une ou l’autre des ces communautés » selon Calvet (Nathan, 2005, pg. 83-84) dans la Sociolinguistique. Ensuite, je vais tenter de décrire de manière exhaustive le système éducatif philippin, ciblant le « Département de l’Education » du pays, se disposant de pouvoir politique en termes de décisions impliquant l’enseignement/apprentissage des langues (maternelles et étrangères). Ce département est un acteur clef dans la realisation d’un système éducatif multilingue renforcé par les langues maternelles suite à un décret officiel incluant l’enseignement des langues maternelles des régions dans le curriculum scolaire du pays (Guidelines on the implementation of the mothertongue-based multilingual education (MTB MLE), Department of Education order no. 16, s. 2012). Quant à la méthodologie de recherche, des enquêtes sont à effectuer et sont à analyser à l’aide des méthodolgies de l’analyse de discours dans l’objectif de faire dégager les représentations des apprenants philippins (qui ont appris ou sont en train d’apprendre le français) des langues qui les entourent et de répertorier les compétences acquises des langues précédemment apprises. Etant donnée que le francais s’offre de manière générale dans les universités et dans les centres de langues fréquentés par les apprenants professionnels, les sujets de cette recherche relève de la population adulte. Avec ces compétences, je vais proposer des démarches pour aider les apprenants à s’en servir pour apprendre une langue étrangère. Finalement, je vais faire une réflexion sur le rôle des classes de langues étrangères (notamment celles du français) pour introduire des activités ayant pour but la sensibilisation des apprenants au plurilinguisme contribuant à la valorisation des langues connues.

Bibliographie :

Daniel Baggioni et. al.,”Communaute linguistique”, in Moreau(ed.) Sociolinguistique : les concepts de base, Sprimont, Editeur Pierre Mardaga, 1997, p. 88-93.

Joshua A. Fishmann, Sociolinguistique, Paris, Nathan, 1971, pg 43-49.

Louis-Jean Calvet, Louis-Jean, La Sociolinguistique, Paris, PUF, 5ème édition, 2005, pg 83-84.

Philippines, Executive Order No. 210, s. 2003: ESTABLISHING THE POLICY TO STRENGTHEN THE USE OF THE ENGLISH LANGUAGE AS A MEDIUM OF INSTRUCTION IN THE EDUCATIONAL SYSTEM, 17 mai 2003.

Philippines, Philippine Constitution of 1987, art. 14, sect. 7.

Philippines, Guidelines on the implementation of the mothertongue-based multilingual education (MTB MLE), Department of Education order no. 16, s. 2012.

LAGCAO Gleford Jr.

Etudiant en Master 2 FLE-LM option A (MEMOIRE)

More Posts

100 ans de l’École française à Middlebury!

logo de l'École française de Middlebury
logo de l’École française de Middlebury

« MiddleburOui pour la Vie », c’est le logo de cette année qui reflète le centenaire de l’École française à Middlebury, dans l’État du Vermont qui se trouve aux États-Unis.

J’ai l’honneur d’y me retrouver en tant qu’assistante bilingue. Depuis trois semaines notre équipe : les trois assistants bilingues, l’assistant de communication, l’assistant administratif et l’assistant technique, la coordinatrice, la directrice adjointe et le directeur de l’École forment une équipe conviviale au service de ses étudiants promouvant la didactique des langues et des cultures.

L’École d’été de Middlebury existe depuis 1916 et j’ai le plaisir de vous annoncer que cette année nous ne fêtons pas seulement un siècle de présence à Middlebury mais également la plus grande école de langues parmi les autres écoles présentes ! Ceci est le résultat du travail qui se réalise dans les écoles de ce lieu extraordinaire, où la disponibilité du personnel et leur passion sont un engagement tel que le « language pledge » que les étudiants qui y arrivent signent.

Tout commence avec ce pledge linguistique qui est en effet un engagement sur l’honneur concernant l’utilisation d’une seule langue de communication, celui de l’École dans laquelle l’étudiant fait partie, dans notre cas le français. En d’autres mots, c’est une promesse de parler seulement la langue qu’on étudie pendant toute la durée du programme. Combiné avec un enseignement rigoureux, cette complète immersion linguistique, et les avantages des activités extra-scolaires comme les ateliers, aident les étudiants à progresser de manière significative et ceci peu importe le niveau maitrisé.

Depuis cent ans, les écoles de langues de Middlebury aident les étudiants à parler couramment une langue étrangère. La palette des écoles des langues proposées est considérable : allemand, anglais, français, espagnol, italien, portugais, arabe, hébreu, chinois, japonais, coréen et russe !

Vivent les écoles de langues de Middlebury!

Vive l’École française de Middlebury !

"I will keep a light burning" photo trouvé dans le site de l'École
« I will keep a light burning » photo trouvé dans le site de l’École

Je partage avec vous cette photo de la célébration de notre centenaire qui a eu lieu samedi, le 16 juillet. C’est l’oeuvre de Rénaud Auguste-Dormeuil, artiste plasticien. Cette oeuvre de huit cent bougies allumées est une représentation du ciel que nous ne verrons pas, celui du prochain centenaire donc de 2116!

Pour plus d’informations et des photos retrouvez-nous sur nos sites  et les réseaux sociaux :

Le site officiel de l’École : http://schooloffrench.middcreate.net/

Le site de Middlebury College en anglais : http://www.middlebury.edu/ls/french

Le site de la gazette publiée chaque semaine : http://schooloffrench.middcreate.net/lagazette/

Instagram : https://www.instagram.com/efmidd/

Facebook : https://www.facebook.com/MiddleburyEF/

Twitter : https://twitter.com/EF_Middlebury

Olga Kourntidou

Titulaire d'une Licence de Russe délivrée par l'Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Bilinguisme, précoce, tardif

Appel à posters

Thématique: Bilinguisme, précoce, tardif

Nous invitons les jeunes chercheurs travaillant sur le bilinguisme (acquisition du bilinguisme, et acquisition d’une langue seconde) à soumettre un résumé pour présenter les résultats de leurs travaux sous forme d’une communication affichée.

Les résumés pourront être en français ou en anglais et devront faire 300 mots.

2 mai 2016: date limite de soumission des propositions

9 mai 2016: notification d’acceptation

Résumé à soumettre à Barbara Hemforth: barbara.hemforth@univ-paris-diderot.fr

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Vive le plurilinguisme?

 

Image trouvée dans Google Images.

En faisant mes recherches, en étant sur le terrain , en observant mes apprenants, en formant mes propres pensées, je me suis rendue compte à quel point j’ai changé. Je ne suis pas la même Olga-chercheuse que j’étais en novembre (d’ailleurs je ne suis pas la même Olga qu’hier mais ceci est  un sujet psycho-philosophique plus complexe à exploiter). Comme tous les êtres humains (oui même nous les enseignants) j’avais certains stéréotypes, préjugés, représentations avant de commencer mes recherches, avant de me situer dans ma problématique et avant de commencer le terrain.

Mes lectures m’ont beaucoup apporté et éclairé sur certaines notions et concepts. L. Dabène, F. Grosjean, V. Castellotti, P. Bernard, C. Tagliante sont certains grâce auxquels des notions et concepts comme bi/-plurilinguisme, interference, langue maternelle, langue étrangère, immigré, réfugié, altérnance codique etc me sont devenus plus compréhensibles. D’ailleurs j’ai pu comprendre plusieurs faits sur ma propre biographie langagière ce que j’ai trouvé précieux car toutes ces années j’ignorais certains faits linguistiques de mon propre parcours.

Vous vous demanderez pourquoi ce titre. Ou plutôt pourquoi ce point d’interrogation. Pendant toute ma vie je n’avais aucun doute que parler plusieurs langues est formidable, génial (d’ailleurs c’est toujours mon avis). Ce qui a joué un rôle important c’est aussi et surtout le fait que j’ai grandi dans un environnement qui était favorable au plurilinguisme que ça soit à l’école ou à la maison.

Mais certains cas des gens  que j’ai rencontrés et qui refusaient de parler d’une et dans une langue qu’ils connaissaient m’a fait réflechir. Je pense surtout aux gens que j’ai rencontrés en France et qui viennent des pays de l’Ex-union soviétique comme la Géorgie, la Bulgarie, l’Ukraine. Moi avec mon enthousiasme que oui les langues c’est la joie j’étais prête à parler en russe avec eux et pas seulement prête c’est que j’attendais d’eux de parler en russe.  Mais je ne prenais pas en compte tous les autres facteurs qui obscurcissent l’acquisition et les représentations sur les langues et avant tout le vécu propre de chaque personne. Donc même si ces gens connaissaient le russe ils ne voulaient ni l’affirmer ni me parler en russe car il y toujours des pensées des traumatismes politiques de leur propre langue maternelle et nationale qui était réprimé pendant l’Union soviétique. Depuis alors je fais attention! J’ai compris qu’en fait pour beaucoup de gens être plurilingue n’a même pas été un choix personnel mais plutôt imposé pour des raisons historiques , économiques et surtout politiques .

 Pendant les premiers cours de FLE que j’ai donnés certains de mes apprenants trouvaient ça étrange quand je demandais à tel ou tel apprenant de me dire comme ça se dit tel ou tel mot  dans leur langue . Ils m’ont même affirmé que c’est un cours de français et pas d’arabe ni de somalien. J’étais étonné! D’une part j’étais contente car je me disais oui ils sont motivés pour apprendre le français et d’autre part je me disais mais pourquoi parlent ils aussi peu de leur langue et ne veulent pas savoir qu’est-ce qui se passe dans la syntaxe d’une autre langue. Dans un moment je me sentais tellement découragée que je pensais changer de terrain et de problématique. Mais tous ces difficultés font partie de notre mémoire car elles reflètent le continuum, les étapes de nos recherches.

J’ai compris plus tard. Pour ces apprenants, leur priorité c’est le français et ce n’est pas seulement une priorité c’est même une urgence. Donc pour un afghan qui ne s’intéresse pas à l’arabe savoir comment on dit pomme en arabe l’importe très peu et on peut avoir le même cas pour l’inverse. Donc j’ai changé un peu ma politique et mes représentations sur le plurilinguisme. Le plurilinguisme est un bien mais ce n’est pas tout le monde qui veut ce bien et il ne faut pas l’imposer.

Un autre cas qui m’a perturbé c’est cette maman de quatre enfants qui me parle rarement de sa langue. Elle est une des plus motivés. Mais maintenant je comprends. Même si le lien entre LM et nous même est fort (surtout pour les adultes) il y a de gens qui commençant une nouvelle vie  ailleurs, réservent leur langue maternelle à des domaines de la vie personnelle . Quand cette maman sort de sa maison et ferme la porte c’est le monde de la langue française. Et quand elle rentre il y a la présence de deux langues désormais, du français et du somalien car elle doit aider ses enfants à faire les devoirs, et souvent les enfants parlent déjà en français mieux qu’elle car ils passent la majorité du temps à l’école.

Ce dernier temps mes groupes se sont homogénéisés. Cela veut dire que pour l’un de mes groupes il y a seulement les Afghans et pour l’autre un arabophone avec un persanophone. Il m’a fallu beaucoup réfléchir avant cette homogénéisation et la question se pose toujours ; comment éviter une guerre de langues? Car ne pas se comprendre, ne pas parler la même langue, ne pas parvenir à faire comprendre le message qu’on veut exprimer peut poser beaucoup des difficultés tant pour les apprenants que pour les enseignants comme moi qui plaident pour le plurilinguisme.

Olga Kourntidou

Titulaire d'une Licence de Russe délivrée par l'Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Projet « dis-moi dix mots »

1

Ce projet est un projet à l’échelle internationale. Il se tient chaque année de septembre à juin. L’intérêt est de travailler sur dix mots, pour s’exprimer et sous une forme littéraire ou artistique. Ce projet est destiné à tous les amateurs du français et à tous les francophones.

Ces dix mots sont choisis par le partenaire francophones: la France, la Belgique, le Québec, la Suisse et l’Organisation internationale de la Francophonie (qui regroupe 77 Etats et Gouvernements dans le monde). Chaque mot choisi est lies à une culture particuliere francophone.

Il y a plusieurs concours a partir de ces dix mots. Par exemple, il y a un concours qui s’agit de réaliser collectivement un oeuvre artistique ou littéraire en s’appuyant sur un ou plusieurs des dix mots de l’année en cours. L’idée est de stimuler la créativite des participants autour des capacités expressives propres au français en tant que langue de culture.

Un autre concours qui s’agit de réaliser une image avec plus de 3 mots choisis dans l’édition de l’année en cours. L’idée est de favoriser l’appropriation des mots et le travail sur la langue français, en mettant aussi l’évidence sur la créativite.

Les consignes des concours sont indiguées sur le site de dis moi dix mots.

Dans la rubrique « chaine des mots », nous pouvons trouver des histoires derrière tous les dix mots.

Cette année les dix mots sont amalgame, bravo, cibler, grigri, inuit(e), kermesse, kitsch, sérendipité, wiki et zénitude. Mais l’inscription est déjà fermée(15 fév). La caractéristique de ces dix mots est que les origines de ces mots sont les pays étrangers, c’est-à-dire les pays autre que la Fance, et ils existent maintenant dans la langue française.

Ce projet me donne beaucoup d’inspirations, je peux l’adopter dans le système d’enseignement chinois en changeant quelques principes.

Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Reflexions sur les emprunts du japonais dans la langue chinoise

Introduction des emprunts du japonais dans la langue chinoise

Dans l’histoire d’échange culturel entre la Chine et le Japon, deux périodes sont non négligeables: l’époque de la dynastie des Tang et l’époque moderne. Pendant la première époque, le Japon a emprunté les caractères ainsi que les lexiques de l’ancien chinois. C’est la raison pour laquelle le japonais abondent en caractères chinoises. Alors, pendant la deuxième époque, de nombreux mots japonais entrent dans la langue chinoise. Selon les statistiques, 70% des termes du domaine sciences humaines et sociales viennent du Japon. Les Japonais traduisent ces termes occidentaux avec les caractères chinoises, soit les lexiques existaient déjà dans l’ancien chinois dont leurs singnification a plus ou moins changée, tels que 社会(société)、经济(économie), soit les lexiques créés par les Japonais avec les caractères chinoises, tels que 个人(individuel)、科学(science)、美学(esthétique). Ces termes empruntés prennent racine dans la langue chinoise, de manière qu’on ne prend même pas conscience lors qu’on les utilise.

Pourquoi le temps a choisi les traductions des Japonais de ces termes occidentaux mais pas celles des Chinois ?

En fait les Chinois ont essayé de traduire directement ces termes occidentaux, pourquoi ce sont les versions japonaises qui ont réussi?

Je vais essayer de répondre cette question d’après moi selons les deux façons de traductions: la traduction phonétique et la traduction sémantique.

Au niveau de la traduction phonétique, le mot téléphone a été traduit par les Japonais comme « 电话 », contre la traduction « 德律风 » par les Chinois, puis cette dernière disparaît et 电话 reste. Les même choses arrivent aussi aux noms abstraits : le terme démocratie(民主) a été traduit par les chinois comme « 德谟克拉西 », et science(科学) comme « 赛因斯 ». Evidemment les versions japonaises sont plus acceptables par rapport à celles des Chinois. Parce que nous ne pouvons pas négliger le fait que le chinois est une écriture figurative, les caractères transmettent les significations, ainsi nous ne pouvons pas nous empêcher de penser à leur sens derniers les mots. C’est la raison pour laquelle la traduction sémantique est plus acceptable par les Chinois par rapport à la traduction phonétique.

Au niveau de la traduction littéraire, nous avons Yanfu dont les traductions d’œuvres philosophiques occidentaux ont exercé une grande influence sur le mouvement intellectuel en Chine. Il se perfectionne sans cesse dans la traduction et y fait toujours les citations classiques. Il a traduit le terme économie comme « 计学 », contre la version japonaise « 经济 », « 群 » contre « 社会 » pour le terme « société », « 母材 » contre « 资本 » pour le terme « capital », « 理学 » contre « 哲学 » pour le terme « philosophie », « 玄学 » contre « 形而上学 » pour le terme « metaphysics », ect. Yanfu et les savants japonais traduisent tous une langue étrangère en utilisant les caractères chinoises, d’une part, le niveau de la langue étrangère de Yanfu n’est abusolument pas inférieur que celui des savants japonais, d’autre part, comme le chinois est sa langue maternelle, sa maîtrise de chinois est largement supérieure que les savants japonais. Pourquoi Yanfu a échoué dans la traduction de ces termes? Je pense qu’il y a au moins deux causes, l’une est bien que le chinois est sa langue maternelle, il a une compréhension profonde des sens des caractères chinoises et il est donc limité par ces sens. Mais pour les Japonais, ils n’ont pas la sensation comme Yanfu, ils peuvent changer librement les sens originaux de ces mots, ou créer des nouveaux mots avec les caractères chinoises. L’autre cause pour son échec est que Yanfu recherche non seulement la correction, mais aussi le style élégant et le rythme musical dans ses traductions. Il préfère ainsi les seules caractères pour traduire les termes occidentaux. Par conséquent, il a moins de liberté que les Japonais, et ses traductions sont moins compréhensibles par les publics.

La réussite des Japonais dans la traduction des termes occidentaux signifie l’échec général de Yanfu ?

Je pense que non, les ouvrages traduits par Yanfu étaient assez populaires dans son époque. Il n’a pas tort pour poursuivre l’élégance et le rythme dans la traduction.

Quelle influence nous ont imposé ces emprunts japonais ?

Il y a centaine d’année depuis l’emprunt des termes japonais. Chaque fois que je pense au fait que la plupart des concepts dans nos réflexions, nos exposés et nos écritures sont créés par les Japonais, je pense à cette question : ce fait a imposé quelle influence sur le mode de pensée des Chinois ? Autrement dit, si le Japon n’existe pas, avec les traductions de Yanfu, va-t-on comprendre les concepts de la même façon qu’aujourd’hui ? Ou bien même si le Japon n’exist pas, les traductions de Yanfu auraient quand même été abandonnées ?

Plus concrètement, si les concepts « 政治(politique) », «经济(économie) », « 文化(culture) », « 革命(révolution) », « 阶级classe », « 社会主义(socialisme) », « 资本主义(capitalisme) » ont changé leur apparence, nos conceptions et nos compréhensions de ces concepts changent-elles aussi ?

Généralement, il est difficile de réfléchir à l’influence de ces emprunts. Parce qu’il est inévitable d’utiliser les emprunts pour penser à ces emprunts. Ce qui est un boucle sans fin.

Mais on peut imaginer quand même quelques circonstances.

Depuis les années 80, il apparaît une notion « une étude de laideur » dans le domaine esthétique(美学). L’étude de laideur est opposée de la science de beauté, en fait celle-ci est créée par les Japonais pour traduire le terme « aesthetics(esthétique) ». Mais le sens primitif d’esthétique est l’étude de la perceptibilité(感性学). Si le terme esthétique est traduit autrement, comme « 感性学(la science de la perceptibilité) », existe-il la science de laideur ?

Le concept 小说(roman) peut à la fois être utilisé en Chine pour décrire le « novel(roman) » et le « shortstory(conte) », on dit 长篇小说(roman long) et 短篇小说(roman court). Par conséquent, il y a un débat sur la différence entre le roman long et le roman court. Les uns pensent que la seule différence est le nombre des mots, mais les autres considèrent qu’il y a une différence essentielle dans le domaine esthétique. Si on utilise au début les notions différentes pour distinguer le « novel(roman) » et le « shortstory(conte) » comme en anglais et en français, existe-il un tel débat ?

Ou encore, le terme « littérature » est traduit au début par les Japonais comme « 文章学 », puis celui-ci est remplacé par « 文学 ». Si la version « 文章学 » reste, est-ce qu’on regarde le terme littérature de la même façon d’aujourd’hui ?

Certe, les traductions les plus idéales sont celles qui effectuent à la fois la traduction phonétique et la traduction littéraire, comme 可口可乐(coca-cola) et 逻辑(logique). Mais ces cas n’arrivent pas toujours, la traduction a ses limites et les traductions des Japonais ne sont pas les traductions parfaites. Est-il le moment qu’on doit traduire de nouveau ces termes pour approcher davantage les sens originaux de ces termes ? Cette question reste à réfléchir. Parce que comme la plupart des termes occidentaux sont traduits par les Japonais, les pays occidentaux et la Chine sont toujours séparés par le Japon.

Bibliographie :

Le problème des « emprunts » du japonais dans la langue chinoise moderne, Binbin WANG

Zhong hua wen hua qu tan, maison d’édition hua yu jiao xue.

Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Ode à la langue étrangère

Tu t’endormes en moi comme un volcan qui s’endorme mais qui peut s’activer à n’importe quel moment.

Tu existes en moi et tu m’attends  de te découvrir. Une vie ne suffit pas donc je ferai bien mes choix. Mes critères de sélection seront mes besoins en tant qu’individu et en tant que partie d’un tout, de la société. Ou peut-être simplement parce que un jour je serai tombée amoureuse…

Je te choisirai et je construirai de liens affectifs avec toi, l’inconnue qui question de temps deviendras une partie de ma vie, de mon petit monde intérieur. Au début, mon cerveau t’accueilleras  froidement mais si mon cœur en est d’accord tu trouveras ta place, c’est sûr.

Je ferai des erreurs, on aura beaucoup de malentendus surtout au début parce que tu me paraîtras tellement différente de tout ce que sais. Je t’en voudrais d’être si difficile et je m’y focaliserai souvent sur tes points « durs ». D’avoir besoin autant d’attention, autant d’heures d’études. Mais je m’y attacherai  à chaque fois de plus en plus. Je t’associerai à des nouvelles aventures, de nouvelles connaissances, qui sait de nouveaux voyages.

Comme la grossesse je verrai les effets dans mon esprit venir au bout de quelques mois. J’y prendrai soin de bien te connaître et même de cesser les efforts pour faire une pause et profiter de quelques moments de naiveté et d’innocence où la peur de se tromper n’existe pas. Et le plus important je commencerai à t’aimer.

Tu m’accompagneras dans tous les moments de ma vie même quand je serai endormie car tu existes dans mon subconscient. Comme une fleur tu  fleuriras après tant de préoccupations et de soins que je consacrerai pour toi.

Tu m’ouvriras les yeux sur des nouveaux paysages. Tu m’apprendras des choses que jamais personne m’aurait enseigné, tu me mettras en contact directe avec les grands esprits qui ont laisser leur trace sur terre en forme écrite.

Tu éveilleras à chaque fois ma curiosité car il y aura toujours une partie inconnu dans cette relation. Tu seras un mystère pour moi et un trésor éternel à découvrir car tu évolues, tu changes.

Tu seras ma langue fraternelle. Un nouveau membre dans ma famille de langues.

Il y aura de moments où je n’aurai pas le temps pour toi. Il y aura de moments où je penserai que tu me serves plus à rien. Mais tu seras toujours en moi endormie peut-être mais toujours ici en attendant notre prochaine aventure sur le monde de la connaissance !

Merci pour ce voyage que tu m’offriras. Il ne coûtera rien, mais il m’offrira tant. Personne ne pourra te voler ni t’acheter parce que tu es le fruit d’un travail personnel.

Tu te demanderas pourquoi j’ai écris une ode pour toi. Parce que j’aime la Vie. Et toi t’en fais partie. Tu es vivante. Tu vis en moi, tu vis dans d’autres gens, tu vis dans des livres, des chansons, des contes, des prières… Tu es pour moi un héritage de l’humanité. La preuve de son intelligence et de ces capacités intellectuelles.

Tu donnes une nouvelle âme à celui qui s’engage d’être à côté de toi. Tu le fais revivre des choses mais uniquement comme si c’était la première fois.

Tu es unique parce tu es perpétuellement plongée dans l’histoire, la technologie, les phénomènes sociaux, les contacts avec d’autres langues, l’évolution, le changement …

Rien ne te laisse indifférente. Tu es magnifique.

Olga Kourntidou

Titulaire d'une Licence de Russe délivrée par l'Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts