Tous les articles par Laura DIEZ DEL CORRAL

Etudiante en Master 2 de Didactique du FLE à Paris 3 à la suite d'un Master 1 dans la même spécialité et d'une Licence d'Espagnol à Paris 3 également. Précédemment Licence de Théâtre au Conservatoire National d'Art dramatique de Madrid. Depuis 4 ans travaille comme formatrice d'espagnol et de FLE dans diverses écoles de langues et au pôle universitaire Léonard de Vinci.

Sur le chemin des carnets…de l’école

Je viens de refermer mon Journal intime de l’enquête, après y avoir soigneusement noté, en rouge et noir, un évènement significatif survenu la semaine dernière au cours de mon quotidien d’étudiante-chercheuse en Master 2 de Didactique du FLE. Il constitue, ce que Bruno Latour, dont je m’inspire, appelle dans son livre Changer de société.Refaire de la sociologie, le carnet de bord. Cet évènement là a été  le premier rendez-vous avec ma directrice de recherche et notre conversation sur mon projet de mémoire ainsi que sur de possibles terrains d’enquête .

J’ai donc suivi de près, en tant qu’élève sérieuse et docile (nous ne sommes encore qu’au début de l’année scolaire…) les conseils du sociologue, qui mentionne, dans le chapitre en question, « les transformations subies au cours des déplacements pour l’enquête, depuis les premiers rendez-vous jusqu’aux sensations ressenties en découvrant les particularités du terrain ». (B.L)

Mon deuxième carnet, toujours mis en service grâce aux indications de l’auteur, a été inauguré en même temps que le premier : il est baptisé Foire aux infos puisqu’il s’agit, cette fois, de la collecte de l’information. J’y ai rapporté mes impressions au sujet d’une journée d’études à laquelle j’ai assisté il y a trois semaines. Je continuerai à y noter consciencieusement , tel que le préconise Bruno Latour, les informations utiles à l’élaboration de mon mémoire, en les « classant par ordre chronologique et de façon à pouvoir ensuite faire de sous-divisions » (B.L.), à l’image de ces simples fiches bristol dont l’auteur se servait à une époque antérieure aux ordinateurs…

Enfin, je dois avouer ici que, malgré toute ma bonne volonté d’étudiante appliquée, le troisième carnet à entretenir, selon notre auteur, demeure, pour l’instant, aussi neuf que dans le magasin de fournitures scolaires où j’en ai fièrement achetés  quatre d’un coup pour étayer ma recherche peu de jours après la rentrée scolaire. Il s’agit pourtant, peut-être, du plus important, au bout du compte : il s’intitule, chez moi, le Cahier des brouillons d’or, et devra être dédié aux essais d’écriture à l’infini puisque, toujours d’après le sociologue, il n’y a pas de distinction entre l’enquête et l’écriture car les deux activités doivent se réaliser simultanément.

Quant au dernier carnet latourien, qui, dans mon tiroir, porte lui aussi déjà un titre, (A suivre…), il attendra son tour car il me semble correspondre à un travail de longue haleine si je comprends bien l’auteur : celui-ci explique dans son livre qu’il doit avoir pour fonction de « recueillir les effets que l’activité du chercheur aura provoqué sur les acteurs du terrain. » (B.L.). Il ne pourra donc exister, par définition, qu’une fois que j’aurai commencé à aller sur le terrain…

Enfin, citons B. Latour une dernière fois pour transmettre  la fonction exacte des quatre carnets mentionnés ci-dessus dans une recherche le plus scientifique possible : ils serviront, malgré leur apparence dérisoire, à « appréhender avec la plus grande précision possible des objets récalcitrants à travers un dispositif artificiel ».

Merci, Bruno Latour…!

Laura DIEZ DEL CORRAL

Etudiante en Master 2 de Didactique du FLE à Paris 3 à la suite d'un Master 1 dans la même spécialité et d'une Licence d'Espagnol à Paris 3 également. Précédemment Licence de Théâtre au Conservatoire National d'Art dramatique de Madrid. Depuis 4 ans travaille comme formatrice d'espagnol et de FLE dans diverses écoles de langues et au pôle universitaire Léonard de Vinci.

More Posts

Théâtre et apprentissage d’une langue étrangère : l’exemple d’un cours de théâtre pour enfants en espagnol

En tant qu’ancienne comédienne de théâtre, je me suis tout naturellement intéressée, au moment d’entreprendre mes études de Didactique du FLE, à la possibilité de mettre en oeuvre des pratiques théâtrales au sein d’un cours de langues et à l’efficacité didactique de celles-ci. D’autre part, ma qualité de locutrice bilingue espagnol-français m’a attirée vers une recherche véhiculée par ma langue maternelle, l’espagnol.
La didactique théâtrale  au service de l’apprentissage des langues se compose de trois éléments essentiels, à savoir la nature du jeu, l’activité de l’apprenant-comédien et la place de l’enseignant au sein du groupe-classe.
Je baserai mon intervention sur l’analyse  d’un travail réalisé au sein d’un cours de théâtre réunissant dix enfants français âgés entre quatre et sept ans et souhaitant apprendre l’espagnol, que j’ai animé pendant trois mois.
Il ne s’agissait pas, bien entendu, de mener parmi les enfants, un psychodrame, car, en ce qui concerne la nature du jeu, celui-ci se distingue clairement du jeu théâtral didactique : en effet,  dans ce dernier, contrairement au premier, le but recherché n’est jamais thérapeutique mais formatif. J’ai pu constater pendant mon travail que ce qui animait les enfants, sous mon impulsion, c’était bien d’apprendre en jouant, à travers des jeux basés sur des scènettes d’abord improvisées puis répétées qui, tout au long de ces trois mois ont bien confirmé la nature paradoxale du jeu : l’alliance du plaisir et de la contrainte (double contrainte ici : imposition d’une langue de jeu étrangère).

Quant à l’activité de l’apprenant-comédien, j’ai pu l’observer, tout en les conduisant vers l’interprétation de petits personnages , chez les jeunes participants de mon atelier de théâtre : spontanément ouverts au jeu, ils se sont très vite construits, au cours de ces séances, des images d’eux-mêmes nouvelles pour eux et pour leur camarades-spectateurs, (se transformant, le temps du cours, en « spectacteurs », pour reprendre l’expression de E. M. Rollinat-Levasseur). Il y a eu, pour la plupart d’entre eux, une transfiguration de leurs univers connus impliquée par le changement de langue. Ainsi, le terrain a été d’emblée propice au jeu pour incarner l’enfant en processus d’apprentissage de l’espagnol.

Enfin, parlons de ma place, celle de l’enseignant-animateur, au coeur de ce processus : il s’agissait dans ce contexte plus du rôle d’un guide,  à l’écoute et au service des enfants-apprenants-comédiens, que de celui d’un professeur traditionnel. En effet, depuis ma place  d’animatrice, j’ai conduit et à la fois été témoin de l’acquisition d’une clé donnant accès à leur autonomie dans l’appropriation de la nouvelle langue. Ils n’avaient plus qu’à passer la porte…

Ceci était un bref aperçu de ma future participation au colloque, où il s’agira de  montrer à travers mon animation-observation de cet atelier de théâtre-espagnol la pertinence et le sérieux, tout du moins pour le jeune public, d’une didactique des langues axée sur un jeu théâtral essentiellement ludique ici, de par le bas âge de ses participants, mais aussi rigoureux. Ainsi, pour interpréter un rôle, comme l’a écrit Bertolt Brecht, il faut savoir jouer aussi sérieusement que les enfants…

Laura DIEZ DEL CORRAL

Etudiante en Master 2 de Didactique du FLE à Paris 3 à la suite d'un Master 1 dans la même spécialité et d'une Licence d'Espagnol à Paris 3 également. Précédemment Licence de Théâtre au Conservatoire National d'Art dramatique de Madrid. Depuis 4 ans travaille comme formatrice d'espagnol et de FLE dans diverses écoles de langues et au pôle universitaire Léonard de Vinci.

More Posts