Tous les articles par Gulzhana Salimgereeva

« La langue la plus utile est l’anglais ». La Russie d’aujourdhui

 

Aujourd’hui, personne ne se pose la question pourquoi les gens doivent parler les langues étrangères. D’après le ministère de l’Éducation et des Sciences de Russie depuis 2011 l’apprentissage d’une langue étrangère est devenue obligatoire dès la seconde année de primaire (dès l’âge de 7-8 ans). Le nombre d’heures consacrées à l’étude de cette langue est décidé librement par l’équipe enseignante.

Certaines écoles ont aussi désormais la possibilité de proposer une seconde langue étrangère à partir de la cinquième année d’école primaire. Dans ce cas-là, en deuxième année, les élèves commencent à apprendre l’anglais et en cinquième année, ils apprennent le français ou l’allemand au choix. L’allemand est la deuxième langue populaire européenne, la langue des banques et de la technologie. Le français attire les étudiants par sa mélodie et sa belle prononciation. Il y a des écoles (généralement renforcées des langues étrangères) qui proposent l’enseignement de l’espagnol, de l’italien, du finnois et du suédois.

L’espagnol est la langue qu’on parle non seulement en Espagne, mais aussi dans plusieurs pays de l’Amérique Latine. La langue est très populaire dans les domaines de commerce international, du tourisme et de la médecine ;

L’italien est considéré comme une langue pas très difficile à apprendre, mais très populaire dans la mode, le design et l’art ;

Le choix du finnois est dicté par la position géographique de la Finlande et de la Russie. La grammaire du finnois est qualifiée de compliquée, mais cette langue est apprise assez facilement par les russophones comme il y a beaucoup de constructions pareilles ;

Le suédois a beaucoup de constructions analogiques avec l’anglais ce qui facilite l’apprentissage du suédois comme deuxième langue étrangère.

Il y a des écoles qui proposent l’enseignement du polonais, du turc, de l’hébreu. En outre, les langues des pays asiatiques – le chinois et le japonais deviennent de plus en plus populaires.

Fin novembre, le Centre russe d’étude de l’opinion publique (Российский центр изучения общественного мнения) a réalisé un sondage sur les langues étrangères. 1600  Russes vivant dans 130 différentes localités de Russie ont été interrogés « sur les langues qu’il fallait étudier à l’école, sur l’utilité probable dans la vie future de leurs enfants, et sur les avantages qu’il y a à connaître plusieurs langues ». Le sondage a montré que 92% des personnes interrogées estimaient que « la langue qui offre le plus de perspectives est l’anglais ».

« La langue la plus utile », d’après les Russes intérrogés, « est l’anglais (92%), et seulement très loin derrière l’allemand (17%), le chinois (15%) et le français (10%). L’espagnol a été placé par les Russes au même niveau que le japonais : 2% des personnes interrogées ont dit vouloir étudier ces langues. L’italien, l’arabe et le finlandais n’ont obtenu chacun que 1% dans ce sondage ». L’avis des personnes interrogées est confirmé par les employeurs. Cela peut être prouvé par le portail Superjob ou l’anglais est exigé dans 96% des offres d’emploi où une langue étrangère est requise. L’allemand est demandé dans 59% d’entre elles, le français et l’italien dans 14% et 11% respectivement, le chinois et l’espagnol dans moins de 5%.

Les résultats du sondage montrent la situation actuelle autour des langues étrangères en Russie et soulignent  deux tendances principales : une augmentation du rôle de l’anglais au détriment de l’allemand et du français et la popularité croissante du chinois.

le français dans l’enseignement supérieur russe

Le français dans l’enseignement supérieur russe

Le français est enseigné comme première, deuxième voire comme troisième langue étrangère dans les établissements d’enseignement supérieur russes. Les étudiants de français première langue (plusieurs milliers en Russie) se destinent principalement à des carrières de professeurs de français et d’interprètes. Dans toutes les universités du pays le français est enseigné dans les départements de la philologie étrangère et la linguistique, de l’interpretariat et de la traduction, des études régionales, des études orientales, des relations internationales, de l’économie internationale, du journalisme international, du service socio-culturel et du tourisme, de la gestion, du marketing, des sciences politiques, de la sociologie et de la philosophie.
Le Français comme deuxième langue étrangère à l’université est très souvent un choix à visée professionnelle: français du tourisme, de la banque, de l’assurance, des services et de l’industrie. Beaucoup d’étudiants choisissent le français pour accéder à une formation universitaire complémentaire en France.
En 2003 l’Ambassade de France soutient la Création d’un réseau d’universités partenaires pour favoriser l’enseignement du français. Le but de cette démarche est de renforcer la promotion du français dans les universités russes qui ont l’intention de mettre en oeuvre des accords de coopération avec la France. Dans le cadre de ce projet, un très large réseau de Centres de ressources en langue française a ainsi vu le jour.
Ces centres qui ont pour objectif de diriger des sessions des examens pour les diplômes de FLE (DALF, TCF) et de spécialité (CCIP), coopérer avec Campus France sur les études en France , etc rencontrent un grand succès et en 2009 176 universités russes s’intégrent à ce réseau.
La Coopération des établissements d’enseignement supérieur russes avec ceux de la France dans le cadre d’un accord conclu entre des universités russes et françaises à favorisé à la création des Cursus universitaires franco-russes. ces cursus sont mis en place dans les universités russes qui sont en partenariat avec un établissement d’enseignement supérieur en France.
Le cursus prévoit au moins la présence d’un des deux points fondamentaux: l’enseignement en langue française ou la délivrance d’un diplôme français. Il existe 43 de ces cursus à ce jour en Russie dans les domaines de droit, d’économie, d’ingénierie, de médecine, des relations internationales et d’interpretariat. Quelques exemples du cursus franco-russe :
1) Double Master « Top Industrial Managers for Europe » (Université technologique Bauman de Moscou, Université de radio électronique et d’automatisme de Moscou / Ecoles Centrales)
2) Master « Intégration européenne et dévéloppement mondal » (Université de l’Amitié populaire de Russie / Institut d’Etudes Politiques de Bordeaux)
3 ) Licence et Master en Economie et Management (FINEC St Petersbourg / Université Grenoble 2, Université Paris Dauphine)
3) Internat en spécialités médicales (Hôpital de Grenoble / Université médicale d’Irkoutsk)
4) Internat en spécialités médicales (Hôpital de Grenoble / Université médicale d’Omsk)
5) Double Diplôme en Management du pétrole (Université Gubkin de Moscou / Institut français du pétrole)
6) Master en Finances (FINEC St Petersbourg / Université Paris Dauphine)
7) Diplôme de l’Université des traducteurs (Université linguistique d’Etat d’Irkutsk / Université de Strasbourg II)

Dans l’enseignement supérieur russe il n’y pas de filière intégralement en français, à l’exception des Collèges Universitaires français à Moscou et à Saint-Pétersbourg. Il existe certains programmes où une partie des cours est menée en français, comme la licence en économie-gestion de l’Université d’Economie de Saint-Pétersbourg, en partenariat avec l’Université Pierre Mendès France. Toutefois, comme l’écrit Jacques Attali dans le rapport à François HOLLANDE en 2014 l’université « a fermé sa filière francophone pour n’ouvrir que la filière anglophone, faute de candidats ».

Gestes et voix

La voix est une émanation du corps, ce qui sort du corps et comme un sperme elle a un rôle créateur.

 « L’essence même de la voix est de disparaître sans laisser de trace à l’instant précis où elle cesse d’être émise. C’est pourquoi son émission peut revêtir le caractère d’un événement. Le langage est avant tout vocal et c’est en effaçant la voix, le souffle du langage, que l’écriture a pu se fixer dans l’espace et s’approprier la continuité.
…De toute évidence, la voix touche en ligne directe à une partie intime et délicate de la physiologie humaine. Par ailleurs, l’émission de la voix naît de l’interpellation entre les circonstances qui sous-tendent cette émission même par le locuteur, la présence physique de celui-ci et la spécificité de l’auditoire auquel la voix s’adresse. Bien que phénomène issu de mon propre corps, ma voix devient, dès qu’elle a franchi le seuil de ma bouche, une propriété commune qu’il me faut partager avec autrui. »
Kawada Junzo, La voix

Les arts de la parole ce sont tout d’abord les arts de la voix.

Le linguiste Walter J. Ong introduit la notion d’ « oralité seconde ». Dans son ouvrage Oralité et écriture. La technologie de la parole
Walter Ong montre en quoi l’apparition de l’écriture et de ses supports – induit des changements cognitifs profonds qui vont au-delà de la simple retranscription du discours oral sur une surface comme le papier ou l’écran d’un ordinateur. Cet ouvrage s’intéresse également au contraste entre les médias électroniques et l’imprimé. L’époque électronique est, pour Ong, une époque de l’« oralité secondaire » : celle des téléphones, de la radio, de la télévision – dont l’existence dépend de l’écriture et de l’imprimé –, mais aussi, pourrait-on ajouter en ce début de XXIe siècle, celle de l’Internet.

 

Tout geste est un geste d’appropriation du monde. Le monde se constitue par gestes.

« La vue d’un torpilleur autrefois ne m’était rien. Pas de réaction. Je n’en avais guère vu jusque-là. Ayant passé près d’un an déjà dans un petit port du Var, où ils viennent fréquemment la nuit au mouillage, ils me sont devenus familiers.
À quoi je le remarque ? À ceci : lorsque, étant sur ma terrasse, j’en vois un approcher, je lui tire mentalement quelques coups de canon (sans méchanceté aucune d’ailleurs) et le coule. Après quoi, je me remets à lire et le laisse entrer en rade où il ne me gêne du reste en rien.
Dois-je ajouter que ce n’est pas affaire de pavillon sur lequel je ne lève même pas les yeux. Simplement je le canonne, je le coule et je reviens ensuite à ma lecture, chargé d’une once de satisfaction en plus.
Le tout est devenu machinal. Que dire encore ? Je ne puis m’associer vraiment au monde que par gestes. À cela je sais que le torpilleur fait partie de mon monde. Il n’en est, hélas ! pas ainsi des étoiles par le fait d’une impuissance que, je pense, l’on comprendra. » Henri Michaux, Passages (1950)

 

 

« […] c’est ma langue et me voici libre, semble-t-il, d’y faire les gestes de mots que je veux […] »

« Les gestes d’écrire. ça qui laisse des traces: l’encre qu’on voit sur le papier. Les mots qu’on veut comme des gestes (les gestes qu’on dirait des mots plus forts) ». Le poème par ses gestes de mots se mêle aux gestes du vivant, la langue se frotte au vivant, rencontre « tout un dictionnaire vivant ». James Sacré

La communauté et les appartenances

Le séminaire du 16 avril auquel j’ai assisté était le dernier séminaire consacré à l’articulation des politiques linguistiques et éducatives et de la subjectivité des acteurs de l’enseignement des langues. Madame Valérie Spaëth a abordé la question de la communauté et des appartenances (écho à la journée d’études sur le plurilinguisme et la biographie langagière/le 11 avril).

La sociologie de Norbert Elias dépasse la traditionnelle opposition entre individu et société. En effet, les individus interdépendants forment selon lui la société, qui n’est donc ni un ensemble indépendant des individus qui la composent, ni le simple agrégat des actions de ces derniers. Elias nomme « configurations » les formes spécifiques d’interdépendance entre les individus, la taille de ces configurations pouvant aller de la relation entre les deux membres d’un couple à celle entre deux Etats. La notion d’interdépendance est au cœur même de la théorie d’Élias. Il l’explique ainsi : « Comme au jeu d’échecs, toute action accomplie dans une relative indépendance représente un coup sur l’échiquier social, qui déclenche infailliblement un contre-coup d’un autre individu (sur l’échiquier social, il s’agit en réalité de beaucoup de contrecoups exécutés par beaucoup d’individus) limitant la liberté d’action du premier joueur » in La Société de cour, p. 152-153.
William Labov envisage une approche sociale dans son ouvrage The social stratification of English in New York City et tient compte de plusieurs contraintes non internes à la langue; comme le niveau social (socio-économique), l’âge, le sexe etc. Selon William Labov « il est impossible de comprendre la progression d’un changement dans la langue hors de la vie sociale de la communauté où il se produit. Ou encore, pour le dire autrement, que des pressions sociales s’exercent constamment sur la langue, non pas de quelque point du lointain passé; mais sous la forme d’une force sociale immanente et présentement active. » in Sociolinguistique, p.47

 

Biographie langagière

Bonjour,

J’aimerais bien vous parler de la journée d’études, consacrée au plurilinguisme et à la biographie langagière, qui a eu lieu le 11 avril à l’université Sorbonne Nouvelle Paris III.
Ce séminaire, animé par Madame Muriel Molinié et Madame Valérie Spaëth m’a paru très enrichissant pour les M2 et pour les doctorants.

Madame Valérie Spaeth a présenté le cadrage historique, Madame Christine Deprez (Université Paris-Descartes) a abordé le sujet des enjeux de la narration de soi au prisme de la sociolinguistique, le rapport de Madame Delphine Tomasini (Doctorante, université de Lausanne) a porté sur le trajectoire d’appropriation langagière, la professionnalisation et la construction identitaire de futurs enseignants de l’école primaire et les enjeux d’une problématique et d’un choix méthodologique. La présentation de Madame Muriel Molinié, Monsieur Frédéric Anciaux (Université Antilles) et Monsieur Olivier Mirval (Académie de la Guadeloupe) avait comme sujet la biographisation des expériences plurilingues et interculturelles.
Je voudrais m’arrêter sur l’intervention de Madame Stéphanie Galligani de l’université Stendhal Grenoble 3 qui a parlé de comment les biographies langagières devenaient des espaces de construction et de transformation des savoirs à la fois pour l’étudiant/futur enseignant de langues et l’enseignant/formateur. La biographie langagière est en même temps un outil médiateur, un révélateur de savoirs et des espaces dans lesquelles s’effectuent des articulations entre les savoirs auxquels est confronté le forme dans son lieu de formation et événements existentiels et un mouvements de regards croisés et d’interprétations diversement situées. Selon Madame Stéphanie Galligani travailler en formation initiale et continue sur les biographies langagières permet de :
– reconnaître les éléments constitutifs de leurs cheminement identitaire en développant les compétences réflexives en lien avec les enjeux personnels et professionnels;

– se reconnaître comme acteur social doté d’un capital plurilingue et pluriculturel;

– être producteur d’un outil – sa biographie langagière- visant à rendre ses expériences « formatives » dans un développement graduel de la compétence professionnelle;

– la conscience selon laquelle ses apprentissages linguistiques gagnent à être mis en relation les uns avec les autres.

Madame Stéphanie Galligani a terminé son discours par dire qu’il s’agissait pour le futur enseignant – à différents niveaux et moments de la formation – d’une mise en mots (écrite ou orale) de sa propre expérience de formation, de son rapport personnel et professionnels aux savoirs disciplinaires et professionnels.

Les droits humains dans les pays arabes

Le colloque international « Les droits humains dans les pays arabes : Entre globalisation et régionalisation » a eu lieu à l’Ecole Nationale de Commerce le 19 mars.

 

Dans la première partie de l’après-midi les étudiants arabisants ont lu quelques articles relatifs aux droits à la vie, à la liberté de pensée, à l’égalité devant la loi tirés de 3 documents-clés : Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (DUDN, ONU, 1948), Charte Arabe des droits de l’Homme (Ligue arabe, 2004), Déclaration du Caire sur les droits de l’Homme en Islam (Organisation de la Conférence Islamique, 1990).

 

– Monsieur Ammar Azouzi de l’Université de Sousse, Tunisie qui est intervenu après les étudiants a parlé des droits humains en Tunisie à travers 3 constitutions tunisiennes de 1861, 1959 et 2014 et s’est arrêté dans sa communication sur trois aspects essentiels relatifs aux droits humains en Tunisie :

  • Comment le vent des droits universels a-t-il soufflé sur le pays au milieu du XIXe siècle?
  • Quels discours des droits de l’homme trouve-t-on dans les trois constitutions?
  • Quels sont les liens entre les constitutions et le Code du statut personnel, le texte essentiel et unique en son genre dans le monde arabe?

 

– Le sujet de la présentation de Madame Bahia Zemni de l’Université de la Princesse Norah, Arabie Saoudite était « Les droits de la femme en Arabie Saoudite ». Dans la loi fondamentale du Royaume d’Arabie Saoudite, on lit : « L’autorité du gouvernement du Royaume d’Arabie Saoudite émane du Saint Coran et de la Sunna du Prophète qui priment sur la présente loi et les autres lois de l’état » Article 7 de la loi fodamentale. En Arabie saoudite le droit est donc strictement basé sur la Sharia, c’est-à-dire la loi islamique issue essentiellement du Coran et des traditions de la Sunna et représentant la source principale de la législation. Le Coran et la Sunna sont considérés comme la Constitution du Royaume. C’est dans ce cadre que la question des droits de l’homme est traitée en Arabie Saoudite, un pays du monde arabo-musulman qui est membre de l’ONU adhérant à ce titre à la Déclaration Universelle des Droits Humains. L’objectif du seminaire était de faire une analyse si l’aspect universel des droits humains était en parfaite harmonie avec la spécificité religieuse du droit saoudien.

 

La troisième intervention a porté sur « La constitutionnalité des droits humains dans le monde arabe ». Monsieur Awatif Laghrissi (Faculté de droit de Marrakech, Maroc) a comparé trois pays le Maroc, l’Algérie et la Tunisie du point de vue de l’évaluation de l’état du gouvernement et du concept de l’ordre public dans les trois pays.

 

Pourquoi j’ai choisi ce séminaire?

Issue d’une république musulmane de la région du Caucase du Nord (Russie) je m’intéresse toujours à la vie des musulmans dans le monde arabo-musulman. Je suis allée à ce séminaire pour comprendre dans quelle mesure les recommendations de la Déclaration des droits de l’homme qui visent être universelles sont applicables dans les pays musulmans et pour comparer l’état des droits de l’homme dans le monde arabe avec celui au Caucase.

Inversion chez Proust

Le séminaire du 10 mars a été consacré à Proust et à la révolution du style. Monsieur Frédéric Fladenmuller (East Carolina University) a parlé de l’ecriture inversive de Proust et a présenté son nouveau livre Proust Ou L’ecriture Inversive: Du Temps Perdu Au Temps Retrouvé.  

Proust croit à une universalité, une atemporalité, des êtres et des choses et il le dit dans Contre Sainte-Beuve:  » Car personne n’est original et fort heureusement pour la sympathie et la compréhension qui sont de si grands plaisirs dans la vie, c’est dans une trame universelle que nos individualités sont taillées. Si l’on savait analyser l’âme comme la matière, on verrait que sous l’apparence diversité des esprits aussi bien que celle des choses, il n’y a que peu de corps simples et d’éléments irréductibles et qu’il entre dans la composition de ce que nous croyons étre notre personnalité, des substances fort communes et qui se retrouvent un peu partout dans l’univers » (Contre Sainte-Beuve, 71-72). Pourtant, il existe aussi une composante de singularité qui définit d’une certaine manière les caractéristiques essentielles d’un artiste  » pour un écrivain, comme pour un musicien ou un peintre… Nous retrouvons dans un second livre, dans un autre tableau, les particularités dont la première fois nous aurions pu croire qu’elles appartenaient au sujet traité autant qu’à l’écrivain ou au peintre. Et du rapprochement des œuvres différentes nous dégageons les traits communs dont l’assemblage compose la physionomie morale de l’artiste » (Contre Sainte-Beuve, 75). Proust dit qu »un livre est un produit d’un autre moi que celui que nous manifestons dans nos habitudes, dans la société, dans nos vices » (Contre Sainte-Beuve, 221). L’écrivain rapproche le phénomène primordial de l’inversion à un amour indifférencié. Dans A la recherche du temps perdu le mot homosexuel apparaît 7-8 fois et le mot inversion est utilisé de 60 à 70 fois et cela nous prouve de nouveau l’importance du sujet chez l’auteur. Dans ses réflexions M. Fladenmuller arrive à la conclusion que chez Poust l’écriture représente l’envers de la lecture et que la seconde représente une « incitation » au travail véritable que représente l’exercice thérapeutique de la première et une part importante de ce qu’on qualifie d’inversion.

La langue française en Russie au XVIIIe et au XXIe siècles

Dans l’histoire de la Russie un des exemples les plus frappants de l’intégration d’une culture étrangère dans la culture russe est celle de la culture française.
En parlant de l’image de la France qui se développe dans la culture russe au XVIIIe et au XIXe siècles, nous pouvons dire qu’elle se crée grâce à la langue française. La langue française est largement parlée dans la société russe à l’époque grâce à l’influence culturelle française et, respectivement, des représentations sur la France. Dans l’acquisition des normes françaises du comportement et des règles de l’étiquette se reflètent des représentations de la noblesse russe sur le mode de vie des Français.
La langue française au sein de la culture aristocratique acquiert un rôle social particulier – le rôle d’un signe social marquant l’appartenance à la noblesse. Grâce à cette fonction de la langue française la société aristocratique russe devient fermée et se qualifie d’un caractère de caste.
Le français, en tant que langue de la société laïque (ce rôle lui est attribué au XVIIIe siècle), oriente la culture aristocratique métropolitaine vers une tendance de copier des normes françaises du comportement. Et ces normes sont reproduites comme la noblesse russe les imaginent.
Un rôle majeur dans la perception de la France à travers la langue française par la noblesse appartient aux sources littéraires. Compte tenu des idées françaises dans la littérature française des écrivains russes dans le cadre de la tradition culturelle russe utilisent des idées culturelles françaises pour transmettre leurs propres pensées.
La fonction de l’étiquette du français est vue dans des lettres à des femmes, des conversations sur les femmes et des références aux femmes. Les lettres des femmes sont aussi écrites pour la plupart en français, ce qui est fait probablement aussi en raison des règles de l’étiquette de cette période. La lettre de Tatiana dans Eugène Onéguine est écrite en français ; la jeune fille en effet « connaît mal le russe et ne s’exprime que difficilement dans cette langue ». Pourtant le domaine des Larine, présenté comme « un trou perdu », est à sept jours de route de Moscou.
Les conversations sur les sentiments sont menées en français et l’utilisation d’une autre langue étrangère est considérée comme de mauvais goût. Tout cela suggère un haut degré de connaissance du français et, par conséquent, une immersion profonde non seulement dans la langue française, mais aussi dans la culture française à travers la langue. Selon Aïda Markosyan, « l’aristocratie russe était bilingue et il s’agissait bien du bilinguisme coordonné, avec parfois la prédominance du français. » Et en parlant de l’importance du français à l’époque une question se pose immédiatement – est-ce que le rôle et la place du français dans la vie des Russes d’aujourd’hui demeurent les mêmes?
Aujourd’hui, le français cède son prestige à l’anglais qui est pour la plupart des élèves la langue de leur avenir et de leur travail. L’anglais tient la première place parmi les langues étrangères étudiées en Russie. La langue française est la 3ème langue étrangère étudiée dans le système scolaire russe en nombre d’apprenants, après l’anglais et l’allemand. Cela nous montre que le français n’est plus la langue privilégiée pour la plupart des Russes. Il est plutôt considéré comme une langue étrangère inclue dans des programmes scolaires et de l’enseignement dans des établissements de l’enseignement supérieur.
Il est à mentionner que l’influence de la langue française sur la langue russe est considérable. Des groupes thématiques différents comprennent des emprunts au français: vêtements (пальто, костюм, корсет,) ; accessoires (браслет) ; terminologie scientifique (метеор), politique (федерация, либерал), culturelle (импрессионизм, актер, репертуар, шедевр, мемуары, партер), meubles (абажур, гардероб, трюмо) ; produits de beauté (крем, одеколон, косметика) ;culinaire (бульон, маринад, ) et militaire (марш, авангард, манеж).
Poutant, ces dernières années, on remarque un nouvel intérêt envers le français, la France et la culture de ce pays. On commence à l’étudier à l’école. Aujourd’hui en Russie il y a plusieurs centres culturels français, des magazines et des journaux sont publiés régulièrement, des spectacles et des séminaires sont organisés pour les amoureux de la langue française. L’échange culturel renforce la compréhension mutuelle entre les deux peuples et les aide à se comprendre mieux. Le dialogue entre les cultures russe et française constitue la seule vraie richesse, la richesse de l’esprit.

BIBLIOGRAPHIE
Markosyan Aïda « Situation de la langue française en Russie : le français, deuxième langue étrangère » Cahiers de l’Association internationale des études francaises, 2000, N°52. pp. 31-39.

Sokologorsky Irène « La France et le français dans la culture russe » Cahiers de l’Association internationale des études francaises, 2000, N°52. pp. 13-21.