Archives de catégorie : ouvrir des carnets

Écrire son mémoire, qu’est-ce que cela implique et comment s’organiser?

Écrire son mémoire est, d’après la formation que j’ai reçue jusqu’à présent en didactique des langues, une étape durant laquelle un enseignant en formation développe sa facette de chercheur, et par conséquent, travaille dans le but faire un apport à son domaine d’études.

L’idée d’écrire son mémoire, suscite ainsi plus de questionnements que de certitudes, et c’est justement cela le point de départ d’un travail conscient, qui s’insère dans la théorique et la pratique autour d’un sujet en particulier, notamment au travers d’une collecte de données.

De cette manière, il est tout d’abord nécessaire de trouver une méthodologie qui permette de recueillir et d’organiser ses données de façon efficace. Une des premières propositions prises en compte à ce sujet est celle de Bruno Latour[1], d’après cet auteur il est indispensable de bien savoir recueillir et classer ses données pendant le travail de recherche. Il propose donc l’emploi de quatre carnets, soient ceux-ci manuels ou numériques. Le premier est un agenda ou carnet de bord ; le deuxième est un carnet de références bibliographiques ; le troisième est un carnet pour avancer dans ses écrits et le quatrième est un carnet pour les retours des autres par rapport aux progrès au fur et à mesure de sa recherche.

Cette proposition me semble pertinente, et je privilégierai personnellement l’usage du carnet numérique. En effet, je crois qu’il est tout à fait nécessaire d’avoir un agenda afin de suivre un plan, et de maintenir une progression avec des dates précises. Je trouve aussi important d’avoir un carnet consacré aux citations et références classées par thème, pour pouvoir bien les insérer dans son travail final. Puis, il est impératif d’avoir un carnet d’écrits, d’autant qu’il permet à la fois de consigner des idées et de donner une structure au corps du mémoire. En revanche, je ne consacrerai pas un carnet exclusivement aux retours (auprès de mes collègues, et bien évidemment de mon directeur de recherche), mais je les intégrerai à l’agenda.

En outre, sur le plan de la rédaction, moi, en tant que francophone non-natif, je trouve vraiment utile et formateur d’avoir un carnet de synonymes. Pour cela, je me sers d’un outil mis à disposition par Université de Caen sur le site internet : http://www.crisco.unicaen.fr/des/ car il constitue un bon recueil de synonymes qui facilitent l’écriture d’un travail académique de ce niveau.

Avec l’ensemble de ces éléments sur la table, il ne reste qu’à écrire !

 

[1]                     Bruno Latour, Changer de société, Refaire de la sociologie, Paris, La découverte, « Armillaire », 2006. Chapitre 5 : Rédiger des comptes rendus risqués, pages 194-197

Cristian Vivas Leuro

Etudiant en Master 2 FLE Didactique des Langues, spécialité 1, option A. Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Le disque « dur » facilite la recherche

Pour expliquer mon choix du titre de ce billet, je dirais qu’un carnet est comme un disque dur, il nous aide au moins à « mémoriser » les choses importantes quand on fait une recherche en science (dure ou molle). J’aimerais commencer par les significations du mot « mémoire ». Selon le dictionnaire de Larousse, « mémoire » (n.f.) peut être « activité biologique et psychique qui permet de retenir des expériences antérieurement vécues », et « faculté de conserver et de rappeler des sentiments éprouvés, des idées, des connaissances antérieurement acquises, ce qui résulte de l’exercice de cette faculté ». Pourtant, le mot « mémoire » (n.m.) possède une autre explication : « exposé scientifique ou littéraire en vue d’un examen, d’une communication dans une société savante ». Je me suis dis que cela peut être un signe qu’il existe certaines liaisons entre l’action de mémorisation et le fruit de recherche.

Après avoir lu l’extrait du livre Changer de société, refaire de la sociologie (La Découverte, 2006, p.194-197), je trouve que l’essentiel est de noter les expériences, de collecter et organiser les informations, et de recueillir les références bibliographiques, etc. Toutes les données recueillies sont considérées d’être relatives à la recherche. Le chercheur utilise des méthodes de toute sorte afin de se faire rappel les éléments qui aident à constituer un travail de recherche complet. Selon moi, tout en écrivant cette partie, Bruno Latour me donne une idée à créer un lien logique entre les deux significations du mot « mémoire ».

Quant à moi, j’écris souvent mes réflexions du cours dans mon premier carnet. De plus, en tant qu’étudiante en langue française, mon deuxième carnet porte des mots et des expressions inconnus, je consulte ce cahier de temps en temps afin de les apprendre par cœur.

Mon troisième carnet est numérique. Inspirée d’un film où il y a un auteur qui utilise toujours un enregistrement pour noter ses inspirations, je me sers d’un logiciel social pour m’envoyer mes propres paroles quand une idée m’arrive. Cependant, ce logiciel dans mon téléphone portable n’est qu’une conservation temporelle, il me faut recopier mes paroles dans mon premier carnet. Pour ne pas laisser échapper les choses liées à ma recherche, je vais d’abord maintenir mes anciens carnets, et en même temps, j’ai l’intention de créer deux carnets nouveaux, un pour les références bibliographiques et les fiches de lecture, l’autre pour les entretiens que je lancerai à propos de mon sujet de mémoire.

Bibliographie :

Bruno Latour, Changer de société, Refaire de la sociologie, Paris, La découverte, « Armillaire », 2006. Chapitre 5 : Rédiger des comptes rendus risqués, pages 194-197

Yi LIANG

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Mes « Quatre –tion [sjɔ̃] »

Chaque fois avant de commencer mes travaux de recherche, j’ai toujours un objectif principal qui est de mettre en valeur mes recherches, surmonter une grande difficulté dans l’enseignement du français ou bien laisser une trace dans l’histoire pédagogique du FLE. Mais j’ai eu le sentiment de « trop penser » à plusieurs reprises en prenant du recul face à mes travaux. Faute de temps, le résultat de mes recherches est souvent limité, soit l’analyse n’est pas assez pénétrante et minutieuse, soit le point de vue n’est pas riche ni original.

Je suis bien consciente que chaque grand travail de recherche nécessite les détails les plus précis. Comme pour construire un bâtiment, il faut tout d’abord bien préparer le matériel. C’est pour cette raison que Bruno Latour (2006) propose une méthode très pratique qui permet de visualiser « l’ordre de la production du savoir » (Sylvain Venayre, 2016) — quatre carnets, qui s’accordent bien avec le processus de la formation de la pensée et de la logique. Durant mon expérience de recherche que fut la rédaction de mon mémoire de M1, j’ai pu noter toutes les idées qui me venaient à l’esprit, mes inspirations (surtout quand j’ai consulté les ouvrages), ainsi que de nouveaux points de vue sur des feuilles volantes, mais pas sur un carnet. Puis, à partir de la collecte de ces informations, j’ai essayé d’y trouver une certaine logique afin de construire mon plan de mémoire. Selon moi, un mémoire de recherche s’articule ainsi: à partir d’un point (un titre ou un sujet), puis on le développe horizontalement jusqu’à une face (un plan) et enfin, on l’approfondit verticalement. Par ailleurs, concernant l’idée des feuilles volantes, les avantages de noter dans un carnet sont que l’on peut bien témoigner du processus de construction des travaux de recherche, mais aussi garder ces traces intelligentes que l’on peut par la suite développer davantage.

 

Mes « Quatre –tion [sjɔ̃] » © L.YANG
Mes « Quatre –tion [sjɔ̃] » © L.YANG
J’ai donc combiné les propositions de Bruno Latour avec ma propre logique de travail, ce qui m’a permis de préparer les quatre carnets suivants que j’ai nommés « quatre –tion [sjɔ̃] »

Pour le premier carnet, je me suis inspirée de Bruno Latour qui a proposé un carnet de bord, comme un agenda. J’ai pris la liberté de le nommer « Inspiration », et je vais y noter toutes les informations, les points de vue, les sources ainsi que les pensées qui m’inspirent dans mes travaux de recherche. Cela me fait penser à la métaphore de la construction, car il s’agit ici de trouver le matériel pour construire un bâtiment.

Le deuxième carnet peut être commencé un peu plus tard, quand le premier carnet sera assez riche et que toutes les données pourront être classées par ordre logique. Il s’agira de collecter et de sélectionner les sources adaptées et utiles, autrement dit il s’agira d’élaborer un plan ou de construire un cadre en utilisant les matériels trouvés. Donc, mon deuxième carnet s’appelle « Planification ».

Le troisième carnet « Rédaction » a pour but de vivifier toutes les données, c’est à dire qu’à ce stade-là, on ne construit plus un cadre, mais plutôt un corps. Dans le troisième carnet, la rédaction et la production des paragraphes sont fluides grâce aux deux stades précédents. Avec mon statut d’étudiante étrangère, la façon de m’exprimer devient d’autant plus importante dans ce troisième carnet. En effet, quelques fois, les nuances entre les mots et les expressions ne sont pas évidentes, et cela pourrait même influencer l’exactitude de la représentation.

Le quatrième carnet s’apparenterait plutôt à une plateforme de « communication » qui est aussi le nom de celui-ci. Actuellement je m’intéresse beaucoup aux interprétations ainsi qu’aux commentaires de mon mémoire (ou d’une partie de mon mémoire) des autres, grâce à ARLAP ou d’autres sites internet, nous échangeons et en même temps nous approfondissons nos différents projets.

A la lecture de ces quatre carnets, je suis très impatiente de pouvoir témoigner de la construction de mon mémoire de recherches et ce, petit à petit au travers de ceux-ci. Par ailleurs, je suis en mesure d’affirmer qu’ils m’aident à commencer mon mémoire dès maintenant.

 

BIBLIOGRAPHIE

Bruno Latour, (2006). « Retour aux fondamentaux : une liste de carnets », Changer de société, refaire de la sociologie, Paris : La Découverte, p. 194-197.

Alain Corbin et de Sylvain Venayre, « L’effort d’imagination stimule l’écriture », le Monde.fr, URL:http://www.lemonde.fr/livres/article/2016/09/29/alain-corbin-et-sylvain-venayre-l-effort-d-imagination-stimule-l-ecriture_5005262_3260.html. Consulté le 01 Octobre 2016.

Liu Yang

Etudiante chinoise en master 2 à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A: recherche. Master 1 FLE : Analyse et programmation de la communication didactique à l'Université de Nantes.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Un mémoire ? Mission possible ! Faisons le premier pas

    Rédiger un mémoire ! Cette « mission » je n’ignorais pas son  existence depuis le premier jour de ma Licence, alors que j’avais toujours l’impression qu’elle m’arriverait plus tard, encore plus tard, jusqu’à, enfin, cette année, elle me fait signe de main, en face de moi. Je suis toujours inquiète sur les incertitudes, un mémoire en fait partie. Un mémoire n’est pas comme des dossiers ou des comptes rendus avec lesquels je me familiarise plus ou moins. Un mémoire est un travail qui exige à la fois la rigueur et la passion. De plus, ce que j’offrirai aux regards de tout le monde ne devrait pas être ennuyeux excitant aucun intérêt à lire. Bref, cela ne sera pas facile.

    Heureusement, j’ai le guidage à suivre. Bruno Latour est l’un des premiers maîtres. Dans son ouvrage « Changer de société, refaire de la sociologie », il nous propose de « tenir un journal » afin de « procéder et des se nourrir »1 de nos incertitudes. « Désormais, tout fait partie des données »2 je déclare comme ce qui est insisté par Latour. Désormais, dès le premier cours de préparation du mémoire de recherche, ou plus précisement dès le jour où j’ai décidé de me diriger vers le parcours de didactique des langues dans mes études supérieures, il y a 5 ans, même plus. Je prépare ainsi mon premier carnet de bord et j’y noterai tout : tout, au passé, ma passion initiale sur la langue et puis sur la didactique des langues, mes hésites, mes doutes durant les études et, surtout, les idées lumineuses qui m’ont conduites d’avancer jusqu’à maintenant et qui m’encourageront toujours; à l’avenir, les nouvelles conceptions que j’aurai en essayant de tracer un chemin, les conseils comme les critiques des autres. Quelqu’un qui connait bien mon domaine d’études m’aideront sans doute. Portant, si les commentaires spécialisés à l’égard de ma recherche seraient plutôt objectifs, alors que ceux qui sont issus d’autres domaines et qui ne rendent pas vraiment compte de ce que je cherche me fourniront quand même des idées créatives (relativement plus subjectives peut-être), des directions de recherche d’autres parts. Comme le dit un proverbe ancien chinois : « les spectateurs voient plus claires que les acteurs. »

   C’est parti!

12 Bruno Latour, Changer de société, refaire de la sociologie, p. 195

Bibliographie :
Bruno Latour, Changer de société, refaire de la sociologie, Paris,
La Découverte, « Armillaire », 2006, pg. 195

Kaiyun HU

Master 2 Didactique du FLE, Licence Sciences du langage

More Posts

Et… pourquoi pas ?

L’objet de ce deuxième billet est de réaliser avec mon sujet de mémoire une proposition de communication pour le colloque du DILTEC de 2012. Bon, bien que, temporellement, il soit difficile de proposer un sujet réalisé en 2016, pour un colloque de 2012, je me prêterai aussi bien que je peux au jeu.

 

L’authenticité de l’oralité dans les classes de FLE

 

Depuis la méthodologie grammaire-traduction, la recherche a été orientée de manière à intégrer, de plus en plus, l’oral dans la classe de langue. L’oral prend différentes formes comme la production spontanée ou non-spontanée et la compréhension car, oui, parler, c’est aussi savoir écouter et comprendre ce que l’autre dit. L’aspect de la compréhension n’est pas montré comme problématique et la technologie a permis de fournir tous types de documents, plus ou moins authentiques, sur différents thèmes. Au niveau de la production orale, l’enseignant peut être plus ou moins restreint par des éléments comme l’avancée dans le programme prévu, le temps restant, la gestion de la parole, la posture de l’enseignant, les représentations de l’enseignant et des apprenants… L’oral reste encore sacrifié au profit de l’écrit car ce dernier peut être considéré comme « plus simple » à approcher ou à gérer. L’oral demande, de la part de l’enseignant comme de celle des apprenants, une prise de risque. En effet, l’oral est plus difficile à orienter, à limiter, à restreindre les discours qu’il contient… L’oral est une forme de liberté qui est spontanée, il ne suit pas forcément les règles de grammaire auxquelles il est impossible d’échapper à l’écrit et qui constitue l’autre forme à part entière pour communique. L’oral est aussi important que l’écrit.

Cette nécessité de l’oral, poussée, de nos jours, par l’approche actionnelle, fait naître d’autres besoins, comme la diversification des interactions en classe de langue. L’objectif, ici, est de trouver des activités dans la recherche qui permettent d’améliorer ces interactions mais aussi de les rendre plus authentiques afin de faire de la langue cible, non seulement un objet d’étude, mais aussi le medium par lequel passent les connaissances. L’authenticité est un facteur important dans l’enseignement d’une langue car elle influence la motivation mais aussi la vision des apprenants sur celle-ci. Comment peuvent-ils devenir des sujets réels dans une langue étrangère lorsqu’on ne leur offre seulement des possibilités d’expression virtuelles ?

Cette recherche d’authenticité dans les interactions orales en classe de FLE est en lien avec plusieurs facteurs : l’acquisition d’une langue étrangère, la posture de l’enseignant et celle des apprenants, les représentations des apprenants (qu’ils ont sur eux-mêmes mais aussi sur la langue cible), les insécurités linguistiques, la créativité, la motivation, l’adaptabilité des challenges, la délivrance de l’expression face à l’autocensure, etc.

 

Bibliographie :

DWECK Carol, Self-theories: Their Role in Motivation, Personality, and Development, Essays in Social Psychology, Psychology Press, New York, 2000

HATTIE John, Visible learning for teachers: Maximizing Impact on Learning, Routledge, 2012, USA

RYAN Kevin & M. COOPER James, Those who can, teach, thirteenth edition, Wadsworth, 2013, USA

WORMELI Rick, Fair Isn’t Always Equal: Assessing & Grading in the Differentiated Classroom, Stenhouse Publishers, Portland, Maine, 2006

Priscillia Mollard-Cadix

Etudiante ayant obtenue sa licence d'anglais mineure Français Langue Étrangère à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Actuellement en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde (option recherche) à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle.

More Posts

Ne plus faire confiance à sa mémoire pour son mémoire !

(Mais quel jeu de mot subtil et original, n’est pas ?)

Nous y voilà. Le moment tant attendu. Celui qui sonne la fin d’une formation universitaire pour certains. La fin de toute une scolarité pour d’autres. Ou encore une étape de plus pour ceux qui aspirent à la soutenance d’une thèse. Cette entrée en Master 2, c’est avec dans l’ombre juste au dessus de l’épaule droite, un spectre : cette rédaction d’un mémoire. À la fois intriguée, inquiète, curieuse et fatiguée, je ne peux plus reculer. Nous ne pouvons plus reculer. Ce que je redoute depuis des années est enfin arrivé. Il va falloir écrire. Il va falloir soutenir. Il va falloir opérer ce passage du statut d’étudiant à celui de diplômé. Alors essayons de dédramatiser. Mais oui je l’avoue ce mémoire, cet exercice tout à fait singulier que je n’ai jamais pu expérimenter, je l’appréhende. Alors heureusement, je ne me sens pas seule. Bien sûr il y tous mes camarades de Master 2, nos professeurs, nos directeurs ou directrices de mémoire, ou encore tous ces théoriciens, ces écrivains qui nous inspirent et qui nous poussent à la recherche. Par curiosité, par envie et par ambition. Et puis il y a aussi des sociologues comme Bruno Latour qui lui nous propose des méthodes pour mener à bien cette étape d’une formation universitaire et humaine. Une histoire de carnets si je me souviens bien. Dans ce billet, je trouve inutile de réitérer, d’expliquer et d’interpréter ce que mes camarades ont si rigoureusement bien fait avant moi. Alors ici je m’attacherai plutôt à apporter ma pierre à l’édifice.

Je fais face à un constat : aujourd’hui je ne peux plus jouer la carte de ma mémoire pour la rédaction de mon mémoire !

Jusqu’ici, j’ai toujours pu faire confiance à ma mémoire. J’ai un véritable disque dur interne dans ma boîte crânienne qui peut enregistrer, stocker sur une certaine durée (mais limitée), une quantité non négligeable d’informations, du moins celles que je juge pertinentes et judicieuses à retenir. En cas d’espace saturé ou d’un chargement de l’information trop long, ma mémoire relègue les données à des prises de notes, celles furtives dans le creux de la main gauche, ou grâce à des Post It, ou encore avec un crayon Velleda sur le carrelage de la cuisine ou de la salle de bains. Au fil de ma formation universitaire, ma mémoire m’a été d’une aide précieuse, à travers tous les types d’activités et d’exercices que j’ai pu rencontrer.Le problème est que la rédaction de ces exercices était relativement courte (d’une trentaine de pages maximum) et sur une période elle aussi rapide (de quelques semaines à un ou deux mois). Là je n’ai pas le droit à l’erreur. Je n’ai pas le droit à l’oubli. On parle d’un mémoire. D’une centaine de pages en moyenne. Sur plusieurs mois. Alors ma chère mémoire, pour cette épreuve, je te prie de m’excuser mais cette fois, on va fonctionner différemment. Je ne peux plus fonctionner comme un robot. Je veux faire ressortir mon humanité dans mes recherches et dans l’écriture de ce futur mémoire. En commençant par écrire, tout simplement. Papier & stylo.

Mon carnet, je l’ai commencé bien avant le mois de septembre, bien avant de découvrir les propositions de Bruno Latour. J’ai volontairement pris un gros carnet, presque aussi lourd qu’un disque dur externe mais où j’entasse -j’écris- les données et les informations de manière totalement anarchique. Mais grâce à ce « Retour aux fondamentaux : une liste de carnet » sous titre dans Changer de société, refaire de la sociologie (La Découverte, 2006, p.194) (bien sûr j’allais en faire la citation, je ne pouvais pas passer à côté, telle une ingrate), Latour m’a apporté des solutions pour l’organisation de mes données. Je ne vais pas suivre son conseil de posséder quatre carnets distincts, comme des mini disques durs à connecter -à ouvrir- les uns après les autres. Je préfère n’en garder qu’un seul, pour avoir à la portée d’une seule main l’ensemble des informations, j’entends ici l’ensemble de ma/mon mémoire. En revanche, dans ce gros carnet, je vais utiliser quatre couleurs. J’ai pu lire dans un précédent billet qu’une autre de mes camarades a aussi choisi cette alternative et je suis ravie de constater que d’autres ont eu cette même idée. Peut être comme moi, certains de mes camarades ont besoin d’unité, leur « mémoire » dans une seule reliure.

Et ma mémoire interne ? Je ne la laisse pas de côté. Latour écrit «désormais tout fait partie des données ». Désormais ? Certes, je vais recueillir des données à partir d’aujourd’hui dans ce carnet. Mais n’oublions pas les données datant d’avant ce « désormais ». Un mémoire s’écrit à partir d’aujourd’hui. Mais le projet de ce mémoire est déjà le fruit d’un ensemble de réflexions et de données antérieures à ce « désormais », ce dont il faut se préoccuper et faire en sorte d’intégrer ces données au carnet. Et pour ça, je peux toujours faire confiance à ma mémoire  …

Floriane Gonidec

actuellement étudiante en M2 Didactique des langues et des cultures de l'université Paris 3. Licence de Lettres Modernes de Rennes 2

More Posts

« La recherche appartient à ceux qui ont ouvert les carnets ! »

 

« Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt. » C’était exactement le message du premier cours de Monsieur Martin – commencer à écrire le mémoire dès maintenant, dès aujourd’hui, dès hier. Mais, par où commencer ? La recherche est un labyrinthe des questions, des incertitudes, des réflexions, de la lecture, de la motivation, des défis, des objectifs…

Afin  de nous faciliter ce processus et de nous orienter vers l’issue du labyrinthe – vers une recherche « un peu plus objectif », Bruno Latour[1] nous propose de tenir quatre carnets (peu importe la forme) : le carnet de bord de l’enquête, la collecte d’informations, les essais d’écriture et celui consacré aux réactions des autres. Pourquoi cette démarche ? Simplement, « … tout fait partie des données[2]» (Latour, 2006 :194). Tout. Chaque lecture, chaque rencontre, chaque entretien, chaque interaction verbale ou non verbale, chaque réflexion, chaque brouillon… TOUT a un seul objectif –  la construction du mémoire. Pour cette raison, je reformule le proverbe ci-dessus de façon suivante: « La recherche appartient à ceux qui ont ouvert les carnets ! ». Donc, je commence l’organisation de mon mémoire par l’ouverture des carnets, mon premier point d’ancrage, mais aussi mon stimulant au fil de ce long pèlerinage – la recherche.

Tout d’abord, je crée un dossier sur mon ordinateur intitulé « Le trésor précieux ». Bien organisé, ce « trésor » sera le noyau de ma recherche –  les comptes rendus de lecture, les définitions, les citations, les références. En un mot – l’appui théorique. Ensuite, j’y rajoute le dossier nommé « Les croquis ». En prétendant d’être artiste, je ferai des croquis de réflexions menées en m’appuyant sur la théorie. Après, il faut bien ciseler.

Mon agenda personnalisé

Le deuxième carnet est, en fait, mon agenda qui traîne toujours dans mon sac. Intitulé « Les rencontres sur le terrain », il consiste en deux parties. La première, « Le terrain », est dédiée à mon organisation personnelle –  à la fixation des objectifs, au calendrier des colloques, des rendez-vous avec le directeur de mémoire, mais aussi à  l’organisation de l’enquête, des rendez-vous avec des personnes interviewées… Bref, cette partie comprend les notions d’espace et de temps, indispensables pour une recherche. La deuxième partie est celle des « Rencontres». Elle fait une analogie avec la rencontre inattendue d’André  Breton et Nadja. En rencontrant les autres et en interagissant avec eux, en discutant avec le directeur de mémoire,  avec d’autres professeurs, en assistant à des colloques, les réflexions s’entremêlent, se modifient, s’enrichissent, se cristallisent et deviennent inattendues.

Enfin, mon troisième carnet, « Le trésor inépuisable », est un petit dictionnaire personnel. J’y noterai toutes les expressions, les notions et les définitions que je trouve intéressantes, utiles et nécessaires. Il servira d’un outil incontournable dans ma recherche.

« Il n’est pas mauvais non plus de tenir soigneusement un quatrième type de carnet… » continue Latour (Latour, 2006 :196). À chacun de s’organiser ! Enfin, ce n’est pas la quantité de carnets qui compte, c’est leur qualité !

 

Référence :

Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, « Armillaire », 2006, p. 194-197

 

 

 

 

 

 

[1] Bruno Latour – sociologue, anthropologue et philosophe français, né en 1947 en Côte d’Or

[2] Soulignement de l’auteur

Marija Apostolović

Étudiante en M2 DFLE, spécialité 1, option A Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

Tant qu’il y en a un pas loin

Latour prône quatre carnets, chacun avec une entrée différente. Chronologique, thématique, divagations et avis extérieurs. Aussi ses poches doivent être pleines et sa mémoire toujours à chercher dans quel carnet se trouve tel mot, tel citation ou autre date. L’avantage serait une organisation optimale. Encore faut-il l’avoir, cet esprit organisé qui permet la tenue de quatre carnets.

Je me limite pour ma part à un carnet, constitué de plusieurs carnets, même plus de quatre, mais disséminés parmi mes sacs à dos, de manière à en avoir toujours un à portée de main. Je les laisse traîner, retombe dessus plus tard. Une date et la note en question.  L’idée revient dans mon esprit. Je les laisse faire leurs chemins, y repense, les relis, les raye ou les entoure en rouge si elles prennent en importance. Mes notes se classent d’elles-mêmes. Si elles deviennent importantes, elles ressortent du fouillis des carnets qui sont au final, l’incarnation du fouillis de mon cerveau.

C’est donc un seul un seul recueil. Il rejoint le chiffre quatre de Latour par sa division et c’est tout. Il sert d’agenda, de dictionnaire, de récapitulatif, de créations, d’observations, de divagations. Il y a des interludes humoristiques, des croquis, des schémas…

Le plus important avec mes carnets, c’est que je les sache près de moi, au cas où.  Dans la poche de la veste, dans le sac, sur le bureau. Je laisse traîner stylos et crayons pour la même raison. L’idée ne peut pas s’échapper, la citation, la référence restent dans les carnets .

Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris : La Découverte, 2006, p. 194-197.

Brieuc.Jicquel

Licencié en LLCE études lusophones, actuellement en m2 didactique des langues à la Sorbonne Nouvelle après un stage Campus France en Mongolie.

More Posts

Création Assistée par Carnets

J’étais là il y a quatorze ans, deux fois sept ans de réflexion… C’est bon, sept fois je devrais être prête…

J’étais là donc, en 2002. Palindrome historique. J’étais là, mais j’y suis pas restée longtemps. Je suis même partie assez vite, après m’être perdue un peu dans la vie, un peu dans des lectures. J’étais là mais j’avais pas achevé le mémoire. Je n’avais même pas validé les séminaires. Partir. Loin des classes et des cahiers. Partir. Voir le monde. Je suis partie en claquant la porte, sans que personne ne s’en aperçoive, dans la fougue d’un coup de tête. Aucun regret. Mais je reviens. Finir ce que j’ai commencé.

En ces temps-là, je n’ai souvenance d’aucun séminaire méthodologique de rédaction du mémoire. Nous étions livrés à nous-mêmes pour achever (ou pas) notre DEA. Qui s’appelle maintenant un Master 2. Ce seul détail terminologique m’impressionne et me rassure à la fois : c’est différent, donc c’est pas pareil.

Et puis en 2016, je trouve un séminaire de méthodologie. Et l’on m’y parle de Bruno LATOUR. Dans son ouvrage Changer de société. Refaire de la sociologie (Paris, La Découverte, 2006, pp. 194-197), il nous invite à juxtaposer simultanément deux démarches d’investigation jumelées pour adopter une posture de rédacteur-reporter et « tenir un journal de tous nos mouvements », apposée à celle du chercheur qui n’oubliera pas « la production même du compte rendu ».

Quatre carnets pour organiser, entreposer, accompagner, témoigner des recherches.

Quatre auxiliaires qui sauront supporter le processus de création à l’oeuvre.

Je ferai des quatre carnets, quatre points cardinaux, mes quatre vents, des repères dans la nuit, et puisque seule, je me suis perdue, je vais oser la confiance. Je vais m’en remettre à cet homme que je n’ai jamais vu, que je ne verrai probablement jamais, et advienne que pourra. Pour le moins, je pourrai l’accabler dans le cas où j’échoue sur une plage des Caraïbes en 2017… ou le remercier…

De mémoire, comme, je n’ai pas su, seule, m’en sortir,

Je m’en remets, innocemment, au sieur Latour,

Pour voir si quatorze ans et quatre carnets plus tard,

J’peux incarner un mémoire aux quatre-quarts né.

Magali Dermont

M2 Didactique des Langues spécialité 1 option A

More Posts

Un mémoire, un carnet, des données, Bruno Latour… Mes premières idées

Le travail d’un chercheur est motivé à la fois par des inquiétudes et des idées qui prennent la forme de questions. Cette motivation n’est jamais toute seule, elle est accompagnée d’une grande passion, d’une curiosité et d’une crainte : comment commencer l’écriture de ma recherche ? Comment organiser toutes ces idées qui occupent déjà une place dans mon esprit ? Quelle méthode suivre pour réussir ce projet ?

Bruno Latour part du principe que « tout fait partie des données »1 et que, tout en étant méthodique et créatif, il faut savoir comment organiser cette pluie d’information pour pouvoir l’utiliser. Il propose l’usage de quatre carnets qui permettront de classifier les données et de tenir compte de l’évolution de la recherche. Le premier est un agenda-calendrier, le deuxième sert à collecter des informations (idées, références, etc.), le troisième est consacré aux essaies d’écriture, le quatrième est l’espace pour les réflexions issues des retours et réactions des autres.

Il s’agit d’une méthode très intéressante mais je ne suis pas tout à fait d’accord avec cette manière de faire. D’abord, je crois que tout ne peut pas faire partie des données ; je pense plutôt que n’importe quoi pourrait en devenir une. En ce sens, le premier pas consiste à apprendre à distinguer l’information qui pourrait être utile de celle qui ne l’est pas et qui pourrait donc porter à confusion. Ce n’est pas un travail facile, bien évidemment ! Pourtant, prendre note seulement de ce qui est important, peut faciliter le triage et traitement des données.

Quant aux carnets, il me semble plus pratique d’avoir uniquement un petit cahier que je pourrai porter partout et qui me permettra d’avoir sur moi toutes les notes concernant mon mémoire. En noir, je noterai des idées, questions, citations, références ou toute autre information que je trouverais ou que me viendra à l’esprit spontanément. En vert, j’écrirai ce que j’ai à faire, par exemple, des modifications, des choses à ajouter, etc. En marron, je mettrai les commentaires de mes camarades, amis, professeurs, directeur de mémoire, et autres. Ceci me paraît fondamental pour avoir une approche différente du déroulement de mon travail.

 

  1. Bruno Latour, Changer de société, Refaire de la sociologie, Paris, La découverte, « Armillaire », 2006. Chapitre 5 : Rédiger des comptes rendus risqués, pages 194-197

Salomé Molina Torres

Etudiante en M2 Didactique du Français Langue Etrangère et Langues du Monde, Paris 3

More Posts

« Ce que tu sèmes est ce que tu récoltes »

Billet 1

Après avoir lu le texte de Labour, j’étais amené à penser au fameux proverbe aux Philippines « Ce que tu sèmes est ce que tu récoltes », d’où ma décision de m’en servir comme titre de ce billet. La décision d’utiliser ce proverbe vient du fait qu’il reflète plus, pour moi, les réalités de la recherche. Comme ce que m’évoque ce proverbe, le travail d’un/e chercheur/se ressemble à celui d’un/e agriculteur/trice. C’est parce que, comme ce/tte dernier/ère, la première étape se déroule en choisissant les bonnes graines à semer pour pouvoir récolter les bons blés. En recherche, le recueil de « bonnes » données se place aux premiers rangs des étapes. Mais, d’après moi, également important est ce que nous faisons après avoir semé et avant la récolte ou, en d’autres termes, la phase de « suivi ». Je ne crois pas qu’il s’agisse toujours de questions de bonnes ou mauvaises graines. Les bonnes graines périssent aussi quand on ne les arrose pas ou les « fertiliser ». Le recours donc aux carnets se révèle très utile car, en les utilisant, je peux modifier, raffiner, peaufiner, enrichir ma recherche et, voire, en relever les « gestes ».
Pour moi, le défi ultime auquel fait face un/une chercheur/se est la question de graines à semer et les produits à récolter. Quelle/s graine/s? Comment qualifions-nous une « bonne » graine ? Quel type de produit visé ? Dans le domaine de la recherche, nous sommes confronté/es à un monde qui est bombardé d’idées, de notions, de concepts et mêmes ces mots peuvent être aussi mis en question. Je peux voire m’interroger sur les différences entre ces mots récurrents en recherche. Mais comment choisissons-nous réellement le bon sujet ? Cela se fait bien évidemment en fonction de nos intérêts. Mais comment qualifions-nous ces intérêts ? Quels sont vraiment les sujets qui m’intéressent ? Comment puis-je qualifier tel intérêt pour être sur que la recherche se fonde sur le réel ? Comment puis-je délimiter le sujet ? Quels sont les facteurs déterminants ? les variables ? Recherche purement qualitative ? Recherche hybride (quantitative et qualitative ? Voilà quelques questions préliminaires qui peuvent bien, selon Latour, « nourrir notre source d’inquiétude » dans Changer de société, refaire de la sociologie (La découverte, 2006, p. 194). , En m’inspirant des carnets proposés par Latour, je peux désormais commencer à répondre, même si de manière non-définitive, à ces questions. Quant à moi, j’organise mes carnets en partant de 4 carnets (à dater):
1. Problématique : Je dédie un carnet à la formulation de la problématique de mon sujet étant donné que mon sujet de départ reste toujours à délimiter, reformuler, raffiner et modifier. Je vais y mettre des schémas théorique et conceptuel pour la cerner ;
2. Citations et éléments bibliographiques : Je vais y classer les ouvrages auxquels je me réfère non seulement par ordre chronologique mais aussi en fonction des disciplines impliquées ;
3. Terrain (enquêtes, personnes interviewées (y compris leurs réactions) : La documentation du recueil de données et les méthodes employées sont à garder dans ce carnet.
4. Réflexions/ Compte-rendu : Ce carnet a pour objectif de me permettre de consolider mes connaissances à partir des lectures pour faire évoluer ma problématique et pour analyser les remarques issues du terrain.
Avoir un bon sens de l’organisation est sans doute bénéfique si nous voulons atteindre un objectif dans la vie. En tant qu’enseignants (ou futurs enseignants) de FLE, c’est une qualité indispensable pour fournir un environnement favorable non seulement à l’enseignement mais aussi à l’apprentissage de FLE.

Bibliographie :
Bruno Latour, Changer de société, refaire de la sociologie, Paris,
La Découverte, « Armillaire », 2006, pg. 194

LAGCAO Gleford Jr.

Etudiant en Master 2 FLE-LM option A (MEMOIRE)

More Posts

Trois carnets pour un mémoire

Dans le chapitre 5 de son ouvrage Changer la société, Refaire de la sociologie, Latour propose de tenir quatre carnets durant l’intégralité de la recherche et la rédaction d’une thèse. Le premier carnet, intitulé « carnet de bord », relate l’ensemble des évènements quotidiens qui participent à l’élaboration de la thèse : les rendez-vous, la rédaction, les diverses difficultés à parvenir aux objectifs fixés (…). Le second carnet comporte les diverses informations collectées et classées chronologiquement. Il est important que les diverses informations puissent être reclassées de diverses façons. Le troisième carnet permet au chercheur de poser à l’écrit diverses idées, des ébauches de paragraphes et tout ce qui pourrait être utile lors de la rédaction de la thèse. Dans le dernier carnet, Latour propose de relater les divers effets que le compte rendu a produit sur les personnes qui en ont pris connaissance.  En effet, cela confère à ce carnet « une action performative ».

Selon moi, le premier carnet proposé par Latour est indispensable afin d’observer l’évolution de son travail pas à pas. Il permet de remonter le temps et de se rendre compte des rencontres/lectures qui ont été décisives dans l’élaboration de notre recherche. C’est pourquoi, dans le cadre de mon mémoire, j’ai choisi de tenir un premier carnet dont la fonction se rapproche de celle proposée par Latour.  Il s’intitulera « Mon journal de bord »  et dans lequel j’inscrirai le travail réalisé au jour le jour, mes ressentis, les difficultés, les échecs et les avancées.

Mon second carnet, que je nommerai « échanges », relatera ce qui est dit lors des rencontres avec mon directeur de recherche, les divers conseils donnés, les améliorations suggérées et les objectifs fixés entre chaque rendez-vous. Lors de la rédaction, je pourrai m’y référer afin de me remémorer avec exactitude ce qui a été dit des précédents rendez-vous.

Mon troisième et dernier carnet aura une fonction similaire au troisième carnet proposé par Latour. Intitulé « premiers jets », il me permettra de noter des idées, des mots, des phrases voire des paragraphes, au moment où je les pense pour ne pas les oublier et qu’ils soient perdus. Par la suite, ces éléments seront intégrés ou non à mon mémoire, en fonction de leur degrés de pertinence.

J’ai choisi de travailler sur des petits carnets papier, de la taille de ma main, afin de pouvoir y avoir recours n’importe où, n’importe quand. Petits et discrets, ils se glissent dans le sac ou dans une poche et ne dépendent ni de la wifi ni d’aucune batterie.

 

Justine Dumaine

Diplômée d'une licence en Sciences du langage mineure FLES à Paris 3 et titulaire d'un Master 1 en Didactique des langues, je suis actuellement en Master 2 Didactique des langues et des cultures.

More Posts

Direction mémoire : mon enquête, mes informations, ma plume et les autres

Pour commencer, je voudrais dire que j’appréhendais beaucoup la préparation de la rédaction de mon mémoire. Je ne savais pas trop comment m’y prendre d’un point de vue méthodologique avant de lire l’extrait de Latour. Il nous parle donc dans « Retour aux fondamentaux : une liste de carnets » (dans le Chapitre 5 : cinquième source d’incertitude : rédiger des comptes rendus risqués) de la méthodologie qu’il recommande afin d’entrer dans la conceptualisation d’un mémoire. C’est une recommandation qui dépend de chaque individu parce que chaque personne a sa propre façon de travailler, sa propre méthode.

Tout d’abord, je n’avais jamais pensé à faire cette recherche sous forme de carnets. Je pense que j’aurais fait comme d’habitude : c’est-à-dire tout écrire sur une feuille (plusieurs feuilles) et numéroter en fonction des idées qui vont dans le même sens (me connaissant, je pense que j’aurais perdu quelques-unes de ces feuilles…). Je pense donc que l’idée des carnets est une très bonne idée dans la mesure où cela permet déjà de faire un travail d’organisation dès que nous voulons commencer à écrire. Nous ne faisons pas qu’écrire mais nous commençons déjà à réfléchir.

Le premier carnet, le carnet de bord de l’enquête, portera le nom « mon enquête ». Dans ce carnet, j’écrirai donc « les rendez-vous, les réactions des autres vis-à-vis de l’enquête, la surprise éprouvée face à l’étrangeté du terrain, etc. ». Ce premier carnet concernera donc mon terrain, mon enquête, mon « moi ».

Le deuxième carnet, qui servira donc à la « collecte de l’information datée chronologiquement et classées dans des catégories », s’intitulera « mes informations ». Je pense qu’effectivement, il est très intéressant d’inscrire les dates parce que cela permet de comparer l’évolution de nos recherches et de les mettre en parallèle dans certains cas.

Le troisième carnet, « ma plume », concernera donc les essais d’écriture. Ce carnet sera ma plume, mon « chez-moi » où j’écrirai des phrases pour commencer déjà à me mettre dans le processus de la rédaction de mon mémoire.

Le dernier carnet, « et les autres ? », est pour moi l’un des plus intéressants et auquel je n’aurais pas pensé. En effet, je n’aurais pas pensé à écrire la réaction des personnes parce que certains sujets peuvent provoquer certaines réactions et ces réactions peuvent justement influencer (ou non) nos travaux. Un regard extérieur peut toujours aider à voir de nouvelles choses ou à voir ce que notre travail produit sur eux et sur soi-même.

Même si j’ai toujours de l’appréhension quant à la recherche et à la rédaction de mon mémoire, je commence déjà sur une voie plus organisée avec ces quatre carnets (et peut être plus après).

BIBLIOGRAPHIE

Bruno Latour, (2006). Changer de société, Refaire de la sociologie, Paris : La découverte, p. 194-197.

Johanna Clausse

Diplômée d'une licence de coréen et d'une licence de didactique du FLE. Actuellement étudiante en Master 2 de didactique du français langue étrangère et langues du monde.

More Posts

Mes carnets de route : vers une pratique de recherche !

L’idée générale d’entamer un travail de recherche, se construit principalement à partir d’un ensemble d’interrogations et de questions qui nous interpellent au cours d’une formation ou lors d’une expérience professionnelle. Afin de mener à bien ce projet de recherche, chacun d’entre nous fait le choix de procéder à sa manière, tout en respectant les règles universelles de la rédaction d’un mémoire.

Dans son extrait « Retour aux fondamentaux : une liste de carnets » tiré de son livre  Changer de société. Refaire de la sociologie (Paris, La Découverte, 2006, pp. 194-197), Bruno Latour nous propose d’organiser le travail de recherche à travers la mise en place de quatre carnets. Ces derniers représentent une sorte d’outils d’accompagnement du chercheur tout au long de son projet. La façon dont Bruno Latour a présenté ces quatre carnets me paraît logique et organisée. Cependant, je trouve que le choix de la méthodologie de travail dépend non seulement de la façon dont on a l’habitude de s’y mettre mais aussi du sujet sur lequel on veut travailler et le type de recherche qu’on souhaite entreprendre.

Après avoir mené une démarche réflexive envers les propositions de Latour, je viens à mon tour vous présenter mes propres carnets de recherche que j’envisage mettre en place pour la rédaction de mon mémoire de recherche de master 2. Pour un début, j’ai opté pour un choix de trois carnets que j’organiserai de la façon suivante :

Carnet 01  Mes références bibliographiques : ce carnet sera consacré à la documentation. Cela implique bien évidemment l’ensemble des informations choisies et exploitées lors de mes lectures, les citations dites intéressantes pour l’illustration de mes propos ainsi que les numéros de page et les sources de celles- ci.

Carnet 02 Mon journal de réflexion : dans ce carnet, je compte noter mes réflexions personnelles faites suite à mes observations sur le terrain et à l’analyse de mes lectures. J’ajouterai à cela les objectifs que je me fixe pour chaque étape de mon travail, ainsi que les difficultés rencontrées afin que je puisse avancer et par la suite finaliser mon projet de recherche.

Carnet 03 Ma démarche d’expérimentation : autrement dit, ce carnet prendra le type d’un carnet de route professionnel car c’est dans ce carnet que je vais noter tout ce qui sort de mes recherches sur le terrain (ex : questionnaire, entretien..etc), ainsi que l’analyse et les commentaires que je fais à partir des résultats obtenus.

 

Pour conclure, je profite pour dire que cela reste un choix personnel car comme je l’ai mentionné au début de ce billait, chacun procède à sa manière et comme il y a certaines personnes qui choisissent de procéder par points ou choisissent d’intégrer des schémas pour résumer, moi j’exprime bien mes idées de façon narrative.

Hanane FODIL.

 

 

FODIL Hanane

Etudiante en master 2 didactique des langues et des cultures. Spécialité 01; option: recherche. Parcours: * Diplôme de professeur d'enseignement secondaire de langue française à l'ENS d'Oran (Algérie). * Master 1 Sociolinguistique et didactique du FLE à l'université François Rabelais de Tours.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Vers le mémoire : les premiers pas, un premier billet

Comme nous l’avons vu en classe de préparation du mémoire de recherche et comme nous l’a précisé notre enseignant, Serge Martin, l’écriture d’un mémoire se fait, bien évidemment, en écrivant. Mais peut-on vraiment écrire de manière désordonnée et ensuite rassembler les écrits ?

La réponse devrait  tourner autour de oui et non. Oui, il est bel et bien possible de s’éparpiller en multiples documents numériques ou physiques, perdus ou organisés de manière abstraite jusqu’à ne plus savoir où donner de la tête. Bien qu’il s’agisse d’une option, celle-ci n’est peut-être pas la meilleure.

En classe, nous avons étudié un extrait du livre de Bruno Latour, intitulé Changer de société. Refaire de la sociologie (Paris, La Découverte, 2006, pp. 194-197), dans lequel ce dernier propose, comme outil méthodologique, l’utilisation de carnets. Il en distingue quatre principaux : un « carnet de bord » où l’utilisateur écrit ce qui se passe de manière chronologique, un carnet dédié « à la collecte de l’information », un troisième carnet comprenant  l’écriture progressive en parallèle avec les données mais aussi avec les  différentes sources utilisées et, enfin, un dernier carnet qui rassemble « les effets que le compte rendu rédigé a produits » .

Bien que cette organisation puisse présenter des avantages, j’ai fait le choix personnel de ne pas suivre à la lettre ces quatre carnets. Tout d’abord, plutôt que d’utiliser des carnets physiques, je choisis d’utiliser la technologie et donc d’avoir plutôt des carnets numériques. J’utilise un logiciel de la suite Microsoft Office nommé « Onenote » et remplace donc les « carnets » de Bruno Latour par des « sections ». Je compte trois sections, à ce jour, qui s’organisent de la manière suivante : ma première section est en fait une liste d’idées ou de réflexions, par semaine, concernant le mémoire. La seconde correspond au quatrième carnet de Bruno Latour car elle va contenir les effets de ce que j’écris ainsi que les conseils de mes enseignants et de mon directeur de mémoire. Quant à la dernière section, celle-ci est, en fait, une « To-Do » liste qui me rappelle les questions que je dois poser ou que je dois me poser, les éléments à lire, les démarches à effectuer, etc.

Pour ce qui est de l’analyse de données et des articles, j’utilise un autre logiciel gratuit appelé « Mendeley ». Celui-ci me permet de classer les articles que je récupère en ligne, de récupérer les références bibliographiques (qu’il introduit dans un document Word, à la demande), de surligner le texte ou de prendre des notes sur le document. Bien qu’il existe sûrement de nombreux logiciels pouvant effectuer cela, celui-ci est pratique car il récupère automatiquement les données liées au document (comme l’auteur, la maison d’édition, etc.) et enregistre aussi la date de consultation sur le site Internet (ce que j’oublie personnellement de noter à chaque fois que je consulte un site pour une recherche académique…).

Enfin, je compte écrire, au fur et à mesure, sur un même document Word, des parties ou des rapports suite à la lecture d’articles afin d’éviter de m’éparpiller. Je compte y intégrer des parties de dossiers effectués dans mes cours actuels et qui sont en rapport avec mon sujet de mémoire. Ayant déjà écrit un « Research Project » lors de mon année en mobilité aux Etats-Unis, je sais que je suis plus efficace si je garde tout dans un même fichier.

En fin de compte, j’ai donc troqué les quatre carnets de Bruno Latour contre trois sections de notes, un logiciel et un document Word. Je ne suis pas sûre qu’avoir autant de carnets ou de parties consiste en un avantage mais ce système marche plutôt bien pour moi et me permet d’être bien plus organisée que je ne le suis d’habitude !

En vous souhaitant une agréable soirée et une bonne continuation dans votre mémoire !

Priscillia Mollard-Cadix

Etudiante ayant obtenue sa licence d'anglais mineure Français Langue Étrangère à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Actuellement en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde (option recherche) à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle.

More Posts