Tous les articles par Leysa Buides

Retracer l’histoire en 20 minutes ?

Vendredi 21 octobre, Salle V pleine, aucune place disponible.  Craignant cette situation, je suis arrivée très tôt afin d’assurer une place. Javier Suso López, de l’université de Grenade inaugure les communications dans cette salle. Avant de commencer, on annonce que tous les intervenants disposeront de 20 minutes. Je relis le titre de la communication La dimension éthique dans la didactique du FLE : bref parcours historique et je m’aventure à penser que ce temps ne sera peut-être pas suffisant, mais bon, en tout cas l’auteur a bien signalé « bref parcours ».

L’intervenant commence par la présentation du sommaire. Il décide d’aborder deux grands axes : éthique et responsabilité dans l’enseignement du FLE au cours des XVIe et XVIIe siècles (le précepteur et la demoiselle gouvernante, les maîtres de langues et les profils du bon maître  et la construction d’un code déontologique à partir de la conversion du maître de langues en professeur (XIXe siècle).

L’intervenant, au fur et à mesure qu’il explique ses idées, affiche des diapositives qui sont chargées d’informations, notamment de citations. Parfois, le rythme empêche de les lire et d’essayer de suivre le fil de la communication.

Le début de ce bref parcours nous dévoile les conditions de vie difficiles pour la plupart des précepteurs et des demoiselles gouvernantes : « […] existence, souvent errante, de ces précepteurs et demoiselles de compagnie, jeunes gens issus de familles huguenotes, réfugiés en Prusse après la révocation de l’édit de Nantes (1685) : « leurs salaires fort médiocres, leurs conditions de travail et de vie, peu enviables, leurs espoirs souvent déçus » (Roland Desné, Documents 1988 :1, 24).

Moi, je n’avais pas trop de références sur l’enseignement du français en dehors de la France à cette époque et cela m’a permis d’apprendre qu’ils devaient faire preuve d’une irréprochabilité morale complète et qu’ils ne devaient pas trahir la confiance des employeurs. Sous ces conditions, se pratiquait le contrôle des textes à travailler.

Suso López explique l’influence de Madame Leprince de Beaumont : ses Magazins constituaient un livre de référence pour les gouvernantes françaises qui partaient à l’étranger. Ensuite, il présente les conditions du maître de langue, établi en ville pour son compte. Il y a des hommes mais aussi des femmes, par exemple, Mlle Ackermann à Berlin. Puis, il met l’accent sur leur production comme concepteurs de manuels et sur la rivalité entre maîtres et auteurs de grammaires.

Quand il ne restait que cinq minutes, l’intervenant commence à aborder le deuxième point de son bref parcours : la construction d’un code déontologique. Bien difficile d’en retracer l’histoire en cinq minutes. À partir de la citation de Novoa (1987) « Les enseignants doivent adhérer à une éthique de travail », M. Suso López réfléchit sur les valeurs de la langue française à enseigner : la culture de la langue, la quête d’une langue qui posséderait des qualités esthétiques (le beau), logiques (la correction) et morales (le bien dire) et non pas basée sur le consensus de la majorité.

Il précise que le code déontologique des enseignants ne s’est pas constitué seulement de l’extérieur (l’Église, l’État), les maîtres à travers leurs réflexions ont aussi contribué : discussions sur la représentation idéologique de la culture de la langue et du français, et à partir du XIXe, dans une dialectique constante entre revendications professionnelles et devoir social.

En raison du manque de temps, certaines diapositives ne sont pas abordées. Lors des conclusions et avant de donner la parole au public, l’intervenant présente des questions qui ont guidé les discussions du XVIe au XIXe et qui peuvent être analysées encore : qu’est-ce que le français et quels sont les bienfaits de l’apprendre ?  Quelles sont les qualités d’un bon professeur ?

Moi, je note ces questions et même si le sujet ne coïncide pas avec le mien, je les garde.

Allons voir si…

Faire face à un mémoire effraie. Le mot RECHERCHE me fait peur. Je me pose toujours des tas de questions : Suis-je capable d’en entamer une ? Pourrais-je contribuer à développer un axe intéressant ? Quelle méthodologie utiliser ? Comment affiner un sujet qui se voudrait trop vaste ? Comment respecter la rigueur scientifique en innnovant ?

Pour moi, passionnée des reherches et des découvertes, il est vraiment difficile de m’asseoir réfléchir sur la recherche, à tel point que je l’évite parfois. Paradoxe ? Je pense que c’est une réaction à des pratiques mal menées par des institutions où j’ai travaillé. Je viens d’un pays hispanophone (Cuba) où la recherche en FLE existe mais sans trop faire attention à ce qui se fait en général dans des contextes francophones.

Dans le Département de FLE de la Faculté des langues étrangères de l’Université de La Havane, une fois diplômé, si l’on décide de travailler comme enseignant, on est censé être directeur de mémoire des étudiants qui sont en 3ème, 4ème ou 5ème année de la licence. Trop compliqué ! Moi, je continue à me dire : comment je peux ‘guider’ les autres si moi, je dois me former et maîtriser les outils et méthodologies de recherche ? Mais, bon. Ce sont des directives.

Et me voilà, arrivée en France 4 semaines après la rentrée ! Pour moi, le fait d’être ‘guidée’ et de compter sur les échanges des autres étudiants est une très bonne idée. Je n’avais jamais entendu parler des 4 carnets que propose Latour, mais ils pourraient m’aider dans mes recherches.

1er carnet: Mon journal intime recherche

2e carnet: Tout noter

3e carnet: Prendre la plume

4e carnet: Rétroactions

Voilà ce qui m’arrive souvent : trouver d’autres pistes de réflexion à ce que j’entends par mon sujet de base. Ayant reçu une formation assez éclectique, je souhaite répondre à plusieurs questionnements. Je pense que ces carnets vont m’aider à mieux distinguer les idées les plus pertinentes (celles à développer dans le cadre de cette recherche) de celles à remettre à plus tard.

Bibliographie

Latour B. (2006) , Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, col. «Armillaire », pp. 194-197.