Tous les articles par Clémence Burckel

étudiante en Master 2 DFLE Recherche, Université Sorbonne Nouvelle, Paris III et Master 2 études anglophones Recherche, Université Paris-Sorbonne

Atlas/réflexion sur la contextualisation de l’enseignement du FLE à l’étranger

Dans sa thèse, Quelles contextualisations pour l’enseignement du français hors de France?Céline Doucet démontre l’importance d’une contextualisation pour l’enseignement du FLE à l’étranger. Elle utilise une démarche empirique qu’elle explique dans l’introduction de sa thèse : au cours de ses années d’enseignement du FLE à l’étranger, Madame Doucet a constaté que l’enseignement du FLE pouvait parfois être considéré comme « universel » avec des objectifs très similaires même si l’enseignement se fait dans des zones géographiques très différentes et éloignées les unes des autres. Pour démontrer l’importance d’une contextualisation de l’enseignement du FLE, Madame Doucet analyse, dans sa thèse, l’enseignement du FLE dans deux contextes différents : en Louisiane et en Australie. Dans l’introduction de sa thèse deux grands questionnements se détachent : 1/ Qu’est-ce que veut dire le terme français langue étrangère et 2/ L’enseignement du français est-il vraiment contextualisé ?

Veuillez trouver ci-dessous un atlas de l’introduction de la thèse de Céline Doucet.

atlas DoucetV2atlas DoucetV2

Clémence Burckel

étudiante en Master 2 DFLE Recherche, Université Sorbonne Nouvelle, Paris III et Master 2 études anglophones Recherche, Université Paris-Sorbonne

More Posts

« Et sinon sans indiscrétion… ? »

Cette petite histoire, purement fictive mais inspirée de ma propre expérience, illustre un exemple de dissonances interlocutives provenant de l’utilisation de certaines expressions françaises. Depuis que je suis rentrée de mon année de lectrice au Connecticut, je me suis souvent demandé comment réagirait un américain face à  certaines expressions qu’utilisent  les français souvent de manière machinale (mais pas toujours). Je me suis mise à réfléchir sur ces expressions qui ne m’avaient jamais vraiment choqué auparavant. La première de ces expressions fut « et sinon sans indiscrétion… ». D’après la petite étude que j’ai mené sur cette expression depuis mai 2013, les français utilisent cette expression pour poser 1/ des questions en rapport avec l’argent et 2/ des questions en rapport avec la santé. La moralité qui se dégage de cette histoire prône, d’une part, le bon « usage de la parole » mais souligne aussi les intentions machiavéliques qui peuvent se cacher derrière les mots lorsque les locuteurs ont conscience du pouvoir de la parole.

 

Marie Leclair est une jeune femme, franco-américaine, de 25 ans. Elle est née aux Etats-Unis, d’un père français et d’une mère américaine. Bilingue de naissance, son père demanda très vite la double nationalité pour sa fille prodige. Après avoir fait ses études au Lycée français de New York et des études supérieures à l’université de Colombia, Marie arrive à Paris, en septembre 2015, ayant décrochée un contrat doctoral à la Sorbonne et prête à enfin découvrir la vie en France. Malgré la maîtrise de la langue, le changement de pays est en fin de compte assez brutal. Un mois après la rentrée, lundi 6 octobre, 19h, Marie écrit un email à son père.

 

 Papa,

 Je n’en peux plus des français ! Pourquoi sont-ils si curieux ? Ils me posent toutes sortes de questions et souvent des questions très personnelles et sans gêne en plus ! Et tu sais comment ils s’en sortent ? Avec cette fameuse expression : « et sinon sans indiscrétion ». Voilà, ils utilisent cette expression et puis ils posent leur question très gênante. Et moi je ne sais pas quoi dire dans ce genre de situations à par répondre à leur question et me sentir extrêmement gênée et contrariée.

 Je te donne deux exemples. J’ai fait la connaissance de cette Christelle, une voisine dans l’immeuble. Je la croisais souvent, on a commencé à sympathiser puis elle m’a invité à prendre le thé chez elle et dimanche dernier je l’ai invité chez moi à mon tour. Elle a beaucoup aimé mon studio, elle me faisait pleins de compliments dessus puis tout d’un coup, sorti de nulle part, elle me dit « et sinon sans indiscrétion tu paies combien par mois ? ». Je la connais seulement depuis quelques semaines mais elle a quand même osé me poser cette question! Pareil au cours de yoga, j’ai sympathisé avec les participants, on prend un verre après le cours, on discute bien et puis chacun raconte ce qu’ils font dans la vie. A mon tour je m’exprime : « moi je suis en contrat doctoral à la sorbonne » et ce Aymeric renchérie avec « et sans indiscrétion tu touches combien quand tu es en contrat doctoral ? ». J’ai bafouillé et il a du voir que j’étais extrêmement gênée car il m’a finalement dit que je n’étais pas obligé de répondre.

 C’est quand même très hypocrite de penser qu’ils peuvent poser des questions comme celles-ci simplement car ils utilisent cette soi-disant formule de politesse « sans indiscrétion »! Ils savent pertinemment que c’est impoli et que ça met la personne mal à l’aise de poser la question qu’ils ont en tête! Je suis vraiment en colère ! Je ne pensais pas que j’aurai ce genre de problèmes en venant vivre en France puisque je suis totalement bilingue. Je commence à comprendre que la maîtrise d’une langue est une chose mais comprendre réellement les gens qui la parle, le peuple et la culture ne se fait qu’en vivant dans le pays en question. Ah ! J’ai encore des progrès à faire pour comprendre tous les français !

 J’attends avec impatience ta réponse.

 Marie.

 

Le lendemain, mardi 7 octobre 2015, 9h, marie se réveille avec un email de son père.

 

 Ma chère fille,

Oui les français sont curieux mais tu sais il y a beaucoup d’expressions comme celles-ci dans toutes les langues qui sont utilisées pour certaines situations. A première vue, ces expressions font déroger le cas en question à la règle mais en réalité elles ne font que renforcer le caractère général de la situation. Marie, je pense que c’est une chance de comprendre d’une part ce qui se cache vraiment derrière cette expression mais aussi de douter de l’honnêteté des gens. Maintenant c’est à toi de savoir ce qu’il faut répondre. En général, personne ne répond « mais si c’est très indiscret de votre part » à l’expression « et sinon sans indiscrétion » car ces gens sont pris de court, l’expression fait son effet ! En fin de compte, c’est peut-être ce qu’il faut répondre dans ce genre de situation : « mais si c’est très indiscret de votre part »!

 Bon courage avec tous ces français curieux et à bientôt,

Ton Père

 

Marie repart à la fac, l’esprit un peu plus tranquille après avoir lu cet email réconfortant. 

Clémence Burckel

étudiante en Master 2 DFLE Recherche, Université Sorbonne Nouvelle, Paris III et Master 2 études anglophones Recherche, Université Paris-Sorbonne

More Posts

Léo et les contextes hétéroglottes

Vendredi 28 novembre 2014. 11h

Léo, étudiant en master FLE rencontre son directeur de recherche, Professeur Yves Cristalin, dans les couloirs sortant d’une salle de classe.

 

Léo : Monsieur Cristalin ! Bonjour, j’aurais voulu vous parler.

Yves Cristalin : Oui Léo, j’ai justement un peu de temps maintenant, allons dans mon bureau !

 

Une fois dans le bureau de M. Cristalin

Yves Cristalin : Alors dites-moi de quoi s’agit-il ?

Léo : Eh bien… je rencontre quelques difficultés avec ces notions de contexte homoglotte et hétéroglotte. Vous voyez j’ai beaucoup de mal à saisir pourquoi il est important pour nous de travailler avec ces notions en FLE.

Yves Cristalin : Bon, d’accord. Vous êtes au point au niveau des définitions ? En contexte homoglotte, la langue utilisée par la société dans laquelle vous vous trouvez est le français. Donc vous enseignez ou apprenez le français au sein d’une société qui parle le français tous les jours. En contexte hétéroglotte, vous ne vous trouvez pas dans un espace géographique où le français est utilisé par cette société en question.

Léo: Oui, en fait j’ai bien compris tout ça….ce que je ne comprends pas c’est pourquoi est-ce vraiment pertinent d’étudier le contexte lorsqu’il est hétéroglotte ? Vous le dites vous même : on sort du cours de français et il n’y a pas de français autour de nous. Donc pour moi l’affaire est réglée, le contexte ne nous aide pas ! Je ne comprends pas pourquoi les professeurs en FLE insistent toujours sur cette étude du contexte !

Yves Cristalin : Léo, il faut vous dire que ce n’est pas toujours tout noir ou tout blanc…au contraire c’est souvent « gris » ! Bon, je vais vous donnez des exemples. Vous travaillez sur les Etats-Unis pour votre mémoire, c’est bien ça ?

Léo: oui tout à fait.

Yves Cristalin : Vous allez tout de suite comprendre. Bien sûr, de manière générale, les Etats-Unis forment un contexte hétéroglotte pour nous professeurs de FLE. On est d’accord ?

Léo : Oui.

Yves Cristalin : Ce contexte est en réalité très variable si on se penche un peu dessus. Prenez l’exemple de l’état du Maine qui est limitrophe avec le Canada francophone et l’état de la Louisiane, le premier foyer de peuplement d’origines françaises et francophones. Ces deux états représentent des contextes hétéroglottes très relatifs par rapport à la Californie par exemple qui elle est limitrophe avec le Mexique et qui a connu des migrations hispanophones.

Léo : Ah oui ! C’était tellement évident que je n’ai même pas pensé à tout ça !

Yves Cristalin : Oui….Donc si vous analysez ces trois contextes en prenant une approche diachronique et synchronique vous vous doutez bien maintenant que les enjeux de la classe de FLE seront différents pour plusieurs raisons.

Léo : Oui ça paraît logique… les populations de ces contextes n’ont pas les même origines, le paysage linguistique peut varier et l’histoire est rattachée à une ou plusieurs langues…. Léo continue à réfléchir de manière un peu décousue.

Yves Cristalin : Bon ! Bien ! On y arrive ! Après, comprenez moi bien, il y a des contextes plus ou moins intéressants pour nous par rapport à la langue française. Prenez l’exemple de la Belgique ou de la Suisse. C’est fascinant d’étudier ces contextes qui ne sont pas toujours homoglottes mais à la limite de l’hétéroglossie en fonction de votre position géographique dans ces pays ! Cependant, une chose est sûre, Léo : il ne faut pas non plus que vous étudiez le contexte seulement par rapport à la langue française car si ce contexte est hétéroglotte alors oui dans ce cas vous penserez très souvent que l’analyse du contexte est inutile. Prenez l’exemple de l’Australie ou de la Chine, vous n’allez pas entendre beaucoup parler français là-bas ! Mais si vous analysez le contexte par rapport à la notion de langue, alors tout devient plus intéressant. Reprenez l’exemple de la Chine, il y a tant de dialectes que ce qui est intéressant de comprendre, c’est la relation que les gens ont avec ces langues parlées. Cette relation est très importante pour nous professeurs de FLE  car cette relation par rapport à la langue peut définir les enjeux, atouts, barrières etc. pour enseigner une nouvelle langue comme le français par exemple. Vous comprenez ? Il ne faut pas étudier le contexte que par rapport à la langue française mais il faut faire une véritable étude diachronique et synchronique de la zone géographique en question pour en déduire les enjeux de l’enseignement du français ou d’une autre langue !

Léo: Ah M. Cristalin tout est plus clair ! Merci beaucoup !

Yves Cristalin : Bon, c’est bien. La prochaine fois essayez de revenir me voir avec quelque chose un peu plus…. comment dire…poussé, argumenté etc. C’est une chose de ne pas comprendre mais il faut aussi que je vous pousse à la critique ! Donc la prochaine fois essayons d’avoir une vraie discussion sur des termes comme ceux d’aujourd’hui ou des notions ou bien sur les résultats de certaines recherches par exemple. Enfin vous me comprenez, bon week-end Léo.

 

 Léo acquiesce de la tête puis salue son professeur mais sort un peu angoissé en pensant à cette prochaine rencontre…. 

Clémence Burckel

étudiante en Master 2 DFLE Recherche, Université Sorbonne Nouvelle, Paris III et Master 2 études anglophones Recherche, Université Paris-Sorbonne

More Posts

Comprendre le néolibéralisme pour contrer la crise des humanités

C’est avec grand plaisir que je suis venue assister à cette journée d’étude, « Paroles possible – Pratiques des littératures en didactique des langues et des cultures », organisée par les membres du groupe LAPAD, mercredi 15 octobre 2014. Lors de cette journée, les intervenants et les étudiants se sont réunis pour réfléchir ensemble dans un premier temps sur les pratiques d’enseignement de la littérature en didactique du FLE, des langues et des cultures puis, dans un second temps sur la constatation de la crise des humanités et celle de l’enseignement de la littérature en général. Il s’agit là de deux observations qui commencent maintenant à dater.

Aujourd’hui, cette crise de la littérature est partout même si, comme nous l’a fait remarqué Dominique Rabaté, la littérature française ne se porte pas mal et le nouveau prix Nobel attribué à Patrick Modiano redonne espoir. Cependant, tout comme la crise des humanités, la crise de la littérature et du livre est présente tous les jours en Occident : les gens utilisent de moins en moins les livres ; les outils numériques remplacent le papier et le poids de la littérature, à notre époque, est beaucoup moins lourd que pendant toute la première moitié du XXe siècle. Encore aujourd’hui, en regardant la chaîne « Bloomberg », une publicité m’a particulièrement marquée. Cette publicité que vous pouvez visionner à l’adresse suivante https://www.youtube.com/watch?v=MRZxZsMd5jw crée par l’ONG Room to Read pour lutter contre l’illettrisme, a pour but de sensibiliser les téléspectateurs et les surfeurs en montrant qu’il n’est plus possible de vivre dans notre monde sans pouvoir lire. Le problème de cette vidéo est qu’elle minimise, bien sûr, la culture lettrée et valorise fortement la culture écrite ordinaire. Dès le début de la publicité, la littérature (représentée par le livre) est chassée du problème de l’illettrisme en lisant la phrase suivante (traduite de l’anglais) : « ne rien lire ça semble facile ? cela ne se ramène pas seulement aux livres ». A la suite de cette phrase, les mains d’une personne referment un livre ; un acte symbolique pour la valeur de la littérature aujourd’hui dans nos sociétés. On en déduit qu’apprendre à lire aujourd’hui c’est « pratique » et « indispensable » pour vivre et gagner sa vie. Cette déduction est aussi valable pour l’apprentissage des langues qui s’inscrit maintenant, malheureusement trop souvent, dans cette optique de mondialisation : apprendre les langues pour le côté pratique ; voyages, business, carrière etc. Bref, tout ce qui est utile dans notre époque néolibérale. D’ailleurs, Serge Martin fait référence à ce problème au début de son article « Poétique de la relation et didactique des ré-énonciations»(paragraphe 5).

Lors de cette journée d’étude, après une première intervention d’Emmanuel Fraisse qui a explicité la situation actuelle de la crise des humanités en France et aux Etats-Unis, une réflexion s’en est suivie afin de proposer des solutions et de repenser l’enseignement de la littérature en didactique des langues, du FLE et des cultures. Il est important d’ajouter qu’en général, les problématiques évoquées durant cette journée ne concernent pas seulement le domaine du FLE et la littérature mais bien sûr toutes les disciplines des sciences humaines. D’ailleurs, les interventions de la journée ont rendu compte de cela.

Cette crise des humanités, on en a entendu parler et on en entend parler encore et toujours puisque telle est la situation actuelle. Au vu des articles, colloques et réunions des différents enseignants-chercheurs en Occident, il semblerait « qu’on ait passé l’heure » de se demander seulement pourquoi les humanités sont en crise. Se focaliser sur les solutions à apporter semble plutôt à l’ordre du jour. Cependant, il ne faudrait pas perdre de vue la réponse à cette question quelque peu datée Pourquoi les humanités sont-elles en crise aujourd’hui ? afin de voir si ces solutions proposées par les différentes communautés de chercheurs dans le monde sont bel et bien recevables .

Alors, pourquoi les humanités sont-elles en crise à notre époque ? Il semblerait très judicieux pour nous, étudiants de master, de nous poser cette question. Y répondre de manière purement synthétique n’est pas possible. C’est en se replongeant dans l’histoire que nous pouvons comprendre pourquoi les humanités sont en crise. En effet, cette crise est apparue depuis les quinze/vingt dernières années. Il semblerait que les humanités soient en crise principalement car les diplômes reçus d’études en sciences humaines ferment plus de portes qu’elles n’en ouvrent dans le monde du travail. Mon hypothèse principale est alors la suivante : les humanités sont en crise depuis le triomphe de la pensée néolibérale en Occident ; les humanités sont en crise à cause du néolibéralisme. Se replonger dans l’histoire du néolibéralisme apporte non seulement la réponse à cette première hypothèse, mais comprendre exactement ce que l’on entend par néolibéralisme, en sciences politiques, nous donne aussi la possibilité d’appréhender les solutions proposées pour un renouvellement de l’enseignement de la littérature. Je propose de développer ce deuxième objectif.

Je souhaiterai faire référence à un texte de Wendy Brown, dont le titre en français est le suivant, « Le cauchemar américain : le néoconservatisme, le néolibéralisme et la dé-démocratisation des Etats-Unis » afin de développer l’hypothèse exprimer ci-dessus. Wendy Brown, professeure de science politique à l’université de Berkeley et dont les travaux se concentrent principalement sur les effets néfastes du néolibéralisme nous explique, dans ce texte, que la pensée néolibérale depuis la fin du XXe siècle « ne se réduit pas à une série de politiques économiques de marché » (Brown p69). Elle ajoute à cette explication :

La pensée néolibérale englobe « les sphères politiques et sociales comme étant dominées (..) par des préoccupations de marché et comme étant elles-mêmes soumises à une rationalité de marché. C’est-à-dire que l’Etat lui-même n’a pas pour tâche de faciliter l’économie, mais plutôt de se construire et de se considérer lui-même en tant que marché, de mettre en place des politiques et de promouvoir ou promulguer une culture politique où les citoyens sont envisagés comme des acteurs économiques rationnels dans toutes les sphères de l’existence. » (Brown p71).

Ainsi, on comprend bien que le néolibéralisme place l’individu au cœur du marché, au cœur de l’économie et façonne la propre pensée d’un individu. Au vu de cette explication, nous savons pourquoi les humanités sont en perte de vitesse depuis les vingt dernières années en Occident. En effet, les humanités et la littérature traitant de thème comme la vie, la mort, l’amour, la jalousie, la justice, etc. et qui permettent une véritable réflexion sur ce qu’est la vie et ce qu’est l’homme ne sont pas nécessaires à la survie d’un individu à l’époque néolibérale. Il est ici intéressant de constater que les intervenants de cette journée d’études ont tous démontré que la littérature est bel et bien intrinsèque à l’homme de par ses conséquences sur nos sociétés à travers le temps. Cependant, on voit bien que cette idée même, que la littérature est propre à l’homme, est complètement paradoxale avec la pensée néolibérale qui fait de l’individu un « acteur économique » pour reprendre les termes de Brown. Ainsi, on peut dire que la pensée néolibérale arrache la littérature à l’homme ou qu’elle arrache une partie de l’homme.

Le néolibéralisme insiste aussi beaucoup sur l’individu et les responsabilités des personnes et ainsi, prône un individualisme assez saillant. Ne soyez pas tous pessimistes chers camarades en lisant cela car je pense que c’est au travers de cet individualisme que nous pouvons trouver des solutions. D’ailleurs, il me semble que les propositions de Serge Martin et d’Aline Bergé qui recentrent sur l’expérience individuelle de la lecture ou de l’apprentissage des différentes disciplines des humanités sont des propositions tout à fait recevables pour les individus de nos sociétés néolibérales en Occident. Rappelons-le, Serge Martin a expliqué durant cette journée d’étude qu’il fallait désormais penser l’enseignement de la littérature comme un art langagier contenant plusieurs passages de voix, plusieurs passages de vies et expériences. Cependant, les pistes didactiques qu’il nous propose dans son article« Poétique de la relation et didactique des ré-énonciations» mettent en évidence ce désir de commencer toujours par l’expérience individuelle des apprenants : « raconter sa lecture; vivre sa lecture; écrire sa lecture; poursuivre sa lecture» pour ensuite trouver les autres voix et paroles possibles que le texte transmet. Quant à Aline Bergé, sa théorie de la «classe carrefour» pour enseigner l’histoire et la littérature nous prouve bien que le professeur part d’abord des expériences individuelles des apprenants pour ensuite élargir sur l’histoire du monde et/ou la littérature francophone. L’intervention de Dominique Rabaté me semble aussi convenir si l’on réfléchit toujours à la crise des humanités et de la littérature par rapport à la pensée néolibérale puisqu’il a parlé de pédagogies à doubles ou différentes vitesses. Cette pédagogie permettrait aux individus d’acquérir une connaissance dense et générale de la littérature pour pouvoir faire des liens et en discuter. Ceci semble très valorisant, pour les apprenants, dans certaines situations comme lors d’entretiens ou de prises de paroles et ce qui, selon moi, va de paire avec la rationalité néolibérale économique ; acquérir toujours plus de richesse et être connecté au monde de plus en plus vite.

Pour conclure, si la pensée néolibérale arrache à l’homme la littérature, il faut donc penser à la manière dont nous pouvons intéresser à nouveau les individus par la littérature et les humanités. Aborder les cours par les expériences personnelles des apprenants pour ensuite ouvrir à l’universel semble donc primordial. Aussi, pour l’enseignement de la littérature, élargir le contrat pédagogique classique me semble une bonne solution. Le contrat pédagogique, en cours de littérature, pourrait s’étendre à la création d’un programme commun avec les élèves pour une classe donnée. Au jour de l’époque néolibérale, et surtout aux Etats-Unis, par exemple, les étudiants à l’université choisissent eux-mêmes leurs parcours ; ils organisent leur «majeure et mineure» comme ils l’entendent. Alors pourquoi ne pas créer des programmes personnalisés dans certaines classes ? Créer un cours de littérature FLE par rapport aux désirs des apprenants serait une bonne solution pour redonner goût à la lecture et pouvoir enseigner à nouveau la littérature francophone, sa culture qui en découle et promouvoir la réflexion à la fois personnelle et universelle.

Références :

BROWN WENDY (2007). « Le cauchemar américain : le néoconservatisme, le néolibéralisme et le dé-démocratisation des Etats-Unis». Raison politiques. N°28, pp. 67-89.

COUTURIER BRICE (2013). « Les humanités en crise ? ». L’Hebdo des idées, France Culture. https://www.franceculture.fr/emission-l-hebdo-des-idees-les-humanites-en-crise-2013-11-29

Clémence Burckel

étudiante en Master 2 DFLE Recherche, Université Sorbonne Nouvelle, Paris III et Master 2 études anglophones Recherche, Université Paris-Sorbonne

More Posts

Entre politiques linguistiques éducatives et patrimoine francophone : la place du français dans l’enseignement primaire et secondaire en Nouvelle Angleterre

Aux États-Unis, la Constitution américaine ne déclare aucune langue officielle. En matière d’éducation, l’état fédéral se porte garant de tous les citoyens américains et a la responsabilité de promouvoir l’éducation selon la loi de l’Ordonnance du Nord-Ouest de 1787. Les actions de l’état fédéral concernant l’éducation restent cependant limitées. En réalité, en ce qui concerne les politiques linguistiques et éducatives, le système fédéral américain, comme tout système fédéral, confère de grandes libertés aux différents états américains. Ceci, bien sûr, engendre beaucoup de différences dans le système éducatif américain en fonction des régions et des états. D’ailleurs, les journaux et autres médias américains témoignent de ces écarts et l’éducation est un sujet qui n’a jamais cessé d’intéresser et de préoccuper les américains.

Sur la côte Est des États-Unis, et plus précisément en Nouvelle Angleterre (le second foyer de peuplement d’origines françaises et francophones après la Nouvelle Orléans), la langue française et la culture francophone ne sont pas seulement appréciées par les New Englanders mais elles font parties du patrimoine culturel et de l’histoire de cette région. Rappelons-le, les toutes premières colonies au XVIIe siècle, établies dans ce qui correspond maintenant à l’état du Main, étaient des colonies françaises. Quelques siècles plus tard, les états de la Nouvelle Angleterre connurent une forte immigration d’origine franco-canadienne de part la proximité géographique de la région avec le Canada. Ainsi, les New Englanders ont toujours entretenu une forte relation avec la culture francophone. Cependant, qu’en est-il de l’enseignement du français dans le primaire et le secondaire en Nouvelle Angleterre? Comment les politiques linguistiques éducatives de ces états influence l’enseignement du français ? Enfin, retrouvons-nous ce patrimoine francophone à travers les politiques de ces six états en comparaison avec d’autres régions aux États-Unis?

Afin de répondre à ces questions posées, il s’agira ici d’étudier les relations entre les politiques linguistiques éducatives et le patrimoine francophone de la Nouvelle Angleterre dans ce contexte relativement hétéroglotte mais non absolu contrairement à d’autres régions aux États-Unis. Il conviendra de faire référence à la constitution de ces états de la Nouvelle Angleterre. Puis, dans un premier temps, une comparaison avec le premier foyer de peuplement d’origine française, la Nouvelle Orléans, et, dans un deuxième temps une ou plusieurs comparaisons avec d’autres régions américaines qui n’ont pas de patrimoine francophone. Enfin, le but ultime de ce projet est de comprendre ce qu’il se passe sur le terrain, en Nouvelle Angleterre, au niveau de l’enseignement du français dans le primaire et le secondaire.

Bibliographie
HAUBENREICH JOHN E. (2012). « Education and the Constitution.  » Peabody Journal of Education. Volume 87, Issue 4, pp. 436-454.

MONNIER ALAIN (1987). « Franco-Américains et francophones aux Etats-Unis ». Population (French Edition). 42e Année, No. 3, pp. 527-542

POTRIQUET GHISLAIN PIERRE-YVES (2009). La politique linguistique de l’Etat de New York. Thèse. Université de la Sorbonne Nouvelle. Paris ; Ecole doctorale Etudes anglophone. Paris – ED 384; Centre de recherche sur l’Amérique du Nord – EA 3978.

VALDMAN ALBERT (2000). « Comment gérer la variation dans l’enseignement du français langue étrangère aux Etats-Unis », The French Review, Vol. 73, No. 4, pp. 648-666.

Clémence Burckel

étudiante en Master 2 DFLE Recherche, Université Sorbonne Nouvelle, Paris III et Master 2 études anglophones Recherche, Université Paris-Sorbonne

More Posts