Archives de catégorie : problématiser

Autour du mot-clé de notre recherche : contextualisation

Afin de mieux cerner la problématique de contextualisation, il nous semble important de revisiter une conception relative aux enseignements de la grammaire en FLE. Nous appréhendons la langue comme un savoir à transmettre. De cette façon, “il est nécessaire de décrire cet objet-langue et de gérer la transposition de cette description de manière à faire passer les apprenants de compétences déclaratives à des compétences procédurales” (Beacco, Kalmbach, Lopez, 2014 : 4). La contextualisation de la description du français dans les grammaires étrangères se présente sous formes particulières données à la description du français pour des apprenants non francophones. Nous émettons ainsi une hypothèse de travail qu’il y a certaines formes d’adaptation spécifiques. Ces “altérations” (terme de J. Peytard, 1984 : 20) ont pour but d’adapter les descriptions savantes “au contexte éducatif des utilisateurs concernés, à leur culture métalinguistique et grammaticale” (Beacco, Kalmbach, Lopez, 2014 : 10).   Continuer la lecture de Autour du mot-clé de notre recherche : contextualisation

Ovodenko Mikhail

Etudiant en M2 « Didactique des langues » à l’Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Thèmes de recherche : didactique de la grammaire, approche sémantique de la grammaire, contextualisation du discours grammatical, linguistique générale, anthropologie linguistique.

More Posts

De la grammaire et sa réputation

« Pour maîtriser le métier d’enseignant de français langue étrangère, il faut savoir sortir du cadre scolaire de la description de la grammaticale traditionnelle et se placer aux côtés de l’apprenant, en se demandant quelle explication pourrait lui être le plus profitable. » De Salins, 1996

 

Cette citation de De Salins (1996), ainsi que d’autres lectures réalisées dans le cadre de ma recherche, me motivent à réfléchir à l’importance de l’influence de nos croyances et nos pratiques pédagogiques dans le processus d’apprentissage de nos apprenants. Quand nous arrivons dans une classe, notre formation, notre parcours et nos représentations pédagogiques se reflètent dans notre discours et notre agir professoral. Le choix d’un manuel, d’une activité, ou de nos corrections n’est donc pas une simple décision lors de la préparation d’une séance. Ce choix représente la manière dont nous concevons l’enseignement, l’apprentissage et la vision que nous avons sur la langue.

En ce qui concerne la grammaire –matière d’une langue tradition scolaire-, Langacker (2013) nous dit qu’elle a une mauvaise réputation*. Ce n’est peut-être pas étonnant puisque si nous pensons à nos expériences –plutôt en tant qu’apprenants-, il est fort probable que nos souvenirs de la grammaire soient liés aux longs exercices traditionnels, aux listes de conjugaison ou encore à des règles qui apparemment n’ont aucune explication logique. Les raisons de cette réputation ne sont pas à expliquer ici, quoique cette question puisse constituer un bel sujet de recherche. Avec ce billet, je me propose plutôt de partager des questions que je me pose depuis quelques années et qui reviennent de manière récurrente à mon esprit : mes (nos) apprenants auraient-ils aussi l’impression de s’ennuyer quand on travaille la grammaire en classe ? Les explications et les activités de grammaire qu’on fait en classe leur servent pour apprendre à communiquer et, surtout, à accomplir leurs objectifs d’apprentissage et de communication ? Y aurait-il une manière d’aider nos apprenants à comprendre véritablement le fonctionnement grammaticale afin que cet enseignement soit non seulement utile mais également significatif ?

Voici les inquiétudes qui motivent mon mémoire, que j’essaie d’orienter vers les tentatives de De Salins : sortir de la tradition scolaire pour avancer vers une meilleure compréhension de la grammaire afin d’améliorer mes (nos) pratiques pédagogiques par rapport à ce sujet. Ce travail doit absolument passer par la prise de conscience de mes croyances et la réflexion sur mes choix didactiques.

 

  • De Salins, G.-D, Grammaire pour l’enseignement/apprentissage du FLE, Les Editions Didier, 1996
  • Langacker, R. W., Essentials of cognitive grammar, Vol I, Oxford University Press, New York, 2013

* “Having spent most of my life investigating grammar, I am quite aware that this passion is not shared by the general populace. Let’s face it –grammar has a bad reputation. […] It doesn’t have to be this way. Grammar is actually quite engaging when properly understood. […] grammar is meaningful.”

Salomé Molina Torres

Etudiante en M2 Didactique du Français Langue Etrangère et Langues du Monde, Paris 3

More Posts

Compte rendu de l’ouvrage « La classe d’accueil : un dispositif au carrefour des logiques complexes » de K. Cuko

Image prise de Google Images.
Image prise de Google Images.

K.Cuko- la classe d’accueil un dispositif au carrefour de logiques complexes

Olga Kourntidou

Titulaire d’une Licence de Russe délivrée par l’Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l’Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

L’interculturel en classe de langue : Initiation à une réflexion!

La diversité culturelle demeure une réalité à laquelle nous ne pouvons échapper. Un contexte dans lequel l’école est désormais au cœur des enjeux culturels dont le devoir est de voir quel individu elle peut, elle veut et elle doit former pour la société de demain. Cette dernière doit être à l’image de la société afin de développer le savoir vivre ensemble en dépit des différences linguistiques, sociale ou éthique.

Pour ce qui est de l’enseignement des langues étrangères, objet de nos différentes recherches, l’objectif se veut de préparer l’apprenant à la rencontre de l’autre qui dispose d’une culture qui lui est inconnue. Pour un tel objectif, la question qui se pose est comment peut-on, ‘nous’, comme futurs enseignant(e)s de français langue étrangère, garantir la cohabitation entre des Êtres de différentes cultures qui se trouvent sur un même espace (notamment la classe de langue) ?

De nombreuses recherches s’accordent pour dire que l’interculturalité peut aider à réaliser cet objectif d’où le concept de l’éducation interculturelle et la nécessité de développer la compétence interculturelle chez l’apprenant.

Cette réflexion sur la notion d’interculturalité en classe de langue m’a permis de faire un retour sur la prise en compte du concept d’interculturel par les programmes scolaire d’enseignement du français en Algérie. En effet, d’après mon expérience en tant qu’enseignante de français au secondaire en Algérie, j’ai pu constater que les contenus du programme d’enseignement de la langue française sont davantage enfermés dans des compétences linguistiques toute en négligent l’aspect culturel de la langue enseignée. Même si l’éducation nationale adopte comme approche pédagogique la perspective actionnelle « une approche pédagogique proposée par le CECRL ‘Cadre européen commun de référence pour les langues’. Sachant que la prise en compte de la composante culturelle dans l’enseignement des langues étrangères demeure un principe primordial de l’approche actionnelle car « Les langues sont un trésor et véhiculent autre chose que les mots. Leur fonction ne se limite pas au contact et à la communication. Elles constituent d’une part des marqueurs fondamentaux de l’identité, elles sont structurantes d’autre part de nos perspectives » (SERRE M., Atlas, Flammarion, Paris, 1996, P.112).

En somme, la présente problématique reste loin d’être close, cependant il est bien indispensable de noter que  l’enseignement d’une langue étrangère doit avoir pour but de former un citoyen du monde capable de s’intégrer aisément dans une société multiculturelle et multilingue, il est nécessaire de lui apprendre dès le jeune âge à relativiser ses valeurs et sa culture, lui apprendre à se décentrer afin de comprendre l’autre et cohabiter pacifiquement avec lui. Cette éducation interculturelle prend tout son sens dans l’ère de la mondialisation où l’éducation interculturelle devient la clé d’une coexistence pacifique entre les citoyens du monde.

FODIL Hanane

Etudiante en master 2 didactique des langues et des cultures. Spécialité 01; option: recherche.
Parcours:
* Diplôme de professeur d’enseignement secondaire de langue française à l’ENS d’Oran (Algérie).
* Master 1 Sociolinguistique et didactique du FLE à l’université François Rabelais de Tours.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Retour en arrière : (re)penser son mémoire

Fêtes de fin d’année, bilan de ce qui a été fait durant toute cette année et donc bilan sur mon (son) mémoire.

J’avais déjà écrit un billet concernant le sujet de mon mémoire (lien : https://arlap.hypotheses.org/7172 ), et en cette fin d’année, je reviens sur mon sujet puisque celui-ci s’est centré davantage sur un aspect en particulier.

Le bilinguisme a déjà été traité et retraité à de nombreuses reprises (Grosjean, Paradis, Hagège, et bien d’autres encore). De nombreux travaux ont montré l’avantage des enfants bilingues sur les enfants monolingues, leur capacité à se décentrer plus facilement lors de l’apprentissage d’une nouvelle langue, leur capacité à s’approprier et à analyser la structure d’une nouvelle langue, etc.

Mais, quels sont les effets de l’apprentissage d’une langue d’héritage typologiquement éloignée chez des enfants bilingues ? Quel est l’impact de l’input familial ?

Il s’agira ici d’étudier le cas particulier d’enfants coréens (4-6 ans) scolarisés en France (contexte hétéroglotte) mais qui suivent des cours de coréen un jour par semaine pendant quatre heures.

Comme les enfants ont un de leur parent coréen ou les deux, cet enseignement correspondrait à l’acquisition d’une de leurs langues maternelles (le français d’une part et le coréen d’autre part). Il serait donc intéressant de s’intéresser à ce contexte particulier où les enfants ont un lien très fort avec cette langue (langue familiale), l’une des motivations subjacentes à cet apprentissage serait donc de développer (de renforcer) ce lien avec cette langue ainsi que de pouvoir communiquer avec les membres de leur famille (même si ce ne sont que des enfants il pourrait être intéressant de prendre en compte cet aspect-là, notamment le rôle des grands-parents, Hagège, 1996).

Il est aussi important de prendre en compte le facteur de l’âge comme l’a démontré D. Gaonac’h[1] et comme nous pouvons le voir aussi à travers les travaux de Florin A. [2](2003) : à chaque tranche d’âge correspond un développement spécifique à l’âge de l’enfant. Pour la tranche d’âge que je vais observer, il y a deux catégories que Florin établie :

  • « les enfants de 4-5 ans : sur le plan social et affectif, l’enfant comprend l’état mental d’autrui, il joue à des jeux de compétitions, il se reconnaît comme étant un garçon ou une fille. Sur le plan cognitif, il est attentif à sa performance, il est capable de classifier et de sérier. Sur le plan langagier, il produit des demandes indirectes et des justifications, il comprend le comparatif, l’identité et la différence. »
  • « les enfants de 5-6 ans : sur le plan social et affectif, l’enfant sait se contrôler, il choisit ses amis et négocie avec l’adulte. Sur le plan cognitif, nous pouvons noter le début de la conversation (il comprend que la grandeur d’une collection d’éléments reste la même quelle que soit la manière dont elle est présentée), il sait dessiner et écrire son prénom. Sur le plan langagier, il produit des énoncés de 5 à 6 mots, il peut répondre au téléphone, cet âge correspond au début de la lecture logographique, il peut identifier les rimes et comprendre environ 2500 mots. »

Dans cette étude, en plus de prendre en compte le facteur de l’âge, je prendrai aussi en compte le facteur de l’environnement social en classe et à la maison. Il serait intéressant de voir, à travers des entretiens et des questionnaires que les parents devront remplir, dans quelle langue les parents parlent à l’enfant , à quel acte de parole est associé telle ou telle langue. Est-ce que les deux parents coréens ne parlent qu’en coréen à leur enfant en mettant de côté la langue de la société dans laquelle ils vivent ? Ou, parlent-ils à l’enfant en français tout en se parlant entre eux en coréen en présence de l’enfant (ce qui est un avantage pour l’enfant, notamment par rapport au crible phonologique) ? Concernant les couples mixtes, l’enfant associe-t-il une des deux langues à un parent en particulier (« one parent – one language ») ? Par exemple, si le père est d’origine coréenne, l’enfant va-t-il parler systématiquement (mécaniquement, automatiquement) à son père en coréen et donc à sa mère en français (si sa mère est d’origine française) ? Dans ce même cas, les parents se parlent-ils en anglais en présence de l’enfant ou bien en français ou en coréen ?

Il est intéressant aussi de ce point de vue de demander aux parents l’ordre d’apprentissage des langues (coréen et français en même temps ? ou d’abord le coréen pendant les premières années qui ont suivi la naissance de l’enfant, ou en français ? autre contact avec une autre langue ?) qui pourrait justifier certaines « interférences » au vu du background langagier de ces enfants.

Toute cette analyse consisterait à répondre aux questions suivantes :

  • Quels sont les avantages du bilinguisme dans le cas de deux langues éloignées aussi bien graphiquement que phonologiquement ?
  • Pourquoi enseigner une langue si éloignée en France ? Quels arguments avancés pour que cet apprentissage se généralise ?
  • Comment enseigner / faire acquérir cette langue à des enfants suivants un cursus scolaire totalement en français ?

A travers cette analyse, j’aimerais montrer les différences entre l’apprentissage du coréen en France et en Corée du Sud, montrer que le lien familial que les enfants ont avec cette langue est en soit une motivation très particulière et très forte, ainsi que les effets positifs de l’apprentissage précoce du coréen (et donc ici, du bilinguisme). Ce que j’aimerais aussi montrer c’est l’intérêt d’apprendre une langue différente de notre langue maternelle, je pense, en effet, que cela permet de mettre en œuvre des parties de notre cerveau ou de notre gorge (pour la production des sons) qui ne sont pas habituées à être utilisées. Cela serait donc intéressant d’envisager de mettre en place de nouvelles classes qui dispensent l’enseignement du coréen –ce qui pourrait renforcer les liens d’amitié franco-coréens.

 

[1] Gaonac’h D., (Janvier 2002). « L’enseignement précoce des langues étrangères », Sciences Humaines, n°123.

Gaonac’h D., (2006). L’apprentissage précoce d’une langue étrangère, Paris : Hachette Education.

[2] Florin A., (2003). Introduction à la psychologie du développement. Enfance et adolescence. Paris : Dunod, Les Topos.

BIBLIOGRAPHIE

Benmamoun E., Montrul S. & Polinsky M., (2013). « Heritage language and their speakers : Opportunities and challenges for linguistics », Theorical Linguistics, n°39 (3-4), pp. 129-181.

Boysson-Bardies B., (1996). Comment la parole vient aux enfants, Paris : Odile Jacob.

Bruner J.-S., (1983). Le développement de l’enfant : savoir faire, savoir dire, Paris : PUF.

Cummins J., (1981). « The role of primary language development in promoting educational success for language minority students », in California State Department of Education (Ed.), Schooling and minority students : a theorical framework, pp. 3-49, Los Angeles, California State University.

Cummins J., (1991). « Interdependence of first- and-second-language proficiency in bilingual children », in Bialystok E. (Ed.), Language processinf in bilingual children (pp. 70-84), Cambridge , Cambridge University.

Cummins J., (2000). Language, power and pedagogy, Bilingual children in the crossfire. Multilingual Matters, Clevedon.

Gaonac’h D., (1987). Théories d’apprentissage et acquisition d’une langue étrangère, Paris : Hatier.

Gaonac’h D. (coord.), (1990). Acquisition et utilisation d’une langue étrangère : l’approche cognitive, Paris : Le Français dans le monde – Hachette.

Gaonac’h D., (Janvier 2002). « L’enseignement précoce des langues étrangères », Sciences Humaines, n°123.

Gaonac’h D., (2006). L’apprentissage précoce d’une langue étrangère, Paris : Hachette Education.

Grosjean F., (1982). Life with Two Languages: An Introduction to Bilingualism. Cambridge, Mass : Harvard University Press.

Grosjean F., (1984). Le bilinguisme : Vivre avec deux langues. Bulletin de Linguistique Appliquée et Générale de l’Université de Besançon (Bulag), 11, 4-25 ; and Travaux Neuchâtelois de Linguistique, (Tranel), 7, pp. 15-42.

Grosjean F., (1987). Vers une psycholinguistique du parler bilingue. In Lüdi, G. (Ed.). Devenir Bilingue – Parler Bilingue. Tübingen : Niemeyer.

Grosjean F. & Py B., (1991). La restructuration d’une première langue : l’intégration de variantes de contact dans la compétence de migrants bilingues. La Linguistique, 27, pp. 35-60.

Grosjean F., (1997). The bilingual individual. Interpreting, 2(1/2), pp. 163-187.

Grosjean, F. (1999). « Le bilinguisme : une compétence communicative à part entière », Educateur Magazine, 12, pp. 18-21.

Grosjean F., (2015). Bicultural bilinguals. International Journal of Bilingualism, 19(5), pp. 572-586.

Grosjean F., (2015). Parler plusieurs langues : le monde des bilingues. Paris : Albin Michel.

Hagège C., (1996). L’enfant aux deux langues, Paris : Odile Jacob.

Hamers J. F. & Blanc M., (1983). Bilingualité et bilinguisme, Bruxelles : Mardage.

Kim K.-M., (2014). « L’effet conjugué du contacte national et du genre sur la (non) transmission des langues dans les familles mixtes en Corée du Sud », Langage et société 2014/1 (n°147), pp. 51-66.

Kohl M. et al., (2008). « Bilinguisme et troubles du langage chez l’enfant : étude rétrospective », La psychiatrie de l’enfant 2008/2 (Vol. 51), p. 577-595.

Kondo-Brown K. & Brown J. D., (eds.) (2007). Teaching Chinese, Japanese and Korean Heritage Language Students : Curriculum needs, materials and assessment, New York : Lawrence Erlbaum.

Song M.-S. et al., (1997). « The Learning and Teaching of Korean in Community Schools ». The Korean Language in America, vol. 2, pp. 111–127.

Titone R., (1974). Le bilinguisme précoce, Bruxelles : Ch. Dessart.

Wallon H., (1941, rééd, 1995). L’évolution psychologique de l’enfant, Paris : Armand Colin.

Zirotti J.-P., (2006). « Enjeux sociaux du bilinguisme à l’école », Langage et société 2006/2 (n° 116), pp. 73-91.

 

 

 

Johanna Clausse

Diplômée d’une licence de coréen et d’une licence de didactique du FLE.
Actuellement étudiante en Master 2 de didactique du français langue étrangère et langues du monde.

More Posts

un entretien imaginaire

Dans un bureau de l’une des universités de Paris, le matin à 10H30, par un sombre jeudi de Novembre, il fait du vent dehors. Un entretien entre une étudiante et son directeur de mémoire commence :

L’étudiante : Excusez-moi, puis-je entrer ?

Le professeur : Oui, bien sûr !

E: Bonjour monsieur, vous vous souvenez ? Je vous ai écrit un émail avant-hier pour demander un rendez vous avec vous.

P: Ah, oui! Assieds-toi !

E: Merci.

P: C’est la première fois qu’on se rencontre, non ?

E: Oui. En fait, je n’ai pas pu m’inscrire à votre cours le semestre précédent, parce que votre cours était plein. C’était vraiment dommage puisque les contenus du cours ont un lien fort avec mon sujet de mémoire. Cependant, une bonne chose c’est que vous enseignez aussi le cinéma aux étudiants de DUEF, donc, j’ai l’occasion d’aller observer vos cours! C’est formidable! Mais, il faut que vous soyiez d’accord.

P: Ben… Oui, pourquoi pas? C’est une bonne idée, si ça t’aide.

E: Merci beaucoup ! J’ai de la chance !

P: Alors, dis-moi tu as déjà commencé à faire ton plan de mémoire ou non?

E: Non, ce n’est pas exactement ce que j’ai fait. J’ai commencé à emprunter des livres concernant l’histoire du cinéma, et la relation entre le cinéma et l’enseignement du FLE, etc. pour fonder la base de mes connaissances.

P: C’est bien que tu aies déjà commencé à recueillir des données !

E: Merci ! Cependant, j’ai eu un problème pour réduire mon sujet. C’est-à-dire, je n’arrive pas à limiter mon sujet de mémoire, c’est trop large. Est-ce que je dois me focaliser sur l’image ou bien sur le son, ou encore sur l’image et le son qui fonctionnent ensemble. Je suis complètement perdue.

P: Ne t’inquiète pas, je suis là pour t’aider. Maintenant, le problème n’est pas de réduire ton cadre de sujet, mais, plutôt qu’est-ce que tu veux et qu’est-ce que tu veux développer ? dans quel contexte et dans quel but ? Quel est ta motivation d’enseignement du FLE? Alors, est-ce tu as des expériences dans ce champ?

E: Euh… ( l’étudiante a des sueurs froides) toutes les questions que vous m’avez posées ne sont pas claires pour moi….mais le contexte, oui ! L’expérience….

P: (le professeur lui coupe la parole) Puisque c’est la première fois que tu me racontes ton sujet, j’ai plein de questions en tête. Je te pose une question, dis -moi, ‘c’est quoi le cinéma et le film? Quelle est la différence entre les deux termes, à ton avis?

E: euh… je n’ai jamais pensé à ça… à mon avis, le cinéma est le contenant, mais le film est le contenu ??? Ou bien, le cinéma est un art du spectacle, il est désigné comme le septième art. Par contre, le film est œuvre cinématographique… Je suis toujours superficielle, je ne peux pas aller au fond des connaissances….(L’étudiante est très désespérée.)

P: Je n’ai pas la réponse non plus, il faut que tu cherche à répondre et à comprendre. Du coup, il ne faut pas être négligeable le fonctionnement audiovisuel dans l’enseignement du FLE. Jusqu’à maintenant, tu n’as pas mentionné ce terme-là. Donc, vas chercher, l’utilisation audiovisuelle peut contribuer à l’enseignement du français dans classe de FLE. Donc, pour toi, ou pour n’importe qui, avant de rédiger son mémoire, il faut réfléchir beaucoup, c’est-à-dire, il faut former une ligne de concepts systématiques ayant des liens forts entre eux. Donc, pour le moment, il faut que tu me donnes un plan du mémoire, le contexte ou le terrain, quelles méthodologies vont s’adapter au besoin dans le champ concerné, etc.

E: Vous avez raison, monsieur. Je ne sais presque rien dans ce champs.

P: je sais que tu as peut-être besoin encore de références , alors, je te le donne maintenant.

E: Oui, c’est vrai. Merci beaucoup, monsieur !

P: De rien!

E: Ah, je viens d’avoir une idée ! Je pense que je vais faire aussi une enquête sur l’utilisation du film pour apprendre le vocabulaire ou favoriser la compréhension orale et écrite, quelles choses comme ça…

P: c’est bien que tu y pense! Mais n’oublie pas de ne pas aller trop loin de ton sujet de mémoire.

E: Oui, d’accord. Je pense que je vous dérangerai après. Le prochain RDV sera quand? Je vais faire des efforts pour penser et effectuer ce que je peux faire pour mon mémoire.

P: Très bien ! Alors, dans une semaine, le même endroit et la même heure, ça te va ?

E: Oui, super! Merci, monsieur ! À la prochaine !

P: Entendu ! À la prochaine !

Bing LIANG

Etudiante de M2, spécialité 1, didactique du français langue étrangère et langues du monde à Paris 3.

More Posts

La politique linguistique éducative en Serbie – quel impact sur la scolarisation des Roms ?

L’intégration et la scolarisation des enfants roms est un vif sujet depuis plusieurs décennies en Europe. Malgré les efforts des pays européens de mettre en place les dispositifs qui permettront une meilleure intégration des Roms à l’école, leur réussite scolaire reste faible .

sutjeska

Ecole primaire « Sutjeska » à Belgrade

En Serbie, les Roms représentent la minorité nationale reconnue officiellement par la loi étant dans une position la plus défavorable. Le romani (L1) n’a pas le statut de langue officielle ce qui implique l’éducation des enfants roms en serbe (L2). Il est à noter que les Roms ne maîtrisent pas tout à fait L2 à l’entrée de l’école et que le programme ainsi que les méthodes de l’enseignement du serbe sont les mêmes pour tous les élèves sans exception. De ce fait, dès le début de leur scolarisation nous pouvons apercevoir un décalage du niveau réel de L2 et du niveau attendu à ce stade là. Le curriculum ne prescrit pas le renforcement des cours de langue serbe pour ces élèves. Cette situation interroge donc l’impact de la politique linguistique éducative sur la réussite scolaire des enfants roms. Nous pouvons ainsi nous demander si la politique linguistique éducative est un facteur déterminant dans la réussite faible des élèves roms à l’école ? Les Roms, sont-ils condamnés à l’échec scolaire avant d’entrer à l’école ?

Ce mémoire permet de réfléchir, d’une part,  sur les difficultés que rencontrent ces derniers à l’école, notamment dans la langue serbe et dans les langues étrangères au niveau de la compréhension et de la production écrite et d’autre part, sur la position des enseignants coincés entre le curriculum et la réalité. Le but est de déterminer les facteurs principaux d’échec des enfants roms et de définir les enjeux de la politique linguistique éducative en Serbie ainsi que les méthodologies d’enseignement à mettre en place pour favoriser la réussite scolaire de ces élèves.

Bibliographie :

BOYER, H. (2010). Les politiques linguistiques. Mots. Les langages du politique . Trente ans d’étude des langages du politique (1980-2010). No 94, p. 67-76.

CALVET, L.J. (1996). Les politiques linguistiques. Paris : Puf

STRAUSS , L. (1977). L’identité. Paris : Puf

FILIPOVIC, J., VUCO, J., ĐURIC, Lj. (2007). Critical review of language education policies in compulsory primary and secondary education in Serbia. Current Issues in Language Planning .  no 8

Sitographie :

Asséo, H. (2010). Gens du voyage & roms : le nomadisme sans frontière est un mythe politique . Le Monde magazine

En ligne : http://www.amatrami.com/article-le-nomadisme-sans-frontiere-est-un-mythe-politique-56702942.html

RUS , C. (2011) : La « dimension ethnoculturelle » du ciblage des PEP : entre institutions européennes et politiques nationales. Les politiques d’éducation prioritaire en Europe. Tome II,  p. 135-167

en ligne : http://books.openedition.org/enseditions/1344#ftn8

La loi serbe sur les droits de minorités nationales http://www.paragraf.rs/propisi/zakon_o_zastiti_prava_i_sloboda_nacionalnih_manjina.html

Source d’image : http://www.sutjeskazemun.edu.rs/index.php/2014-01-15-17-12-02/vrshnj-c-i-i/95-v-li-r-ivn-r-di-nic

Marija Apostolović

Étudiante en M2 DFLE, spécialité 1, option A

Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

établissement d’une relation entre la réception et la production

Mots clés: Texte littéraire, hétéroglotte, homoglotte, questionnaire, production orale.

J’ai choisi mon projet de recherche tout au début qui a été l’approche de l’enseignement du français à des apprenants hétéroglottes dans un milieu homoglotte. Ce projet est en lien avec mon objectif professionnel à plus long terme: transmettre les approches adoptées en didactique du FLE en France en Chine en tenant compte de la situation éducative chinoise. Mais je me sens que ce sujet est trop large qui doit prendre en compte presque tous les domaines de la didactique du FLE. En fait, mon idée principale est de réduire l’écart entre l’apprentissage du FLE en France et dans un milieu hétéroglotte, surtout en Chine.

Aujourd’hui, cette réduction est tout à fait possible, puisque « …en raison du développement de (certaines de) nos sociétés et du progrès, sous toutes ses formes (notamment numérisées) de la circulation et de la capitalisation des productions langagières dans un grand nombre de langues, de plus en plus d’apprenants (et d’enseignants) peuvent avoir accès à des ressources de plus en plus importantes et de plus en plus diversifiées dans leur nature et leur supports. Du coup, c’est la distinction radicale entre milieu homoglotte et milieu hétéroglotte qui s’estompe, … » (COSTE, Daniel, 1998). Donc, j’ai essayé de redéfinir et préciser le mot « l’approche » de mon projet original. Après une longue période de réflexion, en liant avec mes propres expériences d’apprentissages du FLE, j’ai découvert que la littérature française est un bon support afin d’établir un pont entre les apprenants hétéroglottes et le milieu français, je voudrais donc étudier comment utiliser les textes littéraires pour motiver les apprenants « hétéroglottes » surtout dans le contexte chinois, à communiquer et à s’exprimer en français.

 

D’après Rémy Porquier, « Toute situation d’apprentissage peut être caractérisée par les interrelations entre langue, apprenant, contexte. » (1995). Par conséquent, autour mon sujet du mémoire, dans mes travaux de recherche, je dois toujours prendre en compte parallèlement le contexte (la société chinoise), le public (les apprenants sinophones) et le support (les textes littéraires).

Premièrement, je voudrais étudier les différences entre les contextes hétéroglottes et homoglottes. Apprendre le français en contexte hétéroglotte se caractérise par certaines particularités : « dans la vie quotidienne, on n’a en principe pas l’occasion de s’immerger totalement dans une situation d’interaction où le français est largement, voire presqu’exclusivement exigé pour l’établissement d’une compréhension interpersonnelle» (Ishikawa F., 2011 : 301). En effet, le contexte hétéroglotte ou homoglotte dans lequel prend place l’apprentissage joue un impact majeur sur les pratiques de classe. En contexte hétéroglotte, l’apprentissage de la L2 s’effectue exclusivement dans les interactions entre enseignant et apprenants dans un espace clos : la classe. En revanche, en contexte homoglotte, on établit un lien direct entre le vécu de la classe et le vécu de l’apprenant à l’extérieur de la classe. Ainsi l’apprenant devient un acteur social en interaction avec des natifs et en compréhension progressive et parfois forcée à son environnement.

Néanmoins, les étudiants du stage que j’effectue à IRRFLE de l’Université de Nantes considèrent qu’ils n’ont pas de beaucoup d’opportunités de communiquer en français avec un natif hors de la classe et progressent très vite dans l’apprentissage de français. Donc, je pense que les différences entre les deux contextes ne sont pas seulement l’environnement d’apprentissage, il y a certainement des autres facteurs cruciaux pendant leurs progressions d’apprentissage. Par ailleurs, d’après mes expériences d’apprentissage du FLE en milieu hétéroglotte et homoglotte, les différences que je me sens profondément sont d’une part « l’opportunité de pratique » et d’autre part « les ressources du français » et la dernière joue un rôle très important pendant mon apprentissage du FLE en France, surtout une énormité de textes littéraires en français.

Par conséquent, je peux réfléchir sur :

  • Qu’est-ce qui joue un rôle crucial pendant l’apprentissage du FLE dans un contexte homoglotte ? (l’opportunité de pratique ? les ressources françaises ? la culture française ?)
  • Qu’est-ce que l’environnement de la culture française influence l’apprentissage du FLE pour les apprenants homoglottes ?
  • La relation entre l’environnement culturel français et les ressources français. (les apprenants homoglottes devraient trouver des ressources françaises dans un environnement culturel français ; les apprenants hétéroglotte sont au contraire, ils sensibilisent un environnement culturel français parmi des ressources françaises)

Ensuite, à partir mes expériences d’apprentissage et d’enseignement à l’université chinoise, ainsi que des études et des enquêtes réalisées en Chine, nous percevons que bien que les apprenants chinois du français aient des bonnes connaissances grammaticales de français, la plupart des apprenants ne peuvent pas parler bien en français, et ils ne participent pas beaucoup à l’interaction pendant le cours.

En tenant compte cette situation, je m’interroge sur :

  • Pourquoi les apprenants sinophones ont toujours des difficultés à s’exprimer en français ?
  • Est-ce que c’est parce qu’ils manquent la motivation, la confiance en soi? ou bien ils ont des difficultés linguistiques ? ou bien les thèmes proposés par l’enseignant sont difficiles à aborder ?
  • Est-ce que c’est parce que leur stratégie d’apprentissage est plutôt visuelle ? sous influence de leur langue maternelle (le chinois, le mandarin) ?

Et après, j’envisage d’utiliser les textes littéraires, surtout ceux qui peuvent décrire la vie en France, la société français, les manières de pensée des Français (la littérature française contemporaine ?) afin de créer une ambiance en langue française pour les apprenants qui ne baignent pas dans un milieu francophone.

Des pistes de réflexions que je vais aborder :

  • Pourquoi la littérature est une bonne entrée et un bon déclencheur de communication ?
  • Pourquoi la littérature français peut créer une ambiance culturelle française afin d’approcher un milieu homoglotte ?
  • Comment choisir les ouvrages (les ouvrages qui ont obtenu les prix littéraires?) ?
  • Comment l’enseignant fait des choix de coupure ? et pourquoi nous devons couper comme cela ?
  • De quelles manières l’enseignant interprète ces ouvrages ?
  • Est-ce que l’enseignant doit rédiger un chapeau d’ouvrage pour les apprenants ?

Enfin, en s’aidant des manuels FLE, je réfléchirai à la façon de mettre en pratique cette conception en tenant compte de ses limitations. C’est-à-dire comment l’enseignant propose des questionnements par rapport aux textes littéraires choisis pour favoriser la production orale, et j’apporterai aussi des améliorations et des orientations pour rapprocher un cours de français mis en place à l’étranger d’un milieu homoglotte.

Donc, je vais entreprendre les problèmes suivants :

  • Comment interpréter les textes littéraires liés au statut et à la culture d’apprenants ?
  • Comment susciter l’envie de production orale à travers des textes littéraires ?
  • Quelles tâches et quels questionnaires que nous pouvons proposer ?
  • Quels sont les objectifs de ces questionnaires ? (vers une compétence interculturelle et un autonomie d’apprentissage)
  • Comment prendre en compte le sentiment esthétique de ces textes choisis.
  • Comment établir un rapport entre le texte littéraire, les activités proposées et la communication réelle ?
  • Comment établir une relation entre la réception (lecture) et la production (orale et écriture) ?

 

Les avantages de cette recherche seront d’accroître la possibilité de pratiquer le français dans un contexte non francophone, de motiver les apprenants, de susciter leur envie de parler et de développer leur autonomie d’apprentissage.

 

Bibliographie :

Daniel C. (1998), « Avoir accès à l’excès des ressources: Note sur de nouveaux rôles pour l’école », Études de Linguistique Appliquée, Oct 1, p.505-511.

Ishikawa F. (2001), « Le FLE comme matière universitaire en contexte « hétéroglotte » et extra-européen : statut académique et représentations sociales du FLE au Japon », Le Français sur Objectifs Universitaires, p. 301-312.

Porquier R. et Py B. (2004), Apprentissage d’une langue étrangère : contextes et discours, Paris, Didier, p.60.

Rémy P. (1995), « Trajectoires d’apprentissage(s) de langues: diversité et multiciplicité des parcours », Études de Linguistique Appliquée 98, Apr 1, p.92-102.

Liu Yang

Etudiante chinoise en master 2 à l’Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A: recherche. Master 1 FLE : Analyse et programmation de la communication didactique à l’Université de Nantes.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Apprendre le français et apprendre à connaître les français en lisant des bandes dessinées

Imaginons la BD comme une corde. Enroulée et posée au sol, elle est comme l’album de bande dessinée pas encore lu sur l’étagère. Lorsque le lecteur prend une BD et l’ouvre pour la lire, il se saisit d’une extrémité de la corde et la tire vers lui. L’auteur en tient l’autre bout comme il détient la connaissance de l’histoire. C’est le lien entre auteur-émetteur et lecteur-récepteur. La corde-lien se tend entre eux. Cette tension constitue la narration de la BD. L’auteur a construit la narration comme il a tressé la corde : en mêlant inextricablement les deux fils rouges de l’histoire : le texte et l’image. A chaque double-page tournée, le lecteur empoigne la corde, et dans sa main : autant d’images que de textes. Pour avancer dans l’histoire comme pour progresser le long de la corde, le lecteur a besoin que les deux fils ne se séparent pas.

La nature double de la bande dessinée est un support narratif original dont je propose l’étude dans un contexte d’enseignement du FLE. Soit, discuter les avantages et inconvénients d’une narration imagée et textée dans l’enseignement du français. Je prends la liberté d’en exclure les albums muets. Non pas parce qu’ils ne constitueraient pas un corpus suffisant, mais parce que ce qui m’intéresse dans l’étude de la BD est le déroulement de la narration par l’association du texte et de l’image, soit la narration par l’« iconotexte[1] ». Il s’agit d’une « unité indissoluble de texte(s) et image(s) dans laquelle ni le texte ni l’image n’ont de fonction illustrative et qui — normalement, mais non nécessairement — a la forme d’un “livre”[2]». Mon étude de la BD s’appuie en ce sens sur des oeuvres où « les dessins, sans le texte, n’auraient qu’une signification obscure ; le texte, sans les dessins ne signifierait rien », selon les mots de Rodolphe Töpffer[3]. L’« inventeur[4] » de la BD moderne définissait ses albums comme une « littérature en estampes[5] » à l’époque où le terme de « bande dessinée » n’avait pas encore été inventé. Cette première définition présente la BD comme un art et une littérature à la fois. Le corpus comportera des planches imprimées et en ligne, des albums BD, des romans graphiques et des caricatures publiées dans les journaux. En somme, tous les supports qui se définissent par ce langage en « iconotexte » particulier à la BD.

L’utilisation de la BD en classe de FLE amène à se poser les questions suivantes : pourquoi utiliser le support de la BD pour enseigner la langue et la culture françaises ? Associée à la littérature jeunesse depuis la publication des planches de Christophe dans le Petit Français illustré par Armand Collin[6], la BD souffre de sa réputation. Elle est vue comme un medium divertissant et dédié au temps libre des enfants, et non pas à l’étude sérieuse, méthodique et mature ! Il serait d’une part intéressant de profiter de la bonne réputation de la BD auprès des apprenants pour en faire un objet d’étude plaisant, mettant ainsi en application le principe du placere et docere. D’autre part, « l’art séquentiel[7] » de la BD ne se compose pas que des albums jeunesses : des littératures francophones aux planches en ligne répondant à une visée politique, la BD est multiple. Elle reflète les préoccupations de son temps et donne un aperçu des Français : leur mentalité, leurs histoires dans l’Histoire ; et offre une fenêtre idéale pour étudier les langages, la parole et les discours du français. Cela mène à la préoccupation suivante : comment étudier la BD ? Il ne faut pas que ce support soit un prétexte à l’analyse linguistique ou bien une introduction superficielle à un thème de société. La comparaison de l’utilisation des planches de BD dans les manuels de FLE me permettra de discuter l’utilisation actuelle de ce support et de proposer des activités adaptées au medium.

[1] Mot-valise inventé par Michael Nerlich en 1985.

[2] NERLICH, Michael : « Qu’est-ce qu’un iconotexte ? Réflexions sur le rapport texte-image photographique dans La Femme se découvre d’Evelyne Sinnassamy » dans MONTANDON Alain (éd.), Iconotextes, Paris, Ophrys, 1990 (p. 255-302).

[3] TÖPFFER, Rodolphe, Essai de physionomie, autographié chez Schmidt, Genève, 1845. Disponible en ligne sur le site de la Bibliothèque nationale de France : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb35856550v.

[4] GROENSTEEN, Thierry, La bande dessinée : son histoire et ses maîtres, Skira-Flammarion [Paris], La cité internationale de la bande dessinée et de l’image [Angoulême], 2009, p. 16.

[5] TÖPFFER, op. cit.

[6] GROENSTEEN, Thierry, op. cit.

[7] EISNER, Will [traduit de l’anglais Comics & sequential art par GRATIEN, Eric], La Bande dessinée, art séquentiel, Vertige graphic, Paris, 1997.

Chloé Kervio

M2 Didactique du FLE, spécialité 1, Option A.

More Posts

Analyse des exercices prononciaux dans Le Français I

Le Français I est un manuel largement utilisé dans les universités chinoises. Comme mon mémoire se porte sur les difficultés pour les sinophones sur la prononciation française, il est nécessaire d’analyser en détail la méthodologie utilisée dans les exercices de ce manuel

Les types d’exercices principaux pour la prononciation dans Le Français I sont:

  • Imitation, répétition, production orale ( voir annexe 1 ) : les étudiants écoutent un modèle ou un enseignant, puis le répètent ou l’imitent
  • Les exercices de paires minimales ( voir annexe 2 )
  • Les paires minimales contextualisées ( voir annexe 3 ) : qui permettent de pallier l’absence de sens et de contexte.
  • Les exercices d’approximation développementale ( voir annexe 4 ) : technique issue des études en acquisition de la langue maternelle. Par exemple, les enfants acquièrent [s] avant [∫], [z] avant [ʒ].
  • Discrimination auditive ( voir annexe 5 ) : indique la discrimination de deux éléments ( sons, mots, segments, groupes rythmes, mouvements intonatifs )
  • Exercices sur l’intonation ( voir annexe 6 )

 

Les défauts pour la conception des exercices dans le manuel Le Français I

Les exercices sur le système grapho-phonologique laissent à désirer

Les correspondances graphie-phonie sont directement présentées dans les exercices ( voir annexe 7 ), qui ont pour objet de juste faire prononcer les différentes graphies relevant d’une même phonie. Mais ce genre d’exercices peut être amélioré par les exercices comme la comparaison dirigée, le repérage et dictée.

  • Comparaison dirigée : à l’écoute d’un signal, l’apprenant doit choisir la version écrite qui correspond à ce qu’il a entendu.
  • Repérage : à l’écoute d’un mot-clé suivi de plusieurs énoncés, l’apprenant indique la ou les phrases écrites contenant le mot entendu.
  • Dictée, textes à trous ( à une seule ou plusieurs graphies )

Dans ce cas-là, la mémorisation de ces correspondances est renforcée.

 

Annexes

Annexe 1

a1

Lire les mots suivants avec les règles phonétiques appris

a2

Annexe 2

a22

Annexe 3

a3

Annexe 4

a4a44

Annexe 5

a5

Annexe 6

a6

Annexe 7

a7

Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts

La crise des valeurs européennes

 

πολιτης του κοσμου
Image prise de Politis tou kosmou (facebook).

Honte à toi Europe ignorante.

Honte à vous politiciens indifférents.

Honte à vous gouvernements impérialistes du 21ème siècle.

La France Terre Asile est en exil. (accords contre le droit d’asile, bureaucratie volontaire)

La Grèce berceau de l’Europe est devenue misanthrope. (police noyauté de l’Aube Dorée, centres de détention)

Bienvenu à l’Europe obscurcie.

Bienvenu à l’Europe qui ferme les frontières, construit des murs, crée des ghettos, met en place son apartheid moderne.

Bienvenu à l’Europe qui renvoie des êtres humains vers le danger.

A vous les politiciens déterminant les accords et conventions  ne respectent pas les droits humains :

Vous n’arrêterez pas les flux. Vous augmenterez le nombre des morts mais vous n’arrêterez pas les flux.

Aucun accord n’arrêtera  les êtres humains en recherche de  Paix.

Aucun contrôle maritime n’arrêtera  les êtres humains de traverser la Méditerranée en recherche de Liberté.

Aucune convention n’arrêtera les êtres humains à rêver d’étudier et de travailler.

Aucune frontière n’arrêtera les êtres humains qui ont vécu la guerre de prendre le risque et partir.

Aucune arme ne tuera les espoirs des êtres humains pour une Vie meilleure.

Vous ne comprenez pas. Tant que l’Homme espère il vit.

Même dans les camps les plus froids, les centres de détention les plus inhumains l’Espoir vivra.

Et aucun renforcement ne vous aidera à le contrôler.

Car c’est une Force infinie, une source d’alimentation, une oasis inépuisable.

L’Espoir fait vivre.

inspiré du film de Nathalie Loubeyre  « La mécanique des flux » (2015)

Olga Kourntidou

Titulaire d’une Licence de Russe délivrée par l’Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l’Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Festival international du film des droits de l’homme

A vos places!

C’est parti et c’est à Paris depuis hier!

Un festival des films qui a pour but de défendre la dignité humaine.

Depuis hier jusqu’au 12 avril le Festival présentera 21 longs métrages et 11 courts.

Au programme :

image prise du site du FIFDH
photo prise du site du FIFDH
photo prise du site du FIFDH
photo prise du site du FIFDH

Lieu:

Luminor – Hôtel de Ville

20 rue du Temple

75004

Paris

métro : ligne 1 ou 11 Hôtel de ville ou Rambuteau

Sitographie

http://www.festival-droitsdelhomme.org/paris/

Olga Kourntidou

Titulaire d’une Licence de Russe délivrée par l’Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l’Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Vive le plurilinguisme?

 

Image trouvée dans Google Images.

En faisant mes recherches, en étant sur le terrain , en observant mes apprenants, en formant mes propres pensées, je me suis rendue compte à quel point j’ai changé. Je ne suis pas la même Olga-chercheuse que j’étais en novembre (d’ailleurs je ne suis pas la même Olga qu’hier mais ceci est  un sujet psycho-philosophique plus complexe à exploiter). Comme tous les êtres humains (oui même nous les enseignants) j’avais certains stéréotypes, préjugés, représentations avant de commencer mes recherches, avant de me situer dans ma problématique et avant de commencer le terrain.

Mes lectures m’ont beaucoup apporté et éclairé sur certaines notions et concepts. L. Dabène, F. Grosjean, V. Castellotti, P. Bernard, C. Tagliante sont certains grâce auxquels des notions et concepts comme bi/-plurilinguisme, interference, langue maternelle, langue étrangère, immigré, réfugié, altérnance codique etc me sont devenus plus compréhensibles. D’ailleurs j’ai pu comprendre plusieurs faits sur ma propre biographie langagière ce que j’ai trouvé précieux car toutes ces années j’ignorais certains faits linguistiques de mon propre parcours.

Vous vous demanderez pourquoi ce titre. Ou plutôt pourquoi ce point d’interrogation. Pendant toute ma vie je n’avais aucun doute que parler plusieurs langues est formidable, génial (d’ailleurs c’est toujours mon avis). Ce qui a joué un rôle important c’est aussi et surtout le fait que j’ai grandi dans un environnement qui était favorable au plurilinguisme que ça soit à l’école ou à la maison.

Mais certains cas des gens  que j’ai rencontrés et qui refusaient de parler d’une et dans une langue qu’ils connaissaient m’a fait réflechir. Je pense surtout aux gens que j’ai rencontrés en France et qui viennent des pays de l’Ex-union soviétique comme la Géorgie, la Bulgarie, l’Ukraine. Moi avec mon enthousiasme que oui les langues c’est la joie j’étais prête à parler en russe avec eux et pas seulement prête c’est que j’attendais d’eux de parler en russe.  Mais je ne prenais pas en compte tous les autres facteurs qui obscurcissent l’acquisition et les représentations sur les langues et avant tout le vécu propre de chaque personne. Donc même si ces gens connaissaient le russe ils ne voulaient ni l’affirmer ni me parler en russe car il y toujours des pensées des traumatismes politiques de leur propre langue maternelle et nationale qui était réprimé pendant l’Union soviétique. Depuis alors je fais attention! J’ai compris qu’en fait pour beaucoup de gens être plurilingue n’a même pas été un choix personnel mais plutôt imposé pour des raisons historiques , économiques et surtout politiques .

 Pendant les premiers cours de FLE que j’ai donnés certains de mes apprenants trouvaient ça étrange quand je demandais à tel ou tel apprenant de me dire comme ça se dit tel ou tel mot  dans leur langue . Ils m’ont même affirmé que c’est un cours de français et pas d’arabe ni de somalien. J’étais étonné! D’une part j’étais contente car je me disais oui ils sont motivés pour apprendre le français et d’autre part je me disais mais pourquoi parlent ils aussi peu de leur langue et ne veulent pas savoir qu’est-ce qui se passe dans la syntaxe d’une autre langue. Dans un moment je me sentais tellement découragée que je pensais changer de terrain et de problématique. Mais tous ces difficultés font partie de notre mémoire car elles reflètent le continuum, les étapes de nos recherches.

J’ai compris plus tard. Pour ces apprenants, leur priorité c’est le français et ce n’est pas seulement une priorité c’est même une urgence. Donc pour un afghan qui ne s’intéresse pas à l’arabe savoir comment on dit pomme en arabe l’importe très peu et on peut avoir le même cas pour l’inverse. Donc j’ai changé un peu ma politique et mes représentations sur le plurilinguisme. Le plurilinguisme est un bien mais ce n’est pas tout le monde qui veut ce bien et il ne faut pas l’imposer.

Un autre cas qui m’a perturbé c’est cette maman de quatre enfants qui me parle rarement de sa langue. Elle est une des plus motivés. Mais maintenant je comprends. Même si le lien entre LM et nous même est fort (surtout pour les adultes) il y a de gens qui commençant une nouvelle vie  ailleurs, réservent leur langue maternelle à des domaines de la vie personnelle . Quand cette maman sort de sa maison et ferme la porte c’est le monde de la langue française. Et quand elle rentre il y a la présence de deux langues désormais, du français et du somalien car elle doit aider ses enfants à faire les devoirs, et souvent les enfants parlent déjà en français mieux qu’elle car ils passent la majorité du temps à l’école.

Ce dernier temps mes groupes se sont homogénéisés. Cela veut dire que pour l’un de mes groupes il y a seulement les Afghans et pour l’autre un arabophone avec un persanophone. Il m’a fallu beaucoup réfléchir avant cette homogénéisation et la question se pose toujours ; comment éviter une guerre de langues? Car ne pas se comprendre, ne pas parler la même langue, ne pas parvenir à faire comprendre le message qu’on veut exprimer peut poser beaucoup des difficultés tant pour les apprenants que pour les enseignants comme moi qui plaident pour le plurilinguisme.

Olga Kourntidou

Titulaire d’une Licence de Russe délivrée par l’Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l’Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

L’instinct , le coeur et la raison*

Photo prise par moi, trouvée dans le livre "Eux, c'est nous" p.16 (Réfugiés en 8 lettres).
Photo prise par moi-même, que j’ai trouvé dans le livre « Eux, c’est nous » p.16 (Réfugiés en 8 lettres).

« Si un homme, une femme, un enfant souffrent et que personne ne veut les secourir, vous entendrez tout. Toutes les excuses, toutes les justifications, toutes les bonnes raisons de ne pas leur tendre la main.

Dès qu’il s’agit de ne pas aider quelqu’un, on entend tout.

A commencer par le silence.

Si cet homme, cette femme ou cet enfant qui souffrent ne sont pas seuls à souffrir, s’il y a une guerre à nos portes, s’ils sont des milliers, des dizaines de milliers, des centaines de milliers, peut-être un million à nous demander de l’aide, nous ne pouvons pas ne pas en parler. Notre silence serait assourdissant.

Alors, voilà que nos politiques, nos journaux, nos télés, nos radios cherchent des mots. Et voilà qu’ils cherchent des images.

Ils doivent parler de victimes de guerre, n’est-ce pas? D’hommes, de femmes, d’enfants qu’on bombarde, qu’on fusille, qu’on torture, qu’on terrorise, qu’on affame, dont on a détruit les villes, dont on a brûlé les maisons, qui ont déjà perdu un père, un frère, des parents des amis. Ils doivent parler de rescapés qui fuient sur des routes qui ne sont même plus des routes, pour sauver leurs vies qui ne sont presque plus des vies.

Ce sont de ces gens-là que nous devons parler, n’est-ce pas? De ces gens dont nous pourrions faire partie, qui pourraient être moi, toi, vous.

Nous.

Mais qui sont eux.

Et comment parlent-ils d’eux, presque tous nos politiques, presque tous nos journaux, presque toutes nos radios, presque toutes nos télés? Et le Net lui aussi! Quels mots choisissent-ils? Quels mots répètent -ils du matin au soir, jour après jour, sans jamais en changer?

Ils parlent d’EXODE

Ils parlent de MASSES

Ils parlent de HORDES

Ils parlent de DEFERLEMENT

Ils parlent de MULTITUDE

Ils parlent d’INVASION

Ils répètent inlassablement ces mots:

EXODE

MASSES

HORDES

DEFERLEMENT

MULTITUDE

INVASION

Ils montrent inlassablement les mêmes images: des images de foules. Des grappes humaines accrochées à de bateaux qui coulent, des foules parquées dans des camps qui ne peuvent pas les contenir, d’immenses colonnes de victimes jetées sur des routes jusqu’à l’horizon. Et pendant que nos yeux ne voient que ces images, nos oreilles n’entendent que ces mots:

EXODE

MASSES

HORDES

DEFERLEMENT

MULTITUDE

INVASION

Du coup, ce n’est plus l’homme qui souffre que nous voyons sur ces images, ni la femme, ni l’enfant…Ce ne sont même plus des êtres humains, c’est un grouillement, un pullulent, un déferlement. Une effrayante menace. Avec ces phrases qui bourdonnent comme des guêpes autour de ces images:

« Nous ne pouvons pas accueillir tout le malheur du monde! »

« Pas la même culture… »

« Pas la même religion … »

« Pas les mêmes coutumes… »

« Menace pour nos chômeurs… »

« Menace pour nos travailleurs… »

« Menace pour notre identité… »

Et, petit à petit, c’est comme si chacun de nous se sentait seul et menacé par cette « marée humaine » qui n’a plus rien d’humain. Tout à coup, c’est comme si ces gens qui ne sont plus de gens, qui sont eux et pas nous, étaient plus nombreux que nous.

Comme s’ils étaient la majorité et nous la minorité menacée. Et nous voilà tentés de nous refermer sur notre peur, sur notre refus d’aider, sur notre silence.

STOP!

Débranchons-nous. Concentrons nous. Ecoutons un autre silence: celui dont nous avons besoin pour réfléchir un peu.

Et réfléchissons.

Un peu.

Combien sont-ils en réalité, l’homme, la femme, l’enfant, qui fuient ces guerres et frappent à notre porte?

Cinq cent mille? Un million? Deux?

Combien sommes-nous, ici, en France?

Soixante-six millions.

Soixante-six fois plus!

Soixante-six Français ne sont pas assez nombreux pour accueillir un ou deux hommes qui souffrent?

Admettons.

Combien sommes-nous en Europe?

508 millions.

Cinq cent huit Européens ne sont pas assez nombreux pour accueillir un ou deux hommes qui souffrent?

Admettons.

Ajoutons 318 millions d’Américain, 146 millions de Russes, 36 millions de Canadiens, 23 millions d’Australiens, ajoutons 1 milliard et 366 millions de Chinois.

Nous voyons bien que c’est ne pas une question de nombre.

Mais de volonté.

… »     Extrait du texte de Daniel Pennac dans « Eux, c’est nous »

Il y a-t-il quelqu’un qui peut rester neutre en lisant ces lignes? Il y a-t-il quelqu’un qui peut rester neutre en sachant que le frère de son apprenant est en prison pour s’avoir opposé au régime du pays et qu’il risque de mourir d’un moment à l’autre ? Il y a-t-il un enseignant de FLE qui peut rester neutre quand il sait que certains de ses apprenants n’apprennent pas le français par amour mais parce qu’ils n’ont pas d’autre choix?

Moi je ne peux pas. Je ne peux  pas et je ne veux pas rester neutre quand il s’agit des êtres humains en difficulté, ayant besoin d’aide, de soutien. Je ne peux pas rester neutre quand ils me racontent leurs histoires personnelles portant les traces de la réalité des vies des réfugiés et cette douleur de l’exode. Je refuse de rester totalement objective. Je sais que je risque de ne pas avoir le master idéal à cause de cela mais pour moi il sera au moins une tentative, une voix parmi autant d’autres pour crier, pour transmettre mon message, les messages de mes apprenants.

J’assumerai mes écrits subjectives et je les défendrai.

Qu’est-ce qui nous distingue au final des animaux? Marcher sur deux pieds? Les grands singes ont cette capacité. Communiquer? Plusieurs animaux ont la capacité de communiquer dans leur propre « langage » (pensez aux danses des abeilles , aux sifflements et mouvements des dauphins, au « parler » oiseaux , au miaulement des chats etc).

L’ empathie. C’est l’empathie qui fait que nous sommes des êtres humains. Et qu’est-ce que c’est? C’est de se mettre à la place de l’autre. Non pour le critiquer et lui faire la morale mais pour le comprendre et l’embrasser dans toute sa faiblesse. C’est comprendre la douleur de quelqu’un parce qu’on l’a vécu ou faire une tentative de la comprendre parce eux aurait pu être moi ou nous. L’empathie est un don tellement important qu’il faut qu’on le conserve si non on risque de ruptures dans nos relations avec notre entourage (animaux et plantes inclus!)

J’aime la définition de larousse.fr ; « calque de l’allemand Einfühlung mais étymologiquement venant du grec  du latin in, dans, à l’intérieur, et du grec pathos, ce qu’on éprouve, souffrance.  Faculté intuitive de se mettre à la place d’autrui, de percevoir ce qu’il ressent. »

Si je manque d’empathie et je reste totalement neutre aux besoins sociales de mes apprenants je risque de perdre le fil. Je vais réussir à les enseigner la grammaire et le vocabulaire de leur niveau mais si en plus je suis ouverte aux réalités auxquelles ils sont confrontés ils verront quelqu’un qui fait des efforts pour comprendre leur situation et leur état d’âme. Leurs besoins de commencement d’une nouvelle vie ne sont pas seulement d’ordre d’apprentissage d’une LE. Au delà de la science il y a l’être humain avec son instinct, son cœur et sa raison.

* Le titre de mon article « L’instinct , le cœur et la raison » vient du titre du texte inédit de Pennac D. dans « Eux, c’est nous ».

Bibliographie

Pennac D., 2015, Eux, c’est nous, Les éditeurs jeunesse avec les réfugiés

Sitographie

http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/empathie/28880

http://www.ohchr.org/EN/UDHR/Pages/Language.aspx?LangID=frn

Olga Kourntidou

Titulaire d’une Licence de Russe délivrée par l’Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l’Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Comme dessert du jour de soutenance : Mémoire à la crème de qualité

Comme nous le savons bien, l’écriture de mémoire comprend quatre étapes essentielles, plus précisément problématisation, rédaction, édition et enfin soutenance.

La première idée qui vient à l’esprit c’est qu’il est difficile à aborder au moins une de ces étapes, mais quelle horreur, il y en a quatre! Mais calmons-nous et allons à notre coin-cuisine pour trouver des inspirations et des idées pour le mémoire dans notre livre de cuisine L’atelier d’écriture écrit par Bruno Tessarech [1].

Comme tout bon pâtissier, commençons à préparer notre dessert       « Mémoire à la crème de qualité » pas à pas pour le servir de la meilleure façon le jour de soutenance.

Notre première étape, c’est celle de problématisation. Les ingrédients de cette étape sont divers : acteurs, situations ou contextes, expériences, sujets, problématiques, hypothèses, plans, émotions, idées, lecteurs. Notre tâche c’est d’essayer de tout relier, c’est-à-dire de mettre en lien des expériences et des problèmes du terrain avec des champs de recherche (notionnels, disciplinaires, scientifiques). C’est à nous de « borner ce nouveau territoire, organiser [notre] existence, structurer [notre] temps d’une autre façon » ([1], p. 36) et comme dit Bruno Tessarech « nourrir le ver solidaire » ([1], Ibidem.)

 Pour comprendre bien cette étape, il s’agit de lire attentivement les idées suivantes, écrites dans notre livre de cuisine : « Tout ce que vous pourrez créer grâce aux mots, votre capacité d’invention et l’énergie que vous déploierez, tout cela dépend d’une décision initiale » ([1], p. 32), dans notre cas, d’une décision concernant tous les ingrédients à l’étape de problématisation, mais « non pas celle d’écrire plus tard, un jour, quand vous aurez le temps, l’inspiration, le courage, mais dès aujourd’hui. Et d’organiser votre existence en fonction de cet impératif catégorique » ([1], p. 33).

Un des ingrédients auquel j’aimerais faire attention particulière, c’est le lecteur de notre mémoire. N’écrivons pas seulement pour lui, mais avec lui, appuyons-nous sur « les pensées de ce personnage invisible » ([1], p. 24). L’idée c’est de prendre ce lecteur invisible « par la main et de ne pas [le] perdre en cours de route ». Notre livre de cuisine souligne également l’idée suivante : « tant que vous prendrez la plume sans avoir ce lecteur connu ou inconnu en tête, cela voudra dire que vous n’êtes pas prêt » ([1], p. 41).

À cette étape, rappelons-nous que nous ne pouvons rien « écrire de convaincant à moins d’en être convaincus [nous]-même » ([1], p. 17).        « Travaillons donc à être convaincus nous-mêmes de ce que nous écrivons. Ce sera là notre méthode ; partir à la recherche des meilleurs moyens pour écrire ce qui nous hante et ne demande qu’à venir au monde » ([1], p. 18).

Passons maintenant à l’étape suivante, c’est celle de rédaction. Les ingrédients qu’il est nécessaire à ajouter à notre mémoire sont narration, argumentation, lectures, écritures, enquêtes, observations. Il est important de rédiger tout le temps, de réussir à problématiser en racontant, c’est-à-dire narrer nos arguments, trouver une pensée dialogique entre « tu » et « je ». Du côté de « tu », représentant les voix des autres, il y a des auteurs, des chercheurs, des lectures, des enquêtes et des observations. Du côté de « je », symbolisant nos voix au sens de nos propres réflexions, nos idées, il y a de la narration (nous narrons nos arguments) et de l’argumentation (nous tirons les arguments de nos lectures). Cette étape est donc consacrée à la recherche de ce « va-et-vient entre écriture et monde » ([1], p. 56).

Ensuite, observons une page blanche ou quelques pages du texte écrit et rappelons-nous encore une fois pourquoi nous écrivons. C’est une question centrale non seulement pour l’étape de rédaction, mais aussi pour celle d’édition, car elle évoque le rôle de lecteur mentionné à l’étape précédente. Imaginons toujours ce lecteur qui est « en face mais en même temps à côté du texte » ([1], p. 22), car chaque fois que nous traçons « des mots sur une page, un lecteur omniprésent, bien qu’invisible, se tient à [nos] côtés et donne son plein sens à [notre] texte » ([1], p. 23).

À l’étape d’édition, il s’agit d’avoir les ingrédients suivants : style(s) d’écritures, titres, sous-titres, paragraphes (narratifs, argumentatifs, citations, paroles de terrain), chapitres, références (notes, bibliographie, annexes).

Pour ce qui est de notre style d’écriture, il est nécessaire de l’inventer, car il donne le ton unique à notre mémoire. Ce ton représente la musique exceptionnelle du texte, la musique à lui seul. C’est « cette musique personnelle que tout auteur recherche » ([1], p. 23) pour pouvoir apporter au lecteur le même plaisir et la même réflexion que nous connaissons nous-mêmes avec notre texte.

En outre, un des ingrédients fondamentaux de cette étape, c’est celui de marges, notamment quatre marges de la page et les marges entre nos parties de mémoire. Mais pourquoi jouent-elles un rôle si important ? Elles représentent juste « une réserve de blanc » ([1], p. 20). Oui, mais ce « blanc n’encadre pas seulement le noir [qui est le texte], il l’aère et l’équilibre » ([1], Ibidem.) Ce blanc joue un rôle de         « contrepoids à la masse compacte des lignes » ([1], Ibidem.) Ainsi, nous avons « cinquante pour cent de texte, cinquante pour cent de non-texte» ([1], Ibidem.)

L’avantage c’est que les marges, les paragraphes et les chapitres peuvent créer des pauses et augmenter le confort du lecteur. S’il y en a peu, le texte peut commencer à étouffer notre lecteur. Réfléchissons toujours à notre lecteur, même s’il peut par lui-même contrôler sa lecture, en faisant les pauses où il le veut. Par exemple, il lui suffit de lever les yeux du texte pour que la pause se fasse d’elle-même. En réalité, notre lecteur a besoin des marges non pour arrêter sa lecture mais pour mieux la poursuivre. Les marges représentent le « pouvoir créatif de lecteur, et l’équilibre entre texte et vide ne correspond qu’à un juste partage des tâches : à l’auteur l’espace du texte, au lecteur le sien, les deux formant des parts égales » ([1], p. 21). C’est grâce à ce vide que le lecteur peut « compléter les phrases de l’auteur, imaginer, participer à sa vie, l’enrichir de [sa] propre expérience, l’incorporer à [son] soi propre » ([1], p. 22).

Enfin, à l’étape de soutenance, il s’agit de tenir en tête que personne n’est si inspiré par notre sujet de mémoire que nous-mêmes. L’essentiel c’est de réussir à inspirer le jury. Espérons qu’il ne sera pas trop compliqué de le faire, car le jour de soutenance, comme dit Bruno Tessarech « vous saurez que vous êtes devenu autre, à la fois vous-même et multiple » ([1], p. 33) grâce à nos efforts et nos connaissances, c’est pourquoi nous serons plus rassurés que maintenant. La paix et la certitude viendront avec l’idée que nous avons fait tout possible pour laisser une trace dans la chaîne des recherches scientifiques et, peut-être, dans les coeurs de jury.

 Remettons-nous donc à la préparation de notre dessert « Memoire à la crème de qualité » avec enthousiasme et courage, car c’est la seule façon de rendre supportable l’énorme travail que réclame son écriture.

 « Abandonnons le rêve d’atteindre les sommets inaccessibles, Inspiration, Message, Destin, Absolu, Oeuvre, et écoutons notre plaisir d’écrire » ([1], p. 78).

Commençons à rêver sur notre mémoire comme nous rêvons sur un être et nous verrons que la feuille ne résistera pas et ne restera jamais désespérément blanche.

 C’est ça la magie de l’écriture.

 

Bibliographie

[1] TESSARECH, B. (2015), L’atelier d’écriture. Leçons à un futur écrivain, Paris, Éditions Jean-Claude Lattès.

VORONTSOVA-MENALO Anna

Etudiante en Master 2 Didactique du FLE/S et langues du monde, à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3.

More Posts