Tous les articles par Tassadit Toumert

Diplôme Approfondi de Langue Française (DALF C1), Diplôme de Professeur de Français Étrangère à L'ENS D'Alger, Diplôme de Maîtrise en Sciences du langage à (ILPGA) Sorbonne-Nouvelle Paris 3. Préparation d'un M2 en Didactique du FLE et langues du monde (Sorbonne Nouvelle Paris 3)

-Interlude sous forme de dialogue entre deux étudiants-

Il est difficile pour certains étudiants en recherche de trouver leur problématique. Tous les étudiants ont, semble-t-il, une idée du sujet sur lequel ils veulent travailler. Mais, ils ne parviennent pas à délimiter leur terrain d’étude ainsi que l’objet de leur recherche. C’est le cas de l’étudiant A dans le dialogue ci-dessous qui va adopter la méthode socio-constructiviste afin d’obtenir des informations auprès d’un de ses amis qui se prête volontaire pour l’aider.

Etudiant A : J’aimerais travailler sur le plurilinguisme dans le milieu universitaire. Cependant, je n’arrive pas à élaborer ma problématique pour cette recherche. Il est très difficile de trouver une problématique pour un travail de recherche !

Etudiant B: Moi aussi j’ai trouvé des difficultés au début à trouver une problématique. Mais, en délimitant mon projet et l’objet d’étude de ma recherche, je suis parvenue à le faire.

Etudiant A: Peux-tu me révéler ton secret ?

Etudiant B: ce n’est pas un secret, c’est simple, il faut juste savoir sur quoi tu vas travailler exactement.

Etudiant A: Je t’ai déjà dit que j’aimerais travailler sur le plurilinguisme dans le milieu universitaire.

Etudiant B: je comprends que tu veux travailler sur le plurilinguisme dans le milieu universitaire, mais de quel angle tu vas l’approcher? Parler du plurilinguisme dans le milieu universitaire est trop vague.

Etudiant A: oui, je te comprends à présent, tu veux dire que je dois trouver un thème spécifique dans ce thème trop vague qu’est le plurilinguisme dans le milieu universitaire.

Etudiant B: exactement. Ce n’est que de cette manière que tu vas parvenir à dégager ta problématique.

Etudiant A: donc la problématique doit contenir les points que je veux traiter et qui m’intéressent vraiment.

Etudiant B : il me semble que tu commences à bien comprendre. Dans la problématique, le directeur de recherche doit trouver la thèse que tu vas défendre et argumenter.

Etudiant A : je ne comprends pas ce que tu veux dire par défendre et argumenter.

Etudiant B : dans ta recherche tu as des hypothèses?

Etudiant A : oui, j’ai des hypothèses.

Etudiant B : en prenant conscience de ces hypothèses, tu pourras formuler ta problématique afin de vérifier tes hypothèses.

Etudiant A: encore un mot que je ne comprends pas, construire une problématique afin de vérifier des hypothèses.

Etudiant B: je vais essayer de mieux éclaircir la situation en te donnant un exemple. En fait, tu souhaites travailler sur le plurilinguisme dans le milieu universitaire. Supposons que tu délimites ton sujet aux effets du plurilinguisme dans ce milieu. Tes hypothèse seront 1-le plurilinguisme favorise l’apprentissage et l’assimilation des connaissances dans le milieu universitaire.  2- le plurilinguisme ouvre des portes de réflexion intéressantes pour l’étudiant. Cela te mènera à avoir ta problématique. Cette problématique va te permettre de savoir de quelle manière le plurilinguisme peut aider l’étudiant dans son parcours universitaire et l’amener à la réussite.

Etudiant A: maintenant les choses sont claires pour moi. J’ai compris ce qu’il faut faire pour problématiser, les enseignants emploient constamment le terme problématiser. Ils nous disent tout le temps qu’il faut savoir problématiser.

Etudiant B: c’est très important car c’est la première étape dans toute recherche universitaire. La problématique te permet de savoir sur quoi il faut se concentrer dans toutes tes investigations (corpus, bibliographie, méthodologie) c’est elle qui détermine la façon dont tu vas diriger ta recherche. C’est la raison pour laquelle les enseignants demandent des étudiants de problématiser.

Etudiant A : merci pour toutes ces explications, je te poserai d’autres questions au cours de la réalisation de mon mémoire.

Etudiant B : je t’en prie, je suis disponible pour répondre à tes questions à n’importe quel moment.

Etudiant A : tu me rassures !

Etudiant B : Moi-même, j’étais confrontée à ce genre de difficulté au début de mon projet de recherche mais en lisant des livres comme celui de Bruno Latour « changer de société, Refaire de la sociologie » et en posant des questions autour de moi, je suis parvenue à me frayer mon petit chemin.

Etudiant A : as-tu des conseils à me donner pour la suite de mon travail de recherche ?

Etudiant B : les conseils que je peux te donner c’est d’abord de bien t’organiser, d’avoir, si c’est possible, les quatre cahiers dont parle Bruno Latour. Ces cahiers sont très importants car ils te permettent de noter les éléments intéressants de ta recherche dans des sections pertinentes. Le deuxième conseil que je peux te donner, c’est de lire tout ce qui est en relation avec ton sujet. La lecture des travaux antérieurs est très bénéfique. Et le troisième et dernier conseil c’est de prendre de chacun des cours que tu suis ce qui est susceptible d’enrichir ton projet.

Etudiant A : Merci pour ces précieux conseils, je vais les appliquer dans mon quotidien d’étudiant- chercheur.

 

 

Tassadit Toumert

Diplôme Approfondi de Langue Française (DALF C1), Diplôme de Professeur de Français Étrangère à L'ENS D'Alger, Diplôme de Maîtrise en Sciences du langage à (ILPGA) Sorbonne-Nouvelle Paris 3. Préparation d'un M2 en Didactique du FLE et langues du monde (Sorbonne Nouvelle Paris 3)

More Posts

Compte rendu du colloque du DILTEC 21/22-10-2016

D’après l’intitulé de ce colloque, on s’attend à ce que les deux notions « Ethique » et « responsabilité » soient largement développées. Effectivement, c’est le cas puisque tous les sujets abordés ont une relation avec ces deux notions du moins celles auxquelles j’ai pu assister. En tant qu’étudiante, je me suis posée la question du rôle que peuvent jouer ces notions en didactique des langues. On ne peut pas donner une réponse définitive à cette question. D’ailleurs, ces notions sont conçues de manières différentes, mais néanmoins rapprochées, par les différent.e.s intervenant.e.s. Dans ce compte rendu, je vais essayer de montrer  la façon dont ces deux notions sont  appréhendées dans deux communications présentées respectivement par les deux intervenants Javier Suso Lopez et Florimond Rakotoenelina. Ensuite, je parlerai de l’éthique abordée dans la communication de Cécile Bruley, Mariera De Ferrari et Branislav Meszaros. Dans cette communication, ces trois chercheurs s’interrogent sur la place de la didactique dans la contribution à la professionnalisation des enseignants. Et pour finir, j’insisterai sur la communication de Muriel Molinié dont l’objectif est de développer des savoirs à partir de la biographie langagière de l’apprenant.

 

La première communication à laquelle j’ai assisté traite de « la dimension éthique dans la didactique du FLE : bref parcours historique ». Cette communication, présentée par Javier Suso Lopez, nous renseigne sur le fait que tout le personnel éducatif du XVIe siècle était confronté aux problèmes d’éthique et de responsabilité dès l’apparition même de cette profession. En effet, les maîtres de langues, les auteurs de manuel-grammaire de FLE ainsi que les demoiselles gouvernantes devaient avoir une méthode efficace dans les savoirs qu’ils sont censés prodiguer ou diffuser. A côté de cela, le personnel éducatif du XVIe  siècle devait être préoccupé de l’image de la France qu’il devait  donner à travers ses cours, ainsi que par la variété du français qu’il présenterait comme modèle aux apprenants. Par conséquent, la constitution du code déontologique de cet enseignement est soumise à deux exigences principales. D’un côté, il doit mettre en place la dimension culturelle de la langue française, c’est-à-dire que cet enseignement doit rendre compte des différents événements qui ont marqués la France à travers l’histoire, des héros français et des écrivains français. De l’autre, il est indispensable que le français enseigné aux apprenants soit beau, logique, et qu’ ait d’autres qualités esthétiques considérables.

 

Le deuxième intervenant à ce colloque  Florimond Rakotoenelina ajoute aux deux notions développées par le professeur Javier Suso Lopez la notion de morale. Rakotoenelina fait le choix de d’ajouter une troisième notion afin de catégoriser les deux domaines dont il va parler. Avant d’aborder son sujet dont le tire est « Pour une éthique des textes et des discours médiatiques en classes de langue : questionnements, choix et engagements », ce chercheur a tenu à proposer la façon dont il se représente la morale et l’éthique. Pour lui, la morale est l’invitation à réaliser des actes. En revanche,, l’éthique est pour lui une science voire une philosophie qui propose des jugements sur les actes. La didactique relèverait  donc de la morale, d’après ce chercheur. A l’inverse, les discours médiatique et il inclut dans ces derniers les textes présentés dans les manuels scolaire sont de l’ordre de l’éthique. Il explique cela par le fait que les manuels de langues ont pour objectif principal l’accroissement des ventes. Ce qui veut dire que les textes des manuels scolaire des apprenants du français langue étrangers ne sont pas sélectionnés suivant la fonction à laquelle ils doivent répondre, mais suivant les intérêts des éditeurs. Autrement dit, dans les manuels scolaires la finalité d’apprentissage est secondaire. C’est la raison pour laquelle, Rakotoenelina attribue la notion d’éthique au domaine des discours médiatique et celle de morale à la didactique.

 

L’autre communication qui a retenu mon attention est celle dont le titre est « De l’analyse de l’expérience à la professionnalisation des enseignants. Quels enjeux, quels principes, quels périmètres en formation initiale en Master FLE ? ». Les intervenants à cette communication (Cécile Bruley, Mariera De Ferrari et Branislav Meszaros entre autres) pensent l’éthique comme forme d’accompagnement à la professionnalisation. Ainsi, ils s’interrogent sur la place que doit jouer l’enseignant pour rendre accessible cette professionnalisation. Pour cela, ils proposent d’extraire les savoirs à enseigner du programme même de la professionnalisation. Et par ailleurs, d’incorporer aux savoirs enseignés les contenus de leurs projets. Pour ces chercheurs, l’université en tant qu’organisme formateur a la responsabilité de reconnaître le travail qui se réalise dans les entreprises afin d’adapter son enseignement à ce mode

 

L’autre point de vue sur l’éthique qui me semble très important est celui abordé par Muriel Molinié. Cette dernière propose de mettre en place une nouvelle forme d’apprentissage. A travers sa communication intitulé « Formation et Accompagnement à la réflexivité dans la Recherche( FARR) Recherche de cohérence, éthique de la responsabilité » , elle explique son projet de recherche portant sur la production d’écrits réflexifs. Pour Molinié, exposer les éléments de sa vie dans des discours écrits renforce l’action d’apprentissage. En effet, en écoutant les récits de vie et leurs parcours d’apprentissage, ils sont motivés pour aller plus loin dans leurs apprentissages.

 

En guise de conclusion, je dirai que la notion d’éthique dans le domaine de l’apprentissage revêt des formes différentes d’un chercheur à un autre voire d’un domaine de recherche à un autre. A mon avis, il s’agit d’une notion qui a une grande importance dans l’enseignement-apprentissage du français. En étant conscient de ce qu’elle représente, l’enseignant devient plus sensible à ce qu’il doit transmettre, à la manière dont il va le transmettre et à la façon dont il va être reçu par le public apprenant.

 

 

Tassadit Toumert

Diplôme Approfondi de Langue Française (DALF C1), Diplôme de Professeur de Français Étrangère à L'ENS D'Alger, Diplôme de Maîtrise en Sciences du langage à (ILPGA) Sorbonne-Nouvelle Paris 3. Préparation d'un M2 en Didactique du FLE et langues du monde (Sorbonne Nouvelle Paris 3)

More Posts

Réaliser un mémoire de recherche : première étape « s’organiser ».

« Tout fait partie des données », cette phrase se trouve dans l’introduction au chapitre Retour aux fondamentaux : une liste de carnet. Selon Latour, tout ce qui arrive durant la période de l’enquête est important à sauvegarder. Cette façon de travailler me semble fructueuse car elle permet de classer les informations dans des catégories précises et d’y faire appel au moment opportun. Je dois dire que l’année dernière, j’ai trouvé quelques difficultés à organiser mes données, je ne connais pas Latour ni son livre « changer de société : refaire de la sociologie », j’ai donc mis toutes mes données dans un seul sac, ce qui fait qu’à chaque fois que je devais utiliser une information, il était nécessaire de fouiller dans tout le sac. Cette année après avoir entendu Mr Martin parler de ces fameux quatre carnets et après avoir lu le chapitre « Retour aux fondamentaux : une liste de carnets », j’ai décidé d’adopter cette méthode et d’avoir les quatre carnets et surtout de noter tous les jours de nouveaux éléments sur l’état d’avancement de ma recherche.

 

A présent, je ne connais pas encore mon directeur de recherche. Néanmoins, j’ai commencé à noter ce qui me semble intéressant pour mon projet de recherche. Je vais donc faire dans ce qui suit un petit compte rendu de la façon dont je compte organiser mes données dans les quatre carnets.

 

Etant donné que mon terrain d’étude se trouve dans le milieu universitaire, j’ai pu écrire quelques éléments dans mon premier carnet, ce carnet je le consacre à l’étude du terrain, aux rendez-vous avec ma directrice/eur de recherche. Bref, à toutes les situations auxquelles je serai confrontée dans mon terrain. Ce carnet que j’ai intitulé « Journal de terrain » va être enrichi au fur et à mesure que j’avance dans ma recherche. Latour préconise de bien organiser ce carnet de sorte que même des années plus tard on pourra le réutiliser s’il y a nécessité. « Il faut que même des années plus tard, il soit possible de savoir comment l’étude a été conçue, quelles personnes ont été rencontrées, quelles sources ont été consultées, etc..le tout étant précisément daté ». (Latour, 2006 : 195)

 

Mon deuxième carnet, je vais le consacrer à la collecte d’informations. Dans ce carnet, se trouveront les informations utiles à l’élaboration de mon mémoire. C’est-à-dire des résumés d’articles sur la problématique de ma recherche, les informations intéressantes que je trouve dans les livres, ainsi que les comptes rendu des colloques ayant une relation avec mon thème de recherche. Dans ce carnet que j’ai intitulé « classeur d’informations », il faut absolument comme le conseille Latour (2006,195) de classer les idées par « ordre chronologique » afin de pouvoir les grouper dans des sous-catégories spécifiques.

 

Enfin, je dois dire ici que le troisième carnet est le plus important dans le sens où il représente une ébauche voire un pas vers le travail final. J’ai donné à ce cahier le titre de « Ebauche d’une réflexion et mise en relation ». Dans ce cahier, je vais m’entraîner à écrire les principales idées, les différents commentaire et résumés et surtout essayer de mettre en relation ce qui a été observé sur le terrain de ma recherche et les travaux lus jusqu’à présent sur le  thème de ma recherche puisque d’après ce sociologue il n’y a pas de différences entre l’enquête et l’écriture. Les deux activités doivent s’effectuer au même moment d’après Latour.

 

Le quatrième et dernier cahier, je l’ai intitulé « Effets de ma recherche sur les enquêtés ». J’ai donné ce titre à ce cahier afin d’aller dans le même sens que Latour. Pour ce dernier, le quatrième cahier doit contenir « les effets que l’activité du chercheur aura provoqué sur les acteurs du terrain. » (Latour, 2006). Evidemment, ce cahier permettra au public interrogé de savoir ce que l’on a rédigé à leur propos et de commenter cela. Mais comme dit Latour, « cela ne veut dire que ceux qui ont fait l’objet de l’étude ont le droit de censurer ce que l’on a écrit à leur propos ». Donc, ce cahier ne prendra forme qu’à partir du moment où je commencerai à me rendre sur le terrain.

 

Tassadit Toumert

Diplôme Approfondi de Langue Française (DALF C1), Diplôme de Professeur de Français Étrangère à L'ENS D'Alger, Diplôme de Maîtrise en Sciences du langage à (ILPGA) Sorbonne-Nouvelle Paris 3. Préparation d'un M2 en Didactique du FLE et langues du monde (Sorbonne Nouvelle Paris 3)

More Posts