Archives de catégorie : ouvrir des carnets

Ouvrir les carnets, ouvrir la recherche

Master 2, c’est le mémoire!

Peut-être j’exagère, mais cela montre l’importance du mémoire. En plus, cela montre aussi ma nervosité pour le mémoire. Je m’interrogeais souvent : « Comment je peux faire mes recherches et rédiger un mémoire de 100 pages ! ? » Heureusement Monsieur Martin nous avons donné un conseil en s’appuyant sur les idées de Bruno Latour : pour rédiger des « comptes rendus risqués », il faut « tenir un journal de tous nos mouvements »[1].

En lisant et en m’appuyant sur les textes de Bruno Latour, j’ai ouvert quatre carnets de recherche :

Le premier carnet : Agenda de recherche. Ce carnet me permet de noter et planifier tous les déplacements, les rencontres, les enquêtes au cours de la recherche

Le deuxième carnet : Boîte à données. Ce carnet sert à classer toutes les données collectées, et ces données seront catégorisées dans différents fichiers.

Le troisième carnet : Traces des essais d’écriture. Ce carnet, comme un cahier de brouillon, sert à noter toutes les idées survenant dans la tête. Et avec ce carnet, je me mets à transcrire mes traces de réflexion sur les papiers.

Le quatrième carnet : Carnet de retour. Sachant que la recherche n’est pas un travail individuel, les retours des acteurs méritent toujours nos attentions. Ce carnet me permet de noter les retours critiques sur mes écrits. Selon moi, tous les retours sont importants, qu’ils soient positifs ou négatifs, car ils peuvent m’orienter pour améliorer mes travaux.

Concernant mes quatre carnets, deux carnets (Agenda de recherche et Traces des essais d’écriture) sont en version papier, les deux autres ( Boîte à données et Carnet de retour ) sont numériques. Pourquoi ? D’une part, je peux apporter les deux carnets en papier à n’importe quel endroit et noter immédiatement les idées sortant de la tête. D’autre part, les deux carnets numériques facilitent le classement des informations.

Pour le moment, il n’y a pas beaucoup de choses notées dans mes carnets, mais petit à petit ils seront remplis.

Bibliographie

[1] Latour B. 2006, Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, page 194.

Yiqun DONG

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langues du monde, option recherche, à l'Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3

More Posts

Je recherche donc j’écris

Anabiose

C’est en écrivant que se construit notre travail, c’est en écrivant que la recherche nous construit.

Une équation simple nous a été exposée par M. Martin durant le premier cours de méthodologie du mémoire: ‘La recherche c’est écrire’.

Écrire oui, mais que doit-on écrire ?

Il faudrait repenser de longues années en arrière, lorsque tout petit déjà, nous avions un carnet de santé, qui recensait tous nos aller-retour chez le médecin, nos vaccins, nos hospitalisations, etc. Pour un bébé français, avoir un carnet de santé signifie être né (j’ai un carnet de santé donc je suis né).

Et bien pour ce travail de recherche c’est en tous points la même chose. Pour faire naître ce travail de recherche, pour préparer son mémoire, il faut écrire. Il nous faudrait donc revenir au bon vieux temps en réinvestissant ces carnets, mais de façon tout à fait nouvelle.

Pour B. Latour, l’écriture pour la recherche demande une organisation spécifique. L’auteur nous propose donc de tenir quatre carnets différents, ayant chacun un rôle bien défini. Ces quatre carnets sont uniques, mais forment un ensemble indissociable. Pour l’auteur, il ne s’agirait pas de remplir chaque carnet l’un après l’autre, car   » la rédaction d’un rapport est une affaire trop risquée pour se plier à une distinction entre l’enquête et la rédaction « . Il faudrait mêler la recherche à l’écriture et le terrain à la rédaction.

Le premier carnet tiendrait lieu de « carnet de bord » à l’image d’un agenda où toutes nos démarches ou rencontres y seraient consignées. Ce premier carnet, je l’ai appelé ‘Au jour le jour’. J’y inscris de jour comme de nuit, tout ce que je lis, je consulte, je vois, j’apprends, etc. Il représente pour moi le journal du ‘terrain’, où l’itinéraire de ma recherche y serait quasi traçable.

Le second carnet servirait à la  » collecte de l’information « . Il serait utile pour ‘trier’ les informations qui seraient déplacées vers des catégories et/ ou sous catégories clairement datées et hiérarchisées. Ce carnet je l’ai appelé ‘ Ma collection 2015/2016’ . C’est en quelque sorte ce carnet qui me permettrait plus tard de créer la frise chronologique de mon travail de recherche. Ma recherche s’inscrirait donc dans l’histoire des recherches ? Quel honneur !

Le troisième carnet servirait « aux essais d’écriture ad libitum ». De jour comme de nuit, une idée qui nous vient, une pensée, une citation, un dessin, une esquisse bref tout ce qui pourrait nourrir notre travail devraient se trouver dans ce carnet. Il me paraît être le plus important, car il représenterait le carnet de nos ‘premiers pas’. L’auteur nous dit qu’il est indispensable de faire des ‘esquisses’ et des ‘brouillons’ pour mener à bien notre recherche. En cherchant dans un dictionnaire la définition du mot esquisse, je lis : « Plan sommaire de l’ensemble d’une œuvre littéraire ou d’un travail ». En nous référant à cette définition, nous comprenons donc que le choix du plan de notre mémoire pourrait découler de ce carnet. Ce carnet, j’ai choisi de l’appeler ‘ mes essais, mes esquisses’. J’aime y griffonner de petits dessins souvent en décalage avec ce qui est écrit. Je trouve cela enrichissant, car j’ai crayonné ce symbole visuel au même moment où j’ai écrit ces quelques mots. Il est donc aussi important que ce qui est écrit, et pourra nourrir mon travail autant que le nourriront ces écrits.

Enfin, le quatrième carnet serait utile pour « consigner les effets que le compte rendu rédigé a produits « . En somme, il représenterait le carnet critique de notre travail. Il serait comme cette petite voix qui nous permettrait de nous pencher plus d’un côté que d’un autre. Il est indispensable pour que nous ayons une vision objective de notre travail, car la recherche nous demande souvent d’écrire seul, dans un lieu à l’écart de tous et voilà que nous nous retrouvons dans notre petit monde. La vision que l’on a de notre travail est donc trop subjective, trop personnelle. Il est donc important d’avoir un feedback de la part d’autrui, et les traces de ce retour se trouveraient dans cet ultime carnet que j’ai appelé ‘L’anabiose de ma recherche’. Littéralement, l’anabiose est un phénomène de renaissance en botanique qui fait revivre une plante après un long moment de dormance. Pour ma part, je lie ce phénomène à celui du travail de recherche, qui parfois semble s’alanguir, s’épuiser et qui grâce aux regards des autres et à leurs remarques (qu’elles soient une opinion, un blâme ou un éloge) nous permet de faire renaître ce travail, de lui donner une nouvelle vigueur dans le but de le raffiner pour être fin prêt à le présenter.

Recherchons, écrivons, esquissons, mais surtout, ne nous endormons pas !

 

1. Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie, p.194-196, Paris, La découverte,  » Armillaire », 2006.

2. Dictionnaire en ligne Antidote 8 version 5.1

Tasnim Djafri

Etudiante en master 2 didactique des langues à Paris 3 Spécialité 1 Parcours recherche

More Posts

Quatre carnets pour un plus grand carnet.

« Votre mémoire est à remettre en deux exemplaires au secrétariat du département avant le 6 juin 2016 à 16h ».

C’est parti.

Lorsque les idées affluent, lorsque les expériences passées refont surface et apportent avec elles un flot d’hypothèses et de questionnements, lorsque les lectures s’entrecroisent, se disent et se contredisent, il peut sembler compliqué de faire émerger une problématique de mémoire intéressante.

C’est pourquoi il faut écrire. Il faut écrire ce que l’on a lu hier, ce que l’on en pense aujourd’hui et ce que l’on va en faire demain. Il faut écrire pour se souvenir, pour parler avec soi-même, pour créer la recherche.

Bruno Latour, sociologue, s’intéresse aux processus de recherche. Il a ainsi écrit sur le rôle de l’écriture dans la recherche et nous propose d’écrire dans quatre carnets¹.

Ce que nous faisons, ce que nous entreprenons est noté dans un premier carnet qui constituera un journal de bord de la recherche.

Les données collectées dans le cadre de notre projet de recherche sont consignées dans un deuxième carnet.

Le troisième carnet laisse peu de place à l’organisation méthodique en réunissant dans un seul écrit nos idées, nos lumières, nos doutes, nos questionnements et nos réponses.

Enfin, le quatrième carnet rassemble les commentaires extérieurs, les réactions de nos pairs, de nos tuteurs, de nos amis, sur notre projet de recherche.  Il s’agit ici de décrire et d’écrire l’empreinte que notre recherche laisse sur notre entourage.

Quatre carnets pour un plus grand carnet : le mémoire a commencé.

1. Bruno Latour, 2006, Changer de société. Refaire de la sociologie,  Paris : La Découverte, p. 194-197.

Thomas De Oliveira - Lameira

Étudiant en master 2 Didactique du français langue étrangères/seconde et langues du monde.

More Posts

Rechercher

Je suis dans un immense amphithéâtre face à un jury intimidant. Autour, ma famille et certains de mes amis. Ils attendent que je commence. Commencer quoi ? Première inquiétude : mes mains sont vides, je n’ai rien imprimé, rien écrit. Ils s’impatientent. Deuxième inquiétude : Que faire ? Improviser ? « Oui, oui, je vous jure que j’ai fait des recherches, elles sont là quelque part, je m’en souviens, je les ai notées dans des petits carnets. »

Carnet. Carnet. Carnet. Carnet. Quatre fois le mot carnet.

Mon cauchemar depuis déjà deux semaines. Peur et angoisse s’emparent de moi car Bruno Latour (1) veut ses carnets. Des carnets de recherche, car aujourd’hui c’est ce que je dois faire, chercher. Mais chercher quoi ?

Depuis la rentrée, la première question que l’on me pose ne concerne pas mon nom ou mon âge mais mon sujet de recherche, mon sujet de mémoire. Crainte, détresse, effroi. Si je devais chercher les mots qui qualifient ce que je ressens j’en aurais déjà fini. Mais non, je dois trouver un sujet de mémoire.

Si je suis arrivée dans cette classe de Master 2 c’est que j’ai des idées non ? Alors où sont-elles ? En tout cas, après le cours de S.Martin sur la méthodologie des mémoires, je sais où elles seront ces idées. Dans des carnets. Sous quelle forme ? Peu importe mais ils seront quatre. Quatre pour mieux organiser les recherches.

S.Martin nous a proposé une méthodologie suivant les conseils de Bruno Latour, lire, écrire, rechercher, noter tout ce qui concerne nos recherches. Maintenant à nous de jouer. La recette n’est pas miraculeuse et le mémoire ne se fera pas une fois chaque carnet nommé mais espérons que l’histoire ne se finira pas comme cet article a commencé.

Bibliographie

1. Latour, B. 2006. Changer de société. Refaire de la sociologie. Paris: La Découverte.

 

 

GENEVIEVE Lucie

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langues du monde

More Posts

Les carnets se sont ouverts !

Il y a deux semaines (déjà !), notre séminaire de méthodologie pour la préparation du mémoire a débuté par un extrait de l’ouvrage de Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie (2006 : 194-197). Pour nous, les jeunes chercheurs pleins d’inquiétudes, l’auteur y propose d’employer quatre carnets et d’y noter « tous nos mouvements » (ibid. : 194) durant la recherche. Quels intérêts présentent-ils pour nos recherches et le mémoire ? Voici les carnets proposés par Latour et les titres que j’attribue à chacun.

Selon lui, le premier carnet fonctionne comme un carnet de bord. On y consigne tous les rendez-vous, toutes les personnes rencontrées, tout ce que l’on ressent, toutes les sources consultées, etc. Je nomme ce carnet Mon journal tout simplement, car jusqu’à aujourd’hui, c’est la seule chose avec laquelle il m’ait été possible de savoir, comme Latour mentionne l’importance, comment mon chemin a été parcouru. Par ailleurs, cet intitulé me permettrait de ne pas ressentir une cloison solide entre la vie privée et la recherche.

Le deuxième carnet doit, d’après Latour, être consacré à la collecte de toutes les informations de manière à ce que l’on puisse les classer aussi bien chronologiquement que par catégories. C’est ce qui nous permet d’avoir une certaine articulation dans nos réflexions tout en ayant une grande quantité de données. Je donne à ce carnet un nom Placard, comme on y range par exemple nos vêtements en classant par catégories, selon la saison, par la fréquence, etc. Ce n’est donc pas un placard de ceux qui y mettent tout et n’importe comment !

L’auteur nous conseille de tenir le troisième carnet destiné aux essais d’écriture. Celui-ci est utile pour conserver les précieuses idées qui nous viennent à l’esprit. L’accumulation de ces petits bouts de phrases pourrait nous sauver de l’écriture automatique. J’intitule ce carnet Bribes d’idées en espérant que le mot bribe me donne l’impression qu’il est facile de commencer et qu’il n’est pas nécessaire de sortir d’emblée une grande idée parfaitement construite…

Comme le quatrième, Latour ajoute un carnet pour noter les effets et les remarques que reçoivent nos travaux. Celui-ci nous aiderait à ne pas oublier que la recherche d’un chercheur s’inscrit dans une collectivité. Je le dénomme Echos pour prendre l’habitude d’attendre des résonances aprés avoir lancé ma voix durant mes recherches.

« Il serait maladroit de croire que le travail se divise en une première période, au cours de laquelle on se contenterait d’accumuler des données, suivie d’une seconde, au cours de laquelle on commencerait à écrire » (ibid. : 195). La fantaisie a disparu. Je me suis engagée et c’est parti avec mes carnets!

Référence bibliographique

Latour, B. 2006. Changer de société. Refaire de la sociologie. Paris: La Découverte.

 

Sayaka WAKASA

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Recette du jour : écrire un mémoire

Premier jour du séminaire sur méthodologie du mémoire avec S. Martin, les étudiants en Master 2 Recherche Didactique du Français Langue Etrangère et Seconde et Langues du Monde attendent tous une recette, une formule magique afin d’écrire leurs mémoires. Pas de chance, comme tous les séminaires à l’Université Sorbonne Nouvelle, on ne vous donne pas la recette pour enseigner les langues, on vous apprend à réfléchir à comment faire un cours, à l’enseignement, à l’apprentissage, et c’est pareil pour la recherche. Après les questions concernant le fonctionnement du séminaire les jeunes chercheurs angoissés découvrent que pour faire de la recherche, il faudra écrire et il faudra écrire tout de suite, pas en janvier, pas en avril, et il faudra écrire tout le temps.

Et que faut-il écrire ? Selon Latour[1], il ne faudrait pas seulement écrire des comptes rendus, mais aussi se munir de quatre carnets afin de noter tous ce qui est important lors d’une recherche. Ce que l’on ne savait pas, c’est que « désormais tout fait partie des données[2] » : les premières idées, les suggestions, les conversations, les commentaires, etc. En fait, à partir du moment où l’on commence à réfléchir à rechercher, on fait déjà de la recherche, et pour que l’on puisse enregistrer ce moment, il faut que l’on écrive. Pour cela, Latour nous propose l’utilisation de quelques carnets, une action qui fait déjà partie de nos vies (au moins en France).

Le premier carnet est le carnet de bord de la recherche, comme dans un bateau, on y note le suivi quotidien. Ensuite, le second, le carnet de données sert à la collecte d’informations, que cela soit une enquête ou une observation de cours. Puis, le troisième, le carnet d’écriture ou carnet d’idées, qui doit être conservé près de soi, car on ne sait jamais lorsqu’une bonne idée va surgir, et à ce moment il faut écrire de suite avant qu’il ne soit trop tard. Et enfin, le dernier mais pas le moindre, le cahier de commentaires, pour noter les opinions données, surtout les critiques, sur les comptes rendus, sur le chemin parcouru de la recherche.

A l’ère numérique, un carnet peut être un blog, comme celui de Yigong Guo, ou un fichier sur l’ordinateur. En revanche, on ne peut pas oublier l’avantage de ces technologies qui restent toujours actuelles et qui n’ont pas besoin d’électricité pour le fonctionnement : le carnet et le stylo. Enfin, peu importe le support du cahier, si l’on veut faire de la recherche et écrire son mémoire, il faut que l’on écrive !

Et si vous voulez toujours une « recette » pour faire de la recherche, en voici le secret : prenez quatre cahiers et un stylo.

[1] LATOUR, B., Changer la société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 2006.

[2] Ibid., p. 194.

Monica RIBEIRO CUNHA

Diplômée en Langues Française et Portugaise à la Pontificia Universidade Catolica de Sao Paulo (Brésil), actuellement en Master 2 Recherche Didactique du Français Langue Etrangère/Seconde et Langues du Monde à l'Université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedIn

« Manèges » pour commencer une recherche

imperative

 

Dans un extrait de l’ouvrage intitulé Changer de société. Refaire de la sociologie (Paris, La Découverte, 2006, p. 194-197), l’auteur Bruno LATOUR mentionne un moyen pour nous inspirer quand nous rédigeon, par exemple, un mémoire, est de « tenir un journal de tous nos mouvements ». Cette rédaction est composée d’une problèmatique et d’un processus de recherche.

Si je la considère comme un voyage dans la mer, la problèmatique est un phare et ce processus est un sillage. Cette première ne se constitue jamais tout d’un coup, mais c’est à un chercheur à trouver progressivement en se plongeant dans la lecture, en puisant dans la réflexion et en explorant dans le tâtonnement, basé sur un terrain étudié. Ce processus de recherche pourrait occuper toute la vie d’études d’un chercheur et exige une attitude persévérante et récalcitrante.

Ce qui fait reculer la plupart des gens, c’est la continuité de l’étude. Par conséquent, ils ne tentent même pas de commencer. De plus, la motivation est la deuxième raison pour laquelle les « chercheurs » refusent d’écrire. Ils se demandent si le résultat est rentable, sinon, pourquoi continuer?

Suite à cela, l’auteur Bruno LATOUR nous conseille de tenir 4 carnets qui constinuent ensemble «  un journal de tous nos mouvements » promu aussi par professeur, Serge MARTIN. D’après les descriptions, les carnets doivent marquer chaque moment de tâtonnement sur le chemin de la recherche jusqu’à la future publication. Peu importe que la forme soit en papier ou en numérique.

§ carnet de bord repère les activités de recherche, par exemple, personnes rencontrées pour discuter avec du sujet, endroits où se déroule un séminaire relatif, etc. (je l’appelle imémote)

§ carnet de collecte amasse les données en les répertoriant et en précisant ses fonctions. (je l’appelle icollecte)

§ carnet de tâtonnement récolte les réflexions écrites d’un chercheur à partir de sa lecture, d’une conversation avec d’autres, d’un séminaire auquel il assiste, etc (je l’appelle itâtonne)

§ repliement note les opinions personnelles des autres en regardant nos réflexions. (je l’appelle rétromême)

Par ailleurs, j’ai un 5ème carnet intime propre à moi, où je pourrais écrire des poèmes ou j’inventerais des mots. Ce carnet sert à un moment de détente quand je m’ennuie pendant la recherche. Il a une fonction psycho-affective. (je l’appelle épicure)

Certes les carnets numériques (blog, siteweb, forum, etc) sont plus écologiques et plus faciles quand on cherche des informations, mais personnellement, les matériaux comme tablettes tactiles, ordinateurs sont lourds de transporter. Je refuse de regarder l’écran longtemps. A la maison, je mets ces carnets en papier dans des endroits plus accessibles, par exemple, sur la table de nuit, sur le micro-onde, dans les toilettes, etc.

De toute façon, il n’y a pas le meilleur moyen pour noter, cela dépend de la personne et des habitudes d’écrire. Le plus important est que ces carnets enrichissent vraiment la recherche et qu’ils permettent une continuité au long de cette recherche.

Référence

Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 1996, p. 194-197.

mm28

Etudiant de Paris 3

More Posts

Chercheur au Carrefour de données

Après plusieurs lectures des pages tirées du livre de Bruno Latour, j’ai trouvé ses écrits très intéressant au niveau des obligations. Latour parle du chemin que le chercheur « doit » suivre pendant sa recherche. Autrement dit, Latour, selon lui, nous donne les « clés » de la « réussite absolue » afin de pouvoir mener la recherche de manière plus ordonnée que désordonnée. Pour cela, l’auteur nous propose de faire 4 carnets – pas moins, pas plus – à utiliser pour différentes tâches chacun. Les carnets proposés par Latour;

  • Premier carnet : carnet de bord.
  • Deuxième carnet : utilisé pour la collecte de l’information.
  • Troisième carnet : destiné aux essais d’écriture.
  • Quatrième carnet : utilisé pour consigner les effets que le compte rendu rédigé a produits sur les acteurs.

Toutes idées non-imposées sont à écouter, à appliquer si elles sont logiques jusqu’à un degré et même d’ailleurs elles méritent d’être appréciées. Bruno Latour insiste sur l’obligation de faire des carnets en utilisant les termes « devra » ou « Il faut » à chaque paragraphe du chapitre « Retour aux fondamentaux : une liste de carnets ».

«  Le premier carnet devra faire (…) Il faut consacrer un second carnet (…) Il faut toujours avoir à porté de main un troisième carnet(…) »[1]. Dans le domaine de la sociologie, on ne peut jamais parler des clés de réussite, des méthodes de recherche, des manières de prendre des notes ou des chemins qui mènent vers la « Vérité, réussite absolue ». En SHS, quelles soient écrites ou dites, toutes idées sont considérées « subjectives », c’est-à-dire perçues, vues et jugées différemment d’un sujet à l’autre. Dans ce contexte, le carnet ne peut pas être considéré comme un outil utilisé pour la recherche aux yeux de « tous » les chercheurs car chacun de ces derniers est unique et a sa propre conception de recherche.

Il est difficile également de comprendre si Latour parle de ses avis personnels ou bien de sa « Vérité Absolue » à propos des carnets. En tant que jeune chercheur en SHS, je ne trouve pas sain d’utiliser des propos commençant par « il faut » car ce terme est contradictoire avec l’âme des SHS dont le noyau dur est « subjectivité » et « différents points de vue ».

Un autre point qui me semble important à traiter est le nom du livre de Bruno Latour : Changer de société, refaire de la sociologie. A mon avis, le changement de société ne peut jamais avoir lieu avec impositions des choses ou toutes sortes de tentatives de façonnage « scientifique » mais seulement en rendant les chercheurs plus libres et plus autonomes dans leurs recherches. Il serait plus acceptable si Latour avait mis « à mon avis » devant chaque « il faut » puisqu’il transmet ses avis personnels sur un sujet donné.

Selon moi, n’étant pas un élément indispensable de la recherche ou de la vie d’un chercheur, le carnet peut jouer, pour certains, un rôle important pour le bon déroulement de la recherche. Sur ce point, je partage mes « 4 » carnets ci-dessous ;

  • Premier carnet : Carnet de Liberté pour observer le terrain en toute liberté.
  • Deuxième carnet : Carnet d’Autonomie pour travailler avec des sujets en étant autonome.
  • Troisième carnet : Carnet de Chemin pour observer tout ce qui paraît scientifique sur le chemin.
  • Quatrième carnet : Carnet de Carrefour de données pour rassembler les données.

Seul les chercheurs Libres et Autonomes ayant leurs propres Chemins (de pensé, de recherche etc.) peuvent se retrouver au Carrefour de données afin de construire un meilleur système de pensé et de recherche.

Références 

[1] Latour B., Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 2006.

Alper ASLAN

Titulaire d'une Licence en Didactique du FLE à l’Université Gazi à Ankara/Turquie et un Master Didactique des langues, Spécialité 1 Recherche DFLE/S et langues du monde à Paris 3 Sorbonne Nouvelle.. Actuellement étudiant doctorant à l'université François Rabelais de Tours.

More Posts

Comment débute la recherche en SHS ?

Bruno Latour dans son ouvrage Changer de société. Refaire de la sociologie (Paris, La Découverte, 2006, p. 194-197) nous propose de « déployer les controverses » puis de « retracer les associations ». On peut entendre deux démarches de la recherche, ici, je parle de la rédaction du mémoire : se situer dans une situation-problème, retracer les réflexions.

On dirait que cette situation-problème n’est pas inventée de toutes pièces par le chercheur, mais qu’elle s’émerge au fur et à mesure de la lecture, de la réflexion et de la fréquentation et du questionnement sans cesse du terrain. La recherche est un long parcours, et il n’est pas hasardeux d’utiliser le terme « la carrière du chercheur ». Surtout celui qui la débutera doit penser à la persévérance qui nécessite tous les chercheurs. Alors, pourquoi-t-on ne subdivise pas cette carrière longue et qui souvent effraye ceux qui n’osent pas la débuter, à partir de petites accumulations qui accompagnent la mise en idée, jusqu’à la publication.

C’est ce que propose Bruno Latour et Serge Martin de « tenir un journal de tous nos mouvements » (Latour, 1996 : 194), ici les carnets de recherche. Selon ses propositions, ces carnets permettent de retracer le parcours de recherche par chaque essaie qui nous amène vers la publication de nos résultats de recherche. Apparu en vision multiple, il contient en général quatre parties (Martin, 2014) :

  • Un journal de bord, qui enregistre toute activité faisant partie de la recherche.
  • Un carnet de collecte s’accumulent tous les données de désordre mais en catégorie et pointant une problématique concise.
  • Un cahier d’essai, qui collecte les réflexions sous forme d’écriture du chercheur, concernant sa lecture, son exposé, ses participations à une conférence, un colloque, etc.
  • Des commentaires, qui contient les feed-back que les autres chercheurs donnent sur nos réflexions.

Au départ de l’idée de Latour, le blog « Action-FLE » est créé et joue un triple rôle à la fois comme un carnet de collecte, un cahier d’essai et de commentaires. Il permet de :

  • classer sous catégories les notes de lectures souvent accompagnées de mes réflexions en fonction du sujet, (je la nomme Collecto) par exemple « pédagogie du projet », « analyse des discours ».
  • publier des essais réflexifs sur plusieurs textes et mes expériences par rapport à la lecture précédente (je la nomme Réflexto)
  • enregistrer les commentaires de lecteurs sur mes publications, qui seront organisés de ma part à l’ordre (je la nomme Commento)

En plus, je crée également mon journal de bord privé, nommé Agendo, qui retrace mes activités de recherches et les séminaires et les conférences à suivre et suivis.

L’atout des carnets électroniques, blog, est évident, car il permet à l’auteur d’y revenir par une simple recherche. Par exemple, pour revenir à tous les textes concernant « la pédagogie du projet », il suffit de taper le mot dans le moteur de recherche au sein du blog, puis les textes historiques s’alignent sur l’écran. L’idée d’utiliser un blog est surtout qu’au lieu de rendre ce carnet scientifiquement artificiel, il vaudrait qu’on trouve des astuces de le faire vivre et agir.

Référence

Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 1996, p. 194-197.

Serge Martin, « « Faire carnet » pour plus de voix dans et par la recherche », Voix et relation, août 2014, http://ver.hypotheses.org/1157, consulté le 26 sept. 2015.

GUO Yigong

Etudiant en Master 2 Didactique du FLE/S et des langues du monde, à l'Université de la Sorbonne nouvelle - Paris 3.

More Posts - Website

Commencer à ouvrir des carnets

On commence par des carnets parce que rechercher (se lancer dans la recherche avec un mémoire à rédiger) c’est écrire – à condition évidemment de ne pas limiter cette dernière activité à une mise en mots ! et d’y inclure un ensemble d’activités qui la constituent mais pas de recherche sans écriture ne cesse de redire Bruno Latour (voir ce billet pour bien suivre : http://arlap.hypotheses.org/2102)

Chacun va donc rédiger un petit billet montrant son engagement à ouvrir des carnets : proposer des titres à ces carnets, montrer à la manière de Bruno Latour leur intérêt pour votre mémoire. « Si vous ne souhaitez pas prendre de notes et vous appliquez à les écrire » (Latour, p. 197), le mémoire (la recherche en) de didactique des langues n’est pas fait pour vou ! Et « si l’on me dit que ces comptes rendus textuels ne sont pas ‘suffisamment scientifiques’, je répliquerai (…) qu’ils sont susceptibles d’être rigoureux selon la seule définition qui m’intéresse ici : ils s’efforcent d’appréhender avec la plus grande précision possible des objets récalcitrants  travers un dispositif artificiel, même si cette entreprise peut se révéler vaine » (ibid.). Mais aucune vanité à chaque jour commencer à écrire au plus près d’un chemin qui suit la recherche et d’une recherche qui trouve son chemin : en carnets donc !

On va lire vos petits essais de carnets (vous pourrez publier des photos de ces carnets) !IMG_1722

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus