Tous les articles par JIE Junlan

Etudiante chinoise en master 2 à l’Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde

Mes carnets de recherche

La moindre chose peut nous faire réfléchir, la publicité dans le métro, le livre que nous lisons, les personnes que vous rencontrez dans la rue, tout ce qui se passe la vie pourrait être la source de nos inspirations. Mais si on n’écrit pas, ces inspirations disparaissent comme le vent qui s’en va sans laisser de trace. Dans Théorie du texte de Roland Barthes, Il expose l’importance de texte. Selon lui, « (le texte, c’est ce qui est écrit, il suscite la garantie de la chose écrite, dont il rassemble les fonctions de sauvegarde : d’une part, la stabilité, la permanence de l’inscription, destinée à corriger la fragilité et l’imprécision de la mémoire …Le texte est une arme contre le temps, l’oubli, et contre les roueries de la parole … ». Ce qui intéresse Barthes est plutôt l’œuvre, mais je trouve que sa théorie pourrait aussi être une révélation pour le travail de recherche.

En effet, on peut considérer le travail de recherche aussi comme un texte. Dans le cadre de recherche, il s’agit de noter toutes les données et notre trace de recherche. Etymologiquement, Texte veut dire Tissu. Les chercheurs sont comme des araignées qui construisent leur toile. Mais comment construire la toile ? Dans l’ouvrage, Changer de société. Refaire de la sociologie, en tenant compte du travail des sociologues, Bruno LATOUR montre l’importance de noter toutes sortes de données en écrivant des carnets divers pour accompagner la recherche. Il propose de créer quatre carnets dont chacun correspond à une fonction : Le premier carnet s’intitule « carnet de bord » destiné à l’expérience sur le terrain ; Le second carnet sert à recueillir les informations ; le troisième carnet est consacré à aux « essais d’écriture ad libitum » et le dernier carnet a pour but de noter les effets « produits sur les acteurs ».

En m’inspirant ses idées, et après avoir parcouru les carnets créés par mes camarades, je compte de tenir trois carnets pertinents pour moi au cours de ma recherche qui permettront de construire ma propre voile.

Le premier carnet que j’aimerais appeler « des idées vagabondes » servira à rassembler tout ce qui m’inspire autour de moi : les colloques, les conférences et les journées d’étude que je participe ; les rencontres avec mon directeur de recherche ; les discussions avec des enseignants, des camarades et des amis ; ou même des inspirations qui viennent des personnes que je rencontre dans la rue. Ces idées pourraient être en désordre et n’ont rien avoir avec ma recherche au premier regarde, mais le monde est comme un réseau où tout se connecte de façon implicite ou explicite. Certaines inspirations pourraient être inutiles pour l’instant, mais on ne sait jamais si un jour elles pourraient nous aider au futur. Et pour ne pas rater même la moindre inspiration, ce serait un carnet manuel que je peux apporter toujours sur moi et noter facilement mes inspirations.

Le deuxième carnet, que je nommerai « coin de lecture », comme son nom l’indique, il s’agit de toutes les lectures que j’ai faites au cours de ma recherche. Il est destiné à noter les résumés d’ouvrages/articles que je parcours, les extraits ou bien les citations importantes pour ma recherche, la prise de note de mes lectures. Et pour faciliter mon travail au futur, ces documents seront classifiés par ordre thématiques.

Le dernier carnet, je l’intitulerai « dossier génétique ». « Dossier génétique » est une notion issue de la génétique textuelle que Almuth Grésillon propose dans son ouvrage Éléments de critique génétique. Elle définit comme « un ensemble constitué par des documents écrits que l’on peut attribuer dans l’après-coup à un projet d’écriture déterminé dont il importe peu qu’il ait abouti ou non à un texte publié ». En empruntant cette notion, ce carnet est consacré à la rédaction du plan de mon mémoire, des réflexions que je porte sur le sujet ainsi que des problèmes que je rencontre et des doutes. Il est destiné en même temps à recueillir la rédaction de petits morceaux de mon mémoire. Rome ne s’est pas faite en un jour, il ne faut pas attendre jusqu’au dernier moment de rédiger tout le mémoire d’un seul coup. Dans cette perspective, ce carnet m’offrira un espace où je puisse rédiger quelques lignes chaque fois une idée me vient. Ces petits fragments serviront comme des pierres qui pourraient construire finalement ma pyramide-mon mémoire.

Bibliographies :
Roland Barthes, « Texte (théorie du) » in Œuvres complètes (O. C.), tome IV, éd. Éric Marty, Éditions du Seuil, Paris, 2002
Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 2006, p. 194-197.
Almuth Grésillon, Eléments de critique génétique, presses universitaires de France, Paris, 1994, P109

JIE Junlan

Etudiante chinoise en master 2 à l’Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts