Tous les articles par FANG Jeanne-Xi

Compte rendu du 09 février Rhinocéros amoureux « Miracle du théâtre contemporain chinois »

Quelques jours après le Nouvel An Chinois, j’ai eu l’occasion d’admirer une pièce avant-gardiste du théâtre contemporain chinois – Rhinocéros amoureux. Etant considéré comme « miracle du théâtre contemporain chinois », cette pièce a produit un succès considérable dans la société chinoise où le fait d’exprimer ses sentiments amoureux reste chose peu commune.

Malu, personnage principal, est éleveur d’un rhinocéros nommé Tula. Il est tombé follement amoureux d’une jeune fille Mingming dès le premier regard, mais celle-ci aime maladivement un autre homme. Pour gagner le coeur de Mingming, Malu a fait tout ce qu’il a pu: être à son côté lorsque Mingming souffre et pleure; exprimer ses sentiments amoureux dérèglement…  Aux yeux de ses amis, Malu est atteint de la paranoïa éperdument: il a amplifié irrationnellement la différence entre Mingming aux autre femmes: elle est pure, belle, juste parfaite; il se compare avec Tula, comme un étranger aux yeux  des autres, car dans la société actuelle, chacun ou chacune essaye de trouver un équilibre entre l’amour et le matériel, ce qui est nécessaire afin d’éviter un sentiment souffrant et devenir ridicule dans les yeux des gens normaux, tout le monde sait prendre une décision ludique et pas Malu.  A la fin, Malu a kidnappé Mingming au nom de l’amour et tué son ami Latu, il dit à Mingmig: le coeur de Latu est la dernière chose que je peux te donner, son coeur contient tous mes sentiments…

Dans cette pièce, la notion de la « voix » est très présente. Les acteurs manipulent leur voix pour exploiter tout type d’expressions/sentiments. De même, le spectateur est emporté par la voix, nous sommes ont été transporté dans un monde où « nous entendons » la voix de chacun et chacune et « nous nous entendons » aussi. La reproduction même est un ensemble de « voix », la musique, la mise en scène, le costume etc., tout est vivant.

Le dramaturge a laissé une fin sans réponse: Malu a-t-il tord de kinapper voire aimer Mingming? Personnellement, je pense qu’il ne s’agit pas d’une question, mais plutôt d’une réflexion et d’un choix. Chacun ou chacune a plusieurs voix à l’intérieur de soi, qui sont parfois contradictoires. C’est alors nous d’en faire la part des choses bien sûre si nous en sommes capables…

Ecoute…

La journée d’étude du 16 novembre 2016 dirigée par M. Martin est pour moi une belle occasion de réfléchir sur la question d’ « écoute », non seulement dans le cadre du mémoire mais aussi de façon générale dans la vie de tous les jours.

En effet, l’écoute est chose connue voire banale dans la vie de chacun: on vit en écoutant. On s’écoute, on écoute des autres et on produit notre écoute… ceci est une sorte de récurrence, la production de l’écoute a pour but de s’écouter et d’être écouté par les autres… Cette opération peut se produire de façon consciente et inconsciente

Egalement, cette récurrence s’apparait dans la rédaction du mémoire. Le sujet du mémoire se résulte souvent l’intérêt personnel ou professionnel de chaque participant, donc il s’agit de s’écouter, s’interroger et se répondre. Dans le cas contraire, le participant se trouve dans une nécessité de « chercher une écoute »: le fait de s’écouter ne suffit pas et écouter les autres sont donc une solution parfaite. Après être exposé à l’écoute, le participant trouvera enfin sa propre écoute, d’où la production une écoute. Ce processus semble ne pas avoir de fin, qui se réalise et se ré-réalise en permanence.

Je me pose la question suivante: le mémoire est-ce une production finale de l’écoute résultant tout type de réflexion ou de recherche sur une question posée? La réponse est à la fois oui et non. Oui, parce que dans ce mémoire, le participant a exposé son écoute permettant aux lecteurs d’écouter, il a la volonté de une sorte de voix pour satisfaire les différentes écoutes. Cependant, ce mémoire n’est qu’une simple voix parmi les autres (latentes, opposées…), le mémoire ne représente une écoute dans un cadre donné.

Finalement, je pense que tous travaux universitaires ne cherchent pas à répondre à toutes les écoutes mais à mener des réflexions sur les divers écoutes et à s’interroger sans cesse sur la question d’écoute.

Mémoire…

L’Etudiant: – Bonjour, j’espère que vous allez passé de bonnes vacances.

Le Professeur: – Oui, très bien et vous?

E:- Très bien aussi, j’ai pu suivre une formation intensive du chinois langue étrangère à l’Université des langues et des cultures de Pékin, c’était très enrichissante.

P: – Voulez-vous aussi devenir l’enseignant du chinois langue étrangère?

E: – Oui, c’est ce que j’essaie de faire.

P: – C’est tout à fait envisageable. Je suppose que vous êtes venue me voir aujourd’hui pour discuter votre projet de mémoire?

E: – Oui, je voudrais travailler sur la phonétique. J’ai adoré votre cours de l’an dernier, vous m’avez donné une nouvelle vision de voir le monde de la phonétique. De plus, je trouve que la phonétique est une discipline peu valorisée, alors qu’elle est primordiale dans l’apprentissage de la langue.

P: – D’accord, vous avez une idée précise? sui quoi vous voulez travailler?

E: – Je pense que la phonétique est une matière qui s’apprends, elle n’est pas si difficile comme on pensait. Je voudrais apporter des solutions ou des outils qui peuvent aider les apprenants dans leur apprentissage, peut-être résoudre des problèmes lié à la phonétique.

P: – Attention, comme je disais toujours, un travail universitaire n’a pas pour but de résoudre des problèmes, mais on est là pour réfléchir ensemble.

E: – Oui, vous avez raison.

P: – Vous voulez travailler sur la phonétique ou la didactique?

E:- Plutôt la didactique de la phonétique, je m’intéresse plutôt à la façon dont on apprends la phonétique, la prononciation, quelles sont les méthodes possibles

P: – D’accord, et vous vous intéressez à quelle langue?

E: – Justement, j’hésite entre le français et le chinois…

P: – Je vous conseille de travailler sur les deux langues, parce que votre profil vous permet de faire les deux, vous pouvez mener une analyse contrastive, c’est à dire, vous mettez en comparaison les deux méthodes d’enseignement/apprentissage de la phonétique, les différentes typologies d’activités/exercices, les mises en oeuvres, l’organisation du travail dans la culture d’enseignement en Chine et dans la culture d’enseignement en France.

E:- D’accord, vous venez de me donner des idées de réflexions géniales, je pense que je vais donc me lancer dans cette direction.

P:- Aussi, je vous conseille de contacter un deuxième lecteur ayant de la compétence linguistique, car malheureusement je ne parle pas le chinois.

E:- D’accord, je vais contacter un des mes anciens professeurs à Paris 7 Diderot.

P:- Oui, je pense que cela vous aidera. Aussi, je vais vous demander de rendre de façon régulière des travaux, des synthèses, pas besoin de rédiger comme il faut, mais juste des idées claires. Cela est important dans la réalisation de votre projet.

E:- D’accord, c’est noté.

Suite à la discussion, l’étudiante a contacté un spécialiste de la phonétique du chinois à Paris 7 Diderot, le professeur est aussi intéressé par le sujet et a donné son accord pour suivre le mémoire en question.

Compte rendu du colloque « Ethique et responsabilité pour la didactique des langues au XXIème siècle »

Le colloque international intitulé « Ethique et responsabilité pour la didactique des langues au XXIème siècle » a eu lieu le vendredi 21 octobre au samedi 22 octobre 2016.

Voici quelques réflexions personnelles avant la participation au colloque:  la question de l’éthique et de la responsabilité dans la didactique des langues m’apparait à la fois intéressante et complexe. Commençons par la définition même du mot-clé, selon CNRTL, l’éthique est « la science qui qui traite des principes régulateurs de l’action et de la morale »; la responsabilité est « l’obligation faite à une personne de répondre de ses actes du fait du rôle, des charges qu’elle doit assumer et d’en supporter toutes les conséquences ». Cet rappel des définitions m’oriente immédiatement vers l’idée suivante: dans quelle posture l’enseignant s’exercera son métier, c’est à dire le rôle et la responsabilité du métier de l’enseignant dans la transmission du savoir, du savoir-être et du savoir-faire.

C’est aussi la raison principale que j’ai décidé de prolonger cette réflexion en appuyant sur la présentation de Javier Suso Lopez « La dimension dimension éthique dans la didactique du FLE: bref parcours historique ».

Dans sa première partie de présentation, l’auteur a fait un bref parcours de l’évolution du rôle des

enseignants de langue français étrangère depuis XVIème: le français est enseigné dans un cercle assez restreint (noble, famille aisée) et l’employeur possède un grand pouvoir sur l’enseignant. Peu à peu, les enseignants deviennent comme l’auteur de manuel, mais la question de la fiabilité du manuel est remise en cause, d’où divers problèmes peuvent s’apparaitre comme celui de l’orientation d’un tel courant didactique que l’autre …

Dans la deuxième partie, la question de la déontologie a été soulevée. Selon Antoine Novoa, il faut « établir d’un ensemble de normes et de valeurs », c’est à dire une professionnalisation du métier d’enseignant. De nouveau, la définition du mot déontologie me semble nécessaire: « ensemble des règles morales qui régissent l’exercice d’une profession ou les rapports sociaux de ses membres », et cela me fait penser à une expression idiomatique chinoise jiaoshuyuren 教书育人(enseigner le savoir et éduquer la personne), elle est connue de toute la communauté chinoise et se porte comme une maxime de tous les enseignants. En effet, le rôle des enseignants est double, ils ont pour mission de transmettre les savoirs du domaine concerné, mais aussi d’apporter des valeurs morales et éthiques nécessaires de toutes natures confondues.

De façon systématique, la mission fondamentale d’un enseignant de langue consiste à représenter la langue, la culture, la civilisation… Cependant, un enseignant de langue n’est pas plus « différent » que d’autres enseignants, au contraire, les enseignants des langues possèdent plus de matière à diffuser des « justes valeurs ». Aussi, comment ces valeurs morales et éthiques sont-elles transmises? oralement? à travers des livres? Une autre question se pose: comment et par quel biais que ces valeurs peuvent-elles diffuser, le savoir-être de l’enseignant n’est-il pas le meilleur modèle?

Dialogue entre une enseignante et un étudiant

Pourquoi pas la phonétique ?

Au Café de Flore en fin d’après-midi d’un samedi de décembre, on voit une jeune enseignante et un apprenant sinophone. Leur conversation débute autour d’une question de la part de l’apprenant :

L’Etudiant : – Comment apprendre le français ?

Le Professeur : – Bien… Bonne question, mais pourquoi cette question ?

E : – Parce que je ne sais pas comment faire pour progresser en français…

P : – Bon, j’ai l’impression que t’es un peu perdu ?

E : – Ouais beaucoup…

P : – Ta question est difficile à y répondre… Pour commencer tu peux me raconter un peu ton parcours ?

E : – Ok ! C’est ma deuxième année en France, j’ai déjà appris le français en Chine depuis la licence, j’ai déjà une licence, mais je suis toujours en L3 cette année à Paris 3… J’ai B2, mais c’est parce que j’ai fait beaucoup beaucoup d’exercices avant le test…

P : – D’accord, je vois, comme beaucoup d’étudiants chinois qui veulent faire leur étude en France. Mais bon, aujourd’hui puisque tu es là, ça prouve que t’as quand même le niveau…

E : – Mais je veux progresser, surtout à l’oral. J’arrive à comprendre quand les français parlent, mais ils comprennent pas ce que je dis…

P : – Ok, je comprends ce que tu veux dire.

 

Pendant la conservation, l’enseignante a observé que l’apprenant a des difficultés en prononciation à la fois au niveau suprasegmental (le rythme, l’accentuation et l’intonation) et au niveau segmental (les voyelles, les consonnes et les semi-consonnes). Afin de l’aider, l’enseignante a donc l’idée de lui proposer un cours spécifique de la phonétique sans l’annoncer réellement.

 

P : – Ne t’inquiète pas autant, je trouve que tu es un peu très trop stressé. Donc essaie de respirer tranquillement par le ventre comme quand tu dors… Maintenant écoute ta respiration : inspire, expire… Comment tu te sens ?

E : – Je me sens plus détendu.

P : – Bien, maintenant tu vas entendre des phrases, ensuite tu peux me dire le nombre de groupe dans chaque phrase. Par exemple : hier/il a neigé

E : – D’accord, c’est pas très dur ça, il y en a deux.

P : – Prêt, on y a va : ce soir/ou demain soir

E : – Deux aussi.

P : – si tu veux/ce soir/ou demain soir

E : – Trois.

P : – Bien. Encore une autre : Jean/Paul/et Marie

E : – Trois. Jean/Paul/ et Marie

P : – Jean-Paul/et Marie

E : – Deux.

P : – Jean/porte/le sac

E : – Trois.

P : – J’emporte/le sac

E : – Deux

P : – Très bien, tu vois tu peux y arriver ! Maintenant, tu peux me dire que penses-tu de ces groupes à l’intérieure de chaque phrase ?

E : – Les groupes sont pas très longs, euh, je sais pas…

P : – C’est déjà pas mal du tout, effectivement, chaque groupe contient un petit nombre de syllabe. Aussi, à ton avis, comment ces groupes sont-ils formés ?

E : – Je ne comprends pas la question…

P : – C’est à dire, ces groupes sont organisés comment ? Par exemple, j’emporte et Jean porte, pourquoi le découpage n’est pas pareil ?

E : – Parce que c’est pas le même sens. Le premier, c’est moi qui emporte, et le deuxième c’est Jean qui porte.

P : – Très bien, t’as tout compris ! En fait, les groupes qu’on fait dans chaque phrase s’appellent des groupes rythmiques. Donc il y a deux points à retenir, le premier est :

E : – Ils sont pas très longs…

P : – Tout à fait, le nombre des syllabes est limité, varie entre une à six syllabes. Et le deuxième point ?

E : – Chaque groupe a un sens…

P : – Très bien, ce sont des groupes de sens, c’est donc les structures syntaxiques qui déterminent leur organisation. Tu comprends mieux ?

E : – Oui ! C’est pour ça quand les français parlent, ils s’arrêtent de temps en temps.

P : – Oui c’est ça. Il y a bien d’autres critères pour définir des groupes rythmiques, on verra ça une autre fois.

E : – Ok ! C’est intéressant ça !

P : – Alors maintenant t’es prêt à faire le découpage ?

E : – Ok !

 

L’enseignante montre des phrases écrites sur une feuille, la première est : J’aime bien la viande rouge mais je vais prendre du jambon.

 

P : – Je te laisse quelques secondes.

E : – j’aime bien/la viande rouge/mais je vais prendre du jambon. C’est ça ?

P : – Bien, juste, on peut être encore découper le dernier groupe, tu vois ?

E : – Mais après c’est pas le même sens.

P : – En fait, on veut des groupes minimaux, donc pour le dernier groupe, on peut encore découper : mais je vais prendre quoi ? du jambon

E : – J’ai compris !

La deuxième phrase proposée est : Paul est sorti de son bureau discrètement.

 

P : – Donc, ça donne quoi ?

E : – Paul/est sorti/de son bureau/discrètement.

P : – Parfait ! Encore une autre !

E : – D’accord !

 

La troisième phrase proposée est : Monoprix c’est ouvert de neuf heures à vingt heures.

 

P : – Je t’écoute.

E : – Monoprix/c’est ouvert/de neuf heures/à vingt heures

P : – Excellent ! Je pense que tu as bien compris le principe des groupes rythmiques.

E : – Je ne savais pas que c’est comme ça !

P : – Oui, en fait, des groupes rythmiques existent dans chaque langue. Il suffit de regarder de près, ce n’est pas du tout un point difficile.

E : – Je suis d’accord ! C’est pas dur !

P : – Bon j’espère que maintenant t’as un plus de confiance pour mieux parler le français.

E : – Oui, je pense !

P : – Bon ça fait déjà une heure qu’on travaille ensemble, on va peut-être y aller.

E : – Aussi, on se voit bientôt ?

P : – D’accord si tu veux.

E : – D’accord.

P : – Au revoir.

E : – Au revoir.

Ecrire, écrit, écriture, réécriture…

Afin de mener un travail de recherche rigoureux et un projet professionnel ultérieurement, la construction des carnets semble être la première étape avant toutes sortes d’écrit ou/et d’écriture.

A l’aide de la pensée de Bruno Latour et du conseil de Monsieur Martin, aussi compte tenu de la spécificité de mon projet de mémoire, j’ai donc décidé de nommer mes carnets :

1er carnet : Carnet de bord

Il s’agit d’un carnet de l’enquête, c’est à dire dans lequel je noterai toutes les transformations que j’aurais aperçues: les rendez-vous avec les différents directeurs/professeurs/spécialistes ; toutes les rencontrés de nature diverse au cours des terrains…

2ème carnet : Collecte de l’information

Il s’agit de classer toutes les informations par ordre chronologique tout en essayant de respecter une « logique ». Cette logique peut être une catégorisation des thématiques par exemple. Il me semble difficile de déterminer cette logique dès maintenant, à mon avis, elle sera donc construite progressivement avec l’avancement de mes multiples récoltes.

3ème carnet : Carnet d’esquisses et de brouillons

Il s’agit donc un sérieux travail d’écriture permanent. Il faut écrire/réécrire/ré-réécrire avant de se lancer dans la rédaction du mémoire. Ce travail doit être concis et régulier, il est donc essentiel dans l’organisation du travail de se corriger, de se relire sans cesse et de s’échanger des idées…

4ème carnet : Carnet « en guise de perspective »

Il s’agit d’un carnet de retour ou de « futur ». Le travail du mémoire de M2 s’achèvera, mais la recherche jamais. Ce carnet est donc destiné à noter tous les retours possibles et aussi toutes les questions nouvellement posées…

Ces quatre carnets serviront, pour moi, une base de travail essentielle. Egalement, le support matériel choisi sera très divers : manuscrit, numérique, typographique…