Tous les articles par Cristian Vivas Leuro

Etudiant en Master 2 FLE Didactique des Langues, spécialité 1, option A. Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle.

Une référence très utile si vous parlez de culture dans vos mémoires

Définie par la première fois en 1871 par Edward Burnett Tylor, la notion de culture est tout d’abord le fruit d’une histoire. En effet, il s’agit d’une notion difficile de définir : elle requiert donc d’une déconstruction permettant, d’une part, de fournir les précisions introductoires sur la notion, et d’autre part, de la faire dialoguer avec toute proposition liée à la culture dans le terrain de la didactique des LE.

Avec l’ouvrage Denys Cuche, intitulé « La notion de culture dans les sciences sociales », il est possible de revenir aux origines du mot au moyen âge et au siècle des Lumières, pour enfin passer à l’invention du concept scientifique de culture et de son évolution, marquée par des apports qui ont aidé à constituer la vision relativiste qui le caractérise aujourd’hui, notamment dans le domaine des sciences sociales.

Il s’agit d’une référence qui m’a beaucoup contribué à sortir d’une vision totalitariste sur la notion, ainsi qu’à créer des bases assez solides pour le démarrage de mon mémoire.

Cristian Vivas Leuro

Etudiant en Master 2 FLE Didactique des Langues, spécialité 1, option A. Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Plan du mémoire : Universels-singuliers et écriture créative

Bonjour à tous, je voudrais partager avec vous l’état actuel du plan de mon mémoire, j’ai déjà eu un échange avec ma directrice et il y a encore des aspects à faire évoluer.

Je vous remercie de vos avis, et, si vous connaissez par hasard d’autres corpus littéraires pour ajouter à ma troisième partie ça serait bien reçu, en effet il s’agit de chercher des textes qui parlent sur des sujets quotidiens (l’eau, les animaux, des actions… des thèmes universels) mais vus d’une perspective très particulière et caractéristique de son auteur.

Universels-singuliers et écriture créative: une proposition d’atelier d’écriture en FLE dans une approche interculturelle

Introduction (genèse du projet, problématique, questions de départ, présentation du plan)

1. Ateliers d’écriture (Introduction du chapitre à propos de la place de l’écriture dans le CECRL et dans l’enseignement / apprentissage du FLE)

1.1. Définition et objectifs

1.2. Historique et tendances

1.3. Méthodologie

2. Approche interculturelle en enseignement des langues

2.1. Précisions sur la notion de culture (histoire du mot / concept, ambiguïté, tentative de définition / relativisation)

2.2. L’approche interculturelle (place de la compétence interculturelle dans le CECRL, suivie d’une contextualisation des approches plurielles du CARAP et de ses précisions sur l’AI)

2.3. Culture et identité

2.4. Altérité et décentration

2.5. Les universels-singuliers (Proposition de Porcher, actualisation de la notion)

3. Ecriture et dialogue interculturel

3.1. Dialogue interculturel entre l’auteur et le lecteur

3.2. L’influence de son identité sur ce que l’on écrit (Réflexions de David Plante, romancier)

3.3. Application de la notion d’« universel-singulier » à la littérature (Corpus littéraire Julio Cortázar « Cronopes et fameux »)

3.4. Universels-singuliers et écriture créative : Proposition d’une unité didactique d’atelier d’écriture créative en FLE dans une approche interculturelle

Conclusion

Cristian Vivas Leuro

Etudiant en Master 2 FLE Didactique des Langues, spécialité 1, option A. Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Le chercheur entre cronopes et fameux

historia-de-cronopios-y-de-famas-4Ces derniers temps, j’ai eu l’occasion de jeter un coup d’œil sur quelques livres chez moi, et de revivre des anciennes lectures, quelques-unes plus ou moins oubliées que les autres. C’est ainsi que je suis tombé sur Cronopes et fameux (en espagnol Historias de cronopios y de famas), un ouvrage de l’écrivain argentin Julio Cortázar. En effet, je l’ai lu il y a quelques ans, et il m’a vraiment marqué par sa manière de faire réfléchir, dans un univers surréaliste, au classicisme et la lutte pour le pouvoir dans la société.

J’ai donc repensé aux deux grands « créatures » ou « forces » qui sont présentées par Cortázar dans ce livre : d’un côté les cronopes, des êtres sensibles, idéalistes, désordonnés, peu conventionnels et passionnés ; et d’autre côté les fameux  des êtres assez rigides, formels, organisés, et ayant du succès.

Cette opposition m’a fait penser aux caractéristiques du chercheur, et je me suis dit qu’au préalable, on penserait à s’identifier avec l’un ou l’autre, mais dans cette situation, je trouve qu’il est nécessaire de nuancer, c’est-à-dire, de s’identifier un peu avec les deux. A mon avis la recherche requiert de l’organisation, de la formalité, mais aussi de la passion et de la nouveauté, et c’est ça justement ce que je veux attendre lors de mon mémoire.

imagesJe remarque donc que depuis quelques années, le contexte universitaire m’a emmené à faire des travaux de recherche, et que je me suis toujours identifié comme quelqu’un qui « se met dans la place du chercheur ». Aujourd’hui Je commence à assumer que je suis un chercheur, que j’ai des objectifs précis, et que ce type de réflexions m’aident à m’acheminer dans cette voie.

Image trouvée dans http://revistatarantula.com/historias-de-cronopios-y-de-famas-de-julio-cortazar/

Cristian Vivas Leuro

Etudiant en Master 2 FLE Didactique des Langues, spécialité 1, option A. Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Trouver un directeur

Lundi après-midi, suite au cours d’enseignement des littératures francophones en FLES, un étudiant en M2 demande à sa professeure s’il est possible qu’elle dirige son mémoire, elle dit :

Professeure : « ça peut le faire oui, apportez moi votre proposition et on en discutera la semaine prochaine après le cours»

Lundi d’après, même setting :

Etudiant : Madame, je voudrais donc vous présenter mon sujet, est-ce que vous avez toujours le temps ?

Professeure : Oui allez on va chercher une salle !

Nous sommes quand même au troisième étage du 46 rue Saint Jacques, pas de chance à trouver une salle disponible en plein après-midi, allez à la reprographie alors !

P : donc, Cristian dîtes moi, quel est le sujet que vous voulez travailler ?

E : bon… je m’intéresse à la question de l’universel-singulier, donc à l’approche interculturelle en FLE, puis je pense que les ateliers d’écriture créative sont un bon terrain pour en travailler.

P : tout à fait, donc pour l’universel-singulier vous avez consulté Luis Porcher j’imagine…

E : oui, et Martine Abdallah-Pretceille

P : d’accord, donc je vous conseille d’aller chercher sur l’universalité concrète et abstraite chez Edouard Glissant, et aussi Elmard Haulestein qui travaille sur l’entente interculturelle

E : ok, je note tout ça, euh… comment ça s’écrit holstein ?

P : h-a-u-l-e-s-t-e-i-n

E : d’accord, donc,1 entente interculturelle (je crois que je l’ai mal noté le nom de l’auteur, à voir…)

P : puis il y a Geneviève Zarate, l’UNESCO […] voilà, je vous donne des titres et des auteurs, donc vous allez chercher et essayer de définir donc votre question, les visées didactiques et anthropologiques du sujet, etc.

E : ok, alors c’est bon ? Vous voulez travailler avec moi ?

P : oui oui, c’est un très bon sujet, ça m’intéresse… dîtes à M. Martin que c’est bon pour le directeur.

E : ça marche, je vous remercie ! donc je réfléchirai à tout ça, et à la prochaine !

P : allez bon courage, on va y arriver !

  1. en écrivant []

Cristian Vivas Leuro

Etudiant en Master 2 FLE Didactique des Langues, spécialité 1, option A. Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Universels-singuliers et écriture créative : vers une approche interculturelle dans un atelier d’écriture en FLE

Suite à mon intervention en tant que stagiaire auprès d’un groupe-classe en DUEF[1], qui a eu lieu pendant l’année 2015/2016 au sein du CeLFE[2] de l’Université d’Angers, je me suis intéressé à l’étude de l’hétérogénéité du public en situation d’apprentissage du FLE, et donc à l’approche interculturelle en cours de langue.

Ainsi, une revue de littérature m’a amené à repérer une notion clef propre à cette approche : celle de l’universel-singulier. Définie par Louis Porcher comme « l’ensemble de phénomènes qui ont lieu partout et toujours et que pourtant chaque société, chaque culture, traite différemment, à sa façon.» (2004 : 39), c’est en s’appuyant sur cette notion que, d’après Porcher et Martine Abdallah-Pretceille, on peut mettre en place « un enseignement qui mérite le qualificatif d’interculturel » (1996 : 142). Elle favorise en effet la mise en situation dans l’apprentissage, et établit des sujets communs à deux ou plusieurs individus, en leur permettant ainsi de développer parallèlement leurs compétences culturelles.

Non réservé à la pratique de l’oral, l’universel-singulier est adapté à la pratique de l’écrit, et donc peut être mis en place au sein d’un atelier d’écriture créative. Claire Boniface et Odile Pimet, citent, entre autres organismes, le CICLOP[3], qui présente l’atelier d’écriture comme un espace dans lequel « à partir des désirs des participants et du plaisir d’être ensemble, [le but est d’] explorer diverses manières d’écrire, augmenter ses capacités créatrices, changer ses rapports aux autres » (1992 : 13).

En effet, dans cette proposition l’écriture n’est pas conçue comme une finalité, mais comme un « moyen de développement personnel, de relation avec les autres » (Ibid.), ce qui attribue à l’atelier d’écriture son caractère interculturel. De cette manière, et à travers cette recherche, je me propose d’explorer l’atelier d’écriture créative dans sa dimension interculturelle, et d’approfondir la réflexion sur ce que fournit cette approche (dont l’universel-singulier) afin de mieux faire émerger la richesse culturelle en présence et de mieux en profiter, notamment au moyen de  la mise en place d’ateliers d’écriture créative en cours de FLE.

 

Bibliographie

Abdallah-Pretceille, M. et Porcher, L. (1996). Education et communication interculturelle. Paris : Presses Universitaires de France.

Abdallah-Pretceille, M., Camillieri, C., Lipiansky, E.M., Porcher, L. et al. (1999). Guide de l’interculturel en formation. Paris : Editions Retz.

Boniface, C, Pimet, O. (1992) Les ateliers d’écriture. Paris : Editions Retz.

Byram, M., Gribkova, B. et Starkey, H. (2002). Développer la dimension interculturelle dans l’enseignement des langues. Une introduction pratique à l’usage des enseignants. Division des politiques linguistiques Direction de l’éducation scolaire, extra-scolaire  et de l’enseignement supérieur. Conseil de l’Europe, Strasbourg.

Porcher, L. (2004). L’enseignement des langues étrangères. Paris : Hachette Education.

[1] (Diplôme d’Université d’Etudes Françaises), qui atteste des compétences en langue des étudiants étrangers visant une entrée à l’université en France.

[2] Centre de Langue Française pour Etrangers

[3] Centre Interculturel de Communication, Langues et Orientation Pédagogique

Cristian Vivas Leuro

Etudiant en Master 2 FLE Didactique des Langues, spécialité 1, option A. Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Une didactique des langues éthique et responsable ?

Au cours du colloque international « Éthique et responsabilité pour la didactique des langues au XXIe siècle » organisé par le DILTEC[1] le 21 et 22 octobre 2016, je me suis spécialement intéressé du sujet abordé dans la table ronde qui a eu lieu à l’Amphithéâtre Durkheim le 21 octobre de 14h30 à 15h30.

Cette table ronde, intitulée « Une didactique des langues éthique et responsable ? » a été assurée par les enseignants/chercheurs Margaret Bento de l’Université Paris Descartes, Philippe Blanchet de l’Université Rennes 2, et aussi par Olivier Lumbroso et Jean-Paul Narcy-Combes de l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3.

Cette discussion, qui a pris compte des différents points de vue des participants a été menée à bien à partir de trois questions principales :

  • Peut-on parler d’éthique en DDL en restant uniquement dans des références de ce domaine ?
  • Quelle analyse peut-on faire des contradictions attestées chez les enseignant-e-s de langues et aussi les chercheur-se-s en didactique des langues entre l’éthique personnelle et l’éthique professionnelle ou institutionnelle ?
  • Didactique des langues et innovation numérique : enjeux éthiques et technologiques ?

Tout d’abord, les intervenants en présence ont été d’accord sur le fait que quand nous parlons d’éthique en didactique des langues, il y a plusieurs domaines qui sont en jeu. En effet, l’éthique est transversale, et elle peut établir des liens avec des disciplines telles que la philosophie et la psychologie, ou encore ; la politique et le numérique. Donc la question de l’éthique est abordable depuis plusieurs perspectives.

La deuxième question a mis en avant l’autonomie de l’enseignant par rapport aux lignes directrices institutionnelles. D’après Lumbroso, la problématique à ce sujet est l’autocensure, c’est-à-dire que la plupart du temps c’est l’enseignant lui-même qui s’impose certaines limites. En revanche, il nous rappelle que le FLE est une discipline en expérimentation qui permet de s’attaquer à un anarchisme professionnel, autrement dit, de jouer avec les outils à disposition. De même, Narcy-Combes ajoute que l’enseignant se trouve dans une dichotomie parmi ce qu’il veut faire et ce que l’on (l’institution) attend de lui, ce qui le place dans un auto-questionnement qui doit tenir compte à l’origine du « Qui suis-je ? » et ensuite des valeurs de l’autre, dans l’esprit de trouver l’équilibre dans sa pratique professionnelle.

Pour la troisième question, j’ai retenu qu’un des enjeux principaux dans le domaine du numérique en DDL est la modification du dialogue homme/machine, car les innovations sont des outils qui doivent rester au service de l’être humain, sans créer une relation de dépendance. De même il est nécessaire d’étudier la pertinence pédagogique et la complexité au niveau didactique et budgétaire de la mise en place de ces outils.

Finalement, cette table ronde a donné lieu à une série d’interventions des assistants, donc le sujet a été plutôt une ouverture à la réflexion personnelle par rapport à son expérience et son domaine d’étude.

[1] Didactique des langues, des textes et des cultures

Cristian Vivas Leuro

Etudiant en Master 2 FLE Didactique des Langues, spécialité 1, option A. Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Écrire son mémoire, qu’est-ce que cela implique et comment s’organiser?

Écrire son mémoire est, d’après la formation que j’ai reçue jusqu’à présent en didactique des langues, une étape durant laquelle un enseignant en formation développe sa facette de chercheur, et par conséquent, travaille dans le but faire un apport à son domaine d’études.

L’idée d’écrire son mémoire, suscite ainsi plus de questionnements que de certitudes, et c’est justement cela le point de départ d’un travail conscient, qui s’insère dans la théorique et la pratique autour d’un sujet en particulier, notamment au travers d’une collecte de données.

De cette manière, il est tout d’abord nécessaire de trouver une méthodologie qui permette de recueillir et d’organiser ses données de façon efficace. Une des premières propositions prises en compte à ce sujet est celle de Bruno Latour[1], d’après cet auteur il est indispensable de bien savoir recueillir et classer ses données pendant le travail de recherche. Il propose donc l’emploi de quatre carnets, soient ceux-ci manuels ou numériques. Le premier est un agenda ou carnet de bord ; le deuxième est un carnet de références bibliographiques ; le troisième est un carnet pour avancer dans ses écrits et le quatrième est un carnet pour les retours des autres par rapport aux progrès au fur et à mesure de sa recherche.

Cette proposition me semble pertinente, et je privilégierai personnellement l’usage du carnet numérique. En effet, je crois qu’il est tout à fait nécessaire d’avoir un agenda afin de suivre un plan, et de maintenir une progression avec des dates précises. Je trouve aussi important d’avoir un carnet consacré aux citations et références classées par thème, pour pouvoir bien les insérer dans son travail final. Puis, il est impératif d’avoir un carnet d’écrits, d’autant qu’il permet à la fois de consigner des idées et de donner une structure au corps du mémoire. En revanche, je ne consacrerai pas un carnet exclusivement aux retours (auprès de mes collègues, et bien évidemment de mon directeur de recherche), mais je les intégrerai à l’agenda.

En outre, sur le plan de la rédaction, moi, en tant que francophone non-natif, je trouve vraiment utile et formateur d’avoir un carnet de synonymes. Pour cela, je me sers d’un outil mis à disposition par Université de Caen sur le site internet : http://www.crisco.unicaen.fr/des/ car il constitue un bon recueil de synonymes qui facilitent l’écriture d’un travail académique de ce niveau.

Avec l’ensemble de ces éléments sur la table, il ne reste qu’à écrire !

 

[1]                     Bruno Latour, Changer de société, Refaire de la sociologie, Paris, La découverte, « Armillaire », 2006. Chapitre 5 : Rédiger des comptes rendus risqués, pages 194-197

Cristian Vivas Leuro

Etudiant en Master 2 FLE Didactique des Langues, spécialité 1, option A. Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle.

More Posts