Archives de catégorie : 1. Recherches et problèmes

Champs et problèmes de la didactique des langues

Réflexion sur le dossier de L’acquisition en master 2

Ce billet a pour objectif d’émettre une réflexion sur mon dossier du séminaire Recherches en acquisition des langues étrangères en master 2, du fait qu’il me permet de compléter mon mémoire final.

Mon dossier se concentre sur l’acquisition du français en tant que quatrième langue d’un apprenant plurilingue. Le chinois est la langue maternelle de cet apprenant. Ce dernier a commencé à apprendre l’anglais dès l’âge de 12 ans. Il habite actuellement au Canada, à Vancouvert, une ville anglophone. L’anglais est sa seconde langue et il possède un niveau C1. De plus, il a appris le japonais comme langue 3 à l’occasion d’un séjour de 3 ans au Japon. Son niveau de japonais est N1 (équivalent C1-C2 selon CECRL). J’ai analysé son acquisition du français à travers trois corpus oraux. La méthodologie, ainsi que les théories dans ce dossier, m’aideront à finaliser mon mémoire de master.

 

Dans l’enregistrement de la première production orale de cet apprenant, j’ai remarqué plusieurs expressions impertinentes. Je me suis concentrée sur la forme du participe passé dans le passé composé et la réalisation de l’article partitif. J’ai émis les hypothèses suivantes : S’agit-il d’une erreur ou d’une faute dans les énonciations de l’apprenant? Existe-t-il une influence translinguistique dans ces erreurs ou ces fautes ? Afin de répondre à ces questions, j’ai enregistré une deuxième production orale en posant la même question dans la séance suivante une semaine après.

La tentative de découvrir les réponses me permet de mieux comprendre et de mieux mettre en pratique des théories concernant l’acquisition. J’ai eu également des occasions pour infirmer mes réponses prévues. Cette expérience est très importante pour mon dossier ainsi que mon mémoire du master. Auparavant, au cours de mes recherches, la méthode déductive était majoritairement employée, c’est-à-dire qu’avant ma recherche, j’avais déjà une « réponse prévue ». En m’appuyant sur certaines théories,  je cherchais des exemples ou des corpus évidents afin de confirmer ma théorie. Avant la réalisation du dossier, je croyais qu’il s’agissait certainement d’une influence translinguistique dans l’acquisition de cet apprenant plurilingue et cela aurait pu être utile pour mon mémoire. Néanmoins, ma recherche n’a pas pour simple objectif de confirmer des théories d’autrui. L’infirmation est plus considérable étant donné qu’elle nous pousse à chercher notre propre explication. Comme dans mon dossier, j’ai finalement trouvé que l’erreur de la forme du passé composé de cet apprenant ne concerne pas une influence translinguistique mais une compétence non-acquise. De plus, nous ne pouvons pas prévoir toutes les erreurs d’apprenant puisqu’elles peuvent se produire différemment selon les individus.

De ce fait, j’espère pouvoir découvrir de nouveaux phénomènes acquisitionnels et explications.

 

Jingjie

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts

Compte rendu « Le français et la Chine : hier, aujourd’hui et demain »

Je vous présente un compte rendu sur le thème « Le français et la Chine : hier, aujourd’hui et demain » exposé par CHEN Wei de l’Université des études internationales de Shanghai, qui a eu lieu le 4 décembre au colloque Les études françaises dans la mondialisation et le devenir des humanites.

Chen W. a présenté dans un premier temps l’histoire des études de la langue française en Chine. Dans un deuxième temps, il a montré la situation actuelle de ces études puis, dans un troisième temps, il a brièvement partagé ses idées sur l’avenir du français en Chine.

  1. L’histoire de l’étude du français en Chine

En chine, l’enseignement du français a commencé dès le 19e siècle et, avant la révolution chinoise en 1927, le français était la 3e langue enseignée, après l’anglais et le russe. Cependant, pendant la révolution entre 1927 et 1949, l’enseignement des langues a été interrompu, ce qui a résulté en un manque d’expert de langues en Chine à la fin de la révolution.

En 1956 l’état chinois a décidé de diversifier l’enseignement de langues : sept universités chinoises ont alors été dotées d’un département du français. De 1949 à 1978, en raison de la politique chinoise, l’enseignement du français rencontre une crise causée par la langue russe. Toutefois, suite à l’ouverture de la Chine, une ambiance favorable à l’enseignement de langues étrangères s’installe. Le gouvernement chinois a encouragé l’enseignement du français dans des buts diplomatiques. En 1993, un programme a même favorisé le développement du français du fait que la France était le premier pays occidental à accueillir la Chine diplomatiquement.

  1. Les études actuelles du français en Chine

Au 21e siècle, la Chine connait une grande croissance d’universités, avec en moyenne sept universités ouvrant leur porte au français chaque année.

Les apprenants chinois ont une bonne image de la langue française et leurs motivations pour l’apprendre sont diverses. Neuf étudiants sur dix considèrent cette langue comme étant la plus belle du monde. Ils estiment que la France, ainsi que sa langue, est romantique. Certains étudiants chinois sont également attirés par la littérature et l’art français. De plus, le marché commercial entre la Chine et la France motive maints chinois à apprendre le français.

  1. Le français en Chine dans le futur

Le français est considéré comme « une petite langue » en Chine par rapport à la langue anglaise. En raison du manque du temps, Chen W. n’a pas partagé toutes ses idées sur l’avenir du français en Chine. Il a cependant présenté brièvement la crise de cette langue causée par l’impact d’anglais. Chen W. montre que les employés  communiquent majoritairement en anglais dans les entreprises internationales, y compris dans les entreprises françaises.

 

Jingjie

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts

Compte rendu du colloque : Circulation des savoirs : écriture(s) et réflexivité dans la formation et la recherche

 

Ce colloque a eu lieu à l’Amphi Durkheim, le 1er décembre, 2017. Il interrogeait les écrits produits par les étudiants du master didactique du FLE et des langues co-habilité et les doctorants. La réflexion consiste à la réflexivité sur les savoirs en construction et il centre aussi sur les processus de professionnalisation et d’entrée dans le métier. En même temps, Les contributions apportaient des éclaircissement sur les cohérences méthodologiques et épistémologiques des parcours de formation et les enjeux d’un Portfolio de formation par la recherche en tant que résultante du Projet FARR.

Continuer la lecture de Compte rendu du colloque : Circulation des savoirs : écriture(s) et réflexivité dans la formation et la recherche

WEN Yuehan

Étudiante en Master 2 de Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

More Posts

Mes Carnets de recherche

Bruno Latour (2006) propose, dans son ouvrage intitulé Changer de société. Refaire de la sociologie, de construire quatre carnets au fur et à mesure de notre recherche : le premier porte sur les enquêtes et les travaux sur le terrain, le deuxième sur les bibliographies et références, le troisième est consacré aux essais d’écriture et le dernier à la confrontation des idées.

À la base de ses propositions, j’ai construit également 5 carnets et ils se sont organisés d’un ordre et d’une manière légèrement différents. Continuer la lecture de Mes Carnets de recherche

Hui

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et seconde à l’Université de Paris 3-Sorbonne nouvelle, option reccherche

More Posts

les variations familières du français en classe de FLE

Problématique : l’enseignement-apprentissage des variations familières du français en contexte non francophone : entre mise en œuvre de la compétence sociolinguistique et vertus « remédiatives »
Mots ou expressions- clés : VARIATIONS, REGISTRE OU NIVEAU DE LANGUE, COMPETENCE SOCIOLINGUISTIQUE, REMEDIATION.
Présentation
Le thème de notre projet de mémoire a été inspiré par centaines difficultés récurrentes rencontrées comme enseignant de français langue étrangère (désormais FLE) au Soudan. Ces difficultés ont toutes trait à la norme à enseigner et, plus particulièrement, à la présence niveaux de langue au sein de la classe de FLE.
A de multiples occasions nous avons remarqué que la sensibilisation aux divers niveaux de langue du français – notamment aux variations familières – suscitait l’enthousiasme de l’apprenant, content de s’éloigner pour un temps d’un registre standard dont il perçoit le caractère normatif. Interrogés sur le sujet, nombre de mes collègues font le même constat : la demande de l’apprenant en matière de « français contemporain » est d’autant plus forte qu’en dehors de la salle de classe (en contexte francophone) ou via la télévision et Internet, il entend une langue assez éloignée de celle qu’il apprend et qui fait la part belle au registre familier, voire à d’étranges mixités. Toutefois, aborder le registre familier en classe de langue n’est pas sans risque. Il constitue une véritable boite de pandore qui, une fois ouvert, réserve bien des difficulté à l’enseignant comme l’apprenant qui découvrent rapidement que les variations linguistiques propres au langage populaire sont très nombreuses, voire infinies. Se pose alors la question de savoir comment enseigner une telle multitude…
L’enthousiasme des apprenants (et des professeurs) semble exprimer un réel besoin en la matière. Il s’avère aujourd’hui impossible de réduire, marginaliser ou retarder l’étude familière. La nécessité de sensibiliser les apprenants aux niveaux de langue n’est plus à prouver dans le contexte des méthodes communicatives et actionnelles qui prônent toujours plus d’authenticité dans le rapport à la langue – cible. Enseigner le FLE, n’est-ce pas aujourd’hui renseigner l’apprenant sur la variabilité de la langue française ? Cet impératif didactique est présent dans le Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues qui invite à faire travailler les variations de langue en vue de l’acquisition de la compétence sociolinguistique : deux de ses composantes renvoient aux niveaux de langue : la prise en compte des différents « registres de formalisme » la capacité de « repérer des marques linguistiques propres à la classe sociale, à l’origine régionale au nationale, ou encore au groupe professionnel ».
Si la didactique du FLE apporte des réponses assez précises sur les objectifs attachés à la prise en compte des niveaux de langue, elle semble plus floue sur la manière de faire. Quelle méthodologie d’ensemble est aujourd’hui disponible pour les professeurs qui souhaitent mettre en valeur la compétence sociolinguistique à travers un travail spécifique sur le français d’usage quotidien ? Quelle boite pour ceux qui veulent simplement améliorer la cohérence entre contenus et objectifs langagiers ?
Présentement, l’enseignant à sa disposition de nombreuses ressources pédagogiques qui peuvent l’aider à bricoler sa propre méthodologie du français familier. Mais un constat s’impose : si une grande majorité des méthodes prennent en compte le registre familier à travers une diversité d’activités linguistiques et langagières, force est de constater que l’offre est parcellaire, etc. Un tel découpage des variations familières peut empêcher l’apprenant d’accéder à une vision claire de la langue française parlée au quotidien.
Ces différentes remarques nous ont conduits à élaborer une première esquisse de plan – appelé bien évidemment à évoluer – qui s’appuie sur l’hypothèse suivante : la connaissance et la pratique des variation familières de la langue française peuvent participer à la mise en œuvre de la compétence sociolinguistique à condition que l’enseignement apprentissage intègre cette catégorie de variations dans une dynamique inter registres, par exemple à travers des activités de remédiation qui, en contexte non francophone, peuvent constituer une finalité en soi.
Dans une première partie, nous tenterons de faire le point sur les notions de norme, de variations linguistique et à la sociolinguistique et de niveau/ registre de langue. Nos recherches incluront des références à la linguistique et à la sociolinguistique mais aussi à la didactique des langues avec, notamment l’analyse du CECRL ou des référentiels. L’objectif sera double : faire une nécessaire mise au point terminologique ; élaborer une typologie des différents objets langagiers à rassemble au sein d’un corpus de base susceptible de rendre l’apprenant autonome dans l’usage quotidien de la langue (à l’oral comme à l’écrit). Reflet d’une réalité sociologique complexe, le registre familier, entendu au sens large, pose un problème évident de bornage.
Dans une deuxième partie, nous nous proposons d’analyser le matériel pédagogique existant (méthodes généralistes, manuels spécialisés). Nous nous intéressons également aux ressources disponibles sur Internet. Notre objectif sera ici d’avoir une vision globale et actualisée du puzzle méthodologique dédié au français familier qui s’invente dans une sorte de hors-champ didactique. Cette analyse sera l’occasion de pointer récurrences et lacunes dans la prise en charge des variations de registre et surtout de vérifier, conformément aux prescriptions du CECRL, si les activités proposées amorcent un réel travail sur la compétence sociolinguistique.
Dans une troisième partie, nous nous proposons de rendre compte de pratiques personnelles. Ces expérimentations pédagogiques auront pour cadre l’Université du Soudan ou nous enseignons. Nous élaborerons puis testerons – voire ferons testes – des séquences pédagogiques qui s’articulent autour de la dynamique suivante : la présentation du langage familier ne doit pas être opérée de manière isolée mais doit faire appel aux vertus remédiatives du jeu des variations de langue. En effet, par les créations ou les simplifications qu’il opère, le langage familier peut servir, dans un jeu de miroirs avec le langage standard, à diagnostiquer des lacunes ou des impropriétés linguistiques ou langagières, nées d’une confusion des registres de langue. En d’autres termes, des allers-retours réguliers entre les différents registres, voire un travail sur la mixité, pourraient permettre de mieux fixer les spécificités linguistiques, discursives et pragmatiques de chacun. Par ces tentatives, nous nous interrogerons finalement sur la priorité à donner à l’enseignement du langage familier en contexte non francophone : tout en participant à l’acquisition de la compétence sociolinguistique, ne peut il pas servir avant tout des objectifs de remédiation, spécialement dans le cadre de classes à forte hétérogénéité de niveaux ?

Bibliographie :
– CONSEIL DE L’EUROPE (2001a), Cadre européen commun de référence pour les langues. Apprendre, enseigner, évaluer, Paris, Didier.
– Elisabeth GUIMBRETIERE12 (1995), phonétique et enseignement de l’oral, Paris, Didier.
– Evelyne BERARD (1995), l’approche communicative : Théorie et Pratiques, Paris, CLE international.
– Elisa R.,Véronique T., Emilie J., Gérard V.,(2015), interaction, dialogues, conversation : l’oral en français langue étrangère, Paris : hachette.
– Dell H. Hymes, (1984), vers la compétence de communication, Paris, HATIER.
– GADET F., (2007), la variation en français social, Paris, A. Colin.
– J.-C. Beacco,(2007), l’approche par compétences dans l’enseignement des langues, Paris, Ed. Didier.
– LABOV W.,(1976), sociolinguistique, Ed. de Minuit.
– LAURENT, B. (2007). Enseigner la prononciation du français : Questions et outils. Paris : Hachette.
– Roberto Paternostro, (2016), diversité des accents et enseignement du français, Paris, L’Harmattan.
– Tyne H., « la variation dans l’enseignement-apprentissage d’une langue2 » le français d’aujourd’hui,(n° 176), p. 103-112.
– WEBER C., (2006), « pourquoi les français ne parlent-ils pas comme je l’ai appris ? » le français dans le monde 345, 31-33.
– WEBER C., (2013), pour une didactique de l’oralité. Enseigner le français tel qu’il est parlé, Paris, Ed. Didier.

IDRIS Yousif

Étudiant en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts

Follow Me:
Facebook

Des carnets pour rédiger toutes les données de la recherche

Pour réaliser une recherche il faut garder tout au long du processus les données qui sont la partie fondamentale de notre recherche. Ces quatre carnets de la recherche ne servent pas seulement à rédiger une bonne recherche mais aussi à garder toutes les traces de notre processus de recherche.
Mon premier carnet est consacré à l’enquête, afin de documenter les transformations pendant le déplacement sur le terrain, par exemple les rendez-vous et les réactions du public concerné.
Mon deuxième carnet a pour objectif de collecter et d’organiser les informations théoriques dans une catégorie de fichiers et de sous fichiers détaillés.
Mon troisième carnet met en valeur la rédaction effectuée sur le travail de terrain. Si on laisse la rédaction après le travail de terrain, notre recherche sera un rapport plein de clichés. Rédiger au fur et à mesure de notre enquête, cela nous permet d’avoir nouvelles idées originales et enfin notre propre expérience dans la recherche.
Il sera utile de posséder un quatrième carnet pour noter les réactions du public sur le compte- rendu de l’enquête pour voir la contribution de ce compte rendu sur la société ou le public concerné.
Bret, ces quatre carnets visent à motiver les jeunes chercheurs à écrire pendant toute la période limitée de la recherche et à défendre leurs idées pendant la soutenance puisqu’ils connaissent bien les étapes de la recherche.

Bibliographie :
LATOUR Bruno,(2006). Changer de société – Refaire de la sociologie, Paris, la Découverte, p. 194 – 195

IDRIS Yousif

Étudiant en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts

Follow Me:
Facebook

Une genèse du théâtre ?

 L’œuvre dramatique est une énigme que le théâtre doit résoudre.
Antoine Vitez

 

Pour le séminaire d’écriture création qui nous était proposé ce semestre, nous devions réaliser un compte rendu d’article en rapport avec les brouillons d’écriture et avec notre mémoire (si possible). C’est ainsi que j’en suis venue à lire l’article passionnant d’Almuth Grésillon et de Jean-Marie Thomasseau concernant la genèse du théâtre et dont je tiens à vous parler aujourd’hui. Intitulé « Scène de genèses théâtrales » et rédigé en 2005, il a pour but d’esquisser les difficultés que rencontrent les généticiens lorsqu’ils sont amenés à étudier une œuvre théâtrale et sa genèse.

Continuer la lecture de Une genèse du théâtre ?

Caroline A.

Étudiante en Master 2 de Didactique du Français langue étrangère et Langues du monde à l’Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III.

More Posts

Entretien fictif entre un élève et sa directrice du mémoire

E : élève

D : directrice

Dans la salle de professeurs, un après-midi en hiver.

 

(Elève frappe deux fois la porte)

E : Bonjour madame, je peux entrer ?

D : Bonjour. Attendez, je vais d’abord finir avec madame W.

E : D’accord, pas de problème. Je reviendrai dans dix minutes.

(Elève ferme la porte)

 

(Dix minutes après, l’élève refrappe la porte)

E : Rebonjour, madame

D : Oui, rebonjour. Entrez et installez-vous.

E : Merci, madame

 

D : ça va ? Vous allez bien ?

E : Oui, ça va. Il fait un peu froid, mais ça va.

D : Bien. Dites-moi votre mémoire.

E : Alors, j’aimerais bien travailler sur la comparaison entre les manuels de FLE version française et chinoise.

D : D’accord. Y a-t-il la dimension d’acquisition ? Ou il s’agit que la didactique ?

E : Hum…plutôt la didactique

D : C’est dommage, parce que mon domaine est sur l’acquisition.

E : Ah, en fait j’ai pas encore décidé vraiment mon sujet. J’enseigne actuellement le français à distance à un élève plurilingue. Il connaît le chinois, c’est sa langue maternelle ; le japonais, il a vécu plusieurs années au Japon ; l’anglais, parce qu’il est au Canada maintenant pour sa licence et l’allemand, il a niveau A1. J’ai aussi des expériences d’enseignement du chinois aux francophones. De plus, j’ai enseigné le français dans un établissement chinois à Pékin, en Chine.

D : C’est pas mal. Vous avez beaucoup d’expérience.

E : Merci. Mais j’ai toujours pas décidé pour mon sujet de mémoire…

D : Dans ce cas, je vous conseille de travailler sur l’acquisition du plurilinguisme. L’hypothèse pourrait être l’appropriation d’une langue étrangère sous l’influence des langues acquises.

E : D’accord (En notant sur son cahier)

D : Vous pouvez aussi travailler sur TICE, l’interaction en ligne ou les séquences potentiellement acquisitionnelles. Si vous pouvez enregistrer la production de ton élève à distance, cela pourrait constituer le corpus de votre mémoire.

E : Ah, d’accord. Vous avez raison.

D : Il est aussi possible de faire une comparaison entre l’acquisition du français et du chinois chez les apprenants sinophones et francophones.

E : OK. Je vais y réfléchir un peu et chercher des références.

D : Bien. Vous avez d’autres questions ?

E : J’aimerais bien prendre un rendez-vous avec vous pour la semaine prochaine si c’est possible.

D : Alors la semaine prochaine, je serai à l’étranger. La semaine suivante, dans deux semaines, ça vous va ?

E : Bien sûr. Merci beaucoup à vous et bonne journée.

D : Bonne journée. Au revoir.

E : Au revoir madame.

 

 

 

 

Jingjie

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts

Problème de l’évaluation de la prononciation des apprenants

Comme il a déjà été dit auparavant, mon mémoire sera consacré au problème de l’enseignement de la prononciation. Depuis ce dernier temps, le sujet du mémoire a pris une direction plus précise. Nous avons décidé de nous focaliser sur l’aspect de l’évaluation de la prononciation à l’aide des logiciels de reconnaissance vocale.

Il faut dire que la difficulté de l’évaluation de cet aspect est une des raisons d’une faible présence de la phonétique en cours de langue. Maintenant, nous essayerons de voir quelles sont les raisons du recours à l’évaluation de la prononciation et quels en sont les critères.

Continuer la lecture de Problème de l’évaluation de la prononciation des apprenants

Sofiya_kob

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère à l’Université Paris-3, Sorbonne Nouvelle

More Posts

Plan détaillé du mémoire

0. Introduction

0.1. Réflexion d’ordre méthodologique autour d’une citation :

Johann Wolfgang von Goethe (1749 – 1832), Wilhelm Meisters Lehrjahre (1795) :

« Die Summe unserer Existenz, durch Vernunft dividiert, niemals rein aufgehe, sondern dass immer ein wunderlicher Bruch übrigbleibe ».

Notre traduction : Continuer la lecture de Plan détaillé du mémoire

Ovodenko Mikhail

Etudiant en M2 « Didactique des langues » à l’Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Thèmes de recherche : didactique de la grammaire, approche sémantique de la grammaire, contextualisation du discours grammatical, linguistique générale, anthropologie linguistique.

More Posts

Exemple d’analyse du discours grammatical

Exemple d’analyse du discours grammatical :

le cas de l’article dans le Cours pratique de grammaire française de Popova J. et Kazakova

 

Le Cours pratique de grammaire française de Popova J. et Kazakova est une grammaire pédagogique destinée en premier lieu aux étudiants des facultés des Lettres et des facultés des langues étrangères. C’est le seul manuel de grammaire française recommandé par le Ministère de l’Éducation national de la Fédération de Russie ce qui le rend obligatoire pour tous les étudiants apprenant le français comme objet de leur futur métier. Cette grammaire analysée est rédigée principalement en français, pourtant il y a parfois des commentaires en russe qui concernent surtout les problèmes de traduction du français en russe et vice versa.

Continuer la lecture de Exemple d’analyse du discours grammatical

Ovodenko Mikhail

Etudiant en M2 « Didactique des langues » à l’Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Thèmes de recherche : didactique de la grammaire, approche sémantique de la grammaire, contextualisation du discours grammatical, linguistique générale, anthropologie linguistique.

More Posts

Mes carnets de recherche

La moindre chose peut nous faire réfléchir, la publicité dans le métro, le livre que nous lisons, les personnes que vous rencontrez dans la rue, tout ce qui se passe la vie pourrait être la source de nos inspirations. Mais si on n’écrit pas, ces inspirations disparaissent comme le vent qui s’en va sans laisser de trace. Dans Théorie du texte de Roland Barthes, Il expose l’importance de texte. Selon lui, « (le texte, c’est ce qui est écrit, il suscite la garantie de la chose écrite, dont il rassemble les fonctions de sauvegarde : d’une part, la stabilité, la permanence de l’inscription, destinée à corriger la fragilité et l’imprécision de la mémoire …Le texte est une arme contre le temps, l’oubli, et contre les roueries de la parole … ». Ce qui intéresse Barthes est plutôt l’œuvre, mais je trouve que sa théorie pourrait aussi être une révélation pour le travail de recherche.

En effet, on peut considérer le travail de recherche aussi comme un texte. Dans le cadre de recherche, il s’agit de noter toutes les données et notre trace de recherche. Etymologiquement, Texte veut dire Tissu. Les chercheurs sont comme des araignées qui construisent leur toile. Mais comment construire la toile ? Dans l’ouvrage, Changer de société. Refaire de la sociologie, en tenant compte du travail des sociologues, Bruno LATOUR montre l’importance de noter toutes sortes de données en écrivant des carnets divers pour accompagner la recherche. Il propose de créer quatre carnets dont chacun correspond à une fonction : Le premier carnet s’intitule « carnet de bord » destiné à l’expérience sur le terrain ; Le second carnet sert à recueillir les informations ; le troisième carnet est consacré à aux « essais d’écriture ad libitum » et le dernier carnet a pour but de noter les effets « produits sur les acteurs ».

En m’inspirant ses idées, et après avoir parcouru les carnets créés par mes camarades, je compte de tenir trois carnets pertinents pour moi au cours de ma recherche qui permettront de construire ma propre voile.

Le premier carnet que j’aimerais appeler « des idées vagabondes » servira à rassembler tout ce qui m’inspire autour de moi : les colloques, les conférences et les journées d’étude que je participe ; les rencontres avec mon directeur de recherche ; les discussions avec des enseignants, des camarades et des amis ; ou même des inspirations qui viennent des personnes que je rencontre dans la rue. Ces idées pourraient être en désordre et n’ont rien avoir avec ma recherche au premier regarde, mais le monde est comme un réseau où tout se connecte de façon implicite ou explicite. Certaines inspirations pourraient être inutiles pour l’instant, mais on ne sait jamais si un jour elles pourraient nous aider au futur. Et pour ne pas rater même la moindre inspiration, ce serait un carnet manuel que je peux apporter toujours sur moi et noter facilement mes inspirations.

Le deuxième carnet, que je nommerai « coin de lecture », comme son nom l’indique, il s’agit de toutes les lectures que j’ai faites au cours de ma recherche. Il est destiné à noter les résumés d’ouvrages/articles que je parcours, les extraits ou bien les citations importantes pour ma recherche, la prise de note de mes lectures. Et pour faciliter mon travail au futur, ces documents seront classifiés par ordre thématiques.

Le dernier carnet, je l’intitulerai « dossier génétique ». « Dossier génétique » est une notion issue de la génétique textuelle que Almuth Grésillon propose dans son ouvrage Éléments de critique génétique. Elle définit comme « un ensemble constitué par des documents écrits que l’on peut attribuer dans l’après-coup à un projet d’écriture déterminé dont il importe peu qu’il ait abouti ou non à un texte publié ». En empruntant cette notion, ce carnet est consacré à la rédaction du plan de mon mémoire, des réflexions que je porte sur le sujet ainsi que des problèmes que je rencontre et des doutes. Il est destiné en même temps à recueillir la rédaction de petits morceaux de mon mémoire. Rome ne s’est pas faite en un jour, il ne faut pas attendre jusqu’au dernier moment de rédiger tout le mémoire d’un seul coup. Dans cette perspective, ce carnet m’offrira un espace où je puisse rédiger quelques lignes chaque fois une idée me vient. Ces petits fragments serviront comme des pierres qui pourraient construire finalement ma pyramide-mon mémoire.

Bibliographies :
Roland Barthes, « Texte (théorie du) » in Œuvres complètes (O. C.), tome IV, éd. Éric Marty, Éditions du Seuil, Paris, 2002
Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 2006, p. 194-197.
Almuth Grésillon, Eléments de critique génétique, presses universitaires de France, Paris, 1994, P109

JIE Junlan

Etudiante chinoise en master 2 à l’Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

Indications bibliographiques

Il semblerait, que l’écriture soit notre préoccupation actuelle, entre autres, parce que les vacances de Noel approchent ! Et nous avons pour la plus part, ce désir ardent de boucler nos dossiers avant les fêtes , chose qui n’est pas évidente, quant au mémoire, j’en parle même pas ! Mais, je pense que la rédaction se fera progressivement. Comme, je travaille en ce moment sur des sujets relatifs à la littérature et que je m’intéresse notamment à l’écriture en classe de FLE, mais aussi aux images et au bilinguisme, je sais d’ailleurs, qu’un certain nombre d’entre vous traitent ces quelques concepts. Alors, j’ai voulu vous faire partager ma recherche bibliographique, qui, je l’espère vous aidera un peu dans la construction de vos thématiques de recherche.

Ouvrages sur la littérature

ADAM  J-M. (1991), Langue et Littérature, Paris, Hachette.

ALBERT M-C. SOUCHON M. ( 2000), Les Textes littéraires en classe de langue, Paris, Hachette Livre.

COSTE D. (1975), Les Piétinements de l’image, Etudes de Linguistique Appliquée, Paris : Klincksieck.

DESVIGNES M-J. (2000),  La littérature à la portée des enfants, enjeux des ateliers d’écriture dès l’école primaire, Paris, L’Harmattan.

GEORGES J. (1991), Pour une pédagogie de l’imaginaire, Casterman.

PERRAUDEAU M. (1994), Les ateliers d’écriture à l’école primaire, Toulouse, Bibliothèque Richaudeau, série pédagogique, Albin Michel.

PIERRA G. (2001), Une esthétique théâtrale en langue étrangère, Paris, L’Harmattan.

ROCHE A. GUIGUET A. VOLTZ N. (1989), L’atelier d’écriture, éléments pour la rédaction du texte littéraire, Paris, Bordas.

TRAUVERON C. (2002), Lire la littérature à l’école, Pris : Hatier.

Ouvrages sur la linguistique (Bilinguisme et Grammaire en FLE)

ABDELILAH  Bauer-B. (2008), Le défi des enfants bilingues : Grandir et vivre en parlant plusieurs langues. La Rochelle : Editions La Découverte.

CATELLOTTI V. MOORE D. (1999), Alternances des langues et construction de savoirs, Lyon, ENS.

CUQ, J-P. (1996), Une introduction à la didactique de la grammaire en français langue étrangère, Paris, Didier.

CUQ J-P. GRUCA I. (2002), Cours de didactique du français langue étrangère et seconde, Saint-Martin-d’Hères (Isère), Presses Universitaires de Grenoble.

DE SALINS G-D. (1986), Grammaire pour L’enseignement/Apprentissage du FLE, Paris, Didier, Hatier.

GROSJEAN F. (1984), Le bilinguisme : vivre avec deux langues. Travaux Neuchâtelois de Linguistique, Tranel.

HELOT C. (2007), Du bilinguisme en famille au plurilinguisme à l’école. Paris : L’Harmattan.

Revues :

BARDIN L. (1964), « le texte et image » in communication, n°26.

BARTHES R. (1964), « Rhétorique de l’image » in communication, N°4.

DEMOUGIN F. (2012), Image et classe de langue : Quels chemins didactiques ?.

GODARD A. (2015), La littérature dans l’enseignement du FLE, Paris, Didier, coll. « Langue et didactique ».

MAUREL A. (2011), « Faire connaître et aimer la littérature en classe », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 57.

Continuer la lecture de Indications bibliographiques

TAOUS NADI

MASTER 2 Didactique des langues, spécialité Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

Bakhtine et sa théorie du dialogue

Suite à la question de (JIE Junlan) concernant le dialogisme conçu par Bakhtine, j’ai voulu apporter quelques éclaircissements sur les notions qu’il a pu traiter, entre autres celle de « dialogisme interlocutif » qui semble ambigu et pas évident à comprendre. A la lecture de certains articles, j’ai pu me forger ma propre opinion, je vous propose donc mon compte rendu, qui j’espère éclairera votre lanterne.

Continuer la lecture de Bakhtine et sa théorie du dialogue

TAOUS NADI

MASTER 2 Didactique des langues, spécialité Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

Compte rendu d’une soutenance de thèse

Sujet : Pour une didactique contextualisée de la grammaire du français en milieu universitaire chinois : Perspectives métalinguistiques et interculturelles

Doctorante : Man XU

Directeur de la thèse : M. le Professeur Jean-Louis CHISS

Date et lieu de la soutenance : le 30 novembre 2017 à Censier salle D14

Jury : Continuer la lecture de Compte rendu d’une soutenance de thèse

Hui

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et seconde à l’Université de Paris 3-Sorbonne nouvelle, option reccherche

More Posts