Tous les articles par Leysa Buides

Rencontre Virtuelle FLE-Éditions Maison des Langues

Date : Mercredi 26 avril de 11h à 12h et de 17h à 18h (heure de Paris)

Thème : Formation continue avec l’Espace Virtuel

Animatrice : Anne Mocaër

Descriptif :

Comment se former facilement et enrichir ses cours en tant qu’enseignant ? Comment, en tant que coordinateur et responsable de cours, développer efficacement les compétences de son équipe enseignante ?

Faites un tour d’horizon des possibilités de formations qu’offre l’Espace Virtuel avec la section dédiée aux enseignants : fiches TICE, veille des actualités FLE, Rencontres virtuelles FLE et Rencontres FLE.

Découvrez les avantages que représente la formation en apprentissage mixte (blended-learning) pour vos classes et vos centres de FLE.

Ne manquez pas ce rendez-vous en direct, vous avez jusqu’au 25 avril pour vous inscrire !

https://www.emdl.fr/fle/formations/rencontres-virtuelles-fle/rencontre-virtuelle-fle-du-26-avril-2017

 

Phraséodidactique et collocations d’intensité

Dans le domaine du français langue étrangère (désormais FLE), l’enseignement du lexique est présenté souvent sous forme de listes d’expressions à apprendre par cœur, de mots importants à retenir ou du vocabulaire recouvrant une notion. Cela fait que pour ‘maîtriser’ le lexique, l’apprenant (et parfois l’enseignant) se contente de ces listes et de quelques exercices afin de les mémoriser.

Une autre situation décrit la pensée d’un apprenant éveillé. Celui-ci repèrera, au fur et à mesure qu’il découvrira la langue, que certains mots ont tendance à apparaître ensemble dans le discours. Tel est le cas de rendre visite, fièvre de cheval, poser une question, bruit infernal, grièvement blessé. Même si ces unités polylexicales appelées collocations accusent une utilisation fréquente chez les locuteurs natifs, leur enseignement dans les cours de FLE à Cuba fait malheureusement défaut.

À Cuba, c’est la Faculté des langues étrangères de l’Université de La Havane qui forme les traducteurs et les interprètes de tout le pays. Cette formation est bien différente de celle de la plupart des écoles et des instituts de préparation de traducteurs et d’interprètes parce qu’elle n’exige pas la maîtrise des langues étrangères comme prérequis. Les étudiants commencent par y apprendre les langues avant de s’immerger dans le domaine de la traductologie. Plusieurs lacunes, un manque de vocabulaire, les interférences de la langue maternelle, la prise de notes et une méconnaissance des unités phraséologiques empêchent parfois une appréhension efficace du sens du discours pour bien le reformuler en langue maternelle.

Dans le cadre de notre recherche, nous ne saurions pas traiter tous ces aspects auxquels se heurte l’apprenti interprète de consécutive. Lors de notre analyse, nous tenterons de les expliquer sans pour autant oublier que notre mémoire s’inscrit dans la didactique du lexique et la phraséodidactique. En raison de leur haute fréquence d’apparition dans les discours des locuteurs natifs, nos réflexions sur les unités phraséologiques porteront sur les collocations.

Comme le déclare Thomas Szende (1999, p. 62) la langue de tous les jours, (…) fait des expressions de l’intensité un usage très abondant. Cette intensité est véhiculée par plusieurs procédés, dont des collocations très diverses. Cela motive que notre recherche se centre, au sein des collocations, sur l’enseignement/apprentissage des collocations d’intensité dans la formation de traducteurs et interprètes à l’Université de La Havane.

Vu les besoins propres à cette formation et les difficultés auxquelles enseignants et étudiants doivent faire face, une problématique réclame d’être résolue : comment aider les enseignants à développer des stratégies pour le traitement des collocations d’intensité dans les cours de FLE à la Faculté des langues étrangères de l’Université de La Havane pour éviter que celles-ci entravent la performance de l’apprenti interprète lors d’une interprétation consécutive ?

Afin de mieux articuler notre réflexion et de répondre à la problématique, nous aborderons les aspects essentiels relevant de nos objectifs : aider les enseignants à développer des stratégies pour le traitement des collocations d’intensité dans la formation de traducteurs et interprètes à l’Université de La Havane. Ainsi, traiterons-nous la notion de collocations et la pertinence de leur enseignement dans les cours de FLE. Nous réfléchirons sur quelles collocations choisir et comment les enseigner afin de guider les apprenants vers l’autonomie dans leur apprentissage. Dans la poursuite de ce dernier objectif, nous tenterons d’analyser les avantages et les inconvénients des TICE, en particulier des logiciels servant à préparer des questionnaires.

Le terrain choisi nous fournira les données dont l’analyse guidera nos propositions didactiques.  Nous utiliserons des donnés écrites (transcriptions des enregistrements d’un groupe d’étudiants lors d’une interprétation consécutive d’un discours comportant des collocations d’intensité et les copies des notes prises) et des données orales (un entretien aux enseignants-chercheurs de la Licence en langue française) afin de vérifier la pertinence et l’utilité de notre recherche et d’obtenir les informations nous permettant de proposer des solutions à notre problématique.

Dans ce mémoire, nous suivons les deux approches didactiques présentées dans Le vocabulaire en classe de langue (Cavalla, Crozier, Dumarest, & Richou, 2009, p. 33), à savoir : sémasiologique (le travail à partir des mots pour arriver à leur sens) et onomasiologique (à partir d’une idée, d’un concept pour trouver les manières de l’exprimer).

Bibliographie

Cavalla, C., Crozier, E., Dumarest, D., & Richou. (2009). Le vocabulaire en classe de langue. (D. Abry-Deffayet, Éd.). Paris, France : CLE International.

Szende, T. (1999). À propos des séquences intensives stéréotypées. Cahiers de Lexicologie, 74, 61‑77. Consulté à l’adresse https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01371376

Une entrée copieuse pour rassasier ma curiosité (II)

FORUM AFS Vivre, apprendre et innover ensemble

Le plat principal de la journée était annoncé pour l’après-midi : les ateliers. Juste après la copieuse entrée et le déjeuner organisé par la start-up Meet My Mama (des femmes au foyer issues des migrations ou réfugiées).

À 14h00, rendez-vous dans l’auditorium pour l’atelier Mobilité internationale : un moyen pour s’ouvrir à la citoyenneté mondiale, animé par Sébastien Thierry, directeur adjoint de l’agence Erasmus + France. Lors de l’atelier, des anecdotes, des expériences et des réflexions autour des points du guide des compétences transversales AKI (Acquis de la Mobilité Internationale) : l’ouverture d’esprit, l’adaptation au changement, la confiance en soi, le sens des relations interpersonnelles et le sens des responsabilités. De ces échanges, j’ai retenu ce que les expériences à l’étranger avaient permis de développer: la capacité à comprendre ce que l’autre veut dire, ce qu’il est en train de dire et ce qu’il a dans son cerveau et n’a pas dit. Ce dernier point m’a fait penser à l’écoute ‘avec nom de famille’ (cette écoute attentive que mobilise le chercheur dans les dialogues, dans les entretiens, dans ses observations). Et de ces récits de brassages culturels, on est passés au plurilinguisme.

Le second atelier de cet après-midi, Le plurilinguisme, une richesse dans la classe était animé par Mercè Bernaus, Professeure émérite de l’Université de Barcelone et Martine Kervran, Maître de conférence en Didactique des langues de l’Université de Bretagne Occidentale. Ces deux professeures ont une grande expérience de coordination de projets et de recherches sur le plurilinguisme et le pluriculturalisme. Leur objectif n’était pas de nous faire théoriser là-dessus, mais de nous proposer des activités à mettre en place afin de sensibiliser les élèves au plurilinguisme. Chacun a pu mettre en valeur sa ou ses langue.s et réfléchir sur la manière dont on apprend et enseigne les langues étrangères. Vers la fin de l’atelier, on s’accordait sur le fait que l’erreur majeure était de penser que pour apprendre la langue de l’école il faut gommer les autres langues parlées.

Ce plat principal m’a invitée à lire les ouvrages des deux spécialistes et leurs expériences dans les salles de classe. Même si ce n’est pas le sujet de ma recherche, les discussions sur l’intercompréhension et le plurilinguisme m’interpellent et en bonne gourmande, je vais essayer de rassasier ma curiosité dès que possible.

Une entrée copieuse pour rassasier ma curiosité (I)

FORUM AFS Vivre, apprendre et innover ensemble

Le 4 mars, sous la pluie, je me suis rendue au Musée de l’histoire de l’immigration (Palais de la Porte Dorée, Paris 12e) pour participer au Forum de l’AFS-France. Inscription en ligne au préalable et des échanges de mails, présageaient une bonne organisation. Je n’avais jamais entendu parler de l’AFS, mais le programme et les sujets de discussion m’invitaient à la découvrir.

De chaque moment de cette journée (assimilable à un repas copieux), j’ai retenu des mots et des phrases clés qui me mènent à la réflexion comme étudiante, comme enseignante, comme citoyenne.

ENTRÉE

  • Mots d’accueil du Président de l’AFS-France, de la vice-présidente et de la directrice du musée
  • Conférence – débat « La diversité est une chance ! »

De l’intervention du Président, j’ai retenu la question « D’où tu viens et où tu veux aller? ». Dans nos cours de FLE, cette question apparaît au début de chaque semestre car pour plusieurs enseignants elle fait partie des ‘incontournables’ des leçons zéro. Mais nous, nous la posons-nous souvent ?

Pour commencer le débat, le Comité organisateur a invité des professeurs, le responsable de l’Association Force des mixités, le directeur adjoint de l’agence Erasmus+ France et le comédien Azize Kabouche (animateur de la séance plenière).

Moi, assise dans mon siège, je restais sceptique sur le concept ‘débat interactif’ parce que les organisateurs avaient l’intention de faire parler tout le monde. Mais s’exprimer ne veut pas toujours dire articuler des mots, et ça, je le savais.  Et pour effacer les vestiges de mes doutes, quand notre opinion était sollicitée, on nous demandait de brandir un des trois cartons reçus (jaune, bleu, rouge). Par exemple, pour la question  Quel mot qualifie le mieux, selon vous, la relation idéale entre migrants et société d’accueil ?, le carton jaune correspondait à la réponse l’assimilation ; le bleu, à l’intégration et le rouge, à l’inclusion. À vous de brandir le votre pour rendre visible votre avis.

Le vivre ensemble, la diversité culturelle, l’égalité des chances et le besoin de réfléchir d’abord sur sa propre identité pour s’ouvrir aux autres ont motivé la participation du public et le témoignage du fondateur de Force Des Mixités. L’initiative de cette association, la Dictée des cités, a été applaudie pour avoir réuni un public divers autour d’un exercice qui n’a pas toujours la cote.

Ces premiers échanges finis, une phrase de Bertolt Brecht retentissait dans l’auditorium : « Aussi longtemps que l’on dira « toi ou moi » et non « toi et moi », aussi longtemps qu’il s’agira non de progresser, mais de devancer les autres, aussi longtemps il y aura la guerre». Et les personnes réunies dans ce forum semblaient l’avoir compris.

Avant de passer au plat principal et après cette entrée copieuse, je vous propose une question lancée par l’animateur de la conférence-débat : Est-ce, selon vous, le rôle de l’école de préparer des ateliers et d’éduquer à l’altérité ? Oui, absolument (jaune) ; Non (rouge) ; Oui, mais… (bleu). La parole est à vous.

Une thèse en CIFRE, cela vous intéresse?

Ayant participé à l’atelier CIFRE dans le cadre de la Soirée Avenir pro, je vous conseille vivement d’assister au FORUM CIFRE 2017 du 2 mars à la Cité Internationale Universitaire de Paris.

Voici des liens envoyés par Mme Brigitte CHOTEL, chargée des relations entreprises / réseau alumni.

Les portraits de deux doctorantes de la Sorbonne Nouvelle en thèse CIFRE ou l’ayant été:

 
La liste des Thèses en CIFRE soutenues à la Sorbonne Nouvelle :
Exemple de thèse en sciences du langage :
  • Dalel Boussahel 2009-2012 – « La circulation des langues et les dynamiques  identitaires en situations de formation pour immigrés dans un cadre associatif financé par l’Etat en France » Convention CIFRE avec L’Association INSTEP LEO LAGRANGE Ile De France. Doctorante à l’ED 268, EA 2288 DILTEC sous la direction de Madame Geneviève ZARATE

Retracer l’histoire en 20 minutes ?

Vendredi 21 octobre, Salle V pleine, aucune place disponible.  Craignant cette situation, je suis arrivée très tôt afin d’assurer une place. Javier Suso López, de l’université de Grenade inaugure les communications dans cette salle. Avant de commencer, on annonce que tous les intervenants disposeront de 20 minutes. Je relis le titre de la communication La dimension éthique dans la didactique du FLE : bref parcours historique et je m’aventure à penser que ce temps ne sera peut-être pas suffisant, mais bon, en tout cas l’auteur a bien signalé « bref parcours ».

L’intervenant commence par la présentation du sommaire. Il décide d’aborder deux grands axes : éthique et responsabilité dans l’enseignement du FLE au cours des XVIe et XVIIe siècles (le précepteur et la demoiselle gouvernante, les maîtres de langues et les profils du bon maître  et la construction d’un code déontologique à partir de la conversion du maître de langues en professeur (XIXe siècle).

L’intervenant, au fur et à mesure qu’il explique ses idées, affiche des diapositives qui sont chargées d’informations, notamment de citations. Parfois, le rythme empêche de les lire et d’essayer de suivre le fil de la communication.

Le début de ce bref parcours nous dévoile les conditions de vie difficiles pour la plupart des précepteurs et des demoiselles gouvernantes : « […] existence, souvent errante, de ces précepteurs et demoiselles de compagnie, jeunes gens issus de familles huguenotes, réfugiés en Prusse après la révocation de l’édit de Nantes (1685) : « leurs salaires fort médiocres, leurs conditions de travail et de vie, peu enviables, leurs espoirs souvent déçus » (Roland Desné, Documents 1988 :1, 24).

Moi, je n’avais pas trop de références sur l’enseignement du français en dehors de la France à cette époque et cela m’a permis d’apprendre qu’ils devaient faire preuve d’une irréprochabilité morale complète et qu’ils ne devaient pas trahir la confiance des employeurs. Sous ces conditions, se pratiquait le contrôle des textes à travailler.

Suso López explique l’influence de Madame Leprince de Beaumont : ses Magazins constituaient un livre de référence pour les gouvernantes françaises qui partaient à l’étranger. Ensuite, il présente les conditions du maître de langue, établi en ville pour son compte. Il y a des hommes mais aussi des femmes, par exemple, Mlle Ackermann à Berlin. Puis, il met l’accent sur leur production comme concepteurs de manuels et sur la rivalité entre maîtres et auteurs de grammaires.

Quand il ne restait que cinq minutes, l’intervenant commence à aborder le deuxième point de son bref parcours : la construction d’un code déontologique. Bien difficile d’en retracer l’histoire en cinq minutes. À partir de la citation de Novoa (1987) « Les enseignants doivent adhérer à une éthique de travail », M. Suso López réfléchit sur les valeurs de la langue française à enseigner : la culture de la langue, la quête d’une langue qui posséderait des qualités esthétiques (le beau), logiques (la correction) et morales (le bien dire) et non pas basée sur le consensus de la majorité.

Il précise que le code déontologique des enseignants ne s’est pas constitué seulement de l’extérieur (l’Église, l’État), les maîtres à travers leurs réflexions ont aussi contribué : discussions sur la représentation idéologique de la culture de la langue et du français, et à partir du XIXe, dans une dialectique constante entre revendications professionnelles et devoir social.

En raison du manque de temps, certaines diapositives ne sont pas abordées. Lors des conclusions et avant de donner la parole au public, l’intervenant présente des questions qui ont guidé les discussions du XVIe au XIXe et qui peuvent être analysées encore : qu’est-ce que le français et quels sont les bienfaits de l’apprendre ?  Quelles sont les qualités d’un bon professeur ?

Moi, je note ces questions et même si le sujet ne coïncide pas avec le mien, je les garde.

Allons voir si…

Faire face à un mémoire effraie. Le mot RECHERCHE me fait peur. Je me pose toujours des tas de questions : Suis-je capable d’en entamer une ? Pourrais-je contribuer à développer un axe intéressant ? Quelle méthodologie utiliser ? Comment affiner un sujet qui se voudrait trop vaste ? Comment respecter la rigueur scientifique en innnovant ?

Pour moi, passionnée des reherches et des découvertes, il est vraiment difficile de m’asseoir réfléchir sur la recherche, à tel point que je l’évite parfois. Paradoxe ? Je pense que c’est une réaction à des pratiques mal menées par des institutions où j’ai travaillé. Je viens d’un pays hispanophone (Cuba) où la recherche en FLE existe mais sans trop faire attention à ce qui se fait en général dans des contextes francophones.

Dans le Département de FLE de la Faculté des langues étrangères de l’Université de La Havane, une fois diplômé, si l’on décide de travailler comme enseignant, on est censé être directeur de mémoire des étudiants qui sont en 3ème, 4ème ou 5ème année de la licence. Trop compliqué ! Moi, je continue à me dire : comment je peux ‘guider’ les autres si moi, je dois me former et maîtriser les outils et méthodologies de recherche ? Mais, bon. Ce sont des directives.

Et me voilà, arrivée en France 4 semaines après la rentrée ! Pour moi, le fait d’être ‘guidée’ et de compter sur les échanges des autres étudiants est une très bonne idée. Je n’avais jamais entendu parler des 4 carnets que propose Latour, mais ils pourraient m’aider dans mes recherches.

1er carnet: Mon journal intime recherche

2e carnet: Tout noter

3e carnet: Prendre la plume

4e carnet: Rétroactions

Voilà ce qui m’arrive souvent : trouver d’autres pistes de réflexion à ce que j’entends par mon sujet de base. Ayant reçu une formation assez éclectique, je souhaite répondre à plusieurs questionnements. Je pense que ces carnets vont m’aider à mieux distinguer les idées les plus pertinentes (celles à développer dans le cadre de cette recherche) de celles à remettre à plus tard.

Bibliographie

Latour B. (2006) , Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, col. «Armillaire », pp. 194-197.