Tous les articles par YAN Xiaodong

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

Rencontres jeunes chercheurs : Altérités langagières : stratégies d’adaptation et d’appropriation

C2A1DDCD-F0C8-4E14-BF7F-6AE5EE787726

9 et 10 JUIN 2016

ILPGA

19 rue des Bernardins, 75005 Paris

 

Bibliographie

  • Authier-Revuz, J. (1982). Hétérogénéité montrée et hétérogénéité constitutive, éléments pour une approche de l’autre dans le discours. In DRLAV, n°26, pp.91-151.
  • Authier-Revuz, J. (1995). Ces mots qui ne vont pas de soi : Boucles réflexives et non-coïncidences du dire. Paris : Larousse.
  • Bakhtine, M. (1978). Esthétique et théorie du roman. Paris : Gallimard.
  • Bakhtine, M. (1984). Esthétique de la création verbale. Paris : Gallimard.
  • Bornand, S. & Leguy, C. (2013). Anthropologie des pratiques langagières. Paris : Armand Colin.
  • Chauvier, E. (2011). Anthropologie de l’ordinaire : une conversion du regard. Toulouse : Anacharsis.
  • Ducrot, O. (1980). Le Dire et le Dit. Paris : Minuit.
  • Dufaye, L. & Gournay, L. (2010). L’altérité dans les théories de l’énonciation. Paris/Gap : Ophrys.
  • Ferréol, G. & Jucquois, G. (2003). Dictionnaire de l’altérité et des relations interculturelles. Paris : Armand Colin.
  • Hartog, F. (1980). Le Miroir d’Hérodote. Essai sur la représentation de l’autre. Paris : Gallimard.
  • Maldidier, D. (1990). L’inquiétude du discours : textes de Michel Pêcheux. Paris : Cendres.

Le colloque est ouvert à tous : masterants, doctorants, jeunes chercheurs…
Entrée libre en fonction des places disponibles.
Une attestation de présence sera remise aux participants.

Conférencières invitées

  • Patricia von Münchow
  • Muriel Molinié

 

Programme

Jeudi 9 juin 2016

09h00 : Accueil – petit-déjeuner

09h30 : Mot d’ouverture, Dan Savatovsky (Directeur de l’ED 268, Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3, France)

10h00 – 11h00 : Conférence plénière

  • Sémiotiser l’altérité en didactique des langues : médiation artistique et politique de la relation, Muriel Molinié(Laboratoire DILTEC, Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3, France )

11h00 – 11h15 : Pause café

11h15 – 12h15 : Session “Altérité et didactique des langues”

Présidée par Paola Rivieccio (Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3, France)

  • Représenter l’altérité pour former des frontières : visions croisées des discours de l’Alliance française de Paris et de l’Alliance française de Buenos Aires (1914-1918), Alice Burrows(Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3, France)
  • Altérité langagière : représentations et stratégies d’appropriation dans le discours d’étudiants philippins.,Théry Béord (Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3, France)

12h15 – 14h00 : Déjeuner

14h00 – 15h00 : Session “Altérité et analyse du discours”

Présidée par Claire Doquet (Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3, France)

  • « In SIM » : Metaphors and the Mars Desert Research Station,Alexis Black(Concordia University, Montreal, Canada)
  • Mesurer une convergence interactionnelle : de la similarité à l’affiliation, Mathilde Guardiola(Aix Marseille Université, France)

15h00 – 15h15 : Pause café

15h15 – 17h00 : Deux sessions d’ateliers

Animés par Nada Daou (Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3, France)

Cet atelier est divisé en deux séances chacune d’une trentaine de minutes, le reste du temps étant consacré à la lecture et au partage des opinions.

Il s’agit de connaître l’autre dans ses différences et ses similitudes tout en creusant dans ses sillages scripturaux. Il reste à noter que cet atelier d’écriture puise ses racines dans l’OuLiPo (Ouvroir de Littérature Potentielle).

Matériel : Papier et stylo, ou tablette et ordinateur pour ceux qui préfèrent l’écriture numérique.
1.Écriture créative (30min, 25 personnes)
2. Écriture polyphonique (30min, 25 personnes)

Inscription au préalable à l’adresse rjc.ed268.p3@gmail.com

17h00 : Collation

Vendredi 10 juin 2016

09h00 : Accueil

09h30 – 11h00 : Session “Altérité : traduction et adaptation”

Présidée par Nicolas Dejenne (Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3, France)

  • Du tableau esthétique au récit de bataille : un exemple sanskrit de transposition de genre du Kumārasaṃbhava au Skandapurāṇa, Amandine Wattelier-Bricout(Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3, France)
  • Churchill, si loin, si proche : transplanter, acclimater ou adapter les fragments du discours churchillien pour les lecteurs français ?, Virginie Buhl(ESIT, Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3, France)
  • L’apport du traitement des tokens arabes dans la traduction des occurrences de «lamā», Dhaou Ghoul(Université Sorbonne Paris 4, France)

11h00 – 11h15 : Pause café

11h15 – 12h15 : Conférence plénière

  • Construction et dépassement discursifs et didactiques du “Même” et de ”l’Autre” dans les manuels scolaires d’histoire pour le collège, Patricia von Münchow(Université Paris 5, EA 4071 EDA)

12h15 – 14h00 : Déjeuner

 

YAN Xiaodong

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

compte rendu :Apprentissage du français et motivation existentielle – Le cas des universités à Taiwan

En didactique du français langue étrangère, la notion de motivation pour l’apprentissage de la langue est largement liée à la théorie de la motivation instrumentale/intégrative. Néanmoins, cela ne correspond pas au cas des apprenants du français en langue optionnelle dans les universités de Taiwan. Dans ce présent article, l’auteur nous montre, à partir de son enquête, que la motivation de ce public est plutôt à relier au contexte sociétal et aux attentes identitaires. Ce type de motivation est, donc, de nature existentielle.

Un fait remarqué par des enseignants et des chercheurs est l’absence relative de motivation des apprenants pour l’apprentissage du français dans le zone asiatique non francophone (Tang, 2004 ; Bok, 2004). C’est par ce pessimisme que l’auteur est motivé à chercher localement une solution partielle pour enrayer cet affaiblissement de la motivation lié à l’apprentissage du français.

Question de motivation

A Taiwan, la notion de motivation ne semble pas avoir fait l’objet de recherches dans le milieu des enseignants-chercheurs du français enseigné en option. L’auteur a proposé ainsi une étude visant à connaître la motivation de ce public. Sept catégories de questions se trouve dans le questionnaire : l’ajustement à l’environnement sociale, l’influence d’autres personnes, les contacts recherchés, la familiarité, l’utilité, et enfin « le mieux-être » qui est définie de la manière suivante : elle recouvre tout ce qui est perçu par les étudiants comme affectant directement la qualité de leur vie, tout ce qui donne sens à leur existence sociale et individuelle et leur permet en même temps un retour sur leur propre culture.

La représentation « les Français romantique » 

Selon Jodelet (1999), la représentation sociale est « une forme de connaissance, socialement élaborée et partagée, ayant une visée pratique et concourant à la construction d’une réalité commune à un ensemble social ». C’est donc une vision compacte, éventuellement fictive de l’Autre, circulant dans une communauté humaine. L’aspect fictif de la représentation reste singulier et marquant de ce groupe, c’est ainsi qu’au Japon, à la différence du monde chinois, on ne semble pas considérer les Français comme romantiques malgré de points communs dans leurs représentations.

D’après Zarate (1995, p. 39), « le recours à l’histoire permet de retrouver la genèse des représentations […] le document historique permet de retrouver comment le sens s’est construit, de restaurer la diversité des intérêts qui étaient alors en jeu ». L’auteur a donc essayé de retrouver, dans la mesure du possible le parcours de la représentation des Français romantiques.

La Chine de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, pays en peine crise institutionnelle et sociétale, voit s’épanouir de nombreuses traductions d’œuvres littéraires occidentales, notamment celles du romantisme français, qui vont bouleverser le monde des lettres chinoises (Lee, 2002). L’idée romantique de l’amour-passion va circuler dans ce public et devenir le noyau central de la représentation des Français romantiques. L’amour partagé va ainsi frapper la conception chinoise traditionnelle du mariage arrangé et influencer des attitudes sur les relations d’amour des Chinois. L’image qu’ont les premiers diplomates chinois envoyés en France à partir de 1866 et les jeunes Chinois arrivés avec le mouvement ouvriers-étudiants (Leung, 1982) dans les années 1910 à propos de la qualité de vie en France joue aussi un rôle dans la fondation de cette représentation. Selon les recherches, le nombre de voyageurs à destination de la France augmente, mais il est difficile de connaître statistiquement leurs impressions sur la France et les Français, ainsi que leur motivation de départ. L’enrichissement sensible des rayons consacrés aux ouvrages sur les cafés Paris, la mode, la gastronomie, l’architecture, le design d’intérieur, les arts picturaux, les jardins et le vin en France dans les librairies taiwanaises témoigne de la circulation d’un discours qui accorde une grande place à la qualité de vie des Français. Des publicités s’appuyant souvent sur des éléments de la culture français pour accorder une qualité de prestige. Dans les médias écrits spécialités, la France est encore plus souvent présente. Enfin, l’influence majeure des livres francophiles sur la représentation des Français semble incontournable dans une telle analyse de discours.

Évolutions sociales et identitaires

Pour comprendre comment cette représentation influence la motivation de nos étudiants pour le choix des cours de français, il faut noter le rôle de l’évolution politico-économique de Taiwan depuis les années 1980. L’installation du régime démocratique et le développement économique soutiennent une porte ouverte vers l’étranger pour tout le monde et une consommation débridée. Les enfants de cette génération sont donc nés dans une relative aisance. Ils se caractérisent par leur plus grande ouverture au monde, l’occidentalisation avancée de Taiwan et la mondialisation les amène à développer des valeurs plus individualistes, la situation politico-économique de Taiwan leur ouvre des horizons professionnels. Ces phénomènes produisent un renouvellement identitaire pour ces générations d’étudiants. La désirabilité de l’étranger est un des caractéristiques de ces nouvelles générations.

La motivation existentielle

Nuttin (1996), dans l’approche relationnelle, définit la motivation non comme un processus de déclenchement mais comme « […] l’orientation dynamique continue qui règle le fonctionnement, également continu, de l’individu en interaction avec son milieu ». Ces interactions répondent aux besoins individus pour réaliser un objet-but, en passant éventuellement des objets-moyens. Le besoin défini comme « une relation requise entre l’individu et le monde » est un agent primordial dans cette théorie. Ainsi l’explication de la motivation ne se résume pas à un choix entre la prépondérance de l’individu ou de l’environnement, mais plutôt à un jeu des interactions individu-monde.

L’hypothèse est que la motivation des étudiants de Taiwan s’appuie sur un intérêt marqué pour la culture française sous l’influence de la représentation « les Français romantiques ». Cette culture permettrait d’atteindre un objet-but qui serait l’amélioration qualitative de leur existence en tant qu’individus, c’est en ce sens qu’on évoque une motivation existentielle. L’étendue de son domaine englobe tous les niveaux de l’existence mais privilégie plus souvent l’affectif, les représentations de soi et de l’autre jouant un rôle fondamental ainsi que les valeurs sociales de l’apprenant. Par rapport au paradigme de R. Gardner et de W. Lambert insistant sur les risques d’acculturation, la motivation existentielle affecte le rôle de l’autre qui n’agit plus alors sur l’apprenant comme une force centrifuge à travers diverses formes d’assimilation ou d’intégration. Elle tend au contraire à devenir une force centripète en incitant l’apprenant à se centrer sur son groupe d’appartenance, les apports de la langue-culture étrangère étudiée devenant une (res)source du développement personnel.

 

 

Bibliographie

Serge Dreyer, « Apprentissage du français et motivation existentielle. Le cas des universités à Taiwan », Lidil [En ligne], 40 | 2009, mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 20 décembre 2013. URL : http://lidil.revues.org/2911

 

YAN Xiaodong

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Les types de normes

«En réalité, de nombreuses recherches sur le thème de « la norme » ont montré que celle-ci n’est ni évidente, ni consensuelle, ni synthétique, au point qu’il est impossible de garder ce terme au singulier : il existe DES normes, de différentes natures. Normes perspectives explicites (du type « ne dites pas… mais dites… ») ; normes d’usages objectives, constatables statistiquement, et variables selon les occasions, les milieux, les personnes, les sujets, les situations…; normes imaginaires, que personne ne suit mais qui existent sous forme de fantasmes, par exemple « la clarté française » ou « l’accent chantant », etc. » (ÉLOY Jean-Michel, 1998)

 

Typologie des normes

La réflexion portant sur le concept de normes s’est développée surtout chez linguistes et sociolinguistes francophones. Elle s’est enrichie au fur et à mesure d’un certain nombre de distinctions, proposées par différents auteurs, en dépit des disparités existant dans la terminologie, les vues recouvrent assez largement l’étendue du champ considéré et les points de focalisation. Marie-Louise Moreau (1997) propose ainsi d’un modèle à cinq types de normes, fondé sur une double conceptualisation de la langue, qui est à la fois une pratique (perçue par le locuteur ou autrui comme plus au moins prescrite, contrôlée, conforme) du discours et à la fois un discours sur la pratique (une capacité à produire dans des circonstances spécifiques des attitudes langagières, des jugements évaluatifs), selon T. Bulot.

  1. Les normes objectives (on parle aussi de normes constitutives, de normes de fréquence, de fonctionnement, normes ou règles statistiques, etc.) désignent les habitudes linguistiques partagées par les membres d’une communauté. Ce sont les règles qui sous-tendent les comportements linguistiques, indépendamment de tout discours métalinguistique ou épilinguistique. Moreau souligne le fait qu’à l’intérieur d’une communauté, certaines normes objectives partagent un champ d’application général. Au contraire, d’autres normes objectives peuvent se décrire comme concurrences, soit que certains membres emploient tantôt à l’une, tantôt à l’autre, soit que les différents groupes composant la communauté ne privilégient pas les mêmes normes objectives.
  1. Les normes descriptives (appelées aussi normes ou règles constatatives, objectives, etc.) décrivent les normes objectives de manière explicite. Elles ne peuvent être traitées comme descriptives que dans la mesure où elles se bornent à enregistrer les faits constatés, sans associer de jugement de valeur à la description, sans hiérarchiser les normes objectives concurrentes. Même pour les langues les mieux décrites, il importe de percevoir que l’ensemble des normes descriptives ne décrive pas exhaustivement toutes les normes objectives, son nombre est considérablement plus réduit, parce que les attentions portées sur les normes objectives des divers groupes ne sont pas pareilles, certains variétés sont davantage décrites que d’autres, et parce que, à l’intérieur même des variétés les plus examinées, certaines régularités ont échappé aux observateurs.
  1. Les normes prescriptives (nommées aussi normes sélectives, règles normatives, etc.) marquent un ensemble de normes objectives, comme étant le modèle à rejoindre, comme étant « la » norme. Elles hiérarchisent ainsi les normes objectives concurrentes, mais elles empruntent souvent les apparences des normes descriptives dans un discours méta ou épilinguistique explicite. Les formes valorisées se caractérisant essentiellement par une fréquence d’emploi plus élevée dans un groupe social déterminé, identifié de manière variable selon les communautés et selon les circonstances.
  1. Les normes subjectives (ou évaluatives) concernent les attitudes et les représentations linguistiques, elles entretiennent avec les normes prescriptives des rapports complexes, les conditionnant partiellement et étant pour partie déterminées par elles. Elles attachent aux formes des valeurs esthétiques affectives ou morales : ainsi, d’après Moreau, quand la priorité va au capital symbolique, les formes préconisées sont jugées belles, élégantes, etc., les stigmatisées étant perçues comme dysphoniques, relâchées, vulgaires… Quand c’est au groupe que la priorité est accordée, les formes préconisées sont ressenties comme, par exemple, plus expressives, plus chaleureuses, les autres étant prétentieuses et froides, etc. La hiérarchisation en fonction de la priorité à la tradition attachera aux traits de la variété privilégiée les adjectifs vrai, authentique, pur, etc. Les normes subjectives peuvent être implicites ou explicites, en ce dernier cas, elles constituent souvent des diverses stéréotypes. L’intérêt que portent les normes subjectives est qu’elles constituent le domaine discursif par excellence du concept dans la mesure où l’analyse sociolinguistique peut ainsi mettre à jour les représentations sociales des groupes sociaux individués par leur écart à la norme.
  1. Les normes fantasmées renvoient notamment à la théorie de l’imaginaire linguistique (Houdebine, 1993). Les membres de la communauté linguistique se forgent un ensemble de conceptions sur la langue et son fonctionnement social, qui ne présentent parfois qu’une zone inacceptable. Elles peuvent être individuelles ou collectives et ajoutent sur les quatre types de normes précédentes, dont elles méconnaissent généralement l’extension, avec pour terrain privilégié, mais non exclusif, celui des rapports entre normes objectives, prescriptives et subjectives. Moreau souligne que l’un secteur important des normes fantasmées concerne la manière dont les membres de la communauté conçoivent ce qu’est la norme, la part que prennent les grammairiens et les autres institutions normatives dans sa définition, et les groupes sociaux qui la détiennent. On peut ainsi mettre parfois en évidence, dans certaines communautés qu’une proportion majeure de locuteurs envisagent la norme comme en ensemble abstrait et inaccessible de prescriptions et d’interdits, qu’ils ne voient s’incarner dans l’usage de personne et par rapport auquel tout le monde se trouve donc nécessairement en défaut.

 

 

Bibliographie

Bulot, t. et Blanchet, P., 2013, Une introduction à la sociolinguistique : Pour l’étude des dynamiques de la langue française dans le monde. Editions des Archives Contemporaines.

ÉLOY Jean-Michel, et al., 1998, «  Qualité de la langue et crise du français», in Le français aujourd’hui, 124, p. 14

MOREAU M. –L., 1997, « Les types de normes », in Sociolinguistique (Concepts de base), Mardaga, Sprimont.

 

YAN Xiaodong

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Compte rendu :Diversité des langues, universalité de la traduction

– Babel et la diversité des langues

Aujourd’hui, il y aurait plus de 6000 langues parlées dans le monde. La tour de Babel met en place la figure emblématique de cette richesse. Dans la Genèse (XI, 9), le récit se termine ainsi : « Yahvé les dispersa de là sur toute la surface de la terre et ils cessèrent de bâtir la ville. Aussi la nomma-t-on Babel, car c’est là que Yahvé confondit le langage de tous les habitants de la Terre et c’est là qu’il les dispersa sur toute la surface de la Terre. » Nulle part on ne trouvera de trace à la traduction, mais lire la Bible la présuppose, car peu de gens sont capables de lire l’Ancien Testament en hébreu.

Impossible de parler de traduction en faisant l’impasse sur les textes bibliques, parce qu’ils ont été et continuent d’être l’objet le plus traduit du monde, la Bible a été traduite dans 2233 langues. La traduction de la Bible souligne trois aspects fondamentaux s’appliquent à toute forme de traduction. Tout d’abord, on traduit, car la langue originelle n’est pas ou n’est plus accessible au grand nombre. La première fonction de la traduction est donc d’ordre pratique, sans elle, la communication ne saurait être possible. Au contraire, la traduction peut s’avérer la condition de survie d’une langue. Une langue que l’on ne peut plus traduire est une langue morte, avant que la traduction ne la ressuscite. Le deuxième aspect à traiter est la question des langues en présence. Ce n’est pas la même chose de traduire de l’hébreu, langue chamito-sémitique, vers le grec, langue indo-européenne, que du grec vers le latin, langues appartenant à la même famille, même si le mécanisme de base reste le même. Mais, quelles que soient les langues considérées, qu’elles soient proches ou lointaines, la traduction ne peut pas être réduite, le « calque » d’une langue sur une autre conduit à un résultat absurde. Quand au troisième facteur, il s’agit de la multiplicité des versions pour un même texte. L’arbitrage de telle ou telle version n’est pas uniquement d’ordre linguistique, dans ce sens, la compétence des traducteurs ne doit non plus être mise en doute. Face à de telles variations, plusieurs attitudes peuvent être adoptées. La première préconise l’intraduisibilité radicale de toute langue par une autre, la consultation directe de l’original surpassant toute autre accès. On peut aussi conclure à l’intraduisibilité relative des langues, en l’occurrence, la traduction risque d’être considérée comme un pis-aller. Enfin, une troisième possibilité consiste à voir dans la diversité des langues autre chose qu’une donnée négative.

 

– Langues et visions du monde

Une question initiale que tout lecteur d’une traduction est en droit de se poser est celui de la différence qui sépare l’original du texte traduit. En effet, une langue n’est pas faite seulement de mots, chacune implique une « vision » du monde propre, conception proposée par Wilhelm von Humboldt, et plus reprise par Edward Sapir et Benjamin Lee Whorf. L’exemple type pour illustrer le « découpage » diffèrent que chaque langue effectue sur le « réel » est celui des couleurs. Au français « bleu », le russe fait correspondre « goluboj » (« bleu clair ») ou « sinij » (« bleu foncé ») ; à l’inverse, à « vert » et à « bleu » ne correspond, dans les langues celtiques, qu’un seul mot, « glas ». On voit, à travers cet exemple, autre chose qu’une simple affaire de vocabulaire. La langue n’est donc pas un simple instrument, une opération intransitive entre la pensée et son expression. La langue informe la pensée. De ce point de vue, la traduction ne saurait être « neutre » ou « transparente » au travers de laquelle le texte de départ apparaîtrait idéalement comme identique. Ainsi, on ne peut pas accuser la traduction à tout un ensemble de transformations : c’est dans la nature même du langage.

 

– La traduction, opération fondamentale du langage

Dans un article capital, « Aspects linguistiques de la traduction », Roman Jakobson distingue trois types de traduction : la « traduction intralinguale » ou « reformulation » ; la « traduction interlinguale », de langue à langue ou « traduction proprement dite » ; la « traduction intersémiotique », qui « consiste en l’interprétation des signes linguistiques au moyen de systèmes de signes non linguistiques ». La traduction qui se base sur des signes, elle ne relève donc pas de la seule linguistique, mais d’un domaine de l’étude de ses signes, la sémiotique. En parlant de « signes », de « signifiants » et de « signifiés », Roman Jakobson s’inscrit dans la lignée de F. de Saussure. En dépit de l’absence des considérations sur la traduction du CLG, la notion de « mot » chez Saussure est à prendre en considération : « Il faudrait chercher sur quoi se fonde la division en mots – car le mot, malgré la difficulté qu’on a à le définir est une unité qui s’impose à l’esprit, quelque chose de central dans le mécanisme de la langue. »

En traduction, on ne traduit pas les mots isolement les uns des autres. Pour Vinay et Darbelnet, l’unité essentielle est, sur le plan des signifiés, l’ « unité de pensée », sur le plan des signifiants, l’ « unité Lexicologique », en ce concerne l’ « unité de traduction », ces trois termes sont considérés comme « équivalents ». Une telle « découpage » à une portée pratique : il permet, une fois les unités délimitées, de procéder à l’analyse des rapports qui relient l’original et sa traduction. Néanmoins, cette méthode entraine deux inconvénients. D’abord, cette démarche consacre trop de place aux aspects linguistiques de la traduction. Le second inconvénient est de ne pas tenir suffisamment compte de la notion des « unités linguistiques » Chez Saussure lui-même. Les Écrits de linguistique générale ne font qu’accentuer l’importance à accorder à la dimension différentielle du langage. La notion d’ « unité différentielle » semblera sans doute difficile à saisir, cependant on la retrouve dès qu’il est question d’établir des « unités de lecture » dans un texte, que Roland Barthes appelle « lexies » : « ce découpage, il faut le dire, sera on ne peut plus arbitraire ; […] La lexie comprendra tantôt peu de mots, tantôt quelques phrases. »

Si la traduction est bien une « propriété fondamentale » du langage, alors à l’image de la langue, la traduction s’intègre elle aussi des « unités différentielles ».

 

 

Bibliographie

Oustinoff, Michaël., 2003, La Traduction, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », no 3688.

 

YAN Xiaodong

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Traduction et vision de l’autre : L’influence de la traduction sur la genèse des représentations de l’autrui

Récemment, sur les réseaux sociaux chinois, on a discuté du sujet des plus belles traductions des noms ou des phrases en chinois. Parmi celles qui ont été les plus citées, l’aspect poétique des traductions du nom des Champs Élysées, et de Fontainebleau est très remarquable.

Dans la mythologie grecque, les Champs Élysées (en grec ancien Ἠλύσιον πέδιον ÿlusion pedion) sont le lieu des Enfers où les héros et les gens vertueux goûtent le repos après leur mort. Chez Homère, les champs Élyséens se situent à l’extrémité occidentale de la Terre, près d’Océan. Dans l’Odyssée, Protée les décrit ainsi à Ménélas :

« Les Immortels t’emmèneront chez le blond Rhadamanthe,

Aux champs Élyséens, qui sont tout au bout de la terre.

C’est là que la plus douce vie est offerte aux humains ;

Jamais neige ni grands froids ni averses non plus ;

On ne sent partout que zéphyrs dont les brises sifflantes

Montent de l’Océan pour donner la fraîcheur aux hommes. »

En chinois, le nom de l’avenue des Champs-Élysées 香榭丽舍a été donné par le célèbre peintre chinois Xu beihong ( 1895 – 1953) lorsqu’il faisait ses études supérieures en France. Le premier caractère 香 « odorant » nous fait sentir immédiatement l’odeur attrayant flottant sur cet endroit où se répandent nombreux cafés, pâtisseries, parfumeries. Le 榭 désigne le pavillon construit sur eau. Quant à 丽舍 « belle demeure », il renvoie aux bâtiments emblématiques d’architecture Osman qui se situent aux deux côtés de l’avenue. Cette traduction se base tout d’abord sur une transcription phonétique, les quatres caractères ont été choisis en fonction de la prononciation des Champs-Élysées en français. De plus, cette traduction projetent aux yeux des gens une image tellement vivante et charmante de cette plus belle et célèbre avenue du monde. L’avantage est sa force dynamique se cachant derrière les signes linguistiques.

Le nom de Fontainebleau est très ancien. La première mention du château de Fontainebleau dans une charte royale remonte à 1137, année de l’avènement de Louis VII le Jeune. L’étymologie de Fontainebleau est discutable selon différents points de vue. L’explication la plus souvent évoquée est qu’il s’agit d’un mot formé par contraction de « Fontaine belle eau ». Fontainebleau est attesté sous les formes latinisées Fons Bleaudi, Fons Bliaudi, Fons Blaadi « Fontaine de Bleaud » du XIIe et XIIIe siècles, Fontem blahaud en 1137, Fontaine belle eau au XVIe, Fontainebleau ou autrement Fontaine belle eau en 1630, puis sous la latinisation fantaisiste Fons Bellaqueus au XVIIe siècle, à l’origine du gentilé Bellifontain. Il s’agit d’un composé médiéval en Fontaine- « source, ruisseau », terme issu du gallo-roman FONTANA, suivi du nom de personne germanique Blitwald. Longtemps les étymologistes ont dit que Bleaud était un chien qui avait fait découvrir la fontaine.

Xu Zhimo l’a traduit en chinois en芳丹薄露, mais la traduction 枫丹白露 « érable rouge, rosée blanche » de Zhu Ziqing (1898—1948),grand poète et prosateur chinois, est plus admirée, car ceux qui entendent ou lisent ce nom en chinois de Fontainebleau ne peuvent s’empêcher de laisser vagabonder leur imagination d’un monde paradisiaque: feuilles rouges d’érable flottant autour, branches de saules se balançant doucement au gré de la brise ; léger voile de rosée blanche automnale ; temps précieux et éternel.

Un débat durant tout au long de l’histoire de la traduction vient de la dichotomie entre fidélité et recréation de la traduction. Mais ce n’est pas mon intention ici. Par ces deux exemples, ma réflexion porte plutôt sur l’influence des traductions sur la genèse des représentations de l’autrui. Si on demande aux Chinois de choisir un mot pour caractériser leur image de la France, ou des Français, le mot 浪漫 «  romantique » serait une des réponses pour la majorité des gens. Depuis longtemps, j’essaie de savoir d’où vient cette image, avec ces deux traductions, je ne peux pas m’empêcher de penser que l’image du monde paradisiaque que crée les traducteurs à travers leurs traductions créatives joue un rôle dans les représentations. Néanmoins, c’est uniquement une hypothèse personnelle sans preuve. Il faut ainsi plonger plus profondément pour arriver au berceau de ces représentations.

 

Bibliographie

Homère, L’Odyssée, trad. Frédéric Mugler, Paris : Actes Sud (coll. «Babel»), 1995.

YAN Xiaodong

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Compte rendu : Théorie de la traduction

– Sourciers et ciblistes

On traduit en effet toujours d’une langue vers une autre. Ainsi on a vu apparaître au XXe siècle des termes tels que « langue source » ou « langue de départ (LD) » et « langue cible » ou « langue d’arrivée (LA) ». Dans les ouvrages de traductologie, on voit des schémas s’appuyant tous de la formule fondamentale :

LD ➝ LA

L’opposition entre la lettre et l’esprit n’en a pas disparu pour autant, mais elle a tendance à se pencher sur la question de la langue : d’un côté, les « sourciers » qui privilégieraient le « texte source », de l’autre, les « ciblistes » qui favorisant le « texte cible ». Toute trace d’une structure de la LD est perçue comme un manque de maîtrise de la LA. On trouve alors que la sophistication de la traduction reste dans la conformité avec le « bon usage ». Il serait cependant brutal de prétendre que l’autre façon de traduire marque une maîtrise insuffisante de la langue. Ainsi, la simple opposition entre « ciblistes » et « sourciers » semble insuffisante. Il n’est pas nécessaire de postuler qu’il n’existerait qu’une seule forme de traduction authentique. Selon la nature du texte à traduire, on se fera sourcier ou cibliste.

Dans Toward a science of Tanslating (1964), Eugene E. Nida propose une distinction entre l’équivalence formelle et l’équivalence dynamique. La première consiste à rendre mécaniquement la forme de l’original, quant au second, elle transforme le « texte source » de manière à produire le même effet dans la « langue cible ». Quand des différentes civilisations se confrontent, l’argument de l’équivalence d’effet l’emporte sur toute autre considération, elle est une notion centrale qui dépasse le clivage entre « sourciers » et « ciblistes ».

 

– Linguistique et traduction

L’hégémonie de la linguistique est pour certains évidente. L’apport de la linguistique à la théorie de la traduction est considérable. C’est grâce à la linguistique que sont apparues les premières descriptions suffisamment détaillées des opérations de traduction. Au XXe siècle, l’essor de la linguistique fournit aux théoriciens de la traduction de puissants instruments d’analyse. Les premiers manuels de traduction font ainsi leur apparition. La méthode suivie est inductive, la théorie seule ne suffit pas, il faut partir des traductions effectuées, que l’on compare avec les originaux, afin d’étudier les transformations effectuées.

 

– Poétique de la traduction

Selon George Steiner (1975), la traduction se réduire à la seule dimension linguistique. « La théorie de la traduction n’est donc pas une linguistique appliquée. Elle est un champ nouveau dans la théorie et la pratique de la littérature. Son importance épistémologique consiste dans sa contribution à une pratique théorique de l’homogénéité entre signifiant et signifie propre à cette pratique sociale qu’est l’écriture. » Il pose ainsi l’existence d’une poétique de la traduction.

Les dichotomies traditionnelles qui distinguent lettre et esprit, forme et contenu, style et sens, original et traduction, auteur et traducteur, etc., reflètent une vision dualiste. En réalité, la forme et le sens, ils sont indissociables. Dans le domaine de la traduction poétique, on estime que la « Traduction-recréation » est la meilleure, car « elle recrée l’ensemble, tout en conservant la structure de l’original ». Selon Roman Jakobson, « Seule est possible la transposition créatrice. »

 

– Critique des traductions

Dans le monde anglo-saxon, l’intérêt pour les études sur la traduction a connu depuis années 1980. Si on cherche le terme « traductologie », créé par Brian Harris en 1972, dans les moteurs de recherche sur Internet, il y aura pas moins de 24 200 entrées! Dans les autres pays, la situation reste pareille. Comment alors ordonner un tel champ d’étude ? C’est grâce aux concepts des théoriciens. Selon John Donne, les traductions ne doivent pas être l’objet d’une critique négative à l’examen des « gains » et des « pertes » par rapport à l’original, mais aussi une critique positive. Une traduction ne sert pas seulement à rendre l’original, mais elle doit aussi une œuvre. Meschonnis parle de « traduction-texte » : comme il existe une critique des textes, il doit y avoir une critique des traductions. L’une ne va pas sans l’autre. La traduction-texte présuppose la « positon traductive » du traducteur ; son « projet de traduction », et enfin l’ « horizon du traducteur ». L’ « analyse des traductions » n’est pas complète qu’en se situant à ces trois niveaux.

 

Bibliographie

Oustinoff, Michaël., 2003, La Traduction, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », no 3688.

YAN Xiaodong

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Dialogue imaginé

Un lundi de printemps, dans un centre de langue française, un stagiaire-observateur ouvre la porte d’une salle …

 

X :Bonjour, Monsieur.

F :Bonjour.

X :Est-ce que vous êtes Monsieur François DUPONT ?

F :Oui, et vous ? Vous êtes dans ma classe ?

X :Non, Non, je suis la stagiaire chinoise qui vous a déjà contacté hier pour une observation de classe.

F :Ah, c’est vous. vous êtes Xioumingue, C’est ça ?

X :Oui, je suis Xiaoming.

F :Ça prononce comment ?

X :Xiaoming.

F :Xioumin ?

X :Oui.

F :Oh, la, la, c’est difficile pour moi. Bon, installez-vous ! On attend un peu pour que les étudiants arrivent.

X :Merci.

F :Donc, si j’ai bien compris, tu veux faire une enquête sur des difficultés des étudiants chinois quand ils apprennent le français, c’est ça ?

X :Oui, c’est ça. En fait, beaucoup d’enseignants et d’apprenants du FLE remarquent que des apprenants chinois ne parlent pas beaucoup dans la classe. Donc, je voudrais savoir c’est pour quelles raisons. Est-ce qu’il relève des difficultés phonétiques particulières? Ou est-ce qu’ils n’ont pas d’habitude de prendre la parole dans la classe ? Ou encore est-ce que leur image du français joue aussi un rôle ? Donc, je dois faire une enquête pour trouver des réponses.

F :C’est vrai que, des fois, il y a des étudiants qui ne parlent pas beaucoup dans la classe. Mais ce n’est pas que des Chinois. Et c’est surtout au début. Mais c’est normal quand on apprendre une langue. Par exemple, dans ce groupe, ils parlent beaucoup. Au début, ils ne parlaient pas, il fallait les inviter, mais maintenant, ils parlent tout le temps.

X :(rire) Ah, bon ?!!

F :(rire) Oui, oui, tout le temps, il faut même les faire taire, vous imaginez ? Donc, vous voyez ? Ça dépend. Il faut faire attention à la généralisation. Et aussi, le rôle du professeur est très important.

X :Oui, je pense que le professeur joue un rôle très important dans une classe. Et c’est pour ça que je dois faire une observation. C’est-à-dire, comment organiser un cours, comment créer une ambiance dynamique dans la classe, comment inviter des étudiants à parler, etc.

(Les étudiants arrivent …)

F :Bon, on va commencer le cours maintenant, on reparlera après, d’accord ?

X :Oui, oui, merci Monsieur.

YAN Xiaodong

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

La notion de l’insécurité linguistique chez Pierre Bourdieu

À la suite de W. Labov, Pierre Bourdieu propose, dans son ouvrage Ce que parler veut dire, une analyse de l’économie des échanges linguistiques, qui s’inscrit dans la continuité des travaux de laboviens sur les stratifications sociales. D’après Bourdieu, «Ce qui est en question dès que deux locuteurs se parlent, c’est la relation objective entre leurs compétences, non seulement leur compétence linguistique (leur maitrise plus ou moins accomplie du langage légitime) mais aussi l’ensemble de leur compétence sociale, leur droit à parler, qui dépend objectivement de leur sexe, leur âge, leur religion, leur statut économique et leur statut social […]»

Le terme de marché linguistique est employé pour la première fois par Pierre Bourdieu qui le définit comme « il y a marché linguistique toutes les fois que quelqu’un produit un discours à l’intention de récepteurs capables de l’évaluer, de l’apprécier, et de lui donner un prix. ». Le mot de marché ici ne doit pas être compris dans son sens strictement économique, il faut s’entendre ici de façon très large, comme «toute pratique symbolique ayant un caractère social», selon Bourdieu « Toute situation linguistique fonctionne comme un marché sur lequel le locuteur place ses produits et le produit qu’il produit pour ce marché dépend de l’anticipation qu’il a des prix que vont recevoir ses produits […] ».

Ainsi, l’effet des marchés linguistiques se fait sentir dans toutes les situations de communication. Et les marchés sont classés selon qu’ils sont plus ou moins proches de celui où prévaut la norme dominante, en d’autres termes, les marchés se hiérarchisent en fonction de leur écart par rapport à la norme reconnue comme légitime. Les marchés de la norme dominante sont ceux de la langue de prestige.

De cette manière, le marché linguistique serait une des causes de l’insécurité linguistique. Les locuteurs de la classe dominante, définis comme tels parce qu’ils possèdent à la fois le capital économique et le capital linguistique, c’est-à-dire qu’ils parlent la langue « légitime ». À l’inverse, les locuteurs de la classe dominée, considérée comme telle parce qu’elle ne possède ni le capital économique ni le capital linguistique, sont maintenus dans cet état de domination parce qu’ayant aucun pouvoir reconnu sur le marché linguistique officiel. Pour atteindre le modèle linguistique dominant, qui correspondrait dans leur esprit à une progression sociale, cette recherche de la reconnaissance se traduit notamment dans leurs discours par des :

« […] corrections ponctuelles ou durables, auxquelles les dominés, par un effort désespéré vers la correction, soumettent, consciemment ou inconsciemment, les aspects stigmatisés de leur prononciation, de leur lexique(avec toutes les ormes d’euphémisme), de leur syntaxe ; ou dans le désarroi qui leur fait « perdre tous leurs moyens », les rendant incapables de « trouver leurs mots », comme s’ils étaient soudain dépossédés de leur propre langue. »

Sans vraiment développer sa réflexion sur la notion d’insécurité linguistique, P. Bourdieu met davantage l’accent sur le rapport sociale dominant/ dominé existant entre les variétés de langues et les locuteurs qui les utilisent. Bien que P. Bourdieu n’utilise pas le terme d’insécurité linguistique dans ses recherches comme son prédécesseur W. Labov, il aborde néanmoins l’idée que la domination symbolique se traduit, autant dans le domaine de la prononciation qu’en lexique ou en syntaxe. Ainsi, selon lui, l’insécurité linguistique peut également se présenter au niveau lexique et syntaxique, alors que W. Labov ne se préoccupe que de l’aspect phonologique.

 

 

Bibliographie

Bourdieu, P., 1982, Ce que parler veut dire : l’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard.

Bourdieu, P., 1984, Questions de sociologie, Paris, Les Éditions de Minuit, p. 123.

 

YAN Xiaodong

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

La notion de l’insécurité linguistique chez Michel Francard

Les travaux autour de la notion d’insécurité linguistique que nous avons analysés jusqu’à présent, malgré des nombreux intérêts, souffrent néanmoins, de manière bien remarquable, tous d’un défaut de théorisation sur cette notion. Les chercheurs se réfèrent prudemment aux travaux de W. Labov, et évitent de donner une définition précise de l’insécurité linguistique. C’est jusqu’à Michel Francard que les lecteurs ont enfin, sous les yeux, une première tentative de la définition. M. Francard peut donc être considéré comme le premier chercheur qui s’est attelé à un véritable début de travail de conceptualisation de l’insécurité linguistique :

« […] la prise de conscience, par les locuteurs, d’une distance entre leur idiolecte et une langue qu’ils reconnaissent comme légitime parce qu’elle est

dans la classe dominante, ou

celle d’autres communautés où l’on parle un français « pur », non abâtardi par les interférences avec un autre idiome, ou encore

celle des locuteurs fictifs détenteurs de LA norme véhiculée par l’institution scolaire. » (1993, 13)

Ledegen remarque que la première partie de la définition présente la vision que W. Labov (1976) et P. Bourdieu (1982) partagent sur ce sentiment d’insécurité linguistique, la deuxième fait référence aux travaux de N. Gueunier et alii (1978) et M. Francard (1989), et enfin, la troisième reprend l’hypothèse de clôture de l’article de M. Francard sur l’Ardenne belge (1989). Depuis la première utilisation de cette notion d’insécurité linguistique par W. Labov, elle a été plus profondément définie dans ses caractères sociaux et régionaux, et enfin M. Francard (1989) a mis en lumière la relation entre insécurité linguistique et scolarisation. Ce dernier auteur a explicitement mis en rapport la sécurité linguistique/insécurité linguistique et la conscience normative :

« Les locuteurs dans une situation d’insécurité linguistique mesurent la distance entre la norme dont ils ont hérité et la norme dominant le marché linguistique. L’état de sécurité linguistique, par contre, caractérise les locuteurs qui estiment que leurs pratiques linguistiques coïncident avec les pratiques légitimes, soit parce qu’ils sont effectivement les détenteurs de la légitimité, soit parce qu’ils n’ont pas conscience de la distance qui les sépare de cette légitimité. » (Francard, 1997, 172)

Une enquête à Lutrebois, village de la Wallonie du sud, amène M. Francard à mettre en lumière la relation entre l’insécurité linguistique et la scolarisation. L’hypothèse est qu’elle est moins à mettre en relation, comme le suggérait Gueunier et al., avec le degré d’exposition d’une langue régionale, qu’avec le taux de scolarisation des locuteurs. Les sujets les plus insécures ne sont pas ce qui pratiquent le plus souvent d’une langue régionale, mais plutôt chez les plus scolarisés. De l’avis de M. Francard, « […] leur scolarité leur a permis de prendre la mesure du fossé qui sépare la légitimité des usages linguistiques attestes dans leur communauté – et qu’ils pratiquent sans se l’avouer – et celle du « bon usage » véhiculé par l’institution scolaire. Par l’école, ils sont devenus porte-parole d’un ostracisme qui les frappe eux-mêmes ». De ce point de vue, l’insécurité linguistique est liée avec la connaissance et la conscience qu’a le locuteur de la norme linguistique de sa communauté. Plus il en a conscience, plus il perçoit la distance entre la forme légitime et sa propre façon de parler, et donc plus il est en insécurité sur le plan linguistique. Or cette connaissance de la norme dépend du taux de scolarisation, l’école étant l’institution linguistique « normative » dans laquelle est acquise non seulement la perception de variétés régionales, mais aussi leur dépréciation par rapport à la langue de référence :

« […] ce serait l’institution scolaire qui générerait l’insécurité linguistique en développant à la fois la perception des variétés linguistiques et leur dépréciation au profit d’un modèle mythique et inaccessibles (le français standard, le français normé). En d’autres termes, la domination symbolique à l’œuvre dans ce cas serait celle d’un norme fictive (LE bon français), exogène (toujours située en dehors de la communauté) et légitimée par l’institution scolaire. »

Sur la question de l’insécurité linguistique, quatre traits ont pu être tirés pas Francard :

  • la sujétion linguistique par rapport à la France ;
  • l’auto-dépréciation des pratiques linguistiques ;
  • le recours à des stratégies de compensation au sein d’un double « marché linguistique » ;
  • le pessimiste des « clercs » face à l’avenir du français.

 

 

Bibliographie

BRETEGNIER, A., 1996, « L’insécurité linguistique : un objet insécurité ? », in ROBILLARD, D. de & BENIAMINO, M. (EDS), Le français dans l’espace francophone, Tome 2, Paris, Champion.

Francard, M., 1989, « Insécurité linguistique en situation de diglossie : le cas de l’Ardenne Belge), in Revue Québécoise de linguistique théorique et appliquée, 8(2), p. 151.

Francard, M., 1993, L’insécurité linguistique en Communauté Française de Belgique, Français et Société, numéro 6, Bruxelles, Ministère de la Culture, Service de la langue française, p. 13.

Francard, M., 1997, « Insécurité linguistique » in MOREAU, M.-L. (Ed.), Sociolinguistique, Concepts de base, Liège, Mardaga, p. 172.

Ledegen, G., 1998, « Maîtrise de la norme et sécurité/insécurité linguistique chez les étudiants francophones », in Le français aujourd’hui, 124, p. 44.

 

YAN Xiaodong

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

La notion de l’insécurité linguistique chez Nicole Gueunier

Parmi les premiers à exploiter ce concept d’insécurité linguistique dans le monde francophone, les travaux de Nicole Gueunier sont incontournables.

Les recherches de N. Gueunier sont axées sur des thèmes suivants : la norme (Gueunier, et al., 1978), le continuum créole acrolectal-français régional à partir de corpus oraux (Gueunier, 1980, 1983, etc.), l’évaluation des compétences en français (Gueunier, 1994 et 1995). Ses travaux s’inscrivent dans la continuité des sociolinguistes variationnistes américains et notamment de W. Labov, même si les travaux qu’elle a menés sur le terrain s’en détachent par ailleurs. » (Lignée, 2002, P. 271)

L’insécurité linguistique, dans un premier temps mise au jour dans des situations unilingues, a rapidement été appliqué à des situations plurilingues, ou diglossiques. À partir des études de W. Labov, des chercheurs ont en effet mis en relation la notion d’insécurité linguistique avec les situations de contacte de langues, dans lesquelles, d’une façon quasi officielle, une langue est reconnue comme moins prestigieuse que l’autre et où les langues parlées correspondent schématiquement à une stratification sociale.

Les premiers auteurs de ce type d’analyse, N. Gueunier, É. Genouvrier et A. Khomsi découvrent, dans une étude qui vise à comparer les « attitudes de divers Français de milieu urbain par rapport à l’usage oral de leur langue maternelle et à la norme linguistique dans ses diverses manifestations », une distinction entre le caractère régional et général de l’insécurité linguistique, et repèrent une corrélation entre la diglossie et l’insécurité linguistique.

Selon Gueunier, en travaillant dans les années 1970 sur diverses situations de « diglossie », en France métropolitaine d’une part et à la Réunion d’autre part, et en les comparant avec la situation tourangelle, réputée la plus monolingue en France, il a cru pouvoir repérer une corrélation entre diglossie et insécurité linguistique. En effet, les taux maxima de sécurité linguistique, calculés par test de type labovien, étaient obtenus à Tours, où étaient également tenus les discours les plus « sécures », alors qu’en Picardie, à Limoges et par ailleurs à Saint-Denis de la Réunion, on obtenait les résultats inverses.

L’insécurité linguistique est calculée en termes d’écarts entre les représentations qu’ont les locuteurs sur leurs propres productions verbales et celles qu’ils ont sur le « bien parler ». L’analyse quantitative (calcul de statistiques) se double d’une analyse plus qualitative dans laquelle les auteurs interprètent les discours des locuteurs recueillis par le biais d’entretiens personnalisés. Les présupposés théoriques, les enquêtes, les méthodes adoptées et les critères d’interprétation des données sont largement inspires des enquêtes faites par W. Labov à New York. L’insécurité linguistique est décrite comme se manifestant par l’expression fréquente d’un sentiment d’infériorité, des pratiques d’hypercorrection, un haut degré d’exigence de conformité à la norme et de résistance au changement. L’hypothèse de départ est que le degré d’insécurité linguistique le plus élevé est atteint par les classes moyennes.

Du point de vue de la théorisation, l’étude de N. Gueunier et al. suggère une distinction établie entre un sentiment de sécurité et/ ou d’insécurité linguistique régional, par rapport à son propre régiolecte, et un sentiment de sécurité et/ ou d’insécurité linguistique national par rapport au français standard de référence.

Les résultats de cette étude montre que les locuteurs tourangeaux possèdent dans l’ensemble une bonne conscience de la norme, celle-ci étant toutefois en corrélation avec l’élévation du niveau social. L’attachement normatif est manifeste chez les sujets de catégorie sociale intermédiaire, qui tiennent à conformer le plus possible leurs usages linguistiques à la norme, ce qu’ils imaginent corroborer l’ascension sociale à laquelle ils aspirent. C’est également dans cette catégorie que les doutes concernant la normativité du discours sont les plus fréquents, et donc que l’insécurité linguistique est la plus élevée. Dans les catégories sociales les moins élevées, la relative sécurité linguistique est interprétée comme une certaine indifférence à l’égard de la norme linguistique. Concernant le sentiment de sécurité linguistique régionale, elle se manifeste essentiellement par le fait que les Tourangeaux disent ne pas avoir d’accent et portent un jugement défavorable à l’égard des autres régiolectes.

En comparaison, Lille, Limoges et Saint-Denis de la Réunion se caractérisent par un fort sentiment d’insécurité linguistique, manifesté, à divers degrés, par des sentiments de malaise, de gêne, d’infériorité, dus à la pratique du français jugée défectueuse et non conforme, et donc par des jugements épilinguistiques auto-dépréciatifs. Les auteurs remarquent que ce type d’attitude (et notamment concernant l’insécurité linguistique régionale) est beaucoup moins prononcé à Limoge qu’à Saint-Denis et à Lille, où l’usage de la langue régionale est considéré comme une marque d’infériorité sociale. Ce résultat est attribué au fait qu’à Limoge, la langue régionale est largement moins pratiquée que dans les deux autres villes, ce qui leur permet de conclure que le sentiment de sécurité et/ ou d’insécurité linguistique est à mette en relation avec l’exposition à la langue régionale.

Gueunier, É. Genouvrier et A. Khomsi remarquent néanmoins que les discours épilinguistiques se caractérisent souvent par une certaine ambivalence, où se mêlent sentiments négatifs et sentiments positifs vis-à-vis des langues régionales qui restent un marqueur d’appartenance à une communauté culturelle et historique. L’aspect « esthétique » de la variété régionale est souvent souligné, notamment à la Réunion, où, comme le remarquent les auteurs, on perçoit une certaine ambiguïté dans les attitudes et les opinions apparemment positives envers le créole, qui mettent au jour une certaine idéologie linguistique fortement marquée par l’histoire coloniale. Dans toutes les catégories sociales, les témoins insistent sur cet aspect esthétique du créole.

 

Bibliographie

BRETEGNIER, A., 1996, « L’insécurité linguistique : un objet insécurité ? », in ROBILLARD, D. de & BENIAMINO, M. (EDS), Le français dans l’espace francophone, Tome 2, Paris, Champion.

BRETEGNIER, A., et LEDEGEN, G. (Eds), 2002, Sécurité/insécurité linguistique : Terrains et approches diversifiés, propositions théoriques et méthodologiques, Paris, L’Harmattan/ Université de la Réunion.

Gueunier, N., Genouvrier, E., Khomsi, A., (1978), Les Français devant la norme, Champion

 

YAN Xiaodong

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

La notion de l’insécurité linguistique chez William Labov

Traditionnellement, on considère que la première apparition de ce concept remontre aux années 1960 dans les travaux remarquables de W. Labov sur la stratification sociale des variables linguistiques, notamment du phonème /r/. Ce linguiste américain, considéré comme un des fondateurs de la sociolinguistique moderne, « appartient à l’école variationniste qui s’inscrit dans une logique structurale », il postule l’existence d’une corrélation entre le mécanisme du langage et celui de la société. En d’autre terme, le langage, en tant que « forme du comportement social », représente des indices qui pourraient refléter des processus sociaux :

« Dès lors que l’on conçoit sérieusement le langage comme étant une forme de comportement social, il est évident que tout progrès théorique dans l’analyse des mécanismes du changement linguistique contribue directement à la connaissance générale de l’évolution sociale. […] Par là, les principaux résultats de la linguistique, qui ont pu apparaître lointains et non pertinents à bien des sociologues, peuvent se révéler finalement compatibles avec l’évolution actuelle de la sociologie, et utiles à la compréhension des fonctions et des transformations sociales. » (1976)

La recherche labovienne ici portent essentiellement sur la structure de la langue et le changement linguistique, d’après lui, la structure de variations stylistiques, « elle s’associe étroitement à la stratification sociale qui imprègne de nombreux aspects de la société urbaine ». Ainsi, lors de ses enquêtes à New York, W. Labov s’appuie exclusivement sur le comportement linguistique, plus précisément sur des variables phonologiques des locuteurs classés selon des variables sociales. La démarche met en rapport des jugements de normativité, des performances effectives et des auto-évaluations, c’est-à-dire « la façon dont le sujet estime son propre usage ». Les résultats relèvent, de l’avis de W. Labov, des « indices de l’insécurité linguistique » chez certains enquêtés, et c’est surtout les locuteurs de la petite bourgeoisie qui « illustrent le mieux l’insécurité linguistique de la communauté new yorkaise ».

« […] c’est la petite bourgeoisie qui tend le plus à prononcer les r, allant jusqu’à dépasser de loin de la classe supérieure à mesure que le style s’élève. Tout indique que les locuteurs de la petite bourgeoisie sont particulièrement enclins à l’insécurité linguistique. […] Cette insécurité linguistique se traduit chez eux par une très large variation stylistique ; par de profondes fluctuations au sein d’un contexte donné ; par un effet conscient de correction ; enfin, par des réactions fortement négatives envers la façon de parler dont ils ont hérité. » (Ibid.)

En effet, W. Labov a observé, dans ses travaux, l’écart existant entre « usage personnel » et « usage correct » de locuteurs, et c’est cet écart qui lui a permis de mesurer une insécurité linguistique. Dans la pratique langagière des locuteurs, les signes et les manifestations de l’insécurité linguistique sont nombreux, comme le montre W. Labov : « Les fluctuations stylistiques, l’hypersensibilité à des traits stigmatisés que l’on emploie soi-même, la perception erronée de son propre discours, tous ces phénomènes sont le signe d’une profonde insécurité linguistique chez les locuteurs de la petite bourgeoisie». Tous ces phénomènes de l’insécurité linguistique se manifestent, selon W. Labov, « à l’évidence dans la sensibilité de ce groupe aux pressions d’en dessus » et à la norme. En général, les forces sociales qui s’exercent sur les formes linguistiques sont de deux types, que l’on peut décrire comme des pressions d’en dessus et des pressions d’en dessous. En ce qui concerne des pressions d’en dessus que nous retiendrons ici, elles désignent le processus de correction explicite qui s’exerce sur certains formes linguistiques, au regard de la norme, donc la forme légitimitée dans une communauté linguistique.

Dans ces enquêtes à New York, les locuteurs de la petite bourgeoisie, ou, plus généralement, du second groupe dans le hiérarchie, tendent le plus à prononcer les r, allant jusqu’à dépasser de loin de la classe supérieure, ils adoptent de préférence les formes de prestige et essaient de se distinguer des classes moyennes desquelles ils sont issus. Cette ambition vers le « bon sens » provoque, de cette sorte, un bon nombre de manifestations d’insécurité linguistique dans le discours.

Malgré ses travaux remarquables que se réfèrent les études postérieures autour du concept d’insécurité linguistique, dans ce premier texte fondateur Sociolinguistique, W. Labov ne consacre à cette notion que très peu de pages, et il manque une réelle théorisation de l’insécurité linguistique, mais une démarche vise à :

  • repérer d’une part les symptômes de l’insécurité linguistique, davantage dans la petite bourgeoisie qui a selon lui une forte conscience de la norme et une auto-dévalorisation de son propre parler ;
  • mesurer d’autre part l’insécurité linguistique au moyen d’un test qui donne l’indice d’insécurité linguistique en calculant l’écart entre les performances effectives des locuteurs, et leurs jugements épilinguistiques et leurs représentations de la langue légitimée.

 

Bibliographie

Bretegnier, A., 1996, « L’insécurité linguistique: objet insécurisé? Essai de synthèse et perspectives », dans Didier de ROBILLARD et Michel BENI AMINO (dir.), Le français dans l’espace francophone, Tome II, Paris, Honoré-Champion, pp. 903-919.

Labov, W., 1976, Sociolinguistique, Trad. Fr.d’A.Kihm, Paris, Editions de Minui, P. 176.

 

 

YAN Xiaodong

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Journée d’études : Passages de paroles, paroles de passages

Le 7 octobre 2015, ensoleillé, salle M au 3ème étage à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, 46 rue Saint-Jacques. La première fois, j’ai assisté à une journée d’études « Littérature(s) : passages de paroles, paroles de passages : Expériences et perspectives en didactique des langues », organisée par l’équipe LAPAD (Littératures sans frontières : approches poétiques, anthropologiques et didactiques) du DILTEC-EA 2288.

Cette journée d’études portait sur la valeur des œuvres littéraires, en tant que passages de paroles et paroles de passages, dans les opérations communicatiques humaines, ainsi que son engagement en didactique des langues.

Dans son grand livre Autrement qu’être ou au-delà de l’essence (1990), Emmanuel Levinas souligne que « […] Positivement, nous dirons que dès lors qu’autrui me regarde, j’en suis responsable, sans même avoir à prendre de responsabilités à son égard ; sa responsabilité m’incombe. C’est une responsabilité qui va au-delà de ce que je fais. D’habitude, on est responsable de ce qu’on fait soi-même. Je dis, dans Autrement qu’être, que la responsabilité est initialement un pour autrui. Cela veut dire que je suis responsable de sa responsabilité même. » Dans ce sens, les passages entre autrui et moi reste primordial dans la relation interpersonnelle. Et très souvent, les passages se réalisent sous forme de parole.

Les paroles sont fondamentales pour toutes les symbolisations. Les paroles littéraires par sa forte puissance énonciative, cognitive, et culturelles favoriseraient davantage les passages de transferts de savoirs. C’est la raison pour laquelle des didacticiens choisissent souvent de s’appuyer sur des œuvres littéraires.

Cette journée a assemblé des doctorants qui ont exposé leurs réflexions et propositions autour de ce sujet d’études. Un témoin, Jérôme Roger, professeur à l’Université Bordeaux 3 et un écrivain, Gérard Noiret sont aussi venus et ont proposé leurs paroles.

 

Bibliographie

Emmanuel Levinas, 1990, Autrement qu’être ou au-delà de l’essence, Paris, Livre de poche, coll. Biblioessais.

 

 

 

 

YAN Xiaodong

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Les types de normes

«En réalité, de nombreuses recherches sur le thème de « la norme » ont montré que celle-ci n’est ni évidente, ni consensuelle, ni synthétique, au point qu’il est impossible de garder ce terme au singulier : il existe DES normes, de différentes natures. Normes perspectives explicites (du type « ne dites pas… mais dites… ») ; normes d’usages objectives, constatables statistiquement, et variables selon les occasions, les milieux, les personnes, les sujets, les situations…; normes imaginaires, que personne ne suit mais qui existent sous forme de fantasmes, par exemple « la clarté française » ou « l’accent chantant », etc. » (ÉLOY Jean-Michel, 1998)

Typologie des normes

La réflexion portant sur le concept de normes s’est développée surtout chez linguistes et sociolinguistes francophones. Elle s’est enrichie au fur et à mesure d’un certain nombre de distinctions, proposées par différents auteurs, en dépit des disparités existant dans la terminologie, les vues recouvrent assez largement l’étendue du champ considéré et les points de focalisation. Marie-Louise Moreau (1997) propose ainsi d’un modèle à cinq types de normes, fondé sur une double conceptualisation de la langue, qui est à la fois une pratique (perçue par le locuteur ou autrui comme plus au moins prescrite, contrôlée, conforme) du discours et à la fois un discours sur la pratique (une capacité à produire dans des circonstances spécifiques des attitudes langagières, des jugements évaluatifs), selon T. Bulot.

  1. Les normes objectives (on parle aussi de normes constitutives, de normes de fréquence, de fonctionnement, normes ou règles statistiques, etc.) désignent les habitudes linguistiques partagées par les membres d’une communauté. Ce sont les règles qui sous-tendent les comportements linguistiques, indépendamment de tout discours métalinguistique ou épilinguistique. Moreau souligne le fait qu’à l’intérieur d’une communauté, certaines normes objectives partagent un champ d’application général. Au contraire, d’autres normes objectives peuvent se décrire comme concurrences, soit que certains membres emploient tantôt à l’une, tantôt à l’autre, soit que les différents groupes composant la communauté ne privilégient pas les mêmes normes objectives.
  1. Les normes descriptives (appelées aussi normes ou règles constatatives, objectives, etc.) décrivent les normes objectives de manière explicite. Elles ne peuvent être traitées comme descriptives que dans la mesure où elles se bornent à enregistrer les faits constatés, sans associer de jugement de valeur à la description, sans hiérarchiser les normes objectives concurrentes. Même pour les langues les mieux décrites, il importe de percevoir que l’ensemble des normes descriptives ne décrive pas exhaustivement toutes les normes objectives, son nombre est considérablement plus réduit, parce que les attentions portées sur les normes objectives des divers groupes ne sont pas pareilles, certains variétés sont davantage décrites que d’autres, et parce que, à l’intérieur même des variétés les plus examinées, certaines régularités ont échappé aux observateurs.
  1. Les normes prescriptives (nommées aussi normes sélectives, règles normatives, etc.) marquent un ensemble de normes objectives, comme étant le modèle à rejoindre, comme étant « la » norme. Elles hiérarchisent ainsi les normes objectives concurrentes, mais elles empruntent souvent les apparences des normes descriptives dans un discours méta ou épilinguistique explicite. Les formes valorisées se caractérisant essentiellement par une fréquence d’emploi plus élevée dans un groupe social déterminé, identifié de manière variable selon les communautés et selon les circonstances.
  1. Les normes subjectives (ou évaluatives) concernent les attitudes et les représentations linguistiques, elles entretiennent avec les normes prescriptives des rapports complexes, les conditionnant partiellement et étant pour partie déterminées par elles. Elles attachent aux formes des valeurs esthétiques affectives ou morales : ainsi, d’après Moreau, quand la priorité va au capital symbolique, les formes préconisées sont jugées belles, élégantes, etc., les stigmatisées étant perçues comme dysphoniques, relâchées, vulgaires… Quand c’est au groupe que la priorité est accordée, les formes préconisées sont ressenties comme, par exemple, plus expressives, plus chaleureuses, les autres étant prétentieuses et froides, etc. La hiérarchisation en fonction de la priorité à la tradition attachera aux traits de la variété privilégiée les adjectifs vrai, authentique, pur, etc. Les normes subjectives peuvent être implicites ou explicites, en ce dernier cas, elles constituent souvent des diverses stéréotypes. L’intérêt que portent les normes subjectives est qu’elles constituent le domaine discursif par excellence du concept dans la mesure où l’analyse sociolinguistique peut ainsi mettre à jour les représentations sociales des groupes sociaux individués par leur écart à la norme.
  1. Les normes fantasmées renvoient notamment à la théorie de l’imaginaire linguistique (Houdebine, 1993). Les membres de la communauté linguistique se forgent un ensemble de conceptions sur la langue et son fonctionnement social, qui ne présentent parfois qu’une zone inacceptable. Elles peuvent être individuelles ou collectives et ajoutent sur les quatre types de normes précédentes, dont elles méconnaissent généralement l’extension, avec pour terrain privilégié, mais non exclusif, celui des rapports entre normes objectives, prescriptives et subjectives. Moreau souligne que l’un secteur important des normes fantasmées concerne la manière dont les membres de la communauté conçoivent ce qu’est la norme, la part que prennent les grammairiens et les autres institutions normatives dans sa définition, et les groupes sociaux qui la détiennent. On peut ainsi mettre parfois en évidence, dans certaines communautés qu’une proportion majeure de locuteurs envisagent la norme comme en ensemble abstrait et inaccessible de prescriptions et d’interdits, qu’ils ne voient s’incarner dans l’usage de personne et par rapport auquel tout le monde se trouve donc nécessairement en défaut.

 

Bibliographie

Bulot, t. et Blanchet, P., 2013, Une introduction à la sociolinguistique : Pour l’étude des dynamiques de la langue française dans le monde. Editions des Archives Contemporaines.

ÉLOY Jean-Michel, et al., 1998, «  Qualité de la langue et crise du français», in Le français aujourd’hui, 124, p. 14

MOREAU M. –L., 1997, « Les types de normes », in Sociolinguistique (Concepts de base), Mardaga, Sprimont.

 

YAN Xiaodong

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Quatres carnets :L’encre la plus pâle vaut mieux que la meilleure mémoire

好记性不如烂笔头。

« L’encre la plus pâle vaut mieux que la meilleure mémoire. »

Ce proverbe culte chinois rend compte du fait qu’une trace écrite est toujours plus probante que la mémoire. Dans ce sens, la meilleure façon de combattre contre l’incertitude de la mémorisation est de garder une trace écrite. Pour les chercheurs, ce travail de note semble plus considérable.

Dans son ouvrage Changer de société, Refaire de la sociologie (2006), Bruno LATOUR propose d’établir un journal pour garder chaque pas de mouvement lors qu’on fait une recherche. Selon lui, « tout fait partie des données », il peut donc être utile de préparer quelques différents carnets avant de commencer le travail.

Carnet secrétaire

Le premier carnet, peut être considéré comme un agenda de la recherche dans lequel on note chaque activité de l’enquête de façon synthétisée : Qui ? Que ? Où ? Quand ? Sans cela, on risque d’oublier, au fil du temps, comment l’étude s’est graduellement transformée.

Carnet de ressources

Le second carnet sert à la collecte de l’information. Il faut réserver, par ordre chronologique, toutes les informations de recherche tout en les classer selon des catégories. Un travail soigneux de la collecte des informations référentielles ne facilite pas uniquement l’étude actuelle, sa portée se dirige plus loin, vers des travaux postérieurs.

Carnet de brouillon

Il faut consacrer un troisième carnet dans le but de consigner des essais de brouillon. « On ne saurait parvenir à déployer de façon adéquate des imbroglios complexes sans un flot continu d’esquisses et de brouillons. » On se jette très souvent à l’idée d’un décalage entre l’enquête et la rédaction. Mais les idées sortent de façon inattendue à l’esprit, si on ne les note pas, ils nous quitteront. C’est donc une bonne habitude de garder toujours à la main une espace pour elles, même si on ne trouve une valeur que des années plus tard.

Carnet d’écho

« L’étude peut bien être terminée, mais l’expérience continue ». Une recherche sans retour pourrait être considérée comme inachevée. À ce stade, il est nécessaire d’avoir un quatrième carnet de cette « seconde expérience » afin de marquer les effets qu’apporte le travail sur les autres.

 

Bibliographie

LATOUR Bruno., 1996, Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, pp. 194-197.

YAN Xiaodong

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts