Tous les articles par Anissa

Les TIC et la langue Française en Algérie

Les TIC sont un ensemble de technologies avancées utilisées dans la majorité des cas pour communiquer, échanger, et traiter l’information, de manière synchrone ou asynchrone, par différents canaux : sons, images, et textes. D’ailleurs, le terme multimédia renvoie à la multiplicité de ces canaux (Gerbault 2002 : 13). Par conséquent, les TIC permettent d’une part l’accès à plusieurs dispositifs en ligne, c’est-à-dire un accès au réseau de communication permettant la connexion à distance d’ordinateurs avec  des serveurs d’informations, et d’autre part la possibilité d’accéder à des ressources logistiques hors-ligne (CD, DVD, etc.).

Cela étant dit, cette multiplicité de ressources est accessible grâce à un choix spécifique de langue. Un utilisateur indien anglophone, aura un accès plus malléable et riche en anglais qu’en indien. De même qu’un utilisateur algérien choisira de naviguer en français plutôt qu’en arabe. La raison à cela est toute simple : les langues du Nord, celles des grandes puissances (économiques et politiques) restent hégémoniques également sur le plan du savoir et de la communication. En cela donc un étudiant algérien dans la majorité des cas a recours au moteur de recherche et aux autres ressources des TIC en français, pour la raison citée auparavant, mais aussi en raison d’un ancrage sociohistorique très fort de cette langue.

Ainsi un étudiant de langue française, en dehors de ses études, est d’abord amené, en utilisant les TIC et stricto sensu le Web, vers diverses situations communicatives interactives. De plus, les étudiants consacrent majoritairement leur temps sur les réseaux sociaux (59%). Ces situations de communications à travers les multimédias favorisent leur expression faite en temps réel et en toute liberté d’utilisation. In fine les échanges, l’interactivité informationnelle qui sont au départ d’ordre culturel, intellectuel ou privé, deviennent par la force des choses linguistiques. C’est ce que Demaizière appelle « l’apprentissage par consultation », cette  « navigation « libre » dans un hypertexte ou sur la Toile » de l’étudiant, « dans laquelle on ne fixe a priori aucune tâche détaillée à accomplir.»[1]

D’autre part, les étudiants qu’on a interrogés se disent des utilisateurs fréquents des documents sur Internet (88%). Cela les aide à préparer leurs cours (64%), mais aussi à acquérir le français ou le savoir lié aux études de français (logiciels d’activités, tutoriels etc.). Cette utilisation concerne directement le processus d’acquisition et s’ajoute à l’acquisition implicite dont parlait Demaizière.

Pour conclure, notons que cette manipulation de la langue française implicite et explicite s’inscrit par extension dans une approche qui se voudrait actionnelle. Car dans une didactique moderne des langues, cette idée de tâches à effectuer de manière autonome, interactive et pas forcément pour un objectif purement linguistique est primordiale, elle correspond à la définition de l’approche actionnelle promue par le Cadre européen commun de référence :

« La perspective privilégiée ici est, très généralement aussi, de type actionnel en ce qu’elle considère avant tout l’usager et l’apprenant d’une langue comme des acteurs sociaux ayant à accomplir des tâches (qui ne sont pas seulement langagières) dans des circonstances et un environnement donnés, à l’intérieur d’un domaine d’action particulier. Si les actes de parole se réalisent dans des activités langagières, celles-ci s’inscrivent elles-mêmes à l’intérieur d’actions en contexte social qui seules leur donnent leur pleine signification.»[2]

Approche actionnelle qui repose sur la théorie d’apprentissage constructiviste comme nous l’avons vu dans le volet théorique. Notons aussi, par rapport à cette perspective actionnelle, que notre enquête a donné des taux d’erreurs en langue plus élevé chez les adeptes des TIC que chez les utilisateurs occasionnels. Cependant la compréhension et la construction de sens est à l’avantage des adeptes. Faits que nous allons interpréter dans le titre suivant.

[1] DEM AIZIERE.F, « Didactique des Langues et Tic : les aides à l’apprentissage ». Dans Apprentissage des langues et systèmes d’information et de communication (ALSIC), vol 10, n°1, 2007.

[2] Conseil de l’Europe. « Cadre européen commun de référence pour les langues: apprendre, enseigner, évaluer ». Strasbourg: division des langues vivantes. Site http://www.coe.int/linguistic.fr

Usage des TIC dans l’apprentissage des langues étrangères

L’utilisation des technologies de l’information et de la communication reste très variée, parce que les nouvelles technologies elles-mêmes sont une multiplicité d’instruments et d’outils très différents. Certains auteurs parleront des TIC comme un «construit extrêmement hétérogène» (Baron, 2005 : 1), qui peut recouvrir l’aspect d’«une image, une base de données, une encyclopédie, un environnement d’apprentissage…» (Baron et al, 2007 : 3), et qui peut être lié à des domaines tout aussi différents que la psychologie, l’éducation, la pédagogie, ou l’audiovisuel[1]. Ainsi, il ne serait pas superflu de dire que les TIC en général influent sur ces domaines de manière complexe et diverse.

Notre intérêt, évidemment plus spécifique, se porte sur le rapport et l’influence des TIC sur le domaine éducatif, et spécialement sur l’apprentissage du français langue étrangère (FLE) à l’Université. Cependant, pour saisir cela il faut d’abord définir comment peut s’effectuer l’usage des technologies par rapport à l’apprentissage d’une langue étrangère et à son enseignement.

Historiquement, le rapport de la langue avec l’informatique fut établi dès l’avènement de cette dernière vers les années cinquante. Ce rapport est à l’origine d’un développement certain des technologies. J. Béziat constate que « les premiers travaux de mise au service des langues de l’informatique sont contemporains de l’émergence de l’informatique elle-même. Le TAL (traitement automatique des langues) qui a mobilisé dès les années 1950 des informaticiens et des linguistes pour le développement de programmes de traduction automatique, en est un exemple [2]». Par la suite nous assisterons depuis les années soixante-dix jusqu’à aujourd’hui à une mise en relation permanente entre les TIC et l’enseignement[3].

Cette relation s’est alors logiquement développée dans le domaine de l’apprentissage des langues. François Mangenot explique ce rapport très fort. Deux raisons, selon lui, contribuent à cette relation, l’une sociologique et l’autre didactique :

« L’apprentissage des langues vivantes est l’un des domaines auquel on a le plus – et le plus tôt – cherché à appliquer l’outil informatique. Cela s’explique sans doute à la fois par la croissance exponentielle de la demande sociale d’apprentissage des langues et par une certaine tradition d’autodidaxie dans ce domaine ; une autre raison moins positive pourrait être que la vision de l’apprentissage des langues, jusque vers la fin des années soixante-dix, était très béhavioriste et s’accommodait donc bien des applications de type «drill and practice» (exercices structuraux) que l’on réalisait au début de l’informatique éducative.[4]»

Et l’ordinateur fut l’allié de l’apprentissage dés son émergence, et l’est toujours jusqu’à maintenant, surtout en ce qui concerne les pays émergeants. Taylor parlera d’un enseignement assisté par ordinateur[5].  Ainsi, l’ordinateur peut être un outil qui supporte l’enseignement linguistique et le véhicule, en comportant un logiciel didactique qui facilite l’acquisition (Legros, Crinon, 2002 :18). Cet usage reste le plus important, selon Taylor, pour l’apprentissage d’une langue. Trois autres usages sont à distinguer dans sa classification: l’usage de l’ordinateur librement sans qu’il soit porteur d’aucune didactique, c’est à l’utilisateur de programmer son enseignement. (Les logiciels du Microsoft office en sont des exemples significatifs.) L’usage de logiciels moins spécifiques, qui ont un rôle didactique et pédagogique certain, comme les jeux à support linguistique conséquent, ou des jeux de scrabble par exemple. Enfin, l’usage de « produits grands publics, en ligne et hors ligne, livres électroniques, cédéroms et sites culturels ou scientifiques, sites proposant des textes littéraires numérisés [6]».

Tous ces usages montrent bien comment les relations entre technologie et apprentissage linguistique en général peuvent être productives. Si nous transposons ces usages généraux dans le domaine spécifique de l’apprentissage du français langue étrangère, il serait judicieux d’aborder la question à travers l’éclairage des courants pédagogiques qui ont, à des degrés différents, incité, ou pas, à utiliser l’outil technologique (l’ordinateur).

Vers la fin des années quarante et au début des années cinquante les méthodes modernes de cette époque d’apprentissage des langues comme la Méthode Audio-Orale pouvaient très bien s’accommoder de l’utilisation de l’ordinateur. Ces courants pédagogiques qui professaient que « la langue était conçue comme un réseau de structures syntaxiques qu’il faut acquérir sous la forme d’automatismes.[7]», comme principe absolu, ne pouvait que bénéficier positivement des apports de l’ordinateur, qui est l’outil par excellence pour inculquer des automatismes. Il en est de même pour la Méthode Structuro-Globale qui émergea dans les années soixante. Sa conception de la langue comme une forme globale et structurée qu’il faut assimiler totalement sans fragmentations[8] peut avoir aussi comme allié l’outil technologique. Dans le sens où celui-ci pourrait très bien, à travers les livres audio, les exercices oraux ou les visionnages de films sous-titrés, présenter la langue comme « un ensemble organisé » et solidaire « qui ne peut être décomposé [9]».

Donc les méthodes des années cinquante et soixante s’accordent volontiers avec l’usage de l’informatique. Paradoxalement c’est dans les années soixante-dix et quatre-vingt-dix, années où l’informatique s’est totalement démocratisée, que nous connaitrons des méthodes d’apprentissage moins enclines à utiliser l’ordinateur comme outil d’apprentissage direct. L’approche communicative et l’approche actionnelle feront de l’ordinateur un simple outil pour un enseignement traditionnel. Elles avancent toutes deux que la langue c’est d’abord une compétence communicationnelle et relèguent au second plan la compétence purement linguistique et syntaxique. Ainsi, c’est à l’enseignant dorénavant d’apprécier la nécessité d’utiliser l’ordinateur en classe par exemple. Et il sera finalement utilisé « comme support d’enseignement » seulement, et « c’est certainement la plus courante [des utilisations] dans le domaine des langues[10] », nous affirme F. Demaizière.

A la fin des années quatre-vingt-dix et le début des années deux-mille, les technologies ont évolué de manière rapide et exponentielle. Si la démocratisation des ordinateurs s’est faite dans les années quatre-vingt, c’est la manière même d’appréhender ces technologies qui s’est démocratisée dans les années deux-mille. Tout le monde peut manipuler un ordinateur avec plus ou moins d’initiation grâce aux logiciels déjà programmés contrairement aux programmes anciens qui nécessitaient le savoir d’un langage informatique spécifique. Ainsi,  « l’indépendance des utilisateurs est davantage prise par rapport aux informaticiens » (Demaiziére, 1986 : 17), et conséquemment, celle des enseignants et des apprenants. Demaizière résume cette avancée extraordinaire ainsi :

« On ne demande plus à l’enseignant de se plier aux contraintes d’un langage de programmation, non prévu à l’origine pour ses besoins. On lui offre des outils conçus pour l’enseignement et en particulier pour une analyse fouillée de messages rédigés avec une certaine liberté.»[11]

 

A cela s’ajoute également la banalisation radicale d’Internet pour finalement aboutir et observer, de nos jours, une diversification des usages technologiques pour l’enseignement et l’apprentissage des langues étrangères. Les enseignants comme les apprenants deviennent en prise avec les changements constants et la multiplicité des nouvelles technologies (Albero, 2004 : 9). Il reste que toutes ces utilisations foisonnantes échappent parfois à l’analyse quant à l’appréciation du degré de leur efficacité. Mangenot devant cette déferlante des technologies dans le domaine de l’apprentissage d’une langue étrangère ne manque pas de rappeler que « l’apprentissage d’une langue par le biais exclusif des multimédias est impensable[12]».

[1] PERAYA.D & VIENS.J.  « TIC et innovations pédagogiques : y a-t-il un pilote… après Dieu, bien sûr ». Dans KARSENTI.T, L’intégration pédagogique des TIC dans le travail enseignant. Recherches et pratiques. Actes du symposium du CRIFPE, Université de Montréal 2003.

[2] BEZIAT.J « Supports numériques, diversité culturelle et formation en langues. Vers de nouvelles coexistences »2010.

[3] BEAUNE.A « Quelles utilisations des TICE pour l’apprentissage du français langue étrangère au niveau A1.1? ». Thèse de Master Didactique. 2011, p.9

[4] MANGENOT.F « Quelles tâches dans ou avec les produits multimédias ?» Communication au 17ème colloque Triangle, parue dans Triangle 17, Multimédia et apprentissage des langues, ENS Editions. http://w3.ugrenoble3.fr/espace_pedagogique/triangle.htm 2001.

[5] LEGROS.D, CRINON.J  Psychologie des apprentissages et multimédias. Armand Colin, Paris, 2002, p.18.

[6] LEGROS.D, CRINON.J Psychologie des apprentissages et multimédias. Armand Colin, Paris, 2002, p.19.

[7] CUQ .J P, I. GRUCA.I  Cours de didactique du français langue étrangère et seconde, PUG, 2005, p. 259

[8]  CUQ .J P,  GRUCA.I. Cours de didactique du français langue étrangère et seconde, PUG, 2005,262

[9] Op.cit. 2005, p262

[10]  DEMAIZIERE.F. EAO. Ophrys, Paris, 1986, p.31

[11] DEMAIZIERE.F. EAO. Ophrys, Paris, 1986, p.17

[12] MANGENOT .F «Classification des apports d’internet à l’apprentissage des langues ». ALSIC, vol.1, n°2, 1988 pp. 133-146.

Politiques éducatives et TIC dans l’enseignement supérieur en Algérie

Notre travail se focalise sur le cas de l’Université Algérienne. Nous essayons de saisir l’apport potentiel des TIC à l’enseignement et l’apprentissage du FLE. Et cet apport ne pourrait être efficient que s’il se situe sur le plan de la motivation, des besoins, et de l’acquisition. Sauf que notre réflexion nous oblige d’abord à observer concrètement la place des Nouvelles Technologies dans la politique éducative algérienne. Cela nous permettra à la fois de mieux comprendre le rôle que peuvent jouer les TIC dans l’enseignement, comme cela nous permettra aussi de faire la distinction entre l’utilisation officieuse et officielle des TIC dans l’apprentissage (rappelons que nous utilisons le terme TIC parce que le caractère officieux l’emporte sur le caractère officiel d’une intégration dans le domaine éducatif).

En Algérie, les nouveaux programmes n’omettent pas d’intégrer les nouvelles technologies dans le domaine de l’enseignement et les responsables politiques renouvellent à chaque fois leur volonté de révolutionner l’enseignement/apprentissage avec les TIC.[1] Après la volonté de « démocratiser » l’outil informatique avec le projet « un ordinateur pour tous » dans le début des années deux-mille, c’est donc le désir d’intégrer les TICE dans l’enseignement avec pour objectif « d’augmenter le nombre d’ordinateurs dans les écoles, mais que ces ordinateurs deviennent de vrais outils de travail accessibles au personnel enseignant qui est amené à changer de rôle, plus exigeant que le rôle traditionnel, et surtout, aux élèves puisque toute formation et nouvelle acquisition vise l’apprenant.[2] ».

A cet effet, des projets politiques bien définis ont été mis en place depuis 2002. Parmi ces projets on peut citer le projet de la mise en place d’une infrastructure technologique qui réponde aux besoins de la communication et de l’information scientifique et de recherche[3]. Le deuxième projet consiste à doter les universités des outils technologiques nécessaires pour le télé-enseignement (visioconférence, data-show etc.)[4]. Enfin, ajoutons le projet de la bibliothèque virtuelle de sciences humaines et sociales[5]. Il reste qu’avec une observation concrète nous constatons que très peu de résultats  sont ressortis de ces réformes politiques. Khalfaoui Hocine nous signale ceci après son enquête :

« Dans les faits, l’impact de ces mesures reste assez limité, en raison des nombreuses lacunes, souvent signalées par les opérateurs et les responsables chargés de leur application. Ces lacunes, de nature très diverse, relèvent tantôt des conditions d’exercice de la recherche, tantôt des institutions qui encadrent la recherche, tantôt encore de l’État. […]Face à des faits, qui mettent en évidence avec entêtement, l’écart entre, d’un côté, les statistiques, les textes de lois et les discours, et de l’autre, la réalité observable, les responsables de la recherche ne peuvent que constater et reconnaître l’échec des projets de recherche liés aux TIC. « Le non-respect des dispositions de la loi de 1998 », « l’absence d’un organe national directeur », l’insuffisance du « taux de financement par rapport au produit intérieur brut », l’absence « d’évaluation des résultats de cette activité »… sont quelques-unes des causes avancées pour expliquer cet échec. »[6]

Quand bien même ces difficultés freinent l’élan d’une intégration officielle des TIC dans l’éducation et l’enseignement supérieur comme outil pédagogique, les enseignants et étudiants n’ont de cesse de recourir de manière  constante à ces technologies, certes de manière libre, mais dans le cadre précis de l’élaboration de cours ou pour la recherche d’information et l’acquisition. L’enquête de Khalfaoui montre très bien que les universitaires en général (enseignants, étudiants et chercheurs), « sont étonnamment bien équipés en matériel informatique ». Tous « disposent presque d’ordinateurs dotés des derniers logiciels, sur le lieu du travail et à domicile, et ont désormais accès à Internet même si c’est dans la plupart des cas dans des conditions difficiles d’utilisation.». Il ressort de son enquête que sur 76 universitaires algériens interrogés sur l’accès à un ordinateur, 94,6% y ont accès et l’utilisent pour leurs travaux[7].

Ce qui  ressort de ces observations est que les TIC sont un phénomène technologique qui a un impact certain sur la pratique éducative d’une part, et que d’autre part certains enseignants et étudiants, à défaut d’intégration institutionnelle totale des TIC dans la démarche pédagogique, réussissent à intégrer celles-ci dans leurs classes (préparation des cours, utilisation de logiciels d’apprentissage, visioconférences, consultation web d’informations, utilisation de livres audio, etc.)[8].

[1] FARRADJI.L et HOCINE .N, « Modalité d’enseignement et intégration des TICE », Actes du colloque Epal, juin 2009. P 2.

[2] FARRADJI.L et HOCINE.N, « Modalité d’enseignement et intégration des TICE », Actes du colloque Epal, juin 2009. P 3.

[3] D’après la Direction Réseaux et Systèmes d’Information et de Communication, MESRS

[4] Ibid.

[5] KHALFAOUI.H, « Les TIC dans le système algérien d’enseignement et de recherche », Dans TIC et développement, La Revue électronique, 11 mai 2005.

[6] KHALFAOUI.H, « Les TIC dans le système algérien d’enseignement et de recherche », Dans TIC et développement, La Revue électronique, 11 mai 2005.

[7]  KHALFAOUI.H. « Les TIC dans le système algérien d’enseignement et de recherche », Dans TIC et développement, La Revue électronique, 11 mai 2005.

[8] FARRADJI.L et HOCINE.N. « Modalité d’enseignement et intégration des TICE », Actes du colloque Epal, juin 2009. P 4.

Etudes universitaires et nouvelles technologies

En Afrique du Nord, les dernières années ont connu une forte incursion des technologies de l’information et de la communication (TIC) en pédagogie universitaire[1]. Les TIC, c’est le recours au net, aux logiciels de présentation, aux courriels, mais aussi toute situation qui donne accès à des environnements d’apprentissage en ligne, dont un certain nombre font désormais partie intégrante du processus d’enseignement et d’apprentissage (Karsenti, 2008). En effet, il est facile d’observer que les nouvelles technologies sont de plus en plus utilisées à l’université. Mais, dans la plupart des cas elles sont surtout utilisées pour communiquer et par conséquent favoriser la réception entre les étudiants et les enseignants, nous rappelle l’article de la Revue internationale des technologies en pédagogie universitaire,  «Usage des TIC en pédagogie universitaire : point de vue des étudiants »[2]. Nous retrouvons également dans cet article l’idée que les TIC n’ont pas produit à travers le monde les changements radicaux attendus dans la pratique éducative. Ainsi les TIC restent en somme utilisées dans la majorité des cas pour un enseignement traditionnel, autrement dit dans la transmission de cours magistraux par le biais d’exposés. Dès lors, continuent les auteurs, il convient de s’interroger sur la place des TIC dans l’université et leur rôle dans le rehaussement et l’approfondissement des apprentissages qui se réalisent en son sein.

Evidemment, une telle interrogation demande une enquête exhaustive dans les milieux universitaires de chaque pays où les TIC apparaissent déjà comme un épiphénomène en phase d’influer et d’attirer l’attention. C’est le cas en Afrique du nord où l’engouement des universitaires envers les nouvelles technologies ne pourrait être démenti (M. Ben Henda, 2011 : 15). Nous reviendrons sur le cas de l’Algérie plus exhaustivement dans le premier volet de ce chapitre et durant tout le mémoire avec notre modeste enquête. Pour le moment, ce que nous voulons aborder, ce sont les avantages potentiels des TIC dans les milieux universitaires en général en nous basant sur un certain nombre d’articles et d’ouvrages.

Ce qui ressort de positif avant tout, c’est l’aspect informationnel et communicationnel spontané. Les TIC  c’est d’abord l’accès à l’information pour l’étudiant universitaire. Une information facile à trouver, variée, spontanée et surtout gratuite (Raby, Karsenti,  Meunier et Villeneuve, 2011), ce qui, selon les chercheurs, responsabilise  l’étudiant devant son apprentissage et le rend plus autonome : « Les activités en ligne et les outils technologiques favoriseraient également l’autorégulation et l’autonomie des étudiants[3] ». Par ailleurs, l’intégration des TIC pourrait avoir un impact favorable et positif sur l’apprentissage et sur la métacognition (Rogers, 2004). Dans une conférence de Monsakul J. parue en anglais dans l’ouvrage collectif Proceedings of Society for Information Technology & Teacher Education, il est affirmé dans le même sillage que Rogers que les TIC, favorisant les échanges, induisent automatiquement  des apprentissages de niveau élevé[4].

D’autre part et plus particulièrement, le recours aux courriels augmente les interactions entre les étudiants d’abord, et entre les enseignants et les étudiants ensuite (Karsenti et al, 2011 ; 7). Cet échange est positif à bien des égards. Il encourage les étudiants plus introvertis à discuter les savoirs qu’ils n’auraient certainement pas discutés en cours, et induit une participation plus étendue des étudiants en général. Quant aux réseaux sociaux (Facebook, Twitter, etc.), ils sont pour leur part à l’origine, selon Karsenti, de discussions de qualité parfois entre étudiants[5].

En somme, maints auteurs soutiennent que les outils technologiques de communication asynchrones et synchrones favorisent la participation équitable et enrichissante de tous les étudiants sur des sujets divers, comme ils peuvent inciter à la recherche, la réflexion et la pensée critique.

Cependant, pour avancer tout cela ces auteurs ont mené des enquêtes parfois très spécifiques à leur pays, et la généralisation de leurs résultats ne peut être systématique. Car pour saisir l’impact réel des TIC dans une université quelconque, il faut avoir toutes les données possibles concernant la place des technologies au niveau national, le potentiel technique, le degré de développement, et surtout la politique éducative de chaque pays quant à l’intégration de ces nouvelles technologies. Et là la distinction entre TIC et TICE devient primordiale. Avant de nous attarder spécifiquement sur le cas de l’Université Algérienne et sa politique éducative par rapport aux TICE, nous allons tenter de faire la distinction terminologique et pratique entre TIC et TICE.

[1] FARRADJI .L et HOCINE.N, « Modalité d’enseignement et intégration des TICE », Actes du colloque Epal, juin 2009.

[2] RABY.C, KARSENTI.T, MEUNIER.H et VILLENEUVE.S, Revue internationale des « technologies en pédagogie universitaire », vol. 8, n° 3, 2011, p. 6-19.

[3] KARSENTI.T, MEUNIER.S et VILLENEUVE.S, « Usage des TIC en pédagogie universitaire : point de vue des étudiants », RABY.C, Revue internationale des technologies en pédagogie universitaire, vol. 8, n° 3, 2011, p. 7. Dans  http://id.erudit.org/iderudit/1006396ar

[4] MONSAKUL, J, «La recherche synthétique des TICE dans l’enseignement supérieur » Dans K. McFerrin et al. (dir.), Proceedings of Society for Information Technology & Teacher Education (SITE) International Conference 2008 (p. 2134-2139).

[5] KARSNTI.T, MEUNIER.S et VILLENEUVE.S « Usage des TIC en pédagogie universitaire : point de vue des étudiants », RABY.C, Revue internationale des technologies en pédagogie universitaire, vol. 8, n° 3, 2011, p. 7.

Séminaire doctoral: Articuler les politiques linguistiques et éducatives et la subjectivité des acteurs de l’enseignement des langues

Parmi les questions qui ont été abordées dans ce séminaire, le statut de la langue et les institutions chargées de l’enseignement / apprentissage des langues.

Il s’agira d’étudier le statut de la langue pour le sujet (maternelle/étrangère/sacrée/profane, etc.) dans la tension permanente entre les constructions identitaires singulières, les constructions nationales, voire internationales, et les institutions chargées de l’enseignement/ apprentissage des langues.

  • Comment on articule du sens ?

D’après Madame Spaeth le sens est déjà donné dans une culture, ce sens sera construit dans l’intersubjectivité.

L’intersubjectivité est la condition de la subjectivité et de la subjectivation (condition humaine)

  • La question des interactions, du discours et de la donation du sens

D’après Bally « la langue pense pour nous », si ce sens est déjà donné dans une culture, les interactions sont à venir même si elles sont déterminées par un sens commun.

  • Quelle latitude ont les individus ?

D’après P.LEGENDRE « la diversité des langues traduit l’intériorité des sociétés comme elle témoigne des modes de construction du sujet, du sujet immigré dans l’inconscient ». Il ajoute « inséparable du penser, la créativité est le signe de l’appropriation ».

  • Les langues en tant qu’institution

Les langues  en tant qu’institution discursives sont déjà là aussi, sémiotisation de l’expérience et de la réalité.

« Du fait de la dépendance réciproque de la pensée et du mot, il est clair que les langues ne sont pas à proprement parler des moyens pour représenter une vérité déjà connue mais au contraire, pour découvrir une vérité auparavant inconnue », Humboldt (2000).

Exemplaire d’un questionnaire pour mémoire de TICE

Illustration du questionnaire n°1 à l’attention des étudiants

QUESTIONNAIRE

(A l’attention des étudiants du FLE, LMD)

Veuillez, SVP, répondre aux questions suivantes :

  1. Comment vous situez-vous par rapport à l’utilisation de l’informatique ?

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

  1. Que représente l’internet pour vous ?

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

  1. Utilisez-vous des documents sur l’internet ?

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

  1. Avez-vous suffisamment d’initiation pour vous documenter sur l’internet ?

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

  1. Pensez-vous qu’il y a une différence entre savoir livresque et savoir informatisé ?

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

  1. Si oui pourquoi ?

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

  1. Qu’est-ce qui rend votre savoir à étudier plus intéressant en utilisant les TIC ?

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

  1. Que pensez-vous du module de TICE intégré à votre programme ? (Etudiants Master)

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

  1. Répond-il à votre attente ?

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

  1. Vous aide-t-il dans la préparation des autres cours de votre programme ?

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

 

Avant projet de mémoire TICE

Notre travail se centre sur l’intégration des TICE dans l’enseignement et l’apprentissage du Français Langue Étrangère à l’université Algérienne. Le cas spécifique des étudiants de FLE sera étudié. Par intégration nous désignons à la fois le module de TICE, en tant qu’enseignement qui tende à initier les étudiants aux nouvelles technologies, mais surtout à l’ensemble des TICE (documentation sur Internet, réseaux sociaux, logiciels éducatifs, etc.) susceptibles d’être utiliser dans la quête et l’acquisition du savoir linguistique.
Ainsi, cette utilisation des TICE par les étudiants de langue française lors de leurs recherches, lors de l’élaboration d’exposés, quand ils manipulent des logiciels interactifs d’apprentissage de langue, ou simplement pour des échanges sur facebook ou twitter, influerait certainement sur la totalité du processus de l’enseignement et l’apprentissage. Et justement dans ce processus nous avons tenu à aborder trois notions fondamentales qui le constituent, et qui peuvent subir l’influence des nouvelles technologies. La motivation, l’acquisition, et les besoins spécifiques de l’étudiant. Ce qui nous mène vers la problématique suivante :
L’utilisation des TICE dès la première année de licence dans l’apprentissage et l’enseignement du Français est-elle efficiente quant à l’acquisition des savoirs et le développement des compétences linguistiques en français des étudiants ?
Les questions de recherches abordées se focalisent, chacune d’elles, sur une des trois notions citées, en l’occurrence la motivation, l’acquisition, et les besoins. Nous allons avancer chaque question avec son hypothèse.
1) Comment les TICE répondent aux besoins des étudiants en langue française et à leurs motivations ?
Nous pensons que les TICE influent positivement sur la motivation des étudiants. Ainsi, leur intérêt pour le savoir augmenterait, d’abord, parce que les nouvelles technologies peuvent constituer un support et un véhicule attractifs des connaissances ; ensuite grâce à la possibilité qu’offrent les TICE de communiquer et d’utiliser le langage sans contrainte et spontanément. Ce qui permet de manier la langue sans peur ou timidité.
2) Est-ce que la communication via les TICE accroîtra la compétence linguistique de l’étudiant ?
Les TICE, bien souvent, rendent légitime l’emploi de structures linguistiques du domaine de l’oral, de néologismes et même de nouvelles orthographes dans des situations authentiques de communication (Facebook, Twitter, Skype etc.). Elles permettent aussi la découverte des différents parlers, des accents régionaux, de l’intonation spécifique des personnes. Les TICE aident encore les élèves à prendre conscience de l’importance du multilinguisme et du multiculturel. Par ailleurs elles incitent à écrire, à manier la langue. Toutes ces possibilités qu’offrent les TICE ne peuvent qu’améliorer les compétences linguistiques en général.
3) Quels sont les véritables besoins des étudiants en matière de TICE ?
Nous tenterons de cerner les besoins réels des étudiants par rapport aux TICE. Ainsi, l’étudiant aurait besoin d’une maîtrise technique des TICE, telles que : le traitement de texte, Tableur, utilisation des logiciels…etc. mais aussi une maîtrise de la recherche bibliographique, développer la recherche, et la création afin d’améliorer l’apprentissage. Enfin, d’une capacité à distinguer les savoirs. Autrement dit, pouvoir faire la distinction entre savoirs référencés et savoirs diffus qui peuvent tromper l’étudiant.
Les outils d’analyse :
Afin d’étudier la motivation des étudiants suscitée par les TICE, et de vérifier les besoins réels des étudiants quant a l’utilisation de celles-ci, nous avons élaboré un questionnaire constitué de dix questions.
1. Le questionnaire destiné aux étudiants tend à mieux comprendre le point de vue de ces derniers sur les nouvelles technologies. Il aspire, essentiellement, à démontrer l’intérêt que porte les étudiants pour les TICE, et les situations d’utilisation. A travers ce questionnaire il est également question de voir pourquoi il y a de plus en plus de recours aux TICE au lieu de la consultation livresque traditionnelle.

2. Nous nous référerons également à un ensemble de texto et de discussions sur FACEBOOK en les soumettant à une analyse morphosyntaxique afin de voir comment la langue est manié, et qu’est-ce qui permet d’avancer qu’un tel usage spontané est productif

3. Le deuxième outil d’analyse est l’examen écrit et oral. cet examen sera destiné a une dizaine d’étudiants férus de TICE issus de la classe étudiée, et a dix autres qui s’intéressent moins ou pas du tout au TICE (leur choix sera selon les éléments de réponses du questionnaires). Cela nous permettra d’évaluer le degré de compétence des étudiants qui ont recours aux TICE, par rapport aux étudiants qui ignorent totalement les technologies. Les résultats obtenus après l’évaluation nous permettrons d’apprécier le degré d’influence des TICE sur la compétence linguistique en général (écrite et orale)

Mes premières pages pour le mémoire : problématique et questions de recherche

Problématique de mon sujet de recherche

Actuellement, la maitrise d’une langue étrangère est une compétence capitale. D’une part, parce que le temps d’aujourd’hui est à la mondialisation, et d’autre part, l’aptitude à parler une langue étrangère est le gage d’une accession rapide dans le domaine professionnel et scientifique.

Par ailleurs, le cas du français en Algérie est encore plus éloquent quant à la nécessité de sa maitrise. Non seulement il facilite l’insertion dans le marché du travail, mais il est de surcroît profondément ancré dans la société, ce qui lui confère un statut particulier. Cela transparait à travers l’école (apprentissage du français dès la troisième année primaire), l’Université (enseignement des filières scientifiques en français), les médias (il y a autant de journaux francophones qu’arabophones), et même la culture. D’où l’importance de son acquisition. Et c’est cela qui nous a mené à nous intéresser aux étudiants de français langue étrangère.

Lesdits étudiants doivent donc se doter d’une maîtrise conséquente dans cette langue afin d’être compétitifs à la fois sur le plan scientifique (continuation du cursus et recherche universitaire), que sur la plan professionnel (enseignement). Et cette compétence n’est pas due seulement au volume horaire ou à la densité du programme, mais également à l’adaptation du système éducatif universitaire aux donnes des nouvelles technologies. En effet, les TIC s’imposent de plus en plus comme des outils indispensables pour la diffusion des savoirs et du savoir linguistique, et surtout comme un moteur de motivations qui influent nécessairement sur la compétence langagière. Maints études tendent à démonter que les étudiants qui ont recours aux TIC (réseaux sociaux, forums ou blogs par exemple) et qui partagent les informations, les discutent, les refusent ou les acceptent, avantagent l’aspect communicationnel, efficace pour l’acquisition d’une langue. Subséquemment, cette interactivité développe une motivation indéniable (Bracewell et Laferrière, 1996). Cependant, il serait très hâtif de déclarer de manière systématique le rôle positif des TIC dans l’acquisition d’une langue. Leur intégration par les apprenants et les enseignants doit être vue de près et mieux analysée. D’où notre problématique : l’utilisation des TIC par les étudiants du FLE dans l’apprentissage et spontanément est-elle efficiente quant à l’acquisition des savoirs et le développement des compétences linguistiques des étudiants ?    

 

Questions de recherche

La problématique globale, qui consiste à saisir le degré d’efficacité des technologies de l’information et de la communication dans l’apprentissage de la langue française, donne lieu à de multiples questionnements.

  • D’abord, l’étudiant. L’interrogation portera sur les TIC par rapport à leur capacité de motiver l’étudiant. En effet, celui-ci par exemple se penche de plus en plus vers ces nouvelles technologies pour ses recherches au détriment de la consultation traditionnelle du livre. Ainsi, les TIC constitueraient-elles un facteur de motivation ?
  • Ensuite, la compétence linguistique. la question des TIC sera abordée frontalement par rapport au savoir linguistique. Est-ce que la communication via les TIC va accroitre la compétence linguistique de l’étudiant ? Sachant que les TIC jouent un grand rôle  dans  communication, nous tenterons de voir comment celle-ci influent d’abord sur la compétence orale, et par la suite sur la compétence écrite.
  • Enfin, les besoins de l’étudiant. Quels sont les véritables besoins des étudiants en matière de TIC ? L’intérêt de cette question consistera majoritairement à s’interroger sur les besoins réels des étudiants par rapport aux TIC. Quels genres de TIC seraient adéquats à l’apprentissage d’une langue étrangère? Comment doivent-ils être utilisés et dans quels cas ?

Dans ce cas là, l’interrogation principale est de saisir quelles TIC sont adéquates pour l’enseignement des étudiants et comment  les TIC acquièrent-elles le statut  de TICE ?

 

 

Souvenir d’une lecture :)

Le roman, Madame Bovary, relate l’histoire d’une jeune fille, nommée Emma Rouault, qui se marie à un modeste médecin de compagne, Charles Bovary. Ce dernier, sorti d’un mariage presque forcé avec une femme plus âgée et de tourments financiers particulièrement difficiles, voit en Emma, son épouse, le changement radical et heureux de sa vie. Sauf qu’ Emma reste de plus en plus déçue par cette union sacrée. La réalité est loin de correspondre à ce qu’elle a lu dans ces romans chevaleresques. La mariage ne lui permet pas d’exulter, d’être exalter, de trouver réponses a tous les maux de l’ennui et de la monotonie.

Mais il reste à Emma le souvenir de la lecture. Le souvenir d’un bal fastueux qui lui sert de refuge, et la lecture de romanciers qui célèbrent le romantisme et le désir de vies qui échappes aux platitudes. Cependant, tout cela ne fait qu’accentuer ses fantasmes et nécessairement sa frustration et son chagrin, qui la rendent malade. Une fois Emma enceinte, Charles prend l’initiative de  quitter le village, dans l’espoir d’améliorer la santé de plus en plus fragile de son épouse.

A Yonville-L’Abbaye, Emma s’ouvre davantage aux gens, notamment à Léon Dupuis, avec qui elle tisse des liens d’amour platonique. Mais sa déception n’en sera que plus grande après. Elle est d’abord déçue par la naissance de sa fille Berthe, car elle aurait aimé avoir un fils. Ensuite, c’est le départ de Léon pour paris, voyant qu’il ne pourrait jamais être avec Emma, qui la rend encore plus triste.

A cette tristesse Emma y répond avec la passion indiscrète qu’elle va avoir avec Rodolphe, un riche voisin, attiré par sa beauté. Passion, cependant, qui n’éveille aucun soupçon chez son mari Charles. Trop amoureux, trop naîf, il est sourd a tout les racontars de la ville. Ainsi, Emma se jettera avec encore plus de passion dans sa liaison avec Rodolphe. Mais, assez rapidement, ce dernier, s’ennuie des exigences d’adolescente amoureuses d’Emma. Refusant de d’enfuir avec elle,il la quitte. Emma est désespérée et pense même au suicide.

Devant cette tristesse, un soir, Charles, décide d’emmener Emma à l’Opéra dans la ville de Rouen. Ils y rencontrent Léon. Par la force des choses, Emma et Léon, vont entretenir, cette fois-ci une véritable relation amoureuse. Emma voyage toute les semaines pour rejoindre son amant, et accumule, en passant, les dettes. Cette endettement s’ajoutant à l’ennui qui s’installe de plus en plus chez les deux amoureux, vont finir par créer une situation insurmontable pour Emma. En effet, lorsqu’on décide de saisir ses biens, Emma s’affole, et tente de par tous les moyens de ne pas ébruiter ces affaires, surtout vis-à- vis de son mari, elle va même pour avoir de l’argent proposer de se prostituer à Rodolphe. Celui-ci refuse, elle ne trouve finalement que l’issue du suicide, et avale de l’arsenic devant son mari impuissant.

Pendant, un certains temps, Charles idéalise la mémoire de son épouse, avant de découvrir les lettres de Rodolphe et Léon . Confronté a la vérité, harcelé par les créanciers, ruiné et désemparé, il meurt de chagrin, seul dans son jardin.madame-bovary

Prise de conscience

On ne prend jamais vraiment la peine de définir la conscience dans nos propres vies. Submergés par milles choses, fatalité de l’être social moderne, l’idée de se poser ne serait-ce que la question,  sommes-nous conscients de ce qui nous arrive, parait absurde. Vous allez me dire, évidemment que c’est absurde, parce que tout simplement nous le sommes ! D’autres plus hardiment me hurleront, et je comprendrai : « Va revoir ton Larousse, tout est clair ! Nous avons tous une connaissance de notre existence et du monde qui nous entoure. Nous sommes donc conscients » Pour vous donc la conscience serait un miroir ! On a le reflet de soi, on est conscient. D’accord, ok, je concède, on est conscient.En même temps, je pense que c’est très simple de n’adhérer qu’à la représentation mentale et incontournable du cerveau en bon état. La conscience à laquelle vous faites référence, je pense, n’est pas forcément une conscience réflexive. Est-ce qu’on a conscience de… ? Je crois que c’est la question la plus importante. Tenez, je vous donne un exemple : un ouvrier était conscient qu’il rassemblait des pièces métallurgiques du matin au soir chez Mittal, il était même convaincu que c’était son bonheur, car sa paye lui permettait de vivre et même de se payer des vacances. Mais était-il pour autant conscient de sa « condition d’ouvrier », autrement dit, de sa condition d’exploité dans une machinerie ou un système capitaliste. Non, du moment où il travaillait encore, et que tout se passait bien, et qu’il se sentait en sécurité, protégé par les lois, je serai tenté de dire non. En même temps, je dis qu’il avait une conscience incomplète de soi, car c’est seulement une fois qu’il ait perdu son travail, qu’il s’est aperçu que les lois ne le protégeaient plus, et qu’il n’avait absolument pas les cartes en main, qu’il prit conscience de sa véritable condition. Condition assez malheureuse au vu de la première. Nous passions même d’une conscience à une autre, plus développée, plus avertie de l’existence de l’ouvrier. A ce moment-ci l’ouvrier pourra changer sa vie, revoir sa copie. Notons aussi que cet ouvrier prit conscience après coup, alors que le patron avait conscience de la véritable condition de son employé dès le départ.

Ah, tout se complique ! Voyez, d’autres ont parfois plus conscience de nous que nous de nous-mêmes. Et c’est le bon mot de Condillac qui s’impose : « Plus même la conscience de quelques-unes augmente, plus celledes autres diminue. » Je vous entends déjà me rétorquer : « va au but, t’es marxiste c’est ça ? Démodée ! Tu ne peux pas dire simplement que les conditions sociales déterminent la conscience ! »Mais je le pense. Or je pense également qu’il y a d’autres choses. L’idée de la conscience déterminée par le social n’explique pas tout, il y a bien sur terre des patrons qui ne sont pas forcément exploitants et des employés exploités. Se connaitre soi-même ne passe pas exclusivement pas les réseaux sociaux, quoique pour les jeunes d’aujourd’hui les « réseaux sociaux » c’est leur miroir. J’ai envie de vous dire, Au commencement était la conscience ! La conscience est aussi la faculté de se faire une image de soi.Réfléchir et essayer de parvenir à savoir toujours plus sur sa personnalité. Adam ou Vendredi, qui n’étaient pas des employés de supermarché, ont sûrement fait cela, réfléchir, méditer, pour comprendre, se construire, et construire. Par conséquent, la conscience réflexive reste un exercice important pour l’exploration de la connaissance de soi et l’édification de sa personne. Je vous vois venir là. Non je ne fais pas des phrases, j’essaie de comprendre. Et comme je ne suis ni philosophe ni psychanalyste, j’ai beaucoup moins peur du ridicule.Finalement, l’idée la plus importante c’est d’être un individu qui veut et non qui subit. Et plusieurs chemins s’y prêtent.

Passons à un autre cas pratique, si vous le voulez bien. Celui, cette fois, de Hay Ibn Yaqdan. Personnage central de l’œuvre d’Ibn Tufayl, source d’inspiration de Daniel Defoe au passage. Cet enfant orphelin, élevé par une gazelle, vit sur une île indienne isolée et finit peu à peu par s’éveiller à la pensée philosophique, la méditation, et par là-même, à la connaissance de soi, du monde, et de Dieu. Hay Ibn Yaqdan, Vivant fils d’éveillé en français, ignore la notion de civilisation et de société, mais il est assagi par la réflexion individuelle, l’introspection et la méditation. Son travail sur la conscience a fini par le révéler à soi et au monde. Son respect pour la nature qui l’entoure et son cycle, et son émerveillement permanent et humaniste en sont le résultat. De ce conte philosophique, on peut tirer deux principes : le premier est que l’homme n’est pas mauvais par nature et les efforts de réflexion et d’introspection finissent par laisser transparaitre à travers toute personne sensée une vérité liée à l’existence humaine.Le deuxième est que la connaissance peut être approchée sans que l’on fasse appel à l’apprentissage et à la culture.

Le cas que présente Ibn Tufayl peut apparaître idéaliste, il reste qu’il remet l’intelligence de l’homme au centre de nos actions, de nos décisions, de notre condition. La conscience devient un effort d’intelligence. Elle n’est pas offerte sur un plat. Il faut accoucher d’elle. On rejoint l’idée de Rousseau, qui disait en substance dans ses Confessions, il faut tout dire pour tout savoir, dire de soi pour savoir de soi, cela s’entend. L’introspection et la réflexion sont les mots clés donc pour être vraiment conscient. Et s’ils viennent après un drame de licenciement ou une quête solitaire peu importe, l’important comme le disait ce cher Socrate, c’est : connais-toi toi-même.

Retour au réel

Enseignant/étudiant : Dialogue sur un sujet de recherche

15 octobre 2014. Sorbonne-Nouvelle. Le professeur finit enfin par donner un rendez-vous à son étudiant afin de discuter du sujet de mémoire. C’est un premier entretien où l’étudiant tente de clarifier son idée de recherche et l’enseignant de conseiller, recadrer, clarifier ce qui échappe à son interlocuteur. L’entretien dure 10 minutes et tourne autour du rôle des TICE dans le processus d’acquisition/apprentissage du français langue étrangère.

—————————————————————————————————————–

Le Professeur : Entrez, c’est ouvert !

L’Etudiant :Bonjour Monsieur.

P : Ah ! Prenez place, je vous attendais. Alors, dites-moi, vous avez circonscrit votre idée de travailler sur les nouvelles technologies et l’apprentissage des langues depuis notre dernier échange par courriel ?

E : Oui, voilà monsieur, en fait, je voudrais travailler sur les nouvelles technologies et leur impact sur l’acquisition et l’apprentissage du français… En Algérie bien sûr !

P :L’idée paraît intéressante, cependant, il faudra que vous ayez une idée assez précise de l’état de la recherche actuelle sur le sujet. Vous vous êtes un peu informées sur ce qui a été fait sur le sujet ?

E : Euh… oui monsieur, il a été traité… enfin j’ai lu beaucoup d’articles qui font le bilan de la situation des TIC en Algérie et qui analysent leur impact sur l’enseignement en général.

P : Et vous en tirez quelles conclusions ?

E :Je pense que ça reste assez théorique à chaque fois. Il n’y a pas de réelles enquêtes qui ont été faites auprès des étudiants pour vraiment mesurer l’influence des nouvelles technologies sur l’apprentissage. Les articles que j’ai lu sont soit dans l’exhortation d’un tel usage en rappelant théoriquement ses aspects positifs, soit ils sont dans la critique politique de l’éducation…

P : Et rarement ils ne parlent de langues, c’est cela ?

E : Oui Monsieur ! Enfin quand la langue est abordée, le sujet me paraît toujours loin de la réalité du terrain… de l’influence réelle des technologies sur l’apprentissage du français langue étrangère en Algérie.

P :Donc l’idée que vous défendez est celle  qui consiste à vous coller à la réalité, à l’interroger, pour in fine enrichir le domaine de recherche avec une étude, ou du moins une enquête, sociologique, sociolinguistique et didactique pertinente, et je l’espère nouvelle.

E : Oui monsieur !

P : La réflexion, par conséquent, qui me semble devoir s’engager pour cette première étape est de savoir quel public précisément envisageriez-vous d’étudier et à quels types de technologies vous vous référeriez ?

E : J’ai pensé travailler sur l’impact des TIC sur des lycéens au départ, mais je crois que je vais changer et m’intéresser  aux étudiants de français langue étrangère à l’université d’Alger.

P : Vous ciblerez donc tous les étudiants de français du département de langues étrangères ?

E : Euh non, non, je ne pense pas, je n’aurais que 20 jours pour aller en Algérie et faire mon enquête, je crois…

P : Oui, cela semble en effet très juste en matière de temps, il vous faudra donc une préparation assez élaborée avant même d’aller sur les lieux. Je pense, entre autres, aux questionnaires de l’enquête. Ainsi, pensez-vous à des classes précises pour le moment ?

E :J’aimerais travailler sur les étudiants de licence en français, j’aimerais interroger l’ensemble de ces classes qui ont d’ailleurs  un enseignement des TICE…

P : Ah, venons-en aux types de technologies !

E :Essentiellement sur cet enseignement de TICE qui leur est dispensé et son apport à leur enseignement principal de français.

P : Je peux déjà vous dire, sans trop craindre l’erreur, que ce ne sera pas suffisant pour étayer votre argumentaire. Votre ambition est de démontrer l’influence, voire la productivité de l’usage des technologies dans l’acquisition et l’apprentissage d’une langue spécifique, en l’occurrence le français, or se baser exclusivement sur l’enseignement des TICE, qui d’ailleurs, jusqu’à preuve du contraire, n’est pas un gage d’enseignement des langues par leur truchement, ne peut rendre compte totalement, « réellement » comme vous l’avez mentionnée tout à l’heure, du phénomène d’influence des technologies sur l’acquisition/apprentissage d’un langue étrangère. Je ne vous apprends rien en vous disant que nous sommes immergés dans la technologie, ici comme de l’autre côté de la Méditerranée, il serait donc infiniment plus intéressant d’élargir le champ de recherche à l’ensemble des usages technologiques liés au maniement de la langue, en gardant évidemment votre public cible.

E : Oui, c’est vrai… et le module de TICE qui leur est dispensé ?

P : Il faudra, d’abord, vous renseigner davantage sur les contours qui définissent cet enseignement. Je parle, vous l’aurez compris, de temps, de contenu, d’évaluation. Il vous sera ensuite plus aisé de le traiter comme une de ces influences technologiques entre guillemets sur l’apprentissage de la langue.

E : Oui monsieur… donc je dois aborder toutes les nouvelles technologies qui serait susceptibles d’influencer l’apprentissage, allant des logiciels d’apprentissage de la langue à l’usage de l’Internet, de ses ressources, des réseaux sociaux,etc…

P : J’attire votre attention sur ceci précisément, en vous rappelant que ce n’est pas un choix arbitraire que vous devez faire ou une sélection exhaustive des nouvelles technologies à la mode, vous devez observer uniquement ce que l’état des lieux impose, et ne jamais généraliser ou particulariser en partant d’impressions ou d’idées reçues. Cela est valable pour le choix préalable des outils à étudier, mais également pour les conclusions théoriques qu’il faille en tirer.

E :Oui… Et le lien entre les technologies et leur usage par les étudiants sera la langue française.

P : Exactement. D’ailleurs je vous fais remarquer que vous parlez d’influence des TIC sur l’acquisition/apprentissage des langues. L’acquisition donc renverrait davantage, en ce qui concerne ce sujet, à l’usage des diverses technologies qui nécessitent un maniement de la langue française. Nous sommes là en face d’un processus inconscient, mais cognitif, qui fait partie de l’acquisition de la langue. Par ailleurs, l’apprentissage désignerait naturellement l’usage volontaire des technologies pour l’étude et l’acquisition des langues.

E : Donc je garde mon idée en élargissant mon champ de recherche comme vous me le conseillez…

P : Articulez tout cela, formulez clairement votre problématique et les points de recherche à développer, et envoyez-moi une ou deux pages qui résumeraient votre propos. Je vous convoquerai dès lors pour convenir d’un intitulé et pour régler les démarches administratives concernant ma direction. D’accord…

E : D’accord, et  merci beaucoup.

P : Allez, au travail!

Utilisation des TICE dans l’apprentissage du français langue étrangère en Algérie

Enquête et évaluation au sein de l’université d’Alger 2

Anissa CHEGGOUR

Université Sorbonne Nouvelle, Paris III (France).

Il n’est plus à démontrer que les nouvelles technologies ont bouleversé notre quotidien, notre façon de travailler, de communiquer, de nous divertir.  À l’époque où ces technologies et surtout internet facilitent l’accès à une information diverse et actualisée, il devient somme toute normal d’utiliser différents types de supports pédagogiques de l’audiovisuel et du multimédia et d’avoir recours à des stratégies relatives aux technologies qui concrétisent les interactions éducatives et diversifient les pratiques de l’enseignement. Et même si les TIC n’ont pas encore complètement révolutionné la manière d’enseigner des enseignants et la façon d’apprendre des élèves en Algérie, le changement qu’elles produisent lentement et progressivement est indéniable. Par conséquent, l’objectif de cette communication est d’interroger l’intégration des nouvelles technologies dans le système éducatif algérien et plus précisément l’Université. Partant à la fois du constat que les TIC s’intègrent de plus en plus dans  l’apprentissage et désignent un vaste domaine hétérogène. Mais aussi des hypothèses qui considèrent ces technologies comme un potentiel certain pour l’évolution des pratiques de l’enseignement/apprentissage, commecelles de D. Peraya et J. Viens (2003 :1), il nous a paru  primordial d’interroger  le caractère efficient de ces technologies dans l’enseignement du français langue étrangère en Algérie.Nous aurons, à travers l’étude du cas de l’ensemble des étudiants de français de l’université d’Alger 2, à définir le rôle des TIC dans l’apprentissage FLE. Ceci portera sur les TIC en général et le module intégré au programme d’études en particulier appelé TICE et qu’on retrouve au cycle du Master.

Bibliographie

BOUABID. S. « TICE et développement. Recherche sur les TICE dans les pays francophones du sud ». In Revue-TICE, 11 novembre 2005.

DEMAIZIERE, F. L’enseignement assisté par ordinateur, Paris : Ophrys, 1986

KARSENTI.T. «  Favoriser la motivation et la réussite en contexte scolaire ». Article tiré du dossier Vie pédagogique, avril/mai 2003, p28.

LEGROS. D. CRINON. J. « Psychologie des apprentissages et multimédias ». Paris, Armand-Colin, 2002.

MOEGLIN. P. « Outils et médias éducatifs, une approche communicationnelle ». PUG, 2005.

MOIRAND. S. «  enseigné à communiquer en langue étrangère », Paris, Hachette, 1990.