Archives de catégorie : ouvrir des carnets

Carnets

Au chapitre cinq de son ouvrage Changer de société, Refaire de la sociologie,  Bruno Latour décrit comment organiser la collecte d’informations pour ensuite manipuler plus aisément ces données.  Afin de réaliser un bon travail de recherche l’auteur nous conseille de classer l’information dans quatre carnets parce que tout fait partie des données.

Ainsi, selon Bruno Latour le premier carnet doit contenir toutes les métadonnées liées aux travaux de recherche, par exemple, le calendrier de tous les évènements qui sont en rapport avec la recherche. Le deuxième carnet selon l’auteur doit contenir de l’information récoltée et classée de façon chronologique. Dans le troisième carnet, Bruno Latour conseille de rassembler des essais d’écriture ad libitum. Le dernier carnet est consacré à la confrontation d’idées.

En ce qui concerne le traitement de l’information, je suis tout à fait d’accord avec l’auteur. Bruno Latour construit son analyse à partir de sources et arrive à la confrontation d’idées sans bruler les étapes. Néanmoins, je n’utilise pas plusieurs carnets pour classer mes données. Par exemple, pour les métadonnées et l’information récoltée, j’utilise un dossier créé directement dans ma messagerie. A mon avis, c’est très utile car aujourd’hui on communique beaucoup par courrier électronique et on fait des recherches bibliographiques en ligne. Pour mes notes écrites j’utilise un carnet.

 

 

Bibliographie

Bruno Latour, Changer de société, Refaire de la sociologie, La découverte, Paris, 2006.

 

Marie T.

M2 Didactique des langues

More Posts

Les carnets et leur utilité dans la recherche

 

Dans le monde de la recherche en général, et celui des études en particulier, on est amené à traiter toute sorte de thématiques.  Chez l’étudiant, c’est le projet de fin d’études qui symbolise le couronnement de son cursus universitaire. Ceci est le fruit d’un dur labeur et des mois de recherches théoriques et de pratiques sur le terrain pour parvenir à produire un travail de qualité.

Plusieurs outils sont à la disposition de l’étudiant chercheur. Ce qui nous intéresse ici, c’est l’utilité des carnets. Toutefois, il est indispensable de définir ce qu’on veut dire par « carnet » et de préciser qu’il en existe plusieurs.

Le carnet est souvent utilisé lors des enquêtes effectuées sur le terrain où « l’enquêteur » se doit de relevé des informations qui l’intéressent dans sa recherche et qui apportent de nouveaux éléments à son compte rendu. Toute forme d’informations est à prendre au sérieux puisqu’il est important de se faire à l’idée que tout peut servir, d’une manière ou d’une autre.

Bruno Latour présente alors quatre sortes de  carnets qui sont, selon moi, complémentaires et suivent un ordre bien logique.

Le carnet de bord est le premier carnet à être mentionné par l’auteur et qui ressemble à un agenda qui suit le chercheur depuis le début de son enquête sur le terrain. Le second étant celui de la collecte d’information et de son organisation. Il s’agit de classer les données en ficher et sous-ficher afin de mieux se repérer. Le troisième carnet se focalise notamment sur l’écriture où les mots deviennent des phrases et les phrases deviennent une concaténation de paragraphes portant des idées cohérentes. Pour finir, le dernier carnet est plutôt un récapitulatif de ce que les autres carnets contiennent et de ce fait, se permet de vérifier certaines informations et leurs impacts sur notre recherche. Il s’agit d’un compte rendu qui résume notre enquête.

Pour ma part, j’ai eu affaire à ce type de pratiques lors de mon mémoire de master en Didactique de la traduction que j’ai obtenu en 2014. Mais étant donné du caractère très théorique de ma recherche. Je n’ai eu que des mini-enquètes et qui ne m’ont pas menées à grande choses. Cela dit, j’ai senti la nécessité d’utiliser des fiches pour collecter efficacement les informations dont j’avais besoin. Le principe était de consulter des livres de spécialité et d’emprunter les données utiles à ma recherche.

Comment ?

Lorsque je me trouvais devant un énoncé qui m’intéressait, je faisais une fiche comportant les données suivantes :

  • Titre du livre :
  • L’auteur :
  • L’énoncé qui m’intéresse :
  • Reformulation :
  • Dans quelle partie de ma recherche j’en aurai besoin :
  • Page du livre où figue l’énoncé :

C’est une pratique comme une autre que j’ai apprise au cours de l’un de mes enseignements qui s’intitulait « méthodologie de recherche et de documentation ».

Les trois passerelles pour traverser les frontières de mémoire

 

Quand j’étais étudiante à l’université et lors d’un cours de production écrite, une de mes professeurs de français nous rappellait souvent l’importance d’un plan de travail avant l’étape de rédaction d’un sujet, elle nous disait que : « un travail sans plan c’est comme si on monte dans un avion sans savoir où on va », elle insistait à l’idée de la nécessité d’un plan en soulignant que ce dernier : « est comme un fantôme qui nous suit partout » non seulement dans la processus de rédaction, mais aussi dans toute la vie.

Depuis ce jour-là, je suis consciente de la nécessité de plannifier n’importe quel travail et même de la division de ce dernier en quelques parties qui facilite à son tour la processus de rédaction.

Dans l’œuvre de BRUNO Latour « changer de société, refaire de la sociologie », l’écrivain nous propose quatre carnets afin qu’ils nous aident à la rédaction de mémoire.

Selon Latour, le premier carnet nomé « carnet de bord » sert à documenter les événements que nous rencontrons au cours des terrains :[les rendez-vous, les avis des autres face à l’enquête, l’expérience du terrain, les difficultés rencontrées,…etc.

Le seconde carnet doit contenir la collecte des informations qui sont classées par ordre chronologique en les classifiant par catégories diverses.

Le troisième carnet de Latour vise l’écriture des mots, des phrases et des idées qui semblent pertinentes et nécessaire pour l’écriture de sa thèse.

Le quatrième et le dernier carnet proposé par Latour, a pour objectif de relier les effets produits par le compte rendu sur des acteurs performatifs.

Après la lecture de l’organisation des carnets fait par Latour, je me suis reposée sur mes propres réflexions sur la manière dont je vais plannifier mes propres carnets.

J’ai donc décidé de travailler sur trois champs(carnets) :

-le premier carnet est « horloge-agenda » qui sert à me rappeler les rendez-vous avec ma directrice de mémoire, les dates prévues pour rédiger des chapitres sur mon mémoire, les jours que j’ai choisi pour aller à la bibliothèque afin de consulter des livres, les jours de consultations des mémoires rédigés par des chercheurs…etc

-Le deuxième est intitulé « agrafeuse » qui est pour objectif de collecter des informations(un travail de documentation), des articles lus, des œuvres, des interviews, des contacts avec des profs des langues, des colloques aux quels j’ai assisté…etc

-Le dernier carnet porte le nom de « petits pas », cette partie vise la pratique ; la rédaction des phrases, des paragraphes qui me semblent pertinents pour mon mémoire. Je peux raconter des expériences concrètes et vivantes, des problèmes rencontrés, noter tous les commentaires de ma directrice de mémoire, développer toutes les idées qui tombent du ciel, écrire des réflexions personnelles vis-à-vis de mon sujet de mémoire, des expériences vécues.

J’ai pris l’habitude de noter tout sur des carnets papier que je trouve très pratique (des fois j’ai l’inspiration quand je suis dans des endroits différents, par exemple : dans la rue, dans un bus, un métro, un super marché ou même quand je discute avec mes amis, alors le fait d’avoir ces petits carnets papier avec moi m’évite de ne pas perdre les idées qui me viennent à la tête même si elles ne sont pas développées.

Parailleurs, l’intérêt des carnets est que lors de la processus d’écriture, on se sent à l’aise comme si on écrivait dans son journal intime, le seul endroit où il n’ya ni d’interdit ni de loi où tout est permis, où on ne craint pas l’erreur, on a plutôt le droit à l’erreur afin de s’améliorer et d’avancer.

Prenons le cas d’un enfant qui apprend à marcher et à chaque foi qu’il essaie de se lever il tombe , mais qu’il n’abandonne jamais. Comme le dit David LAROCHE, un coach, conférencier et jeune prodige de la confiance en soi « …les gens attendent une grande réussite pour célébrer….un enfant fait au moyen deux milles essais pour apprendre à marcher… » et c’est  le  vrai sens de réussite pour lui.(les tentatives de marche).

Enfin, grâce à mes trois carnets, je vais passer à l’action de la rédaction de mémoire sans attendre d’être parfaite.

 

Bibliographie :

Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, « Armillaire », 2006, p. 194-197

 

 

Sumaia ELGAMRI

Etudiante de Master2 Didactique du français et langues du monde.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Un bloc-notes, des bloque-notes ?

On ne va pas se mentir, à ma première lecture du chapitre « Retour aux fondamentaux : une liste de carnets » du livre Changer de société. Refaire la sociologie. (Paris, La Découverte, 2006, pp. 194-197) de Bruno Latour, j’ai été très sceptique. Écrire dans plusieurs blocs-notes, moi qui ai tant de mal à ne pas m’éparpiller? Ça me bloque, ça me tétanise. Quelle est cette méthode qui nous demande de n’omettre aucun détail, le plus insignifiant soit-il ? Si c’est le fouillis à l’intérieur de ma tête, quel est l’intérêt de reproduire ce même désordre à l’écrit?

J’ai donc préféré m’en tenir à mon idée de départ qui consistait à ne mettre par écrit que les différents points abordés dans les lectures, les colloques et les séminaires ayant un rapport direct avec mon sujet de mémoire. Après tout, si un mémoire est un compte-rendu « risqué », qu’il le soit aussi en amont ! Nul besoin de suivre la proposition de Latour, n’est-ce pas ?

Oui. Sauf que je me suis vite rendue compte de la pertinence de cette dernière. Malgré le fait que j’étais bien décidée à ne pas suivre son modèle, la lecture de celui-ci a inconsciemment changé ma façon de voir les choses. Des facteurs parallèles à la création de mon mémoire, tel que la réaction de mon entourage vis-à-vis de mon sujet, ont pris bien plus d’importance qu’ils ne l’auraient eu si je n’avais pas lu Bruno Latour.

L’impact de mon entourage a été tel que j’ai fini par ne plus être motivée par mon sujet de mémoire initial : « La place et le rôle de l’imaginaire dans l’apprentissage et l’enseignement d’une langue ». En effet, ce qui est le plus ressorti parmi mes proches, mes professeurs et mes camarades de classe, c’est que mon sujet était soit trop large soit ce qu’on peut qualifier de vu et de revu. À ce stade-là, je n’étais plus sûre de rien. Allais-je réellement pouvoir y apporter quelque chose de nouveau…? C’est pourquoi, j’ai pris la décision tardive mais nécessaire de m’en éloigner légèrement et de centrer mon sujet de mémoire sur une autre problématique que je développerai dans mon prochain billet.

Sans la méthodologie de Latour, je ne pense pas que j’aurais eu cette réflexion. Je pense avoir compris qu’un mémoire ce n’est pas seulement un contenu et des sources, c’est aussi tous les facteurs extérieurs qui vont venir façonner ce contenu. J’ai donc décidé de reprendre tels quels les quatre carnets qui sont mentionnés dans son chapitre, à la différence près qu’ils seront tous intégrés dans un seul et unique bloc-notes que j’aurais à ma disposition et qu’ils y seront minutieusement compartimentés par un système de couleurs.

De cette façon, ma fâcheuse manie à m’éparpiller sera amoindrie et cet unique bloc-notes incarnera ma nouvelle façon d’appréhender le mémoire : Un écrit unique et multiple à la fois.

Bibliographie

Latour B. (2006) , Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, pp. 194-197.

N.Kalidi

Étudiante en Master 2 de Didactique du FLE et Langues du Monde à la Sorbonne Nouvelle. Titulaire d'une licence d'Anglais & d'Allemand et d'un DU d'enseignement complémentaire du Français langue étrangère.

More Posts

Réaliser un mémoire de recherche : première étape « s’organiser ».

« Tout fait partie des données », cette phrase se trouve dans l’introduction au chapitre Retour aux fondamentaux : une liste de carnet. Selon Latour, tout ce qui arrive durant la période de l’enquête est important à sauvegarder. Cette façon de travailler me semble fructueuse car elle permet de classer les informations dans des catégories précises et d’y faire appel au moment opportun. Je dois dire que l’année dernière, j’ai trouvé quelques difficultés à organiser mes données, je ne connais pas Latour ni son livre « changer de société : refaire de la sociologie », j’ai donc mis toutes mes données dans un seul sac, ce qui fait qu’à chaque fois que je devais utiliser une information, il était nécessaire de fouiller dans tout le sac. Cette année après avoir entendu Mr Martin parler de ces fameux quatre carnets et après avoir lu le chapitre « Retour aux fondamentaux : une liste de carnets », j’ai décidé d’adopter cette méthode et d’avoir les quatre carnets et surtout de noter tous les jours de nouveaux éléments sur l’état d’avancement de ma recherche.

 

A présent, je ne connais pas encore mon directeur de recherche. Néanmoins, j’ai commencé à noter ce qui me semble intéressant pour mon projet de recherche. Je vais donc faire dans ce qui suit un petit compte rendu de la façon dont je compte organiser mes données dans les quatre carnets.

 

Etant donné que mon terrain d’étude se trouve dans le milieu universitaire, j’ai pu écrire quelques éléments dans mon premier carnet, ce carnet je le consacre à l’étude du terrain, aux rendez-vous avec ma directrice/eur de recherche. Bref, à toutes les situations auxquelles je serai confrontée dans mon terrain. Ce carnet que j’ai intitulé « Journal de terrain » va être enrichi au fur et à mesure que j’avance dans ma recherche. Latour préconise de bien organiser ce carnet de sorte que même des années plus tard on pourra le réutiliser s’il y a nécessité. « Il faut que même des années plus tard, il soit possible de savoir comment l’étude a été conçue, quelles personnes ont été rencontrées, quelles sources ont été consultées, etc..le tout étant précisément daté ». (Latour, 2006 : 195)

 

Mon deuxième carnet, je vais le consacrer à la collecte d’informations. Dans ce carnet, se trouveront les informations utiles à l’élaboration de mon mémoire. C’est-à-dire des résumés d’articles sur la problématique de ma recherche, les informations intéressantes que je trouve dans les livres, ainsi que les comptes rendu des colloques ayant une relation avec mon thème de recherche. Dans ce carnet que j’ai intitulé « classeur d’informations », il faut absolument comme le conseille Latour (2006,195) de classer les idées par « ordre chronologique » afin de pouvoir les grouper dans des sous-catégories spécifiques.

 

Enfin, je dois dire ici que le troisième carnet est le plus important dans le sens où il représente une ébauche voire un pas vers le travail final. J’ai donné à ce cahier le titre de « Ebauche d’une réflexion et mise en relation ». Dans ce cahier, je vais m’entraîner à écrire les principales idées, les différents commentaire et résumés et surtout essayer de mettre en relation ce qui a été observé sur le terrain de ma recherche et les travaux lus jusqu’à présent sur le  thème de ma recherche puisque d’après ce sociologue il n’y a pas de différences entre l’enquête et l’écriture. Les deux activités doivent s’effectuer au même moment d’après Latour.

 

Le quatrième et dernier cahier, je l’ai intitulé « Effets de ma recherche sur les enquêtés ». J’ai donné ce titre à ce cahier afin d’aller dans le même sens que Latour. Pour ce dernier, le quatrième cahier doit contenir « les effets que l’activité du chercheur aura provoqué sur les acteurs du terrain. » (Latour, 2006). Evidemment, ce cahier permettra au public interrogé de savoir ce que l’on a rédigé à leur propos et de commenter cela. Mais comme dit Latour, « cela ne veut dire que ceux qui ont fait l’objet de l’étude ont le droit de censurer ce que l’on a écrit à leur propos ». Donc, ce cahier ne prendra forme qu’à partir du moment où je commencerai à me rendre sur le terrain.

 

Tassadit Toumert

Diplôme Approfondi de Langue Française (DALF C1), Diplôme de Professeur de Français Étrangère à L'ENS D'Alger, Diplôme de Maîtrise en Sciences du langage à (ILPGA) Sorbonne-Nouvelle Paris 3. Préparation d'un M2 en Didactique du FLE et langues du monde (Sorbonne Nouvelle Paris 3)

More Posts

D’ici commence l’odyssée de l’écriture

©JaveriaKHAN
©JaveriaKHAN

 

C’est finalement l’heure de commencer la rédaction d’un mémoire. C’est un voyage long et rébarbatif – une odyssée qui va nous amener d’un point de départ à une destination, que l’on espère fertile. Cette odyssée est délicate et laborieuse. Mais comme on dit dans mon pays, si on doit casser un fagot de brindilles, il vaut mieux les casser une par une. Donc, la première brindille est en l’occurrence le commencement de la recherche – la collecte des données. Pour cela, le sociologue, anthropologue et épistémologue français, Bruno Latour nous montre le chemin à suivre.

La méthode de Bruno Latour est basée sur la collecte des données pour la recherche par l’intermédiaire des carnets (quatre carnets en total).

Bruno Latour part du principe que « tout fait partie des données ». Il propose l’usage de quatre carnets qui permettent d’organiser et de structurer les données et de tenir compte de l’évolution de la recherche.

Le premier carnet : c’est un agenda-calendrier.

Le deuxième  carnet : sert à collecter des informations (idées, références, etc).

Le troisième carnet : est consacré aux essais d’écriture.

Le quatrième carnet : est l’espace pour les réflexions issues des retours et réactions des autres.

En appliquant la méthode de Bruno Latour pour ma recherche, j’ai créé des carnets sous forme de cahiers et des carnets électroniques pour le recueil des données pendant la rédaction de mon mémoire.

  • Les cahiers sont utilisés quand je consulte des ouvrages dans les bibliothèques et pour la prise de notes, des éléments ou des pensées importantes, qui, pour un chercheur au rédacteur puisse venir à l’esprit sur le champ. D’autres cahiers pour prendre des notes pendant des colloques.

RQ : Les colloques sont très importants pour le développement des idées liées à un mémoire.

  • Les cahiers électroniques sont sous forme des documents numériques (fichiers Word), on peut les considérer comme des brouillons pour le travail ou pour les premiers essais. J’ai commencée tout d’abord par un plan (sommaire), une introduction et les noms des chapitres. Ensuite j’ai rempli les parties avec des données que j’ai déjà trouvées lors de ma recherche.

Au cours de temps et avec l’avancement de recherche, il y a des modifications dans les documents (ajout/suppression). A chaque fois que je fais des changements je sauvegarde le nouveau carnet électronique (document) sous un autre nom,

Par exemple : si mon premier carnet électronique a comme nom « mon mémoire 1 », après les modifications, je le sauvegarde sous le nom « mon mémoire 2 », et puis « mon mémoire 3 » et ainsi de suite.

Le dernier carnet donc est le plus proche de ce que j’ai envisagé et qui contient des corrections, des raffinements et des améliorations.

Le premier carnet ou le point de départ est le plus long parmi tous le carnets d’où il contient le recueil des données. Je ne l’efface jamais, Car c’est mon coffre de trésor, Dedans on trouve les outils vastes. C’est mon varia de toutes les données (les articles, les sites de web, les livres, les citations…)

Même pendant la rédaction de ce billet, je m’astreins à l’utilisation de la méthode Bruno Latour en créant d’autres carnets électroniques pour sauvegarder toutes les idées qui font lien à mon mémoire ou des autres billets qui me viennent à l’esprit.

 

Bibliographie :

Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, « Armillaire », 2006, p. 194-197

 

Javeria

Etudiante en M2 Didactique de Français Langue Etrangère, Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Allons voir si…

Faire face à un mémoire effraie. Le mot RECHERCHE me fait peur. Je me pose toujours des tas de questions : Suis-je capable d’en entamer une ? Pourrais-je contribuer à développer un axe intéressant ? Quelle méthodologie utiliser ? Comment affiner un sujet qui se voudrait trop vaste ? Comment respecter la rigueur scientifique en innnovant ?

Pour moi, passionnée des reherches et des découvertes, il est vraiment difficile de m’asseoir réfléchir sur la recherche, à tel point que je l’évite parfois. Paradoxe ? Je pense que c’est une réaction à des pratiques mal menées par des institutions où j’ai travaillé. Je viens d’un pays hispanophone (Cuba) où la recherche en FLE existe mais sans trop faire attention à ce qui se fait en général dans des contextes francophones.

Dans le Département de FLE de la Faculté des langues étrangères de l’Université de La Havane, une fois diplômé, si l’on décide de travailler comme enseignant, on est censé être directeur de mémoire des étudiants qui sont en 3ème, 4ème ou 5ème année de la licence. Trop compliqué ! Moi, je continue à me dire : comment je peux ‘guider’ les autres si moi, je dois me former et maîtriser les outils et méthodologies de recherche ? Mais, bon. Ce sont des directives.

Et me voilà, arrivée en France 4 semaines après la rentrée ! Pour moi, le fait d’être ‘guidée’ et de compter sur les échanges des autres étudiants est une très bonne idée. Je n’avais jamais entendu parler des 4 carnets que propose Latour, mais ils pourraient m’aider dans mes recherches.

1er carnet: Mon journal intime recherche

2e carnet: Tout noter

3e carnet: Prendre la plume

4e carnet: Rétroactions

Voilà ce qui m’arrive souvent : trouver d’autres pistes de réflexion à ce que j’entends par mon sujet de base. Ayant reçu une formation assez éclectique, je souhaite répondre à plusieurs questionnements. Je pense que ces carnets vont m’aider à mieux distinguer les idées les plus pertinentes (celles à développer dans le cadre de cette recherche) de celles à remettre à plus tard.

Bibliographie

Latour B. (2006) , Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, col. «Armillaire », pp. 194-197.

C’est parti, mon voyage d’écriture !

 

Dans le chapitre 5: « Rédiger des comptes rendus risqués » de son livre, Changer de société. Refaire de la sociologie(Paris, La découverte, 2006, p. 194-197), Bruno Latour nous propose de tenir quatre carnets durant le travail de recherche et la rédaction d’un mémoire.

En effet, « Rédiger le mémoire » est un sujet fastidieux qui est encore accompagné dans ma tête d’un point d’interrogation. Cependant, je suis consciente que je dois absolument chasser mes doutes et c’est pourquoi j’ai décidé de considérer cela comme une chose plaisante dans ma vie, avec laquelle je peux m’amuser. Personnellement, j’adore découvrir de nouveaux horizons, comme un voyage d’aventure! Donc, il est temps de mettre un peu de voyage dans ma recherche de mémoire.

Le premier carnet, tout d’abord, je vais l’appeler : « planning »

En général quand on voyage, on se pose des questions essentielles avant le départ: où je pars?, pour combien de temps?, comment j’organise mon voyage?, etc. Puis, on se prépare au fur et mesure jusqu’au jour du départ. Ce premier carnet, donc, me permet de noter et planifier les informations et les enquêtes comme un agenda de voyage.

Le deuxième carnet s’appelle: « faire son sac »

Pour le voyage, il n’y a pas de moment précis pour décider de partir. Je dirai que c’est un voyage improvisé. Mais il est nécessaire d’avoir une organisation au préalable: que dois-je emmener dans mon sac à dos? Puis, on se fait une liste de ce qu’on veut emporter. On peut y mettre plusieurs choses, comme par exemple, des vêtements, des chaussures, des médicaments, une pochette multimédia(appareils et chargeurs, etc). On les met et les range bien, chaque chose à sa place, dans son sac à dos. Donc je vais collecter et classifier les données trouvées, en réfléchissant sur la recherche, dans mon deuxième carnet.

Le troisième carnet: « traces de pas »

Dès qu’on arrive à destination, que fait-on? On se réveille un beau matin dans un espace inconnu. Puis, on se balade et commence à réaliser que la vie a d’autres couleurs que celles qu’on lui connaissait. On passe à une perspective de touriste et on ne voit plus le monde de la même façon. Personnellement quand je voyage, je fais défiler la carte le soir après être rentrée dans ma chambre et j’y indique le trajet que j’ai parcouru la journée. Je laisse donc les traces de pas sur la carte pendant mon voyage. Mon troisième carnet me permettra donc de noter des idées conçues, des expressions, des paragraphes pour ne pas les oublier rapidement.

Enfin, le quatrième carnet: « tampons de passeport »

Mon père travaille à l’étranger depuis longtemps. Quand j’étais petite, je me souviens qu’il me montrait son passeport avec plusieurs tampons en couleurs qu’il a reçus lors de ses voyages à l’étranger en racontant les histoires qu’il a vécues. Pendant ces moments-là, il a partagé sa vie et ses expériences avec sa petite fille(moi) et il m’a permis de vivre aussi des expériences nouvelles comme lui et de me lancer de nouveaux défis. En plus, il m’a appris qu’il n’y a pas de peurs que l’on n’est pas capable de surmonter et il m’a donné une confiance en moi-même pour le voyage. Avec mon quatrième carnet, je noterai tous les effets que j’ai obtenus, des conseils et des commentaires pour développer la rédaction de mon mémoire.

Quand on voyage, on devient une tortue qui porte son domicile. C’est son sac à dos. Donc je vais toujours garder mon carnet de recherche à portée de main comme une chose précieuse – mon sac à dos de voyage.

 

Bibliographie:

LATOUR, Bruno, 2006, Changer la société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, p. 194-197.

Minji YOO

Etudiante en master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Paris 3

More Posts

Débit de données: énorme. Risque de perte de détails essentiels: considérable. Alors, classons nos données!

Entreprendre un travail de recherche est si complexe et demande autant de la part du chercheur qu’au moment de commencer il est indispensable de bien organiser les données reçues tout au long de la réalisation du projet. En effet, le débit d’information reçue à partir du moment où l’on commence une recherche est considérablement important et il faut être préparé pour savoir le gérer. Latour (2006) propose l’utilisation de ce qu’il nomme « carnet » comme moyen de stockage et classement de l’information d’entrée de la recherche pour faciliter au chercheur son futur travail de synthétisation et organisation des données. Particulièrement, je considère que la mis en pratique de cette démarche de classement de données permet de gagner du temps dans la recherche puisqu’on sera sûr et certain d’où on a gardé les informations et de ne pas perdre le moindre détail qui puisse être bénéfique pour notre recherche. A vrai dire, il y a quelques années, lors de la conception, développement et finition d’une recherche dans le domaine du FLE, j’ai eu la chance et le défit de travailler avec des données orales à travers des enregistrements audiovisuels des sessions de classe et je notais tout ce qui se passait dans la classe dans un « diario de doble entrada » (Villalobos, 1999) ou journal de double entrée avec des informations précises recueillies de la classe et à côté droit mes impressions et celles que je pouvais percevoir des participants . J’avoue que la collecte, le classement, la synthétisation et la systématisation de ces données recueillies pendant un semestre m’ont enseigné qu’il ne faut jamais oublier de noter le moindre détail et que des fois cette collecte doit être renforcée par deux caméras si possible afin d’éviter la perte de données importantes qui donneront lieu à des commentaires dans les limitations trouvées dans la recherche et les implications dans le traitement des données et les résultats. Pour cette raison, la proposition de Latour (2006) de quatre carnets 1 Carnet de Bord, 2 Carnet de collecte d’information, 3 Carnet d’essais d’écriture et 4 Carnet des effets sur l’autre de notre recherche me semble pertinente et essentielle pour mener à bien notre recherche avec le moins de risques de perte de données indispensables possibles.

Latour B., Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 2006.

Villalobos, J., La investigación cualitativa y algo más… Teoría y práctica en las lenguas extranjeras. Venezuela: Talleres Gráficos, ULA, 1999.

MORENO Grecia

Diplômée en Langues Modernes, MSc. en Enseignement apprentissage des langues étrangères (Mérida-Venezuela). M1 en Didactique du FLE, M2 en Didactique du FLE et langues du monde (Sorbonne Nouvelle Paris 3)

More Posts

Écrire son mémoire, qu’est-ce que cela implique et comment s’organiser?

Écrire son mémoire est, d’après la formation que j’ai reçue jusqu’à présent en didactique des langues, une étape durant laquelle un enseignant en formation développe sa facette de chercheur, et par conséquent, travaille dans le but faire un apport à son domaine d’études.

L’idée d’écrire son mémoire, suscite ainsi plus de questionnements que de certitudes, et c’est justement cela le point de départ d’un travail conscient, qui s’insère dans la théorique et la pratique autour d’un sujet en particulier, notamment au travers d’une collecte de données.

De cette manière, il est tout d’abord nécessaire de trouver une méthodologie qui permette de recueillir et d’organiser ses données de façon efficace. Une des premières propositions prises en compte à ce sujet est celle de Bruno Latour[1], d’après cet auteur il est indispensable de bien savoir recueillir et classer ses données pendant le travail de recherche. Il propose donc l’emploi de quatre carnets, soient ceux-ci manuels ou numériques. Le premier est un agenda ou carnet de bord ; le deuxième est un carnet de références bibliographiques ; le troisième est un carnet pour avancer dans ses écrits et le quatrième est un carnet pour les retours des autres par rapport aux progrès au fur et à mesure de sa recherche.

Cette proposition me semble pertinente, et je privilégierai personnellement l’usage du carnet numérique. En effet, je crois qu’il est tout à fait nécessaire d’avoir un agenda afin de suivre un plan, et de maintenir une progression avec des dates précises. Je trouve aussi important d’avoir un carnet consacré aux citations et références classées par thème, pour pouvoir bien les insérer dans son travail final. Puis, il est impératif d’avoir un carnet d’écrits, d’autant qu’il permet à la fois de consigner des idées et de donner une structure au corps du mémoire. En revanche, je ne consacrerai pas un carnet exclusivement aux retours (auprès de mes collègues, et bien évidemment de mon directeur de recherche), mais je les intégrerai à l’agenda.

En outre, sur le plan de la rédaction, moi, en tant que francophone non-natif, je trouve vraiment utile et formateur d’avoir un carnet de synonymes. Pour cela, je me sers d’un outil mis à disposition par Université de Caen sur le site internet : http://www.crisco.unicaen.fr/des/ car il constitue un bon recueil de synonymes qui facilitent l’écriture d’un travail académique de ce niveau.

Avec l’ensemble de ces éléments sur la table, il ne reste qu’à écrire !

 

[1]                     Bruno Latour, Changer de société, Refaire de la sociologie, Paris, La découverte, « Armillaire », 2006. Chapitre 5 : Rédiger des comptes rendus risqués, pages 194-197

Cristian Vivas Leuro

Etudiant en Master 2 FLE Didactique des Langues, spécialité 1, option A. Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Le disque « dur » facilite la recherche

Pour expliquer mon choix du titre de ce billet, je dirais qu’un carnet est comme un disque dur, il nous aide au moins à « mémoriser » les choses importantes quand on fait une recherche en science (dure ou molle). J’aimerais commencer par les significations du mot « mémoire ». Selon le dictionnaire de Larousse, « mémoire » (n.f.) peut être « activité biologique et psychique qui permet de retenir des expériences antérieurement vécues », et « faculté de conserver et de rappeler des sentiments éprouvés, des idées, des connaissances antérieurement acquises, ce qui résulte de l’exercice de cette faculté ». Pourtant, le mot « mémoire » (n.m.) possède une autre explication : « exposé scientifique ou littéraire en vue d’un examen, d’une communication dans une société savante ». Je me suis dis que cela peut être un signe qu’il existe certaines liaisons entre l’action de mémorisation et le fruit de recherche.

Après avoir lu l’extrait du livre Changer de société, refaire de la sociologie (La Découverte, 2006, p.194-197), je trouve que l’essentiel est de noter les expériences, de collecter et organiser les informations, et de recueillir les références bibliographiques, etc. Toutes les données recueillies sont considérées d’être relatives à la recherche. Le chercheur utilise des méthodes de toute sorte afin de se faire rappel les éléments qui aident à constituer un travail de recherche complet. Selon moi, tout en écrivant cette partie, Bruno Latour me donne une idée à créer un lien logique entre les deux significations du mot « mémoire ».

Quant à moi, j’écris souvent mes réflexions du cours dans mon premier carnet. De plus, en tant qu’étudiante en langue française, mon deuxième carnet porte des mots et des expressions inconnus, je consulte ce cahier de temps en temps afin de les apprendre par cœur.

Mon troisième carnet est numérique. Inspirée d’un film où il y a un auteur qui utilise toujours un enregistrement pour noter ses inspirations, je me sers d’un logiciel social pour m’envoyer mes propres paroles quand une idée m’arrive. Cependant, ce logiciel dans mon téléphone portable n’est qu’une conservation temporelle, il me faut recopier mes paroles dans mon premier carnet. Pour ne pas laisser échapper les choses liées à ma recherche, je vais d’abord maintenir mes anciens carnets, et en même temps, j’ai l’intention de créer deux carnets nouveaux, un pour les références bibliographiques et les fiches de lecture, l’autre pour les entretiens que je lancerai à propos de mon sujet de mémoire.

Bibliographie :

Bruno Latour, Changer de société, Refaire de la sociologie, Paris, La découverte, « Armillaire », 2006. Chapitre 5 : Rédiger des comptes rendus risqués, pages 194-197

Yi LIANG

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Mes « Quatre –tion [sjɔ̃] »

Chaque fois avant de commencer mes travaux de recherche, j’ai toujours un objectif principal qui est de mettre en valeur mes recherches, surmonter une grande difficulté dans l’enseignement du français ou bien laisser une trace dans l’histoire pédagogique du FLE. Mais j’ai eu le sentiment de « trop penser » à plusieurs reprises en prenant du recul face à mes travaux. Faute de temps, le résultat de mes recherches est souvent limité, soit l’analyse n’est pas assez pénétrante et minutieuse, soit le point de vue n’est pas riche ni original.

Je suis bien consciente que chaque grand travail de recherche nécessite les détails les plus précis. Comme pour construire un bâtiment, il faut tout d’abord bien préparer le matériel. C’est pour cette raison que Bruno Latour (2006) propose une méthode très pratique qui permet de visualiser « l’ordre de la production du savoir » (Sylvain Venayre, 2016) — quatre carnets, qui s’accordent bien avec le processus de la formation de la pensée et de la logique. Durant mon expérience de recherche que fut la rédaction de mon mémoire de M1, j’ai pu noter toutes les idées qui me venaient à l’esprit, mes inspirations (surtout quand j’ai consulté les ouvrages), ainsi que de nouveaux points de vue sur des feuilles volantes, mais pas sur un carnet. Puis, à partir de la collecte de ces informations, j’ai essayé d’y trouver une certaine logique afin de construire mon plan de mémoire. Selon moi, un mémoire de recherche s’articule ainsi: à partir d’un point (un titre ou un sujet), puis on le développe horizontalement jusqu’à une face (un plan) et enfin, on l’approfondit verticalement. Par ailleurs, concernant l’idée des feuilles volantes, les avantages de noter dans un carnet sont que l’on peut bien témoigner du processus de construction des travaux de recherche, mais aussi garder ces traces intelligentes que l’on peut par la suite développer davantage.

 

Mes « Quatre –tion [sjɔ̃] » © L.YANG
Mes « Quatre –tion [sjɔ̃] » © L.YANG
J’ai donc combiné les propositions de Bruno Latour avec ma propre logique de travail, ce qui m’a permis de préparer les quatre carnets suivants que j’ai nommés « quatre –tion [sjɔ̃] »

Pour le premier carnet, je me suis inspirée de Bruno Latour qui a proposé un carnet de bord, comme un agenda. J’ai pris la liberté de le nommer « Inspiration », et je vais y noter toutes les informations, les points de vue, les sources ainsi que les pensées qui m’inspirent dans mes travaux de recherche. Cela me fait penser à la métaphore de la construction, car il s’agit ici de trouver le matériel pour construire un bâtiment.

Le deuxième carnet peut être commencé un peu plus tard, quand le premier carnet sera assez riche et que toutes les données pourront être classées par ordre logique. Il s’agira de collecter et de sélectionner les sources adaptées et utiles, autrement dit il s’agira d’élaborer un plan ou de construire un cadre en utilisant les matériels trouvés. Donc, mon deuxième carnet s’appelle « Planification ».

Le troisième carnet « Rédaction » a pour but de vivifier toutes les données, c’est à dire qu’à ce stade-là, on ne construit plus un cadre, mais plutôt un corps. Dans le troisième carnet, la rédaction et la production des paragraphes sont fluides grâce aux deux stades précédents. Avec mon statut d’étudiante étrangère, la façon de m’exprimer devient d’autant plus importante dans ce troisième carnet. En effet, quelques fois, les nuances entre les mots et les expressions ne sont pas évidentes, et cela pourrait même influencer l’exactitude de la représentation.

Le quatrième carnet s’apparenterait plutôt à une plateforme de « communication » qui est aussi le nom de celui-ci. Actuellement je m’intéresse beaucoup aux interprétations ainsi qu’aux commentaires de mon mémoire (ou d’une partie de mon mémoire) des autres, grâce à ARLAP ou d’autres sites internet, nous échangeons et en même temps nous approfondissons nos différents projets.

A la lecture de ces quatre carnets, je suis très impatiente de pouvoir témoigner de la construction de mon mémoire de recherches et ce, petit à petit au travers de ceux-ci. Par ailleurs, je suis en mesure d’affirmer qu’ils m’aident à commencer mon mémoire dès maintenant.

 

BIBLIOGRAPHIE

Bruno Latour, (2006). « Retour aux fondamentaux : une liste de carnets », Changer de société, refaire de la sociologie, Paris : La Découverte, p. 194-197.

Alain Corbin et de Sylvain Venayre, « L’effort d’imagination stimule l’écriture », le Monde.fr, URL:http://www.lemonde.fr/livres/article/2016/09/29/alain-corbin-et-sylvain-venayre-l-effort-d-imagination-stimule-l-ecriture_5005262_3260.html. Consulté le 01 Octobre 2016.

Liu Yang

Etudiante chinoise en master 2 à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A: recherche. Master 1 FLE : Analyse et programmation de la communication didactique à l'Université de Nantes.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Un mémoire ? Mission possible ! Faisons le premier pas

    Rédiger un mémoire ! Cette « mission » je n’ignorais pas son  existence depuis le premier jour de ma Licence, alors que j’avais toujours l’impression qu’elle m’arriverait plus tard, encore plus tard, jusqu’à, enfin, cette année, elle me fait signe de main, en face de moi. Je suis toujours inquiète sur les incertitudes, un mémoire en fait partie. Un mémoire n’est pas comme des dossiers ou des comptes rendus avec lesquels je me familiarise plus ou moins. Un mémoire est un travail qui exige à la fois la rigueur et la passion. De plus, ce que j’offrirai aux regards de tout le monde ne devrait pas être ennuyeux excitant aucun intérêt à lire. Bref, cela ne sera pas facile.

    Heureusement, j’ai le guidage à suivre. Bruno Latour est l’un des premiers maîtres. Dans son ouvrage « Changer de société, refaire de la sociologie », il nous propose de « tenir un journal » afin de « procéder et des se nourrir »1 de nos incertitudes. « Désormais, tout fait partie des données »2 je déclare comme ce qui est insisté par Latour. Désormais, dès le premier cours de préparation du mémoire de recherche, ou plus précisement dès le jour où j’ai décidé de me diriger vers le parcours de didactique des langues dans mes études supérieures, il y a 5 ans, même plus. Je prépare ainsi mon premier carnet de bord et j’y noterai tout : tout, au passé, ma passion initiale sur la langue et puis sur la didactique des langues, mes hésites, mes doutes durant les études et, surtout, les idées lumineuses qui m’ont conduites d’avancer jusqu’à maintenant et qui m’encourageront toujours; à l’avenir, les nouvelles conceptions que j’aurai en essayant de tracer un chemin, les conseils comme les critiques des autres. Quelqu’un qui connait bien mon domaine d’études m’aideront sans doute. Portant, si les commentaires spécialisés à l’égard de ma recherche seraient plutôt objectifs, alors que ceux qui sont issus d’autres domaines et qui ne rendent pas vraiment compte de ce que je cherche me fourniront quand même des idées créatives (relativement plus subjectives peut-être), des directions de recherche d’autres parts. Comme le dit un proverbe ancien chinois : « les spectateurs voient plus claires que les acteurs. »

   C’est parti!

12 Bruno Latour, Changer de société, refaire de la sociologie, p. 195

Bibliographie :
Bruno Latour, Changer de société, refaire de la sociologie, Paris,
La Découverte, « Armillaire », 2006, pg. 195

Kaiyun HU

Master 2 Didactique du FLE, Licence Sciences du langage

More Posts

Et… pourquoi pas ?

L’objet de ce deuxième billet est de réaliser avec mon sujet de mémoire une proposition de communication pour le colloque du DILTEC de 2012. Bon, bien que, temporellement, il soit difficile de proposer un sujet réalisé en 2016, pour un colloque de 2012, je me prêterai aussi bien que je peux au jeu.

 

L’authenticité de l’oralité dans les classes de FLE

 

Depuis la méthodologie grammaire-traduction, la recherche a été orientée de manière à intégrer, de plus en plus, l’oral dans la classe de langue. L’oral prend différentes formes comme la production spontanée ou non-spontanée et la compréhension car, oui, parler, c’est aussi savoir écouter et comprendre ce que l’autre dit. L’aspect de la compréhension n’est pas montré comme problématique et la technologie a permis de fournir tous types de documents, plus ou moins authentiques, sur différents thèmes. Au niveau de la production orale, l’enseignant peut être plus ou moins restreint par des éléments comme l’avancée dans le programme prévu, le temps restant, la gestion de la parole, la posture de l’enseignant, les représentations de l’enseignant et des apprenants… L’oral reste encore sacrifié au profit de l’écrit car ce dernier peut être considéré comme « plus simple » à approcher ou à gérer. L’oral demande, de la part de l’enseignant comme de celle des apprenants, une prise de risque. En effet, l’oral est plus difficile à orienter, à limiter, à restreindre les discours qu’il contient… L’oral est une forme de liberté qui est spontanée, il ne suit pas forcément les règles de grammaire auxquelles il est impossible d’échapper à l’écrit et qui constitue l’autre forme à part entière pour communique. L’oral est aussi important que l’écrit.

Cette nécessité de l’oral, poussée, de nos jours, par l’approche actionnelle, fait naître d’autres besoins, comme la diversification des interactions en classe de langue. L’objectif, ici, est de trouver des activités dans la recherche qui permettent d’améliorer ces interactions mais aussi de les rendre plus authentiques afin de faire de la langue cible, non seulement un objet d’étude, mais aussi le medium par lequel passent les connaissances. L’authenticité est un facteur important dans l’enseignement d’une langue car elle influence la motivation mais aussi la vision des apprenants sur celle-ci. Comment peuvent-ils devenir des sujets réels dans une langue étrangère lorsqu’on ne leur offre seulement des possibilités d’expression virtuelles ?

Cette recherche d’authenticité dans les interactions orales en classe de FLE est en lien avec plusieurs facteurs : l’acquisition d’une langue étrangère, la posture de l’enseignant et celle des apprenants, les représentations des apprenants (qu’ils ont sur eux-mêmes mais aussi sur la langue cible), les insécurités linguistiques, la créativité, la motivation, l’adaptabilité des challenges, la délivrance de l’expression face à l’autocensure, etc.

 

Bibliographie :

DWECK Carol, Self-theories: Their Role in Motivation, Personality, and Development, Essays in Social Psychology, Psychology Press, New York, 2000

HATTIE John, Visible learning for teachers: Maximizing Impact on Learning, Routledge, 2012, USA

RYAN Kevin & M. COOPER James, Those who can, teach, thirteenth edition, Wadsworth, 2013, USA

WORMELI Rick, Fair Isn’t Always Equal: Assessing & Grading in the Differentiated Classroom, Stenhouse Publishers, Portland, Maine, 2006

Priscillia Mollard-Cadix

Etudiante ayant obtenue sa licence d'anglais mineure Français Langue Étrangère à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Actuellement en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde (option recherche) à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle.

More Posts

Ne plus faire confiance à sa mémoire pour son mémoire !

(Mais quel jeu de mot subtil et original, n’est pas ?)

Nous y voilà. Le moment tant attendu. Celui qui sonne la fin d’une formation universitaire pour certains. La fin de toute une scolarité pour d’autres. Ou encore une étape de plus pour ceux qui aspirent à la soutenance d’une thèse. Cette entrée en Master 2, c’est avec dans l’ombre juste au dessus de l’épaule droite, un spectre : cette rédaction d’un mémoire. À la fois intriguée, inquiète, curieuse et fatiguée, je ne peux plus reculer. Nous ne pouvons plus reculer. Ce que je redoute depuis des années est enfin arrivé. Il va falloir écrire. Il va falloir soutenir. Il va falloir opérer ce passage du statut d’étudiant à celui de diplômé. Alors essayons de dédramatiser. Mais oui je l’avoue ce mémoire, cet exercice tout à fait singulier que je n’ai jamais pu expérimenter, je l’appréhende. Alors heureusement, je ne me sens pas seule. Bien sûr il y tous mes camarades de Master 2, nos professeurs, nos directeurs ou directrices de mémoire, ou encore tous ces théoriciens, ces écrivains qui nous inspirent et qui nous poussent à la recherche. Par curiosité, par envie et par ambition. Et puis il y a aussi des sociologues comme Bruno Latour qui lui nous propose des méthodes pour mener à bien cette étape d’une formation universitaire et humaine. Une histoire de carnets si je me souviens bien. Dans ce billet, je trouve inutile de réitérer, d’expliquer et d’interpréter ce que mes camarades ont si rigoureusement bien fait avant moi. Alors ici je m’attacherai plutôt à apporter ma pierre à l’édifice.

Je fais face à un constat : aujourd’hui je ne peux plus jouer la carte de ma mémoire pour la rédaction de mon mémoire !

Jusqu’ici, j’ai toujours pu faire confiance à ma mémoire. J’ai un véritable disque dur interne dans ma boîte crânienne qui peut enregistrer, stocker sur une certaine durée (mais limitée), une quantité non négligeable d’informations, du moins celles que je juge pertinentes et judicieuses à retenir. En cas d’espace saturé ou d’un chargement de l’information trop long, ma mémoire relègue les données à des prises de notes, celles furtives dans le creux de la main gauche, ou grâce à des Post It, ou encore avec un crayon Velleda sur le carrelage de la cuisine ou de la salle de bains. Au fil de ma formation universitaire, ma mémoire m’a été d’une aide précieuse, à travers tous les types d’activités et d’exercices que j’ai pu rencontrer.Le problème est que la rédaction de ces exercices était relativement courte (d’une trentaine de pages maximum) et sur une période elle aussi rapide (de quelques semaines à un ou deux mois). Là je n’ai pas le droit à l’erreur. Je n’ai pas le droit à l’oubli. On parle d’un mémoire. D’une centaine de pages en moyenne. Sur plusieurs mois. Alors ma chère mémoire, pour cette épreuve, je te prie de m’excuser mais cette fois, on va fonctionner différemment. Je ne peux plus fonctionner comme un robot. Je veux faire ressortir mon humanité dans mes recherches et dans l’écriture de ce futur mémoire. En commençant par écrire, tout simplement. Papier & stylo.

Mon carnet, je l’ai commencé bien avant le mois de septembre, bien avant de découvrir les propositions de Bruno Latour. J’ai volontairement pris un gros carnet, presque aussi lourd qu’un disque dur externe mais où j’entasse -j’écris- les données et les informations de manière totalement anarchique. Mais grâce à ce « Retour aux fondamentaux : une liste de carnet » sous titre dans Changer de société, refaire de la sociologie (La Découverte, 2006, p.194) (bien sûr j’allais en faire la citation, je ne pouvais pas passer à côté, telle une ingrate), Latour m’a apporté des solutions pour l’organisation de mes données. Je ne vais pas suivre son conseil de posséder quatre carnets distincts, comme des mini disques durs à connecter -à ouvrir- les uns après les autres. Je préfère n’en garder qu’un seul, pour avoir à la portée d’une seule main l’ensemble des informations, j’entends ici l’ensemble de ma/mon mémoire. En revanche, dans ce gros carnet, je vais utiliser quatre couleurs. J’ai pu lire dans un précédent billet qu’une autre de mes camarades a aussi choisi cette alternative et je suis ravie de constater que d’autres ont eu cette même idée. Peut être comme moi, certains de mes camarades ont besoin d’unité, leur « mémoire » dans une seule reliure.

Et ma mémoire interne ? Je ne la laisse pas de côté. Latour écrit «désormais tout fait partie des données ». Désormais ? Certes, je vais recueillir des données à partir d’aujourd’hui dans ce carnet. Mais n’oublions pas les données datant d’avant ce « désormais ». Un mémoire s’écrit à partir d’aujourd’hui. Mais le projet de ce mémoire est déjà le fruit d’un ensemble de réflexions et de données antérieures à ce « désormais », ce dont il faut se préoccuper et faire en sorte d’intégrer ces données au carnet. Et pour ça, je peux toujours faire confiance à ma mémoire  …

Floriane Gonidec

actuellement étudiante en M2 Didactique des langues et des cultures de l'université Paris 3. Licence de Lettres Modernes de Rennes 2

More Posts