Tous les articles par GENEVIEVE Lucie

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langues du monde

La langue régionale à l’école : Dix (plus une) bonnes raisons

Bien que l’article 75-1 de la Constitution affirme que « Les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France » la question de langue régionale est très discutée, surtout pour sa présence ou non dans le milieu scolaire.

Sur l’île de La Réunion, les premiers à convaincre du bienfait du créole, langue maternelle de la majorité de la population, sont les parents.

Dans ce petit ouvrage, le chercheur Axel Gauvin s’emploie à leur faire changer d’avis.

Le créole à l'école

 

L’habillage même du livre n’est pas anodin : il est malheureux de dire que les parents réunionnais n’ont pas tous eu un parcours scolaire brillant ni même poussé car jusque dans les années 1980, l’accès aux collèges et lycées était très difficile pour certaines parties de l’île. Les nombreuses images, les gros titres, les symboles et les couleurs participent à attiser la curiosité car le sujet est sensible : les parents ont peur que leurs enfants rencontrent les mêmes difficultés qu’ils ont eu avec la langue française si on accepte le créole dans les classes.

Les raisons qu’il invoque sont les suivantes :

  1. Augmenter ses compétences en créole réunionnais
  2. Apprendre le créole
  3. Se réconcilier avec le français
  4. Progresser en français
  5. Maîtriser le créole pour éviter le bilinguisme soustractif
  6. Débrider l’intelligence
  7. Profiter du bilinguisme précoce créole-français
  8. Oser s’exprimer – Retrouver l’estime de soi
  9. Restaurer les liens entre les générations
  10. Ouvrir aux langues et au Monde
  11. Pour la culture réunionnaise

Chaque raison est illustré avec différents exemples. Ainsi, pour la raison 5 « maîtriser le créole pour éviter le bilinguisme soustractif », Gauvin annonce que certains enfants « ne possèdent pas le français, et insuffisamment le créole » et que leur scolarité en est affecté. Il continue en affirmant que ceux qui parlent un mélange des deux langues, ne savent pas faire la différence entre ces deux langues. Pour illustrer son propos il cite quelques faux amis français/créole réunionnais.

Faux amis creole reunionnais et français

Durant mon travail de recherche sur le terrain, j’ai interrogé plusieurs parents sur le regard qu’ils portent sur leur langue créole. À chaque fois, j’ai eu la même pensée : je me souvenais des premières lignes de Lambert Félix Prudent dans le préambule d’un essai écrit par Axel Gauvin, Les Indispensables Compromis :

 

« Jamais on aura vu peuple aussi paradoxal quant à ses langues. Ce n’est pas sans fierté qu’ils vous disent « nou lé kréol, nou ! » (1). À peine vous rencontrent-ils dans la rue, au marché, au travail, dans une file d’attente, un magasin, à l’hôpital, pour peu que vous ayez l’air d’être quelqu’un du pays, ils vous adressent la parole en créole, et marquent surprise et étonnement si vous ne leur répondiez pas dans la même langue. […] Or, au moment même où la conversation devient sérieuse ou que l’on quitte l’ordre de la sympathie et de la simplicité, lorsque l’on fait mine de toucher au sérieux et d’accéder à un degré plus avancé de la réflexion, les Réunionnais endossent leur livrée de raisonneurs-chicaneurs. Ainsi, le créole relèverait de la culture ? On pourrait l’écrire ? Vous voulez dire comme le français ? L’enseigner à l’école ? L’étudier, pour en faire une grammaire, un dictionnaire, des manuels ? En faire un objet de réflexion, de savoir et de science ? Allons donc, ne perdez pas votre temps ! »

 

En effet, c’était le discours auquel j’avais droit la plupart du temps car les parents ne comprenaient pas que le créole ne cherchait pas à remplacer le français mais à cohabiter avec lui.

Cet ouvrage est selon moi idéal pour convaincre les Réunionnais des bienfaits du bilinguisme à l’école.

 

(1) Nous sommes créoles, nous !

 

Références

Gauvin, Le créole à l’école, Tikouti, 2009

Gauvin, Les Indispensables compromis, Udir, 2004

 

GENEVIEVE Lucie

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langues du monde

More Posts

Compte rendu d’un livre de comptes rendus ?

Extrait de "Un État des savoirs à La Réunion"

Parmi les nombreuses lectures qui accompagnent ma recherche, Un État des Savoirs à La Réunion retient mon attention pour écrire cet article. En effet, Mr Martin nous demande de faire le compte rendu d’une lecture, et ce livre avec lequel je travaille beaucoup ne contient que des comptes rendus de lecture.

Une mise en abyme …

Je me vois difficilement faire un compte rendu de tous les comptes rendus présentés, je vais donc simplement relever les points qui me semblent bien faits dans ce recueil publié par le laboratoire de recherche LCF de la Réunion.

Au premier semestre, nous avons tous suivi le cours de méthodologie du mémoire de Mr Martin, qui nous a appris à « faire de la recherche ».

De semaine en semaine, de simples actes comme tenir un journal ou trouver les mots-clés d’un texte étaient pour nous chose extraordinaire !

En feuilletant les pages de ce livre pour la première fois, je me suis rendue compte que c’était en fait de banals gestes de chercheur.

En effet, moi qui craignais le plagiat à chaque phrase que j’écrivais, j’ai compris comment fonctionnait le travail du chercheur :

Titre de l’œuvre étudié et son auteur, références, mots-clés et résumé.

 

Reprendre les idées de l’auteur tout en le mentionnant ainsi que son ouvrage.

 

 

 

  1. Tupin et S. Wharton, Un État des Savoirs à La Réunion, LCF/Université de La Réunion, 2004 – 285 pages

GENEVIEVE Lucie

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langues du monde

More Posts

Journée d’études en sociolinguistique

Les langues en image : approches sociolinguistiques

 

11 mai 2016 : la date de la remise du mémoire approche.

12 mai 2016 : les journées d’études, même si elles ne concernent pas directement le sujet de notre mémoire, sont obligatoires ce semestre !

13 mai 2016 : première journée d’études à laquelle j’assiste depuis janvier.

Je rejoins des camarades de classe à l’Inalco. Nous échangeons sur l’avancée de notre mémoire et de nos recherches. Beaucoup de stress tout d’abord mais suivi d’un grand soulagement quand nous nous rendons compte que nous avançons au même rythme et que le projet est faisable sans se mettre autant de pression.

La journée d’études commence avec un café/thé et des biscuits offerts par les organisateurs. On nous distribue des documents pour la journée et après avoir attendu tous les participants, les premiers intervenants se lancent.

Les premières heures sont émouvantes : la disparation de Thierry Bulot quelques mois auparavant régit chaque intervention : hommage oral, écrit mais aussi vidéo.

Thomas Vetier est un doctorant qui a commencé sa thèse avec Thierry Bulot. Il nous expose son projet, en coopération avec l’association l’Age de la Tortue : « L’Encyclopédie des migrants », une œuvre qui rassemble 400 lettres de migrants de France, Espagne, Portugal et Gibraltar.

Sa thèse est à la rencontre de ce projet : il questionne à travers toutes ses lettres, le regard hégémonique sur la migration. Ce qui l’intéresse ce sont les discours mais surtout leurs représentations. Le nom de Thierry Bulot résonne durant toute l’intervention de son ancien doctorant : son travail de recherche se poursuit sans lui.

Le travail de recherche est multiple, comme j’ai pu le voir à de nombreuses reprises au cours de cette journée.

En effet, les interventions suivantes étaient à propos de filmer la recherche.

On a pu ainsi voir des films très intéressants sur des récits de vie, des pratiques langagières. Ce qui m’a marqué c’est le travail autour : trouver les sujets à filmer, faire le film, et ensuite analyser les données recueillies. Mais aussi, voir le travail de recherche après : dans un des films (1) diffusés au cours de cette journée, on découvre Abdel, un locuteur plurilingue, qui livre ses réflexions sur la médina de Rabat où il a vécu et où il travaille, parfois accompagné du chercheur. À la fin du film, on découvre cette fois le chercheur qui prend des notes sur le récit d’Abdel : le travail ne s’arrête pas au film mais la recherche continue au-delà.

Cette journée m’a aidé à me rendre compte de toutes les façons dont la recherche peut se faire.

 

 

(1) Abdel, les langues et la médina de Rabat, film de 45 minutes, Réalisateur : A. Rakotomalala, Prod. Lacnad/PREFics

GENEVIEVE Lucie

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langues du monde

More Posts

Le choix de (faire) la recherche.

Chercher. Être chercheuse.

L’année de master 2 nous demande beaucoup de travail de recherche afin d’écrire un mémoire de fin d’études. Un mémoire de recherche sur un sujet de notre choix.

En tant qu’aspirant professeur de fle, les sujets ne nous manquent pas : beaucoup se lancent sur des problématiques rencontrées durant leurs stages, d’autres en manque d’inspiration ou par innovation s’aventurent dans un domaine qui leur est inconnu tandis que d’autres se penchent sur des sujets plus personnels.

C’était mon cas quand, au début de l’année, j’ai annoncé mon sujet de mémoire : le statut du créole dans les écoles réunionnaises. Ayant grandi à la Réunion, je savais que le créole n’y a(vait) pas sa place mais aujourd’hui en tant qu’étudiante-chercheuse, je me dois de me demander pourquoi.

« Je me dois » : j’utilise le verbe devoir car c’est le passage obligé pour valider cette dernière année d’études. Mais je le ressens également comme un besoin.                                                                                                       Le besoin de comprendre pourquoi pendant les seize années où j’ai été scolarisée, cette langue, qui était la langue maternelle de la majorité de l’île, était parlée partout sauf à l’école, lieu d’apprentissage.

Ce sentiment je ne l’ai pas beaucoup connu. Ce sujet a toujours été tabou. J’ai découvert seulement cette année, en commençant mes recherches, qu’il existe une option « langue et culture réunionnaise » depuis 2001. Les premiers élèves l’ayant suivi avaient reconnu son efficacité : « Lors d’un bilan de la LCR en 2003, des adolescents du collège des Deux-Canons, à St-Clotilde, ont déclaré […] que pour la première fois, ils comprenaient l’enseignement professé à l’école. » (Gauvin, 2009 : 3)

Si cette option était efficace alors pourquoi ne s’est-elle pas répandue sur toute l’île ?

Au milieu des années 2000 je suis au collège. Je me rappelle du passage d’un poète dans ma classe de français de 4ème. Un poète qui écrit en créole et qui nous demande si nous le faisons aussi. Écrire ? Plusieurs mains se lèvent. En créole ? Sourires gênés et réactions similaires : « Non, on ne sait pas l’écrire. ».                            Notre professeur de français ne s’attarde pas sur le sujet : elle se démène déjà assez pour faire entrer les tableaux de conjugaison dans nos têtes.                                                                                                   Quelques années plus tard au lycée, en classe de chimie, un élève fait tout un discours en créole sur son incapacité à comprendre ce cours. Le professeur, créolophone, lui répond en créole, rigole avec la classe et met fin à cette interlocution avec cette phrase qui me marque « Allez, assez rigolé, redevenons sérieux ». Un retour à la langue française plus « sérieuse » ? Le créole ne le serait donc pas ? Ce serait pour ça qu’il n’aurait pas sa place en classe ?

Je me suis longtemps demandée pourquoi, parmi tous les souvenirs de collège et lycée que j’ai gardés, ceux-ci m’avaient autant marquée. Sans doute mon intérêt pour les langues étrangères. Pourtant le créole ne m’est pas étranger.

Ces débuts de recherche m’ont appris beaucoup sur cette langue avec laquelle j’ai grandi mais c’est avec une certaine gêne que j’ai commencé à écrire.

Au fil de mes lectures, je me sentais de plus en plus démunie alors que je me formais pour mon écriture à venir. La honte de ce manque de connaissance suivie par la panique. Celle de ne pas pouvoir écrire sur ce sujet que je pensais connaître et qui s’est révélé bien plus complexe que je ne le pensais.

Et voilà que cette recherche devient une thérapie. Ce n’est pas ce qui est demandé, il vaut mieux l’éviter. Deux mois perdus à me dire que je suis incapable d’aller jusqu’au bout. Mais aussi deux mois à me dire que si je ne vais pas jusqu’au bout, j’accepte la situation linguistique imposée à la Réunion : « la langue réunionnaise disparaît lentement par défaut d’apprentissage » (Gauvin, 2009 : 7).

Alors je me remets à chercher. Je me remets à être chercheuse.

GENEVIEVE Lucie

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langues du monde

More Posts

Comment terre ?

Comment taire, alors, ce qui arrive sous nos yeux et n’a pas de nom ?

C’est avec admiration que je foule le parvis de la Bibliothèque Nationale de France ce mercredi 4 novembre. Ces hauts volumes de béton et d’acier entourés de cette grande esplanade de bois et de ces jardins s’intègrent parfaitement à cette architecture urbaine. Et c’est ici, au Petit auditorium, que vont se réunir pendant plusieurs jours écrivains, journalistes, professeurs mais aussi réalisateurs ou encore photographes, pour, à l’horizon de la COP21, « dire et penser un monde menacé ».

Une conférence sur le climat d’un point de vue littéraire avant une plus grande conférence, internationale, qui réunira des dirigeants du monde entier pour discuter de l’avenir de notre planète.

Cette séance inaugurale s’est voulue démonstrative des enjeux du cheminement des écrivains et du rapport nature/littérature.

Introduite par Dominique Viart, professeur, et Pierre Schoentjes, écrivain, la soirée débute par une discussion entre les deux hommes sur la place de la littérature dans un domaine habituellement abordé de manière scientifique ou politique. On constate ainsi en écoutant Pierre Schoentjes, que la littérature environnementale s’est largement développée ces dernières années, notamment au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, où la prise de conscience a été générale, les enjeux ont été questionnés au-delà de l’humanité.

Des points de vue se sont opposés puisque durant l’intervention suivante, un dialogue entre Jean-Christophe Bailly et Jean Kaempfer, l’écrivain a révélé être en désaccord avec Pierre Schoentjes sur l’intérêt récent de la littérature environnementale. Il cite d’ailleurs des oeuvres de Francis Ponge ou encore de Victor Hugo. Il défend son goût pour cette littérature qui défend la nature et dénonce la conférence sur le climat à venir comme un événement hypocrite.

Entretien entre Dominique Marchais et Francesca Isidori
Entretien entre Dominique Marchais et Francesca Isidori

La soirée s’est conclue par la projection du documentaire « La ligne de partage des eaux » après un bref entretien entre le réalisateur Dominique Marchais et Francesca Isidori.

Un premier jour de conférence très instructif selon moi, avec des intervenants tous aussi impliqués les uns que les autres tout en ayant des points de vue différents. Un thème qui nous réunit tous, notamment étudiants de français et citoyens du monde : la littérature et les arts et l’avenir de notre planète.

Vous trouverez ci-dessous le programme de cette séance du 4 novembre 2015 :

Séance inaugurale

Mercredi 4 novembre 
à la Bibliothèque nationale de France / au Petit auditorium
 Quai François Mauriac – Paris 13 (M°  Bibliothèque nationale)

19 h00 – 19 h30 – 
Présentation de la 9e édition par Dominique Viart et Pierre Schoentjes

19h30 – 20h15 – Prendre la dé-mesure

 par 
Jean-Christophe Bailly, avec Jean Kaempfer

20 h15 – 22 h30 – 
Projection du documentaire  « La ligne de partage des eaux » – Entretien du réalisateur Dominique Marchais  avec Francesca Isidori

 

9e édition des Enjeux : Conférence Comment terre ? Dire et penser un monde menacé, organisé par la Maison des écrivains et de la littérature, du 4 au 8 novembre 2015.

 

GENEVIEVE Lucie

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langues du monde

More Posts

Les mots-clés

En travaillant sur le colloque du DILTEC du 20, 21 et 22 juin 2012, je suis tombée sur un article intéressant : « Dispositifs multimédia et formation des futurs enseignants de langue » (1) par Dagmar Abendroth-Timmer et Jose I.Aguila Rio.

Ces deux auteurs nous parlent d’un projet d’apprentissage collaboratif.

Collaboratif. Collaboration. Collaborer.

C’est justement ce que cherche à nous faire faire Serge Martin pour ce nouvel article.

Faire collaborer des mots, trouver des mots-clés.

Ainsi, dans cet article, les mots qui me semblent importants à retenir sont au nombre de cinq : projet, collaboration, apprentissage, construction et engagement.

En effet, il me semble qu’ils résument particulièrement cette lecture.

Les auteurs rapportent le projet de travail en tandem qu’ils ont mis en place. 21 étudiants internationaux se sont vu offrir cinq tâches à effectuer et à soumettre à leurs tuteurs selon un calendrier. De niveau master, et futurs enseignants de langue, ils devaient travailler sur des corpus de textes rédigés en différentes langues et ayant pour sujet l’acquisition et la didactique des langues et les TICEs. L’article révèle les effets positifs du travail de groupe : autonomie, collaboration, prises d’initiatives, solidarité mais aussi construction de leur identité d’enseignant, motivation et engagement.

Le poids des mots clés est important : non seulement ils se réfèrent à cet article mais en plus ils peuvent en lier d’autres.

 

 

 

(1) DILTEC, Langages, cultures, sociétés : interrogations didactiques, Paris : Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, Colloque des 20-21-22 juin 2012.

GENEVIEVE Lucie

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langues du monde

More Posts

Passages de Paroles

Depuis quelques jours déjà je vois cette affiche partout dans les couloirs : Passages de paroles – Paroles de passages. En cours également j’en entends parler. Une journée d’études. Cinq années passées à l’université et je n’ai jamais assisté à une journée d’études. Je me demande tout à coup ce que j’ai bien pu faire pendant ma scolarité.

Je découvre donc aujourd’hui que ce n’est pas une légende : les chercheurs cherchent. Et en plus ils partagent leurs recherches. Avec nous ! Oui, n’importe qui est libre d’assister à ces présentations, d’écouter, de comprendre, de ne pas comprendre et poser des questions.

C’est donc avec fascination que j’ai écouté tous ces chercheurs parler d’un sujet qui m’intéresse : expériences et perspectives en didactique des langues.

Parmi ces chercheurs certains de mes professeurs, Gérard Noiret, écrivain, mais pas seulement. Se trouvent aussi des étudiants de doctorat. De tous jeunes chercheurs qui s’intéressent à des sujets bien divers : la didactique de la littérature dans le contexte chinois, la lecture à haute voix ou encore la photographie.

Tant de domaines qui ont un but commun : faire avancer la recherche dans la didactique des langues.

Je ne me rendais pas compte avant cette journée, du champ de travail possible sur ce sujet.

Progr_Passages de paroles …

GENEVIEVE Lucie

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langues du monde

More Posts

Rechercher

Je suis dans un immense amphithéâtre face à un jury intimidant. Autour, ma famille et certains de mes amis. Ils attendent que je commence. Commencer quoi ? Première inquiétude : mes mains sont vides, je n’ai rien imprimé, rien écrit. Ils s’impatientent. Deuxième inquiétude : Que faire ? Improviser ? « Oui, oui, je vous jure que j’ai fait des recherches, elles sont là quelque part, je m’en souviens, je les ai notées dans des petits carnets. »

Carnet. Carnet. Carnet. Carnet. Quatre fois le mot carnet.

Mon cauchemar depuis déjà deux semaines. Peur et angoisse s’emparent de moi car Bruno Latour (1) veut ses carnets. Des carnets de recherche, car aujourd’hui c’est ce que je dois faire, chercher. Mais chercher quoi ?

Depuis la rentrée, la première question que l’on me pose ne concerne pas mon nom ou mon âge mais mon sujet de recherche, mon sujet de mémoire. Crainte, détresse, effroi. Si je devais chercher les mots qui qualifient ce que je ressens j’en aurais déjà fini. Mais non, je dois trouver un sujet de mémoire.

Si je suis arrivée dans cette classe de Master 2 c’est que j’ai des idées non ? Alors où sont-elles ? En tout cas, après le cours de S.Martin sur la méthodologie des mémoires, je sais où elles seront ces idées. Dans des carnets. Sous quelle forme ? Peu importe mais ils seront quatre. Quatre pour mieux organiser les recherches.

S.Martin nous a proposé une méthodologie suivant les conseils de Bruno Latour, lire, écrire, rechercher, noter tout ce qui concerne nos recherches. Maintenant à nous de jouer. La recette n’est pas miraculeuse et le mémoire ne se fera pas une fois chaque carnet nommé mais espérons que l’histoire ne se finira pas comme cet article a commencé.

Bibliographie

1. Latour, B. 2006. Changer de société. Refaire de la sociologie. Paris: La Découverte.

 

 

GENEVIEVE Lucie

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langues du monde

More Posts