Tous les articles par Savina

Présentation de l’atelier de théâtre, « Koltès ≠ Fauve_même regard »

Lundi 23/03/2015, à 20h00, IFT, salle Allatini-Dassault

Mise en scène de Dimitris Sporidis, musique du groupe Fauve. Bernard-Marie Koltès s’inscrit parmi les représentants les plus importants du discours théâtral contemporain. La période d’écriture de son œuvre coïncide avec les intenses différences des classes auxquelles Paris doit faire face, dans les années 1970. Ces différences soulignent le problème des immigrants, la montée de la pègre, la dépravation de l’homme, la solitude mais aussi l’espoir d’une vie meilleure. Cet environnement auquel nous pouvons nous identifier aujourd’hui en temps de crise économique, morale et culturelle, rend son œuvre actuelle. En même temps en France aujourd’hui, apparaît le groupe Fauve. Un groupe de cinq musiciens, cinéastes et graphistes inconnus. Fauve ne vient pas s’inscrire dans la catégorie de bande de musiciens. C’est le pari pris sur eux-mêmes. Ce sont nous tous. Avec des angoisses, des problèmes et une force intérieure que nous devons enfin nous décider à utiliser. Le spectacle « Koltès ≠ Fauve_même regard », axé principalement sur le besoin de communication de l’homme moderne et le renforcement de son éveil social tente de rencontrer ces deux mondes.

Projet de memoire 2″L’enseignement du FLE aux enfants:les outils/supports ».

Pour l’enseignement du français aux enfants, les enseignants utilisent divers moyens et outils durant le cours afin d’attirer l’attention et l’intérêt de leurs élèves. Le XXème siècle peut indubitablement être désigné comme le siècle de la technologie en histoire, puisque celle-ci n’a pas simplement envahi l’industrie et  les lieux de travail, mais aussi  notre vie quotidienne. Le rythme déchaîné de la croissance de la technologie a également franchi l’entrée de l’école. L’école a toujours été confuse quant à l’utilisation de la technologie, bien que les pédagogues de l’Antiquité aient fortement prôné l’utilisation de supports audiovisuels. Aristote s’est d’ailleurs engagé dans ce débat, en affirmant : « Les êtres en effet sont ou sensibles ou intelligibles : la science s’identifie en quelque sorte aux objets du savoir comme la sensation aux objets sensibles.» (De l’âme, 431 b25).

Selon les avis récents de la psychologie enfantine, l’enseignement est relié à l’utilisation d’outils de surveillance, à savoir la technologie éducative, qui facilite, accélère et met en avant l’apprentissage. Sans nier l’importance et l’utilité de l’enseignement oral,  l’enseignant doit non seulement s’appuyer sur ce dernier, mais également choisir avec les stratégies réactives, les supports éducatifs appropriés. L’image et le son paraissent susceptibles à influencer dans toutes les directions l’intérêt des élèves pour le cours. D’ailleurs, via les outils de supervision, ce n’est pas juste le cours qui devient plus clair, mais l’enseignement s’imprègne aussi des exigences impératives de l’enseignement et de la technique actuels. Il semble donc utile de changer et moderniser les supports d’aide à la transmission de tout type d’éléments de formation. Il est alors très important de trouver et repérer le matériel  utilisé par les professeurs lors du cours.

Notre enquête va d’abord prendre lieu au lycée franco-hellénique Delasalle, une école privée située à Thessalonique, en Grèce. Notre enquête va être réalisée auprès de la maternelle et des classes du primaire. Plus précisément, la recherche va se faire dans les classes de la moyenne section maternelle, le CP, le CE2 et le CM1. Ce choix des classes a été fait dans le but d’obtenir une comparaison entre les classes par rapport au niveau des élèves. Observer les différences et convergences relevées au sein des moyens d’enseignement. Dans le cadre de l’enquête, nous allons suivre les cours de ces classes pendant une semaine, afin de repérer les manuels utilisés, la façon d’enseigner des maîtres ainsi que les réactions des élèves. Nous allons voir l’aménagement de la classe privilégié par les enseignants pour le déroulement du cours, en prenant quelques photographies. De plus, on va se concentrer sur le matériel utilisé par les maîtresses en-dehors du livre, et nous allons le prendre en photo. Il est fondamental de voir et de prendre connaissance des outils utilisés par les maîtresses dans le but d’avoir un enseignement régulier sans contraintes, tout en prenant en compte les réactions des élèves. Il est tout aussi important de savoir la raison et l’objectif pour lesquels ils sont utilisés. La réaction des élèves face aux supports d’enseignement choisis par les enseignantes va donc constituer le centre d’intérêt de notre enquête.

Tout d’abord, nous allons demander à tous les élèves de ces classes de nous dessiner ce qu’ils aiment le plus durant le cours. C’est-à-dire ce qu’ils trouvent de plus intéressant dans la façon dont est réalisé le cours, et ses supports. Ainsi, nous pourrons obtenir une image générale des classes par rapport à l’enseignement du français. Par la suite, nous allons former quatre groupes. Nous allons choisir cinq élèves de chaque classe, donc 20 élèves au total. Nous ferons alors avec chacun des groupes une discussion collective durant laquelle les élèves vont exprimer leurs avis et opinion personnels face aux outils d’enseignement que l’ont va leur montrer grâce aux photos prises auparavant. Cette discussion avec les élèves va être enregistrée, afin que l’on puisse par la suite en déduire les résultats respectifs. Par la suite, nous distribuerons des questionnaires écrits aux enseignantes pour qu’elles nous décrivent les supports qu’elles utilisent durant leur cours et qu’elles nous les énumèrent. Elles devront argumenter leurs choix et leur façon de les utiliser. De plus, nous pourrons voir si certains de ces outils ont été proposés par les élèves ou bien s’ils correspondent aux ‘vouloirs’ de leurs élèves. Nous cherchons donc à voir la façon dont elles utilisent ces outils ainsi que le rôle que jouent ces derniers durant l’enseignement.

Après avoir recueilli les dessins et les enregistrements oraux des élèves, et également les questionnaires des maîtresses, nous comparerons les deux parties dans le but de voir l’utilité des supports utilisés par les enseignantes. Concrètement, si ces derniers correspondent aux avis et aux volontés des élèves. La parole des élèves joue un rôle crucial car grâce à eux, nous verrons si les enseignantes peuvent comprendre quels sont les supports les plus intéressants parmi ceux qu’elles utilisent et si elles peuvent deviner la pensée de leurs élèves. Plus concrètement, si elles peuvent donc juger quels sont les outils d’enseignement les plus nécessaires et adaptés, et comment les utiliser.

A travers cette enquête, nous parviendrons à voir l’action qui se produit dans l’enseignement lorsque l’on utilise les moyens appropriés. Nous comprendrons comment nous pouvons renchérir le cours afin qu’il devienne plus créatif et en même temps plus compréhensible et intéressant pour les élèves. Par ailleurs, il est important d’ajouter que le choix de ces classes précises a été fait dans le but de voir le passage à travers les âges.  Remarquer ce qui change et la manière dont cela change le choix des outils utilisés par les enseignantes, la raison et le but à ceci. Nous observerons enfin la façon dont nous pouvons appréhender chaque classe selon l’âge, le niveau et les connaissances générales des élèves.

De nombreuses enquêtes ont été effectuées sur la manière d’enseigner une langue étrangère, mais peu d’entre elles se sont intéressées aux supports utilisés par les enseignants lors du déroulement du cours. Il s’agit donc d’un domaine très intéressant de notre recherche, et il est en même temps très impressionnant de découvrir d’autres moyens utilisés par les enseignants durant le cours. De ce fait, nous pourrons voir comment rendre le cours plus impressionnant et plaisant pour nos élèves. Ceci aura comme résultat une meilleure compréhension de la langue étrangère et aura comme objectif une meilleure performance des élèves. Ainsi, le cours de langue étrangère et plus précisément celui de la langue française va devenir un cours davantage plaisant pour les élèves, cependant tout en accomplissant ses objectifs qui se réunissent autour de l’apprentissage.

Enseigner/apprendre une langue étrangère à l’école primaire

Journée d’étude

« Enseigner/apprendre une langue étrangère à l’école primaire »

3 décembre 2014

L’apprentissage précoce d’une langue étrangère a des conséquences positives dans les années à venir. Selon des enquêtes qui ont été déjà publiées, les enfants qui commencent les langues étrangères dès leur jeune âge ont des meilleures notes aux examens que les autres. En plus, une bonne façon d’enseigner une langue étrangère aux enfants c’est les albums de la jeunesse. Les images, les couleurs attirent l’attention et suscitent l’intérêt de l’enfant. Une histoire dans un album provoque des images et sentiments mentaux.  Les émotions « collent » l’information dans la mémoire. Le cerveau communique en interne avec des images. Ainsi, la mémorisation et la compréhension de quelconque information est beaucoup plus facile si on s’appuie sur l’imagination de l’enfant. L’enfant doit pouvoir s’orienter dans l’espace avant de pouvoir s’orienter sur une feuille de papier, distinguer sa droite de sa gauche et le haut du bas pour lire et écrire dans le « bon » sens.

De l’autre cote les enseignants pourraient être capable de construire de séances motivantes pour les élèves, apprendre des chansons aux élèves et exploiter en classe, faire acquis des élèves, utiliser les consignes de classe en français, construire des situations de communication, exploiter un album de jeunesse. Le sentiment d’efficacité et perception de compétences en langues des futurs professeurs des écoles a l’issue de leur formation initiale.

Comment est-ce que je peux préparer un élève pour participer au « Conseil des Jeunes Citoyens » ?

Journée d’étude

 »Conseil des jeunes citoyens » 2015

7 mars 2015

Comment est-ce que je peux préparer un élève pour participer au « conseil des jeunes citoyens » ? L’objectif du Conseil des Jeunes Citoyens est de donner la parole aux jeunes, d’écouter leurs besoins et de permettre de mener à bien des actions en faveur de la jeunesse. Les enfants peuvent faire de la politique ? Si les enfants ne votent pas encore, ils font partie de la société. Ils ont un avis personnel et une vie sociale. Le mot politique est un mot grec, la politique c’est l’organisation de la vie. Il faut convaincre les élèves de participer aux concours qui concernent la politique et la vie quotidienne. Une bonne idée serait de les persuader de s’exprimer librement et de ne pas rester passifs. Pour cette année il y a 4 sujets que chaque candidat peut choisir, l’écologie, la citoyenneté, la culture et le monde virtuel. A ce qui concerne la première partie du conseil, il y a 4 orateurs, 2 orateurs en faveurs et 2 orateurs en opposition. Dans cette partie ils doivent préparer le sujet, faire la connaissance entre eux et discuter leur sujet pour le débat. Tout cela dure 45 minutes. A la deuxième partie ils parlent en alternance l’un après l’autre. A la fin de la deuxième partie un orateur en faveur et un en opposition de chaque sujet va continuer à la partie finale.

Tous les enseignants doivent motiver leurs apprenants de participer !

« Donnez la parole aux élèves.

Donnez-leur la parole, car exprimer des idées sans se sentir jugé, apprendre à déployer une pensée et à argumenter, cela apaise, cela remonte l’estime de soi, et cela diminue la violence. C’est mécanique.

Donnez la parole, une heure par semaine, dans chaque classe de chaque école de France, aux élèves.

Ils ont besoin de parler et de penser dans un cadre qui le leur permette.

Formez des professeurs à la conduite de débats. Laissez la parole circuler sans tabou. Osez laisser s’échapper de la bouche des enfants des horreurs, pour les parler, les penser avec eux. »[1]

 

[1] http://www.telerama.fr/idees/il-faut-donner-la-parole-aux-eleves-lettre-ouverte-a-l-education-nationale,122094.php

Le 11 mars- la présentation de l’état du mémoire

7. 15h45-16h30

Guérin Mathilde (M2, spé 1, option A) : L’enseignement des langues régionales en contexte FLE (Bergé)

Comment on compare le français avec d’autres langues régionales ? Est-ce qu’on peut enseigner seulement le français standard ou on pourrait intégrer dans l’enseignement les autres dialectes aussi ? Il y a de langues nationales parlées qui ne se ressemblent pas. Elles sont toutes unies malgré leurs différences. Elles combattent pour survivre dans l’éducation. Ces langues vont disparaitre et elles font leur révolution afin d’exister. Nous devons nous interroger sur la nécessité d’aborder les langues régionales et les différents dialectes de France dans un enseignement du FLE qui permettrait aux apprenants de découvrir l’Histoire et la culture française.

 

 8. 16h35-17h20

Farahandouz Farbod (M2, spé 1, option A) : Le gestuel comme un fait culturel et son influence sur la compréhension des apprenants dans le domaine franco-iranien (Szende)

Quels sont les fonctions des gestes ? Pendant le cours il y a une interaction entre la personne qui parle et les récepteurs (schéma de Jacobson). Les enseignants transmettent un message et ils utilisent des moyens verbaux et non verbaux. Cela a pour résultat une réussite ou un échec dans la communication avec leurs apprenants. Les moyens non verbaux comme le rire, le regard, le geste sont très importants dans la classe. L’interaction pendant le cours est un peu particulière et la transmission  de savoir a toujours des limites. L’enseignant est celui qui gère le tour de parole en faisant souvent le « feedback » dans la communication et qui corrige.

Les trois Séminaires en Grèce!

       

Séminaire de formation APF-FU Grèce : « Que  la classe FLEurisse ! »

6-7 février 2015

Institut français de Grèce

Organisé par l’Association des professeurs de français de formation universitaire de Grèce (APF-FU), sous l’égide du ministère de l’Éducation et des Cultes à l’Institut français de Grèce.

Le séminaire est gratuit pour les membres ayant payé la cotisation de membre 2015.

Voir : Le programme

         La fiche d’inscription

L’assemblée générale de l’association aura lieu samedi 7 février de 13h30 à 16h00 à l’Auditorium de l’IFG (31, sur Sina)

Voir : L’invitation

Plus d’informations : www.apf.gr

**********************************************************************************************************************************************************

Séminaire : « La didactique des langues étrangères dans le monde contemporain » – Préoccupations -Évolution-Applications

Vendredi 13 février 2015 (17h00-20h00)

Stoa tou Vivliou (Arsakeio Megaro, Pesmazoglou 5 et Stadiou)  

 

Samedi 14 février 2015 (10h00-15h00)

Ecole Arsakeio Psychikou (Arsaki 1, Place Michalakopoulou, Palaio Psychiko)
Organisé par la société Filekpaideftiki Etaireia (Arsakeia-Tositseia Sxoleia) sous l’égide du ministère de l’Éducation et des Cultes.
Destiné aux professeurs de langues de l’enseignement primaire et secondaire, du public et du privé.
Programme

 

Vendredi 13 février 2015 : conférences et discussions avec le public

 

Pour le français :


«Complémentarité des approches et diversité des outils en classe de FLE pour jeunes publics» Hélène Vanthier, enseignante-formatrice en Fle au Centre de linguistique appliquée (CLA) de l’Université de Franche-Comté et spécialiste de l’enseignement du Fle/FLS en direction des jeunes publics

 

  • «Difficultés linguistiques et cognitives des élèves grecophones dans la maîtrise/apprentissage du Fle/Fls »Argyro Proskolli, professeur de linguistique de l’Université nationale et kapodistrienne d’Athènes, ancienne présidente du Département de langue et littérature françaises

 

Coordination : Pinelopi Kalliampetsou-Koraka, professeur émérite du Département de langue et littérature françaises de l’Université nationale et kapodistrienne d’Athènes, sociétaire de Filekpaideftiki Etaireia

 
 Samedi 14 février 2015 : ateliers parallèles en anglais, français et allemand
Pour le français : 

  • «Apprendre le français… de la tête aux      pieds ! Pour une approche active et multi sensorielle de      l’enseignement du FLE aux jeunes publics»Hélène Vanthier
  • «Nouveaux      outils-ressources en ligne pour l’enseignement-apprentissage du Fle en      Grèce»Odile      Cobacho, attachée de coopération éducative, Emmanuelle Boillon,      attachée de coopération pour le français, Tonia Boudoyanni,      responsable de l’espace multimédia et de la plateforme pédagogique de      l’IFG.

Les ateliers seront suivis d’interventions et de simulations pédagogiques sur des thématiques relevant de l’enseignement primaire et secondaire, présentées par les enseignants de langues de Filekpaideftiki Etaireia.

Pour l’enseignement primaire :

  • «Un bon petit-déjeuner!» – Olga Daskalopoulou, Athina Kallivroussi, Despoina      Chatziioannou
  • «Demander son      chemin, sa direction, son itinéraire – indiquer le chemin, la direction,      l’itinéraire» – Eleni Violari, Vassiliki Gerassopoulou,      Efrosyni Georga, Aggeliki Georgakopoulou 

Pour l’enseignement secondaire :  

  • «Les enfants, qu’est-ce qu’on mange      aujourd’hui?» – Ioulia Gatsou, Valentini Gounari, Sofia      Karassavva, Eri Liakou, Nitsa Papadopoulou
  • «Une visite virtuelle au Louvre » – Vassiliki Kontou, Maria Lagourou, Mairi Serveta

 

Plus d’informations & inscriptions : http://xenesglosses.arsakeio.gr 


*****************************************************************************************************************************

*****************************

Journées Clé International FORMATION

Jeudi 26 février et vendredi 27 février 2015
Institut français de Grèce

Deux journées de formation gratuites ouvertes à tous les enseignants de français de Grèce.

Trois auteurs et formateurs CLE International participeront aux tables rondes et ateliers :

–          Emilio Ruiz, « La comptine, un outil pour développer les compétences communicatives »

–          Adrien Payet, « Apprendre à motiver, motiver à apprendre »

–          Marie Louise Parizet, « Comment appréhender  l’oral du niveau A ? »
Inscriptions sur le site http://cleformation.jimdo.com/

Atlas-L’enseignement aux enfants en classe

Hélène Vanthier, L’enseignement aux enfants en classe de langue, Paris, Clé International, coll. « Techniques et pratiques de classe », 2009

Apprendre à parler, pour le petit enfant, ce n’est pas seulement arriver à communiquer, mais c’est le faire dans une langue particulière, celle de son entourage.

1) « Depuis les années 1970, les chercheurs s’intéressent vivement aux toutes premières étapes de cet apprentissage ». p.10

2) « Plusieurs approches du développement du langage ont été en concurrence. Il y eut l’approche comportementaliste ou behavioriste avec Skinner selon laquelle l’enfant acquiert le langage par imitation et reproduction de modèles. Cette approche eut ses heures de gloire dans la pratique de ce qu’on a appelé « bain de langage ». Le trait d’humour du linguiste Alain Bantolila sur les risques de noyade dans le bain de langage montre a l’évidence les limites d’un apprentissage par imprégnation ». p.19

3) « Il y eut également l’approche dite maturationniste de Noam Chomsky qui présente le développement du langage comme un processus programme à partir d’un dispositif inné, suivant un ordre fixe ».p.

4) Elle évoque les travaux de Piaget et de Bachelard et elle explique que « tout individu, même très jeune, n’a pas besoin d’avoir étudié un sujet pour s’en faire une idée » p.20

François Weiss, Jouer, communiquer, apprendre, Paris, Hachette, Coll. « Français langue étrangère », 2002

 

5) François Weiss dans son ouvrage Jouer, communiquer, apprendre, propose des activités ludiques qui visent à motiver les apprenants à communiquer de façon personnelle p.8

« C’est la vie »

La vie change toujours les choses que l’on veut faire. Parfois pour des raisons négatives mais aussi parfois pour des raisons positives. En Grèce mais aussi dans d’autres pays, on utilise souvent la même expression française : « C’est la vie ».

En Grèce, lorsque l’on utilise cette expression, on veut généralement exprimer nos propres sentiments face à une situation un peu tragique. Les choses changent, les images, les représentations. Lorsqu’on a un problème, que l’on se retrouve face à la mort, à une grande difficulté, une grave maladie, cette expression vient facilement : C’est la vie ». On sait  qu’on ne peut pas changer la vie, mais par contre il est possible de changer l’esprit ! Par les mots, on peut agir sur son esprit pour que les choses deviennent meilleures. J’ai même rencontré quelqu’un qui m’a dit que le français est une langue très à la mode et que pour cette raison il utilise des phrases stéréotypes en français quand il parle grec.

Depuis que je suis arrivée à Paris pour mes études, j’ai découvert que « c’est la vie » est utilisée très souvent dans la vie quotidienne. Les français utilisent cette phrase pour exprimer leurs sentiments pour n’importe quelle situation un peu difficile, parfois avec un peu d’humour, pour voir le bon côté des choses.

Alors j’ai réalisé que lorsque qu’un apprenant commence à étudier le français les premiers mots qu’il apprend à dire sont bonjour, merci, oh la la, madame, oui, j’adore, je t’aime, c’est la vie….. ! « C’est la vie » devient alors une expression qui représente la France et les français.

Mais, que l’on soit en Grèce, en France, francophone ou pas, cette expression qui traverse les frontières n’est-elle pas surtout l’expression d’une certaine philosophie  : on doit accepter les choses, les personnes, les situations comme ils sont et de cette façon continuer notre vie ! Parce que la vie……c’est la vie ! On peut changer nos habitudes mais jamais la vie !

L’apprentissage de l’anglais à l’école primaire

L’apprentissage de l’anglais à l’école primaire, http://www.umr7023.cnrs.fr/-L-apprentissage-de-l-anglais-a-l-.html, financé par le Conseil Scientifique de l’Université de Paris 8, nous organisons une journée d’étude autour de la question de l’enseignement/apprentissage des langues à l’école primaire. Elle s’adresse aussi bien aux chercheurs s’intéressant, de près ou de loin, à cette problématique, qu’aux enseignants de langues travaillant avec de jeunes apprenants.

http://www.umr7023.cnrs.fr/Apercu-des-classes.html

Depuis trente ans des chercheurs à l’Université de Paris 8 s’intéressent aux stades initiaux de l’apprentissage d’une langue étrangère, mais surtout dans un contexte extra-scolaire. Le projet PARI-Primaire, financé en 2012 par le Conseil Scientifique de l’Université, propose de regarder de plus près ce qui se passe lors d’une première année d’apprentissage de la langue anglaise à l’école primaire, dans deux classes de cycle différent (25 enfants en CP et 30 enfants en CE2), toutes deux proposant un enseignement au niveau débutant.

Les objectifs sont :

  • D’observer ces deux classes à trois moments pendant l’année scolaire 2012-2013 (décembre, février, mai). Les leçons d’anglais de la semaine sont filmées à chaque visite, nous permettant d’analyser plus finement les activités mises en place et les interactions entre les membres du groupe.
  • D’apprécier les parcours individuels des enfants pendant cette première année d’apprentissage de l’anglais. Lors de chaque visite, ils effectueront quelques petites tâches (en anglais et en français), conçues pour refléter leur connaissances et leur compétence émergente. Plus particulièrement, nous nous intéressons à la maîtrise progressive de la prononciation anglaise, de la compréhension, du lexique et des structures discursives, ainsi qu’à l’interaction complexe entre ces différents éléments.
  • De comparer les deux groupes d’âge (6 ans, 8 ans), afin d’identifier d’éventuelles caractéristiques particulières.

Le projet fédère des chercheurs travaillant dans les domaines de la didactique et de l’acquisition des langues, de la psycholinguistique, de la sociolinguistique, de la psychologie développementale et de la linguistique anglaise. Nous espérons pouvoir valoriser cette recherche non seulement par des publications et communications scientifiques mais aussi par un réel échange pédagogique avec les enseignants qui nous accueillent dans leurs classes et leur conseillère pédagogique.

Partenaires

Ce projet a vu le jour grâce à la collaboration dynamique de Patricia Sapina-Descrouet, Conseillère pédagogique pour l’enseignement des langues étrangères à l’école élémentaire à la Direction des services départementaux de l’éducation nationale de la Seine et Marne. Nous remercions chaleureusement Mme Evelyne Bruno de la DSDEN pour son autorisation d’observer cette année de formation, ainsi que les parents des enfants que nous suivons pendant leur découverte de la langue anglaise. Ce sont les Ecoles de Fresnes-sur-Marne et de Précy-sur-Marne qui nous ont généreusement ouvert leurs portes. Nous sommes profondément reconnaissants et pleins d’admiration devant l’engagement, l’expertise et la disponibilité deBéatrice Grellier, professeur de CP à Fresnes, et Sabine Brito, professeur d’anglais des CE2 à Précy.

Membres de l’équipe de chercheurs

  • Ewa Lenart, porteur de projet (Maître de conférences, acquisition des langues), Université Paris 8
  • Heather Hilton (Professeur, didactique des langues), Université Paris 8
  • Lucile Cadet (Maître de conférences, didactique des langues), Université Paris 8
  • Frank Jamet (Maître de conférences, psychologie), Université de Cergy-Pontoise
  • Carine Royer (Maître de conférences, psychologie), Université de Cergy-Pontoise
  • Corinne Demarcy (Maître de conférences, psychologie), Université de Cergy-Pontoise
  • Nadine Herry-Bénit (Maître de conférences, phonétique anglaise et didactique) Université Paris 8
  • Takeki Kamiyama (Maître de conférences, phonétique anglaise), Université Paris 8
  • Béatrice Fracchiolla (Maître de conférences, sociolinguistique), Université Paris 8
  • Anne Pégaz (docteur en didactique des langues)
  • Naouel Zoghlami (doctorante, didactique de l’anglais), Université Paris 8

 

 

Tâches et analyses

 

Liste des tâches utilisées pour mesurer les variables individuelles et les connaissances émergentes en anglais ; liens vers outils.

 

Lire la suite 

 

Aperçu des classes

 

Lire la suite 

 

Apprentissage précoce du français en changeant d’alphabet…

P. – Bonjour mademoiselle,  avez-vous trouvé votre sujet de mémoire?

Où en êtes-vous de vos réflexions sur le sujet de votre mémoire ?

E – Bonjour madame. Oui j’ai choisi mon thème. J’aimerai travailler sur les méthodes d’apprentissage précoce du français chez les enfants grecs.

P- Qu’entendez-vous par précoce ?

E- les élèves grecs commencent habituellement à apprendre le français en tant que seconde langue étrangère (après l’anglais) en 5e année d’école primaire (l’équivalent du CM2), mais il y a à Thessalonique des écoles dites franco-helléniques dans lesquelles l’apprentissage du français commence dès la maternelle. Je veux donc étudier les méthodes utilisées dans ces écoles, et voir quelles sont les motivations de ces élèves pour l’apprentissage du français.  J’ai beaucoup d’idées mais je suis un peu stressée…

P -Ne vous inquiétez pas, tout ira bien.

E-Je l’espère madame….

P- Est-ce que vous pourriez m’en dire un peu plus sur ces idées ?

E – Je me pose des questions sur la tranche d’âge sur laquelle je dois me concentrer : j’ai envie de m’intéresser a l’ensemble de l’apprentissage depuis l’âge de 3 ans et jusqu’à la fin de la 4e année du primaire (CM1 en France), mais j’ai peur que cela soit trop vaste. De plus, il y a une différence importante entre l’école maternelle et l’école primaire, car nous n’avons aucun manuel en grec qui s’adresse aux enfants qui ne savent pas encore lire et écrire. Cela veut donc dire que je devrais aborder ces deux phases de manière différente.

J’ai le projet de travailler d’une part sur les corpus utilisés par les professeurs de l’école « De La Salle » à Thessalonique au niveau de l’école maternelle, et d’autre part sur les manuels utilises dans cette même école dans les autres niveaux. Je veux étudier l’adéquation de ces manuels et/ou corpus avec les publics et les objectifs de compétences que l’on vise à développer avec cet enseignement.

Je voudrais aussi comprendre ce qui arrive à motiver les enfants pour l’apprentissage de la langue.

Pour l’instant je n’ai pas un état des lieux très précis de ce qui se fait vraiment dans cette école, ni du niveau de français des enfants à chacun des âges.

P – Je pense qu’il est intéressant de s’interroger sur les capacités d’apprentissage d’une langue étrangère chez les enfants de moins de 6 ans, et de faire le lien entre cet apprentissage et les méthodes utilisées ensuite. Le fait que le grec et le français n’utilisent pas le même alphabet est aussi un aspect intéressant à regarder car cela suppose une pédagogie particulière.

Pour bien cadrer la suite de votre recherche, je vous propose de vous intéresser aux différents travaux de recherche qui ont pu être mènes sur l’apprentissage du français chez les petits enfants ayant une autre langue maternelle que le français. Je vous suggère également d’utiliser des questionnaires et des enquêtes pour réaliser votre état des lieux.

E – Mais comment questionner des enfants qui ne savent pas encore lire le grec et/ou le parlent encore imparfaitement ?

P – Vous pouvez envisager des questions orales simples, adaptées à leur niveau, ou pourquoi pas leur proposer de dessiner ce que la langue française représente pour eux et ensuite essayer d’analyser leurs dessins.

E – pourriez-vous me conseiller quelques références bibliographiques à consulter sur les deux points sur lesquels vous venez de soulever.

P – Bien sur je vous enverrais des références bibliographiques à consulter pendant le weekend.

E -Merci beaucoup madame.

P – Au revoir et bonne journée.

E – Au revoir.

La parole est une force (à propos de la journée du 15 octobre)

Il s’agit d’une journée d’étude vraiment intéressante et indispensable en même temps parce qu’en premier lieu on va apprendre a explorer le sens de la littérature, puis on va apprendre comment la littérature est liée avec la science humaine.

En ce qui concerne  l’enseignement d’une langue étrangère l’important est de trouver et de chercher  des façons idéales. Un facteur important qui joue aussi un rôle .primordial est le public Le même se passe avec la compréhension de la littérature c’est-à-dire quand à la littérature et sa compréhension l’important est d’apprendre à lire en français.

Sauf le public pour l’enseignement d’une langue des manuels,des livres,et des methodes doivent etre utilises  le même se passe avec la littérature. Pour obtenir une critique littéraire, on doit chercher à trouver les sens du texte. Même la définition de la littérature est difficile à être expliqué exactement parce que de nos jours c’est dangereux de donner une définition qui peut avoir un esprit littéraire ou non. Il est vrai qu’on peut dire que la littérature est l’ensemble de connaissances qui nous permettre de comprendre le monde l’homme. Pour l’enseignement de la littérature, on doit tout d’abord apprendre la culture et après on doit passer sur la tradition d’une langue.

La littérature est considérée comme une science parce qu’à travers  la littérature on peut apprendre la culture d’une langue et ça c’est important de nos jours  de parler beaucoup de langues. En parlant des langues, on peut trouver  de nouvelles choses et aussi dans notre langue maternelle avec l’apprentissage d’une langue étrangère. Pour qu’on puisse comprendre mieux la littérature ; il y a des textes authentiques et aussi des manuels de langues étrangères. La littérature orale est très importante et liée avec la parole.

La parole est très forte et on peut dire qu’elle est synonyme de l’eau, c’est-à-dire une fois une fois versée, on ne peut plus ramasser. La parole est intense; elle est comme une grande force qu’on doit apprendre à maitriser. Apprendre à parler signifie qu’on peut maitre de notre parole. Quand on sait parler, on peut comprendre les sens cachés derrière les mots énonces. Comme la parole est caractérisée comme un art le même se passe avec la littérature. La littérature est considérée comme un art pas difficile à explorer et à définir.

Merci beaucoup pour cette journée.

L’enseignement précoce du FLE dans les écoles privées grecques de Thessalonique

                                                                                                  Vasileiadou Savina

Enseigner le fle aux enfants est un acte éducatif qui, comme toute démarche éducative, doit contribuer au développement de la personne. Le terme « précoce » qui qualifie d’ordinaire quelque chose qui arrive avant l’heure ou l’âge requis, laisse supposer qu’il existerait un âge « normal » pour l’apprentissage des langues, celui de l’entrée dans le secondaire. La première partie de notre étude vise à présenter le statut de la langue française dans l’enseignement grec public et privé. Dans l’enseignement public en Grèce, la première langue étrangère enseignée dès la troisième classe de l’école primaire est l’anglais. Deux ans plus tard, les enfants peuvent choisir entre le français et l’allemand. La deuxième langue est alors enseignée obligatoirement pendant deux ans à l’école primaire et pendant trois ans au collège, en raison de deux heures par semaine.  Pourtant, dans certaines écoles privées le français est enseigné dès l’école maternelle ainsi que tout au long de l’école primaire. À Thessalonique, il y a deux écoles privées, appelées « écoles greco-françaises » où la langue française a un statut très important puisqu’elle est enseignée en raison de 3 même 4 heures par semaine. L’école « De La Salle » serait notre terrain d’étude. Le Ministère grec a lancé une série des manuels en 2008 mais qui sont destinés que pour les classes du collège. Ainsi, les enseignants grecs qui travaillent dans des écoles maternelles et primaires privées ont la possibilité de choisir eux-mêmes le manuel qu’ils vont utiliser. Après la présentation des résultats de notre enquête, nous voudrions proposer des pistes didactiques afin que le cours du FLE soit plus amusant et créatif pour les enfants. Car, à cet âge il est important de leur faire aimer la langue française. Ainsi, ils créeront des images positives et peut-être plus tard il y aurait plus de possibilités pour eux de choisir le français comme langue de prédilection. Dans une perspective plus large, cette situation aiderait à la promotion de la Francophonie en Grèce.

BIBLIOGRAPHIE

Vanthier Hélène, L’enseignement e aux enfants en classe de langue, Paris, CLE, 2009

Gaonac’h Daniel, L’apprentissage précoce d’une langue étrangère, Paris, Hachette Education, 2006.

Porcher Louis, Dominique Groux, L’apprentissage précoce des langues, Paris, PUF, Que sais-je?, 2003.

O’Neil Charmian, Les enfants et l’enseignement des langues étrangères, Paris, Credif, Hatier/Didier, 1993.