Tous les articles par Sumaia ELGAMRI

Etudiante de Master2 Didactique du français et langues du monde.

Contes du Soudan de Viviane Amina Yagi

Viviane Amina Yagi (1939-2011) est Professeur à l’Université islamique d’Omdurman, Soudan (1989). Elle est professeur de littérature française, francophone et d’études islamiques à l’Université de Khartoum, Soudan.
Viviane s’intéressait beaucoup à l’histoire et à la culture de ce pays, en effet elle traduit en français de nombreux ouvrages.

Le Soudan, ce pays au cœur d’Afrique est connu par sa culture de l’oralité. Il s’agit d’une littérature riche de récits mythiques, légendes, contes et fables que l’Institut français de Khartoum a essayé de partager avec le monde francophone et non francophone en commencant par les plus jeunes.

De ce fait, à l’occasion de la publication en France, aux éditions du Jasmin, d’un recueil de 14 contes du Soudan, rassemblés et traduits par Viviane Amina Yagi et illustrés par Amel Bashir, l’Institut français de Khartoum organisait du 24 janvier au 7 février 2016 une exposition des œuvres originales réalisées par l’artiste soudanaise.
La publication de cet œuvre d’Amina Yagi a laissé des traces aux âmes de tous les soudanais, ils en même très fiers.
Je vous invite à jeter un œil sur ce riche œuvre : contes du Soudan, Vivian Amina Yagi.
Très bonne lecture.

SITOGRAPHIE
http://www.ambafrance-sd.org/Contes-du-Soudan-publie-pour-la-premiere-fois-en-France-aux-Editions-du-Jasmin

contes-du-soudan

Sumaia ELGAMRI

Etudiante de Master2 Didactique du français et langues du monde.

More Posts

Follow Me:
Facebook

PLAN DE MEMOIRE: LA LECTURE A HAUTE VOIX EN CLASSE DE FLE

Introduction Générale
La problématique

Première Partie : Cadre théorique
Chapitre I
L’évolution des méthodes d’enseignement-apprentissage de fle
Et Les technologies et l’enseignement des langues

1. L’évolution des méthodes d’enseignement-apprentissage de fle.
• Parcours historique des méthodes de langue
1.1 La méthodologie traditionnelle d’enseignement des langues étrangères.
1.2 La méthodologie directe.
1.3 La méthodologie audio-orale.
1.4 La méthodologie structro-globale audiovisuelle.
1.5 La méthodologie communicative.
2.Les technologies et l’enseignement des langues.
2.1.1 L’évolution de la technologie.
2.1.2 Les technologies et la compréhension auditive.
2.1.3 Les technologies et l’expression orale.
2.1.4 L’audiovisuel et enseignement des langues.
Chapitre II
La lecture à haute voix
1.La lecture à haute voix.
1.1 Définition de la lecture à haute voix.

1.2 Objectifs généraux de lecture à haute voix.
• A quoi sert la lecture à haute voix en classe de FlE ?
Chapitre III
L’exploitation des textes théâtraux en classe
1. L’exploitation des textes théâtraux en classe.
1.1 Règles de base.
1.2 Pourquoi utiliser des textes théâtraux en classe ?.
1.3 Stratégies gagnantes.
1.4 Quelques thèmes à traité.
1.5 Activités pédagogiques variées.
Deuxième Partie : Cadre Pratique
Chapitre I
Contexte de la recherche
1. Contexte de la recherché.
1.1 Le public.
1.2 L’âge et le niveau.
1.3 Objectifs / besoins / attentes.
Chapitre II
Tests
2.Tests.
2.1 Conditions des tests.
2.2 Conditions de déroulement de l’expérience.
2.3 Résultats et analyse de données.
Chapitre III
Analyse et Interprétation du Questionnaire
Introduction.
Analyses des résultats obtenus.
Conclusion générale.
Annexes.
Bibliographie.

Sumaia ELGAMRI

Etudiante de Master2 Didactique du français et langues du monde.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Bibliographie de mémoire

BIBLIOGRAPHIE
Albert, M.-C.; Souchon, M, Les textes littéraires en classe de langue.2000, Hachette, Paris .
BESSON J.J, L’oral au collège, 1999 CRDP de l’Académie de Grenoble et Delagrave.
BEEAULIEU.P, travail du corps chez les acteurs de Luk Perceval,2006, Atlantica-Séguier, Paris.
BOAL.A, Jeux pour acteurs et non-acteurs, 2004, éditions la Découverte, Paris.
BERNANOCE M, vers un théâtre contagieux : répertoire critique du théâtre contemporain pour la jeunesse,vol.2, 2012, Paris.
BARBOT, MJ, Les auto-apprentissages, 2000, Ed.CLE International.
CHISS J.-L, L’Ecrit, la lecture et l’écriture. Théories et didactiques, 2012, l’Harmattan, Paris.
BISHOP M.F.&DOQUET- LACOSTE C : pratiques. « Place et statut du récit dans les écrits intermédiaires à l’école :carnets de lecture, carnets d’expériences et d’observations », 2007.
BEAUME.E,La lecture. 1989, Éd.AFL,Paris.
CHEVALIER B, Bien lire au collège,1991,NATHAN,
CICUREL, F, Lectures interactives en langue étrangère, 1991, Hachette, Paris.
CHARMEUX.É, Apprendre à lire : Échec à l’échec, 1987. Éditions Milan/Éducation,France .
CHAUVEAU.G ,Comment l’enfant devient lecteur Pour une psychologie cognitive et culturelle de la lecture. 1997, Éditions etz/Pédagogie, Paris.
CHEVALIER, B, Stratégies de lecture, 1991, Les entretiens, Nathan, Paris.
CHOQUE.J, L’expression corporelle, 2005-2007, éditions de la traverse, Nice.

CICUREL .F, Pratiques de lecture et enseignement , 2001, dans Mondialisation et humanisme, actes du congres SEDIFRAIL XII, Rio-de-Janeiro.
CICUREL. F, La lecture Littéraire, 1991, « Propositions pour une approche interactive »
CICUREL. F, Les interactions dans l’enseignement des langues, 2011, ED.Didier
CEDIC.Ryngaert, Le jeu dramatique en milieu scolaire. Paris.

DOLZ J., SCHNEUWLY B, Pour un enseignement de l’oral, 2000, ESF Editeur.
Dallez, G, La voix de l’autre, « réflexions sur une pratique de la langue par le théâtre». 1997, In Revue Les Langues Modernes, p. 17-22.
DELBONO.P, Le corps de l’acteur ou la nécessité de trouver un autre langage,2004,LES SOLITAIRES INTEMPESTIFS, Besançon.
Etienne Decroux, mime corporel, sous la direction de Patrick Pezin,2003, L’entretemps éditions, Saint-Jean-de- Vedas.
GIASSON.J, Stratégies de lecture, 1995 , Programme d’intervention auprès des élèves à risque. Une nouvelle option éducative,L. Saint-Laurent,J. Gisson, C. Simard, J.J Dionne et collaborateurs. Montreal : Gaetan Morin .
GIASSON.J , La compréhension en lecture, 1990, Boucherville : Gaëtan Morin..
GIASSON.J , La lecture. De la théorie à la pratique,1995, Boucherville : Gaëtan Morin.
GIASSON.J , Stratégies d’intervention en lecture, 1992: « quatre modèles récents ».In La lecture et l’écriture. Enseignement et apprentissage, C. Préfontaine et M. Lebrun, Montréal : Logiques..
GIASSON, J. 2003. La lecture – de la théorie à la pratique. Québec: Gaëtan Morin.
Gestes en éclats, direction AURORE DESPRES, Les presses du réel, Franche-Comté.
GITTAT.C, Etat des lieux, la vocation n’est qu’un choix persistant, 2015, Riveneuve éditions, Paris.
GODARD A, Des stratégies de lecture a l’expérience des lecteurs », 2011, dans GODARD A., HAVARD A.-M. & ROLLINAT- LEVASSEUR E.-M(dir.), L’Expérience de lecture et ses médiations. Réflexion pur une didactique, Paris, Riveneuve.
GODARD A. & ROLLINAT-LEVASSEUR E.-M: « Le dialogue théâtral, ‘’miroir grossisant’’ des interactions verbales », 2005, Le français dans le monde- Recherches et applications, « Les interactions, contexte, resources et enjeux », CICUREL F. & BIGOT V. (COORD.), Paris, CLE International.
GODARD A., HAVARD A.-M& ROLLINAT- LEVASSEUR E.-M(dir.) L’expérience de lecture et ses médiations. Réflexions pour une didactique, 2011, Paris, Riveneuve.
HEBRARD, J, Du parler au lire, ,in Diagramme pour la lecture. 1990. Alger O.N.P.S.
L’Harmattan Pierra. G. Une esthétique théâtrale en langue étrangère, 2006,
Paris.
J.M. DEFAYS, A.R. DELBART, S. HAMMAMI, F. SAENEN, La littérature en FLE Etat de lieux et nouvelles perspectives, 2014, Hachette, Paris.
JOUVE V, La Lecture, 1993, Hachette, Paris.
JOUVE V: . (éd) 2005 L’Expérience de lecture, actes du colloque de Reims 2002, L’improviste, Paris.
LAGORGETTE D. & ROLLINAT- LEVASSEUR E.-M.(dir.), Didactique du français langue étrangère par la pratique théâtrale, Chambery, université de Savoie.
La littérature dans l’enseignement du FLE, Sous la direction D’Anne Godard, 2015 ,Didier, Paris.
LE PAILLEUR.M, GISEL.M, et DOMINIQUE.C , Apprendre à lire aujourd’hui, 2002, automne ,Québec français.
LORELLE.Y, Le corps, les rites et la scène, 2003, Les éditions de de l’Amandier, Paris.
L’école du jeu, Sous la direction de Josette Feral, 2003, L’entretemps éditions, Saint-jean-de Vedas.
Pierra.G, Le théâtre contemporain, 2001, Nathan, Paris.

PICARD.M, La Lecture comme jeu, 1986, Minuit, Paris.
PIERRA.G, Une Esthétique théâtrale en langue étrangère, 2001, L’Harmattan.
Paris.
PAVIS.P, Vers une théorie de la pratique théâtrale, voix et image de la scène, 2007, Presse universitaires du Septentrion,Villeneuv d’Ascq, France.

PAYET.A, Activités théâtrales en classe de langues, 2010, CLE International, Paris.

PIERRA. G, Le Corps, la voix, le texte, 2006 ,arts du langage en langue étrangère, L’Harmattan, Paris.
PINTAL.L, De corps, de chair et de cœur, 2016, presse de l’université du Québec, Canada.
Puren, C, Histoire des méthodologies d’enseignement des langues vivantes, 1988, Ed. Nathan-CLE international.

ROME.C, L’impulsion et le geste, 2006, Bérénice, Paris.

SCHLANGER. J, La Lectrice est mortelle 2013, Belval, Circe.
SCHMITT M.& VIALA .A, Faire –lire, 1997, Didier, Paris,
Ubersfeld, A.Le dialogue de théâtre.1996, Éditions BELIN, Paris.
Ubersfeld.A, Lire le théâtre I, 1999, Bélin , Paris.
VON MUNCHOW.P, Motiver l’élève pour la lecture : comparaison de manuels scolaires en français et en allemand langues maternelles », 2011 , dans GODARD A., HAVARD A.-M & ROLLINAT LEVASSEUR E.-M. (dir.), l’expérience de lecture et ses médiations. Réflexions pour une didactique, Paris, Riveneuve.
VIGNER.G, lire: du texte au sens, 1979, Eléments pour un apprentissage et un enseignement de la lecture, CLE International, Paris.
ZUMTHOR.P, La poésie et la voix dans la civilisation médiévale, 1983, PUF, Paris.

SITOGRAPHIE
http://jean.mayer.pagesperso-orange.fr/ma_pratique.htm#Objectif%20G
http://activitesauthentiques-fsl.weebly.com/la-technologie.html
http://www.e-kotovan.fr/medias/files/dossier-theatre-2-laurent-tanguy.pdf
http://www.tfo.org/sites/?s=10505)
http://www.francparler-oif.org/images/stories/parcours/theatre_monter.htm

http://www.leproscenium.com/(textes théâtraux)
http://fandefle.com/2014/10/10/le-theatre-en-classe-de-fle/

Sumaia ELGAMRI

Etudiante de Master2 Didactique du français et langues du monde.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Projet de mémoire La lecture à haute voix en classe du FLE Aux universités soudanaises

Introduction du sujet de mémoire
Le but de l’enseignement d’une langue étrangère est d’apprendre à parler, à écrire, mais aussi à communiquer, Ce qui va permettre aux apprenants d’être en contact avec d’autres cultures et de développer un esprit de tolérance envers l’autre.
La lecture à haute voix en classe du FLE est une activité d’expression au cours des quelles un apprenant ou plus lis un texte (littéraire/poétique/citation…etc) de façon expressive face à un auditaire. Cette activité de lecture à haute voix, contribue au développement des habilités et du goût pour la lecture, elle permet d’approfondir la compréhension des textes à lire. De plus, elle permet d’ouvrir à une dimension culturelle, sociale, émotionnelle de la langue. L’expérience de trois ans de mise en scène au festival du théâtre étudiants, organisé par l’Institut Français de Khartoum m’a donnée l’idée de choisir la lecture à haute voix comme sujet de mémoire.
Cela nous incite à poser la problématique suivante :
Quelles sont les implications et les bénéfices de l’activité de lecture, interprétation de texte théâtral ou non pour l’apprentissage de l’oral en classe du FLE ?
Cette question principale est en relation avec d’autres interrogations auxquelles nous devrions répondre :
– La lecture à haute voix favorise l’expression orale en français ?
La lecture à haute voix, peut être un moyen de motivation pour les apprenants ?
– Les enseignants du FLE accordent-ils une importance a la lecture a haute voix en classe ?
Mots-clés:
Didactique, français langue étrangère (FLE), compétence orale, fluidité, textes lecture expressive, théâtralisation, culture, voix, corporel, mémorisation, confiance compréhension, gestuelle.
Contexte de la recherche :
J’ai trouvé un terrain d’expérimentation à l’université de Khartoum, Faculté de pédagogie, département du français.
1.1 Le public :
• Qui sont les sujets ?
Ce projet adressé au niveau( A2-B2), afin de montrer que le travail de lecture à haute voix a beaucoup d’intérêt tant au niveau débutant qu’au niveau avancé et pour encourager les enseignants du FLE de ne pas hésiter à exploiter des textes littéraires, théâtraux visant la lecture expressive en classe du FLE .
J’ai décidé de réaliser ce projet avec des classes de français de la deuxième, et quatrième année universitaire. Mon choix s’est rapidement porté sur ces classes, car elles me semblent les plus convenables pour l’enquête.
Selon moi, la deuxième et la quatrième année montrent beaucoup d’intérêt pour la langue française, donc réaliser une enquête auprès de ces classes aurait une grande bénéfice pour ce mémoire. En plus, la classe des apprenants ne sont pas nombreux « 20-25 apprenants ».
Evidemment, certains apprenants ont un niveau un peu plus élevé que d’autres, mais dans le cadre de ce mémoire, nous ne pouvons pas évaluer avec exactitude le niveau linguistique de chaque apprenant.
1.2 L’âge et le niveau :
(20-25)apprenants de la deuxième/quatrieme année, la plus part d’eux ont commencé l’apprentissage du français langue étrangère à la fac , donc leur niveau est assez homogène. Cette année, ils suivent des cours qui se situent entre le niveau A2.1 et B2.1du cadre commun de référence.
Tous les sujets ont entre dix-huit et vingt-deux ans.
1.3 Pourquoi La lecture à haute voix en classe du FLE ?
La lecture à voix haute est adressée à un public (en classe de FLE) a des implications corporelles et culturelles(posture,gestuelle,regard).
– phonétiques, psychologiques (en particulier la confiance du prof et celle des apprenants).
-memorielle(memorisation
-mémorielle(mémorisatiodesempansnlus).
En plus, les bénéfices liés à la pratique de la lecture a haute voix sont nombreuses, par exemple : elles permettent de travailler certaines compétences associées à l’apprentissage d’une langue(ex : la production orale : il s’agit de la compétence la plus travaillée, non seulement au niveau de la prononciation, mais aussi concernant l’expression corporelle qui peut utiliser des codes différents de ceux présents dans la langue maternelle des apprenants.
Les objectifs visés :
– Faire acquérir aux apprenants les capacités inscrites en lecture à haute voix(préparation à la lecture expressive, lecture des textes littéraires, dire de mémoire des textes littéraires/ citation célèbre…etc)
– Rendre l’apprenant capable d’articuler, de dire et d’utiliser son corps pour dire.
– Rendre l’apprenant capable d’écouter l’autre.(écouter et se faire écouter).
– Avoir confiance en soi.
 comment mon projet d’études au sein du Master sélectionné de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 et mes études précédentes peuvent m’ aider à atteindre mes objectifs.
Ma formation de 5ans en langue française à l’Université de Khartoum au Soudan, en plus la formation de Master1 m’ont apporté beaucoup de connaissances théoriques, méthodologiques et pratique dans le domaine de l’enseignement du FLE. Je souhaite donc, poursuivre mes études de Master2 pour pouvoir accéder à un plus haut niveau d’études. Mon désir essentiel est d’approfondir mes connaissances théoriques et pratiques déjà acquises, maitriser les nouvelles techniques et d’apprendre d’autres nouveautés dans le domaine de Didactique du FLE. Je suis très motivée en ce qui concerne le domaine de la Didactique des langues étrangères, particulièrement, la Didactique du Français Langue Etrangère et Seconde. En plus, je m’intéresse aux questions de la didactique du FLE , didactique de l’audiovisuel, didactique de l’oral. De plus, je souhaite enrichir mes connaissances afin d’obtenir une qualité d’enseignement différente pour être plus performante dans le domaine de la Didactique du FLE. En effet, la richesse des formations proposées ainsi que les programmes offerts par l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris3 me permettront d’approfondir mes connaissances dans ce domaine de didactique du FLE, en me donnant des basent solides et structurées indispensables à la réussite en Master2 .

Sumaia ELGAMRI

Etudiante de Master2 Didactique du français et langues du monde.

More Posts

Follow Me:
Facebook

ATELIER RADIO RADIO CAMPUS PARIS Festival des idées

J’ai eu l’occasion d’assister à un atelier radio qui a eu lieu a la radio campus paris pendant le festival des idées. Ce dernier est un rendez-vous lancé par l’Université Sorbonne Paris Cité à tous les curieux, pour échanger, débattre autour de la science. L’objectif c’était de faire rencontrer la société civile et les chercheurs.
L’Université Sorbonne Paris Cité et ses partenaires nous ont proposé pleines d’activités au premier Festival des idées Paris. En effet, ce festival des idées Paris proposait : débats, conférences, rencontres, spectacles, jeune création, ateliers, visites, expositions, performances, installations, concerts dans tout Paris, du 15 au 19 novembre toute la journée.
Le festival a eu lieu en partenariat avec Radio Campus Paris, qui a proposé deux ateliers radio les 17 et 19 novembre, c’était un programme bien rempli.
C’était pour moi la deuxième expérience de radio que j’ai fait ; la première j’en ai fait au Soudan lors que j’étais étudiante en troisième année universitaire. Pendant l’atelier de radio campus paris, nous avons testé nos talents d’animateur, de chroniqueur, de journaliste et de réalisateur. En fait, nous avons été invités à un jeu de rôle radiophonique destiné à tous les publics et offrant la possibilité de concevoir une émission de radio de manière ludique et participative, en favorisant la prise de parole et la capacité d’écoute.
À l’issue de l’atelier, nous avons eu la chance d’assister à l’enregistrement de La Matinale de 19h de Radio Campus Paris ! Une immersion complète dans le monde de la radio. C’était pour moi une expérience de Radio inoubliable ; j’en suis fière.

Sumaia ELGAMRI

Etudiante de Master2 Didactique du français et langues du monde.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Expériences d’écoute

Suite à une journée d’étude intitulée : « Expériences d’écoute » qui a eu lieu le 16 novembre 2016 à la maison de la recherche ((salle Claude Simon). Cette journée d’étude a été organisée par : Nathalie Borgé, Carla Campos Cascales, Charlotte Guennoc et Serge Martin ; comité scientifique: Emmanuel Fraisse, Olivier Lumbroso, Serge Martin, Muriel Molinié,Valérie Spaëth.
Honnêtement, j’étais fascinée par la partie du théâtre partagé que nous avons fait pendant le colloque avec la compagnie «Nous n’irons pas plus loin » (une des onze compagnies parrainées dans le dispositif Acte & Fac 2016-2017 en Sorbonne nouvelle) autour de La nuit juste avant les forêts de Bernard-MarieKoltès: re-création avec Simon Copin (acteur), Simon-Elie Gallibert et Charlotte Guennoc (metteurs en scène).
Cette expérience d’écoute m’a fait pensé à mon expérience personnelle en tant qu’enseignante du FLE, en fait j’étais une mise en scène pendant trois ans à l’Institut Français de Khartoum au Soudan (pendant le festival du théâtre étudiants) organisé par l’IFK, ce festival est adressé à toutes les universités soudanaises-départements du français. À la faculté de pédagogie, au département du français où je travaille, c’était le seul département qui n’a jamais participé au festival du théâtre, alors c’était un vrai défi pour moi de travailler avec des apprenants (niveau de A1 à B1) jamais exposés au théâtre. Pour les préparer au festival [trois mois de préparation avant le festival] et à partir d’un texte théâtral contemporain, nous faisons des séances de lecture expressive en insistant sur le poids des mots, l’importance des silences et des pauses. Cette lecture du texte avait des implications :
-corporelles et culturelles (posture, gestuelle, regard…etc)
– Phonétique, psychologique (concernant la confiance des apprenants)
– mémorielle (mémorisation des empans lus).
Cette pratique de lecture expressive avait beaucoup de bénéfices pour mes apprenants ; en effet elle les a permis de travailler certaines compétences associées à l’apprentissage d’une langue (ex : la production orale : il s’agit de la compétence la plus travaillée) non seulement au niveau de la prononciation, mais aussi concernant l’expression corporelle qui peut utiliser des codes différents de ceux présents dans la langue maternelle des apprenants et qui les a aidé à développer leur confiance en eux-mêmes.
Les objectifs visés de la lecture expressive c’était de faire acquérir aux apprenants certaines compétences, par exemple : les rendre capables d’articuler, de dire et d’utiliser leur corps pour dire, les rendre capables d’écouter l’autre. (écouter et se faire écouter) et sur tout développer leur confiance en eux.
Puisque c’était leur première expérience du théâtre, j’ai eu l’idée de leur projeter comme activité déclencheur, un film silencieux sans voix, où les personnages communiquent par des regardes, le film intitulé gratte papier de guillaume Martinez, il s’agit d’un court-métrage de huit minutes, dans ce filme les regardent parlent et s’expriment.
Dans ce court- métrage, Guillaume Martinez nous fait sentir la gêne et la maladresse avec lesquelles nos corps se frôlent, se frottent, s’évitent ou s’esquivent dans les transports en commun et précisément dans le métro où un jeune homme laborieusement installé, sort un livre et devient le centre des regards des passagers assis à ses côtés. Après, les personnes ont changé leurs regards, ils se concentraient autour d’une jeune femme qui vient de s’asseoir. La position du jeune garçon l’empêche de la regarder. C’est alors qu’il invente une possibilité d’échange avec cette personne : il forme des phrases en soulignant au crayon des mots du livre. La jeune femme se prend au jeu de l’échange insolite, jusqu’au moment fatidique où il lui faut partir. L’originalité de cet échange la conduit finalement à laisser à l’inconnu son numéro de téléphone. Le sourire vient éclairer le visage du jeune homme. Dans gratte-papier le jeune homme et la jeune femme ne se regardent pas directement. Assis côte à côte, ils dialoguent avec les mots soulignés sur les pages d’un livre. Le jeune homme tente d’apercevoir le visage de sa voisine, mais une mèche de cheveux le contrarie. Son désir se manifeste dans les yeux d’un tiers. Le pouvoir des regards révèlent lors du dialogue silencieux qui s’installe entre les deux personnages. Ce pouvoir s’effectue par la main qui souligne et le regard baissé de la personne qui lit le message. Par ailleurs, L’expression de la main (par exemple celle du jeune homme lorsque la jeune femme souligne les mots « je » et « par ») et la manière de souligner nous renseignent sur l’émotion des personnages.
Après la projection de ce court-métrage, les apprenants décryptent et interprètent les échanges de communication non-verbale entre les personnages du film, je leur ai demandé de produire en binôme une scène silencieuse où le corps et les regardent parlent et produisent des émotions pareil que dans le film avant de passer à l’oral. En fait, ils étaient très motivés à faire cette activité théâtrale, ils se sentaient même très à l’aise puisqu’ils allaient communiquer de manière non verbale. J’ai pris l’habitude de filmer les travaux des apprenants visant les évaluer, donc je leur ai projeté ce qu’ils ont fait, et quelle surprise ! ils étaient tellement impressionnés de leurs gestes et de leurs expressions du visage, ils étaient même fiers d’eux. Cette activité théâtrale les a beaucoup encouragé et même a fait développé chez eux un sens de communication entre eux et une passion pour le théâtre.

Sumaia ELGAMRI

Etudiante de Master2 Didactique du français et langues du monde.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Tête à tête : parole du cœur

(dialogue entre une étudiante de Master et un prof de FLE

Besançon, le Dimanche 30 octobre 2016, à 20 heures du soir et dans un restaurant Pizzeria. Une étudiante invitée par son prof. Ils discutent autour du sujet de mémoire.

E :­­­­­­­­­­­ – Bonsoir Monsieur ! Comment allez-vous ?

P : – Bonsoir la parisienne ! je vais bien merci. Ravi de te revoir.

E : – Moi aussi. Je vous remercie de m’avoir invité à ce restaurant Italien.

P : Je t’en prie. C’est vrai qu’ici à Besançon, on a pas grand chose…C’est pas comme Paris. Par contre, Tu peux me tutoyer.

E : – Merci. J’y arrive jamais . Vous êtes mon professeur et….j’ai pris l’habitude de vous vouvoyer.

P : – ça me dérange pas si tu me tutoies, ça me fait plutôt plaisir. Tu ne tutoies jamais tes profs au Soudan ?

E : – Ah non…Jamais. C’est une question de respect et d’habitude.

P : – Alors dis-moi ! Tu t’amuses bien à Paris ?

E : – Oui, bien sûr, j’aime bien l’ambiance là-bas. Ça bouge beaucoup. Je n’ai pas le temps de m’ennuyer.

P : – Et les parisiens, j’espère qu’ils sont pas antipathiques !

E : – Non, pas du tout. C’est toujours le stéréotype. C’est pas toujours vrai est-ce qu’on pense aux autres. Moi…au contraire, je les trouve très sympa et agréables, les parisiens.

P : – Tant mieux alors.

E : – Sauf que…(Hésitation)

P : – Continue ! Tu veux dire quoi ?

E : – Ah non, j’ai pas le droit. En plus, je me sens embarrassée.

P : –  T’en fais pas ! je n’ai pas de tabous… Vas-y! Sauf que…..

E : – Sauf qu’ils draguent des fois dans la rue. Je vous jure que les premières semaines de mes séjours à Paris, j’étais choquée…. j’étais très mal à l’aise. Et puis…je savais pas que LES PARISIENS draguent comme ça dans la rue.

P : – Désolé! C’est partout dans le monde, s’il ya bien un domaine universel, c’est la drague.

E : A part ça, j’aime beaucoup l’ambiance à la résidence et à l’université, en plus les conseillers de notre résidence organisent souvent des soirées d’intégration, le but c’est de faire des connaissances, d’échanger avec les autres. Je m’amuse bien.

P : – Très bien. Je suis content pour toi.

Entrons dans le vif du sujet ! les études ? J’espère que tu t’en sors bien avec tes dossiers .

E : – Oui, je m’en sors bien. Sauf que…j’hésite beaucoup vis-à-vis de mon sujet de mémoire.

P : – Raconte-moi ! Pour quoi cette hésitation ? D’abord, dis-moi ! C’est quoi ton titre de mémoire ?

E : – Mon sujet de mémoire est intitulé : La lecture à haute voix en classe de FLE.

P : – Ton sujet a l’air très pointu. C’est très intéressant comme sujet.

Dis-moi ! De quelle lecture parles-tu ?Tu sais bien que ça fait partie de ma spécialité, je peux bien t’aider.

E : – Merci c’est gentil ! C’est pour cela que j’ai eu l’idée de vous contacter pour vous parler de mon sujet.

En fait, je veux bien parler de la lecture à haute voix en tant qu’une des activités d’expression au cours des quelles un apprenant ou plus lis un texte qu’il soit Littéraire, poétique ou des citations célèbres…etc de façon expressive face à un auditeur. Je trouve que cette activité de lecture à haute voix, contribue au développement des habilités et du goût pour la lecture, elle permet d’approfondir la compréhension des textes à lire.

P : – Tout à fait. De plus, elle permet d’ouvrir à une dimension culturelle, sociale et émotionnelle de la langue.

E : – J’aimerais me concentrer sur la lecture des textes théâtraux.

P : – T’as toujours cette passion pour le théâtre ?

E : – Ah oui, bien sûr. En fait, les ateliers  de lecture des histoires et ceux de lecture et écoute simultané aux quels j’ai assisté avec vous en 2013, plus les cours d’activités théâtrales en classe de langue de M.Payet Adrien m’ont beaucoup inspiré.

P : – Très bien. Est-ce que t’as fait des expériences de théâtre au Soudan ?

E : – Oui, j’ai eu une expérience de trois ans de mise en scène au festival du théâtre étudiants, organisé par L’Institut Français de Khartoum.

P : – Tu dois en être fière.

E : – J’en suis très fière.

P : – Tu sais… la lecture à haute voix à des implications corporelles, culturelles, mémorielles, phonétiques, psychologiques en particulier la confiance des du prof et celle des apprenants.

E : – Vous avez raison. En plus les bénéfices liés à la pratique de la lecture à haute voix sont nombreuses, par exemple : elle permettent de travailler certaines compétences associées à l’apprentissage d’une langue, par exemple : la production orale.

P : – Il s’agit de la compétence la plus travaillée.

E : – Oui, mais non seulement au niveau de la prononciation, mais aussi comme vous me l’avez dit au niveau corporel qui peut utiliser des codes différents de ceux présents dans la langue maternelle des apprenants.

P : – Tu sais…des fois je pratique cette activité de lecture expressive  à haute voix avec ma femme.

E : – Ah c’est vrai ? C’est intéressant.

P : – C’est très amusant. Ma femme est aussi prof de littérature. Elle est obsédée par la lecture à haute voix.

E : – Vous m’inspirez beaucoup tous les deux. Je souhaite bien la rencontrer, votre femme.

P : – Avec plaisir, je t’inviterai un jour pour venir diner chez nous. Peut- être on lirais ensemble un texte théâtral pour te faire plaisir.

E : – Merci beaucoup. C’est vraiment très gentil !Je suis très contente.

P : – Tu es la bienvenue.

Alors, dis-moi ! T’as déjà réfléchi à un terrain d’expérimentation ?

E : – Oui, j’en ai trouvé un. À l’université de Khartoum, à la fac de pédagogie, département de français.

P : – Quel est le public ?

E : – En fait, mon projet est adressé au niveau(A2-B2) afin de montrer que le travail de lecture à haute voix a beaucoup d’intérêt tant au niveau débutant qu’au niveau avancé et pour encourager les enseignants de FLE de ne pas hésiter à exploiter des textes littéraires, théâtraux visant la lecture expressive en classe du FLE.

P : – Et à la fac de pédagogie à l’université de Khartoum, le niveau (A2) et (B2) correspond à quelle classe ?

E : – En fait, le A2 correspond à la classe de la deuxième année universitaire, tandis que le B2, correspond à la quatrième année.

P : – Pour quoi t’as choisi ces classes, précisément?

E : – Parce que j’ai déjà travaillé avec ces deux classes. Je leur ai enseigné la compréhension et expression écrites et orales pendant trois ans.

P :- Ils ont quel âge ces étudiants ?

E : – Ils ont entre dix-huit et vingt-deux ans.

P : – Est-ce qu’ils ont le même niveau ?

E : – En fait, leur niveau est assez homogène. Certains apprenants ont un niveau un peux plus élevé que d’autres.

P : – Oui, c’est normal. Dis- moi, chez vous au Soudan, quel est le statut du français ?

E : – En réalité, le français n’est pas indispensable pour les apprenants soudanais, puisqu’il n’est pas une langue nationale au Soudan. Malgré cela, le français a un certain poids dans l’union européenne et les apprenants en sont conscients.

P : – Evidement. Dis-moi ! Comment ça se passe chez vous à la fac de pédagogie, au département de français ? Quels sont les objectifs de l’apprentissage du français chez vos apprenants ?

E : – Les apprenants à la fac de pédagogie ont des besoins spécifiques, ils apprennent le français pour pouvoir l’enseigner aux écoles secondaires, donc ce sont des futurs enseignants.

P : – Ils ont des attentes quand même ?

E : – Oui,….différentes attentes. En fait, Certains ont choisi le français, car ils ont besoin de parler la langue pour la réalisation de leurs projets professionnels, d’autres  à l’opposé l’ont choisi pour des raisons personnelles : un intérêt pour la langue et la culture française.

P : – Ils ont bien sûr l’envie de pouvoir communiquer avec les membres francophones.

E : – Exactement. Mais,….vous serez étonné ?

P : – Pour quoi ?

E : – Parce qu’ils ont pas tous doués pour les langues, certains d’entre eux se trouvent même obligés de choisir le français, car ils n’avaient pas d’autre choix.

P : – J’espère qu’il ne sont pas nombreux ces étudiants sans objectifs précis ?

E : – J’aimerais vous dire le contraire, mais on peut pas échapper la réalité.

P : – Je suis très intéressé par ton sujet. Je te souhaite la réussite dans ton mémoire.

Tu sais bien que je suis toujours là pour te conseiller. Je peux très bien t’aider concernant la partie pratique.

E : – Merci. C’est très gentil !

P : – N’hésite pas à me contacter si tu as des questions !

E : – Ok. Et Merci encore pour l’invitation.

P : – Je t’en prie.

 

 

Sumaia ELGAMRI

Etudiante de Master2 Didactique du français et langues du monde.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Les trois passerelles pour traverser les frontières de mémoire

 

Quand j’étais étudiante à l’université et lors d’un cours de production écrite, une de mes professeurs de français nous rappellait souvent l’importance d’un plan de travail avant l’étape de rédaction d’un sujet, elle nous disait que : « un travail sans plan c’est comme si on monte dans un avion sans savoir où on va », elle insistait à l’idée de la nécessité d’un plan en soulignant que ce dernier : « est comme un fantôme qui nous suit partout » non seulement dans la processus de rédaction, mais aussi dans toute la vie.

Depuis ce jour-là, je suis consciente de la nécessité de plannifier n’importe quel travail et même de la division de ce dernier en quelques parties qui facilite à son tour la processus de rédaction.

Dans l’œuvre de BRUNO Latour « changer de société, refaire de la sociologie », l’écrivain nous propose quatre carnets afin qu’ils nous aident à la rédaction de mémoire.

Selon Latour, le premier carnet nomé « carnet de bord » sert à documenter les événements que nous rencontrons au cours des terrains :[les rendez-vous, les avis des autres face à l’enquête, l’expérience du terrain, les difficultés rencontrées,…etc.

Le seconde carnet doit contenir la collecte des informations qui sont classées par ordre chronologique en les classifiant par catégories diverses.

Le troisième carnet de Latour vise l’écriture des mots, des phrases et des idées qui semblent pertinentes et nécessaire pour l’écriture de sa thèse.

Le quatrième et le dernier carnet proposé par Latour, a pour objectif de relier les effets produits par le compte rendu sur des acteurs performatifs.

Après la lecture de l’organisation des carnets fait par Latour, je me suis reposée sur mes propres réflexions sur la manière dont je vais plannifier mes propres carnets.

J’ai donc décidé de travailler sur trois champs(carnets) :

-le premier carnet est « horloge-agenda » qui sert à me rappeler les rendez-vous avec ma directrice de mémoire, les dates prévues pour rédiger des chapitres sur mon mémoire, les jours que j’ai choisi pour aller à la bibliothèque afin de consulter des livres, les jours de consultations des mémoires rédigés par des chercheurs…etc

-Le deuxième est intitulé « agrafeuse » qui est pour objectif de collecter des informations(un travail de documentation), des articles lus, des œuvres, des interviews, des contacts avec des profs des langues, des colloques aux quels j’ai assisté…etc

-Le dernier carnet porte le nom de « petits pas », cette partie vise la pratique ; la rédaction des phrases, des paragraphes qui me semblent pertinents pour mon mémoire. Je peux raconter des expériences concrètes et vivantes, des problèmes rencontrés, noter tous les commentaires de ma directrice de mémoire, développer toutes les idées qui tombent du ciel, écrire des réflexions personnelles vis-à-vis de mon sujet de mémoire, des expériences vécues.

J’ai pris l’habitude de noter tout sur des carnets papier que je trouve très pratique (des fois j’ai l’inspiration quand je suis dans des endroits différents, par exemple : dans la rue, dans un bus, un métro, un super marché ou même quand je discute avec mes amis, alors le fait d’avoir ces petits carnets papier avec moi m’évite de ne pas perdre les idées qui me viennent à la tête même si elles ne sont pas développées.

Parailleurs, l’intérêt des carnets est que lors de la processus d’écriture, on se sent à l’aise comme si on écrivait dans son journal intime, le seul endroit où il n’ya ni d’interdit ni de loi où tout est permis, où on ne craint pas l’erreur, on a plutôt le droit à l’erreur afin de s’améliorer et d’avancer.

Prenons le cas d’un enfant qui apprend à marcher et à chaque foi qu’il essaie de se lever il tombe , mais qu’il n’abandonne jamais. Comme le dit David LAROCHE, un coach, conférencier et jeune prodige de la confiance en soi « …les gens attendent une grande réussite pour célébrer….un enfant fait au moyen deux milles essais pour apprendre à marcher… » et c’est  le  vrai sens de réussite pour lui.(les tentatives de marche).

Enfin, grâce à mes trois carnets, je vais passer à l’action de la rédaction de mémoire sans attendre d’être parfaite.

 

Bibliographie :

Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, « Armillaire », 2006, p. 194-197

 

 

Sumaia ELGAMRI

Etudiante de Master2 Didactique du français et langues du monde.

More Posts

Follow Me:
Facebook

L’utilisation du court-métrage en classe du FLE Aux universités soudanaises Méthode audiovisuelle de “COURT-METRAGE”

 

Mon projet de mémoire  est d’intégrer des TICES dans l’enseignement du FLE, mon intérêt essentiel est d’apporter des nouvelles connaissances scientifiques et les appliquer dans un avenir proche au profit de mon pays.

En plus, j’ambitionne à contribuer au développement et à l’ouverture de mon pays sur le monde entier.

L’un de  mes souhaits, la poursuite de mes études jusqu’à l’obtention de doctorat.Actuellement, je suis enseignante de français à l’Université de Khartoum-Faculté de Pédagogie.Cette expérience m’a donnée envie d’aller plus loin dans l’acquisition de connaissance dans le domaine  de l’enseignement et particulièrement dans la spécialité Didactique du Français et des Langues du Monde.

Par ailleurs, mon choix est motivé par la réputation que possède l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris3 par la qualité de ses formations.J’ai toujours rêvé de poursuivre mes études supérieurs au sein de cet établissement honorable.

En outre, les conseils de mes professeurs qui ont suivi des formations en France, m’ont beaucoup encouragé  et m’ont donné l’envie de mener une expérience d’études  à l’étranger.

De même, la maitrise de la langue française, l’envie de découvrir un autre pays; une autre culture, sont des raisons qui m’ont poussé à choisir la France pour poursuivre mes études.

 

 

INTRODUCTION DE COURT-METRAGE :

La projection de film de court-métrage en classe de français contribue parfaitement à la diffusion des savoirs, en plus elle présente précisément la synthèse de nombreux apprentissages fait en classe de façon segmentée et aident à développer de nombreuses habilités et à satisfaire les différentes intelligences de nos apprenants.

Mots-clés:

Tices- court-metrage- audiovisuel- innovation-didactique-

français langue étrangère (FLE), compétence orale– film – vidéo- éducation technologie- multimédia

 

Pourquoi utiliser de films de court-métrage en classe ?

  • Avec un plan de leçon et des objectifs claires, les films permettent de rencontrer de nombreux résultats d’apprentissage spécifique.
  • Les décalages culturels permettent de découvrir autre chose, de discuter, d’expliquer, de faire des liens, de voyager.
  • De nombreux court métrages touchent des thèmes étudiés en classe et sont facilement exploitables dans des leçons : les guerres, les défis sociaux, les relations avec les parents, les traditions, les loisirs, l’amitié, la mode…
  • Montrer un film de court-métrage en classe est la façon la plus efficace d’entendre parler le français comme il le serait dans une situation authentique et d’entendre des expressions utilisées en contexte..

Le public visé :

Le public visé par cette étude est des étudiants de facultés variées (pour les classes de première année universitaire ou A1)  :

Faculté des langues.

Faculté des Lettres.

Faculté de Pédagogie

Ce projet adressé aux classes de première année universitaire  qui correspond au niveauA1/A2, afin de montrer que le travail sur des documents audiovisuels a beaucoup d’intérêt tant au niveau débutant qu’au niveau avancé et pour encourager les enseignants du FLE de ne pas hésiter à exploiter un document audiovisuel du court-métrage pour le niveau débutant, car cela nous permettra de voir des résultats dans l’avenir et nous permettra aussi de faire une évaluation sur le progrès des apprenants.

La démarche pédagogique nouvelle que je souhaite mettre en œuvre :

Mon projet vise à améliorer le statut du français au sein de notre université  en intégrant des innovations afin d’assurer le développement de la langue française dans mon pays, car le français est considéré comme une langue internationale et qui est la plus connue dans mon pays après la langue anglaise.

Je souhaite faire bénéficier mon pays de mes études en adoptant les dernières technologies, la qualité de l’enseignement ainsi que la valorisation de la recherche dans mon pays.

J’aimerais sensibiliser les enseignants du FLE à l’utilisation du court-métrage en classe, afin de favoriser l’expression orale en classe du FLE, car les séquences audiovisuelles du court-métrage peuvent aider les apprenants à comprendre une séquence en langue étrangère qui permettra à son tour de favoriser l’expression orale de l’apprenant, car un apprenant peut très bien s’exprimer a condition qu’il comprenne très bien la situation.

Le court a donc un impact non négligeable, il facilite la compréhension d’une séquence filmique en langue étrangère.

Les attentes à l’égard de la formation :

A travers ce Master en France, j’aurai la chance pour répondre aux exigences de mon établissement en raison de développer l’enseignement du français qui contribue à la diffusion de cette langue de façon efficace.

Comment réinvestir les aquis de la formation ?

  • Elaborer des formations/animer des ateliers réguliers des enseignants, afin de savoir les potentialités offertes par le court-métrage et aussi la manière dont il doit être exploité au sein de la classe qui assurent un bon déroulement du cours et par là, un bon apprentissage du français langue étrangère.

 

Biblogrphie/sitographie/article/Dictionnaire

 

Bibliographie :

Livres :

1] BARBOT,  MJ: 2000,  >>Les auto-apprentissages << ,Ed.CLE International

2] DESMARAIS, L: 1998, >> technologies et l’enseignement des langues<<   Ed.les Editions Logiques

3] Puren, C: 1988, >> Histoire des méthodologies d’enseignement des langues vivantes<<   Ed. Nathan-CLE international

4] THIERRY.L :,  1998, >> Le multimédia << ,Ed.C LE International, Paris,

 

Articles :

1] Boulet, G : octobre 2012 >>Audiovisuel et éducation technologie et technopedagogie<<

2] Ducrot, JM  : le mardi 19 avril 2005 >> L’utilisation de la vidéo en classe de FLE<<

3] Ile du pricne Edouard : 2008, >> L’exploitation des films en classe<< canada -éducation et développement de la petite enfance

4] Samater, S :  Publié le 19 avril 2012 >> La technologie d’aujourd’hui et d’hier <<

Documents électroniques :

1] wikipedia.org/wiki/Court_métrage[D.]

2] http://forum-marcynema.fr-bb.com/t28-c-est-quoi-un-court-metrage-selon-wikipedia [S].

3] http://activitesauthentiques-fsl.weebly.com/la-technologie.html

 

Dictionnaires :

1] http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/court-m%C3%A9trage_courts-m%C3%A9trages/19980 [D]

 

 

Sumaia ELGAMRI

Etudiante de Master2 Didactique du français et langues du monde.

More Posts

Follow Me:
Facebook