Tous les articles par Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Les distances chez l’homme (Extrait de l’essai d’Edward T. Hall, La dimension cachée 1966.p.143-160)

L’auteur a notamment étudié la proxémie[1], ou autrement dit des distances sociales. Les distances chez l’homme indiquent les distances que nous observons dans nos contacts avec autrui. L’hommes ressent la distance tout comme les animaux. Pour l’homme, la perception de l’espace est dynamique parce qu’elle est liée à ce qu’on fait dans un espace donné.

L’auteur en a retenu quatre catégories principales de distances interindividuelles en fonction de la distance qui sépare les individus, qu’il a appelées distance intime, distance personnelle, distance sociale et distance publique. Pour chacune des distances, on distingue deux modes : proche et lointain. Ces 4 catégories sont établies à base de ses nombreuses observations sur un groupe de citoyens américains

Avant d’aller en détails ces 4 catégories, il me faut vous présenter un concept très important—bulle[2]

La peau n’est pas notre limite par rapport au monde qui nous environne: il y avait autour de nous un espace invisible accroché à nous comme « bulle», c’est une zone émotionnellement forte, si qn d’autre envahi dans cet espace, il est considéré comme une offense. L’existence et la dimension de cette bulle varie selon les cultures.

Ex : Elle est plus ample dans les pays occidentaux que dans les pays méditerranéens, et dans les pays arabes, il n’y a pas de bulle

Définitions :

  • Distance intime, distance réservée au contact intime avec ses amoureux ou ses enfants. Cette distance s’accompagne d’une grande implication physique et d’un échange sensoriel.

Proche :corp à corp, acte sexuel, lutte, le contact physique domine la conscience des partenaire

A cette distance, la vision est souvent déformée, on peut percevoir la chaleur du corps de l’autre, le rythme de sa respiration et l’odeur de l’haleine.

Lointain:15-40cm, correspond à la longueur de l’avant-bras replié, relations familiales (comme entre enfants et parents) et amoureuses. Chuchotement est utilisé. on peut percevoir aussi la chaleur et  l’odeur de l’haleine de l’autre.

  • Distance personnelle : distance de bulle, créé autour de lui pour s’isoler les autres. Cette distance est utilisée dans les conversations particulières.

Proche :45-75cm, correspond à la distance d’un bras tendu, Distance qui désigne l’intimité et l’affectivité des personnes en public. Le volume de la face est accentué, le duvet du visage, les cils et les pores sont très visibles.

Lointain :75-125cm : 2 fois du long de bras tendu, c’est la imite d’emprise physique sur autrui. C’est la distance des discussions personnelles entre amis. A cette distance, on élève un peu la voix, l’odeur de l’haleine peut être parfois perceptible mais la chaleur corporelle n’est plus perceptible.

  • Distance sociale : utilisée au cours de l’interaction avec des amis et des collègues de travail

Proche : 1,25-2,10m : Distance des négociations interpersonnelles, le mode proche implique plus de participation que le mode lointain. Cette distance est souvent pratiqué par les personnes qui travaillent ensemble. (réunion informelle, personnes qui travaille sur un même projet, ect ). A cette distance, le détail de la peau et des cheveux est clairement perçu.

Lointain : 2,10-3,60m : Cette distance porte une caractère plus formel (entretiens…). Dans, les bureaux des personnalités importantes, la table de travail est les places de visiteurs sont placées selon le mode lointain de la distance sociale. Vision de tout le corps. L’ordure corporelle n’est plus perceptible. Le contact visuel maintien la performance du contact. Sur le plan proxémique, le mode lointain de la distance social peut servir à isoler ou séparer des individus.

  • Distance publique :utilisée lorsqu’on parle à des groupes. La prise de parole est hiérarchisée. Ex : la scène du théâtre.

Proche :3,60-7,50m, Le sujet a la possibilité de fuir. Mise en place d’un discours oratoire avec effet de voix et choix syntaxiques. A cette distance, la voix doit commencer à être soutenue. Perte de la précision des contacts visuels. C’est la posture qui commence à mettre en relief.

Lointain :Au delà de 7,50m, Distance oratoire. Position entre un orateur et un public. Forte implication des prises de parole dans un dispositif fortement hiérarchisé (meeting, distance avec les grandes personnalités). A cette distance, la vision corporelle est fondu dans le décor. Théâtralité des postures et de l’élocution.

 

Pourquoi quatre distances ?

L’hypothese qui sous-tend le systeme de classification proxémique est que: c’est la nature des animaux et de l’homme de montrer la territorialité, ils utilisent leurs sens pour differencier les distances et les espaces. La distance choisie dépend des rapports des individus, de ce qu’ils pensent et de ce qu’ils font. (L’homme occidental a organisé ses activités et relations sociales dans une distance determiné auquel il a ensuite ajouté les notions de figure publique et de rapports publiques.)

Il faut souligner que ces observations ne consernent que les américains, notre proximité spatiale est différente selon notre culture. Ce sont donc  nos habitudes cultuelles qui nous font prendre différentes places spatiales. Et les rapports inter-individuels sont regis par d’autres structures. Ex: en Espagne ou au Portugal : on observe la structure dualiste—familiale/non familiale.(certes, un élément défini comme intime dans une culture peut devenir personnel ou même public dans une autre.)

[1] prxemie : la distance physique qui s’établit entre des personnes prises dans une interaction.

[2] Bulle : une zone émotionnellement forte ou encore un périmètre de sécurité individuel. Celui-ci est plus important en face de nous que sur les côtés ou par derrière.

J’ai résumé toutes les distances dans un tableau comme ci-dessous:

ds

Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts

Analyse des exercices prononciaux dans Le Français I

Le Français I est un manuel largement utilisé dans les universités chinoises. Comme mon mémoire se porte sur les difficultés pour les sinophones sur la prononciation française, il est nécessaire d’analyser en détail la méthodologie utilisée dans les exercices de ce manuel

Les types d’exercices principaux pour la prononciation dans Le Français I sont:

  • Imitation, répétition, production orale ( voir annexe 1 ) : les étudiants écoutent un modèle ou un enseignant, puis le répètent ou l’imitent
  • Les exercices de paires minimales ( voir annexe 2 )
  • Les paires minimales contextualisées ( voir annexe 3 ) : qui permettent de pallier l’absence de sens et de contexte.
  • Les exercices d’approximation développementale ( voir annexe 4 ) : technique issue des études en acquisition de la langue maternelle. Par exemple, les enfants acquièrent [s] avant [∫], [z] avant [ʒ].
  • Discrimination auditive ( voir annexe 5 ) : indique la discrimination de deux éléments ( sons, mots, segments, groupes rythmes, mouvements intonatifs )
  • Exercices sur l’intonation ( voir annexe 6 )

 

Les défauts pour la conception des exercices dans le manuel Le Français I

Les exercices sur le système grapho-phonologique laissent à désirer

Les correspondances graphie-phonie sont directement présentées dans les exercices ( voir annexe 7 ), qui ont pour objet de juste faire prononcer les différentes graphies relevant d’une même phonie. Mais ce genre d’exercices peut être amélioré par les exercices comme la comparaison dirigée, le repérage et dictée.

  • Comparaison dirigée : à l’écoute d’un signal, l’apprenant doit choisir la version écrite qui correspond à ce qu’il a entendu.
  • Repérage : à l’écoute d’un mot-clé suivi de plusieurs énoncés, l’apprenant indique la ou les phrases écrites contenant le mot entendu.
  • Dictée, textes à trous ( à une seule ou plusieurs graphies )

Dans ce cas-là, la mémorisation de ces correspondances est renforcée.

 

Annexes

Annexe 1

a1

Lire les mots suivants avec les règles phonétiques appris

a2

Annexe 2

a22

Annexe 3

a3

Annexe 4

a4a44

Annexe 5

a5

Annexe 6

a6

Annexe 7

a7

Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts

Compte rendu du colloque d’INALCO : Transmission et enseignement de la littérature orale : problématiques et perspectives

La colloque qui s’appelle « Transmission et enseignement de la littérature orale : problématiques et perspectives » a eu lieu à Auditorium d’INACO le 1 décembre, à l’adresse: 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris.

Après les présentations des enseignants, je suis curieux de savoir comment la littérature orale se développe en Chine. Donc j’ai consulté beaucoup de livres et mes reflexions sont ci-dessous:

La transmission de la littérature orale en Chine

Je me demande toujours pourquoi quand nous mentionnons, en tant que Chinois, la littérature dans notre pays, nous nous rapellons souvent des histoires, des contes, et des poèmes anciens qui sont tous en version écrite. Mais rarement que nous rapellons-nous des musiques ou des danses anciennes. Dans le cas contraire, certains pays occidentals ou africains attachent de l’importance à la musique et à la danse.

Je réfléchis beaucoup à cette question, c’est la raison pour laquelle je choisi ce thème. Je voudrais commencer par l’observation de la littérature ancienne chinoise, où nous pouvons voir la chute de la littérature orale dans l’histoire.

Comme l’art relève aussi à la littérature, je vais jeter un coup d’œil sur l’ensemble des arts traditionnels chinois, puis en citer un représentatif——quyi, puisqu’il manifeste le mieux la littérature orale. Ensuite parmi tous les genres de quyi, je vais mettre l’accent sur Xiangsheng, la forme de représentation la plus appréciée de la populaire chinoise.

Finalement je vais essayer de répondre à la question posée au début, à partir de ce que j’ai réfléchi tout au long de ce dossier. A la fin je vais donner une réflexion concernant le patrimoine culturel immatériel(PCI).

La littérature ancienne chinoise

La littérature est la partie la plus dynamique et la plus rayonnante de la culture chinoise. Tout au long de l’histoire, elle a été le principal vecteur de cette culture, exprimant la vision esthétique des Chinois, assurant la continuité de leurs idéaux et de leurs convictions, tout en faisant preuve d’une grande originalité et d’un charme caractéristique.

Une grande diversité de formes littéraires ont vu le jour pendant plusieurs milliers d’années, la majorité des formes de littérature ancienne chinoise se composent à la fois de la littérature écrite et de la littérature orale. Mais c’est souvent les écritures qui restent, la partie d’oralité disparaît au fur et à mesure.

Les formes littéraires les plus connues en Chine sont Le Livre des odes, les Elégies des Chu, les poèmes à chanter(Yuefu) des Han, les ballades des dynasties du Nord et du Sud, les poèmes de l’époque des Tang, les ci de l’époque des Song, le zaju de l’époque des Yuan, et les romans de l’époque des Ming et des Qing. Sauf les poèmes de l’époque des Tang et les ci de l’époque des Song, tous les autres moments littéraires viennent de la vie folklorique. C’est-à-dire qu’ils relèvent de la littérature folklorique. Comparés avec les créations des lettrés, la forme et le contenu de la littérature folklorique sont plus dynamiques, les idées et le sentiment qu’ils reflètent sont plus naturels et audacieux. La Chine n’a jamais cessé sa civilisation et sa littérature, cela se traduit par la transmission sans arrêt de chefs-d’œuvre littéraires créés durant l’histoire.

En fait, sauf les poésies de Tang et les romans de l’époque des Ming et des Qing, tous les autres moments littéraires cités dessus peuvent être interprétés en chansons.

Composés essentiellement de quatre caractères, les vers du Livre des odes se distinguent à la fois par la fraîcheur de leur langage, l’harmonie de leurs rimes, la sobriété de leur style et leur musicalité.

Les Elégies des Chu constituent un genre nouveau de la poésie chinoise. Influencées par les ballades, les musiques et la littérature folklorique propres au royaume des Chu, elles ont brisés la contrainte du vers de quatre caractères du Livre des odes.

Quant à les poèmes à chanter(Yuefu) des Han, en fait, yuefu indique au début un institution chargée sous les Han de recueillir les ballades et les poèmes et de les mettre en musique, le terme yuefu désignera plus tard les poèmes mis en musique par cette institution. Sous les Han, les ballades mises en musique étaient des plus célèbres parmi l’ensemble des poèmes à chanter.

Le ci de l’époque des Song possède aussi deux autres noms du fait qu’il peut être mis en musique et que ses vers sont de longueur inégale. Ces deux noms témoignent que le ci a un lien étroit avec la musique, et qu’il appartient à un genre différent de celui des autres poèmes traditionnels chinois. Le ci est composé selon différents airs de musique qu’on appelle aussi « motifs ».

L’opéra traditionnel chinois s’est transformé, sous les Yuan(1271-1368), en un genre théâtral connu sous le nom de « zaju(drame poétique) des Yuan ». Du fait qu’il a su combiner musique, danse, ainsi que jeux et paroles, on peut considérer le zaju comme une forme d’opéra relativement mûre.

Aujourd’hui, il y a pas mal de musiciens qui essayent de remettre ces chants en musiques, ce qui sont chantés par un grand nombre de chanteurs. Par contre, personne sait les mélodies d’origine de ces chants.

Il faut surtout souligner un recueil de l’époque des Ming et des Qing, selon lequel nous pouvons voir la « fusion » de la transmission des histoires à la fois en oral et en écrit. Ce recueil intitulé Contes fantastiques du Pavillon des Loisirs est un chef-d’œuvre des nouvelles écrites en langue classique chinoise. On y trouve réunies un grand nombre d’histoires à la fois étrangers et passionnantes liées à des esprits de renardes ou de plantes. En fait, les histoires dans ce recueil ne sont pas toutes créées par l’auteur. La majorité de ses histoires sont ramassées de la vie folklorique. Il a ouvert une maison de thé, les passagers ne peuvent boire gratuitement du thé que s’ils lui racontent une histoire. Ces histoires ont été ainsi façonnées et arrangées dans ce recueil. Cet ouvrage est tourné aujourd’hui fréquemment en films et en feuilletons.

Même l’ouvrage classique de confucianisme Lunyu n’est pas écrit par Confucius, les paroles et les comportements de Confucius dans cet ouvrage sont rassemblés et arrangés par ses apprentis. La transmission entre Confucius et ses apprentis est sous forme d’oral, mais enfin les pensées de Confucius sont transmises par l’ouvrage « Lunyu », c’est à dire par un texte écrit. Les Chinois croient toujours que l’écriture est la véhicule de la littérature.

Les arts traditionnels chinois et le quyi

Aujourd’hui nous commençons à rendre compte que les mélodies, les danses ou les formes de performance fasaient également une partie primordiale dans la littérature. Donc l’écriture n’est pas la seule véhicule de la littérature, comme elle a ses limites. Grâce à la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel(PCI), de plus en plus de formes de littérature et d’arts traditionnels chinois sont enregistrés dans la liste du patrimoine culturel immatériel.

Parmi les éléments de la liste de PCI, j’adore surtout les arts traditionnels chinois, qui émerveillent le monde entier par leur éclat de sagesse. En fait ils sont riches en catégories et quasiment appréciés par tous—— la musique populaire distinguée par sa mélodie émouvante, les opéras locaux par leur intrigue entraînante, le lavis à l’encre de Chine par son élégance simple et la calligraphie, par sa vigueur mêlée de douleur.

Parmi les arts traditionnels chinois, je m’intéresse surtout au quyi, qui est la meilleur « fusion » des arts de narration et de contes chantés avec accompagnement de mimes et de gestes. Il a été formé sur la base de la littérature verbale et de l’art de ballades chantées, développées de manière spontanée parmi la population depuis l’antiquité. Il est propre à traduire le sentiment et refléter la vie sociale.

Xiangsheng, un genre de quyi

Nous pouvons dénombrer quelque 300 genres de quyi à l’heure actuel en Chine, dont le dialogue humoristique(Xiangsheng), le dagu[1], le kuaiban[2], le errenzhuan[3], le tanci[4], le shuanghuang[5] sont les plus connus. Parmi ceux-ci, le dialogue humoristique(Xiangsheng) est la forme de quyi la plus appréciée de la population chinoise.

Xiangsheng(« dialogue humoristique » en français, « crosstalk » en anglais) est un art folklorique chinois, propre à faire rire avec des paroles à caractère comique. Il est développé sur la base des histoires drôles anciennes ou populaires. Le dialogue humoristique tel qu’on voit aujourd’hui trouve en fait son origine à Pékin dès la dynastie Ming.

A cet époque-là, la représentation de Xiangsheng a lieu juste sur un pont connu à Pékin ——Tianqiao. Comme moyens aristiques, cette représentation est effectuée par une personne et elle a principalement recours à la narration, à l’imitation des gestes ou des paroles d’autrui, à la taquinerie et au chant. L’artiste de Xiangsheng donne souvent leurs représentations derrière une draperie, les spectateurs donnent de l’argent pendant ou à l’issue des représentations, cet art était un moyen artistique pour vivre avant tout. Progressivement les artistes de Xiangsheng ont perçu que les gens étaient portées à ne pas donner de l’argent comme les spectateurs ne voyaient pas les artistes pendant leurs représentations. Le mode de la représentation de Xiangsheng a ainsi changé, il devient ensuite une représentation de dialogues comiques effectuée par deux personnes. A l’heure actuelle, il existe plusieurs modes de la représentation de Xiangsheng, celui joué par un seul diseur est appelé « monologue humoristique », celui joué par deux disuers « dialogue humoristique alternatif » et celui interprété par plus de trois acteurs « dialogue humoristique de groupe ». Parmi ceux-ci, c’est le dialogue alternatif qui est le plus bienvenue par la population chinoise aujourd’hui, et que le public voit produire le plus souvent sur scène en Chine. Son interprétation consiste en une sorte de questions-réponses, à savoir qu’un acteur taquine(rôle appelé Pengen) pendant que son partenaire l’assiste(rôle appelé Dougen).

Ses matériaux risibles sont disposés de manière habile dans des « ballots » de la représentation. Le mot « ballot » est un argot des acteurs de cette forme d’art signifant qu’on dissimule des propos propes à faire rire comme dans une série de ballots, dont on dévoile soudainement le contenu à des moments opportuns. Comme ces révélations sont souvent contre l’attente des spectateurs, ceux-ci ne peuvent généralement se retenir d’éclater de rire.

Dans la plupart des cas, le Xiangsheng a pour thème ce qu’on a vécu dans la vie quotidienne, mais il lui arrive aussi de puiser ses matériaux dans les histoires drôles populaires, les anecdotes historiques, voire les jeux de mots. Ses représentations n’ont besoin comme accessoire que d’une table ou d’un éventail.

L’interaction entre les acteurs et ses spectateurs est ainsi la plus importante pour les acteurs. Comme les artistes facent directement les spectateurs. Toutes les paroles et les conduites d’un acteur seront examinées séverement par l’autre acteur et aussi par le grand public. A l’occasion des contradictions, des confusions logiques ou d’expressions exagères, les spectateurs le sentent tout de suite et les sentiments manifestés par les spectateurs réagissent directement sur l’acteur. Dans ce cas là, l’acteur se trouve embarrassé, ce genre de choses arrivent toujours pendant les représentations. Par contre, si les spectateurs adorent une représentation, l’acteur le sait aussi. Les rires encouragent beaucoup les acteurs. Pendant une représentation, les spectateurs ne communiquent pas avec les acteurs, les spectateurs expriment son opinion et attitude par le rire. Par ailleurs, les paroles de Pengen représentent ce que les spectacles pensent dans la majorité des cas, Pengen communique avec le taquin Dougen en tant que porte-parole des spectateurs. Parfois les acteurs posent des questions aux spectacteurs et puis satisfaisont les demandes de spectateurs. Ce qui renforce largement l’interaction entre les acteurs et les spectateurs.

La transmission de cette forme de représentation dépend de l’interaction orale non seulement entre acteurs et spectateurs, mais aussi entre maîtres et apprentis. Parce que le Xiangsheng est difficile à apprendre pour les Chinois nous-mêmes, c’est pas un métier que tout le monde peut s’y prendre, il faut obligatoirement suivre un maître, et apprendre les techniques basiques dès la jeunesse. Les maîtres sont des acteurs connus en Chine, on note Zhu Shaowen, Ma Sanli, Hou Baoln, Ma Ji, Jiang Kun, Guo Degang, Yue Yunpeng, etc. Chacun a sa propre façon de faire rire les gens. De la dynastie Ming jusqu’à maintenant, le Xiangsheng a connu neuves générations de transmission, toutes les deux générations voisines ont une relation de maitre-apprenti. Grace aux efforts conjugués des artistes des différentes générations en la matière, le dialogue humoristique a déjà devenu une forme artistique nationale répondant aux goûts divers.

Le Xiangsheng est totalemt un art folklorique transmis en oral, Même si ses textes sont preparés avant les représentations. Bien sûr le texte est important, mais Xiangsheng est tout d’abord une forme de représentation, ce qui fait rire sont les manières de parler et de se comporter. Autrement dit, les types et les techniques de faire rire qui se variées de maître en maître, ne peuvent être acquérir que par un texte écrit.

Aujourd’hui, Xiangsheng est toujours en vogue, même si nous pouvons le regarder en ligne, nous voulons quand même acheter un billet d’une représentation et l’éprouver en présence. En plus, le Xiangsheng est un programme fix chaque année durant la soirée de la Fête du Printemp.

Conclusion

La nation chinoise est un peuple ancien doté d’une longue tradition culturelle. La culture était perçue comme l’ensemble des œuvres littéraires et artistiques. En Chine, la littérature écrite domine, parce que c’est l’écriture qui est considérée par les Chinois comme véhicule de la littérature. L’histoire de la Chine n’a jamais suspendu grâce à la création des caractères. Nous pouvons trouver les fonctionnaires destinés à la rédaction de l’histoire dans toutes les dynasties. Ces fonctionnaires écrivent les événements et les histoires importants qui se sont passés autour des familles impériales. Par contre, la littérature est souvent transmise chez les personnes ordinaires sous la forme d’oral, souvent avec musiques et danses. Malheureusement comme la musique et la danse étaient plutôt considérées comme des divertissements, et n’avaient donc pas attiré assez d’attention, beaucoup de mélodies magnifiques sont perdues. Nous comprenons ainsi que nous pouvons trouver les statues des sceintistes ou des humanistes partout dans les campus d’université, dans les parcs ou même dans les rues. Mais c’est difficile d’y trouver des statues des musiciens ou des danseurs.

La forme de la transmission de littérature est un choix, l’ancienne Chine a choisi la littérature écrite, mais la Chine d’aujourd’hui essaie de mettre de plus en plus d’accent sur la littérature orale, puisque l’art est une partie indissociable de la littérature. Nous pouvons trouver de nombreux programmes culturels chinois dans la liste du PCI, c’est pour la protection de ces patrimoines culturels immatériels. Le mot « Protection » fait preuve de la fragilité de PCI. Toutes les choses peuvent éprouver un processus de production, croissance, et extinction. Le PCI est aussi dans un tel processus dynamique. Si un PCI n’a pas assez de vitalité pour se développer, s’il ne peut se retenir que par la façon de la déclaration du projet de PCI et sans la transmission volontaire chez les générations futures, notre protection serait superflue, nous pensons aux patrimoines aux villages reculés qui ne sont pas encore inclus dans la liste de PCI, ce qui vont disparaître au fil du temps. L’impact de la modernisation et de la commercialisation dépouillent le PCI de son environnement social. Quand un programme culturel est protégé dans une serre pour que les générations futures puissent l’étudier, l’observer et le goûter, ce programme décale un peu de sa signification——son propre charme pour faire transmettre volontairement ce programme.

[1] Dagu: conte populaire chanté accompagné d’un tambour, de castagnettes et d’un sanxian(instrument à trois cordes pincées).

[2] Kuaiban: histoire contées de manière rythmique avec accompagnement de banhu et suona(violon et instrument à vent chinois).

[3] Errenzhuan: genre artistique populaire propre à la région du nord-est de la Chine. Il se joue généralement par un acteur et une actrice qui chantent et dansant avec accompagnement de banhu et suona.

[4] Tanci: ballade chantée avec accompagnement de sanxian ou de pipa(guitare chinoise à quatre cordes), répandue dans certaines régions méridionales de la Chine.

[5] Shuanghuang: spectacle donné par deux acteurs dont l’un fait les gestes et l’autre parle dans les coulisses.

Bibliographie

  1. Vincent Durand-Dastès, (2014)La Grande muraille des contes

Carreau de la BULAC

http://bulac.hypotheses.org/1676. 2014, pp.1-57. <hal-01055915>

  1. The Overseas Chinese Affaires Office of the State Council & The Office of Chinese Language Council International, (2007) Connaissances générales en culture chinoise, Pékin: Foreign Language Teaching And Research Press

Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts

Les quatre carnets

J’ai beaucoup retenu auprès de Monsieur Martin dans son cours intitulé « Méthodologie des mémoires ». Il nous a conseillé d’écrire dès le début de ce semestre, parce que rechercher égale écrire. Il faut avouer que cette opposition est bien pratique, je ne cesse pas d’écrire pendant ce semestre, maintenant, si je revois les écrits auparavant, je me rappelle beaucoup d’idées utiles et précieuses, si je ne les ai pas notées, je les aurais perdues.

Il nous a proposé un extrait dans l’ouvrage de Bruno LATOUR——Changer de société. Refaire de la sociologie(2006)

Quatre carnets sont proposé par Bruno LATOUR, ils sont :

Carnet de recherche : il sert à consigner tous les mouvements quotidiens relatifs à notre recherche, y compris le premier entretien avec le directeur de mémoire, les sources que nous avons consulté ou les enquêtes que nous avons fait. Tous ces mouvements doivent être précisément datés, c’est notre trace de recherche.

Carnet des données : il est consacré à collecter et à catégoriser en fonction du temps les informations, afin de faciliter la consultation.

Carnet de brouillons :ce carnet peut enregistrer tous nos inspirations sur notre mémoire, même les idées sont très différentes l’une de l’autre, comme des brouillons, il faut les enregistrer, sinon nous les oublierons rapidement.

Carnet de feed-backs : comme Bruno LATOUR a dit que « l’étude peut bien être terminée, mais l’expérience continue », les feed-backs des autres sont aussi importants. Par exemple mon sujet de mémoire était au début « Recherche sur les difficultés d’apprentissage de la phonétique française pour des sinophones et des mesures », après que je l’ai publié sur le site de recherche organisé par M. MARTIN, une étudiante m’a demandé l’explication de « des sinophones et des mesures », je me suis rendu compte que il y a malentendu dans l’expression de mon sujet, je l’ai changé ainsi comme « Recherche sur les difficultés d’apprentissage de la phonétique française pour des sinophones et des propositions pour la conception des exercices articulatoires », ce qui évite le flou.

Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts

Un dialogue imaginaire lors du première rendez-vous entre le directeur de mémoire et l’étudiante

Ce dialogue se tient au bureau des enseignants à la Sorbonne, il s’agit du premier rendez-vous prévu entre l’étudiante (Claire) et son directeur de mémoire (Monsieur L.).

Etudiant (Claire) : Excusez-moi, c’est bien le bureau des enseignants ?

Directeur de mémoire (Monsieur L) : Exactement, à qui vous recherchez ?

C : Je cherche monsieur L.

Monsieur L : Je suis monsieur L

C : Ah, bonjour monsieur L, je suis Claire. (rire)

Monsieur L: Je sais (sourire), bonjour, Claire. Asseyez-vous.

C : Merci.

Monsieur L : Alors on commence. Vous m’avez écrit que vous voulez travailler sur l’enseignement de la prononciation française. Pouvez-vous présenter votre projet ?

C : Oui, bien sûr. Je voudrais travailler sur les difficultés lors de l’apprentissage de la prononciation des phonèmes français qui n’existent pas dans la langue chinoise, surtout sous l’influence de leurs dialectes, et donner quelques conseils pour la conception des exercices articulatoires afin de les aider surmonter ces difficultés. Parce que les problèmes de prononciation gènent même les Chinois qui ont déjà un niveau élevé.

Monsieur L : D’accord.

C : Et je voudrais le rédiger en trois aspects. Dans un premier lieu, je vais présenter généralement les caractéristiques des phonèmes français et celles des phonèmes chinois. Puis dans la deuxième partie, les difficultés rencontrées par les sinophones lors de leur apprentissage de la phonétique française seront présentées. Il s’agit des phonèmes qui n’existent pas dans la langue chinoise, et des difficultés dues aux influences dialectales dans certaines provinces chinoises. Enfin pour la troisième partie, je proposera quelques mesures qui visent à éliminer les barrières citées dans la deuxième partie, je vais trouver quelques méthodologies pour supporter cette partie.

Monsieur L : Bien. Quelle formation vous avez suivi sur la prononciation ?

C : J’ai un cours de « Phonologie et système graphique du Français », et j’ai aperçu qu’il y a une différence entre l’enseignement de la prononciation française entre la Chine et la France.

Monsieur L : Par exemple ?

C:Quelques phonèmes ne s’enseignent pas de la même façon, par exemple on utilise /ɑ/ pour transcrire la lettre « a » lors qu’il faut utilise /a /.

Monsieur L : C’est vrai ? /ɑ/et /a / sont deux phonèmes bien différents.

C : Voilà. Plein de choses comme ça.

Monsieur L : D’accord. Je pense que ton mémoire est faisable et je ne suis pas inquiète de ça. Pour les méthodologies utilisées dans la troisième partie de mémoire, je vous invite à aller sur mon blog et à lire mon livre, ce livre est accessible dans la librairie près de ce bâtiment.

C : Ah oui je sais, merci beaucoup.

Monsieur L : J’espère que tu peux finir la lecture de ce livre avant le prochaine entretien, et on le discutera ensemble.

C:Merci beaucoup monsieur pour tes propositions utiles

Monsieur L : N’hésitez pas de m’adresser si vous avez des questions. Si je ne vous répond pas immédiatement, c’est parce que parfois l’internet ne marche pas très bien, c’est pas que je suis fâché.

C : (rire) Je sais, merci beaucoup monsieur, c’est gentil. Bonne soirée ! Au revoir !

Y : Allez ! Bonne soirée ! Au revoir !

Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts

Compte rendu de la journée d’études du 7 octobre 2015 ——passages de paroles / paroles de passages

La journée d’études – passages de paroles / paroles de passages organisé par l’équipe LAPAD a eu lieu le 7 octobre 2015 à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, au troisième étage dans la salle M.

Parmi tous les exposés de cette colloque, celui de Nan ZHANG m’a inspiré le plus, parce que j’avais participé à son enquête, et ce qu’elle a étudié a une forte lien avec mon propre expérience ainsi que mon mémoire de M2 qui porte sur l’enseignement de la phonétique française.

Elle a fait deux enquêtes pour soutenir son étude, une avait été réalisée auprès d’une quarantaine d’étudiants chinois, elle analyse si certaine rubrique du manuel Le français a pu ou non les aider à franchir le premier obstacle de la phonétique qu’ils rencontrent tout au début de leur apprentissage. L’autre enquête avait été réalisée via messagerie électronique auprès de trois jeunes enseignantes de français à l’université (respectivement à Tianjin, Jinan et Beijing), pour savoir s’ils ont employé cette rubrique étudiée en cours.

J’ai un profil similaire à celui de Nan. Comme elle a dit, l’apprentissage du français commence tous par la phonétique en milieu universitaire en Chine, parce que le français est une langue très éloignée de notre langue maternelle. Dans sa présentation, elle a fait une comparaison entre l’ancienne version et la nouvelle version du manuel Le Français (Tome I), ce qui est largement utilisé dans l’enseignement universitaire du français, en basant sur Le programme national de l’enseignement du français élémentaire.

Elle a indiqué que la nouvelle version a mis davantage un accent particulier à la prononciation, par rapport à celle ancienne. Personnellement, le manuel utilisé dans mon université est le la nouvelle version de Le Français. J’ai l’impression que l’enseignement de la phonétique y occupe une grande partie.

D’après son enquête, elle a aperçu le fait que les poèmes à la fin des leçons sont généralement négligés par les étudiants ainsi que par les enseignants, les enseignants qu’elle interroge ont tous prétexté que le temps ne permet pas de toucher cette rubrique. D’après mon propre expérience, c’est vrais que le temps est pressé pour chaque leçon, parfois on n’avait même pas assez de temps pour mettre ensemble les exercices, sachant que nous devons accomplir et mettre ensemble aussi les exercices d’un autre livre qui assiste ce manuel. Par ailleurs, comme nous étions grands débutants, la lecture des poèmes nous donnent aucun intérêt, puisqu’ils utilisent souvent des mots difficiles, et cela nous faisaient facilement mal au tête.

Par contre, je ne désavoue pas le fait que lire à haute voix nous aide beaucoup dans la prononciation du français, même lire silencieusement. Comme elle a dit que ces poèmes ont pour but de renforcer la capacité des apprenants dans la transcription de la graphie en phonie et d’améliorer leur prononciation, elle a proposé qu’il faut mettre en voix ces poèmes et souligner les rimes situées à la fin des vers, ou de les mettre en italique. Ces propositions sont applicables d’après moi, et ses résultats aident beaucoup mon étude dans ce domaine.

Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts

Une cerise sur le gâteau

1

Lors de la journée d’études « passages de paroles/ paroles de passages » du 7 octobre 2015, une camarade Nan a souligné dans sa présentation que la lecture d’un court poème à haute voix aide à s’approprier la langue, mais malheureusement d’après son enquête menée auprès d’une quarantaine d’apprenants, cette partie s’est réduite à « une cerise sur le gâteau ».

C’est la première fois que j’entends cette collocation, mais je la comprend tout de suite. Cela m’a fait rire parce que c’est vrai que normalement nous ne mangeons pas les cerises sur les gâteaux, parce qu’elles ne sont pas fraîches, mais elles sont vraiment mangeables, donc c’est un peu dommage de les jeter !

En Chine, nous avons aussi une expression  pour exprimer ce genre de chose, si je la traduit en français, c’est « côte de poule », les côtes de poule ne sont pas délicieux mais c’est dommage si on les jette ! Cette collocation est fréquemment utilisée par nous.

Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts

Les difficultés d’apprentissage de la phonétique française pour des sinophones et des propositions pour la conception des exercices articulatoires

Problématique

L’importance de la communication rend la phonétique primordiale dans l’enseignement de la langue française. En raison de l’écart considérable entre le français et le chinois, deux langues d’origines très différentes, les Chinois rencontrent beaucoup de difficultés lors de leur apprentissage de la phonétique française, notamment la prononciation des phonèmes qui n’existent pas dans la langue chinoise. Bien qu’ils aient un niveau élevé du français, beaucoup de chinois ont toujours du mal à prononcer certains phonèmes.

Justification du choix

Mon choix des Chinois comme le public étudié de mon mémoire se justifie par la forte possibilité qu’ils seront le public visé dans mon futur travail du FLE. Jusqu’à maintenant, nous pouvons trouver de nombreuses recherches et d’exercices sur la prononciation française. Pourtant celles qui visent les problèmes des sinophones sont tellement minimes, et des difficultés ne sont pas efficacement résolues. Mon mémoire vise donc à catégoriser et analyser concrètement des phonèmes difficiles à prononcer chez les sinophones dans l’apprentissage de la prononciation française, puis trouver des solutions efficaces et pratiques selon chaque phonème questionné, qui peuvent être utilisées dans un cadre institutionnel.

Déroulement

Mon mémoire se constituera en trois grandes parties.

Dans un premier lieu, les caractéristiques des phonèmes français et celles des phonèmes chinois seront présentées d’une façon générale afin d’amener une étude comparative.

La deuxième partie sera consacrée aux difficultés rencontrées par les sinophones lors de leur apprentissage de la phonétique française. On traitera ce sujet à partir de deux aspects. L’un se centre sur des phonèmes qui n’existent pas dans la langue chinoise. L’autre concerne des difficultés dues aux influences dialectales dans certaines provinces chinoises. Dans chaque aspect, des fautes commises par les sinophones sur des phonèmes français seront citées avec argumentations.

Dans la troisième partie, on proposera quelques mesures qui visent à éliminer les barrières citées dans la deuxième partie. Ces méthodes pourront être employées dans une classe de FLE. C’est la partie la plus importante du mémoire. Premièrement, on distinguera quelques moyens erronés utilisés actuellement en Chine dans l’enseignement de la phonétique française, et expliquera les raisons pour lesquelles ils sont erronés. Ensuite, un concept cité plusieurs fois dans les œuvres de Monique Callamand——contexte facilitant, sera présenté. Grâce à ce concept, on proposera des règles employables dans la conception des exercices correspondants à chaque phonème.

Bibliographie

  1. Callamand, M. Méthodologie de l’enseignement de la prononciation [M]. Clé international, 1981
  2. Callamand, M.& Pedoya, E.Phonétique et enseignement[J]. Le Français dans le Monde 182 :56-58, 1984
  3. Louis Porcher Simples propos d’un usager [J].études de Linguistique Appliquée 66 :135, Didier-Erudition,1987
  4. Léon, P.& Léon, M. Introduction à la Phonétique corrective [M]. Hachette-Larousse, 1964
  5. Renard, R Introduction à la méthode verbo-tonale de correction phonétique [M]. Paris Didier, 1971

Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts

Les défis rencontrés vis-à-vis d’une classe hétérogène

Il s’agit d’une expérience de mon stage dans la Cimade pendant trois mois comme une observatrice de classe

Dans cette classe hétérogène, j’ai trouvé que le défit primordial résidais dans l’accès à la communication pour les apprenants et à la fois pour l’enseignante. Sachant que la plupart des apprenants dans ce groupe comprennent plus ou moins l’anglais, l’enseignant l’ai pris comme une langue intermédiaire me permettant de me faire comprendre par eux.

Cependant, le recours à une langue intermédiaire ne reste pas un très bon outil puisque le niveau de certains apprenants est aussi faible que celui du français. D’ailleurs, l’apprenant turc ne parle que sa langue maternelle. Dans ce cas, l’enseignant trouve obligée de chercher un autre outil comme l’image et les gestes pour expliquer les contenus.

En plus de l’obstacle à l’accès à la communication, le maintient d’une progression linéaire constitue aussi une difficulté. L’hétérogénéité de leurs niveaux de français et stratégies d’apprentissage oblige l’enseignant de considérer les pré-acquis des apprenants et leurs habitudes d’apprentissage, afin que chaque apprenant puisse aller plus loin que possible en développant ses potentialités. Il s’agit ici d’une différenciation pédagogique qui « est une démarche qui cherche à mettre en oeuvre un ensemble diversifié de moyens, de procedures d’enseignement et d’apprentissage, afin de permettre à des élèves d’âges, d’aptitudes, de comportements, de savoir-faire hétérogènes mais regroupés dans une même division, d’atteindre, par des voies différentes, des objectifs communs, ou en partie communs. »[1]

La différentiation pédagogique permet au enseignant d’adapter les méthodologies de l’enseignement aux hétérogénéités des apprenants. Par exemple, pour la femme soudanaise, qui est timide et qui est du type sérialisant, l’enseignant lui pose souvent des questions directement pour la faire parler; au contraire, pour les quatre garçons bangladeshis qui sont dynamiques et qui sont du type globalisant, ils parlent beaucoup pendant les cours même si l’enseignant ne leur pose pas de question. D’ailleurs, je trouve que les entraides entre les apprenants sont aussi utiles. Chacun a ses qualités et ses lacunes, cette entraide bénéficie à tous.

De plus, sachant que ces cours ont pour objectif l’amélioration phonétique, les apprenants sont quelquefois ennuyés lors de l’action de phonation. A ce moment-là, l’enseignant les laisse écouter les chansons françaises, à partir desquelles ils se familiarisent à leur insu avec la phonétique petit-à-petit.

[1] Cité par Viviane de Landsheere, L’éducation et la formation, Paris, PUF, 1992, p. 159.

Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts

L’analyse des erreurs phonétiques commises par les apprenants

Il s’agit d’une expérience de mon stage dans la Cimade pendant trois mois comme une observatrice de classe

Les caractéristiques de la phonétique française

Le français est une langue qui présente une relative netteté articulatoire, les sons précis, l’articulation est tendue. Il donne une image sonore équilibrée et douce.[1]

Le système phonique du français est composé de 16 voyelles, 17 consonnes ainsi que 3 semi-consonnes. Pour les voyelles, on compte 12 orales et 4 nasales, parmi lesquelles 2/3 sont articulées en antérieur, d’ailleurs, le système vocalique présente une forte proportion de voyelles labialisées. Pour les consonnes, on a les occlusives, les fricatives, les nasales, les orales, les sonores et les sourdes, parmi lesquelles les sonores sont plus nombreuses que les sourdes. Ce qui fait que la langue française participe d’une langue à articulation antérieur, sonore et relativement douce.

Selon les caractéristiques, on a fait un classement articulatoire des phonèmes. Je les présente ci-dessous:

Tableau des voyelles[2]:

1

Tableau des consonnes[3]:

2

Le classement des voyelles et des consonnes nous permet d’analyser les erreurs phonétiques qui résultent de l’interférence de la langue maternelle. Dans la partie suivante, je vais les analyser de façon précise.

L’interférence de la langue maternelle

Dans le domaine de la phonétique, chaque langue a ses caractéristiques spéciales. Par exemple, on a toujours les représentations qui se fondent sur des aspects phonétiques pour les langues: « l’allemand est une langue gutturale », « le français est une langue vocalique », « l’italien est une langue qui chante », etc. Les différentes caractéristiques des langues présupposent un système phonétique différent, ce qui amène à la difficulté de la perception et la production de certains éléments lorsqu’on apprend une langue étrangère.

Polivanov et Troubetskoy abordent l’idée que le crible phonologique contrôlé par le système phonologique de la langue maternelle perturbe l’identification et l’articulation des sons d’une langue étrangère. Le crible phonologique est conçu comme une sorte de filtre.

« Dans le cadre d’un bilinguisme successif et plus encore d’un apprentissage plus tardif encore de l’autre langue, la plasticité et le filtre phonologique joueront un rôle nonnégligeable sur la perception-articulation des phonèmes de l’autre langue. »[4].

Par conséquent, les apprenants vont avoir tendance à rapprocher les sons de la langue cible du système phonologique de leurs langues maternelles. C’est pourquoi les erreurs que les apprenants commettent varient toujours selon leurs origines.

Je prends ici comme exemple l’analyse précise des erreurs phonétiques que les deux apprenants hispanophones commettent. Je présente dans un premier lieu les tableaux de système vocalique et consonantique du castillan[5]:

 

Tableau: Système consonantique du castellan

 

  Bilabiales Dentales Alvéolaires Palatales Vélaires
Occlusive p b t d     k g
Affriquées       t ʃ  
Fricatives f θ s   x
Nasales m n   ɲ  
Latérales   l   ʎ  
Vibrantes   r   R  
Semi-C/V       j w

 

Tableau: système vocalique du castellan

3

En comparant les deux tableaux avec ceux du français, on peut trouver les differences non seulement dans le système consonantique, mais aussi dans celui des voyelles.

  • Du point de vue des consonnes : il n’y a pas les consonnes [v], [z], [ʃ], [ʒ] dans le castillan. Par conséquent, ils ont tendance à rapprocher le son [z] et [ʃ]/ [ʒ] vers [s]/[θ] ou [tʃ] qui ressemble plus ou moins aux sons français pour eux. D’ailleurs, sachant que la lettre « v » existe dans le castillan, et qu’elle se prononce aussi [b], les hispanophones se trouvent dans la confusion vis-à-vis des sons [v] et [b].
  • Du point de vue des voyelles : n’ayant pas de nasale, le castillan ne contient que cinq voyelles orales. C’est pourquoi la prononciation et la perception des nasales, de son [Ә] ainsi que de paire minimale [oe]/ [ø] se pose souvent un problème.

A part les erreurs commises par les deux apprenants hispanophones, je présente en bref les erreurs typiques commises par les autres apprenants: quatre garçons bangladeshis et une femme soudanaise prononcent [u] à la place de [y]; la femme japonaise prononce [l] au lieu de [r]. Tous les cas résultent de l’absence dans leurs langues maternelles des sons qui causent le problème. De surcroît, selon mon observation empirique, beaucoup d’arabophones ne savent pas comment prononcer les voyelles nasales, ils les remplacent par les équivalents orales; les chinois, comme moi, mélangent souvent les voisées et les non-voisées, dont le problème se pose et demeure toujours.

[1] Mme. Laur http://coursval.free.fr/coursL2/LaPhonetique.pdf P.3

[2] Mme Laur http://coursval.free.fr/coursL2/LaPhonetique.pdf P.2

[3] http://andre.thibault.pagesperso-orange.fr/PhonologieSemaine5tableaux.pdf P.1

[4] Jérémi SAUVAGE L’ENSEIGNEMENT DES LANGUES VIVANTS ETRANGERES A L’ECOLE,

Impacts sur le développement de la langue maternelle, L’Harmattan (2010) P.20

[5] Source : Sujet de l’examen du cours de la phonétique appliquée (2012-2013) dispensé par Monsieur Sauvage

Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts

Projets de transposition didactique dans le cadre de projets pédagogiques

Comme je vais rentrer en Chine et y enseigner le français après mes études en France, je réfléchis toujours à l’application des méthodes d’enseignement de la langue française ou des projets que j’ai appris ici dans les universités chinoises. Les méthodes d’enseignement du français dans les pays francophones ou l’Alliance française ont une grande différence avec celles des universités chinoises, car leurs objectives didactiques ne sont pas les mêmes. Dans les pays francophones ou l’Alliance française, la langue française est enseignée de la façon pratique et ludique, les élèves sont mis en acteurs, dont la plupart apprennent le français juste pour plaisir, et quittent n’import quel moment s’ils ne peuvent pas y trouver leur intérêt. Nous pouvons donc y trouver beaucoup de projets comme le genre de “dis-moi dix mots” qui donne libre cours à la créativité des étudiants. Mais dans les universités chinoises avec les étudiants dont la spécialité est français, l’organisation des cours est bien intense, parce que l’objective est de former les spécialistes en la langue française. Le projet « dis moi dix mots » n’y est pas du tout développé, le vocabulaire en français est enseigné selon une méthode d’enseignement plutôt traditionnelle, chaque dialogue est suivi d’une liste de nouveaux mots, le prof donne tous les sens d’un mot en même temps en citant un example simple. Donc les étudiants sont loin d’utiliser ces mots avec aise, parce qu’ils ont beaucoup de sens à se rappeler en même temps quand ils voient un mot, sans compter qu’ils ne sont pas capables de mémoriser tous les sens. A cause de l’intensité du cours, ce n’est pas réel de leur faire apprendre le vocabulaire en lien avec leur propre expérience pendant toute le semestre.

Donc je voudrais proposer un projet qui est destiné surtout aux étudiants dans les universités chinoises où le spécialité est le français, en modifiant un peu le principe du projet « dis-moi dix mots » afin d’adapter ce projet aux étudiants chinois de différents niveaux. Les dix mots choisis ne sont pas forcément existent en français, dont certains viennent des mots chinois qui sont très populaires ces derniers jours. Je vais justifier ma choix après.

Ce projet se compose de 5 étapes, ils peuvent se dérouler tout au long d’un semestre. Il s’agit des séances hors cours magistral. Le public visé est les étudiants chinois de la deuxième année universitaire à quatrième année universitaire qui a la langue française comme spécialité. Ils peuvent tous participer aux séances. Les étudiants de la première année sont exclus car ils travaillent essentiellement sur la prononciation, ils n’ont donc pas maîtrisé assez d’expressions pour participer à ce projet. Ce projet peut être accepté par plusieurs universités, et enfin un concours va être mis en place entre les universités.

La première étape est la négociation entre l’enseignant et les élèves. Le professeur lit et présente aux étudiants dix mots différents. Puis il propose quelques vidéos, audios ou lecture des articles autour de ces dix mots, il demande aux étudiants de chercher les sens différents à l’aide de ces outils proposés par le professeur. Ce qui importe ici est d’assurer que la compréhension est claire pour tout le monde, parce que ils vont les utiliser dans les étapes suivants.

Les dix mots proposés sont : kongfu(L2,  d’origine chinoise), tofu(L2,  d’origine chinoise), litchi(L2,  d’origine chinoise), gélivable(L3, nouveau mot chinois), diaosi(L3, nouveau mot chinois), go(L3,  d’origine japonaise), trafic(L4,  d’origine française), ressources(L4, d’origine française), impliquer(L4, d’origine française), reporter(L4,  d’origine française)

Les mots d’origine chinoise existent maintenant en France, ils sont familiers aux étudiants chinois, ils connaissent mieux la culture derrière ce mot, donc ces mots sont plutôt pour les étudiants de la licence 2. Et les mots chinois qui sont apparus ces dernières années sont aussi familiers aux étudiants mais ils doivent savoir traduire exactement le sens derrière ce mot en français, il demande un niveau relativement avancé, donc ces mots sont proposés surtout pour les étudiants de la licence 3. Enfin les mots d’origine française, ils ont une culture éloignée de celle de la Chine, et ils sont polysémiques, ils sont proposés aux étudiants qui ont déjà maîtrisé un bon niveau de français.

C’est là où notre principe de projet est différent de celle proposée sur le site. Les dix mots choisis de cette année sont des mots venant des pays exceptant la France. Mais comme le public visé est toujours les étrangers, ce que je propose est à base de l’hypothèse que les mots d’origine de leur pays natal sont plus faciles, et les mots d’origine de la langue visée sont plus difficiles. J’ai fait ce changement parce que je pense que cette idée correspond mieux aux compétences linguistiques des apprenants, surtout pour ceux qui ont une culture très éloignée de celle de la France.

La deuxième étape est le déclenchement du travail. Les étudiants vont travailler en groupes de trois selon leur année universitaire, c’est-à-dire selon leur niveau, chaque groupe choisit un mot qui leur interesse le plus et qui correspond à leur niveau. Ce que je propose est qu’ils inventent une petite pièce de drame autour de ce mot au travail final, mais il faut commencer par inventer une histoire. Pour les étudiants de L2 et de L3, leur histoire doit illustrer au maximum la culture derrière ce mot. Pour les étudiants de L4, leur histoire doit illustrer au maximum les différents sens de ce même mot, au moins trois significations de ce mots doit être apparues dans l’histoire, et la culture dernière ce mot est également exigée. Pour tous les niveaux, l’histoire doit être en dialogue de trois personnes pour que chacun peut en prendre un rôle. Il est seulement le première piste de travail, les étudiants n’ont qu’à y réfléchir.

La troisième étape est un échauffement pour le travail final. Le professeur aident les étudiants de socialiser leurs idées, leurs intrigues groupe par groupe. Le professeur peut donner des propositions sur l’aspect culturel de ces mots pour leur donner des idées sur la rédaction de leur histoire. Par exemple, à l’égard du mot « gong-fu », le professeur peut faire penser à la philosophie chinoise la plus connue—— le taoïsme, et les deux forces cosmiques « yin » et « yang » selon la pensée de taoïsme. Enfin les étudiants mettent en d’accord sur l’intrigue de leur histoire inventée, et les mettent en écriture.

La quatrième étape est la réalisation du travail final. Avant tout c’est la préparation de la mise en scène de leur petite pièce de drame, les étudiants font des répétitions. Puis le professeur invite les étudiants de participer à la francophonie de pièce de drame français(dont intrigues sont inventées par les étudiants chinois), qui se déroule chaque année parmi les universités, organisé par certaines universités. Les étudiants de même année universitaire venant de différentes universités sont mis en concurrence.

La dernière étape est l’évaluation. En fait, l’aide du professeur accompagne chaque groupe tout au long des démarches, y compris la correction du texte. Après leur performance de pièce, les groupes serons évalués selon leur niveau. Pour les étudiants de L2 et L3, la principale critère est que si leur histoire fait découvrir bien la culture derrière ce mot. Par ailleurs, l’harmonie entre leur mot choisi et l’intrigue est aussi important. Mais pour les étudiants de L4, en plus de les critères mentionnées, il faut aussi vérifier si au moins trois sens du mot ont été illustrés dans leur histoire.

Ce projet a au moins six objectives. Premièrement c’est l’ objective linguistique, Il s’agit de la compétence expression écrite au début et expression orale à la performance de la pièce. Car en Chine les compétences de production orale et écrite sont loin d’être suffisamment entraînées. Deuxièmement c’est l’objective culturelle, comme on a présenté, chaque mot a une culture particulière qui attend les étudiants de découvrir. Troisièmement il favorise l’auto-didactique de ces étudiants, parce que avec des sources que le prof a proposé, les étudiants doivent chercher eux-mêmes les sens explicites ou implicites et l’aspect culturel du mot concerné. Quatrièmement il favorise leur capacité de collaboration, car il n’y a même aucun travail en groupe dans le cadre didactique universitaire. Cinquièmement les étudiants peuvent profiter de la francophonie de se réunir. Sixièmement la performance de petite pièce peut construire la confiance chez les étudiants. Dernièrement il stimule leur motivation de créativité, ce qui correspond à l’idée de « dis-moi dix mots », parce que auparavant dans les francophonies de chaque année, les étudiants interprètent aussi les pièces de théâtre français, mais les intrigues existent déjà dans la littérature française.

Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts

Projet « dis-moi dix mots »

1

Ce projet est un projet à l’échelle internationale. Il se tient chaque année de septembre à juin. L’intérêt est de travailler sur dix mots, pour s’exprimer et sous une forme littéraire ou artistique. Ce projet est destiné à tous les amateurs du français et à tous les francophones.

Ces dix mots sont choisis par le partenaire francophones: la France, la Belgique, le Québec, la Suisse et l’Organisation internationale de la Francophonie (qui regroupe 77 Etats et Gouvernements dans le monde). Chaque mot choisi est lies à une culture particuliere francophone.

Il y a plusieurs concours a partir de ces dix mots. Par exemple, il y a un concours qui s’agit de réaliser collectivement un oeuvre artistique ou littéraire en s’appuyant sur un ou plusieurs des dix mots de l’année en cours. L’idée est de stimuler la créativite des participants autour des capacités expressives propres au français en tant que langue de culture.

Un autre concours qui s’agit de réaliser une image avec plus de 3 mots choisis dans l’édition de l’année en cours. L’idée est de favoriser l’appropriation des mots et le travail sur la langue français, en mettant aussi l’évidence sur la créativite.

Les consignes des concours sont indiguées sur le site de dis moi dix mots.

Dans la rubrique « chaine des mots », nous pouvons trouver des histoires derrière tous les dix mots.

Cette année les dix mots sont amalgame, bravo, cibler, grigri, inuit(e), kermesse, kitsch, sérendipité, wiki et zénitude. Mais l’inscription est déjà fermée(15 fév). La caractéristique de ces dix mots est que les origines de ces mots sont les pays étrangers, c’est-à-dire les pays autre que la Fance, et ils existent maintenant dans la langue française.

Ce projet me donne beaucoup d’inspirations, je peux l’adopter dans le système d’enseignement chinois en changeant quelques principes.

Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts

Réflexion sur la notion « pédagogie de projet »

Le problème qui réside dans l’université d’aujourd’hui est que les étudiants manquent la motivation pour leurs études, parce qu’ils trouvent que l’université ne produit pas de sens au-delà des cours. D’après Bernard Charlot, l’université est aujourd’hui plutôt considérée comme un lieu d’acquisition de diplômes qu’un lieu de culture ou un territoire de base du quotidien. C’est-à-dire que les étudiants ne peuvent pas trouver leur intérêt ou leur besoin dans l’université.

La pédagogique de projet peut contribuer à remplir ce défaut de l’université.

La notion « pédagogie de projet » est apparue dans l’article Réflexivité, lecture littéraire et langues étrangères. Selon Puren, la pédagogie de projet est une pédagogie qui pousse l’apprenant à des activités organisées en fonction d’un objectif social, ce qui oriente donc vers une finalité de responsabilisation et d’autonomisation. Pour que l’action se fasse effectivement, l’apprenant doit être amené à réfléchir sur son apprentissage pour pouvoir lui-même se créer un projet d’apprentissage le plus conforme possible à ses besoins et à ses objectifs. Ce projet est défini à partir des compétences des élèves, et en même temps, les élèves peuvent les modifier en rencontrant des problèmes dans ce projet. Pédagogique de projet se base sur le fait qu’on apprend mieux en étant actif et en découvrant par soi-même. L’élève devient donc le participant de ce projet

En relation avec le lire/écrire, après avoir écrit les biographies de lecture ou d’écrivain, les apprenants peuvent rendre mieux compte de ses qualités ou de ses défauts dans sa vie de lecture ou d’écrivain, et donc ils peuvent modifier le projet d’apprentissage ou créer un nouveau selon leur propre situation, pour que le projet correspond à ses fins.

La pédagogie de projet implique la mutation du métier de l’enseignant et du métier de l’élève. La place de l’enseignant est modifiée, puisqu’il est amené à jouer plusieurs rôles de façon successive : animateur de projet, personne conseil, transmetteur de savoirs. La place de l’élève est également modifiée : il est force de proposition, constructeur de son savoir ; il a un autre rapport à l’enseignant (personne ressource).

Bibliographie

  1. Une pédagogie interculturelle de transformation sociale sur un blog,

Lien : http://ufr.zero.over-blog.org/article-17131091.html

  1. Chiara Bemporad Réflexivité, lecture littéraire et langues étrangères

Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts

Synthèse des trois acticles : PISA à la loupe 8 : les élèves d’aujourd’hui lisent-ils par plaisir ?, Goûts, habitudes et performances en lecture des élèves de 15 ans d’après PISA, et Lecture par plaisir et performances scolaires à 15 ans dans les pays de l’OCDE

Introduction

Ces trois articles me conduisent à découvrir le monde relatif à la situation de la lecture chez les élèves de 15 ans, selon les enquêtes de PISA. La raison pour laquelle je m’intéresse beaucoup à PISA se justifie par la forte possibilité que les lycéens seront le public visé dans mon futur travail du FLE.

Le PISA est un acronyme pour « Program for International Student Assessment » en anglais, et pour « Programme international pour le suivi des acquis des élèves » en français. Ce programme évalue les compétences des jeunes de 15 ans dans les domaines de la lecture, des mathématiques et des sciences. En 2009, 65 pays ou « économies partenaires », dont les 34 pays de l’OCDE, ont participé à cette enquête visant à évaluer principalement la compréhension de l’écrit, comme lors de la première enquête en 2000.

Présentation brève des articles

Ces articles développent tous les trois ses analyses à partir des résultats de l’enquête PISA 2009 ainsi que l’enquête PISA 2000, qui sont présentés sous forme de tableau statistique et qui ont répondu beaucoup de questions relatives au domaine de la lecture. Ils analysent surtout les données moyennes de l’ensemble des pays de l’OCDE, mais ils mettent l’accent sur quelques pays lorsque leurs données sont marquées. Ce qui est particulier, l’article Goûts, habitudes et performances en lecture des élèves de 15 ans d’après PISA mène chaque fois une comparaison entre les cas de France et ceux des pays de l’OCDE. Je vais tout à bord faire une synthèse de ces trois acticles en les arrangeant en petits thèmes, puis raconter ma propre réflexion de ces trois articles.

Les élèves de 15 ans lisent par plaisir ou non

Selon un tableau de PISA(voir annexe 1), nous voyons que 64% des élèves dans les pays de l’ OCDE en moyenne ont déclaré qu’ils lisaient par plaisir. Le cas en France est moins optimiste qui représente 61%. Par contre, la France fait partie des pays qui a une augmentation marqué depuis 2000.

Écart du plaisir à lire entre garçon et fille

Les garçons prennent moins de plaisir à lire que les filles, et la différence s’accroît entre les deux sexes. C’est peut-être parce que les filles aiment les loisirs calme alors les garçons aiment du sport. Comme pour la moyenne des pays de l’OCDE, en France, en 2009, 52 % des garçons et 70% filles déclarent lire par plaisir, de moins de trente minutes à plus de deux heures par jour. Depuis 2000, l’écart n’a guère évolué, que ce soit en France ou dans l’ensemble de l’OCDE.

Lien entre le plaisir à lire et le milieu socio-économique

Le pourcentage des élèves issus d’un milieu socio-économique favoriséont déclaré qu’ils lisaient quotidiennement par plaisir, et vingt points plus haut que celui des élèves issus d’un milieu socio-économique défavorisé (72% contre 56%). En fait, Cet écart observé entre les élèves issus de milieux socio-économiques favorisés ou défavorisés dans le fait de lire par plaisir ou non est plus marquée dans les pays de l’OCDE que dans les pays et économies partenaires.

Lien entre le plaisir à lire et les meilleurs résultats

Il est important de noter que, Dans tous les pays qui ont participé à l’enquête PISA, les élèves prenant le plus de plaisir à lire sont aussi ceux obtenant les meilleures performances en compréhension de l’écrit.

La relation entre la performance des élèves en compréhension de l’écrit et leur engagement dans la lecture est basée sur trois aspects pris en compte pour déterminer cet engagement : le plaisir de la lecture, le temps consacré à la lecture par plaisir et les types de lectures choisies par plaisir.

En fait, c’est un cercle vertueux, ceux qui lisent par plaisir, lisent plus de livres que ceux qui n’ont pas le goût pour des livres. Par conséquent, ceux qui lisent par plaisir escomptent de bons résultats en compréhension de l’écrit, ce qui les encouragent de lire davantage.

Lien entre la durée de lecture et les meilleurs résultats

Les élèves ont été interrogés sur leur fréquence de lecture par plaisir et le temps qu’ils y consacrent. En général, l’écart de performance n’est pas très évident lors que le temps du lecture s’allonge. Parce que les élèves peu compétents pour lire un texte, peuvent apprendre plus de choses avec l’allongement du temps de lecture.Le simple fait de lire par plaisir 30 minutes par jour améliore de façon significative la performance des élèves. Selon l’enquête, 36% des élèves dans les pays de l’ OCDE en moyenne ne lisent pas plus de 30 minutes par jour, (contre 31 % en France).

Lien entre la diversité de lecture et les meilleurs résultats

Les imprimés les plus appréciés par les élèves sont les magazines et les journaux. Selon l’enquête, les élèves qui ont des lectures variées(comme magazine, livre de fiction…) obtiennent de bons scores en compréhension de l’écrit. Ils sont plus performants que les élèves dont les habitudes de lecture sont uniformes. Parce que leur cerveau s’adopte mieux aux structures différents conformément aux sciences différents.

Une diminution du plaisir à lire

Sauf au Japon, c’est presque identique que tous les pays voient une baisse du pourcentage d’élèves lisant par plaisir. D’après l’enquête PISA 2009 ainsi que l’enquête PISA 2000, pour les élèves des pays de l’OCDE, le pourcentage qui indique lire par plaisir a diminué, en moyenne, de 5 points de pourcentage passant de 69 % en 2000 à 64 % en 2009, et de 9 points de pourcentage en France passant de 70 à 61 % (voir annexe 2).

Réflexion

J’ai retenu beaucoup au fur et à mesure de mon lecture. Comme le plaisir à lire influence tant les compétences et les performances des élèves, je pense que les enseignants peuvent réduire relativement les lectures scolaires pour que les élèves aient plus de temps pour leurs lectures libres. Si je propose cela, c’est parce qu’en Chine, les élèves sont très occupés de ses devoirs scolaires, ils ont très peu de temps pour les lectures libres, c’est-à-dire le plaisir à lire se trouve rarement chez les élèves chinois. Comme je vais enseigner le français en Chine après mes études en France, je me réfléchi toujours à l’amélioration de la méthodologie de l’enseignement.

D’après l’enquête internationale PISA, il y a une tendance que la durée de lecture par plaisir diminue chez les jeunes. Le rôle de l’enseignant est ainsi très important. Peut-être les enseignants peuvent penser à diverses manières de faire lire les élèves, par exemple, la présentation à une classe de sélections de livres (par genre, par forme littéraire, par thème, par période…), les modes de retour de lecture des élèves variés (oral ou écrit, panneau, critiques littéraires…), l’organisation de défi lecture, de rallye lecture, de débat littéraire, la participation à un prix littéraire, les lectures à voix haute, ect. Je crois que toutes ces expériences permettent d’accroître le nombre de lecteurs et de livres lus dans une classe. Mais pour un élève qui n’a pas du tout le goût de lire, il va détester davantage la lecture au cours de ces activités, parce que celles-ci est basées sur l’hypothèse que les élèves aiment bien lire, dans ce cas-là, ces activités peuvent absolument très attirantes et variantes pour eux. Par ailleurs, si un enseignant lit en classe de temps en temps quelques lignes dans un livre qui peuvent être intéressées par les élèves, cela peut donner beaucoup de goût de lire même aux élèves qui n’ont pas l’habitude de lire. Parce que c’est le début qui est le plus difficile, la continuation peut se tenir par l’habitude, et une habitude peut être formée dans 21 jours. Quand au choix des livres, les lectures cursives peuvent être liées à la séquence en cours, mais ce n’est pas une obligation. Si l’on veut que les élèves lisent, il me paraît fondamental de commencer par leur lire divers livres. Cette variété concerne les genres, les thèmes, les modalités de narration, le format, l’épaisseur, etc.

Bibliographie

  1. VAYSSETTES Sophie et CHARBONNIER Éric, Lecture par plaisir et performances scolaires à 15 ans dans les pays de l’OCDE.revue Internationale d’éducation de sèvres, 2011, numéro 57, p.55-63
  2. FUMEL Sylvie et TROSSEILLE Bruno, Goûts, habitudes et performances en lecture des élèves de 15 ans d’après PISA. Édition formation, décembre 2011, numéro 80, p.61-68.
  3. BORGONOVI Francesca, PISA à la loupe 8 : les élèves d’aujourd’hui lisent-ils par plaisir ?, Paris : OCDE, août 2011, p4, disponible sur le site http://www.oecd.org/

Annexe 1  Proportion d’élèves ayant déclaré lire par plaisir en 2000 et 2009

1

Annexe 2  Évolution du pourcentage d’élèves lisant par plaisir entre 2000 et 2009

2

Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts

Reflexions sur les emprunts du japonais dans la langue chinoise

Introduction des emprunts du japonais dans la langue chinoise

Dans l’histoire d’échange culturel entre la Chine et le Japon, deux périodes sont non négligeables: l’époque de la dynastie des Tang et l’époque moderne. Pendant la première époque, le Japon a emprunté les caractères ainsi que les lexiques de l’ancien chinois. C’est la raison pour laquelle le japonais abondent en caractères chinoises. Alors, pendant la deuxième époque, de nombreux mots japonais entrent dans la langue chinoise. Selon les statistiques, 70% des termes du domaine sciences humaines et sociales viennent du Japon. Les Japonais traduisent ces termes occidentaux avec les caractères chinoises, soit les lexiques existaient déjà dans l’ancien chinois dont leurs singnification a plus ou moins changée, tels que 社会(société)、经济(économie), soit les lexiques créés par les Japonais avec les caractères chinoises, tels que 个人(individuel)、科学(science)、美学(esthétique). Ces termes empruntés prennent racine dans la langue chinoise, de manière qu’on ne prend même pas conscience lors qu’on les utilise.

Pourquoi le temps a choisi les traductions des Japonais de ces termes occidentaux mais pas celles des Chinois ?

En fait les Chinois ont essayé de traduire directement ces termes occidentaux, pourquoi ce sont les versions japonaises qui ont réussi?

Je vais essayer de répondre cette question d’après moi selons les deux façons de traductions: la traduction phonétique et la traduction sémantique.

Au niveau de la traduction phonétique, le mot téléphone a été traduit par les Japonais comme « 电话 », contre la traduction « 德律风 » par les Chinois, puis cette dernière disparaît et 电话 reste. Les même choses arrivent aussi aux noms abstraits : le terme démocratie(民主) a été traduit par les chinois comme « 德谟克拉西 », et science(科学) comme « 赛因斯 ». Evidemment les versions japonaises sont plus acceptables par rapport à celles des Chinois. Parce que nous ne pouvons pas négliger le fait que le chinois est une écriture figurative, les caractères transmettent les significations, ainsi nous ne pouvons pas nous empêcher de penser à leur sens derniers les mots. C’est la raison pour laquelle la traduction sémantique est plus acceptable par les Chinois par rapport à la traduction phonétique.

Au niveau de la traduction littéraire, nous avons Yanfu dont les traductions d’œuvres philosophiques occidentaux ont exercé une grande influence sur le mouvement intellectuel en Chine. Il se perfectionne sans cesse dans la traduction et y fait toujours les citations classiques. Il a traduit le terme économie comme « 计学 », contre la version japonaise « 经济 », « 群 » contre « 社会 » pour le terme « société », « 母材 » contre « 资本 » pour le terme « capital », « 理学 » contre « 哲学 » pour le terme « philosophie », « 玄学 » contre « 形而上学 » pour le terme « metaphysics », ect. Yanfu et les savants japonais traduisent tous une langue étrangère en utilisant les caractères chinoises, d’une part, le niveau de la langue étrangère de Yanfu n’est abusolument pas inférieur que celui des savants japonais, d’autre part, comme le chinois est sa langue maternelle, sa maîtrise de chinois est largement supérieure que les savants japonais. Pourquoi Yanfu a échoué dans la traduction de ces termes? Je pense qu’il y a au moins deux causes, l’une est bien que le chinois est sa langue maternelle, il a une compréhension profonde des sens des caractères chinoises et il est donc limité par ces sens. Mais pour les Japonais, ils n’ont pas la sensation comme Yanfu, ils peuvent changer librement les sens originaux de ces mots, ou créer des nouveaux mots avec les caractères chinoises. L’autre cause pour son échec est que Yanfu recherche non seulement la correction, mais aussi le style élégant et le rythme musical dans ses traductions. Il préfère ainsi les seules caractères pour traduire les termes occidentaux. Par conséquent, il a moins de liberté que les Japonais, et ses traductions sont moins compréhensibles par les publics.

La réussite des Japonais dans la traduction des termes occidentaux signifie l’échec général de Yanfu ?

Je pense que non, les ouvrages traduits par Yanfu étaient assez populaires dans son époque. Il n’a pas tort pour poursuivre l’élégance et le rythme dans la traduction.

Quelle influence nous ont imposé ces emprunts japonais ?

Il y a centaine d’année depuis l’emprunt des termes japonais. Chaque fois que je pense au fait que la plupart des concepts dans nos réflexions, nos exposés et nos écritures sont créés par les Japonais, je pense à cette question : ce fait a imposé quelle influence sur le mode de pensée des Chinois ? Autrement dit, si le Japon n’existe pas, avec les traductions de Yanfu, va-t-on comprendre les concepts de la même façon qu’aujourd’hui ? Ou bien même si le Japon n’exist pas, les traductions de Yanfu auraient quand même été abandonnées ?

Plus concrètement, si les concepts « 政治(politique) », «经济(économie) », « 文化(culture) », « 革命(révolution) », « 阶级classe », « 社会主义(socialisme) », « 资本主义(capitalisme) » ont changé leur apparence, nos conceptions et nos compréhensions de ces concepts changent-elles aussi ?

Généralement, il est difficile de réfléchir à l’influence de ces emprunts. Parce qu’il est inévitable d’utiliser les emprunts pour penser à ces emprunts. Ce qui est un boucle sans fin.

Mais on peut imaginer quand même quelques circonstances.

Depuis les années 80, il apparaît une notion « une étude de laideur » dans le domaine esthétique(美学). L’étude de laideur est opposée de la science de beauté, en fait celle-ci est créée par les Japonais pour traduire le terme « aesthetics(esthétique) ». Mais le sens primitif d’esthétique est l’étude de la perceptibilité(感性学). Si le terme esthétique est traduit autrement, comme « 感性学(la science de la perceptibilité) », existe-il la science de laideur ?

Le concept 小说(roman) peut à la fois être utilisé en Chine pour décrire le « novel(roman) » et le « shortstory(conte) », on dit 长篇小说(roman long) et 短篇小说(roman court). Par conséquent, il y a un débat sur la différence entre le roman long et le roman court. Les uns pensent que la seule différence est le nombre des mots, mais les autres considèrent qu’il y a une différence essentielle dans le domaine esthétique. Si on utilise au début les notions différentes pour distinguer le « novel(roman) » et le « shortstory(conte) » comme en anglais et en français, existe-il un tel débat ?

Ou encore, le terme « littérature » est traduit au début par les Japonais comme « 文章学 », puis celui-ci est remplacé par « 文学 ». Si la version « 文章学 » reste, est-ce qu’on regarde le terme littérature de la même façon d’aujourd’hui ?

Certe, les traductions les plus idéales sont celles qui effectuent à la fois la traduction phonétique et la traduction littéraire, comme 可口可乐(coca-cola) et 逻辑(logique). Mais ces cas n’arrivent pas toujours, la traduction a ses limites et les traductions des Japonais ne sont pas les traductions parfaites. Est-il le moment qu’on doit traduire de nouveau ces termes pour approcher davantage les sens originaux de ces termes ? Cette question reste à réfléchir. Parce que comme la plupart des termes occidentaux sont traduits par les Japonais, les pays occidentaux et la Chine sont toujours séparés par le Japon.

Bibliographie :

Le problème des « emprunts » du japonais dans la langue chinoise moderne, Binbin WANG

Zhong hua wen hua qu tan, maison d’édition hua yu jiao xue.

Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts