Archives de catégorie : ouvrir des carnets

présentation de billet

  • Le 1er billet s’appelle « chemin de recherche », qui est sous forme de journal de bord, il s’agit de présenter mon travail de préparation de recherche, mon sujet d’analyse, mon programme de travail qui me permet de bien organiser le temps et de réaliser la rédaction du mémoire étape par étape.
  • Le 2er billet nommé « l’espace conceptuel et théorique », proprement dit, cette partie sert à présenter les notions et les théories. Elles sont catégorie par l’ordre progressif en suivant strictement le plan de mémoire cela permet d’éviter la perte du temps si j’y consulte après. Cette partie est composé notamment des ressources fiables, des citations sur les grandes notions,
  • 3er billet, c’est pour les méthodes pratiques et les règles formelles à respecter pour la rédaction du mémoire. Le travail de la mise en forme prend beaucoup de temps et souvent pose un grand souci, notamment pour les non-natifs qui sont moins familiers avec les règles formelles du mémoire, surtout dans les citations et les bibliographies. Toutes les informations sont obtenues soit par la consultation des mémoires, soit par la note du cours.

mem215

Etudiante de M2 en Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Université Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Mes carnets de recherche

Mes carnets de recherche

Rédiger un mémoire est un travail plein d’intérêts, mais aussi plein de défis et d’incertitudes. Pour commencer ce grand processus, il est indispensable d’ouvrir des carnets de recherche.

Comme ce que Bruno Latour a proposé dans son ouvrage Changer de société. Refaire de la sociologie, « tout fait partie des données » (Latour, 2006 : 194), établir quatre catégories de carnets de recherche facilite l’enregistrement des données durant notre travail. L’auteur a consacré le premier carnet à un « carnet de bord de l’enquête », le deuxième sera un carnet de la « collecte de l’information », le troisième sera celui d’« essais d’écriture », alors que le dernier carnet sera pour « consigner les effets que le compte rendu rédigé a produits sur les acteurs » (ibid. : 194-196).

Inspirée des propositions de Latour, j’aimerais créer quatre types de carnets :

Premièrement, je voudrais créer un carnet intitulé « carnet de sources ». J’y mettrai tous les références utiles pour mon mémoire et je vais les classifier par ordre chronologique en utilisant des logiciels. Ainsi, je ne serais pas maladroite pour consulter les documents voulus.

Le deuxième, je le nommerais un « carnet de notes », qui se focalise sur les comptes rendus, mes commentaires et ma réflexion que je noterai après la lecture des documents importants. Ce carnet me permet de réfléchir sur les questions que je voudrais

Par ailleurs, un « carnet de terrain » sert à enregistrer tous les rendez-vous, les rencontres, les questionnaires, etc. J’y ajouterai également la comparaison entre ce que j’ai envie de faire et ce que j’ai réalisé, afin de mieux organiser mon prochain rendez-vous. Ce carnet, comme ce que Latour a mentionné, me donne un point de vue de « l’expérience artificielle » et me permet de savoir plus tard « comment l’étude a été conçue, quelles personnes ont été rencontrées » (ibid. : 195).

Pour finir, le dernier sera un « carnet de glossaire ». J’y mettrai tous les termes et leurs définitions concernant mon sujet de mémoire, de sorte que je pourrais m’appuyer sur des théories importantes tout au long de ma recherche, et mieux préparer ma soutenance de mémoire.

 

Bibliographie

Latour B. 2006. Changer de société. Refaire de la sociologie. Paris : Découverte, pp. 194–197.

Xue LI

Etudiante en Master 2 Didactique du français et des langues du monde à l’Université de Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

More Posts

Mes Carnets de recherche

Bruno Latour (2006) propose, dans son ouvrage intitulé Changer de société. Refaire de la sociologie, de construire quatre carnets au fur et à mesure de notre recherche : le premier porte sur les enquêtes et les travaux sur le terrain, le deuxième sur les bibliographies et références, le troisième est consacré aux essais d’écriture et le dernier à la confrontation des idées.

À la base de ses propositions, j’ai construit également 5 carnets et ils se sont organisés d’un ordre et d’une manière légèrement différents. Continuer la lecture de Mes Carnets de recherche

Hui

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et seconde à l’Université de Paris 3-Sorbonne nouvelle, option reccherche

More Posts

Des carnets pour rédiger toutes les données de la recherche

Pour réaliser une recherche il faut garder tout au long du processus les données qui sont la partie fondamentale de notre recherche. Ces quatre carnets de la recherche ne servent pas seulement à rédiger une bonne recherche mais aussi à garder toutes les traces de notre processus de recherche.
Mon premier carnet est consacré à l’enquête, afin de documenter les transformations pendant le déplacement sur le terrain, par exemple les rendez-vous et les réactions du public concerné.
Mon deuxième carnet a pour objectif de collecter et d’organiser les informations théoriques dans une catégorie de fichiers et de sous fichiers détaillés.
Mon troisième carnet met en valeur la rédaction effectuée sur le travail de terrain. Si on laisse la rédaction après le travail de terrain, notre recherche sera un rapport plein de clichés. Rédiger au fur et à mesure de notre enquête, cela nous permet d’avoir nouvelles idées originales et enfin notre propre expérience dans la recherche.
Il sera utile de posséder un quatrième carnet pour noter les réactions du public sur le compte- rendu de l’enquête pour voir la contribution de ce compte rendu sur la société ou le public concerné.
Bret, ces quatre carnets visent à motiver les jeunes chercheurs à écrire pendant toute la période limitée de la recherche et à défendre leurs idées pendant la soutenance puisqu’ils connaissent bien les étapes de la recherche.

Bibliographie :
LATOUR Bruno,(2006). Changer de société – Refaire de la sociologie, Paris, la Découverte, p. 194 – 195

IDRIS Yousif

Étudiant en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts

Follow Me:
Facebook

Mes carnets de recherche

La moindre chose peut nous faire réfléchir, la publicité dans le métro, le livre que nous lisons, les personnes que vous rencontrez dans la rue, tout ce qui se passe la vie pourrait être la source de nos inspirations. Mais si on n’écrit pas, ces inspirations disparaissent comme le vent qui s’en va sans laisser de trace. Dans Théorie du texte de Roland Barthes, Il expose l’importance de texte. Selon lui, « (le texte, c’est ce qui est écrit, il suscite la garantie de la chose écrite, dont il rassemble les fonctions de sauvegarde : d’une part, la stabilité, la permanence de l’inscription, destinée à corriger la fragilité et l’imprécision de la mémoire …Le texte est une arme contre le temps, l’oubli, et contre les roueries de la parole … ». Ce qui intéresse Barthes est plutôt l’œuvre, mais je trouve que sa théorie pourrait aussi être une révélation pour le travail de recherche.

En effet, on peut considérer le travail de recherche aussi comme un texte. Dans le cadre de recherche, il s’agit de noter toutes les données et notre trace de recherche. Etymologiquement, Texte veut dire Tissu. Les chercheurs sont comme des araignées qui construisent leur toile. Mais comment construire la toile ? Dans l’ouvrage, Changer de société. Refaire de la sociologie, en tenant compte du travail des sociologues, Bruno LATOUR montre l’importance de noter toutes sortes de données en écrivant des carnets divers pour accompagner la recherche. Il propose de créer quatre carnets dont chacun correspond à une fonction : Le premier carnet s’intitule « carnet de bord » destiné à l’expérience sur le terrain ; Le second carnet sert à recueillir les informations ; le troisième carnet est consacré à aux « essais d’écriture ad libitum » et le dernier carnet a pour but de noter les effets « produits sur les acteurs ».

En m’inspirant ses idées, et après avoir parcouru les carnets créés par mes camarades, je compte de tenir trois carnets pertinents pour moi au cours de ma recherche qui permettront de construire ma propre voile.

Le premier carnet que j’aimerais appeler « des idées vagabondes » servira à rassembler tout ce qui m’inspire autour de moi : les colloques, les conférences et les journées d’étude que je participe ; les rencontres avec mon directeur de recherche ; les discussions avec des enseignants, des camarades et des amis ; ou même des inspirations qui viennent des personnes que je rencontre dans la rue. Ces idées pourraient être en désordre et n’ont rien avoir avec ma recherche au premier regarde, mais le monde est comme un réseau où tout se connecte de façon implicite ou explicite. Certaines inspirations pourraient être inutiles pour l’instant, mais on ne sait jamais si un jour elles pourraient nous aider au futur. Et pour ne pas rater même la moindre inspiration, ce serait un carnet manuel que je peux apporter toujours sur moi et noter facilement mes inspirations.

Le deuxième carnet, que je nommerai « coin de lecture », comme son nom l’indique, il s’agit de toutes les lectures que j’ai faites au cours de ma recherche. Il est destiné à noter les résumés d’ouvrages/articles que je parcours, les extraits ou bien les citations importantes pour ma recherche, la prise de note de mes lectures. Et pour faciliter mon travail au futur, ces documents seront classifiés par ordre thématiques.

Le dernier carnet, je l’intitulerai « dossier génétique ». « Dossier génétique » est une notion issue de la génétique textuelle que Almuth Grésillon propose dans son ouvrage Éléments de critique génétique. Elle définit comme « un ensemble constitué par des documents écrits que l’on peut attribuer dans l’après-coup à un projet d’écriture déterminé dont il importe peu qu’il ait abouti ou non à un texte publié ». En empruntant cette notion, ce carnet est consacré à la rédaction du plan de mon mémoire, des réflexions que je porte sur le sujet ainsi que des problèmes que je rencontre et des doutes. Il est destiné en même temps à recueillir la rédaction de petits morceaux de mon mémoire. Rome ne s’est pas faite en un jour, il ne faut pas attendre jusqu’au dernier moment de rédiger tout le mémoire d’un seul coup. Dans cette perspective, ce carnet m’offrira un espace où je puisse rédiger quelques lignes chaque fois une idée me vient. Ces petits fragments serviront comme des pierres qui pourraient construire finalement ma pyramide-mon mémoire.

Bibliographies :
Roland Barthes, « Texte (théorie du) » in Œuvres complètes (O. C.), tome IV, éd. Éric Marty, Éditions du Seuil, Paris, 2002
Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 2006, p. 194-197.
Almuth Grésillon, Eléments de critique génétique, presses universitaires de France, Paris, 1994, P109

JIE Junlan

Etudiante chinoise en master 2 à l’Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

Mes carnets

Dans l’ouvrage Changer de société. Refaire de la sociologie, Bruno LATOUR expose l’importance et la façon de créer des carnets pour un travail de recherche, car « tout fait partie des données ». L’auteur propose quatre carnets dans cet ouvrage.

Je crée donc mes carnets pour mon mémoire final de master 2. Le premier carnet est un « carnet de lecture ». Dans ce dernier, des références, des citations ainsi que des analyses ou critiques seront notées. J’indiquerai également les pages et l’édition des ouvrages afin de construire une bibliographie complète.

Le deuxième carnet porte sur mon compte-rendu des colloques, des conférences et des journées d’étude concernant mon mémoire. En plus des ressources de Paris 3, je suivrai également les conférences dispensées par l’Inalco, qui en organise davantage pour un public chinois.

Le troisième carnet est destiné à l’analyse des corpus de mes élèves et de mes expériences professionnelles. Je suis actuellement professeur du FLE sur Internet et j’enseigne également le chinois aux francophones à Paris. Je progresserai la recherche de mon mémoire en analysant mes apprenants de langue.

Le quatrième carnet notera les rencontres et les propositions de mon directeur.

J’espère que les quatre carnets m’aideront à rédiger un mémoire plus logique et plus cohérent.

Jingjie

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts

CARNETS DE NOTES

Dans un article intitulé « orthographe » Voltaire formule la phrase suivante : « L’écriture est la peinture de la voix » (Voltaire, 2004, p. 109). Je trouve cette citation particulièrement pertinente, en effet, si la peinture reflète la beauté des paysages, l’écriture quant à elle exprime nos pensée intérieures et exalte nos sentiments, comme dirait Voltaire, « la peinture de notre âme. » (Voltaire, 2004, p. 109)

Continuer la lecture de CARNETS DE NOTES

TAOUS NADI

MASTER 2 Didactique des langues, spécialité Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

MES CARNETS

 

Le sociologue Bruno Labour nous propose une idée de construire une liste de carnets au cours d’un travail de recherche dans son ouvrage intitulé Changer de société. Refaire de la sociologie. Il nous indique la nécessité de catégoriser les différents carnets et de tenir un journal de tous les mouvements au fil des recherches pour donner accès une réflexion complète. Selon l’auteur, il faut tenir quatre carnets : le premier est le carnet de bord de l’enquête dans lequel seront notés les tâches réalisées au cours des terrains ; le second carnet est consacré à la collecte de l’information par ordre chronologique ; le troisième carnet est destiné à noter la réflexion et les idées arrivées par hasard. Au final, il faut tenir un quatrième carnet pour évaluer et conserver les effets produits sur d’autres auteurs.

Continuer la lecture de MES CARNETS

WEN Yuehan

Étudiante en Master 2 de Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

More Posts

Carnets de recherche : entre lectures, analyses et inspirations

Ma recherche explore, sous l’angle de la linguistique générale et de la didactique du FLE, la question d’appropriation de certaines structures grammaticales du point de vue théorique et les possibilités de didactisation de ces acquis théoriques. En m’inspirant des idées du sociologue B. Latour (Latour, 2006 : 194-197), je voudrais organiser mon travail de recherche et de rédaction de mémoire à l’aide de différents “carnets”. Le choix de la thématique de ces carnets est déterminé par les trois facteurs ci-dessous : Continuer la lecture de Carnets de recherche : entre lectures, analyses et inspirations

Ovodenko Mikhail

Etudiant en M2 « Didactique des langues » à l’Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Thèmes de recherche : didactique de la grammaire, approche sémantique de la grammaire, contextualisation du discours grammatical, linguistique générale, anthropologie linguistique.

More Posts

Carnets de recherche #1

« Vous pouvez parler dans tous les sens, si vous n’écrivez pas il n’y a pas de recherche. »

Voilà ce qu’a dit une enseignante en cours un matin en expliquant que c’était le fait d’écrire qui permettait à la pensée d’immerger. Or, depuis le début du séminaire de méthodologie des mémoires, je parle dans tous les sens, mais je n’écris pas. Pourtant je réfléchis beaucoup, mais comme je ne m’efforce pas à en garder systématiquement une trace écrite, j’oublie. C’est pourquoi aujourd’hui je rédige enfin ce billet sur mes choix de carnets d’après ceux que B. Latour décrit dans son ouvrage Changer de société. Refaire de la sociologie. Ses carnets, au nombre de quatre, sont les suivants : un « carnet de bord », un carnet de « collecte de l’information », un carnet d’ « essais d’écriture » et un carnet pour « consigner les effets produits sur les acteurs » de la recherche (Latour, 2006 : 194-197).

Continuer la lecture de Carnets de recherche #1

Rigaldie Pauline

Étudiante en M2 spécialité 1 « Didactique du français langue étrangère et langues du monde » à l’Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

More Posts

Carnetophilie

CARNETOPHILIE

Ou quels types de carnets de notes privilégier lors d’un travail de recherche ? 

À l’instar du sociologue Bruno Latour qui préconise la constitution de carnets pour accompagner le chercheur dans son travail, afin d’y consigner toutes choses utiles lors de la conduite d’un projet (2006 : 194-197), je me propose de constituer ma propre liste. Toutefois, chaque champ disciplinaire, chaque sujet ayant ses spécificités, les choix opérés pour une telle liste peuvent varier d’un chercheur à un autre, même si l’idée de base semble transposable partout. Ces carnets seraient en partie sur papier, mais reversés ensuite sur numérique, plus pratique pour s’y retrouver et créer des liens entre eux. Voici donc ci-après quelques idées pour l’assemblage de ma collection.

Continuer la lecture de Carnetophilie

Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

Des carnets qui me ressemblent

Dans son ouvrage intitulé Changer de société. Refaire de la sociologie, Latour propose de mener les recherches en notant toutes les tâches que l’on effectue : du mél qui peut sembler futile aux ouvrages composant la bibliographie. Il propose plus précisément d’utiliser quatre carnets pour y noter absolument tout, car selon lui « tout fait partie des données »i. Si cette méthode peut enchanter certains qui penseront y avoir trouvé le Saint Graal de l’organisation méthodique de la recherche, d’autres trouveront ces quatre carnets inutiles, dépassés. Nous avons tous notre manière de penser, d’agir, de fonctionner. Aussi, il est normal que nous trouvions à discuter de ces fameux carnets.

Pourquoi quatre carnets ? Pourquoi pas trois ou cinq ? Pourquoi tout noter ? Pourquoi noter tout simplement, certains écrivains ne font bien qu’un seul jet de leur manuscrit et le chercheur est sans aucun doute possible un écrivain.

Continuer la lecture de Des carnets qui me ressemblent

Caroline A.

Étudiante en Master 2 de Didactique du Français langue étrangère et Langues du monde à l’Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III.

More Posts

Quatre carnets : l’histoire sans fin…

Actuellement en master 2 option recherche, je me prépare dès le début du premier semestre de rédiger mon mémoire de recherche d’environ cent pages. Comme dit une phrase ancienne chinoise, « les commencements sont toujours pénibles », je me trouve dans la plus complète perplexité. En suivant des instructions de Bruno Latour, je commence mon mémoire par quatre carnets.

Selon Latour, « tout fait partie des données »[1], je note tout ce qui m’intéresse dans mon premier carnet. Plus précisément, je prends une trace des événements dans la vie, par exemple, des séminaires à l’université, des colloques, des rencontres culturelles, des livres intéressants, des phrases, des films, etc.

Le deuxième carnet de la forme électronique se consacre aux comptes rendus de lecture et à la bibliographie. Cela est considéré comme une grande source de support théorique mon mémoire. Vu que je rédige mon mémoire à l’aide d’ordinateur, ce carnet est fait directement dans mon ordinateur.

Ainsi, j’ai troisième carnet pour garder toutes les idées personnelles ayant dans la tête. Parfois, des inspirations viennent et partent tellement vite que je dois les noter immédiatement. Ces idées peuvent être en français, en anglais ou en chinois, ma langue maternelle.

Le quatrième carnet appartient à note des entretiens avec mon directeur de mémoire, ainsi que les échanges avec autres professeurs. Cela me permet de modifier mes idées et perfectionner la problématique et le plan du mémoire.

À l’aide de ces quatre carnets, j’ai confiance en soi d’accomplir mon mémoire de recherche en fin d’année scolaire.

BIBLIOGRAPHIE

Bruno Latour, Changer de société, refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, « Armillaire », 2006, p. 195.

[1] Bruno Latour, Changer de société, refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, « Armillaire », 2006, p. 195.

Ruoxuan Zhang

Etudiante chinoise
Master 2 à l’Université Sorbonne Nouvelle (Paris 3), Spécialité 1 : Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A : recherche.
Master 1 à l’Université Nice Sophia Antipolis, Spécialité : Didactique du Français Langue Étrangère, Seconde et Maternelle (FLESM)

More Posts

Carnets

Au chapitre cinq de son ouvrage Changer de société, Refaire de la sociologie,  Bruno Latour décrit comment organiser la collecte d’informations pour ensuite manipuler plus aisément ces données.  Afin de réaliser un bon travail de recherche l’auteur nous conseille de classer l’information dans quatre carnets parce que tout fait partie des données.

Ainsi, selon Bruno Latour le premier carnet doit contenir toutes les métadonnées liées aux travaux de recherche, par exemple, le calendrier de tous les évènements qui sont en rapport avec la recherche. Le deuxième carnet selon l’auteur doit contenir de l’information récoltée et classée de façon chronologique. Dans le troisième carnet, Bruno Latour conseille de rassembler des essais d’écriture ad libitum. Le dernier carnet est consacré à la confrontation d’idées.

En ce qui concerne le traitement de l’information, je suis tout à fait d’accord avec l’auteur. Bruno Latour construit son analyse à partir de sources et arrive à la confrontation d’idées sans bruler les étapes. Néanmoins, je n’utilise pas plusieurs carnets pour classer mes données. Par exemple, pour les métadonnées et l’information récoltée, j’utilise un dossier créé directement dans ma messagerie. A mon avis, c’est très utile car aujourd’hui on communique beaucoup par courrier électronique et on fait des recherches bibliographiques en ligne. Pour mes notes écrites j’utilise un carnet.

 

 

Bibliographie

Bruno Latour, Changer de société, Refaire de la sociologie, La découverte, Paris, 2006.

 

Marie T.

M2 Didactique des langues

More Posts

Les carnets et leur utilité dans la recherche

 

Dans le monde de la recherche en général, et celui des études en particulier, on est amené à traiter toute sorte de thématiques.  Chez l’étudiant, c’est le projet de fin d’études qui symbolise le couronnement de son cursus universitaire. Ceci est le fruit d’un dur labeur et des mois de recherches théoriques et de pratiques sur le terrain pour parvenir à produire un travail de qualité.

Plusieurs outils sont à la disposition de l’étudiant chercheur. Ce qui nous intéresse ici, c’est l’utilité des carnets. Toutefois, il est indispensable de définir ce qu’on veut dire par « carnet » et de préciser qu’il en existe plusieurs.

Le carnet est souvent utilisé lors des enquêtes effectuées sur le terrain où « l’enquêteur » se doit de relevé des informations qui l’intéressent dans sa recherche et qui apportent de nouveaux éléments à son compte rendu. Toute forme d’informations est à prendre au sérieux puisqu’il est important de se faire à l’idée que tout peut servir, d’une manière ou d’une autre.

Bruno Latour présente alors quatre sortes de  carnets qui sont, selon moi, complémentaires et suivent un ordre bien logique.

Le carnet de bord est le premier carnet à être mentionné par l’auteur et qui ressemble à un agenda qui suit le chercheur depuis le début de son enquête sur le terrain. Le second étant celui de la collecte d’information et de son organisation. Il s’agit de classer les données en ficher et sous-ficher afin de mieux se repérer. Le troisième carnet se focalise notamment sur l’écriture où les mots deviennent des phrases et les phrases deviennent une concaténation de paragraphes portant des idées cohérentes. Pour finir, le dernier carnet est plutôt un récapitulatif de ce que les autres carnets contiennent et de ce fait, se permet de vérifier certaines informations et leurs impacts sur notre recherche. Il s’agit d’un compte rendu qui résume notre enquête.

Pour ma part, j’ai eu affaire à ce type de pratiques lors de mon mémoire de master en Didactique de la traduction que j’ai obtenu en 2014. Mais étant donné du caractère très théorique de ma recherche. Je n’ai eu que des mini-enquètes et qui ne m’ont pas menées à grande choses. Cela dit, j’ai senti la nécessité d’utiliser des fiches pour collecter efficacement les informations dont j’avais besoin. Le principe était de consulter des livres de spécialité et d’emprunter les données utiles à ma recherche.

Comment ?

Lorsque je me trouvais devant un énoncé qui m’intéressait, je faisais une fiche comportant les données suivantes :

  • Titre du livre :
  • L’auteur :
  • L’énoncé qui m’intéresse :
  • Reformulation :
  • Dans quelle partie de ma recherche j’en aurai besoin :
  • Page du livre où figue l’énoncé :

C’est une pratique comme une autre que j’ai apprise au cours de l’un de mes enseignements qui s’intitulait « méthodologie de recherche et de documentation ».