Tous les articles par LONKUTA Betty

Etudiante en Master 2 Didactique du FLE/S et langues du monde à l'Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3.

Le mémoire m’a tuer.

« Vous devez déposer votre mémoire au secrétariat, le 6 juin. »

L’échéance finale arrivant dans deux semaines, j’ai pensé qu’il était grand temps de faire le bilan de ces mois de rédaction.

Le titre explicite de l’article laissant place à peu d’imagination, je tiens tout de même à faire part de mon expérience, et ainsi, faire savoir à celui/celle qui se trouverait dans la même situation, qu’il/elle n’est pas seul(e). Nous sommes, au minimum, deux.

Sans prétention, aucune, je n’ai jamais rencontré de grandes difficultés tout au long de ma scolarité. Passant d’une classe à une autre sans jamais avoir à me soucier du redoublement ou des rattrapages. Même s’il faut avouer, qu’au cours des deux années de master, pratiquer le « tout à la dernière minute » m’avait fait couler de bonnes sueurs froides.

Sachant bien avant d’intégrer ce master 2, que ce mémoire devait faire une centaine de pages, j’avais comme projet de l’orienter vers la sociolinguistique africaine, à défaut de la didactique. D’ailleurs, je savais qu’en choisissant, la République démocratique du Congo, mon pays, comme terrain d’étude, cela m’impliquerait davantage.

J’avais saisi qu’en vivant au 21ème siècle, toutes mes idées et questionnements avaient déjà été traités, sans pour autant être résolus. Qu’à cela ne tienne, j’avais pour ambition d’être une chercheuse, pas celle de trouver.

Voilà pourquoi, pour ce mémoire, j’avais pris d’excellentes résolutions : cesser toute forme de procrastination, faire et suivre des plannings sensés et rencontrer régulièrement la personne censée me diriger. De beaux objectifs, en somme.

En toute honnêteté, je peux dire qu’à quelques exceptions près, je les ai tous honorés. Le problème est apparu quand il a fallu mettre en forme ces idées. Parce qu’à la question « comment rédiger un mémoire  ? » , ma réponse restait la même : « J’sais pas. »

La plupart m’ont conseillé un plan se déclinant en trois parties : cadre théorique, analyse de corpus et enfin, discussion. Ils ont aussi affirmé que le nombre de pages importaient peu, à partir du moment où elles étaient de qualité. Soulagement.

Sans méthode, mais en m’inspirant de divers mémoires que j’ai pu lire, je suis finalement arrivée au bout de ce cadre théorique. Après avoir passé plus d’un mois dessus, je me sentais libérée, délivrée d’un poids, et pensais que le pire était derrière moi. Que nenni.

Corpus en main, je me disais que la partie suivante irait beaucoup plus rapidement et surtout, que je n’aurais plus besoin de lire autant. A vrai dire, j’avais même pensé finir ce mémoire en avance. C’est dire.

Je pouvais être à la bibliothèque de 10 à 19 heures sans être capable de rédiger une page entière. Sans comprendre pourquoi, ni comment, je stagne. Le pire dans tout cela, c’est que j’ai des choses à dire, mais mises bout à bout, elles forment un amas de non sens.

Très inspirée pour ma troisième partie, j’ai préféré mettre de côté l’analyse et y revenir plus tard..

Je me souhaite beaucoup de courage pour la suite, et à toi (vous ?) aussi.

LONKUTA Betty

Etudiante en Master 2 Didactique du FLE/S et langues du monde à l'Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3.

More Posts

« Mais, euh.. sans indiscrétion, pourquoi prof de FLE, t’aimes pas l’argent ? »

Ah, ça, il l’avait entendu beaucoup trop de fois ; et dans un souci quasi perpétuel de justification, son explication suivait constamment la même rengaine.

Il disait qu’il avait toujours eu vocation à aider les gens, qu’il souhaitait combattre l’injustice et promouvoir l’égalité des chances pour chacun. Envahie par un désir profond d’ambition sociale, sa mère avait voulu en faire un médecin ou un avocat. Malheureusement pour elle, peu friand du droit et grand hématophobe, ces carrières n’avaient jamais fait partie de ses options.

Pendant longtemps il avait songé à être assistant social, mais après avoir entendu les paroles d’un grand homme, disant que « l’éducation était l’arme la plus puissante qu’on pouvait utiliser », il s’était destiné au professorat. Quant à la matière qu’il allait enseigner, il avait longuement hésité. Optant en premier lieu pour les mathématiques, dont les résultats au collège frôlaient la perfection. Il avait lâché prise, lorsqu’à son arrivée en seconde, il avait pu constater que les calculs de plus en plus complexes, avaient remplacé les chiffres par des lettres. Voyant ainsi ses résultats dégringoler, il s’était rabattu vers sa seconde matière préférée, l’anglais.

Ah, les langues et lui, quelle histoire ! Il aurait pu choisir l’allemand qu’il apprenait depuis l’âge de dix ans mais trouvait cette langue affreusement laide, alors qu’il associait consciemment l’anglais aux États-Unis et au rêve américain. Le rêve américain.. C’est en souhaitant y accéder que son aventure avec le FLE avait commencé. En effet, pensant qu’enseigner l’anglais à des Américains natifs serait inutile, il s’était tourné vers le français et avait décidé qu’il orienterait ses études supérieures dans ce sens là. Ce n’est que plus âgé, qu’il avait réalisé que les États-Unis n’étaient pas si idylliques qu’ils n’y paraissaient dans les séries télévisées, et qu’il valait mieux y séjourner quelques jours pendant des vacances que d’y vivre. Pourtant, il tenait toujours à enseigner le français.

Son master FLE entamé, il avait eu la chance d’enchaîner les stages et les actions bénévoles en tant que professeur de français auprès de publics divers et variés. Des primo-arrivants aux enfants d’ambassadeurs souhaitant perfectionner leur niveau C2 en langue française, il en avait côtoyé du beau monde. Lors de soirées, il aimait se vanter d’avoir fait le tour du monde sans avoir eu besoin de quitter Paris et sa petite couronne et partager des anecdotes qu’il avait eues avec ses apprenants. Il n’avait jamais autant appris sur lui-même et sur l’Autre, depuis que son rôle était de faire apprendre.

Après avoir épluché les offres d’emplois FLE sur différents sites internet, il avait réalisé que la grande majorité des rémunérations mensuelles brut à temps plein n’excédaient pas huit cents euros, que ce soit en France ou à l’étranger. Il avait bel et bien compris qu’en continuant sur cette lancée, il ne payerait pas l’ISF.. Société capitaliste oblige, ses propres collègues masterants se demandaient ce qu’ils faisaient dans une filière, qui les conduirait à une profession aussi instable que précaire. Il voulait vivre de ce qu’il aimait faire, quitte à ne pas être propriétaire.. Adepte de la philosophie « carpe diem », il se voyait prendre les choses telles qu’elles se présenteraient, en privilégiant les expériences hors de la métropole. Et si cela finissait par l’ennuyer, il était sûr qu’il trouverait le moyen de se réorienter.

Pour l’heure, convaincu que se justifier ne servait plus à rien, il décidait pour la toute première fois de changer son argumentation et répondit à son ami « Si , si, mais bien sûr que j’aime l’argent ! C’est pour ça que j’épouserai une cadre, 45 K€ par an, minimum ! »

LONKUTA Betty

Etudiante en Master 2 Didactique du FLE/S et langues du monde à l'Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3.

More Posts

Une année haute en couleur.

Il avait pour habitude d’être mort de rire tous les jours.

Mais ça, c’était avant l’année 2015, qui pour lui avait été synonyme de crainte, dégoût et remise en question de l’humanité. Désormais, il riait jaune.

Les nuits blanches causées par la rédaction des différents dossiers que lui imposaient son master 2, n’avaient sans doute pas aidé..

Naïvement, il avait pensé se la couler douce cette année. Rapidement, il avait déchanté.

Une semaine avait suffi pour qu’il se compte que cette année n’allait pas être de tout repos. La masse de travail colossal que lui donnait chaque professeur l’avait mis dans une colère noire et depuis qu’il s’était vu attribuer la note de 13 à un exposé qu’il avait taaant travaillé et pour lequel on l’avait félicité, il était vert de rage.

Ahlala ! Sacré Rémi ! Éternel insatisfait.

L’année avait pourtant si bien commencé. Il avait rencontré Ava, une jolie américaine à la couleur ébène, qui avait fait chavirer son cœur dès le premier regard. Lui qui pensait que leur histoire était digne d’un roman à l’eau de rose, s’est vite rendu compte qu’il (s’)était trompé.

Célibataire et déterminé à le rester pour encore bien longtemps, il voulait se consacrer corps et âme à sa dernière année universitaire et surtout à son mémoire de cent pages.

Cent pages.. Rouge de honte, il avouait à demi-mot ne pas avoir répondu au dernier mail que lui avait envoyé sa directrice de mémoire. « Faute de temps » disait-il.

Pour cette nouvelle année, il s’était juré de ne prendre aucune résolution, qu’il avait du mal à tenir de toute façon. Mais gardait en tête les précieux conseils de sa mère « Cesse donc d’être fleur bleue ! », « Virilise-toi un peu dis ! », « Te prends pas la tête pour des conneries ! ».

Oui, Maman.

LONKUTA Betty

Etudiante en Master 2 Didactique du FLE/S et langues du monde à l'Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3.

More Posts

Compte-rendu du séminaire : « Politique linguistique éducative et réforme de l’enseignement au Vanuatu »

Le 11 décembre 2015, Jean Charconnet est venu présenter les politiques linguistiques et leurs enjeux éducatifs au Vanuatu, lors du cours de Mme Spaeth intitulé politiques linguistiques et promotion des langues.

Actuellement professeur à l’université Paris 8 Vincennes Saint-Denis, dans laquelle il appartient à l’UFR des sciences du langage. Monsieur Charconnet donne des cours sur la coopération francophone ainsi que sur l’usage des nouvelles technologies dans l’enseignement des langues.

Linguiste, il s’est tout d’abord intéressé aux langues africaines et plus précisément à l’étude du bambara. Il s’est ensuite orienté vers la didactique du FLE, ce qui l’a amené à enseigner en Mauritanie, en Thaïlande, en France et au Vanuatu.

Le Vanuatu, autrefois connu sous le nom de Nouvelles-Hébrides, est un archipel de l’océan Pacifique, composé de quatre-vingt îles et peuplé par 280 mille habitants. Le pays fait parti des plus pauvres et les moins développés au monde. Par sa position géographique, il est soumis à plusieurs aléas climatiques tels que les éruptions volcaniques, les tremblements de terre ou encore, des cyclones.

Colonisé à la fois par le Royaume-Uni et la France, le Vanuatu qui a proclamé son indépendance en 1980, reconnaît trois langues officielles : le français, l’anglais et le bichelamar et compte plus de cent quatre-vingt langues vernaculaires. Le bichelamar est une langue formée dans les plantations, un créole qui emprunte une partie de son lexique au français et à l’anglais. C’est LA langue véhiculaire du pays et elle est maîtrisée par la quasi-totalité des vanuatais. Néanmoins, l’enseignement est uniquement dispensé en français et en anglais. De ce fait, il se dessine une diglossie entre ceux qui ne parleraient que le bichelamar et ceux qui parleraient en plus du bichelamar, le français ou l’anglais.

La part d’anglophones et de francophones est représenté asymétriquement sur le territoire et au niveau éducatif. En effet, les anglophones représentent 65% de la population, contre 35% pour les francophones. De plus, alors qu’on trouve des écoles primaires et secondaires où les cours sont dispensés en français, il n’existe aucune université francophone.

Par conséquent, le ministère de l’éducation a décidé d’agir en menant des actions au sein du pays permettant aux vanuatais francophones d’avoir accès aux études supérieures.

D’une part, en 2006, lors du sommet national de l’éducation, le gouvernement a fait savoir qu’il souhaitait une harmonisation du système éducatif entre les programmes francophones et anglophones. L’objectif est de privilégier un système éducatif bilingue franco-anglais en primaire et en secondaire ; et de faire une place à l’enseignement d’au moins une langue vernaculaire. Cela devrait permettre aux étudiants francophones d’avoir des compétences langagières satisfaisantes pour accéder aux universités anglaises du territoire. D’autre part, il leur est désormais proposé un diplôme d’accès aux études universitaires (DAEU) qui leur permet de s’inscrire aux universités de la Nouvelle-Calédonie, pays francophone situé le plus proche du Vanuatu.

Bien que ces lois aient été mises en place récemment, et montrent une part de bonne volonté de la part du gouvernement pour valoriser l’enseignement du français du primaire au supérieur. Mr Chardonnet nous a fait savoir que dans un pays, aussi instable politiquement, qui fait souvent appel à la motion of no confidence, et qui essaie par tous moyens de contrer la corruption qui règne dans le pays, les questions liées aux politiques linguistiques et éducatives restaient secondaires.

L’intervention de Mr Chardonnet a permis de nous confronter aux difficiles réalités des politiques linguistiques éducatives, qui sont présentes dans cet ancien condominium franco-anglais.

LONKUTA Betty

Etudiante en Master 2 Didactique du FLE/S et langues du monde à l'Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3.

More Posts

Conséquences de l’acculturation linguistique en République démocratique du Congo : le lingala tend-il vers du frangala ?

LONKUTA Betty
Université Sorbonne-Nouvelle (France), Paris 3

Caractérisés précédemment par l’esclavage et le commerce triangulaire, les contacts opérés entre les hommes, les cultures et les langues des hémisphères nord et sud, se sont accrus et affirmés par la colonisation. Par ces déterritorialisations, les langues indo-européennes sont devenues des composantes majeures de la vie politique et sociale des états colonisés. Ainsi, elles ont eu un impact linguistique, plus ou moins important, dans les langues en présence.

Dans l’une des anciennes colonies belges, la République démocratique du Congo (RDC), on constate que le lingala, une de ses quatre langues nationales, ainsi que la langue véhiculaire comptant le plus grand nombre de locuteurs, emprunte une partie de son lexique à la langue française, unique langue officielle du pays.

Les phénomènes liés aux interférences linguistiques (Weinreich) sont généralement rejetés par les puristes des langues, qui prônent une « langue  pure », n’ayant subi aucune influence (sémantique, lexicale, prosodique,…) de part et d’autre du globe ; et qui pointent du doigt ces influences en dénonçant une aliénation culturelle.

Nous positionnant du côté de l’anthropologie linguistique, nous nous demanderons si le lingala est en processus de créolisation (Chaudenson) et ce que cela implique sur les rapports qu’entretiennent les langues et les cultures, entre la RDC et son ancien pays colonisateur, la Belgique. Pour illustrer notre recherche, nous nous appuierons sur un corpus composé chansons congolaises [1] en lingala, s’étalant des années soixante à nos jours, pour visualiser la part grandissante du français dans le parler des lingalophones.

Bibliographie

BURKE Peter (1998), « Langage de la pureté et pureté du langage », Terrain (n° 31), pp. 103-112

CALVET Louis-Jean (1974), Linguistique et colonialisme – petit traité de glottophagie, Paris, Petite bibliothèque payot.

CALVET Louis-Jean (2010), Histoire du français en Afrique – une langue en copropriété ?, Paris, Écriture.

CANUT Cécile (2000), « Subjectivité, imaginaires et fantasmes des langues : la mise en discours “épilinguistique”. », Langage et société, 3/2000 (n° 93) , p. 71-97.

CHAUDENSON Robert (1995), Les Créoles, Que sais-je ? (n° 2970), Paris, PUF.

CHAUDENSON Robert (2006), Éducations et langues – Français, créoles, langues africaines, Paris, l’Harmattan.

SPAËTH Valérie (2010), « Le français au contact des langues : présentation. », Langue française, 3/2010 (n° 167) , p. 3-12, consulté le 15 décembre 2015. URL : www.cairn.info/revue-langue-francaise-2010-3-page-3.htm.

WEINREICH Uriel (1953), Languages in Contact : Finding and Problems, New York : Publications of the Linguistic Circle of New York.

1 SELOUA Luste Boulbina (2012), « Présence africaine de la musique et culture nationale – Tribute to Fanon », Présence africaine, 2012/1 (N° 185-186), pp. 219-229, déclare que 49% des congolais n’ayant pas le lingala comme langue première déclarent l’avoir appris grâce à la musique, ce qui justifie l’utilisation de ce corpus.

LONKUTA Betty

Etudiante en Master 2 Didactique du FLE/S et langues du monde à l'Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3.

More Posts

Du date* au premier rendez-vous avec son directeur de mémoire, il n’y a qu’un pas.

J’étais stressée.

Dans un peu moins de deux minutes, j’allais le voir. Non pas que je ne l’avais jamais vu, mais jamais en tête à tête. Je l’avais toujours admiré de loin, aussi bien son aisance lors des cours que son CV aussi épais que ma cuisse.

Préparer ce rendez-vous avait été toute une épopée, rien que pour lui envoyer un mail de trois lignes, je m’étais relue une quarantaine de fois. Aussi, attendre sa réponse, après ce premier mail dans lequel je lui demandais un rendez-vous, m’avait causé bien des insomnies. Qui, à notre époque, prend cinq jours pour répondre à un message ??? J’avais également pris énormément de temps à choisir ma tenue, même si j’entends dire que l’habit ne fait pas le moine, selon moi, il y contribue fortement. Je voulais paraître sûre de moi, sans faire prétentieuse et à en croire ma mère, c’était plutôt bien réussi.

Il était exactement six heures, zéro zéro, passées de sept secondes, quand Robert, a finalement ouvert la porte.

« Bonjour Monsieur Dagwoxyzk !

– Bonjour Marie. Votre mail était assez léger, exposez-moi votre sujet plus en détail, voulez-vous ? »

Oooh, me voilà toute rouge. Lui qui ignorait mon existence il y a encore un mois, venait de m’appeler par mon prénom. Bon, arrêtons de rêvasser, faut que je lui réponde.

« C’est pas faux. Alors, euh, en fait, moi, bah, en fait, moi je voudrais travailler sur euh, le français et le lingala en République démocratique du Congo.

– D’accord.

– En fait, euh, mon titre, hypothétique hein, ce serait « Conséquences linguistiques de l’avidité territoriale occidentale : étude de la RDC ».

– D’accord.

– Donc je sais pas, j’sais pas trop, j’ai trop d’idées en fait. Le truc, c’est que, euh, j’ai pas de problématique. J’ai, j’ai fait en sorte d’avoir des cours qui m’aideraient plus ou moins à répondre à certaines des interrogations que je me posais. Que ce soit, euh, concernant le plurilinguisme, les politiques linguistiques, l’anthropologie linguistique ou encore, euh, la didactique du français langue seconde.

– D’accord. Est-ce-que ça vous a aidé ?

– Euh, pour être honnête, certains beaucoup moins que d’autres. Mais le vôtre, beaucoup, c’est pour ça que je vous ai choisi d’ailleurs ».

Pour la première fois depuis le début de notre rendez-vous, il esquissait un sourire. N’en déplaise à certains, être un fayot, ça marche toujours.

« Merci. Vous êtes bien aimable. Vous avez un bon sujet. Qu’en est il de votre bibliographie ?

– Bah, alors en fait, j’ai découvert Louis-Jean Calvet, et j’ai lu plusieurs de ses ouvrages linguistiques. Sinon j’ai d’autres œuvres en tête, par-ci, par là…

– « Par ci, par là » devrait être nommé. On est déjà au mois de décembre. Le temps va passer très vite. Il faut vous mettre au travail.

– Oui, je sais, mais euh, je voulais me consacrer plus sur mes dossiers. Enfin, euh, ceux que je dois rendre au plus tard le dix-huit décembre.

– D’accord.

– Non mais j’travaille ! C’est juste que j’essaie de m’organiser du mieux que je peux en fait. Mais pour le second semestre vu qu’on aura peu de cours, euh, je me consacrerai entièrement et uniquement au mémoire.

– D’accord.

– Euh, d’accord.

– Je vous ai rédigé une bibliographie après avoir reçu votre mail. Tenez. Vous avez signalé que vous aurez du temps à partir du dix-huit décembre, tâchez d’en lire la moitié.

– D’accord.

– Je pense qu’on a fini pour aujourd’hui. Envoyez moi un mail lorsque vous aurez des idées de plans, je prends un peu de temps à répondre, mais je réponds donc ne me relancez pas.

– D’accord. Au revoir.

– Au revoir Marie. »

Qui l’aurait cru, le charme était rompu, Robert est un tyran. Le rendez-vous n’a duré que neuf minutes, mais j’avais l’impression qu’il s’était écoulé dix bonnes heures. Je vais voir si sa bibliographie va m’aider à trouver un plan, pas sûre… Croisons les doigts pour que le second rendez-vous se passe mieux.

J’suis stressée.

* Lire /deɪt/ et non /dat/.

LONKUTA Betty

Etudiante en Master 2 Didactique du FLE/S et langues du monde à l'Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3.

More Posts

Rome ne s’est pas faite en jour, le mémoire non plus.

Parce que le mémoire équivaut pour la plupart d’entre nous à la finalité de notre parcours universitaire, il se doit d’être bon. Et par « bon », j’entends un mémoire de qualité. Et par « de qualité », j’entends un mémoire agréable. Agréable visuellement, agréable lecturement1, tellement agréable qu’il donnerait envie à ses différents lecteurs de le partager en faisant, bien évidemment son éloge.

Son élaboration étant un travail des plus complexes, le moindre conseil est bon à prendre. Selon Bruno Latour, anthropologue, philosophe et sociologue français, l’acquisition de quatre carnets, ayant chacun une tâche spécifique, en ferait un atout indispensable. Et même si cela m’a pris du temps, j’ai finalement acheté ces carnets très onéreux2, quitte à ne pas à manger pendant plusieurs jours.

Mon premier est un agenda. J’ai décidé d’y noter les colloques, expositions, séminaires, auxquels je dois me rendre ainsi que les prises de rendez-vous et rencontres, que ce soit avec mon (ma ?) futur directeur de mémoire et avec les futures personnes que je cherche à interviewer.

Mon deuxième aura pour support mon ordinateur. Parce que classer, grouper, hiérarchiser, répertorier et trier des donnés n’a jamais été aussi facile que depuis l’invention de cette machine.

Mon troisième est la chose qui me sert accessoirement de téléphone portable. Affectueusement surnommé « mon bébé » ou « ma vie », ici, j’ai décidé de le renommer « pêle-mêle ». Il m’a semblé judicieux d’utiliser mon smartphone pour la simple et unique raison qu’il m’est facile d’y noter tout ce qui me passe par la tête concernant mon mémoire et ceci, dans n’importe quelle situation (hosto, métro, resto, etc.) car il ne me quitte jamais.

Mon quatrième et dernier carnet, sur support papier, recueillera les différents commentaires, conseils et critiques suscités par mon sujet et ma réflexion.

Mon tout devrait fournir le tant attendu mémoire dans un peu plus de sept mois.

1 – A tous ceux qui diraient que « lecturement » n’existe pas, je répondrais qu’écrire c’est être libre.

2 –  Seuls l’agenda et le carnet numéro 4 ont été acquis récemment et n’ont en aucun cas entraîné un quelconque déficit bancaire.

Bibliographie :

Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie. Paris: La Découverte, 2006, p. 194-197.

LONKUTA Betty

Etudiante en Master 2 Didactique du FLE/S et langues du monde à l'Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3.

More Posts

Lire : à quoi ça sert ?

A en croire Le Clézio, la lecture aurait mille et un bienfaits (en réalité, il en cite uniquement treize), alors, pour quelles raisons, dans notre société actuelle parle-t-on d’une crise de la littérature ?

Le fait est, que la lecture, comme la plupart des humanités en général, perd d’année en année un intérêt grandissant. Certains ne se gênent pas pour rejeter la faute sur l’ère numérique. Cette révolution technologique qui permet à tout un chacun (enfin, à une grande majorité de ceux situés dans l’hémisphère nord) d’avoir un accès rapide et simple à internet, aux ordinateurs et aux smartphones. Sans omettre la diffusion d’émissions éducatives aux heures de grande écoute, sur plusieurs chaînes nationales gratuites, comme « Secret Story », « Les Marseillais vs les Ch’tis : la revanche a sonné » ou encore « Les Anges de la télé-réalité all star : leurs vacances à Ibiza ». Par conséquent, à choisir entre un loisir ne requérant pas une charge colossal de travail intellectuel et un plaisir, qui en plus de nous faire utiliser de multiples circuits neuronaux, coûterait en moyenne 6 euros (prix moyen d’un livre de poche), il faut croire que le choix serait vite fait.

Pour ma part, m’appuyant sur mon parcours scolaire en France, j’accuserais les choix didactiques de la littérature imposés par le gouvernement dès le secondaire. Triste est de constater, qu’on ne parle pas de l’enseignement de la littérature mais de « cours de français », où les extraits d’ouvrages sont davantage utilisés pour étudier les différents procédés d’écriture mis en place par l’auteur lors de l’élaboration de son œuvre, que ce soit en analysant les différentes figures de style ou encore, en repérant les différentes modalités d’énonciation dont il a fait usage dans toute son œuvre. Ajoutons à cela, les rédactions de commentaires composés, dissertations ou récits d’invention, qui ne laissent place qu’à très peu (pour ne pas dire aucune) de créativité de la part des élèves. Néanmoins, la littérature est enseignée en terminale littéraire (soit une année !), qui est la classe la moins plébiscitée et la moins peuplée dans le parcours général. En effet, l’effectif y est deux fois moins élevé que dans un cursus économique et sociale et trois fois moins élevé que dans un cursus scientifique. Ayant moi-même suivie la voie littéraire, c’est à partir de ce moment là que j’ai commencé à apprécier la littérature, faisant connaissance avec Les liaisons dangereuses de Laclos.

En contexte FLE, l’enseignant a beaucoup plus de liberté. En proposant des manuels ou ses propres choix d’œuvres littéraires, qui seraient accompagnés d’activités mettant en valeur le texte en lui-même. Autrement dit, cela viserait l’affectivité des apprenants et leurs (ré)interprétations d’un ouvrage tout en travaillant différentes compétences langagières. De même, il est possible d’aborder ce qui ressort du domaine de l’interculturel à l’aide d’un ouvrage. Le rôle d’un enseignant de FLE serait alors d’amener les apprenants vers la gratuité de la lecture, c’est-à-dire, leur proposer des extraits de livres qui leur donneraient goût pour des œuvres qui engloberaient toute la francophonie, sans toutefois leur en imposer la lecture.

Pour répondre à l’interrogation posée plus haut, lire devrait aussi bien servir à se divertir qu’à se cultiver. C’est pourquoi, n’ayant (malheureusement) pas la science infuse et devant étudier plusieurs pistes pour la rédaction de mon mémoire, lire deviendra ma préoccupation quotidienne durant les prochains mois.

Je vous conseille d’en faire tout autant.

Bibliographie :

Jean-Marie Gustave Le Clézio, Un livre : à quoi ça sert ?, L’Extase Matérielle, Collection Folio Essai, édition Gallimard, 1993.

LONKUTA Betty

Etudiante en Master 2 Didactique du FLE/S et langues du monde à l'Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3.

More Posts